Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 - Page 2

  • Critique - "Comme des frères" de Hugo Gélin : le film de la semaine et la comédie de l'année

    Cliquez sur l'affiche ci-dessous pour lire ma critique de "Comme des frères" de Hugo Gélin, sans aucun doute, la "comédie mélancolique" de l'année pour laquelle Pierre Niney vient d'ailleurs d'être d'être nommé comme révélation pour le César du meilleur espoir masculin 2013.

    comme.jpg

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 Pin it! 0 commentaire
  • Critique - « A royal affair » de Nikolaj Arcel avec Mads Mikkelsen

     

    "A royal affair" faisait partie de la sélection du Grand Prix Cinéma du magazine Elle 2012 (dont je faisais partie du jury) dans le cadre duquel je l'ai découvert.

    « A royal affair » est l’histoire vraie d’un homme ordinaire qui gagne le cœur d’une reine et démarre une révolution. Centré sur le triangle amoureux constitué par Christian VII (Mikkel Folsgaard), roi cyclothymique et débauché, l’idéaliste Struensee ( Mads Mikkelsen), médecin imprégné de la pensée des Lumières, et la jeune reine Caroline Mathilde (Alicia Vikander), Royal Affair relate l’épopée d’idéalistes audacieux qui, vingt ans avant la révolution française, risquèrent tout pour imposer des mesures en faveur du peuple. »

     Il faut d’abord souligner qu’il s’agit là d’un première long-métrage, ce dont on ne se douterait pas à première vue tant l’écriture, la photographie, la direction d’acteurs et la réalisation sont maitrisées.

     Ce film sous-titré « Une passion secrète qui changea à jamais l’avenir d’une nation » est passionnant et à plus d’un titre. Il débute comme un conte de fée: une jeune princesse anglaise va épouser le roi du Danemark et devenir reine mais la santé mentale fragile de son époux, sa vie de débauche et les complots de cour vont rapidement le transformer en intrigue politique, historique et amoureuse passionnante et nous plonger dans cet épisode historique bien connu des Danois et méconnu du reste du monde.

     Le réalisateur a eu la bonne idée de traiter de manière contemporaine un fait historique, d’abord parce que Struensee était lui-même avant-gardiste et visionnaire en faisant appliquer les idées des philosophes des Lumières bien avant la Révolution française.

     Le film est porté par une musique inspirée ( comme souvent lorsqu’elle est signée Gabriel Yared), une photographie qui passe rapidement des couleurs lumineuses d’une vie idéalisée à celles plus grisâtres des réalités de la cour, et l’interprétation remarquable du trio –Mikkel Boefolsgaard qui interprète le roi Cristian VIII a obtenu le prix d’interprétation au Festival de Berlin 2012 et il faut dire qu’il est bluffant dans le rôle de ce roi débauché, égocentrique, manipulable et finalement surtout fragile et plus touchant qu’il n’en a l’air- et face à lui, Mads Mikkelsen qui incarne à merveille le charisme et le mystère de cette figure illustre et Alicia Vikander parfaite dans le rôle de cette reine qui gagne peu à peu en autorité, force et détermination.

     Ce sont les relations de ce trio et l’évolution de ces personnages qui rendent ce film passionnant avec quelques scènes magistrales comme celle lors de laquelle l’un d’entre eux monte à l’échafaud.

    Un premier film passionnant, historique et moderne, romanesque et instructif, étonnamment maitrisé.

     

    Sortie en salles : le 21 novembre 2012

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 Pin it! 0 commentaire
  • Critique – « Argo » de Ben Affleck

    argo.jpg

    4 ans après son premier film » Gone baby gone » qu’il avait accessoirement présenté en avant-première au Festival du Cinéma Américain de Deauville, et deux ans après « The Town », Ben Affleck revient dernière la caméra avec « Argo ». Après avoir exploré les bas-fonds,  voire les tréfonds obscurs et secrets de Boston, il nous embarque cette fois en Iran, en 1979.

    Le 4 novembre 1979, en pleine révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran prenant 52 Américains en otage. Au milieu de ce chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils finiront par être découverts et fort probablement tués, un spécialiste de "l’exfiltration" de la CIA du nom de Tony Mendez (Ben Affleck himself)  monte un plan risqué, totalement abracadabrantesque visant à les faire sortir du pays. Un plan tellement incroyable que, s’il n’était inspiré d’une histoire vraie, seuls Hollywood et le cinéma auraient pu l’inventer: faire passer les six américains à exfiltrer pour l'équipe de tournage d'un film, "Argo".

    Ayant particulièrement apprécié les deux premiers films de Ben Affleck cinéaste, j’en attendais beaucoup de ce troisième long-métrage par ailleurs encensé par la critique, et c’est pourtant à mon avis le moins bon des trois, ou en tout cas le plus convenu qui présente les écueils qu’il avait magistralement évités dans ses précédents films : le manichéisme et les facilités scénaristiques.

    Cela commence par un mélange certes habile d’images d’archives et d’images de fiction, une exposition claire mais assez longue pour nous rappeler les circonstances historiques. Puis, Ben Affleck abuse des montages parallèles pour nous faire comprendre de manière appuyée le parallèle entre Hollywood qu’il ne se prive pas d’égratigner (de manière assez drôle, c’est vrai) et la mise en scène de la prise d’otages par ses « acteurs ». Dans les deux cas, il s’agit d’une réalité scénarisée comme le souligne et surligne le montage au cas où nous ne l’aurions pas compris. A partir de ce moment, nous n’attendons plus qu’une chose : l’exfiltration à l’aéroport, le paroxysme, le climax. La scène tant attendue est certes haletante et prenante mais ne nous épargne rien des clichés du genre ( ticket validé à la dernière minute…).

    Lorsqu’il s’agit de courses poursuites ou de susciter le sentiment d’urgence, l’adrénaline, le danger, la maîtrise du réalisateur est flagrante, comme dans « The Town » et la est tension palpable.  Dommage qu’on n’y retrouve pas cette même étanchéité entre le bien et le mal, le crime et l’innocence, et cet aspect sociologique passionnant que dans « Gone baby gone »  et « The Town »  qui leur apportaient leur intérêt et originalité.

    Si la réalisation est totalement maîtrisée, c’est d’ailleurs avant tout le montage et le découpage qui insufflent au film son rythme trépidant même si Ben Affleck recourt, comme dans ses précédents films, à la caméra qui enserre et encercle les visages pour nous faire comprendre l’enfermement, l’étau qui se resserre, la tension.

    « Argo » a tout de la caricature du film d’espionnage américain : le slogan qui claque (le film était faux la mission bien réelle), le héros mélancolique qui  s’oppose à la hiérarchie et en proie à ses démons personnels (le summum est atteint avec le dessin pour le petit garçon, scène encore une fois téléphonée sans oublier le dialogue entre le producteur et l’agent de la CIA sur leurs enfants), la musique (signée Alexandre Desplat) pour accentuer le suspense, et évidemment et surtout pour nous montrer à quel point ces gens de la CIA et d’Hollywood sont virils et n’ont pas leur langue dans leur poche un langage châtié avec « le censé être irrésistible » « Argofuckyourself ! » ou encore cette réplique parmi d’autres qui fait se retourner Prévert dans sa tombe : : «  Le public visé détestera. Quel public ?Celui avec des yeux ! ».

    Tout était là pour faire de ce scénario réel et improbable un vrai, un grand et beau film d’espionnage politique, malheureusement son manque criant de sobriété et de subtilité en font un  divertissement captivant (mais on peut captiver avec des ficelles plus ou moins faciles) au-dessus de la mêlée certes mais sans grande originalité et à la gloire de la bannière étoilée (étonnant qu’elle ne flotte pas insolemment et fièrement à la fin du film). Cela m’aura néanmoins permis de découvrir cette histoire rocambolesque (déclassifiée par Bill Clinton et rendue publique en 1997) qui présente des résonances intéressantes avec la situation politique actuelle (le film a d’ailleurs été tourné en Turquie). Mais si, comme moi, vous aimez les films d’espionnage des années 1970, revoyez plutôt « Les 3 jours du Condor » et non celui qui essaie de les singer… ou allez voir « Skyfall ».

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 Pin it! 2 commentaires
  • Critique - "Nous York" de Géraldine Nakache et Hervé Mimran

    A moins d'avoir émigré sur une autre planète, vous savez certainement que demain sort en salles "Nous York" de Géraldine Nakache et Hervé Mimran, la suite qui n'en est officiellement pas une de "Tout ce qui brille". Autant je vous avais dit tout le bien que je pensais de "Tout ce qui brille", hier, ici, film joyeux, rafraîchissant, pétillant, lumineux, d’une tendre drôlerie et justesse, intelligemment écrit et interprété,  autant je suis beaucoup plus réservée sur "Nous York" découvert dans le cadre du Grand Prix Elle du Cinéma dont je faisais partie du jury (c'est finalement "La Chasse" de Thomas Vinterberg qui a gagné, un meilleur choix même si je lui aurais préfèré "Les Bêtes du Sud sauvage").

     Si « Nous York » n’est pas une suite, il surfe indéniablement sur le succès du premier reprenant des personnages similaires, voire identiques.

    C’est l’histoire de trois trentenaires de Nanterre qui débarquent à New York par surprise à l'occasion de l’anniversaire de leur amie d'enfance. C'est une autre amie d’enfance qui a tout organisé. Les deux amies ont quitté leur cité depuis deux ans pour tenter leurs chances aux États-Unis. La première est l'assistante personnelle d'une célèbre comédienne avec qui elle partage un sublime appartement. La seconde travaille dans une maison de retraite.

    Pour le reste… j’ai eu l’impression d’un immense gâchis, que le talent d’écriture (certain) des deux auteurs s’est perdu dans une admiration béate pour New York, totalement hypnotisés et paralysés par cette beauté d’acier tant de fois filmée, aussi par l’envie de filmer la ville en long, en large et en travers et de filmer leur bande d’amis en oubliant totalement le scénario et réduisant le film à une suite de saynètes sans réelle consistance entre situations convenues, prévisibles et parfois plans interminables et inutiles malgré une tentative d'alterner entre rires et larmes (souvent de manière peu crédible concernant le second, entre la mort d'un personnage et la maladie de la mère d'une autre pour nous faire comprendre de manière appuyée que "la vraie vie est ailleurs", là où ils ont grandi et que, une fois de plus, "tout ce qui brille n'est pas de l'or".)

    Les personnages censés être trentenaires sont particulièrement enfantins, peut-être le reflet d’une génération qui essaie de prolonger l’enfance en laquelle certains se reconnaîtront sans doute mais en tout cas, cela n’a pas été mon cas et j'avoue être un peu lasse de ces personnages récurrents de trentenaires dans les comédies qui les font souvent passer pour des ados attardés et velléitaires.

    Je suis néanmoins moins sévère que les autres jurées envers cette comédie inégale (si l’ennui n’est pas un critère pour moi au cinéma, cela l’est en revanche pour une comédie, et je me suis malheureusement ennuyée ici) aux personnages néanmoins sympathiques interprètés visiblement avec bonheur et qui déambulent et nous font déambuler dans un New York  joliment mis en lumière, beaucoup des jurées ayant attribué la note de 0 au film et ayant considéré qu’il n’y avait que le «générique à sauver».

    Dommage que d'autres films ne bénéficient pas d'autant de mise en avant (le magazine Elle, devant l'étonnement des jurées sur la sélection de ce film, nous a clairement fait comprendre qu'il y avait quelques sélections "obligées", comprendre un échange de bons procédés) que ce film qui se déroule aux Etats-Unis (ô mais quel choix innocent) et sort le jour des élections américaines. Si vous voulez une vraie bonne comédie qui sache alterner entre rires et larmes, je vous recommande "Comme des frères" d'Hugo Gélin, pour moi la comédie de l'année (au casting duquel figure d'ailleurs  Hervé Mimran, coréalisateur de "Nous York", en tant que scénariste).

    comme.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 Pin it! 0 commentaire