Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVALS DE CINEMA 2016 - Page 4

  • 42ème Festival du Cinéma Américain de Deauville: films d'ouverture et de clôture

    infiltrator2.jpg

    Nous savions déjà que le Festival du Cinéma Américain de Deauville aurait pour président de son jury Frédéric Mitterrand et qu'un hommage serait rendu à Michael Moore. Nous connaissons aussi désormais les films d'ouverture et de clôture (le dernier vous intéressera certainement d'autant plus que je vous ferai ici prochainement gagner des places pour découvrir celui-ci lors de la clôture et donc aussi pour assister à la cérémonie de clôture du festival).

    C'est le film INFILTRATOR de Brad Furman qui fera l'ouverture du festival, un film avec Bryan Cranston, Diane Kruger, John Leguizamo, Benjamin Bratt, Yul Vasquez ... distribué par ARP Sélection. Et surtout un beau divertissement en perspective, idéal pour l'ouverture.

    Ce film raconte l'histoire de l'agent fédéral Bob Mazur qui a pour mission d'infiltrer le cartel de drogue de Pablo Escobar. Son but : faire tomber 85 barons et une banque internationale. Son plan : s'inventer un passé, une identité, une fiancée. Son risque : le moindre faux pas lui serait fatal.

    war dogs.jpg

    Le film de clôture sera WAR DOGS de Todd Phillips, un film avec Jonah Hill, Miles Teller, Ana de Armas, Bradley Cooper.

    Le film sera distribué par Warner Bros et raconte l'histoire de deux copains âgés d'une vingtaine d'années, vivant à Miami Beach à l'époque de la guerre en Irak et qui profitent d'un dispositif méconnu du gouvernement fédéral, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d'offres de l'armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d'argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu'ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils doivent entrer en contact avec des individus très peu recommandables… dont certains font partie du gouvernement américain…

     

  • Le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016 rendra hommage à Michael Moore

    moore1.jpg

    Nous savions pour le moment seulement que le 42ème Festival du Cinéma Américain de Deauville aurait lieu du 2 au 11 septembre 2016, que le jury serait présidé par Frédéric Mitterrand et que l'affiche est un magnifique hommage au film "Les Temps modernes" et à Chaplin. Je vous rappelle également que je vous fais gagner vos pass pour le festival, ici.

    Nous connaissons désormais aussi le nom d'une des personnalités à qui le festival rendra hommage: le cinéaste Michael Moore, en sa présence. À cette occasion, le Festival présentera en avant-première son nouveau film "Where to Invade Next", avant sa sortie en salles le 7 septembre.  

    Voici le pitch de son nouveau film: Dans son nouveau documentaire, Michael Moore décide de s'amuser à envahir le monde pour déterminer ce que les États-Unis peuvent apprendre des autres pays. 

    moore2.jpg

    Ainsi le communiqué officiel du Festival présente-t-il Michael Moore:

    Il promène sa caméra le long des chemins et, avec sa seule parole, tient tête aux hommes de pouvoir les plus féroces. Michael Moore est un héros américain, protégeant son pays de son pire ennemi : les États-Unis. D’un film à l’autre, il cherche à dissiper un rêve américain bâti sur des mirages : la toute-puissance patronale avec Roger et moi ou The Big One, le port d’arme dans Bowling for Columbine, la politique militaire postcoloniale de Georges W. Bush dans Farhenheit 9/11, l’avidité du système de santé dans SiCKO ou encore les dérives du modèle économique dans Capitalism: A Love Story. En bientôt trente ans d’activisme artistique, Michael Moore s’est imposé comme un maître en la matière, pétrissant le réel et la fiction pour en extraire toute la vérité. 

    FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE | SELECTED FILMOGRAPHY «
     
    Réalisateur | Director
     
    2015      WHERE TO INVADE NEXT – doc
    2009      CAPITALISM: A LOVE STORY – doc
    2007      SLACKER UPRISING – doc
    2007      SICKO – doc
    2004      FAHRENHEIT 9/11 – doc
    2002      BOWLING FOR COLUMBINE – doc
    1997      THE BIG ONE – doc
    1995      CANADIAN BACON
    1992      PETS OR MEAT – RETURN TO FLINT – doc
    1989      ROGER ET MOI (Roger & Me) – doc

     
    Michael Moore est né à Flint, dans le Michigan. Alors qu’il est Eagle Scout et assiste aux séminaires de l’Église catholique, il devient à 18 ans le plus jeune élu du pays. Il fait son premier film en 1989, Roger & Me, et bat tous les records du box-office américain – ce film a notamment donné naissance au mouvement documentaire moderne. Michael Moore continue sur sa lancée avec Bowling for Columbine, récompensé aux Oscars, et Fahrenheit 9/11 qui reçoit la Palme d’or à Cannes, tous deux de grands succès en salles. On compte parmi ses réalisations les plus remarquables SiCKO, nominé aux Oscars, et Capitalism: A Love Story. Michael Moore a reçu un Emmy Award pour sa série TV Nation.
    Il est également l’un des auteurs non-fiction les plus lus des États-Unis, avec à son actif des livres comme Mike contre-attaque et Tous aux abris. Il vit aujourd’hui à Traverse City dans le Michigan, où il a fondé le Traverse Film Festival et deux salles de cinéma Art et essai.
  • La marque Kiehl's au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016

    kiehls23.jpg

    kiehls47.jpg

    Je vous rappelle tout d'abord que, pour ce qui sera mon 23ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, je vous fais actuellement gagner 30 pass journaliers pour ce Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016, avant de vous faire bientôt gagner des invitations pour la cérémonie et le film de clôture. Je vous rappelle également que cette 42ème édition aura lieu du 2 au 11 septembre 2016 et que le jury sera présidé par Frédéric Mitterrand. Je vous parlerai également prochainement d'un très beau partenariat entre mes blogs et un célèbre sponsor du festival pour cette 42ème édition. Vous pourrez bien sûr, comme chaque année, me suivre en direct du festival, de l'ouverture à la clôture sur Inthemoodforfilmfestivals.com, Inthemoodforcinema.com, Inthemoodfordeauville.com et pour les bonnes adresses sur Inthemoodforhotelsdeluxe.com et bien sûr sur twitter (@moodforcinema, @moodfdeauville) et Instagram (@sandra_meziere) avec en plus un beau projet lié à Deauville qui verra le jour début septembre puisque mon recueil de nouvelles sur les festivals de cinéma dont deux se déroulent à Deauville sortira au moment du festival. Je vous en reparlerai... Mais revenons à Kiehl's...

    kiehls19.jpg

    kiehl16.JPG

    La marque Kiehl's qui avait marqué l'an passé les festivaliers par la qualité de son accueil au déjà célèbre club Kiehl's sera en 2016 à nouveau partenaire officiel du Festival du Cinéma Américain de Deauville. L'an passé, la villa Kiehl's était devenue le lieu phare des interviews en journées et des soirées du festival devenant alors le club Kiehl’s, toujours dans la magnifique villa qui jouxte l’hôtel Royal Barrière face au CID et à la mer.

    kiehls22.jpg

     La célèbre  marque américaine de pharma‐cosmétique fondée à New‐York en 1851 sera ainsi pour la deuxième fois partenaire officielle du Festival du Cinéma Américain de  Deauville.     La marque est ainsi synonyme de valeurs en adéquation avec celles de Deauville: sincérité, proximité, créativité.   

    kiehls20.jpg

    Kiehl's est aussi synonyme de qualité et d’efficacité de ses formules naturelles pour le visage, le corps et les cheveux. C'est aussi une marque avec une véritable éthique,  raison pour laquelle j'affectionne cette marque que je vous recommande au passage notamment dans cet article dans lequel je vous parle de mes marques fétiche sur mon site Inthemoodforhotelsdeluxe.com, ici.

    kiehls30.jpg

    kiehls31.jpg

    Kiehl’s est une marque qui a donc vu le jour à New York en 1851 dans une pharmacie traditionnelle. Son expertise unique repose sur des connaissances acquises et transmises au fil des générations dans les domaines de la cosmétique, de la pharmacie, de l’herboristerie et de la médecine. Depuis plus de 160 ans, Khiel's propose des formules efficaces pour la peau et les cheveux, issues de technologies avancées et concentrées en ingrédients naturels de grande qualité. Où que vous soyez dans le monde, la marque s’engage ainsi à vous « offrir des produits de haute qualité et un service personnalisé d’exception » proposant depuis plus de 160 ans des formules pour la peau et les cheveux, vous proposant des « consultations expertes et personnalisées » et d’être « satisfait ou remboursé ». Je vous recommande notamment la boutique de la rue de Sèvres, dans le 6ème,  à Paris (photos ci-dessus).

    Kiehl's16.jpg

    kiehls18.jpg

    Cette année à nouveau, le Kiehl's club remplacera donc la villa Cartier qui lui avait précédé et que connaissaient bien tous les habitués du Festival du Cinéma Américain de Deauville:  un lieu de vie, véritable « Club », propice aux  rencontres et échanges entre les acteurs du métier. 

    kiehls10.jpg

    Le Prix de la Révélation crée en 2006, attribué comme tous les ans lors de la  cérémonie  de  clôture du Festival du Cinéma Américain de Deauville  par  un  Jury  aguerri  dédié,   porte depuis l'an passé  le  nom  de  PRIX  KIEHL’S  DE  LA  REVELATION (remplaçant ainsi le prix révélation Cartier).   Le prix de la Révélation fut l'an passé attribué au film "James White" de Josh Mond.

    Cliquez ici pour retrouver mon compte rendu du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2015.

    revelation.jpg

    La présence de Kiehl's au Festival du Cinéma Américain de Deauville fut aussi l’occasion pour les invités du festival de se voir présenter la marque, de réaliser un diagnostic de peau, le tout par des représentants de la marque particulièrement affables et dans un décor entièrement et magnifiquement remodelé par la marque à ses couleurs pour l’occasion. Pour ma part, je suis repartie avec quelques cadeaux de la marque -photo ci-dessus- (véritable coup de cœur pour le gel douche et la body lotion Patchouli and fresh rose).

    kiehls24.jpg

    kiehls50.jpg

    L'an passé, à l'occasion de ce partenariat, Kiehl's avait également imaginé deux produits au cœur du festival, en  soutien à l'association Enfance et Partage, une belle et louable initiative!  Ces deux produits étaient disponibles tout le mois de septembre dans l'ensemble des points de vente Kiehl's et sur www.Kiehls.fr. Tous les bénéfices des ventes de ces deux produits étaient reversés à Enfance et Partage. 

    -La crème ULTRA FACIAL CREAM (une crème hydratante pour le visage qui maintient une hydratation optimale pendant 24H)

    kiehls7.jpg

    -et La CREME DE CORPS (le soin de corps le plus hydratant de la marque Kiehl’s ).

     

     

    kiehls6.jpg

     Je vous en dirai bien sûr bientôt plus sur la présence de Kiehl's au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016.

    kiehls11.jpg

     

     

    kiehls,cosmétiques,beauté,mode,deauville,festival du cinéma américain de deauville2016,festival du cinéma américain de deauville,42ème festival du cinéma américain de deauville

  • Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016: la splendide affiche

    Deauville20161.jpg

    Deauville20162.jpg

    Quelle affiche! Sans doute est-ce la plus belle depuis la création du festival, même si certaines furent particulièrement mémorables. Mais j'avoue que ce magnifique hommage à Chaplin et à la scène finale du chef-d'œuvre que sont Les Temps modernes me réjouit tout particulièrement.

    Deauville, cinéma, festival, festivals, In the mood for cinema, In the mood for Deauville, Festival du Cinéma Américain de Deauville, 42ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, Festival du Cinéma Américain de Deauville, Frédéric Mitterrand, affiche, Captain Fantastic

    Outre cette référence, on retrouve bien sûr les célèbres planches et les étoiles échappées de la bannière étoilée. "Deauville surfe sur les Temps Modernes. L’amour, la lumière & l’avenir." Ainsi cette affiche a-t-elle été présentée. Voilà qui augure du meilleur pour cette 42ème édition dont je vous rappelle qu'elle aura lieu du 2 au 11 septembre et que son président du jury sera Frédéric Mitterrand.

    Frédéric Mitterrand.jpg

    Je vous rappelle également que je vous fais gagner une trentaine de pass pour le festival, ici, et que, bientôt, exceptionnellement, vous pourrez également remporter des invitations pour la cérémonie et le film de clôture du festival.

    captainfantastic.jpg

    En attendant les prochaines annonces, sachez également que le logo du festival figure sur l'affiche française du film "Captain Fantastic".

  • Compte rendu du Festival du Film de Cabourg 2016 : un 30ème anniversaire poétique et festif

    tapisrouge2.jpg

    tapisrouge.jpg

    cabourg1000

    badge2

    Cette année, le Festival de Cabourg célébrait trois anniversaires. Ses 30 ans. Les 15 ans de la sortie du Fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet et les 50 ans de la sortie d’ Un homme et une femme de Claude Lelouch. Et, bien sûr, l’amour puisque ce festival est consacré au cinéma romantique.

    cabourg30

    cabourg302
    D’ailleurs, comment définir le romantisme ?  Poser ses yeux sur la célèbre promenade de Cabourg qui porte le nom d’un grand écrivain (qui lui-même a signé des œuvres qui, romantiques, le furent indéniablement) et dont la beauté mélancolique et changeante vous serre le cœur de bonheur et de tristesse mêlés est peut-être déjà une réponse… Le festival, chaque année, à travers les films qui y sont présentés, apporte aussi une réponse: l’amour est protéiforme et polysémique. Le film romantique parle d’amour, forcément, heureux ou malheureux, partagé ou contrarié, éternel ou éphémère, possible ou impossible. Vous pouvez y ajouter, selon le style du film, un zeste d’humour ou de mélancolie. Le film romantique peut être âpre ou doux, réaliste ou onirique. Et le vrai romantisme est pour moi tout sauf mièvre mais plutôt enfiévré et synonyme d’absolu. Comme une histoire d’amour, un film romantique réussi est un voyage qui nous transforme, réchauffe l’âme et le coeur…un peu comme ce Festival de Cabourg.

    cabourg1000

    cabourg1001cabourg8000

    IMG_8404

    La très belle affiche de cette édition 2016, tirée du film Bébé tigre, réalisé par Cyprien Vial, présenté au festival en 2015, nous promettait une édition scintillante, artistique, et romantique… Elle le fut indéniablement !

    cabourg2016
    Tout a commencé sous un soleil étincelant avec l’inauguration du Méridien de l’Amour par d’anciens présidents du jury du festival et par des membres du jury de cette année (Juliette Binoche, Emmanuelle Béart, Virginie Ledoyen …). Pour célébrer ce 30ème anniversaire, l’Association du Festival du Film de Cabourg, sur une idée de sa Déléguée générale Suzel Pietri et avec le soutien de la Ville de Cabourg, inaugurait ainsi un concept poétique unique au monde : 104 clous de fondation ancrés dans le sol de la Promenade Marcel Proust, et réalisés par la Monnaie de Paris, un tracé pérenne symbolisant l’absence de frontières et l’universalité de l’Amour. Un musée de l’amour en plein-air et sur le web. Le long de cette promenade, 5 colonnes représentent chacune un continent. Pour découvrir 104 façons de dire et écrire « Amour », 104 langues officielles des États du monde sont représentées, sous la forme de télégrammes, par le dessinateur Stéphane Heuet. Le Méridien de l’Amour, c’est aussi un site Internet référençant pour chaque langue de nombreuses œuvres cinématographiques et littéraires, collectées par l’auteure de guides Dominique Camus. Les 5 colonnes renverront, par flashcodes, à une médiathèque universelle de l’Amour (www.meridiendelamour.com).

    IMG_8210

    IMG_8199

    meridien4

    meridien5

    IMG_8431

    Après cette marche revigorante pour accompagner l’inauguration, place ensuite au dîner au Grand Hôtel de Cabourg alors que, dehors, un sublime coucher de soleil saluait le début de ce festival…

    meridien6
    Le Grand Jury 2016 était cette année présidé par Emmanuelle Béart qui ne s’est pas ménagée le lendemain lors de la vente des roses au profit de l’association « Children of the sun » dont elle est la marraine (en passant à chaque table pour convaincre les convives de contribuer à la vente), une association dont elle a parlé avec émotion et conviction avant que Carla Bruni suspende le vol du temps, surprenant l’assistance par le son envoûtant de sa voix… et avant que Joeystarr (membre du jury) ne nous fasse revenir à la réalité avec une tentative de chanson grivoise. Une très belle soirée sous le signe de la bonne humeur et en bonne compagnie (mes voisins et voisines des soirées successives se reconnaîtront) comme le furent d’ailleurs toutes celles de ce festival.

    meridien9

    IMG_8261

    Dans le jury, Joeystarr était accompagné de Loubna Abidar (actrice), Samuel Benchetrit (réalisateur, acteur, écrivain), Joeystarr (acteur, chanteur), Éric Reinhardt (écrivain), Pierre Rochefort (acteur), Julia Roy (actrice) et Céline Sciamma (réalisatrice, scénariste).

    Le jury jeunesse était parrainé par Alice Isaaz (actrice) et Rod Paradot (acteur), qui une fois de plus, lors de la clôture nous a réjouis par son naturel et son enthousiasme, un jury et composé de lycéens.

    Le jury des courts métrages était présidé par Pierre Schoeller (réalisateur, scénariste). Il était accompagné de : Marianne Basler (actrice), Frédérique Bel (actrice), Michel Feller (producteur), Jean Baptiste Maunier (acteur, chanteur), Diane Rouxel (actrice), Karidja Touré (actrice).

    danseuse

    Parmi les longs métrages en compétition (je n’ai malheureusement pas eu le temps de tous les voir tant mon programme était riche mais je vais essayer de rattraper le grand prix), je peux d’ores et déjà vous recommander La Danseuse de Stéphanie di Giusto, hymne poétique au vertige de l’art, magnifiquement interprété (vécu même semble-t-il à l’écran tant elle y est vibrante d’émotions) par Soko (le film était en sélection du 69ème Festival de Cannes – Section Un Certain Regard), le récit de la vie de Loïe Fuller, au début années 1900, une jeune femme qui se met en scène dans des numéros de danse inventifs et iconoclastes réalisés avec grande robe en voile et des jeux de lumières qu’elle a initiés. Le parallèle entre la passion de la danseuse pour son art et d’un homme pour elle (très juste Gaspard Ulliel), l’un et l’autre se consumant, presque jusqu’à la folie, pour l’objet de leur passion, est évidemment éminemment poétique mais aussi très cinématographique, d’une intensité qui traverse l’écran. La distribution exceptionnelle autour de Soko parachève ce tableau indubitablement romantique, et fascinant: Gaspard Ulliel, Mélanie Thierry, Lily-Rose Depp, François Damiens, Louis-Do de Lencquesaing, Denis Ménochet et Amanda Plummer. Je vous en reparlerai.

    departure

    Le jury jeunesse a préféré couronner Departure d’Andrew Steggall, un premier film poignant qui raconte l’histoire de Béatrice et de son fils, un adolescent, qui passent une semaine à emballer le contenu d’une maison de vacances, dans un coin isolé du sud de la France. Le jeune Elliot est confronté à sa sexualité naissante et à l’éloignement grandissant de sa mère. Quant à Béatrice, elle réalise que tout amour a disparu de son mariage et que la vie telle qu’elle l’a connue touche à sa fin… Departure n’est pas parfait mais possède le charme fou, la maladresse touchante et la fougue de son interprète principal, Alex Lawther. La personnalité magnétique du jeune Clément(très juste Phénix Brossard), un français à la sensualité brute, que vont rencontrer Elliott et sa mère, va éveiller et exalter les désirs de l’un et réveiller les désirs enfouis de l’autre. Ce sont surtout des personnes étouffées par leurs désirs, à l’image du père d’Elliott, dont la confrontation va se révéler explosive. La poésie pour laquelle se passionne le jeune Elliott sert de catalyseur à la brusquerie incontrôlable du désir amoureux. Certaines scènes sont parfois téléphonées mais ce film porté par deux jeunes comédiens d’une remarquable justesse et intensité, une musique et une photographie sublimes, n’en dégage pas moins un charme communicatif, brusque et poétique, touchant et maladroit comme son personnage principal et son interprète qui crève l’écran. Alex Lawther : retenez bien son nom !

    IMG_8388

    Mon vrai coup de cœur est un film australien, également en compétition, Tanna de Bentley Dean et Martin Butler qui nous emmène en plein Pacifique, sur une petite île recouverte d’une luxuriante jungle et dominée par un volcan en activité. La tribu des Yakel y rejoue une histoire vraie venue de leur passé, une histoire faite d’amour, de fidélité et de renoncement. La justesse des interprètes est sidérante. Les images sont d’une beauté à couper le souffle. La musique procure un souffle épique à l’ensemble. L’histoire, celle d’un amour impossible, est tragique et bouleversante. Hymne à la liberté, à la nature, ce film aux accents de Roméo et Juliette, plus qu’un coup de cœur est un coup au cœur.

    tanna

    Le film Taïwanais Zinnia Flower de Tom Shu-Yu Lin aurait également mérité une place au palmarès pour la sensibilité avec laquelle il rappelle qu’il « faut un temps pour tout » (comme un écho d’ailleurs au film de Safy Nebbou) et avec laquelle il montre la marginalité et la douleur indicible dans lesquelles enferme le deuil, en l’occurrence celui de Wei et Ming qui, le même jour, dans un accident, perdent, l’un sa femme enceinte, professeur de piano, et l’autre, son fiancé. Selon certains rituels bouddhistes, il faut 100 jours pour faire le deuil… Ce sont ces rituels qui rythment le film. L’idée judicieuse de ce film poétique, sensible et délicat est de mettre en parallèle les chagrins dévastateurs qui cadenassent les deux personnages dans la solitude, ces petits riens pour les autres qui peuvent crever le cœur ou faire tomber dans un abîme de tristesse en un clin d’oeil. Par petites notes, il évoque aussi ce qui aide à survivre quand la vie semble devenue absconse et vaine, suite à la perte d’un être cher, (comme des notes de piano évocatrices de la défunte qui font revivre son souvenir un instant) quand la vie pour les autres continue, implacablement. La fin joliment elliptique laisse espérer un avenir meilleur en éludant rien de la réalité du deuil avec lequel sans doute ils ne vivront pas 100 jours mais le reste de leur vie…

    直搞全開

    Parmi mes coups de cœur, figure également « Dans les forêts » de Sibérie, le sixième film de Safy Nebbou, qui concourait pour le prix du public.

    Critique – LES FORÊTS DE SIBERIE de Safy Nebbou

    forets.jpg

    Dans les forêts de Sibérie, le sixième long-métrage de Safy Nebbou, est une adaptation libre du récit éponyme de l’aventurier Sylvain Tesson, paru en 2011 chez Gallimard (Prix Médicis Essai 2011).

    IMG_8349.JPG

    Raphaël Personnaz incarne ici Teddy, un chef de projet multimédia (une profession synonyme de modernité, évidemment pas un hasard), qui, pour assouvir un besoin de liberté, décide de partir loin du bruit du monde, et s’installe seul dans une cabane, sur les rives gelées du lac Baïkal, en Sibérie.

    Qui n’a jamais rêvé de larguer les amarres, loin de l’agitation, du tintamarre et des obligations de nos vies ultra connectées et finalement le plus souvent déconnectées de l’essentiel, pour laisser du temps au temps, pour se retrouver face à lui-même ? Si c’est votre cas alors il se pourrait bien que ce film exacerbe vos envies d’ailleurs …

    Si Dans les forêts de Sibérie avait toute sa place au Festival du Film romantique, c’est ainsi d’une part, parce que l’idée de l’homme qui quitte tout pour se retrouver face à lui-même, cette ode à la liberté, à la nature, à l’aventure, est éminemment romantique mais aussi, d’autre part, parce que ce film possède un charme ensorcelant propice à envoûter le spectateur, dès les premières secondes, comme un coup de foudre. A le faire tomber amoureux de cette nature âpre et fascinante. Dès les premières minutes, les mots précis et implacables portés par la voix off et chaleureuse de Raphaël Personnaz nous bercent en effet comme une douce mélopée : « Je suis venu me rapprocher de ce que je ne connais pas. Le froid. Le silence. L’espace. Et la solitude. En ville les minutes, les heures, les années nous échappent. Ici le temps se calme. Je suis libre. Parce que mes jours le sont.[…] Ne désirer pas plus que ce que l’on éprouve. Et savoir se faire accepter par la nature. J’ai quitté le chaos des villes…».

    Le temps s’arrête et nous partons alors avec lui pour cette expérience hors du temps, hors de nos réalités, presque de notre époque où notre attention est constamment sollicitée, où le silence et l’espace deviennent des luxes suprêmes.

    Aux mots s’ajoutent ensuite les paysages d’une beauté à couper le souffle. Le soleil qui caresse la glace du lac gelé de ses rayons dorés et s’y reflète. Ce camion qui avance sur le lac craquelé de rainures telles des branches aux ramifications infinies ou telles des formes abstraites d’une beauté hypnotique. La caméra prend de la hauteur, comme une envolée lyrique, s’élève, nous élève, et nous emporte dans son tourbillon poétique, nous invitant à vivre cette expérience pendant une heure trente, avec intérêt, curiosité et émerveillement.

    La sobriété et la justesse du jeu de Raphaël Personnaz sied parfaitement au personnage dont on perçoit d’autant mieux les changements qui s’opèrent en lui au fil du temps et qui le transfigurent, celui-ci retrouvant peu à peu la pureté et la spontanéité des joies enfantines. Depuis que Tavernier l’a révélé au grand public avec La Princesse de Montpensier  (il avait d’ailleurs avant déjà tourné dans de nombreux films), Raphaël Personnaz ne cesse de prouver son talent par l’intelligence de ses choix et l’éclectisme de ses interprétations, avec toujours une indéniable présence magnétique : Tavernier à nouveau (Quai d’Orsay), Corsini (Trois mondes), mais encore dans les excellents Marius et Fanny de Daniel Auteuil (ma critique, ici), L’affaire SK1 de Frédéric Tellier… sans oublier le romantique After  de Géraldine Maillet (ma critique en cliquant ici).

    Le scénario (cosigné par David Oelhoffen –également auteur du scénario de L’Affaire SK1- et par Safy Nebbou) a pris des libertés avec le livre en ajoutant le personnage d’un fugitif russe (très bon choix que celui de Evgueni Sidikhine pour l’interpréter) qui se cache dans ces grands espaces, permettant d’ajouter une très belle histoire d’amitié à ce récit initiatique et permettant que cette histoire ne soit pas seulement l’éloge de la nature ou de l’homme face à lui-même, et qu’elle prenne ainsi une autre dimension. On songe bien sûr à Into the wild  de Sean Penn même si ici il s’agit ici pour Teddy davantage de retrouver son identité que de la perdre comme c’était le cas dans le film de Sean Penn. Safy Nebbou cite d’ailleurs plutôt en référence le long-métrage écologique d’Akira Kurosawa, Dersu Ouzala.

    Safy Nebbou, à chaque film, explore, un univers différent et prouve ainsi l’étendue de son talent même si on peut y retrouver des thématiques ou éléments récurrents comme l’importance des mots, ceux de Dumas et ceux de Gilles Taurand  dans L’Autre Dumas ou encore l’idée de double, d’altérité. La photographie de Gilles Porte nimbée de couleurs lumineuses malgré la glace et le froid environnants et les notes chaudes de la sublime musique d’Ibrahim Maalouf soulignent encore davantage la beauté de l’expérience et des paysages, exaltant le grisant sentiment de liberté. On image aussi aisément quelle expérience cela a dû être pour l’équipe du film que de tourner dans de telles immensités potentiellement hostiles mais surtout d’une troublante magnificence.

    On quitte la salle d’abord avec l’envie d’acheter immédiatement le livre de Sylvain Tesson avec, en tête, cette phrase du film, comme un leitmotiv  « Maitriser le temps, vivre intensément chaque instant ». Un véritable défi dans une société ultraconnectée qui nous procure souvent le rageant sentiment d’avoir perdu la capacité à vivre et saisir l’instant présent alors que, paradoxalement, nous ne l’avons jamais autant immortalisé.

    Vous l’aurez compris : je vous recommande ce voyage envoûtant « Dans les forêts de Sibérie », un film qui exhale et exalte la liberté et l’émerveillement, qui donne une féroce envie d’étreindre le présent, qui respire la bienveillance, un film porté par une musique et une photographie, sublimes et incandescentes, et l’interprétation lumineuse, criante de vérité et de naturel de Raphaël Personnaz. Plus qu’un voyage, une expérience. A ne pas manquer!

    IMG_8392

    amelie

    Comme vous le disais en préambule, ce Festival de Cabourg 2016 célébrait aussi les 50 ans d’ Un homme et une femme de Claude Lelouch et les 15 ans du Fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet. Lors de la sortie du second, en 2001, j’étais étudiante en droit, j’avais l’âge du personnage et je ne me souviens du (grand) nombre de fois où j’ai revu ce film dans un cinéma de Rennes, comme un rituel, une douce évasion. 15 ans après, j’ai éprouvé le même plaisir à le revoir, un peu de nostalgie sans doute aussi. Cette même année, le Festival du Film de Cabourg le récompensait avec un Swann d’Or du meilleur réalisateur décerné à Jean-Pierre Jeunet et un Swann d’Or du meilleur acteur remis à Mathieu Kassovitz. Le scénariste Guillaume Laurant -qui présidait le jury l’année où j’étais dans le jury des courts métrages du Festival de Cabourg, en 2002, et je n’avais alors pas osé lui dire à quel point ce film m’avait (em)portée- et Rufus étaient présents pour échanger avec le public à l’occasion d’une projection anniversaire du film précédé du court-métrage Foutaises de Jean-Pierre Jeunet. Une rencontre passionnante, l’un et l’autre évoquant avec enthousiasme et humilité ce film qui a changé le cours de leur carrière et sans doute marqué leur vie. Guillaume Laurant a ainsi raconté comment le film avait été refusé par 3 producteurs avec des arguments tels que « On ne croit pas aux personnages », « Une idée plus une idée ça ne fait pas une histoire », « C’est trop parisien ». Au regard des 33 millions d’entrées dans le monde engrangées par le film, sans doute ont-ils longtemps regretté… 15 ans après, la singularité poétique, les dialogues à la Prévert et le visuel éblouissant sont toujours aussi réjouissants. Quel plaisir de retrouver Amélie, Georgette, Madeleine Wallace, Nino, l’inconnu du Photomaton et les autres, et toutes ces phrases devenues cultes qui vous trottent en tête longtemps après la projection! Une bienveillance d’autant plus salutaire dans notre époque tourmentée et cynique.

    amelie5
    Il y a 50 ans, sur une plage de la Côte normande, était né l’un des plus beaux films d’amour français joué par Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, et accompagné d’une musique inoubliable signée Francis Lai : Un homme et une femme de Claude Lelouch. Le samedi 11 juin, Claude Lelouch est venu à Cabourg pour assister à la projection anniversaire. Le soir, des mains de Sandrine Bonnaire et Elsa Zylberstein il a reçu sa récompense pour ce film. « Les histoires d’amour restent le sujet essentiel, celui qui donne un sens à notre vie. C’est souvent une récompense, souvent une punition. Je peux encore faire 50 films là-dessus » a ainsi déclaré le cinéaste en recevant son prix.

    lelouch 10

    lelouch7
    Critique de UN HOMME ET UNE FEMME de Claude Lelouch (projection anniversaire)

    lelouch30

    Le 13 septembre 1965, Claude Lelouch est désespéré, son dernier film ayant été un échec. Il prend alors sa voiture, roule jusqu’à épuisement en allant vers Deauville où il s’arrête à 2 heures du matin en dormant dans sa voiture. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture, étonné de la voir marcher avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera « Un homme et une femme ».

    Synopsis : Anne (Anouk Aimée), scripte, inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur Pierre (Pierre Barouh), rencontre à Deauville, en allant chercher sa fille à la pension, un coureur automobile, Jean (Jean-Louis Trintignant), dont la femme s’est suicidée par désespoir. Jean raccompagne Anne à Paris. Tous deux sont endeuillés, et tous deux ont un enfant. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui s’aiment, se repoussent, se retrouvent et s’aiment encore…
    J’ai vu ce film un grand nombre de fois, et à chaque fois, avec le même plaisir, la même émotion, le même sentiment de modernité pour un film qui date de 1966, étonnant pour un cinéaste dont beaucoup de critiques raillent aujourd’hui le classicisme. Cette modernité est bien sûr liée à la méthode Claude Lelouch d’ailleurs en partie la conséquence de contraintes techniques et budgétaires. Ainsi, Lelouch n’ayant pas assez d’argent pour tourner en couleurs tournera les extérieurs en couleurs et les intérieurs en noir et blanc. Le montage et les alternances de noir et blanc et de couleurs jouent alors habilement avec les méandres du temps et de la mémoire émotive, entre le présent et le bonheur passé qui ressurgit sans cesse.

    Je ne sais pas si « le cinéma c’est mieux que la vie » mais en tout cas Claude Lelouch fait partie de ceux dont les films et surtout « Un homme et une femme » nous la font aimer. Rares sont les films qui donnent à ce point la sensation de voir une histoire d’amour naître et vibrer sous nos yeux, d’en ressentir -partager, presque- le moindre battement de cœur ou le moindre frémissement de ses protagonistes, comme si la caméra scrutait les visages et les âmes. Par une main qui frôle une épaule si subtilement filmée. Par le plan d’un regard qui s’évade et s’égare. Par un sourire qui s’esquisse. Par des mots hésitants ou murmurés. Par la musique éternelle de Francis Lai (enregistrée avant le film) qui nous chavire le cœur. Par une photographie aux accents picturaux qui sublime Deauville filmée avec une lumière nimbée de mélancolie, des paysages qui cristallisent les sentiments de Jean-Louis et d’Anne, fragile et paradoxalement impériale, magistralement (dirigée et) interprétée par Anouk Aimée. Rares sont les films qui procurent cette impression de spontanéité, de vérité presque. Les fameux « instants de vérité » de Lelouch.

    Et puis il y a le charme incomparable du couple Anouk Aimée/ Jean-Louis Trintignant, le charme de leurs voix, notamment quand Jean-Louis Trintignant prononce « Montmartre 1540 ». Le charme et la maladresse des premiers instants cruciaux d’une histoire d’amour quand le moindre geste, la moindre parole peuvent tout briser. Et puis ces plans fixes, de Jean-Louis dans sa Ford Mustang (véritable personnage du film), notamment lorsqu’il prépare ce qu’il dira à Anne après qu’il ait reçu son télégramme. Et puis ces plans qui encerclent les visages et en capturent la moindre émotion. Ce plan de cet homme avec son chien qui marche dans la brume et qui fait penser à Giacometti (pour Jean-Louis). Tant d’autres encore…

    Avec « Un homme et une femme » Claude Lelouch a signé une histoire intemporelle, universelle avec un ton très personnel et poétique. La plus simple du monde et la plus difficile à raconter. Celle de la rencontre d’un homme et une femme, de la rencontre de deux solitudes blessées. Il prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

    Alors pour reprendre l’interrogation de Jean-Louis dans le film citant Giacometti « Qu’est-ce que vous choisiriez : l’art ou la vie » Lelouch, n’a certainement pas choisi, ayant réussi a insufflé de l’art dans la vie de ses personnages et de la vie dans son art. Voilà c’est de l’art qui transpire la vie.
    Alors que Claude Lelouch a tourné sans avoir de distributeur, sans même savoir si son film sortirait un jour, il obtint la palme d’or à Cannes en 1966, l’oscar du meilleur film étranger et celui du meilleur scénario et 42 récompenses au total et aujourd’hui encore de nombreux touristes viennent à Deauville grâce à « Un homme et une femme », le film, mais aussi sa musique mondialement célèbre. Vingt ans après, Claude Lelouch tourna une suite « Un homme et une femme 20 ans déjà » réunissant à nouveau les deux protagonistes.

    A signaler également mon coup de cœur pour deux courts métrages d’animation : « D’ombres et d’ailes » d’Elice Meng et Eleonora Marinoni et « H recherche F » de Marina Moshkova, deux films d’une beauté, d’une poésie (décidément le maître mot de cette édition) et d’une inventivité époustouflantes.

    cabourg4000

    Ce compte rendu est bien trop court pour évoquer ces cinq jours jalonnés de belles rencontres, amicales et professionnelles, de films romantiques, incandescents (tenant les promesses de l’affiche) et romantiques, pendant lesquels le soleil a -presque- constamment régné, au propre comme au figuré, lors desquels, une fois de plus, la réalité a dépassé la fiction notamment lors d’un dîner de clôture dont je me demande encore, tant il fut burlesque, si un scénariste malicieux n’en avait pas écrit le scénario. Allez savoir si certains de ces moments ne se retrouveront pas dans mon recueil de nouvelles (dont une se déroule à Cabourg !) qui sera publié à la rentrée aux Editions du 38…mais chut, je ne vous en dis pas plus pour le moment. Pour patienter, vous pouvez toujours trouver mon roman ( que j’espère romantique selon la définition que je vous en donne au début de ce compte rendu) L’amor dans l’âme dont une scène clef se déroule… au Festival du Film de Cabourg. Je repars de ce festival avec de beaux souvenirs et en tête la voix émue et émouvante d’Emmanuelle Béart chantant Barbara, et cette phrase que la déléguée générale du festival (que l’émotion communicative a tant de fois gagné lors de ce festival) a faite broder sur sa robe : « J’ai tellement aimé les stars et la lumière du cinéma que je n’ai plus peur de la nuit ».

    Merci à mes camarades d’avoir tant égayé ce festival, notamment Pascale B (sur le blog de laquelle vous pouvez retrouver mon interview, ici), aux photographes Isabelle Vautier, Mireille Ampilhac, Dominique Saint pour les photos officielles sur le tapis rouge, au photographe Dominique Saint pour la mémorable séance photos sur la plage, à la marque Dr. Hauschka pour la photo parmi un parterre de stars dans son album officiel, à Constance, Alexandre et Dominique pour l’accueil et longue vie au Festival de Cabourg…et au romantisme !

    Retrouvez mes autres photos du festival ci-dessous (à l’exception de celles sur lesquelles je suis évidemment signées des photographes cités ci-dessus) et des photos complémentaires sur mon compte Instagram @sandra_meziere.

     

    plage2

    cabourg1003

    cabourg15000

    cabourg3001

    cabourg4000

    cabourg2000

    cabourg6000

    cabourg9000

    cabourg11000

    cabourg12000

    IMG_8189

    PALMARES

    cabourg5000

    cabourg5001jury8

     

    cabourgt

    SECTION LONGS MÉTRAGES
    GRAND PRIX Diamond Island de Davy Chou Dotations

    PRIX DE LA JEUNESSE Departure d’Andrew Steggall

    jeunesse
    PRIX DU PUBLIC ESSILOR A Man Called Ove de Hannes Holm
    SECTION COURTS MÉTRAGES

    cabourg5003
    MEILLEUR COURT MÉTRAGE Hotaru de William Laboury

    MENTION SPÉCIALE DU JURY Gabber Lover d’Anna Cazenave-Cambet
    MEILLEURE ACTRICE Antonia Buresi pour Que Vive L’Empereur d’Aude Léa Rapin MEILLEUR ACTEUR Jonathan Couzinié pour Que Vive L’Empereur d’Aude Léa Rapin
    SWANN D’OR
    RÉVÉLATION FÉMININE Christa Théret dans La Fille du patron de Olivier Loustau
    RÉVÉLATION MASCULINE Kacey Mottet Klein dans Quand on a 17 ans de André Téchiné
    MEILLEURE ACTRICE Louise Bourgoin dans Je suis un soldat de Laurent Larivière

    bourgoin
    MEILLEUR ACTEUR Manu Payet dans Tout pour être heureux de Cyril Gelblat
    MEILLEUR FILM Les Ogres de Léa Fehner
    MEILLEUR RÉALISATEUR Bouli Lanners pour Les Premiers, Les Derniers
    HOMMAGE 50 ANS Un homme et Une femme de Claude Lelouch
    PRIX PREMIER RENDEZ-VOUS
    POUR UNE ACTRICE Noémie Schmidt pour L’étudiante et monsieur Henri d’Ivan Calbérac
    POUR UN ACTEUR EX AEQUO François Nambot et Geoffrey Couët pour Théo et Hugo dans le même bâteau d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau

  • Frédéric Mitterrand, président du jury du 42ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    Frédéric Mitterrand

    Nous savons pour l’instant seulement que cette 42ème édition aura lieu du 2 au 11 septembre 2016 et que le jury sera présidé par Frédéric Mitterrand. Avec ce cinéphile érudit, amoureux passionné et passionnant du cinéma, à n’en pas douter les débats seront brillants et les films seront regardés avec bienveillance. Il n’est pas seulement cette voix lyrique et inimitable. En plus d’être désormais écrivain, il a surtout défendu ardemment le cinéma comme exploitant de cinéma, réalisateur, producteur, mais aussi en tant qu’ancien Ministre de la Culture. Le cinéma n’a plus de secrets pour lui et son regard sur les films en lice sera sans doute aucun aiguisé. J'en profite pour vous dire que je vous fais gagner vos pass pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016, ici, et que vous pourrez bientôt gagner vos places pour la clôture!

    Voici les propos de Bruno Barde (directeur du festival) au sujet du président du jury:

    J’ai connu… Frédéric Mitterrand exploitant de cinéma, inventant les nuits blanches à l’Olympic-Entrepôt, créant un réseau d’une dizaine de salles d’art et essai, programmant déjà dans celles-ci avec audace les films de Pasolini, Bergman, Kurosawa, Ozu et des films égyptiens rares, allant même jusqu’à acquérir à Cannes La Balade de Narayama de Shohei Imamura, Palme d’Or.

    J’ai connu… Frédéric Mitterrand animateur, producteur et réalisateur de nombreux programmes culturels et documentaires, mettant le cinéma au firmament de ses préoccupations dans son émission de référence Etoile et Toiles.

    J’ai connu… Frédéric Mitterrand réalisateur talentueux et aimant avec Lettre d’amour en Somalie et lyrique avec Madame Butterfly.

    J’ai lu… Frédéric Mitterrand à travers La Mauvaise Vie et La Récréation et j’ai ainsi rencontré un écrivain : « Un papier qui traîne et c’est déjà l’abandon, la tristesse de ce qui s’abîme.

    Aussi n’ai-je point été surpris qu’il fût nommé directeur de l’Académie de France à Rome en 2008, puis ministre de la Culture de 2009 à 2012. Cet orpailleur de l’art et de la beauté nous fera l’honneur de présider la 42e édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Bruno Barde, Directeur du Festival

  • Le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2016 en direct ici du 2 au 11 septembre 2016

    Deauville2016.png

    Comme chaque année, vous pourrez me suivre en direct du Festival du Cinéma Américain de Deauville, ici, sur Inthemoodforfilmfestivals.com et bien sûr sur mon blog consacré à Deauville Inthemoodfordeauville.com, et bien évidemment sur twitter (@moodforcinema et @moodfdeauville) et Instagram (@sandra_meziere). La 42ème édition aura lieu du 2 au 11 septembre 2016. En attendant de connaître les premières informations sur cette édition, vous pouvez retrouver les meilleurs moments de la dernière édition sur le site officiel http://festival-deauville.com et mon compte rendu en cliquant ici. Vous pouvez également d'ores et déjà réserver vos pass auprès du CID en cliquant ici.

  • 69ème Festival de Cannes: bilan de la sélection officielle et palmarès

    compte11

    compte34

    cannesphoto

    La folie des passions

    « Je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence », cette phrase prononcée par Xavier Dolan (empruntée à Anatole France), bouleversant et la voix brisée par l’émotion, lorsqu’il a reçu son Grand Prix (amplement mérité, retrouvez ma critique de Juste la fin du monde en cliquant ici), je pourrais la faire mienne.

    Avant de vous livrer, au fil des semaines, mes critiques de la vingtaine de films vus pendant ce 69ème Festival de Cannes, en voici un premier bilan guidé par « la folie des passions » et les émotions qui ont jalonné ces 12 jours joyeusement tumultueux qui n’en ont pas été avares.

    compte58

    Cela commence toujours Gare de Lyon, comme il y a 15 ans, lorsque j’avais été sélectionnée par le Ministère de la Jeunesse et des sports et que j’étais invitée pour la première fois à vivre ce festival dont je rêvais depuis l’enfance, qui représentait alors pour moi un univers mystérieux, fascinant, lointain. Inaccessible. Je regardais ces trains qui menaient vers Cannes, qui me semblaient conduire vers l’inconnu, vers un univers fascinant et légèrement inquiétant, pleine de doutes et d’appréhension, ignorant encore que j’allais vivre 12 journées intenses et inoubliables et que chaque année ensuite j’aurais la joie d’y retourner. A chaque fois que je me retrouve Gare de Lyon pour partir à Cannes, sorte de sas vers une autre réalité, ou plutôt vers la réalité entre parenthèses (enchantées), je repense à ce moment qui sans aucun doute a changé le cours de mon existence et je sais que, comme à chaque fois, de ces 12 jours, je reviendrai avec un état d’esprit un peu différent, renforcée par cette tornade de rêves et de cinéma(s) dans laquelle m’emporte toujours le Festival de Cannes, m’insufflant une nouvelle énergie.

    Bien sûr, cette année, c’était différent, il y a eu une réalité tragique qu’il était difficile d’oublier, il y a eu le 13 novembre, il y a eu un basculement que la sécurité draconienne et omniprésente nous rappelait sans cesse bien qu’il m’aurait été, même sans cela, impossible de l’oublier, même si Cannes nous donne la sensation de nous plonger dans un cocon hors des vicissitudes du monde que ses écrans reflètent pourtant.

    compte87

    L’intérieur du Palais des Festivals de Cannes dont les baies vitrées ouvrent sur la mer

    « La vie est une comédie écrite par un auteur sadique » pouvait-on entendre dans le magnifique « Café Society » de Woody Allen, film d’ouverture de cette 69ème édition. Certes. Elle a par ailleurs sans aucun doute souvent au moins autant d’imagination que les fictions présentées sur les écrans du festival, nous embarquant dans une douce et hypnotique confusion entre le cinéma et la réalité, a fortiori lorsque les nuits sont si courtes, que le jour et la nuit et la réalité et la fiction ne semblent plus faire qu’un, et que le festival semble ne jamais devoir finir et toujours nous protéger des soubresauts de la vie et du monde, paradoxalement tout en nous en projetant chaque jour ses blessures et ses révoltes, dans cette atmosphère ouatée de cinéma, électrique, ce monde parallèle dans lequel assister à une séance devient impérieux et vital, manger et dormir accessoire.

    Sur un air de jazz…

    cafesociety

    Cela a donc commencé avec Woody Allen. Un festival ne peut être que réussi lorsqu’il commence par un film de Woody Allen surtout lorsque ce dernier signe un nouvel hommage à la beauté incendiaire de New York, un hommage empreint d’une féroce nostalgie du Hollywood et du New York des années 1930 mais aussi empreint de la nostalgie des amours passées devenues impossibles (retrouvez ma critique de « Café Society », ici). Une scène vaudevillesque digne de Lubitsch et une autre romantique à Central Park et bien sûr le dénouement d’une mélancolie foudroyante valent le voyage sans oublier de réjouissantes citations avec lesquelles nous régale toujours Woody Allen. Un film qui possède un charme nostalgique notamment grâce à une écriture d’une précision redoutable. Woody Allen fait dire à un de ses personnages «  Il sait donner au drame une touche de légèreté » alors pour le paraphraser disons que dans ce nouveau film, comme souvent, le cinéaste sait donner à la légèreté une touche de drame. Et comment ne pas avoir l’impression comme dans « La Rose pourpre du Caire » que les personnages ou que la fiction traversent l’écran quand un film est autant rythmé par le jazz (dont la tristesse sous-jacente à ses notes joyeuses fait écho à la joie trompeuse des personnages) et que le jazz rythme chaque jour l’attente des festivaliers dans le Grand Théâtre Lumière. Le festival avait à peine commencé que déjà la réalité s’éloignait, que ce magicien surdoué qu’est le Festival de Cannes refermait ses bras sur nous, nous enlaçant de cinéma…

    compte29

    Le décor du dîner de Jean-François Piège sur le thème du « Guépard » de Visconti sur la plage Nespresso.

    Ne perdriez-vous pas à votre tour contact avec la réalité si vous dîniez dans un décor inspiré de votre film préféré (en l’occurrence « Le Guépard » de Visconti), si vous rencontriez une personne d’une rare bienveillance que vous avez toujours admirée, si vous aviez écrit un roman qui justement parle de la fragile frontière entre cinéma et réalité, de la difficulté de vivre un deuil dans une société à l’attention et l’émotion volatiles et versatiles, a fortiori en plein Festival de Cannes et que vous vous retrouviez dans cette situation, si votre réalité dépassait parfois la réalité décrite dans le roman que vous avez écrit vous faisant réaliser que certains personnages que vous craigniez trop caricaturaux sont en fait en-deçà de la réalité, si par une suite de hasards rocambolesques votre roman  comme une bouteille à la mer se retrouvait entre les mains d’un talentueux cinéaste qui y est évoqué ? J’aime les bouteilles à la mer. Les actes fougueux, vains, déraisonnables. Mais c’est une autre histoire…La folie des passions, encore et toujours…

    compte90

    La mise en abyme d’une histoire de mise en abyme…

    Le miroir des blessures du monde

    compte112

    compte200

    La réalité était pourtant bien présente sur les écrans du festival, Cannes, comme chaque année, en étant le reflet, le miroir informant, grossissant comme l’est en particulier le film qui a reçu la palme d’or « Moi, Daniel Blake » de Ken Loach. 10 ans après l’avoir déjà obtenue pour « Le vent se lève » , Ken Loach, ainsi, intégrait le cénacle des cinéastes ayant reçu deux palmes d’or : les Dardenne, Francis Ford Coppola, Shohei Imamura, Emir Kusturica, Michael Haneke. Alors qu’il avait annoncé il y a deux ans, après « Jimmy’s hall » (en compétition officielle du Festival de Cannes 2014) qu’il ne tournerait plus, Ken Loach est donc revenu à Cannes et en est reparti avec la récompense suprême. Une évidence tant ce film capte et clame les absurdités cruelles et révoltantes d’un monde  et d’une administration qui broient l’individu, l’identité, la dignité comme celles de Daniel Blake (formidable Dave Johns), menuisier veuf, atteint d’une maladie cardiaque mais que l’administration ne considère pas comme suffisamment malade pour avoir droit à une pension d’invalidité.  Le regard plein d’empathie, de compassion que porte Loach sur Daniel Blake, et celui plein de clairvoyance qu’il porte sur le monde qui l’entoure et plein de colère contre les injustices dont il est victime contribuent à cette  œuvre à la fois très personnelle et universelle. Que Daniel Blake évoque sa femme décédée, que Ken Loach dessine les contours d’ une famille qui se reconstitue (Daniel Blake rencontre une jeune mère célibataire de deux enfants contrainte d’accepter un logement à 450 kms de sa ville natale pour ne pas être placée en famille d’accueil), son point de vue est toujours plein de tendresse sur ses personnages, teinté d’humour parfois aussi, et de révolte contre ces « décisionnaires » qui abusent de leur pouvoir, presque de vie et de mort, dans des bureaux qui ressemblent aux locaux labyrinthiques, grisâtres et déshumanisés  de « Playtime »  comme un écho à cette époque d’une modernité  aliénante, déshumanisante et parfois inhumaine que Tati savait déjà si bien tourner en dérision et envelopper dans un vaste manège. « Moi, Daniel Blake », c’est l’histoire d’un homme qui veut rester maître de son existence, qui se réapproprie son identité et son honneur que cette administration étouffante essaie de lui nier, qui prend le pouvoir, celui de dire non, de clamer son patronyme, son existence, lors de deux scènes absolument bouleversantes. Le poing levé de Ken Loach  qui nous lance un uppercut en plein cœur, ce cœur qui (ce n’est sans doute pas un hasard que le mal se situe là)  lâche peu à peu Daniel Blake, lui qui en possède tant.  « Moi, Daniel Blake » c’est un film qui donne la parole à tous ceux qu’un système inique veut murer dans le silence et leur détresse. « Moi, Daniel Blake »,  c’est la démonstration implacable de la férocité meurtrière d’un système, un film d’une force, d’une simplicité, d’une beauté, mais aussi d’une universalité redoutables et poignantes. Une palme d’or en forme de cri de colère, de douleur, et d’appel à l’humanité dont les lueurs traversent le film et nous transpercent le cœur, bien après les derniers battements de ceux de Daniel Blake.  « Dans cette période de désespoir il faut ramener de l’espoir. » «Un autre monde est possible et nécessaire » a conclu Ken Loach avant de le répéter en Français, en recevant ce prix.

    Money Monster

    Dans un style radicalement différent « Money monster » (hors compétition), de Jodie Foster nous parlait aussi d’un monde mondialisé et d’ultra-communication,  totalement déshumanisé et aveuglé. 40 ans après avoir accédé à la notoriété et après avoir foulé les marches avec « Taxi Driver », Jodie Foster était ainsi de retour pour une montée des marches au comble du glamour  en compagnie de George Clooney (qui incarne ici une personnalité influente de la télévision grâce à une émission dans laquelle il conseille des placements boursiers) et de Julia Roberts qui les gravissait pour la première fois, radieuse et, faisant fi du protocole, pieds nus s’il vous plaît. Une critique acerbe et avisée de la quête du profit à outrance mais plus encore des chaînes d’information, de leur cynisme et leur course à l’audience au mépris de la morale et de ceux qui la regardent qui ne sont alors plus que des consommateurs avides qui ingurgitent des images toujours plus sensationnelles.

    compte105

    Le tableau dressé par la plupart des cinéastes était d’ailleurs non seulement celui d’un monde inique qui dévore les plus faibles mais aussi celui d’une société et d’administrations corrompues aux quatre coins du monde, du Brésil avec « Aquarius » de Kleber Filho Mendonça (dans lequel le cinéaste filait la métaphore entre le cancer de la protagoniste et cette maladie qui gangrène la société) aux Philippines avec « Ma’Rosa » de Brillante Mendoza (qui a d’ailleurs valu à son actrice principale le prix d’interprétation féminine : « Les femmes dans les familles sont si importantes dans mon pays », « Brillante Mendoza a voulu montrer ce qui se passe dans mon pays. C’est si vrai et je le remercie pour ça » a ainsi déclaré l’actrice Jaclyn Jose lors de la conférence de presse des lauréats. « La performance de l’actrice de « Ma’Rosa » a brisé mon cœur » a par ailleurs expliqué Arnaud Desplechin  lors de la conférence de presse du jury), un prix d’interprétation féminine que l’actrice  d’ « Aquarius », Sonia Braga, aurait également mérité, deux femmes fortes qui tentent de résister à la fatalité.

    compte107

     Le tableau dressé de la Roumanie dans« Baccalaureat » de Cristian Mungiu n’était guère plus flatteur.  Un père y met ainsi tout en œuvre pour que sa fille soit acceptée dans une université anglaise, devant pour cela renoncer aux principes qu’il lui a inculqués. Chaque plan de ce film est  par ailleurs une composition d’une richesse et d’une acuité éblouissantes qui lui ont valu un prix de la mise en scène (ex-aequo avec Olivier Assayas dont j’ai manqué le film : « C’est peu de dire que je suis très ému, le plus beau prix que je partage avec un cinéaste que j’admire depuis longtemps » a ainsi déclaré ce dernier lors de la clôture).

    compte110

    Trois œuvres fortes et courageuses de cinéastes qui se font les porte-paroles d’une société muselée, en proie à la corruption et aux compromissions. Comme un écho aux paroles de Vincent Lindon  lorsqu’il a ouvert le festival (prix d’interprétation l’an passé pour « La loi du marché » qui d’ailleurs présente des similitudes avec la palme d’or de cette année) : « Je me suis empressé de dire oui au festival qui depuis plus d’un demi-siècle témoigne du monde et de son imaginaire et qui aide à se battre contre les injustices, les préjugés, les différences, il est rudement courageux. Essayons de l’être autant que lui. Vive le cinéma ».

    Des personnages de pères et de femmes forts, et des liens familiaux mis à mal

    compte85

     Peut-être est-ce pour cela que la culpabilité était aussi un thème récurrent de cette édition : notre culpabilité face à un monde soumis aux inégalités et aux injustices révoltantes, thème que l’on retrouvait, outre « Baccalauréat », dans « La fille inconnue » des Dardenne (sans doute leur film le plus bancal, avec un scénario trop cousu de fils blancs et des personnages auxquels manquait cette vérité éclatante caractéristique de leur cinéma), ou encore dans le sublimement romanesque « Julieta » de Pedro Almodovar dans lequel la perfection de tous les éléments même si ce n’est pas son film le plus exubérant ( scénario labyrinthique et ciselée sur la violence indicible du deuil et de la culpabilité que le temps qui passe cadenasse dans le silence mais n’affaiblit pas, réalisation d’une beauté éblouissante dès le premier plan, interprétation d’une justesse bouleversante, musique poignante) auraient pu faire de ce mélodrame flamboyant une palme d’or à côté de laquelle le cinéaste espagnol passe pourtant donc une nouvelle fois.

    compte205

    La palme de l’originalité pour le dossier de presse de « Julieta ».

    Là encore dans le film d’Almodovar, et comme toujours dans son cinéma, ce sont des personnages de femmes fortes comme dans de nombreux films de cette sélection, des femmes qui souvent menaient la danse comme l’indiquaient d’ailleurs les titres des films comme « Elle » ou « Mademoiselle »,  mais c’était aussi le cas notamment dans le sobre et pudique « Loving »,  des femmes qui combattent pour leur liberté, d’être, d’aimer et de vivre comme elles l’entendent.

    compte19

    Ce festival nous a offert aussi de grands et beaux scénarios avec des personnages combattifs comme celui incarné par Marion Cotillard dans le sublime film sur la cristallisation et la quête d’absolu qu’est « Mal de pierres » de Nicole Garcia. Un film fiévreux porté par un scénario parfait, avec des tonalités truffaldiennes ( au passage signé du talentueux et prolifique Jacques Fieschi) , et par une réalisation éblouissante (avec même des accents à la John Ford) et au service de très beaux personnages, « sauvagement » vivants. Un film dont je vous reparlerai longuement.

    Des personnages de femmes fortes étaient ainsi mis à l’honneur mais aussi de pères comme dans le film allemand « Toni Erdmann » qui oscille entre humour et émotion pour interroger le sens de la vie et de l’essentiel ou encore dans « Baccalauréat » de Mungiu dans lequel un père abandonne ses grands principes et se trouve à son tour pris dans l’engrenage des « services », entendez par là la corruption et le trafic d’influence.

    compte13

    Quand certains films nous projetaient la réalité en pleine face », d’autres sublimaient le vertige de l’art, que cela soit celui de la danse (« La Danseuse », dans la sélection Un Certain Regard, un film poétique dont il a été question pour l’apparition de Lily-Rose Depp qui y crève l’écran mais qui vaut aussi pour l’interprétation de Soko), ou du cinéma (« Le Bon Gros Géant » de Spielberg, métaphore du cinéma de son réalisateur dans lequel, à l’image de ce dernier, le géant capture nos rêves et nous captive avec notamment une scène hilarante avec La Reine d’Angleterre qui, à elle seule, vaut le déplacement). Dans cette sélection, l’ inclassable et misanthrope « Ma Loute » de Bruno Dumont apportait un vent de folie salutaire avec un Fabrice Luchini aussi singulier et fascinant dans le film qu’en conférence de presse, une  fantaisie délicieusement déconcertante à l’image de jeu de Luchini, savamment grotesque dont la folie décontenance et réjouit. « J’ai voulu raconter une histoire de dingues avec néanmoins une histoire d’amour, une histoire policière,… une histoire colorée.», « Je filme toujours quelque chose pour parler d’autre chose »,, « On est à la fois des salauds et des saints, des crétins et des génies. Cette coexistence me passionne. », a ainsi déclaré Bruno Dumont lors de la conférence de presse du film.

    binoche

     « Ma loute » était une des trois comédies de ce festival certes fortement teintée de noirceur à l’image des deux autres, tandis que Jim Jarmush nous berçait avec son poème filmique « Paterson ».

    La famille se trouvait donc souvent au centre des films en compétition, mais une famille écartelée, soumise aux mensonges, aux non dits, à la culpabilité et l’incommunicabilité comme dans « Sieranevada » de Cristi Puiu qui, à travers les oppositions et les dissensions d’une famille révèle celles de la société roumaine (Puiu qui, comme son compatriote aurait mérité un prix de la mise en scène) et comme dans « La fin du monde » le Grand Prix signé Xavier Dolan, même si dans l’un de ces deux films, les cris disent ce que dans l’autre ils masquent. Dans le film de Dolan, en effet, chaque silence de ses personnages interprétés par des acteurs au firmament crient l’indicible comme ceux de « Julieta » d’Almodovar s’enferment dans l’ineffabke douleur de l’absence et croulent sous le poids des silences.

    compte63

    Mensonges (étatiques ou familiaux), culpabilité, absurdité de l’administration, course au profit et à l’audience, Cannes était une fois de plus une fenêtre « ouverte sur le monde ». Un monde écartelé, blessé, dans lequel des cris contre l’indifférence et la barbarie (qu’elles soient familiales ou sociétales) se perdent dans le silence, ce que Sean Penn a lui aussi maladroitement essayé de montrer dans un film au sujet à palme d’or dont les excès mélodramatiques ont malheureusement nui au propos et ont suscité l’unanimité contre lui.

    L’entente plus que cordiale du jury

    loach8

    compte102

    compte103

    compte100

    jury4

    Comme l’an passé, après la clôture, j’ai eu le plaisir de couvrir la conférence de presse du jury puis des lauréats. Laszlo Nemes à propos du film de Xavier Dolan a ainsi déclaré: « Quand cela commence vous entendez la voix spécifique du réalisateur. »  C’est sans doute ce qui caractérise les cinéastes primés et un grand cinéaste : cette voix spécifique. Lors de la conférence de presse du jury, son président, George Miller, a tenu à souligner que « c’était émotionnellement épuisant car chacun parlait avec passion.. »

    compte109

    Sans doute certains auront-ils été étonnés de la double récompense reçue par « Le Client » de Farhadi (que je dois également rattraper) : prix d’interprétation masculine et prix du scénario. « Les films qui ont le grand prix, le prix de la mise en scène et la palme d’or ne peuvent gagner un autre prix » a ainsi expliqué George Miller. Le jury a également expliqué qu’un seul film peut obtenir deux prix.  « C’était une très intéressante sélection représentative du cinéma d’aujourd’hui » a  précisé Valeria Golino.  Sutherland à propos jury a tenu à souligner que : « C’était l’association du gens que vous avez envie de voir encore et encore tout le long de votre vie ».

    En conclusion :

    compte111

    La cérémonie de clôture était finalement un condensé du Festival de Cannes et en résumait toute la diversité des styles et des émotions qu’il suscite : l’émotion communicative de Xavier Dolan, le cinéma d’hier qui valsait avec celui d’aujourd’hui avec la palme d’honneur décerné à Jean-Pierre Léaud (il faudra que je vous parle du plaisir  de revoir « Un Homme et une femme » pour les 50 ans de sa palme d’or, en présence de Claude Lelouch, dans le cadre de Cannes Classics), et des récompenses décernées majoritairement à des films engagés aux messages forts : des cris de colère et de révolte dont on espère que leurs prix leurs permettront d’arriver à destination. A l’image de la sublime affiche de cette 69ème édition, incandescente, solaire, ouvrant sur de nouveaux horizons (image tirée du « Mépris » de Godard) et sur cette ascension solitaire, teintée de langueur et de mélancolie, Cannes une fois de plus nous a éclairés sur les ombres du monde et a élargi nos horizons.

    lelouch4

     « Le cinéma d’auteur continue à exister grâce au Festival de Cannes »  a ainsi rappelé Cristian Mungiu lors de la clôture, ajoutant lors de la conférence de presse des lauréats : »Le cinéma n’est pas une affaire de gagnants ou de perdants mais de ce que les films ont à vous dire. », « C’est très important de préserver la diversité du cinéma. C’est bien d’avoir des voix et des points de vue différents » ainsi rappelant à ceux qui en douteraient encore le rôle essentiel de ce festival pour la survie du cinéma, de tous les cinémas.

    Mais bien sûr, plus que tout, ce sont les émotions qui resteront, notamment celles suscitées par ce discours et le film de son auteur, Xavier Dolan : « L’émotion ce n’est pas toujours facile, il n’est pas toujours facile de partager ses émotions avec les autres.  Il n’est pas toujours facile de partager ses émotions avec les autres. La violence sort parfois comme un cri. Ou comme un regard qui tue »… « J’ai tenté au mieux de raconter les histoires et les émotions de personnages parfois méchants ou criards mais surtout blessés et qui vivent comme tant d’entre nous dans le manque de confiance dans l’incertitude d’être aimé. Tout ce qu’on fait dans la vie on le fait pour être aimé, pour être accepté. »

    compte7

    Dans ce tourbillon d’émotions, de films, de musique aussi, il y a bien sûr eu des rendez-vous manqués mais j’en reviens avec un fol amour pour le cinéma, renouvelé, l’envie d’écrire, sur les films, mais aussi de raconter des histoires, et la sensation d’avoir vécu un film de 12 jours palpitant. 12 jours de grand cinéma, de films percutants, de plans éblouissants  et de personnages forts qui m’accompagnent encore et pour longtemps. 12 jours où la vie ressemblait à du grand cinéma, celle que l’on aime dictée par « la folie des passions » même si planait l’ombre des absents. 12 jours dont le credo, emprunté au film d’ouverture, en aura été : « Vis chaque jour comme le dernier, un jour ça le sera. »

    En attendant les critiques (je commence par Juste la fin du monde de Xavier Dolan, à lire ici), quelques clichés de mes pérégrinations cannoises, version 2016.

    Palmarès du 69ème Festival de Cannes

    (Sous le palmarès, retrouvez d’autres photos de ce Festival de Cannes, prises via mon compte Instagram @sandra_meziere).

    Palme d’or

     I, DANIEL BLAKE 

     (MOI, DANIEL BLAKE) 

    Ken LOACH

    Grand Prix

     JUSTE LA FIN DU MONDE 

    Xavier DOLAN

    Prix de la mise en scène (Ex-aequo)

     Cristian MUNGIU 

     BACALAUREAT 

     (BACCALAUREAT) 

    Cristian MUNGIU

    Prix de la mise en scène (Ex-aequo)

     Olivier ASSAYAS 

     PERSONAL SHOPPER 

    Olivier ASSAYAS

    Prix du scénario

     Asghar FARHADI 

     FORUSHANDE 

     (LE CLIENT) 

    Asghar FARHADI

    Prix du Jury

     AMERICAN HONEY 

    Andrea ARNOLD

    Prix d’interprétation féminine

     Jaclyn JOSE 

     MA’ ROSA 

    Brillante MENDOZA

    Prix d’interprétation masculine

     Shahab HOSSEINI 

     FORUSHANDE 

     (LE CLIENT) 

    Asghar FARHADI

    Prix Vulcain de l’Artiste-Technicien, décerné par la C.S.T.

     Seong-Hie RYU 

     MADEMOISELLE 

    PARK Chan-Wook

    Courts Métrages

    Palme d’or du court métrage

     TIMECODE 

    Juanjo GIMENEZ

    Mention spéciale – court métrage

     A MOÇA QUE DANÇOU COM O DIABO 

     (LA JEUNE FILLE QUI DANSAIT AVEC LE DIABLE) 

    João Paulo MIRANDA MARIA

    Quelques photos de ce 69ème Festival de Cannes (prises via mon compte Instagram @sandra_meziere ainsi

    que toutes les autres photos de cet article).

    compte254

    Les 24 marches les plus célèbres du monde…

    compte253

     Sur la plage Nespresso…

    compte220.JPG

    Sur le toit du palais des festivals, au Mouton Cadet Wine Bar

    compte225.JPG

    Vue depuis le toit du palais des Festivals, du Mouton Cadet Wine Bar

    compte216.JPG

    Les escabeaux toujours prêts toujours là…

    compte213.JPG

    Remise des prix de la Cinéfondation après un discours plein d’autodérision de son président, Gilles Jacob

    compte208.JPG

    compte209.JPG

    compte210.JPG

    Les casiers presse, passage quotidien incontournable pour récupérer les dossiers de presse (que je n’ai malheureusement pas tous ramenés).

    compte204.JPG

    Le lauréat de la palme d’or, Ken Loach, lors de la conférence de presse des lauréats.

    compte203.JPG

    compte88

    Pause quotidienne sur la plage Majestic, merci à ADR Prod

    compte106.JPG

    Valeria Golino, membre du jury, lors de la conférence de presse des membres du jury après la clôture

    compte91.JPG

    Clôture de Un Certain Regard

    compte83.JPG

    LA nouvelle bonne adresse cannoise qui a ouvert juste avant le festival, située juste en face le palais des festivals, « La Californie » (qui appartient à Sénequier)

    compte71.JPG

    Petite pause goûter à la plage Majestic et une assiette sur mesure

    compte73.JPG

    compte75.JPG

    compte67.JPG

    Interview de Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la Critique (compte rendu à suivre)

    compte70.JPG

    L’équipe du film de Sean Penn, en compétition officielle, lors de sa conférence de presse

    compte58.JPG

    Vue sur la Croisette depuis le palais des festivals

    compte61.JPG

    Projections des films de clôture de la Semaine de la Critique signés Chloé Sévigny, Laetitia Casta et Sandrine Kiberlain

    compte62.JPG

    compte56.JPG

    compte51.JPG

    Une autre de mes cantines cannoises

    compte42.JPG

    compte44.JPG

    compte40.JPG

    L’équipe de « Aquarius » sur les marches

    compte39 compte36

    compte35.JPG

    compte33

    L’équipe de « Loving » de Jeff Nichols

    jury5

    Vanessa Paradis lors de la conférence de presse du jury après la clôture

    Loach7

    Ken Loach lors de la conférence de presse du jury après la clôture

    compte31

    Dîner sur la plage Nespresso, signé Jean-François Piège et sur le thème du « Guépard » de Visconti (photos ci-dessous)

    compte27

    compte30 compte252 compte250 compte24 compte23 compte22 compte21 compte20 compte18

    compte12

    Ci-dessus, les lauréats du prix Talents Nespresso

    compte8

    Passionnante leçon de cinéma par Tomer Sisley dans un anglais irréprochable

    compte9

    Au concert privé de LEJ au Majestic Barrière

    compte10

    compte6

    Vue vertigineuse sur la Croisette depuis le Club By Albane

    compte1

    compte2 compte3 compte5