Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Jean-Loup Dabadie: président du jury du Festival International du Film Policier de Beaune 2012

    beaune2012.jpg

     

    C’est le membre de l’Académie Française, écrivain et scénariste français Jean-Loup Dabadie qui présidera le jury du Festival International du Film Policier de Beaune 2012 qui se déroulera du 28 mars au 1er avril. Auteur de scénarii inoubliables, notamment de films de Claude Sautet,  et auteur doté d’une grande sensibilité, voilà qui annonce le meilleur pour cette édition 2012 de ce festival qui, en 4 ans, s’est imposé comme un des grands rendez-vous cinématographiques annuels avec, toujours, une programmation riche et variée qui fait honneur à ce genre cinématographique qui a fait naitre ma passion pour le 7ème art.

    Cette année, par ailleurs, le festival met Londres à l'honneur avec "London polar". A cette occasion des films emblématiques de la ville de Londres et du cinéma policier seront proposés aux festivaliers.

    Découvrez également le site officiel du festival: http://www.beaunefestivalpolicier.com/ en attendant de retrouver ici la programmation complète.

     

      FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE de Jean-Loup Dabadie (source : site officiel du festival)

     Scénariste

     1970 LES CHOSES DE LA VIE de Claude Sautet

    1971 LA POUDRE D’ESCAMPETTE de Philippe de Broca

    1972 CÉSAR ET ROSALIE de Claude Sautet

    1973 SALUT L’ARTISTE de Yves Robert

    1974 VINCENT, FRANCOIS, PAUL… ET LES AUTRES

     de Claude Sautet

    1974 LA GIFLE de Claude Pinoteau

    1975 LE SAUVAGE de Jean-Paul Rappeneau

    1976 UN ÉLÉPHANT ÇA TROMPE ÉNORMEMENT de Yves Robert

    1977 VIOLETTE ET FRANÇOIS de Jacques Rouffio

    1978 UNE HISTOIRE SIMPLE de Claude Sautet

    1979 COURAGE FUYONS de Yves Robert

    1981 CLARA ET LES CHICS TYPES de Jacques Monnet

    1983 GARÇON ! de Claude Sautet

    1984 LA SEPTIÈME CIBLE de Claude Pinoteau

    1986 DESCENTE AUX ENFERS de Francis Girod

    1992 LE BAL DES CASSE-PIEDS de Yves Robert

    2000 LA BICYCLETTE BLEUE de Thierry Binisti

    2009 LA TÊTE EN FRICHE (My Afternoons with Margueritte) de Jean Becker

     BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

     Écrivain

     1959 LES YEUX SECS (Éditions du Seuil)

    1960 LES DIEUX DU FOYER (Éditions du Seuil)

    1997 RECUEIL DE L’INTÉGRALE DES SKETCHES “BONNE FÊTE PAULETTE” (Éditions Albin Michel)

     PIÈCES DE THÉÂTRE

     MADAME MARGUERITE

     DEUX SUR LA BALANÇOIRE

     DOUBLE MIXTE

     MÊME HEURE L’ANNÉE PROCHAINE

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Programme du 13ème Festival du Film Francophone de Grèce 2012



    Je vous parle souvent ici et sur http://www.inthemoodforluxe.com de ma passion pour la Grèce. Je ne pouvais donc pas ne pas évoquer le 13ème Festival du Film Francophone de Grèce qui se déroulera dans différents lieux.

     Athènes : du mecredi 21 mars au mercredi 28 mars 2012

    IDEAL - DANAOS 1 & 2 - ΑUDITORIUM DE L'INSTITUT FRANÇAIS D'ATHÈNES

     * Thessalonique : jeudi 29 mars au mercredi 4 avril 2012

    PAVLOS ZANNAS
    LE SITE OFFICIEL DU FESTIVAL : www.festivalfilmfrancophone.gr

    télécharger le programme des projections

    FILM D'OUVERTURE

    Le 13e Festival du Film Francophone de Grèce présentera en ouverture le film :

     Intouchables de Éric Toledano et Olivier Nakache, avec François Cluzet et Omar Sy (2011, 112΄, couleur)

    Ce film qui a été nominé 9 fois aux César 2012 est déjà un succès mondial, classé au 3 rang du Box Office français de tous les temps, et a dépassé les 20 millions d'entrées en France. Il sortira en salles en Grèce à la fin du mois de mars 2012 par Filmtrade, distribué par Spentzos Film.

     Le jury du 13e Festival du Film Francophone de Grèce:

     - Président :

    Vassilis Alexakis

    Écrivain et journaliste grec installé en France depuis 50 ans. Vassilis Alexakis a écrit une douzaine de romans dont "La Langue maternelle", Prix Médicis en 1995 et "Ap. J.-C"., Grand prix du roman de l 'Académie française en 2007.

     - Membres :

     - Michel Démopoulos

    Critique et cinéaste, Michel Démopoulos a dirigé pendant 15 ans le festival du Film de Thessalonique dont il a fait un festival d'envergure internationale. Il a également œuvré en faveur du cinéma au sein de ERT. Il est consultant, expert, curateur pour de nombreux festivals et organismes internationaux.

     - Amanda Livanou

    Productrice de films nombreux films de fiction et documentaires grecs dont "Back door" de Y. Tsemberopoulos, "Un jour dans la nuit" de G. Panoussopolous, Screeaming J Hawkins: I Put a Spell on Me" de Νikos

    Τriandafilidis et tout récemment "L" de B. Makridis de sélectionné en compétition au festival de Sundance.

     - Clémence Poesy

    Comédienne française, Clémence Poésy mène une carrière sans frontière ou se côtoient des films d'auteurs tels "Jeane Captive" de Philippe Ramos, et des productions internationales tels "127 heures" de Dany Boyle et "Harry Potter et les reliques de la mort" de David Yates.

     - Yorgos Tsemberopoulos

    Cinéaste grec Yorgos Tsemberopoulos, depuis son premier film "Talgo", d'après le roman de Vassilis Alexakis, en 1984 a réalisé de nombreux documentaires et fictions, dont "Back door" en 2000. Il est également producteur.

     * 23|03|2012 , à GAZARTEORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ
    Daniel Yvinec

    Cine-Concert Carmen

    Film muet accompagné par l'Orchestre national de jazz de Paris.

    Composant n° 1 : La projection de Carmen de Cecil B. DeMille, maître et pionnier du film à grand spectacle hollywoodien.

    Composant n° 2 : une bande originale jouée en direct par les très talentueux musiciens de l'Orchestre national de jazz de Paris, dirigés par Daniel Yvinec, grand amateur de croisements artistiques novateurs.

    Au final, l'Orchestre national de jazz offre un spectacle musical et visuel à multiples couches, où tout est soigneusement travaillé pour servir une image grandiose et créer une expérience sensorielle envoûtante.

     CO-ORGANISATION

    INSTITUT FRANÇAIS, ORCHESTRE NATIONALE DE JAZZ, GAZARTE

     

    LE 13e FESTIVAL DU FILM FRANCOPHE DE GRÈCE

    à Athènes, du 21 au 28 mars

    et à Thessalonique, du 29 mars au 4 avril

     

    est organisé par l'Institut français de Grèce

    Sous l'égide de la Mairie d'Athènes

     

    en collaboration avec les ambassades de France, de Belgique,

    du Canada, du Liban, Maroc, de la Roumanie, de la Suisse

    et de la Tunisie en Grèce

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Devenez membre du jury des étudiants du Festival Paris Cinéma 2012

    pariscine2emejour 009.JPG

    Je vous parle depuis longtemps de ce festival qui fêtera ses 10 ans cette année (dont Hong Kong sera le pays à l'honneur) et dont j'ai eu le plaisir de faire partie du jury de blogueurs, il y a deux ans. Si vous aussi souhaitez faire partie d'un jury dans le cadre de ce festival, vous pouvez postuler pour le jury des étudiants.

    Comme chaque année, le Festival Paris Cinéma, invite les étudiants parisiens à devenir membre du Jury des étudiants, et à décerner le Prix des Étudiants à un des longs métrages de la Compétition internationale.

     Avant de vous inscrire, vérifiez que vous êtes disponible toute la durée du festival qui aura lieu cette année du 30 juin au 10 juillet 2012. Les séances de la Compétition internationale auront lieu du 30 juin au 9 juillet 2012 inclus. Les étudiants du Jury décernent le Prix des Étudiants à l’un des longs métrages de la Compétition internationale du Festival Paris Cinéma, véritable laboratoire du cinéma de demain.  Les étudiants sont invités à rédiger de courtes critiques qui seront publiées sur le site Internet du festival. L’étudiant qui rédigera la meilleure critique sera invité par l’Office Franco Québécois pour la Jeunesse à participer aux Rendez-vous du Cinéma Québécois qui se dérouleront en février prochain à Montréal.

     

     Vous souhaitez devenir membre du Jury des étudiants ?

     Rien de plus simple !

     Remplissez le Formulaire de candidature que vous retrouverez ici  http://www.pariscinema.org/fr/programmes-2012/competition1/etudiants.htmlet faites-le  parvenir au festival par courrier avant le 18 mai 2012 à l’adresse suivante :

     FESTIVAL PARIS CINÉMA 

    Jury des Étudiants

     155 rue de Charonne

     75011 Paris

     Pour toute information :

     FESTIVAL PARIS CINÉMA

     Site : www.pariscinema.org

     Email : info@pariscinema.org

     Tél. : 01 55 25 55 25

     Retrouvez mes articles sur les éditions précèdentes du festival:

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL PARIS CINEMA 2012 Pin it! 0 commentaire
  • Critique « Les Adieux à la Reine » de Benoit Jacquot avec Léa Seydoux, Diane Kruger, Virginie Ledoyen

    adieux.jpg

    Benoit Jacquot aime adapter des romans et mettre en scène des femmes comme protagonistes de ses films : Virginie Ledoyen dans « La Fille seule », Judith Godrèche dans » La Désenchantée » Isabelle Huppert dans « Villa Amalia », « L'École de la chair », « Les Ailes de la colombe », « Pas de scandale »,  Isabelle Adjani dans « Adolphe »…

    Son dernier film, « Les adieux à la reine », ne déroge pas à la règle puisqu’il s’agit d’une adaptation du roman éponyme de Chantal Thomas, et puisque c’est à travers le regard paradoxalement innocent et clairvoyant de la jeune Sidonie Laborde ( Léa Seydoux), jeune lectrice entièrement dévouée à la Reine  (Diane Kruger) que nous voyons Versailles, en 1789, à l’aube de la révolution. L’insouciance et la désinvolture y règnent encore tandis que, à l’extérieur, la révolte gronde.  Quand la nouvelle de la prise de la Bastille arrive jusqu’à la Cour, le château se vide. Nobles et serviteurs s’enfuient. Entièrement dévouée à la Reine par qui elle se croit protégée, Sidonie souhaite rester. Benoit Jacquot nous fait vivre à ses côtés ses trois derniers jours à Versailles, les 14,15, 16 juillet 1789 : la fin d’une époque.

    Comme souvent, Benoit Jacquot met en scène une réalité étouffante, la solitude de ses personnages et le désir de fuite mais quand cette réalité est celle de Versailles filmé avec une modernité et un réalisme étonnants, cela devient absolument passionnant.

    Dès les premiers plans, il capte ainsi notre intérêt et notre empathie en nous mettant à la place de Sidonie (souvent filmée de dos) qui, en trois jours, va grandir en découvrant toute la violence redoutable de Versailles, la lâcheté, la vanité, derrière les visages poudrées, derrière les masques qui tombent.

    Que vous aimiez ou pas les films historiques, celui-ci vous happera  pour vous conduire dans les dédales mystérieux et inquiétants de Versailles pour ne plus vous lâcher jusqu’à la dernière seconde. D’abord parce que c’est un Versailles loin des clichés que nous fait ici découvrir Benoit Jacquot. Personnage à part entière, Versailles est filmé comme une prison dorée au vernis qui se craquèle, souvent moins clinquante que les fastes de la cour le laissent imaginer, et c’est à travers Versailles, lieu d’un huis-clos étouffant, que nous sont relatées ces trois journées historiques mais c’est aussi la brillante métaphore d’un monde qui se meurt, pourri de l’intérieur, tout comme cet étang apparemment impassible est gangréné par les rats, ou ces tenues dorées sous lesquelles sévissent les moustiques.

     A l’image de la monarchie et de la noblesse, Versailles se décompose et derrière l’étincelante galerie des glaces se cachent des couloirs étroits, sombres et humides filmés comme un gouffre obscur et menaçant, tout comme derrière les visages poudrés et les fastes de la cour se dévoile un monde en décomposition. La caméra frémissante de Benoît Jacquot épouse et métaphorise ces frémissements et  est si précise qu’il nous donne l’impression de ressentir l’humidité glaçante des couloirs de Versailles où grouille toute cette vie souterraine et fourmillante d’une noblesse qui préfère rester tapie dans des appartements délabrés dans l’ombre du roi plutôt que de vivre à la lumière de ses châteaux, une noblesse qui se contente de cette vie obscure dans l’ombre du roi avec l’obsessionnel espoir de quérir un peu de sa lumière. Intemporelle valse des courtisans qui en plus de la fin d’un monde nous parle du nôtre grâce à la modernité de la mise en scène et du jeu des acteurs qui brouillent judicieusement les repères temporels…

    Ensuite, les relations troubles entre les trois femmes (la Reine, Sidonie et Madame de Polignac incarnée par Virginie Ledoyen) composées de domination, d’admiration, de manipulation, d’obsession sont absolument passionnantes car elles résument aussi toute la complexité de cet esprit de cour et des sentiments condamnés par l’intérêt et l’image, le souci des apparences là encore finalement très contemporain. Ces plans de courtisans qui courent pour apercevoir le Roi ou la Reine ou être aperçus d’eux rappellent une époque beaucoup moins lointaine avide d’images et qui s’aveugle dans l’admiration vaine et outrancière d’une autre royauté.

    Diane Kruger incarne cette reine frivole (qui pense à un nouveau motif pour ses vêtements quand le peuple meurt et gronde, quand son monde périclite) et capricieuse, prisonnière de Versailles comme de ses bracelets accrochés à ses poignets, qui passe d’un état à l’autre, tantôt horripilante, tantôt bouleversante, comme lorsqu’elle trône, terriblement seule et majestueuse, dans cette pièce soudain tristement luxueuse, illuminée par le feu d’une cheminée, déchirant des lettres, tandis que les vautours rôdent déjà. Symbole d’une époque et d’un monde qui chancèlent, image bouleversante de beauté, de mélancolie, de cruauté mêlées.

    Léa Seydoux, avec son visage diaphane, son regard déterminé, est absolument parfaite dans ce rôle de jeune lectrice qui, en trois jours, va vivre un parcours initiatique, passer de l’innocence à la conscience de la dure réalité, de quelqu’un à personne, et qui va fuir dans l’ombre d’une forêt, autant dire mourir puisqu’elle ne vivait que dans l’ombre lumineuse de la Reine et ces adieux à la Reine résonnent douloureusement comme des adieux à une époque, à un monde, à la vie.

    Une autre excellente idée est d’avoir concentré l’action sur trois jours, trois jours au cours desquels Versailles passe de la frivolité à la panique. La caméra frénétique de Benoit Jacquot renforce ce sentiment de tension palpable et crée un suspense captivant.

    Ajoutez à cela l’excellent scénario de Gilles Taurand, la musique de Bruno Coulais, la caméra vacillante de Benoit Jacquot à l’image de ce qu’elle enregistre, ce monde qui chancèle, et vous obtiendrez un des meilleurs films de cette année, passionnant du début à la fin, férocement moderne, cruellement réaliste, magnifiquement mélancolique, la brillante métaphore de la fin d’un monde, et de l’éternelle valse pathétique des courtisans qui, pour satisfaire leur orgueil et un peu de lumière ( celle de la richesse mais surtout de la célébrité) sont prêts à tout, au mépris des autres et parfois de leur propre dignité. Un tableau d’une tragique élégance aussi fascinant que terriblement cruel et mélancolique, historique et contemporain, instructif et intemporel.

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 Pin it! 5 commentaires