Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christian carion

  • "L'affaire Farewell" de Christian Carion

    J'ai vu ce film lors de sa projection en avant-première dans le cadre du Festival Paris Cinéma.

    Cliquez ici pour lire ma critique du film et voir les vidéos de la présentation du film par son équipe.

    farewell.jpg
  • Avant-première : « L’affaire Farewell » de Christian Carion avec Guillaume Canet, Emir Kusturica… (Festival Paris Cinéma 2009)

    farewell.jpg

    Hier soir, toujours dans le cadre du Festival Paris Cinéma, était projeté en avant-première « L’affaire Farewell » de Christian Carion, en présence d’une grande partie de l’équipe du film.

     

     

     

    Après « Une Hirondelle a fait le printemps » (2001) puis « Joyeux Noël » (2005) et sa guerre de 1914, c’est cette fois en 1981 à Moscou que nous emmène Christian Carion, en pleine Guerre Froide.  Le colonel Grigoriev, membre du KGB (Emir Kusturica) décide de faire tomber le système. Il prend contact avec un ingénieur français en poste à Moscou, Pierre Froment (Guillaume Canet) et lui transmet des documents secrets concernant le système de défense américain. Connu sous le nom de code « Farewell », il va ainsi contribuer à l’effondrement de l’URSS en affaiblissant considérablement son système d’espionnage industriel et militaire mis en place à l’Ouest.

     

    Passionnée par le cinéma d’espionnage, ce film contenait tous les ingrédients pour (me)  plaire : l’histoire d’un homme ordinaire confronté à une histoire (et Histoire) extraordinaire, une des affaires d’espionnage les plus étonnantes du 20ème siècle,  une histoire vraie avec de fortes implications historiques et politiques,  une dualité très cinématographique entre le bloc de l’Est et celui de l’Ouest, un casting prestigieux (Guillaume Canet, Emir Kusturica, Willem Dafoe, Niels Arestrup, …).

     

    Alors comment se fait-il que cela fonctionne si mal, que je n’y ai pas cru une seule seconde… le comble quand on sait qu’il s’agit d’un thriller d’espionnage inspiré de faits réels et adapté d’un roman de Sergueï Kostine ?

     

    Ce nouveau long de Christian Carion souffre en effet d’un terrible manque de rythme, de structure et surtout de tension ! Cet épisode historique pourtant passionnant n’est finalement que survolé,  Christian Carion ayant ainsi préféré se concentrer d’un côté sur un thème qui semble lui être cher, celui de la fraternité et de l’amitié naissante entre l’ingénieur français et le membre du KGB, mais aussi de l’autre côté sur l’opposition entre l’Est et l’Ouest, et la soif de liberté à l’Est,  symbolisée par cette scène où le fils de Grigoriev se déchaîne en écoutant Queen sur son walkman importé de l’Ouest, ces images alternant avec celles de Freddie Mercury  sur scène. Grigoriev et Froment sont les incarnations humaines de ces deux mondes à la fois si semblables et différents.

     

    Tout comme les changements brusques de lieux à la James Bond ou à la Jason Bourne et les plongées dont Christian Carion abuse, ce parallèle semble alors très artificiel.

    farewell2.jpg

     

     Il en délaisse alors l’intrigue secondaire entre Pierre Froment et son épouse (de même que l’histoire personnelle de Grigoriev) qui n’accepte pas sa dangereuse mission. Elle disparaît de l’intrigue pour réapparaître brutalement, coupant ainsi court à tout enjeu dramatique naissant.  Les dialogues sont aussi parfois un peu plats face à la démesure de l’enjeu avec notamment le mémorable « j’ai un ulcère depuis cet été » dans une scène où la tension aurait dû culminer.

    farewell3.jpg

     

    En voulant traiter à la fois la dimension politique et humaine mais aussi l’implication des présidents  Reagan et Mitterrand (respectivement incarnés par  Philippe Magnan et Fred Ward, le premier faisant preuve d’ autant de justesse et de mesure que le second en est dépourvu),   Christian Carion se disperse en même temps que notre attention. Peut-être que pour éviter  ce style hybride voire indéfini aurait-il dû choisir carrément le parti pris documentaire ou celui de la fiction totale (en donnant à Miterrand et Reagan ou Gorbatchev des noms fictifs).

     

    Certains personnages frôlent le grotesque et au lieu de relâcher une pseudo tension contribuent à donner au film un ton indéfinissable et vain.

     

    Heureusement, comme toujours, Guillaume Canet est d’une justesse stupéfiante et irréprochable en homme ordinaire  dépassé par les évènements et son "duo" avec Emir Kusturica fonctionne plutôt bien. La musique (( de Clint Mansell) est aussi plutôt réussie… même si elle ne tombe pas toujours aux moments opportuns.

     

    Lisez plutôt le roman qui retrace cet épisode capital de l’histoire de la Guerre Froide … et vous informera plus précisément ou bien voyez le film si vous voulez en avoir une idée globale et imprécise.

     

     

    Sortie en salles : le 23 septembre 2009