Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Critique - "The Ghost Writer" de Roman Polanski, sur France 2, à 20H45, ce 30 septembre 2012

    Ce soir, ne manquez pas "The Ghost Writer" de Roman Polanski à 20H45, sur France 2. En bonus, en dessous de ma critique de "The Ghost Writer", retrouvez mes critiques de "Carnage" et de "Tess".

    ghostwriter.jpg

     

    Un « écrivain-nègre » britannique (beaucoup plus poétiquement appelé un « Ghost-Writer » dans les pays anglo-saxons) à succès (Ewan Mc Gregor) -dont on ne connaîtra d'ailleurs jamais le nom- est engagé pour terminer les mémoires de l'ancien Premier Ministre britannique Adam Lang (Pierce Brosnan), le précèdent rédacteur, ancien bras droit de Lang, étant décédé dans d'étranges circonstances. C'est sur une île isolée au large de Boston que l'écrivain part à la rencontre de son nouveau sujet...

     

    Répulsion. Chinatown. Tess. Le Pianiste... Et tant d'autres films de genres si différents auxquels, à chaque fois, Polanski a su imprimer son inimitable style. Qu'allait-il en être cette fois de ce thriller? Avec cette adaptation cinématographique de L'Homme de l'ombre, thriller contemporain du romancier et journaliste anglais Robert Harris, Roman Polanski se rapproche davantage de « Frantic » même si ce film ne ressemble à aucun autre.

     

    Par une manière admirable à la fois d'aller à l'essentiel et de capter les détails avec une acuité remarquable, Roman Polanski nous plonge d'emblée dans son intrigue pour ne plus nous lâcher jusqu'à la dernière seconde. Combien de réalisateurs sont capables d'en dire tellement en deux ou trois plans et cela dès le début : une voiture abandonnée dans la cale d'un ferry, la police qui tourne autour de la voiture sur un quai et le film est lancé. Et nous voilà plongés dans l'atmosphère unique et inquiétante de « The Ghost-Writer ».

     

    La caméra de Roman Polanski ne quitte jamais son (anti)héros auquel le spectateur s'identifie rapidement (Ewan Mc Gregor tout en sobriété, parfait pour le rôle), cet « homme ordinaire plongé dans une histoire extraordinaire » comme Hitchcock aimait à résumer ses propres histoires. D'ailleurs, il y a beaucoup du maître du suspense dans ce nouveau Polanski, à commencer par ce huis-clos sur cette île inhospitalière à l'abandon balayée par le vent et la monotonie, et ce blockhaus posé au milieu d'une nature rebelle où un jardinier fantomatique œuvre en vain au milieu d'un tourbillon de feuilles. L'inquiétude et le sentiment d'inconfort nous saisissent immédiatement dans cette demeure élégante mais déshumanisée dont l'ouverture sur l'extérieure donne des plans d'une redoutable beauté glaciale aux frontières de l'absurde, sorte de monde désormais désertique devant lequel, tel un démiurge, apparaît l'ancien premier ministre qui jadis dirigeait tout un peuple. Tout est à la fois familier et étrange, envoûtant et angoissant.

     

    C'est moins le suspense qui importe que la manière dont Polanski conduit son intrigue (même s'il réussit à nous étonner avec un dénouement pourtant attendu et prévisible), capte et retient notre attention. Pas par des course-poursuites ou des explosions, non, par des scènes où notre souffle est suspendu à un mot (comme ce formidable face-à-face avec Tom Wilkinson ) ou aux glaçantes et cinglantes répliques de la femme d'Adam Lang ( remarquable Olivia Williams) qui, avec Kim Cattrall, réinventent les femmes fatales hitchcockiennes.

     

    Une austérité étrangement séduisante, une lenteur savamment captivante, une beauté froide et surtout une atmosphère à la fois inquiétante et envoûtante émanent de ce nouveau Polanski qui nous donne une magnifique leçon de cinéma, jusqu'au dernier plan, effroyablement magnifique. Un film agréablement inclassable quand on essaie de plus en plus de réduire les films à un concept voire à un slogan. Ce « Ghost-Writer » n'est pas sans rappeler un autre film qui lui aussi parle de manipulation ( et nous manipule) et se déroule en huis-clos sur une île également au large de Boston comme si pour définir un pays aussi gigantesque que les Etats-Unis, la claustrophobie d'une terre insulaire était la plus parlante des métaphores...

     

    Difficile de dissocier l'histoire du film de celle de son auteur tant les similitudes son présentes ( à commencer par l'exil d'Adam Lang dans un pays où il est assigné à résidence, à cette exception près que c'est justement dans ce pays que ne peut retourner Polanski) . Difficile aussi de dissocier l'Histoire contemporaine de l'histoire de the Ghost-Writer qui évoque les tortures pendant la guerre en Irak et stigmatise le rôle trouble des Etats-Unis (là où justement ne peut retourner Polanski qui d'une certaine manière règle quelques comptes) Harris étant par ailleurs un ancien journaliste proche de Tony Blair à qui Adam Lang fait évidemment penser. Mais ce serait dommage aussi de réduire ce grand film inclassable et passionnant à cela... Laissez-vous guider par « l'écrivain fantôme » et manipuler dans les coulisses du pouvoir. Je vous promets que vous ne le regretterez pas!

     

    Roman Polanski a (notamment) reçu l'Ours d'argent du meilleur réalisateur pour ce film au dernier Festival de Berlin.

    Critique de "Carnage" de Roman Polanski

    L’an passé avec « The Ghost Writer », Roman Polanski réalisait un des trois meilleurs films de l’année, une forme de huis-clos sur une île inhospitalière à l’abandon balayée par le vent et la monotonie, un film dans lequel l’inquiétude et le sentiment d’inconfort nous saisissaient immédiatement avec pour cadre une demeure élégante mais déshumanisée dont l’ouverture sur l’extérieure donnait des plans d’une redoutable beauté glaciale aux frontières de l’absurde, sorte de monde désertique devant lequel, tel un démiurge, apparaissait un ancien premier ministre qui jadis dirigeait tout un peuple. Un film dans lequel tout est à la fois familier et étrange, envoûtant et angoissant. A priori, le nouveau film de Roman Polanski, en compétition du dernier Festival de Venise, est très différent ne serait-ce que parce que celui de l’an passé restera davantage dans l’histoire du cinéma pourtant…l’enfermement et l’angoisse chers au cinéaste sont bel et bien très présents dans ce nouveau film, véritable huis-clos (deux plans exceptés) adapté de la célèbre et « multiprimée » pièce de Yasmina Reza « Le Dieu du carnage » dont Polanski est ici à son tour le Dieu et le démiurge du carnage.

    New York. Dans un jardin public, deux enfants de 11 ans se bagarrent et l’un d’eux, le fils de Nancy (Kate Winslet) et Alan Cowan (Christoph Waltz) blesse l’autre au visage, le fils de Penelope (Jodie Foster) et Michael Longstreet (John C.Reilly). Tout se passe apparemment très cordialement pour rédiger la déclaration destinée aux assurances si ce n’est que le père du « coupable » demande à ce que le terme « armé » d’un bâton soit remplacé par celui de « muni », le tout dans l’appartement de Penelope et Michael.

    Nancy et Alan sont tirés à quatre épingles. Nancy est « armée » de son collier de perles, d’une coiffure dont pas une mèche ne dépasse et d’un sourire impeccable même si légèrement condescendant. Penelope et Michael semblent particulièrement affables, compréhensifs, cordiaux. Les premiers auraient dû partir et les seconds en rester là … sauf que… une phrase, un mot, finalement la différence entre armé et muni, la frontière entre victime et coupable, va constamment les retenir… Le vernis va voler en éclats, la pose princière de Nancy se transformer en attitude vulgaire, le débonnaire Michael va se transformer en être médiocre et cynique, l’avocat Alan sarcastique et grossier qui se prend pour John Wayne (et se tient comme s’il était dans un saloon, s’appropriant les lieux) être constamment accroché à son portable plus important que quoi que ce soit d’autre avant de s’écrouler et l’altruiste Penelope qui écrit sur le Darfour se révéler plus attachée aux objets qu’aux hommes et être enfermée dans ses principes. Chacun va vomir (au figuré et même au propre) toute sa médiocrité, sa haine, révéler son vrai et méprisable visage, sa monstruosité derrière son apparence civilisée. Cela me rappelle le « Tous coupables » du « Cercle rouge » sauf que, dans le film de Melville, le constat était fait avec une sorte de mélancolie désabusée et qu’ici chacun semble en retirer une forme de jouissance malsaine (d’ailleurs Nancy et Alan pourraient partir à tout moment mais semblent finalement trouver un certain plaisir à régler leurs comptes en public et à dévoiler leur odieux visage).

    Polanski ne s’est pas contenté de filmer une pièce de théâtre, au contraire même, tout le génie de Polanski se révèle une nouvelle fois ici. Par un cadrage, parfois étouffant, par une manière de placer sa caméra dans l’espace et de diviser cet espace au gré des clans qui se forment, par des gros plans ou des plongées ou contre-plongées qui révèlent toute la laideur de ses personnages, le cinéaste est très présent et ne se contente pas de poser sa caméra. D’ailleurs, j’ai ressenti un vrai malaise physique en parallèle de celui qui s’empare des personnages. Les deux plans hors de l’appartement (le premier et le dernier) sont également très significatifs, sans parler de la musique, ironique. Le décor est également très révélateur. Tout y est impeccable, carré. Seules les tulipes jaunes achetées pour l’occasion, le livre sur Bacon ou Kokoschka, ou encore sur Mao, laissent entendre une laideur ou un caractère dictatorial sous-jacents … sans parler de la salle de bain, l’invisible, beaucoup moins « rangée » qui laisse entendre que ce qui est caché est beaucoup moins impeccable que ce qui est montré.

    Le décor new-yorkais aurait pu être celui d’un film de Woody Allen…sauf que les personnages sont tout sauf des personnages de Woody Allen, car si ce dernier souvent n’épargne pas non plus ses personnages, il a finalement toujours beaucoup d’empathie et de tendresse pour leurs failles et leurs faiblesses…tandis qu’ici tout n’est qu’amertume et cynisme, chacun n’agissant que sous un seul diktat : celui de l’égoïsme censé régir la vie de chacun.

    Les comédiens sont impeccables, la réalisation également brillante mais ces personnages détestables qui ne possèdent plus la plus petite lueur d’humanité sont « à vomir ». Ce film est un peu l’anti « Intouchables »… (et pourtant j’ai de nombreuses réserves sur ce dernier qui vient d’ailleurs de dépasser les 12 millions d’entrées). L’un et l’autre révèle deux visages contradictoires et finalement complémentaires de notre société : une société cynique qui se revendique comme telle mais qui, au fond, a surtout besoin d’espoir quitte à ce que cet espoir prenne un visage qui relève plus du conte et du fantasme que de la réalité, un visage presque enfantin…

    Je vous conseillerais donc plutôt de revoir « Répulsion », « Chinatown », « Tess » , « Le Pianiste » et « The Ghost Writer » même si les comédiens sont ici impeccables semblant prendre beaucoup de plaisir à ce jeu de massacres. Précisons enfin que l’appartement dans lequel se déroule l’action a été construit en studio à Bry-sur-Marne, en région parisienne mais donne l’illusion que cela se déroule à New York, un travail remarquable qui est l’œuvre chef-décorateur Dean Tavoularis cher à Coppola.

    Un carnage brillant et étouffant d’asphyxiante médiocrité mais trop (d’ailleurs totalement) dénué d’humanité sentencieusement décrétée comme uniquement dirigée par l’égoïsme et trop sinistrement cynique pour me plaire…ce qui ne remet nullement en cause le talent de Polanski, éclatant encore une fois, malgré l’unité de lieu et le caractère répulsif des personnages.

    Critique de "Tess" de Roman Polanski - Projection Cannes Classics 2012 en sa présence et celle de Nastassja Kinski

    tessaffiche.jpg

    La projection, aujourd'hui de "Tess" de Roman Polanski, dans la section "Cannes Classics" est un des évènements de ce 65ème Festival de Cannes à ne pas manquer (ce lundi, à 19H30, en salle du 60ème) d'autant que le cinéaste et son actrice Nastassja Kinski seront présents, Roman Polanski était ainsi déjà présent hier pour la projection du documentaire "Une journée particulière" de Gilles Jacob, documentaire dans lequel il fait par ailleurs des apparitions remarquées.

    m3.jpg

    (Photo ci-dessus copyright inthemoodforcannes.com )

    Chaque année, les projections cannoises de classiques du cinéma dans le cadre de Cannes Classics sont l’occasion de revoir de grands films, voire des chefs d’œuvre, mais aussi l’occasion de grands moments d’émotion, l’histoire du cinéma côtoyant le présent du Festival de Cannes, et cinéma et réalité se rejoignant et se confondant même parfois dans ce tourbillon d’émotions. Ce fut ainsi le cas avec la projection en version restaurée du « Guépard », il y a deux ans.

    Depuis 2004, le Festival de Cannes présente ainsi des films anciens et des chefs-d’œuvre de l’histoire du cinéma dans des copies restaurées. La plupart des films sélectionnés sont projetés dans le Palais des Festivals, salle Buñuel ou salle du Soixantième, en présence de ceux qui ont restauré ces films et, parfois, de ceux qui les ont réalisés.

    Cette année, Pathé présente ainsi « Tess », le film de Roman Polanski sorti en 1979 ( durée de 171 minutes), dans une restauration qu’il a lui-même supervisée, il s’est dit « épaté » par le travail des laboratoires. Cette projection se déroulera en présence de Roman Polanski et de Nastassja Kinski. Une restauration Pathé, exécutée par Éclair Group pour la partie image et Le Diapason pour la partie sonore.

    Un film que je vous engage vivement à (re)voir lors de sa projection cannoise le 21 mai 2012, salle du Soixantième, a fortiori dans ce cadre splendide et en présence de ses protagonistes. Une projection qui s’annonce émouvante. Pour achever de vous en convaincre, retrouvez ma critique du film, ci-dessous.

    tess1.jpg

    Photographie Bernard Prim - Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION - TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Dans l'Angleterre du XIXème siècle, un paysan du Dorset, John Durbeyfield (John Collin) apprend par le vaniteux pasteur Tringham qu'il est le dernier descendant d'une grande famille d'aristocrates. Songeant au profit qu'il pourrait tirer de cette noblesse perdue, Durbeyfield envoie sa fille aînée, Tess (Nastassja Kinski), se réclamer de cette parenté chez la riche famille d'Urberville. C’est le jeune et arrogant Alec d'Urberville (Leigh Lawson) qui la reçoit. Immédiatement charmée par « sa délicieuse cousine » et par sa beauté, il propose de l’employer, s’obstinant ensuite à la séduire. Il finit par abuser d’elle. Enceinte, elle retourne chez ses parents. L’enfant meurt peu de temps après sa naissance. Pour fuir son destin et sa réputation, Tess s'enfuit de son village. Elle trouve un emploi dans une ferme où personne ne connaît son histoire. C’est là qu’elle rencontre le fils du pasteur : Angel Clare (Peter Firth). Il tombe éperdument amoureux d'elle mais le destin va continuer à s’acharner et le bonheur pour Tess à jamais être impossible.

    tess4.jpg

    Photographie Bernard Prim - Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION - TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Roman Polanski étant, à l’époque du tournage, accusé de viol sur mineur aux États-Unis et étant alors menacé d'extradition depuis l'Angleterre, bien que le film se déroule en Angleterre, il a été tourné en France : en Normandie, (Cap de la Hague, près de Cherbourg), mais aussi en Bretagne, à Locronan (Finistère), au Leslay (Côtes-d'Armor), au Château de Beaumanoir, et enfin à Condette , dans le Pas-de-Calais). Quant au site mégalithique de Stonehenge, il été reconstitué dans une campagne en Seine-et-Marne.

    Le film est dédié à Sharon Tate. La mention « To Sharon » figure ainsi au début du film. Celle-ci, avant d’être assassinée en 1969 par Charles Manson avec l’enfant qu’elle portait, avait ainsi laissé sur son chevet un exemplaire du roman de Thomas Hardy « Tess d’Urberville», dont le film est l’adaptation, avec un mot disant qu’il ferait un bon film.

    « Tess d'Urberville » dont le sous-titre est "Une femme pure, fidèlement présentée par Thomas Hardy" est un roman publié par épisodes à partir de 1891, dans divers journaux et revues. Son adaptation était donc un véritable défi d’autant que jusqu’alors Roman Polanski n’avait pas encore signé de film d’amour.

    Deux adaptations cinématographiques, toutes deux intitulées « Tess Of d'Urbervilles » avaient déjà été tournées, l’une mise en scène en 1913 par J. Searle Dawley et l’autre par Marshall Neilan en 1924. David O. Selznik en racheta les droits mais il fallut attendre Claude Berri qui racheta les droits à son tour avant que l'œuvre ne tombe dans le domaine public, pour que le film puisse enfin voir le jour.

    Polanski a entièrement réussi ce défi et nous le comprenons dès le début qui nous plonge d’emblée dans l’atmosphère du XIXème siècle, un impressionnant plan séquence qui semble déjà faire peser le sceau de la fatalité sur la tête de la jeune Tess. Tandis qu’arrive un cortège de jeunes filles au sein duquel elle se trouve, tandis qu’est planté le décor mélancolique sous un soleil d’été, tandis qu’est présentée l'innocence de la jeune Tess, le pasteur vaniteux croise son père et lui annonce la nouvelle (celle de son ascendance noble) qui fera basculer son destin. C’est aussi là qu’elle verra Angel pour la première fois. Toute sa destinée est contenue dans ce premier plan séquence qui, par une cruelle ironie, fait se croiser ces routes. Les personnages se rencontrent à un carrefour qui est aussi, symboliquement, celui de leurs existences.

    Si la scène est lumineuse, dans ces deux routes qui se croisent, ces destins qui se rencontrent, la fatalité de celui de Tess et son ironie tragique semble ainsi déjà nous être annoncée. Tout le film sera à l’image de cette première scène magistrale. Aucun didactisme, aucune outrance mélodramatique alors que le sujet aurait pu s’y prêter. Polanski manie l’ellipse temporelle avec virtuosité renforçant encore la mélancolie de son sujet et sa beauté tragique. Comme cet insert sur le couteau et ces deux plans sur cette tache de sang au plafond qui s’étend qui suffisent à nous faire comprendre qu’un drame est survenu, mais aussi sa violence. Le talent se loge dans les détails, dans la retenue, jamais dans la démonstration ou l’outrance. Par exemple, les costumes de Tess en disent beaucoup plus long que de longues tirades comme cette robe rouge, couleur passion qu’elle porte dans la dernière partie du film et qui contraste avec les vêtements qu’elle portait au début. Un rouge qui rappelle celui de cette fraise que lui fera manger Alec, combattant ses réticences qui en annoncent d’autres, avant de l’initier (la forcer) à d’autres gourmandises. Subtilement encore, en un plan qui laisse entrevoir un vitrail représentant une scène inspirée de Roméo et Juliette, Polanski, comme il l’avait fait dans le plan séquence initial nous rappelle que l’issue ne peut être tragique. Un dénouement aussi magnifique que tragique, la frontière étant toujours très fragile chez Polanski entre le réalisme et une forme de fantastique ou de mysticisme, Tess apparait alors au milieu de ce site mégalithique de Stonehenge, au décor presque irréel, aux formes géométriques et inquiétantes, comme surgies de nulle part, comme sacrifiée sur un autel.

     

    tess2.jpg

    Photographie Bernard Prim - Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION - TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Le spectateur éprouve immédiatement de l’empathie pour Tess, personnage vulnérable et fier malmené par le destin qui semble s’y résigner jusqu’à la révolte finale fatale. Le film doit aussi beaucoup au choix de la trop rare Nastassja Kinski (fille de l'acteur Klaus Kinski), à la fois rayonnante et sombre, naturelle et gracieuse, si triste malgré sa beauté lumineuse et surtout d’une justesse constante et admirable. Elle porte en elle les contraires et les contrastes de ce film dans lequel le destin ne cesse de se jouer d’elle. Contraste entre la tranquillité apparente des paysages (magistralement filmés et mis en lumière, rappelant les peintures du XIXème comme notamment « Des Glaneuses » de Millet ou certains paysages de Courbet, la nature emblème romantique par excellence, le passage des saisons, des paysages symbolisant les variations des âmes ) et les passions qui s’y déchaînent, contraste entre la bonté apparente d’Angel (à dessein sans doute ainsi nommé) qui a « Le Capital » de Marx pour livre de chevet mais qui agit avec un égoïsme diabolique finalement presque plus condamnable que le cynisme et l’arrogance d’Alec. Même lorsqu’elle apparait en haut de cet escalier, transformée, sa tenue et sa coiffure suffisant à nous faire comprendre qu’elle est devenue la maitresse d’Alec, Tess garde cette candeur et cette fragilité si émouvantes.

    tess5.jpg

    Photographie Bernard Prim - Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION - TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Nommé six fois aux Oscars (pour 3 récompenses), récompensé d’un Golden Globe et par trois César dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur, « Tess » est un très grand film empreint de mélancolie poétique, d’une beauté formelle envoûtante, un film tout en retenue grâce à des ellipses judicieuses. Le film nous captive avec toute la douceur de son personnage principal, lentement mais sûrement, par une mise en scène sobre. L’impact dramatique n’en est que plus fort et bouleversant. On y retrouve le thème de l’enfermement (ici dans les conventions) si cher à Polanski, un thème également dans les deux films dont je vous livre les critiques en bonus après celle de « Tess », ci-dessous.

    Ce mélange d’imprégnation de la peinture du XIXème, ce romantisme tragique qui rappelle les plus grands écrivains russes et cette fresque lente et majestueuse sur la déchéance d’un monde qui rappelle Visconti (dont le cinéma était aussi très imprégné de peinture), sans oublier cette photographie sublime, l’interprétation magistrale de Nastassja Kinski et sa grâce juvénile, lumineuse et sombre, et la musique de Philippe Sarde, en font un film inoubliable. Au-delà de la peinture du poids des conventions (morales et religieuses) et d’une critique des injustices sociales, « Tess » est un film universel d’une poésie mélancolique sur l’innocence pervertie, sur les caprices cruels du destin, sur la passion tragique d’une héroïne intègre, fier et candide, un personnage qui vous accompagne longtemps après le générique de fin.

     

    « J'ai toujours voulu tourner une grande histoire d'amour. Ce qui m'attirait également dans ce roman, c'était le thème de la fatalité : belle physiquement autant que spirituellement, l'héroïne a tout pour être heureuse. Pourtant le climat social dans lequel elle vit et les pressions inexorables qui s'exercent sur elle l'enferment dans une chaîne de circonstances qui la conduisent à un destin tragique. » Roman Polanski

    Découvrez les 6 blogs inthemood: http://inthemoodlemag.com , http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://www.inthemoodfordeauville.com, http://www.inthemoodforcannes.com , http://www.inthemoodforluxe.com , http://www.inthemoodforcinema.com et suivez-moi sur twitter (@moodforcinema ) et sur Facebook (http://facebook.com/inthemoodforcinema

     

  • Festival Lumière de Lyon 2012 : le programme complet (et retour sur l'édition 2011)

    Je vous avais dit avec quel bonheur j’avais découvert ce festival l’an dernier, à l’occasion du débat sur la cinéphilie et internet auquel j’avais eu le plaisir d’être conviée à participer (retrouvez en bas de cet article, en bonus, mon compte-rendu détaillé du Festival Lumière de Lyon 2011 qui, je l’espère, vous convaincra de venir le découvrir à votre tour), un festival qui met vraiment le cinéma à l’honneur, créé et animé par des passionnés (ce n’est malheureusement pas le cas partout) qui vous permet de (re)découvrir des classiques du 7ème art, parfois avec un regard nouveau, ceux-ci étant présentés par les enthousiastes et cinéphiles fondateurs du festival (Thierry Frémaux et Bertrand Tavernier) ou de célèbres cinéphiles, hors de toute promotion, mais simplement pour partager leur amour du cinéma.

    Le programme de cette année ferait pâlir d’envie n’importe quel cinéphile digne de ce nom. Comment choisir entre les films de Ken Loach (qui recevra le prix Lumière cette année), les films de De Sica, de Max Ophuls, les hommages à Jacqueline Bisset, Tim Roth, Max von Sydow (qui donnera une leçon d’acteur), Lalo Schifrin, Agnès Varda, Andrei Konchalovsky ou encore les grandes projections de chefs d’oeuvre comme « Tess » ou « Il était une fois en Amérique »ou encore des films restaurés parmi lesquels « L’assassin habite au 21″ de Clouzot ou « Voyage en Italie » de Rossellini, la nuit musique au cinéma, la projection de « La nuit du chasseur » ou de « Loulou », les documentaires sur le cinéma, les conférences, les master class… Un festival pour tous les amoureux du cinéma avec une programmation riche et éclectique.

    Retrouvez ci-dessous, le programme complet, mon compte-rendu de l’édition 2011, la critique de « Tess » et l’analyse de « La Règle du jeu » de Renoir programmés au festival cette année. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel du festival. Un festival à suivre et à vivre du 15 au 21 octobre 2012.

    Téléchargez le programme en pdf

    Soirée d’ouverture

    L’Épouvantail de Jerry Schatzberg (Scarecrow, 1973, 1h52)

    Prix Lumière 2012 Ken Loach

    Cathy Come Home de Ken Loach (1969, 1h15)

    Kes de Ken Loach (1969, 1h50)

    Raining Stones de Ken Loach (1993, 1h30)

    Ladybird de Ken Loach (Ladybird Ladybird, 1994, 1h42)

    Land and Freedom de Ken Loach (1995, 1h49)

    Carla’s Song de Ken Loach (1996, 2h07)

    My Name is Joe de Ken Loach (1998, 1h45)

    The Navigators de Ken Loach (2001, 1h36)

    Sweet Sixteen de Ken Loach (2002, 1h46)

    Le Vent se lève de Ken Loach (The Wind that Shakes the Barley, 2006, 2h04)

    It’s a Free World de Ken Loach (2007, 1h36)

    Looking for Eric de Ken Loach (2009, 1h56)

    Route Irish de Ken Loach (2010, 1h49)

    Documentaires sur Ken Loach

    Cinéastes et cinéma – Ken Loach’s Worlds de Richard Bean (2012, 52min)

    Cinéma de notre temps – Ken Loach de Karim Dridi (1996, 1h)

    La Gloire de Vittorio De Sica

    Vittorio De Sica réalisateur

    Sciuscia de Vittorio De Sica (Sciuscià, 1946, 1h33)

    Le Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica (Ladri di biciclette, 1948, 1h33)

    Miracle à Milan de Vittorio De Sica (Miracolo a Milano, 1951, 1h40)

    Umberto D. de Vittorio De Sica (1952, 1h31)

    L’Or de Naples de Vittorio De Sica (L’oro di Napoli, 1954, 2h15)

    La Ciociara de Vittorio De Sica (1960, 1h41)

    Mariage à l’italienne de Vittorio De Sica (Matrimonio all’italiana, 1964, 1h44)

    Un monde nouveau de Vittorio De Sica (1966, 1h23)

    Una breve vacanza de Vittorio De Sica (1973, 1h52)

    Vittorio De Sica acteur

    La compagnia dei matti de Mario Almirante (1928, 2h15)

    Madame de… de Max Ophuls (1953, 1h40)

    Au plaisir de Max Ophuls

    La Fiancée vendue de Max Ophuls (Die verkaufte Braut, 1932, 1h17)

    La signora di tutti de Max Ophuls (1934, 1h29)

    Comédie de l’argent de Max Ophuls (Komedie om geld, 1936, 1h21)

    La Tendre ennemie de Max Ophuls (1936, 1h10)

    Le Roman de Werther de Max Ophuls (1938, 1h22)

    Sans lendemain de Max Ophuls (1940, 1h22)

    Lettre d’une inconnue de Max Ophuls (Letter from an Unknown Woman, 1948, 1h27)

    Caught de Max Ophuls (1949, 1h28)

    Les Désemparés de Max Ophuls (The Reckless Moment, 1949, 1h19)

    La Ronde de Max Ophuls (1950, 1h35)

    Le Plaisir de Max Ophuls (1952, 1h33)

    Madame de… de Max Ophuls (1953, 1h40)

    Lola Montès de Max Ophuls (1955, 1h55)

    Documentaires sur Max Ophuls

    Cinéastes de notre temps – Max Ophuls ou le plaisir de tourner de Michel Mitrani (1965, 51min)

    Max par Marcel de Marcel Ophuls (2009, 1h21)

    « Dino ! », souvenir de Dean Martin

    Comme un torrent de Vincente Minnelli (Some Came Running, 1958, 2h17)

    Rio Bravo de Howard Hawks (1959, 2h21)

    Ocean’s Eleven de Lewis Milestone (1960, 1h59)

    Embrasse-moi, idiot de Billy Wilder (Kiss Me, Stupid, 1964, 2h05)

    Baby Cart, une saga japonaise (1972-1974)

    Baby Cart 1 : Le Sabre de la vengeance de Kenji Misumi (Kozure Ôkami : Ko wo kashi ude kashi tsukamatsuru, 1972, 1h23) Baby Cart 2 : L’Enfant massacre de Kenji Misumi (Kozure Ôkami : Sanzu no kawa no ubaguruma, 1972, 1h21) Baby Cart 3 : Dans la terre de l’ombre de Kenji Misumi (Kozure Ôkami : Shinikazeni mukau ubaguruma, 1972, 1h29) Baby Cart 4 : L’Âme d’un père, le cœur d’un fils de Buichi Saitô (Kozure Ôkami : Oya no kokoro ko no kokoro, 1972, 1h21) Baby Cart 5 : Le Territoire des démons de Kenji Misumi (Kozure Ôkami : Meifumadô, 1973, 1h29) Baby Cart 6 : Le Paradis blanc de l’enfer de Yoshiyuki Kuroda (Kozure Ôkami : Jigozu e ikuzo ! Daigorô, 1974, 1h24)

    Les films seront projetés en 35mm – distribution Wild Side.

    Hommages en leur présence

    - Jacqueline Bisset

    Bullit de Peter Yates (1968, 1h53)

    La Nuit américaine de François Truffaut (1973, 1h55)

    Le Magnifique de Philippe de Broca (1973, 1h30)

    - Max von Sydow (il donnera une leçon d’acteur, présentera des films et recevra la légion d’honneur)

    Le Septième sceau d’Ingmar Bergman (Det sjunde inseglet, 1957, 1h36)

    La Mort en direct de Bertrand Tavernier (Death Watch, 1980, 2h08)

    Documentaire : Max von sydow : Dialogues with « The Renter » in Stephen Daldry’s film de Cedric Brelet von Sydow (2011, 44min)

    - Lalo Schifrin

    Bandes originales : Lalo Schifrin de Pascale Cuenot (2012, 53min)

    Bullitt de Peter Yates (1968, 1h53)

    - Agnès Varda

    Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda (Restauration, 1962, 1h30)

    Documenteur d’Agnès Varda (Restauration, 1981, 1h03)

    - Andrei Konchalovsky

    Runaway Train d’Andrei Konchalovsky (1985, 1h51)

    La Maison de fous d’Andrei Konchalovsky (Dom durakov, 2002, 1h44)

    - Tim Roth

    Little Odessa de James Gray (1994, 1h38)

    Les Grandes projections

    Les Dents de la mer de Steven Spielberg (Jaws, 1975, 2h04)

    Tess de Roman Polanski (1979, 2h51)

    Il était une fois en Amérique de Sergio Leone (Once Upon a Time in America, 1984, 4h13, 1ère partie : 2h56, 2e partie : 1h17)

    La Porte du paradis de Michael Cimino (Heaven’s Gate, 1980, 3h36)

    Moments d’histoire

    - Genèse d’un chef-d’oeuvre : La Nuit du chasseur de Charles Laughton

    La Nuit du chasseur de Charles Laughton (The Night of the Hunter, 1955, 1h33)

    Charles Laughton dirige La Nuit du chasseur : l’histoire d’une épopée de Robert Gitt (Charles Laughton Directs The Night of the Hunter : The Epic That Was, 2002, 2h41)

    - Pour revenir sur Renoir

    Renoir de Gilles Bourdos (2012, 1h51)

    Sur un air de Charleston de Jean Renoir (1927, 17min)

    La Règle du jeu de Jean Renoir (1939, 1h46)

    Le Carrosse d’or de Jean Renoir (1952, 1h43)

    - Mario Ruspoli, prince des baleines et autres raretés

    Regard sur la folie de Mario Ruspoli (1961, 41min) Les Inconnus de la terre de Mario Ruspoli (1961, 35min) Mario Ruspoli, prince des baleines et autres raretés de Florence Dauman (2011, 1h16)

    - Du muet au parlant : Charles Brabin (1883-1957)

    Blind Wives de Charles Brabin (1920, 1h41)

    La Vallée des géants de Charles Brabin (The Valley of the Giants, 1927, 1h08)

    Sporting Blood de Charles Brabin (1931, 1h21)

    The Beast of the City de Charles Brabin (1932, 1h26)

    Sublimes moments du muet – Ciné-concerts 2012

    - À l’Auditorium de Lyon

    Loulou de Georg Wilhelm Pabst (Die Büchse der Pandora, 1929, 2h32), copie restaurée de la Deutsche Kinemathek de Berlin, avec l’Orchestre national de Lyon dirigé par Timothy Brock.

    - Rescue the Hitchcock 9

    The Pleasure Garden d’Alfred Hitchcock (1925, 1h16), copie restaurée par le British Film Institute Londres. Film extrait de la série en cours de restauration de neuf Hitchcock muets.

    - Rétrospective Vittorio De Sica

    La compagnia dei matti de Mario Almirante (1928, 2h15), copie restaurée par la Cinémathèque de Bologne/L’Immagine Ritrovata.

    - Du muet au parlant : Charles Brabin

    Blind Wives de Charles Brabin (1920, 1h41) La Vallée des géants de Charles Brabin (The Valley of the Giants, 1927, 1h08) Les films seront accompagnés en direct par des musiciens.

    - Pour revenir sur Renoir

    Sur un air de Charleston de Jean Renoir (1927, 17min)

     

    Evénements

    - Nicolas Winding Refn présente Andy Milligan

    Nightbirds d’Andy Milligan (1970, 1h18) Vapors d’Andy Milligan (1965, 32min)

    - Avant-premières

    Story of Film : Une histoire du cinéma de Mark Cousins (The Story of Film : An Odyssey, 2011, 15 épisodes de 1h02) – avant-première française avant sortie télé et DVD Final Cut – Mesdames & Messieurs de György Pálfi (Final Cut – Hölgyeim és uraim, 2012, 1h24) – présenté en clôture de Cannes Classics 2012

    - Yves Boisset parle de Jean Moulin

    Jean Moulin d’Yves Boisset (2002, 3h12, 1ère partie : 1h27, 2e partie : 1h45)

    Le temps retrouvé : splendeurs des restaurations 2012

    Les Misérables de Raymond Bernard (1934, 4h46, 1ère partie : Tempête sous un crâne, 1h55, 2e partie : Les Thénardier, 1h23, 3e partie : Liberté, liberté chérie, 1h28), restauration Pathé L’Assassin habite au 21 d’Henri-Georges Clouzot (1942, 1h24), restauration Gaumont Voyage en Italie de Roberto Rossellini (Viaggio in Italia, 1954, 1h37), restauration Cinémathèque de Bologne/L’Immagine Ritrovata, dans le cadre du Rossellini Project La Chevauchée des bannis d’André De Toth (Day of the Outlaw, 1959, 1h30), restauration Park Circus et distribution Splendor Films (inédit en salle depuis sa sortie) L’Aventurier du Rio Grande de Robert Parrish (The Wonderful Country, 1959, 1h38) La Dixième victime d’Elio Petri (La decima vittima, 1965, 1h33), restauration Musée National du Cinéma de Turin Les Mariés de l’an II de Jean-Paul Rappeneau (1971, 1h39), restauration Gaumont The Last Picture Show de Peter Bogdanovich (1971, 2h06) Je hais les acteurs de Gérard Krawczyk (1986, 1h30) Le Carrosse d’or de Jean Renoir (1952, 1h43), copie restaurée par TF1 DA, présentée par Les Acacias

    Mon festival à moi – le festival pour les enfants

    E.T. de Steven Spielberg (1982, 1h55) dans la grande Halle Tony Garnier, copie restaurée par Universal et Steven Spielberg dans le cadre de la célébration des 100 ans du Studio et des 30 ans du film. Frankenweenie de Tim Burton (2012, 1h27) en avant-première nationale (Walt Disney distribution) Programme enfants dans les écoles des communes du Grand Lyon

    Nuit Musique et cinéma

    Ambiance rock à la Halle ! American Graffiti de George Lucas (1973, 1h52) Quatre garçons dans le vent de Richard Lester (A Hard Day’s Night, 1964, 1h26)

    Spinal Tap de Rob Reiner (This is Spinal Tap, 1984, 1h22)

    Walk the Line de James Mangold (2005, 2h16) Un dortoir est installé derrière l’écran pour les coups de fatigue pendant la nuit, et un petit-déjeuner est offert après le dernier film aux plus vaillants !

    Documentaires sur le cinéma

    Comme chaque année un programme de documentaires sur le cinéma montrés dans la salle du Château Lumière.

    Me And Me Dad de Katrine Boorman (2011, 1h07) Method To The Madness Of Jerry Lewis de Gregg Barson (2011, 1h55) La Machine folle ou le dinosaure qui avait oublié que les salles de cinéma avaient de la mémoire d’Emilio Maillé (La maquina loca o del dinosaurio que olvidó que las salas de cine tenian memoria, 2012, 1h26) Albert Capellani, des deux côtés de l’Atlantique d’Hubert Niogret (2012, 58min) Il était une fois… Les Trois jours du Condor de Guillaume Moscovitz (2012, 52min) Les Toiles du monde de Stéphane Carrel (2001, 1h30) L’Odyssée de Fantômas ou le centenaire d’un mythe de Jean-Charles Lemeunier, Pascal De Maria, Charles Salignat (2011, 52min)

    Séance de clôture

    La Porte du paradis de Michael Cimino (Heaven’s Gate, 1980, 3h36)

    Les nouvelles formes de la cinéphilie : Hommage à Criterion

    Cette célèbre maison d’édition américaine de DVD et Blu-Ray, créée en 1984 et mondialement reconnue, mène un travail remarquable et remarqué sur le cinéma de patrimoine. Après le site internet mondial IMDB que le festival Lumière a consacré l’an dernier, hommage sera rendu à The Criterion Collection (New York), la pléïade des DVD / Blu-ray. En présence de Peter Becker, l’un de ses fondateurs.

    Industrie et patrimoine : Hommage à Gaumont

    Depuis plusieurs années, Gaumont restaure les films d’un extraordinaire catalogue, se bat pour faire vivre le patrimoine en salle, édite des titres rares et méconnus en DVD. Une « major » pour le cinéma classique. En présence de Nicolas Seydoux (Président du Conseil d’Administration) et Sidonie Dumas (Directrice Générale). Gaumont présentera plusieurs films lors du festival Lumière, animera une masterclass sur la restauration des films. En outre, seront présentés quelques films d’une auteur-maison, Alice Guy (1873-1968), première femme cinéaste, ainsi que des actualités Gaumont sur Lyon.

    Les métiers du cinéma : Rencontre-exposition avec Pierre Collier, affichiste.

    On ne connaît pas son nom mais, à notre insu, on connaît son travail : Pierre Collier est l’un des affichistes les plus actifs du cinéma français et mondial. Issu de l’Ecole des Beaux-Arts de Roubaix et Lille, il a commencé à faire des affiches en 1986, et depuis en a réalisé près de 500 pour le cinéma d’auteur international. Son site : www.pierrecollier.fr

    Exposition, rencontres, en présence de Pierre Collier

    Les conférences et les master class

    Pour sa quatrième année, le festival Lumière innove en organisant plusieurs séries de conférences et de rencontres autour de thèmes liés au patrimoine du cinéma, à sa présence dans les festivals et à ses nouveaux environnements économiques. « Les nouvelles politiques du patrimoine en France », conférence de Eric Garandeau, Président du CNC Tentative d’invention d’un Marché du cinéma classique : rencontre avec les diffuseurs, éditeurs, distributeurs, animateurs de sites VOD, restaurateurs et organisateurs de festival autou du cinéma classique. Cinéphilie et numérique : l’avenir de la diffusion, l’avenir des spectateurs Le déjeuner du patrimoine (après Cannes, 2e réunion des cinémathèques européennes) Congrès annuel de Europa Distribution (tous les distributeurs de cinéma d’art et essai d’Europe) à Lyon
    Par ailleurs, le festival Lumière systématise trois séries de conférences-rencontres-masterclass. 1. Les master class d’artistes, avec les invités du festival Les expériences d’actrice de Jacqueline Bisset, faire du cinéma en Russie par Andrei Konchalovsky, l’amour du cinéma de Clotilde Courau ou le cinéma de Ken Loach : des rencontres exceptionnelles pour un moment intime sur le cinéma mondial contemporain. Tous les jours, à la Villa Lumière / Entrée libre (sur inscription) 2. Les master class cinéphiles Au sujet de Vittorio De Sica, de la restauration de films, l’enquête autour de La Nuit du chasseur : pour accompagner les découvertes du festival. Tous les jours, à la Villa Lumière / Entrée libre (sur inscription) 3. Les master class professionnelles ou masterclasspro De nombreux professionnels du cinéma et de l’image vivent en région Rhône-Alpes. Le festival Lumière propose des rencontres avec des personnalités qui viendront évoquer leur métier. Master class organisées en collaboration avec Rhône-Alpes Cinéma et Imaginove.

    Le Prix Bernard Chardère

    Remis à un journaliste-critique.

    Le Prix Raymond Chirat

    Remis à un historien du cinéma (rappelons que c’est Pascal Mérigeau qui l’avait obtenu en 2010 pour ses recherches sur Jean Renoir et dont le livre publié début octobre 2012 fait l’objet d’un vernissage au festival.)

    Cinéma Monplaisir : Bourse Cinéma et Photo de Lyon

    Samedi 20 octobre 14h-19h et dimanche 21 octobre 9h-19h / Entrée libre Le rendez-vous des passionnés d’objets de cinéma et de photographie, pour dénicher appareils photos, caméras, matériel de projection, affiches, livres, photos, objets insolites… Plus de 60 exposants venus de toute la France installés rue du Premier-Film dans deux nouveaux lieux : l’école primaire Lumière et le lycée du Premier Film. Organisé dans le cadre du festival Lumière par Lyon Brocante Ciné Photo et l’Espace Commercial Monplaisir, avec le soutien du Grand Lyon.

    En pré-ouverture du festival Lumière : Les Cinébals de la Biennale de la Danse

    Au Transbordeur : Samedi 29/09 à 15h et à 21h – Dimanche 30/09 à 15h / 10 E – Gratuit pour les «ambassadeurs»

    Des danses simples, drôles, quelquefois loufoques, adaptées à tous les publics et à tous les âges. Venez partager en famille ou entre amis un moment unique de danse à l’unisson ! Dresscode : Il n’est pas interdit d’emprunter à tel ou tel film le code vestimentaire qui vous inspire. Sélection des films disponible sur www.biennaledeladanse.com

    Des projections pour tous !

    Le cinéma à la rencontre de ceux qui ne peuvent y aller : les enfants hospitalisés, avec l’association Les Toiles enchantées ; les détenus de la Maison d’arrêt de Lyon-Corbas… Et aussi, une séance pour les malvoyants (le samedi au Zola avec La Nuit américaine). Dans Lyon, à la tombée de la nuit, découvrez au détour des rues, des projections de photos et d’extraits de films de l’histoire du cinéma sur les façades d’immeubles lyonnais.

    Festival Lumière de Lyon 2011, la cinéphilie, internet et la passion du cinéma à l’honneur : compte-rendu

    lyon99.jpg

    Alors que, en cette première semaine d’octobre, chaque année depuis ma participation à son jury, en 1999, mes pérégrinations festivalières me mènent habituellement vers la Côte d’Emeraude, au Festival du Film Britannique de Dinard, c’est cette année vers Lyon qu’elles m’ont conduite, à l’invitation du Festival Lumière dont il s’agissait de la troisième édition qui, outre les classiques du septième art, mettaient aussi la cinéphilie et internet à l’honneur. Un festival qui, en trois ans, a réussi à s’imposer en un rendez-vous incontournable (avec un casting d’acteurs qui ferait pâlir d’envie les plus grands cinéastes et un panel de cinéastes impressionnant) , autant des cinéphiles que des professionnels de la profession…et des professionnels de la profession cinéphiles. Et comme je les comprends !

    lyon100.jpg

    « Les films sont plus harmonieux que la vie, il n’y a pas d’embouteillages, pas de temps mort dans les films » d’après Truffaut…qui aurait certainement été enchanté par le festival Lumière de Lyon où il n’y a en effet pas de temps morts, le festival étant une immersion et une continuité cinéphiliques nous amenant parfois à une douce confusion entre l’harmonie cinématographique et celle qui règne dans le festival. Il faut dire que ce festival ayant pour parents Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux, respectivement Président et Directeur de l’Institut Lumière, pouvait difficilement mieux partir dans la vie, le cinéaste et le délégué général du Festival de Cannes partageant cinéphilie, passion, enthousiasme communicatifs (et don d’ubiquité…mais comment font-ils donc pour être partout en même temps ?) qui imprègnent ce festival qui, en plus, se distingue par une décontraction et une convivialité rares.

    lyonfestivallumiere2011 040.JPG

    lyonfestivallumiere2011 042.JPG

    lyonfestivallumiere2011 043.JPG

    A Lyon, pas d’attachés de presse survoltés, pas de spectateurs ou journalistes aigris (ou alors ils se font discrets), pas de hiérarchie potentiellement (ou par définition ?) inique, pas de barrières ni de frontières entre les prestigieux invités du festival et les festivaliers qui se croisent au village du festival, le seul où vous pouvez aussi bien croiser Benicio de Toro que Stephen Frears au détour d’une allée ; on ne vient pas pour faire son cinéma, mais pour le célébrer, seul roi du festival, d’autant plus maître du royaume à Lyon qu’il y naquit un (très beau) jour de 1895. Le 19 mars très exactement. « La Sortie de l’usine Lumière à Lyon », la célèbre scène de 45 secondes y a en effet été tournée par les frères Lumière au 21-23 rue Saint-Victor (aujourd’hui, rue du Premier-Film), dans le quartier de Monplaisir, le bien nommé, dans le 8e arrondissement. Et c’est justement là, à l’Institut Lumière, que se trouve le village du festival et où sont projetés un grand nombre de films. Quelle émotion et quel bonheur et quelle judicieuse idée pour un festival qui célèbre ses classiques ! L’Institut Lumière n’est d’ailleurs pas le seul lieu du festival puisque ses 190 séances sont réparties sur 40 salles mais « Lyon est si petit pour ceux qui sont animés d’un aussi si grand amour du cinéma » pourrions-nous dire pour détourner la citation d’un classique mit à l’honneur cette année, « Les Enfants du Paradis » de Marcel Carné. (« Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment d’un aussi grand amour. »)

    usine.jpg

    Lyon devient donc à son tour la « ville Lumière » qui fait étinceler le cinéma, briller les yeux des spectateurs, amoureux éblouis, me rappelant les raisons pour lesquelles j’aime éperdument le cinéma et ses festivals, pour ces instants de débat, de partage, où le temps semble suspendu, cette impression de vivre au rythme de 24 images par seconde, cette impression que la barrière entre le cinéma et la réalité est si étanche, quelque chose qui a à voir avec les réminiscences de l’enfance sans doute, ou en tout cas de l’enfance de ma cinéphilie (que j’ai d’ailleurs toujours du mal à nommer comme telle, ayant longtemps associé ce terme à une certaine condescendance ou exhaustivité de connaissances, et j’échappe bienheureusement -enfin, j’espère !- à la première et malheureusement à la seconde).

    lumieres5.jpg

    Ce n’est sans doute pas un hasard si « The Artist » de Michel Hazanavicius a fait l’ouverture du festival car rarement un film aura aussi bien su concentrer la beauté simple et magique, poignante et foudroyante du septième art. Oui, foudroyante comme la découverte de ce plaisir immense et intense que connaissent les amoureux du cinéma lorsqu’ils voient un film pour la première fois, et découvrent son pouvoir d’une magie ineffable, omniprésente dans ce film. Michel Hazanavicius évite tous les écueils et signe là un hommage au cinéma, à sa magie étincelante, à son histoire, mais aussi et avant tout aux artistes, à leur orgueil doublé de solitude, parfois destructrice. Des artistes qu’il sublime, mais dont il montre aussi les troublantes fêlures et la noble fragilité. Ce film m’a éblouie, amusée, émue. Parce qu’il convoque de nombreux souvenirs de cinéma. Parce qu’il est une déclaration d’amour follement belle au cinéma. Parce qu’il ressemble à tant de films du passé et à aucun autre film contemporain. Parce qu’il m’a fait ressentir cette même émotion que ces films des années 20 et 30 auxquels il rend un vibrant hommage. Parce que la réalisation est étonnamment inspirée (dans les deux sens du terme d’ailleurs puisque, en conférence de presse, à Cannes, Michel Hazanavicius a revendiqué son inspiration et même avoir « volé » certains cinéastes). Parce qu’il est burlesque, inventif, malin, poétique, et touchant. Parce qu’il montre les artistes dans leurs belles et poignantes contradictions et fêlures.

    Mais revenons à Lyon, pas tout à fait à la réalité, et avant d’en venir à la raison de l’invitation du festival et de ma présence, laissez-moi vous parler encore des quelques séances et débats auxquels j’ai eu le plaisir d’assister.

    loulou.jpg

    Quel plaisir de revoir « Loulou » de Pialat (dans le cadre de la rétrospective Depardieu qui a reçu le prix Lumière 2011, succédant à Clint Eastwood et Milos Forman), magnifique histoire de désir et de liberté mais aussi peinture réaliste de la société filmée avec l’exigence inspirée de Pialat qui plaçait la recherche de vérité au cœur de son cinéma (qui n’en manquait pas, malgré l’intransigeance bien connue du cinéaste), et qui saisissait celle de la vie, dans toutes ses fragilités, avec une force bouleversante, faisant oublier sa caméra d’une précision pourtant remarquable !

    Il est d’ailleurs amusant d’effectuer des passerelles entre les films projetés à Lyon, l’histoire se répète et se répond. Ainsi, dans « le Quai des brumes » de Carné, c’est d’une autre Nelly (Michèle Morgan) qu’il est question (Isabelle Huppert incarne Nelly dans « Loulou »), et encore de la liberté, cette fois comme un regret, comme une aspiration car si la fatalité de la guerre semble planer comme la tragédie au-dessus des têtes des protagonistes, elle se confond avec le regret de 1936 : « C’est beau d’être libre. Oui, c’est beau, l’indépendance, la liberté. » Mais je m’arrête là à propos de ce film dont je pourrais vous parler des heures ayant effectué un mémoire sur « La vision de la société française dans le cinéma de 1936-1939 » au cœur duquel se trouvait notamment « Le Quai des Brumes ». Je vous renvoie donc à mon analyse du film, ici: « Le Quai des Brumes, la poésie désenchantée de Marcel Carné ».

    brumes.jpg

    De liberté aussi il est question dans « Rendez-vous de juillet » de Jacques Becker que j’ai également eu le plaisir de revoir, dans le cadre de la rétrospective consacrée au cinéaste. « Rendez-vous de juillet » raconte en effet « les amours, les amitiés, les aspirations professionnelles, les réactions familiales d’une bande de jeunes gens fréquentant Saint-Germain-des-Prés dans le Paris de l’après-guerre. » Imprégné de la vitalité de la jeunesse qui y prend son envol (au propre comme au figuré), « Rendez-vous de juillet » est très inspiré du néo-réalisme italien. Rendez-vous de juillet a obtenu le Prix Louis Delluc 1949 et le Prix de la critique du meilleur film 1951, décerné par Le Syndicat Français de la Critique de Cinéma.

    lyonfestivallumiere2011 092.JPG

    rendez3.jpg

    J’aurais aimé revoir « Falbalas » (mon Becker préféré) mais aussi évidemment « Casque d’or » et « Touchez pas au grisbi » qui influença deux de mes cinéastes fétiches : Sautet et Melville. Le temps m’a malheureusement manqué (un festival se constitue de choix cornéliens), mais j’ai tout de même eu le temps de découvrir « Les Forçats de la gloire » de Wellman dont la présentation fut au moins aussi mémorable que le film en lui-même car telle est la particularité de Lyon : donner la parole à des cinéastes ou acteurs ou autres artistes cinéphiles ou théoriciens du cinéma qui, hors de toute promotion, viennent présenter des classiques du cinéma. Cela rend au festival toutes ses lettres de noblesse faisant de chaque moment de vie festivalière un vrai moment de cinéma, un instant gravé.

    lyonfestivallumiere2011 016.JPG

    wellman.jpg

    Pour cette projection, c’est donc Bertrand Tavernier qui a effectué la présentation rejoint par Claude Lelouch. Dans ce film de 1945, « Ernie Pyle est correspondant de guerre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il va suivre un petit groupe de fantassins américains impliqués dans deux moments clés de la guerre : la campagne d’Afrique du Nord et celle d’Italie. Il va centrer ses articles sur le métier de soldat certes, mais aussi et surtout sur la vie quotidienne de ces hommes de l’infanterie américaine, tiraillés entre leur devoir, leurs relations amicales et sentimentales ». La sobriété de la mise en scène fait écho à la simplicité et au réalisme du style du journaliste. Ce ne sont pas ici des soldats héroïques, presque inhumains, mais au contraire des « forçats » pétris de doute, de peurs, d’humanité filmés avec réalisme mais aussi une certaine distance comme celle d’un reportage même si le film est jalonné de moments de folie presque irréelle (mais n’y a-t-il pas folie plus irréelle que la guerre ?).

    lyon30.jpg

    cannes65.jpgBien sûr, il faudra consacrer ultérieurement une critique entière à « Portrait d’une enfant déchue » de Jerry Schatzberg (dont était tirée la très belle affiche du Festival de Cannes 2011). Un film troublant, morcelé, comme l’âme de sa protagoniste aux frontières de l’abstraction. Un film d’une beauté cruelle, triste et lucide ( une définition qui d’ailleurs pourrait s’appliquer à « Falbalas » de Becker dont il est certes très éloigné dans la forme mais pas tant que ça dans le fond, quand je vous disais que l’histoire du cinéma…et de Lyon, se répète et se répond). Faye Dunaway (époustouflante de beauté, de fragilité) y incarne Lou Andreas Sand, un ancien mannequin. « Brisée par le milieu de la mode, elle s’est réfugiée dans une maison au bord de l’Atlantique, où elle consacre sa vie à la peinture et à la sculpture. Lorsqu’elle cherche à reconstituer le puzzle de sa jeunesse, son ami Aaron Reinhardt (Barry Primus) la pousse à se livrer sur un magnétophone. Il en résulte une mosaïque de souvenirs où la réalité est soumise aux caprices de l’imagination et de la mythomanie… ».

    portrait.jpg

    lyonfestivallumiere2011 038.JPG

    Parmi les grands moments de cette édition, figure sans aucun doute la master class de Kevin Brownlow animée par Bertrand Tavernier (en présence de Stephen Frears). Réalisateur et producteur, Kevin Brownlow est un amoureux fou et fougueux du cinéma muet. Il est l’auteur de La Parade est passée, un grand livre d’entretiens avec les stars du muet ainsi que de nombreux documentaires consacrés au cinéma. Il est aussi le fondateur de Photoplay, une société à qui l’ont doit la restauration de nombreux films, dont « Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse ». Bertrand Tavernier, par son érudition, son enthousiasme, (à tel point qu’il en oubliait parfois de traduire…et surtout de s’arrêter emporté par ce dialogue captivant) a rendu cette rencontre particulièrement passionnante et instructive.

    lyonfestivallumiere2011 068.JPG

    Pour accompagner l’hommage fait à Kevin Brownlow, le festival a projeté une série sur le cinéma muet européen (six épisodes de 52 minutes) dont il est l’auteur (avec David Gill) : « Loin de Hollywood : l’art européen du cinéma muet ». Pour cause de débat se déroulant en partie au même moment, je n’ai pu assister qu’au premier épisode, littéralement fascinée. Cette enquête foisonne d’extraits (dont certains témoignent de plus de modernité, d’inventivité et même d’audace que bien des films d’actuels) des premiers temps du cinéma mais aussi d’interviews de pionniers du cinéma. Parmi ces sublimes moments du muet, « Le Voyage dans la lune » de Méliès (1902) que le Festival de Lyon projetait également et qui fut aussi projeté en ouverture du dernier Festival de Cannes. Moment magique concentrant toute la beauté, la richesse, la modernité, la puissance du cinéma, porté par la formidable musique du groupe Air.

    melies.jpg

    Il y a tant d’autres films projetés à Lyon que j’aurais aimé voir ou revoir comme « La Femme d’à côté » de François Truffaut projeté le soir de la remise du prix Lumière à Gérard Depardieu, et dont vous pouvez retrouver ma critique ici. Il fallait un talent démesuré, celui de Truffaut, pour raconter avec autant de simplicité cette histoire d’amour fou, de passion dévastatrice, qui nous emporte dans sa fièvre, son vertige étourdissant et bouleversant, comme elle emporte toute notion d’ordre social et la raison de ses protagonistes. Un film qui a la simplicité bouleversante d’une chanson d’amour, de ces chansons qui « plus elles sont bêtes plus, elles disent la vérité ».

    depardieulyon.jpg

    « C’est une joie et une souffrance », autre célèbre citation de Truffaut que nous retrouvons dans « La femme d’à côté » mais aussi dans « Le dernier métro »…et que j’aurais pu appliquer à la raison de ma venue à Lyon : les débats auxquels j’étais invitée à participer. Rassurez-vous, j’ai changé d’avis, une fois le débat achevé…même si parler de cinéma, partager ma passion, est toujours pour moi une joie, en débattre, notamment avec des journalistes me semblait néanmoins devoir être une souffrance…redoutant une certaine hostilité et une relative condescendance vis-à-vis des blogueurs non journalistes que nous sommes, mais il n’en fut rien.

    femmedacote.jpg

    L’objet de l’invitation du festival était ainsi d’interroger les nouvelles formes de cinéphilie et d’internet, désormais aussi indissociables que parfois opposées tant internet malmène parfois la cinéphilie mais l’enrichit aussi, il est vrai, de temps en temps. Trois évènements étaient organisés autour de cette thématique : une rencontre avec le très cinéphile self made man Col Needham, le fondateur d’IMDB, un débat entre blogueurs, et un débat entre blogueurs « amateurs » (Cinema is not dead, Laterna Magica, L’Ouvreuse, Grand Ecart et moi-même pour inthemoodforcinema.com) et journalistes blogueurs (Edouard Waintrop, anciennement journaliste à Libération, récemment nommé directeur de la Quinzaine des Réalisateurs, Thomas Sotinel, du Monde et Aurélien Ferenczi, critique cinéma à Télérama).

    bloglyon1.jpg

    bloglyon3.jpg

    Paradoxe que de participer à ce débat pour moi qui ne me considère pas comme une critique mais avant tout comme quelqu’un qui souhaite partager sa passion du cinéma, comme une fenêtre ouverte sur cette « fenêtre ouverte sur le monde » (je ne mets ainsi jamais d’étoiles aux films, et j’y tiens). Si la passion pour le cinéma m’anime depuis l’enfance, et que j’ai commencé les festivals très jeune, il y 18 ans (hé oui…), ce sont mes dix sélections sur concours d’écriture dans des jurys de cinéphiles qui m’ont donnée envie de partager ces pérégrinations festivalières et mes découvertes pour des pépites cinématographiques qui parfois même ne sortaient pas en salles , et donc de créer une première page (wanadoo !) internet très artisanale, il y a 10 ans, puis un premier blog, il y a 8 ans (inthemoodforcinema qui s’appelait alors « Mon Festival du cinéma ») puis « In the mood for Cannes » et « In the mood for Deauville », il y a 4 ans, pour partager ma passion pour ces deux festivals que je fréquente depuis 11 ans pour le premier, depuis 18 ans (depuis ma participation au prix de la jeunesse), pour le second. L’envie aussi sans doute de m’évader d’études très sérieuses où le cinéma n’était pas même considéré « par ailleurs comme une industrie », pour reprendre la citation de Malraux. C’était aussi l’envie de raconter ces moments de vie et de cinéma entremêlés si intenses que sont les festivals de cinéma, et de donner ainsi libre cours à mes passions viscérales pour le cinéma et l’écriture….et désormais pour les festivals.

    lyonfestivallumiere2011 083.JPG

    Comme l’a titré Aurélien Ferenczi dans son article consacré au débat en question, « la guerre des blogs n’aura pas lieu ». A ma grande surprise, et alors que cette rencontre avait été annoncée (et beaucoup annoncée, merci au festival pour cette belle mise en avant) comme une confrontation, il s’est en réalité avéré qu’il y avait effectivement une vraie convergence d’opinions et un constat sur l’absence de réponses de la presse aujourd’hui à cette nouvelle forme médiatique (et que la réponse serait de vrais articles de fond, un vrai travail d’enquête). Je suis d’ailleurs la première à être révoltée parfois de ce que je lis sur internet avec cette culture du buzz (aussi horrible que le mot qui la définit) qui semble inspirée de celle des plateaux télévisés (où il faut exagérer sa pensée, la réduisant d’ailleurs bien souvent à une absence de pensée) et qui nuit forcément à la qualité. Le blog n’en reste pas moins un formidable moyen de partager sa passion en interactivité et d’ailleurs je commence à m’y sentir à l’étroit et songe fortement à créer un blog ou site plus « pro » sous wordpress (les avis et conseils sont d’ailleurs les bienvenus) qui regrouperait mes différents blogs.

    lyonfestivallumiere2011 009.JPG

    Internet a en tout cas sans aucun doute changé la manière d’appréhender le cinéma, ou du moins de s’exprimer à son sujet, mais je ne sais pas si nous pouvons parler de nouvelles formes de cinéphilie. Cela a permis à chacun d’exprimer publiquement son avis, d’échanger sur ses goûts cinématographiques, et à une multiplicité d’avis distincts de trouver un espace d’expression mais non à un courant d’émerger comme ont pu en susciter Positif ou les Cahiers dans les années 50. Je pense ainsi à certains forums sur lesquels les critiques sont particulièrement manichéennes pour ne pas dire qu’elles se résument à « j’aime, je n’aime pas » et sur lesquels malheureusement le cinéma semble bien souvent commencer en 1990. Cela me rappelle la citation de Truffaut : »Tout le monde a deux métiers: le sien et critique de cinéma ». Aujourd’hui, chacun peut donc se prétendre critique de cinéma…mais si la cinéphilie consiste à considérer le cinéma comme un art, et à l’analyser come tel, je pense que, comme tout art, une analyse ou une critique du cinéma doit s’accompagner d’une connaissance de son histoire et le « chacun » dont parlait Truffaut émet plus souvent une critique plus « sentimentale » que basée sur une connaissance, ce qui n’est néanmoins pas toujours forcément une mauvaise chose, surtout que l’influence de la critique en question reste sans doute relative. Il n’y a donc sans doute pas plus de cinéphiles qu’avant, ni réellement de nouvelles formes de cinéphilie, mais chacun peut désormais exprimer publiquement son avis…et s’autoproclamer et se revendiquer cinéphile. Les réseaux sociaux, et particulièrement twitter, ont encore exacerbé ce phénomène, étant donné qu’un avis sur un film se résume à quelques caractères, poussant à la surenchère, souvent d’ailleurs une surenchère dans le cynisme…qui n’a plus vraiment à voir avec la cinéphilie ou la critique cinématographique mais qui a plus souvent pour objectif de mettre en avant son auteur que le film dont il est question, devenu prétexte. Je suis assez souvent abasourdie devant ce que j’y lis, les débats s’y transformant souvent en dialogues de sourds…mais comment peut-on décemment défendre et développer une idée en 140 caractères ? Symptomatique d’une époque où tout doit aller vite, au détriment du fond, du sens, de la réflexion, de la nuance.

    lyonfestivallumiere2011 010.JPG

    Internet a néanmoins indubitablement changé la donne et est d’ailleurs désormais intégré dans les logiques de la quasi-totalité des distributeurs (sur le même sujet, je vous recommande le documentaire « Tous critiques » de Jean-Jacques Bernard et Julien Sauvadon). Peut-être à l’avenir faudra-t-il veiller à ne pas recréer le même microcosme que celui des journalistes ou à ne pas totalement s’y intégrer mais à garder sa liberté, celle de dire, par exemple, qu’on émet de très nombreuses réserves sur « Drive », en ne le recommandant pas forcément, contrairement à la quasi-totalité des blogs actuels. Celle de dire qu’on aime passionnément le cinéma français quand il est tant décrié par certains, oubliant sans doute qu’il a donné naissance au cinéma lui-même mais aussi à certains de ses plus grands chefs d’œuvre.

    lyonfestivallumiere2011 101.JPG

    En tout cas, moi qui m’attendais à un débat acharné, j’ai été surprise de constater que les objectifs entre journalistes blogueurs et blogueurs qui ne le sont pas dits « amateurs », sont finalement les mêmes (en tout cas entre les journalistes que nous avons rencontrés qui tiennent tous un blog, ceci expliquant sans doute cela) : s’affranchir des contraintes, écrire ce qui n’intéresse pas forcément une rédaction, trouver ou retrouver un plaisir d’écriture et une liberté, et partager une passion du cinéma. Tout comme il existe des journalistes malhonnêtes ou blasés (arrivant en retard aux projections presse ou repartant avant la fin, et critiquant ou louant systématiquement certains cinéastes parfois pour des raisons autres que cinématographiques, réduisant le travail de plusieurs années à une phrase assassine pour témoigner d’une pseudo supériorité intellectuelle ou d’une pseudo influence ou pour le plaisir vain d’un bon mot), il existe des blogueurs qui ignorent, ou le feignent, que le cinéma est constitué d’une histoire longue de plus d’un siècle, et pas seulement de blockbusters américains des années 1990/2000, et qui écrivent guidés avant tout par l’envie d’être invités ou de donner écho à leurs frustrations créatrices par une parole vindicative, pour prouver, que sais-je, leur autonomie ou une maturité dont c’est sans doute l’antithèse, en tout cas, tout sauf la passion du cinéma, sans parler de ceux qui revendiquent des privilèges ou considérés comme tels appartenant aux journalistes que nous ne sommes pas.

    lyonfestivallumiere2011 111.JPG

    J’ignore quel sera l’avenir de la cinéphilie et d’internet, j’espère en tout cas qu’il ne passera pas par twitter. Le mien, quoiqu’il arrive, continuera toujours à passer par l’écriture, sous une forme ou une autre, par une nécessité viscérale d’écrire et de partager cette passion que des festivals comme Lyon ne font qu’aviver en me donnant envie de remercier, évidemment ce festival, mais plus encore ceux qui lui ont donné son nom, et qui, en 1895, furent à l’origine de la plus belle des inventions, invitation au rêve et à la réflexion qui ne cessera jamais de m’enthousiasmer, un enthousiasme que, plus que tout, j’espère parvenir et continuer à partager ici. Tant pis si le cynisme est à la mode, je revendique l’enthousiasme et la passion (et de citer de multiples fois Truffaut dans un article:-)) qui guident mes blogs, dussent-ils passer pour de la naïveté que je trouverai toujours préférable à l’aigreur …

    lyonfestivallumiere2011 082.JPG

    Cette semaine, je vous donne rendez-vous au Festival des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean de Luz et au Festival du Cinéma des Antipodes de Saint-Tropez pour de nouvelles découvertes cinématographiques…et d’ores et déjà au Festival Lumière de Lyon 2012 où j’ai prévu de retourner tant ce premier aperçu m’a enchantée.

    A suivre également : le blog de Bertrand Tavernier et le site officiel du Festival Lumière de Lyon.

    lyonfestivallumiere2011 093.JPG

    A Lyon, on mage cinéma. Littéralement. Et on ne touche pas au grisbi…

    lyonfestivallumiere2011 097.JPG

    lyonfestivallumiere2011 035.JPG

    lyonfestivallumiere2011 039.JPG

    lyonfestivallumiere2011 044.JPG

    lyonfestivallumiere2011 045.JPG

    lyonfestivallumiere2011 046.JPG

    lyonfestivallumiere2011 091.JPG

    lyonfestivallumiere2011 102.JPG

    lyonfestivallumiere2011 048.JPG

    lyonfestivallumiere2011 047.JPG

    lyonfestivallumiere2011 051.JPG

    lyonfestivallumiere2011 054.JPG

    La webradio du festival qui a reçu grand nombre d’invités du festival…

    lyonfestivallumiere2011 089.JPG

    Ci-dessous, la plateforme, la péniche en accès libre où, chaque soir, se retrouvent les invités célèvres et anonymes du festival.

    lyonfestivallumiere2011 036.JPG

    La librairie et la boutique de DVDs du festival, particulièrement prolifique en classiques du cinéma (avec notamment un grand nombre de ceux projetés au festival).

    lyonfestivallumiere2011 037.JPG

    Chaque jour, des dédicaces au village du festival

    lyonfestivallumiere2011 008.JPG

    lyonfestivallumiere2011 021.JPG

    lyonfestivallumiere2011 030.JPG

    lyonfestivallumiere2011 033.JPG

    lyonfestivallumiere2011 084.JPG

    lyonfestivallumiere2011 085.JPG

    Classé au patrimoine, le hangar où fut tourné « La sortie de l’usine Lumière »

    lyon2 002.JPG

    Le catalogue du festival, une vraie bible sur le cinéma

    lyon2 003.JPG

    Rue du Premier Film, le quotidien du festival

    lyon2 004.JPG

    A Lyon, pas de badges prioritaires, un simple ticket permet d’accéder aux projections.

    lyon2 001.JPG

    Analyse de « La Règle du jeu » de Jean Renoir – Festival Lumière de Lyon 2012

    règle2.jpg
     

    La Règle du jeu: le clairvoyant « drame gai » de Jean Renoir (1939)

    Souvent classé comme le meilleur film de tous les temps, c’est en tout cas incontestablement un chef d’œuvre de l’Histoire du cinéma…
    règle3.jpg
    La règle du jeu : le constat désespéré et la métaphore cynique d’une société en crise
    Au premier rang de ces nombreux films qui, avant-guerre, dépeignaient une société en crise se trouve La règle du jeu, qui, derrière son apparente légèreté, établit un constat cynique et désespéré de la décomposition morale de la France et qui en fit un chef d’œuvre annonciateur d’un avenir inéluctable. Le dernier film d’avant-guerre de Renoir est aussi le film annonciateur de la guerre. Les successions de styles auxquels recourt Renoir, entre vaudeville, satire et tragédie ne sont pas utilisées gratuitement mais contribuent à créer une véritable peinture sociale.
    règle4.jpg
    Une alliance subtile de vaudeville, satire et tragédie
    Dès le départ le cadre est planté, Renoir sous-titrant son film « fantaisie dramatique » et en définissant ainsi l’atmosphère. Tout comme son synopsis le film échappe à toute définition, Renoir prenant néanmoins soin de nous préciser au préalable que « ce divertissement dont l’action se passe à la veille de la guerre de 1939 n’a pas la prétention d’être une étude de moeurs. Les personnages qu’il présente sont purement imaginaires. » Ces personnages ce sont d’abord André Jurieux (Roland Toutain), le film débutant par l’atterrissage de son avion au Bourget. Celui-ci vient en effet de battre un record après avoir traversé l’Atlantique. Ovationné il ne pense qu’à Christine de La Chesnaye ( Nora Grégor), une femme du monde avec qui il avait une eu liaison platonique et qu’il s’attendait à voir à son retour. Il crie son désespoir à la radio puis tente de se suicider en voiture. Afin d’arranger les choses son ami Octave (Jean Renoir), également ami des La Chesnaye, le fait inviter à une partie de chasse que ceux-ci donnent dans leur propriété en Sologne, à La Colinière. Les terres sont surveillées par l’ombrageux Schumacher, qui surprend en flagrant délit de braconnage Marceau (Carette). Amusé le marquis le prend alors à son service. Christine découvre par hasard la liaison de son mari avec une de leurs amies Geneviève de Marras (Mila Parély). Par dépit elle répond aux avances du fade Saint-Aubin (Pierre Nay)…mais Octave aussi est amoureux d’elle. Une fête costumée va alors devenir le cadre d’un véritable vaudeville où maîtres et valets vont s’entrecroiser, Jurieux se battant avec Saint-Aubin, puis le marquis avec Jurieux, Schumacher courant après Marceau l’ayant surpris dans les bras de sa femme, Lisette (Paulette Dubost). Alors que tout s’apprêtait à rentrer dans l’ordre, Schumacher (Gaston Modot) se méprend en croyant Lisette dans les bras d’Octave alors qu’il s’agissait de Christine et abusé par un échange de costumes, il tue Jurieux d’un coup de carabine. Les Chesnaye après ce « déplorable accident » vont sauver la face après le salut final… Comme au théâtre tout le monde revient saluer à la fin. On passe du vaudeville à la satire. Les personnages paraissent en effet de prime abord fantasques, au début le film s’apparente à un vaudeville même s’il commence avec un ton tragique et la tentative de suicide d’André Jurieu. Le vaudeville est d’ailleurs annoncé dès l’exergue avec la citation de Beaumarchais : « Si l’amour porte des ailes, n’est-ce pas pour voltiger ».Dans ce vaudeville les couples s’échangent et les portes claquent. Renoir avait d’ailleurs songé à appeler son film Les caprices de Marianne. C’est même le burlesque qui succède au vaudeville lorsqu’Octave ne parvient pas à enlever sa peau d’ours et lorsque tout le monde passe devant lui sans prendre le temps de la lui enlever. On repasse ensuite à la tragédie : les personnages sincères, comme Octave ou Jurieu, sont écartés du jeu. Mais c’est la satire qui prédomine : les personnages deviennent alors odieux. Tous les styles de récit se mêlent sans que cela jamais ne paraisse incohérent. Le ton est annoncé dès le début par La Chesnaye : « nous jouerons la comédie, nous nous déguiserons », mais ce déguisement là n’est pas seulement vestimentaire c’est aussi celui derrière lequel se dissimule l’hypocrisie des personnages.
    jeu7.jpg
    La volonté satirique de Renoir
    Renoir annonce donc ambitionner de faire « une description exacte des bourgeois de notre époque ». Le jeu annoncé par le titre est pourtant le jeu social et dans ce jeu-là Renoir n’épargne personne qu’il s’agisse des riches ou des pauvres… et les deux seuls personnages qui échappent à ce règlement de comptes se retrouveront hors du jeu, qu’il s’agisse de l’aviateur André Jurieu qui sera assassiné ou Octave, évincé, après avoir rêvé un moment de pouvoir partir avec Christine. Les femmes ne sont pas épargnées, elles y sont aussi cyniques. Tel Beaumarchais, Renoir raille les manèges mondains, La Règle du jeu étant empreinte de l’esprit du 18ème siècle, ne serait-ce que l’exergue empruntée au Mariage de Figaro. La volonté satirique est par ailleurs flagrante comme à travers cette réplique dont la censure exigea la suppression : « On est à une époque où tout le monde ment : les prospectus des pharmaciens, les gouvernements, le cinéma, la radio, les journaux…Alors pourquoi veux-tu que nous autres les simples particuliers, on ne mente pas aussi ? ». Le monde dépeint par Renoir est un spectacle dans lequel chacun a ses raisons d’endosser un rôle. C’est avant tout la violence de la société que dénonce Renoir, une société pour qui tout peut rentrer dans l’ordre après une mort comme tout rentre dans l’ordre après la mort de Jurieu, une société qui vient saluer comme si de rien n’était après ce « déplorable accident ». Les personnages ne sont pas spontanés et malgré les sentiments qu’il éprouve pour Christine, Jurieu veut avoir une conversation avec La Chesnaye : «Christine tout de même il y a des règles. » Chacun affecte le respect des convenances sociales et le respect d’autrui. Ainsi La Chesnaye fait l’éloge de la liberté : « Sur cette terre il y a quelquechose d’effroyable, c’est que chacun a ses raisons. » « D’ailleurs je suis pour que chacun les expose librement (…) contre les barrières. » Quant aux domestiques ils ne sont pas épargnés : ils réinventent une société à l’image de celle des maîtres qu’ils critiquent. Les employés singent leurs maîtres comme lors de cette scène de repas. Ils semblent libres mais sont en réalité totalement assujettis, La Chesnaye signifiant ainsi à Schumacher qu’il n’a pas le droit d’être dans le château, que ce n’est pas son domaine, qu’il doit se cantonner à l’extérieur. Le mépris des uns pour les autres est également fustigé : « Au contraire, il faut bien que ces gens-là s’amusent comme les autres. » Les différentes classes font donc preuve de la même hypocrisie et ont les mêmes défauts, les mêmes faiblesses.
    règle6.jpg
    Un chef d’œuvre-testament : le film annonciateur d’un avenir inéluctable
    Dans La règle du jeu, Renoir fait preuve d’une réelle virtuosité technique qui presque 70 ans après, reste encore un véritable modèle. Cette virtuosité n’est pas une simple démonstration ostentatoire et gratuite mais elle est au service d’un véritable propos dont l’acuité est, aujourd’hui encore, sidérante.
    La virtuosité technique de l’œuvre
    La règle du jeu est ainsi d’une force plastique saisissante. Ce qui apparaît d’abord, c’est le goût du théâtre ou plutôt de la théâtralité à travers les déguisements, les chassés croisés. Le final est d’ailleurs très théâtral et annoncé par la citation de Beaumarchais du début. Mais si les références au théâtre sont multiples La règle du jeu est loin d’être une pièce filmée. La caméra semble voguer au hasard et dissimule en réalité un brio inégalé grâce à une profondeur et une largeur de champ si signifiantes. Les dialogues semblent être improvisés, les situations semblent se chevaucher. On a l’impression de voir la rapidité et la confusion d’images réelles même si pour Bazin « toute image cinématographique est réaliste par essence. » Le travail sur le son est admirable provenant tantôt de la TSF, du phono, de la poupée mécanique, des instruments etc. La musique n’est pas non plus anodine, elle révèle la fausseté des sentiments comme ces grenouilles qui coassent à la fin du film. La virtuosité technique de l’œuvre notamment grâce à la profondeur de champ ajoute encore à la complexité de l’œuvre et à celle du propos qui, derrière le vaudeville, dissimule la gravité.
    règle8.jpg
    La virtuosité observatrice de l’œuvre : un regard clairvoyant sur une société aveugle et aveuglée
    Cette virtuosité technique n’est donc pas innocente mais au contraire utilisée au service d’un propos. Ce qui pourrait n’être qu’une comédie virevoltante est en réalité un des films qui observent et décryptent le mieux sa société et les causes de la guerre. Renoir dépeint en effet la fin d’un monde dont l’aveuglément permet l’émergence du fascisme. La tension est d’ailleurs à son comble pendant le tournage, Hitler ayant envahi la Tchécoslovaquie au mois de Mars. Le marquis, qui est d’origine juive, se fait ainsi traiter dans son dos de « métèque » par un des domestiques, ce à quoi le cuisinier réagit vivement : « A propos de juif, La Chesnaye, tout métèque qu’il est… » L’antisémitisme et le racisme y sont latents, les domestiques insistent ainsi sur le fait que « La mère de La Chesnaye avait un père qui s’appelait Rosenthal et qui arrivait tout droit de Francfort ». On y parle « des histoires de nègres » et il est question de « parasites ». Le film n’est pas prémonitoire mais révélateur de la dégradation de la société que Renoir a minutieusement observée. Les réactions que suscita le film à ce sujet furent d’ailleurs tout aussi révélatrices d’un état d’esprit comme celui de Brasillach qui estima que c’était inquiétant « d’oser montrer pour la première fois un juif sympathique », estimant que « de La Chesnaye est plus juif que jamais…Une autre odeur monte de lui du fond des âges, une autre race qui ne chasse pas, qui n’a pas de château, pour qui la Sologne n’est rien… Jamais peut-être l’étrangeté du juif n’avait été aussi fortement, aussi brutalement montrée. » C’est pourtant le film que sera fustigé et non ces propos outrageants. La scène de la chasse est par ailleurs particulièrement révélatrice du climat de l’époque. Les tireurs, hommes ou femmes, tuent avec froideur. La mort est d’ailleurs omniprésente comme lorsque les personnages sont déguisés en squelettes : la mort danse, les fantômes rodent autour d’eux. C’est le spectre de la guerre qui rôde. C’est une époque où « c’est assommant les gens sincères. » Etre sincère c’est voir la réalité, et dans la réalité le monde est à la veille de la guerre. Et même derrière les lieux communs, on perçoit la crainte de l’avenir, et la noirceur du présent. Ainsi pour Marceau : « Dans notre partie, c’est comme dans tout y a la crise. » Rien n’est laissé au hasard. Ainsi Marceau justement est le nom du plus grand général républicain de la Révolution Française. La véritable terreur pour La Chesnaye et ses invités c’est le Front Populaire. Dans La Marseillaise, La Chesnaye est d’ailleurs un défenseur ultraroyaliste… L’œuvre de Renoir devient en quelque sorte une véritable Comédie humaine où les mêmes personnages ou du moins les mêmes noms et caractéristiques se retrouvent de films en films. Quand la société se donne en spectacle les tenues ne sont pas innocentes : ils sont déguisés en tyroliens et chantent une chanson ultranationaliste, un hymne boulangiste à la gloire de l’armée française. Les idéaux d’avant sont tournés en dérision et ceux qui sont mis en avant laissent présager un avenir inquiétant. Comme la société qu’il retranscrit le film oscille constamment entre le drame et la tragédie… et cette audace à une période où on ne pouvait plus rire de tout fut certainement une des causes de l’échec commercial que connut La règle du jeu. Qu’il s’agisse d’un « drame gai » ou d’une « fantaisie dramatique », la qualification demeure antithétique à l’image de cette société de paradoxes que Renoir décrit. Si le film se présente comme une comédie frivole en dehors de l’actualité, c’est en donc réalité une comédie grinçante qui en démontre subtilement les travers. « On sait jamais, y a rien d’impossible. » dit Marceau à de La Chesnaye, oui rien semble vouloir nous dire Renoir : pas même l’horreur qui se profile aux portes de la France…, pas même l’aveuglement de la société face au danger imminent qui la menace.
    règle9.jpg
    Un échec commercial : une société qui refuse de se reconnaître
    Tout comme la réalité et le destin échappent au déserteur du Quai des brumes, il échappe au bourgeois et à l’aristocrate de La règle du jeu, pourtant la réussite du premier fut tout aussi retentissant que l’échec du second. Même après que Renoir ait réduit son film de 23 minutes, La règle du jeu suscite un rejet unanime de la part du public. On cassait même les fauteuils dans certaines salles. Il provoqua également le rejet de la critique même s’il fut moins unanime, Georges Sadoul le qualifiant ainsi « d’incohérence ». Renoir songea même à abandonner le cinéma, il se résolut finalement à l’exil. A la veille de la seconde guerre mondiale on ne peut en effet applaudir une telle fantaisie, aussi dramatique soit-elle, ou peut-être justement parce-qu’elle fut aussi dramatique. On ne supporta pas la dénonciation de l’hypocrisie sociale de ce petit monde « dansant sur un volcan. » Renoir disait en effet avoir voulu « peindre une société qui danse sur un volcan » . Est-ce là l’origine du mal qui progresse et menace l’Europe ? Renoir semble le sous-entendre. On ne pardonna pas non plus à Renoir d’avoir utilisé un juif pour manifester un semblant d’humanité. L’amitié même n’y est qu’un leurre…et « c’est la fatalité qui a voulu qu’André Jurieu soit victime de cette erreur. »« Au contraire, il faut bien que ces gens-là s’amusent comme les autres. » La caricature y est plus visible que dans les autres films de Renoir et le public ne l’admet pas tout comme ce drame gai aux portes d’un drame, un drame imminent rappelé par les danses macabres : spectres armés de lanternes précédant le squelette de la mort au son de la Danse macabre de Saint-Saens. La fête permet d’oublier que l’on est aux portes d’une catastrophe et on ne pardonnera pas à Renoir de l’avoir interrompue. Les remous suscités par la première projection furent tels que Renoir se hâta de préciser qu’il n’avait pas eu la prétention de faire une étude de mœurs ; les personnages étant « purement imaginaires. » Quand le film ressortit en copie complète dans les ciné-clubs en 1960 il fut pourtant reconnu comme un chef-d’œuvre incontesté…

    Critique de « Tess » de Roman Polanski – Festival Lumière de Lyon 2012

    tessaffiche.jpg

    m3.jpg

    (Photo ci-dessus copyright inthemoodforcannes.com )

    Cette année, Pathé présente ainsi « Tess », le film de Roman Polanski sorti en 1979 ( durée de 171 minutes), dans une restauration qu’il a lui-même supervisée, il s’est dit « épaté » par le travail des laboratoires. Cette projection se déroulera en présence de Roman Polanski et de Nastassja Kinski. Une restauration Pathé, exécutée par Éclair Group pour la partie image et Le Diapason pour la partie sonore.

    tess1.jpg

    Photographie Bernard Prim – Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION – TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Dans l’Angleterre du XIXème siècle, un paysan du Dorset, John Durbeyfield (John Collin) apprend par le vaniteux pasteur Tringham qu’il est le dernier descendant d’une grande famille d’aristocrates. Songeant au profit qu’il pourrait tirer de cette noblesse perdue, Durbeyfield envoie sa fille aînée, Tess (Nastassja Kinski), se réclamer de cette parenté chez la riche famille d’Urberville. C’est le jeune et arrogant Alec d’Urberville (Leigh Lawson) qui la reçoit. Immédiatement charmée par « sa délicieuse cousine » et par sa beauté, il propose de l’employer, s’obstinant ensuite à la séduire. Il finit par abuser d’elle. Enceinte, elle retourne chez ses parents. L’enfant meurt peu de temps après sa naissance. Pour fuir son destin et sa réputation, Tess s’enfuit de son village. Elle trouve un emploi dans une ferme où personne ne connaît son histoire. C’est là qu’elle rencontre le fils du pasteur : Angel Clare (Peter Firth). Il tombe éperdument amoureux d’elle mais le destin va continuer à s’acharner et le bonheur pour Tess à jamais être impossible.

    tess4.jpg

    Photographie Bernard Prim – Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION – TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Roman Polanski étant, à l’époque du tournage, accusé de viol sur mineur aux États-Unis et étant alors menacé d’extradition depuis l’Angleterre, bien que le film se déroule en Angleterre, il a été tourné en France : en Normandie, (Cap de la Hague, près de Cherbourg), mais aussi en Bretagne, à Locronan (Finistère), au Leslay (Côtes-d’Armor), au Château de Beaumanoir, et enfin à Condette , dans le Pas-de-Calais). Quant au site mégalithique de Stonehenge, il été reconstitué dans une campagne en Seine-et-Marne.

    Le film est dédié à Sharon Tate. La mention « To Sharon » figure ainsi au début du film. Celle-ci, avant d’être assassinée en 1969 par Charles Manson avec l’enfant qu’elle portait, avait ainsi laissé sur son chevet un exemplaire du roman de Thomas Hardy « Tess d’Urberville», dont le film est l’adaptation, avec un mot disant qu’il ferait un bon film.

    « Tess d’Urberville » dont le sous-titre est « Une femme pure, fidèlement présentée par Thomas Hardy » est un roman publié par épisodes à partir de 1891, dans divers journaux et revues. Son adaptation était donc un véritable défi d’autant que jusqu’alors Roman Polanski n’avait pas encore signé de film d’amour.

    Deux adaptations cinématographiques, toutes deux intitulées « Tess Of d’Urbervilles » avaient déjà été tournées, l’une mise en scène en 1913 par J. Searle Dawley et l’autre par Marshall Neilan en 1924. David O. Selznik en racheta les droits mais il fallut attendre Claude Berri qui racheta les droits à son tour avant que l’œuvre ne tombe dans le domaine public, pour que le film puisse enfin voir le jour.

    Polanski a entièrement réussi ce défi et nous le comprenons dès le début qui nous plonge d’emblée dans l’atmosphère du XIXème siècle, un impressionnant plan séquence qui semble déjà faire peser le sceau de la fatalité sur la tête de la jeune Tess. Tandis qu’arrive un cortège de jeunes filles au sein duquel elle se trouve, tandis qu’est planté le décor mélancolique sous un soleil d’été, tandis qu’est présentée l’innocence de la jeune Tess, le pasteur vaniteux croise son père et lui annonce la nouvelle (celle de son ascendance noble) qui fera basculer son destin. C’est aussi là qu’elle verra Angel pour la première fois. Toute sa destinée est contenue dans ce premier plan séquence qui, par une cruelle ironie, fait se croiser ces routes. Les personnages se rencontrent à un carrefour qui est aussi, symboliquement, celui de leurs existences.

    Si la scène est lumineuse, dans ces deux routes qui se croisent, ces destins qui se rencontrent, la fatalité de celui de Tess et son ironie tragique semble ainsi déjà nous être annoncée. Tout le film sera à l’image de cette première scène magistrale. Aucun didactisme, aucune outrance mélodramatique alors que le sujet aurait pu s’y prêter. Polanski manie l’ellipse temporelle avec virtuosité renforçant encore la mélancolie de son sujet et sa beauté tragique. Comme cet insert sur le couteau et ces deux plans sur cette tache de sang au plafond qui s’étend qui suffisent à nous faire comprendre qu’un drame est survenu, mais aussi sa violence. Le talent se loge dans les détails, dans la retenue, jamais dans la démonstration ou l’outrance. Par exemple, les costumes de Tess en disent beaucoup plus long que de longues tirades comme cette robe rouge, couleur passion qu’elle porte dans la dernière partie du film et qui contraste avec les vêtements qu’elle portait au début. Un rouge qui rappelle celui de cette fraise que lui fera manger Alec, combattant ses réticences qui en annoncent d’autres, avant de l’initier (la forcer) à d’autres gourmandises. Subtilement encore, en un plan qui laisse entrevoir un vitrail représentant une scène inspirée de Roméo et Juliette, Polanski, comme il l’avait fait dans le plan séquence initial nous rappelle que l’issue ne peut être tragique. Un dénouement aussi magnifique que tragique, la frontière étant toujours très fragile chez Polanski entre le réalisme et une forme de fantastique ou de mysticisme, Tess apparait alors au milieu de ce site mégalithique de Stonehenge, au décor presque irréel, aux formes géométriques et inquiétantes, comme surgies de nulle part, comme sacrifiée sur un autel.

    tess2.jpg

    Photographie Bernard Prim – Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION – TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Le spectateur éprouve immédiatement de l’empathie pour Tess, personnage vulnérable et fier malmené par le destin qui semble s’y résigner jusqu’à la révolte finale fatale. Le film doit aussi beaucoup au choix de la trop rare Nastassja Kinski (fille de l’acteur Klaus Kinski), à la fois rayonnante et sombre, naturelle et gracieuse, si triste malgré sa beauté lumineuse et surtout d’une justesse constante et admirable. Elle porte en elle les contraires et les contrastes de ce film dans lequel le destin ne cesse de se jouer d’elle. Contraste entre la tranquillité apparente des paysages (magistralement filmés et mis en lumière, rappelant les peintures du XIXème comme notamment « Des Glaneuses » de Millet ou certains paysages de Courbet, la nature emblème romantique par excellence, le passage des saisons, des paysages symbolisant les variations des âmes ) et les passions qui s’y déchaînent, contraste entre la bonté apparente d’Angel (à dessein sans doute ainsi nommé) qui a « Le Capital » de Marx pour livre de chevet mais qui agit avec un égoïsme diabolique finalement presque plus condamnable que le cynisme et l’arrogance d’Alec. Même lorsqu’elle apparait en haut de cet escalier, transformée, sa tenue et sa coiffure suffisant à nous faire comprendre qu’elle est devenue la maitresse d’Alec, Tess garde cette candeur et cette fragilité si émouvantes.

    tess5.jpg

    Photographie Bernard Prim – Collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    ©1979 PATHE PRODUCTION – TIMOTHY BURRILL PRODUCTIONS LIMITED

    Nommé six fois aux Oscars (pour 3 récompenses), récompensé d’un Golden Globe et par trois César dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur, « Tess » est un très grand film empreint de mélancolie poétique, d’une beauté formelle envoûtante, un film tout en retenue grâce à des ellipses judicieuses. Le film nous captive avec toute la douceur de son personnage principal, lentement mais sûrement, par une mise en scène sobre. L’impact dramatique n’en est que plus fort et bouleversant. On y retrouve le thème de l’enfermement (ici dans les conventions) si cher à Polanski, un thème également dans les deux films dont je vous livre les critiques en bonus après celle de « Tess », ci-dessous.

    Ce mélange d’imprégnation de la peinture du XIXème, ce romantisme tragique qui rappelle les plus grands écrivains russes et cette fresque lente et majestueuse sur la déchéance d’un monde qui rappelle Visconti (dont le cinéma était aussi très imprégné de peinture), sans oublier cette photographie sublime, l’interprétation magistrale de Nastassja Kinski et sa grâce juvénile, lumineuse et sombre, et la musique de Philippe Sarde, en font un film inoubliable. Au-delà de la peinture du poids des conventions (morales et religieuses) et d’une critique des injustices sociales, « Tess » est un film universel d’une poésie mélancolique sur l’innocence pervertie, sur les caprices cruels du destin, sur la passion tragique d’une héroïne intègre, fier et candide, un personnage qui vous accompagne longtemps après le générique de fin.

    « J’ai toujours voulu tourner une grande histoire d’amour. Ce qui m’attirait également dans ce roman, c’était le thème de la fatalité : belle physiquement autant que spirituellement, l’héroïne a tout pour être heureuse. Pourtant le climat social dans lequel elle vit et les pressions inexorables qui s’exercent sur elle l’enferment dans une chaîne de circonstances qui la conduisent à un destin tragique. » Roman Polanski
  • Golden Blog Awards 2012 : votez pour un ou plusieurs des blogs inthemood !

    goldenblog.jpg

    Il est vrai que je vous demande souvent votre contribution mais celle-ci ne vous demandera pas plus d'une seconde! Il vous suffira de cliquer sur les 2 boutons de vote en haut à gauche de ce blog et le tour sera joué (ou bien de mettre cet article en favori et de voter chaque jour en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous selon que vous souhaiterez voter pour un ou plusieurs de mes blogs).

    Vous pouvez voter une fois par jour par adresse ip jusqu'au 22 octobre et plus vous serez nombreux et voterez souvent, plus mes chances seront évidemment grandes de figurer parmi les finalistes donc n'hésitez pas à venir voter chaque jour ou de temps en temps. Le vote est bien sûr entièrement gratuit et anonyme.

    Les Golden Blog Awards dont ce sera cette année la 3ème édition récompensent les blogs dans divers domaines. Tous mes blogs sont inscrits : dans la rubrique "cinéma" (pour Inthemoodforcinema.com , Inthemoodforcannes.com , Inthemoodfordeauville.com ), dans la rubrique "culture généraliste" (pour Inthemoodlemag.com ), dans la rubrique "voyage" (pour Inthemoodforluxe.com ).

     Bien entendu, je n'ai pas créé ces blogs pour avoir des prix et leur qualité ou absence de qualité ne dépend pas d'un quelconque prix (comment aurais-je d'ailleurs pu imaginer il y a 9 ans, lorsque j'ai créé mon 1er blog pour partager mes singulières expériences de jurée dans des festivals de cinéma et pour donner libre cours à mes passions viscérales-toujours et plus que jamais vivaces- pour le cinéma et l'écriture, que de tels prix existeraient!) mais il est toujours agréable de voir son travail reconnu, en particulier par vous qui me lisez chaque jour ou ponctuellement.

    Si les blogs inthemood ont souvent été à l'honneur (cf rubrique "Dans les médias en cliquant ici"), il ne dépend aujourd'hui que de vous qu'ils le soient à nouveau !

     Pour en savoir plus sur la genèse de mes différents blogs, la raison d'être de chacun d'entre eux et mon parcours, rendez-vous dans la rubrique "A propos" de mon dernier blog Inthemoodforfilmfestivals.com en cliquant ici .

    Retrouvez les 6 blogs inthemood ci-dessous - Vous pouvez aussi voter directement pour l'un d'entre eux ou chacun d'entre eux, ci-dessous . 

    - http://inthemoodlemag.com  

     

    - http://inthemoodforfilmfestivals.com

    - http://www.inthemoodforcinema.com

    - http://www.inthemoodforcannes.com

    - http://www.inthemoodfordeauville.com

    - http://www.inthemoodforluxe.com

     

  • Programme des Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes de Saint-Tropez 2012

    Photo de couverture

    Ce blog a bien sûr vocation à vous relater et à relayer les grands festivals ou réputés comme tels mais aussi à vous faire découvrir de plus petits festivals à la programmation non moins attrayante à l’image de celle des Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes de Saint-Tropez dont ce sera cette année la 14ème édition, du 15 au 21 octobre, un délicieux et exaltant marathon cinématographique de 7 jours place des Lices dont voici le programme avec le meilleur du cinéma australien et néo-zélandais et un large choix de films parmi lesquels « The Orator » primé à Venise en 2011 ou encore « The eye of the storm » avec Charlotte Rampling mais aussi: des longs-métrages, des documentaires, une compétition, la section Antipodes juniors, des courts-métrages et une exposition de l’artiste calédonienne Marie Claudel. Un voyage au bout du monde, reflet de ses colères, de ses blessures mais aussi de sa beauté universels. Vous pourrez bien entendu retrouver prochainement ici les noms des membres du jury et le reste de la programmation.

    sainttropez5.jpg

    Longs-métrages (en cliquant sur leurs titres, vous accéderez à leurs fiches sur le site officiel du festival):

    Documentaires:

  • Critique de "Green zone" de Paul Greengrass, ce soir, sur Ciné + premier, à 20H40

    green5.jpg

    Avec ce septième long-métrage, Paul Greengrass retrouve pour la troisième fois Matt Damon et s'attèle également pour la troisième fois au film « historique » après « Bloody Sunday » et « Vol 93 ». Mais qu'allait donc donner cette collaboration entre le réalisateur et l'acteur qui, sous la direction de Paul Greengrass, pour la première fois n'incarne plus Jason Bourne mais l'adjudant-chef Roy Miller dans cette adaptation du livre d'enquête de Rajiv Chandrasekaran?

    Pendant l'occupation américaine de Bagdad en 2003, ce dernier et ses hommes ont ainsi pour mission de trouver des armes de destruction massive censées être stockées dans le désert iraquien mais, d'un site à un autre où il ne trouve jamais rien, Roy Miller commence à s'interroger sur le véritable objectif de leur mission. C'est dans la Green zone (quartier fortifié du gouvernement provisoire irakien, des ministères et des ambassades) que se joue le sort du pays entre les mains de ceux pour qui il est un capital enjeu...

    Le premier grand atout de cette nouvelle collaboration Damon/Greengrass (et disons-le tout de suite, de cette vraie réussite) c'est d'expliquer intelligemment et avec simplicité tous les ressorts d'une situation aussi explosive que complexe. Ainsi, chaque personnage incarne un point de vue sur la situation irakienne : le militaire américain qui remet en cause la position du Pentagone, l'Irakien (blessé lors de la guerre Iran/Irak et victime de ce conflit qui à la fois le concerne directement et l'ignore) qui souhaite avant tout que son pays aille de l'avant et le débarrasser des anciens acolytes de Saddam Hussein (les fameuses cartes comme si cette désolante et tragique mascarade n'était qu'un jeu), les militaires qui obéissent aveuglement au mépris des vies sacrifiées et au prétexte de l'objectif fallacieux dicté par la Maison Blanche (et pour couvrir cet objectif fallacieux), les journalistes manipulés et par voie de conséquence manipulateurs de l'opinion, le nouveau gouvernement incompétent choisi par l'administration américaine... et au milieu de tout ça, une population qui subit les conséquences désastreuses qui, aujourd'hui encore, n'a pas trouvé d'heureux dénouement.

    Le film de guerre se transforme alors en explication géopolitique imagée mais n'allez pas croire qu'il s'agit là d'un film soporifique comme son sujet aurait pu laisser le craindre. Caméra à l'épaule, réalisation nerveuse, saccadée, contribuant à renforcer le sentiment d'urgence, immersion dès le premier plan qui nous plonge en plein chaos... Paul Greengrass, avec son style documentaire et réaliste (il a même fait tourner de nombreux vétérans de la guerre en Irak), n'a pas son pareil pour créer une tension qui nous emporte dans le début et ne nous quitte plus jusqu'à la fin. Côté réalisation le film lorgne donc du côté des Jason Bourne surtout que Roy Miller, tout comme Jason Bourne est aussi en quête de vérité, pas celle qui le concerne mais qui implique l'Etat dont il est censé défendre les valeurs. Matt Damon avec son physique d'une force déterminée et rassurante confirme une nouvelle fois la pertinence de ses choix.

    En signant le premier film à aborder frontalement le thème de l'absence des armes de destruction massive, Paul Greengrass n'épargne personne, ni l'administration Bush ( un dernier plan sur des installations pétrolières est particulièrement significatif quant aux vraies et accablantes raisons du conflit) ni certains militaires ni les médias ne sont épargnés. Enfin des images sur une piètre vérité pour un film aussi explosif que la situation qu'il relate.

    Entre thriller et film de guerre, un film prenant en forme de brûlot politique qui n'oublie jamais, ni de nous distraire, ni de vulgariser une situation complexe, ni son objectif de mettre en lumière la sombre vérité. Courageux et nécessaire.

  • Critique de "Polisse" de Maïwenn - ce soir, à 20H55, sur Canal plus

    polisse.jpg

    polisse1.jpg

    polisse2.jpg

    polisse3.jpg

    polisse4.jpg

    « Polisse » est le troisième long métrage de Maïwenn après « Pardonnez-moi » (2006) et « Le bal des actrices » (2009). J’étais restée particulièrement sceptique devant «Le Bal des actrices » , film sur les masques et les mensonges des actrices dans lequel Maïwenn nous impose sa propre vérité, un bal dont elle est la reine et la manipulatrice, un bal dans lequel le cinéma est montré comme un théâtre masqué, un monde de faux-semblants dans lequel les actrices sont toutes malheureuses, narcissiques, prétentieuses et pour se dédouaner de s'être attribuée le beau rôle, Maïwenn lors d'une scène finale (lors de laquelle toutes les actrices sont réunies pour voir son documentaire) devance toutes les critiques, ses actrices lui adressant les reproches que pourrait lui faire la critique. Bref, je craignais le pire avec le sujet ô combien sensible de ce troisième long métrage.

     

    Synopsis : « Polisse » suit le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) : gardes à vue de pédophiles, arrestations de pickpockets mineurs, auditions de parents maltraitants, dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables. En parallèle, Maïwenn montre les répercussions sur la vie privée de chacun de ces policiers et l’équilibre précaire entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Mélissa ( Maïwenn) est mandatée par le Ministère de l’Intérieur pour réaliser un livre de photos sur la brigade. Ce regard va révéler les fêlures de Fred (Joeystarr), le plus écorché vif de la brigade.

    Les premières minutes nous montrent une petite fille décrivant avec sa candeur enfantine les attouchements que son père lui a ou aurait fait subir (nous ne saurons pas vraiment). Quelques scènes plus tard, nous retrouvons les policiers de la BPM qui, à la cantine, racontent leurs histoires de couples, avec une certaine crudité, à la fois pour désamorcer la violence de ce qu’ils entendent au quotidien, mais aussi parce que cette violence a des répercussions inévitables sur leur vie privée.

    C’est avant tout eux que la caméra de Maïwenn va suivre, nous immergeant dans leur douloureux quotidien. Douloureux parce que difficile d’entendre des horreurs toute la journée et de ne pas en ressortir écorché, voire blessé, ou même meurtri. Douloureux parce que la vie privée devient chaotique quand la vie professionnelle est aussi rude et vorace, et exige un tel dévouement dont il est impossible de ressortir indemne. Douloureux parce que les blessures des autres ravivent les leur.

    Lors de la première projection à Cannes, je vous avais dit avoir été partagée entre émotion et scepticisme, agacement et admiration mais j’avoue que cette fois l’émotion et l’admiration ont dominé. Emotion parce que la caméra de Maïwenn capte et esquisse admirablement des portraits de pères, de mères, d’hommes, de femmes, d’enfants, désemparés face à la douleur indicible mais aussi la glaçante épouvante de ceux qui avouent les pires horreurs avec le sourire et une terrible « innocence », inconscients de celle qu’ils ont bafouée (Terrifiante déclaration du personnage d’Audrey Lamy inspirée comme tous les autres faits de ce film, de faits réels). Emotion parce qu’il est impossible de rester insensible devant, par exemple, cette scène douloureusement réaliste de cet enfant arraché à sa mère parce qu’il est impossible de leur trouver un foyer à tous deux. Emotion lorsque par un frôlement de main, une danse d’abandon, surgit une tendresse si longtemps contenue. Emotion parce que la scène finale d’une logique tragiquement implacable vous saisit d’effroi.

    Admiration parce que Maïwenn en quelques plans, parfois juste le temps d’une déclaration à la police, nous raconte toute une histoire, un passé sombre et un avenir compromis. Admiration parce qu’elle tire des acteurs et surtout actrices, le meilleur d’eux-mêmes : Sandrine Kiberlain bouleversante, Karin Viard insaisissable, touchante puis presque effrayante, et que dire de Marina Foïs, remarquable dans le rôle de ce personnage de policier, le plus intéressant, abimé, fragile, désorienté. Même Joeystarr dont la prestation dans « Le bal des actrices » ne m’avait pas convaincue, est ici particulièrement touchant dans son rôle de flic bourru au cœur tendre qui s’implique émotionnellement dans chaque « cas ».

    Alors pourquoi étais-je aussi sceptique et agacée suite à la projection cannoise ? Sceptique parce que le personnage qu’incarne Maïwenn qui se cache derrière ses grandes lunettes, son chignon, qui passe des beaux quartiers aux quartiers plus populaires, semble une nouvelle fois une manière de se dédouaner, de se donner le beau rôle, de se mettre en scène sans que cela soit forcément nécessaire. Il faut avouer que, suite à cette deuxième projection, j’ai trouvé que son personnage qui certes parfois sourit un peu trop béatement, apporte une certaine fraîcheur, un regard extérieur et est une vraie trouvaille scénaristique pour permettre au personnage de Joeystarr d’évoluer et de révéler une autre facette de sa personnalité. C’est aussi un moyen d’explorer à nouveau la mise en abyme. C'est d’ailleurs après avoir vu un documentaire à la télévision sur le travail des policiers chargés de protéger les mineurs, qu'elle a eu l'idée d'en faire un film.

    Agacée par ce style faussement réaliste (Lors de la conférence de presse des lauréats à Cannes, Maïwenn s’est énervée suite à la question d’un journaliste qui, à propos de son film, parlait de style semi-documentaire) qui recrée une réalité et forcément l’édulcore pour faire surgir une réalité qui forcément n’en est pas totalement une. Agacée parce que Maïwenn par moments semble nous refaire « Le bal des actrices » et plus soucieuse de leurs performances que du réalisme (peut-être aurait-il été plus judicieux d’utiliser uniquement des comédiens inconnus) mais après cette deuxième projection, je reconnais que tous les acteurs sans exception, sont absolument remarquables et que Maïwenn est incontestablement douée pour la direction d’acteurs sachant tirer ici le meilleur de chacun (les « témoignages » d’anonymes sont saisissants).

    Agacée parce que parfois la caméra s’attarde un peu trop, et nous prend en otage, ou parce que parfois elle semble privilégier ou du moins hésiter entre l’effet de style ou l’émotion et le réalisme (comme la scène des enfants qui dansent dans le bus). Agacée parce que, à l’image de son titre, cela frôle alors l’artificiel. Polisse écrit par un enfant. Polisse mais surtout pas « policé ». Polisse parce qu’il y avait déjà le PoliCe de Pialat.

    Avec ce troisième film, Maïwenn veut à nouveau faire surgir la vérité, « peindre les choses cachées derrière les choses » pour reprendre une célèbre réplique d’un non moins célèbre film de Marcel Carné. En voulant parfois trop mettre en valeur ses actrices (ou elle-même), elle nuit justement à cette vérité nous rappelant trop souvent que « c’est du cinéma », alors qu’elle retranscrit malheureusement surtout une sombre réalité. Il n’en demeure pas moins que c’est un bel hommage à ces policiers de la BPM, à leur dévorant métier et leur dévouement, un constat effroyable sur la noirceur humaine, et il n’en demeure pas moins que la fin est bouleversante de beauté tragique et de lyrisme dramatique : ces deux corps qui s’élancent, et font éclater ou taire la vérité, inadmissible, et éclater ou taire l’espoir. Un film agaçant, intense, marquant, bouleversant, parfois même (sombrement) drôle.

    A cette deuxième vision, la qualité de la réalisation (caméra nerveuse qui épouse la tension palpable), et surtout l’écriture m’ont particulièrement marquée, sans doute la raison pour laquelle Maïwenn condamnait cette définition de semi-documentaire. Le film est extrêmement construit, les dialogues sont particulièrement efficaces et sans doute certains les trouveront trop écrits, en contradiction avec l’impression de réalisme auquel ils ne nuisent néanmoins pas. Chaque scène de chaque personnage, qu’il soit au premier ou au second plan, dit quelque chose du dénouement concernant ce personnage et il faut dire que Maïwenn et sa coscénariste Emmanuelle Bercot manient brillamment le film choral aidées par un brillant montage qui fait alterner scènes de la vie privée et scènes de la vie professionnelle, les secondes révélant toujours quelque chose sur les premières, ces deux familles se confondant parfois. Pialat, Tavernier, Beauvois, Marchal avaient chacun à leur manière éclairer une facette parfois sombre de la police. Il faudra désormais compter avec le « Polisse » de Maïwenn dont le prix du jury cannois était en tout cas entièrement justifié.

    Cliquez ici pour lire le compte rendu de la conférence de presse cannoise de « Polisse ».

    conférence de presse Maïwenn 011.JPG

    conférence de presse Maïwenn 014.JPG

    conférence de presse Maïwenn 017.JPG

    conférence de presse Maïwenn 018.JPG

    conférence de presse Maïwenn 019.JPG

    conférence de presse Maïwenn 022.JPG

    conférence de presse Maïwenn 023.JPG

    conférence de presse Maïwenn 006.JPG

    Découvrez les 5 autres blogs inthemood: http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://www.inthemoodforcannes.com, http://www.inthemoodfordeauville.com, http://www.inthemoodforluxe.com .

  • Critique de "Vous n'avez encore rien vu" d'Alain Resnais et de "Coeurs" et "On connaît la chanson"

    rien.jpg

    A l’occasion de la sortie en salles de « Vous n’avez encore rien vu » d’Alain Resnais, mercredi prochain, je vous propose la critique de trois films de ce grand cinéaste.

    Vous n'avez encore rien vu : affiche

    Disons-le d’emblée, le film d’Alain Resnais était mon énorme coup de cœur de cette édition 2012 du Festival de Cannes avec « A perdre la raison » de Joachim Lafosse (section Un Certain Regard) et « J’enrage de son absence » de Sandrine Bonnaire (Semaine de la Critique). Bien sûr, il est difficile d’évincer (et de comparer) avec « Amour » et « De rouille et d’os » qui m’ont également enthousiasmée mais ce film a (et a suscité) ce quelque chose en plus, cet indicible, cet inexplicable que l’on pourrait nommer coup de foudre.

    Après tant de grands films, des chefs d’œuvres souvent même, Alain Resnais prouve une nouvelle fois qu’il peut réinventer encore et encore le dispositif cinématographique, nous embarquer là où on ne l’attendait pas, jouer comme un enfant avec la caméra pour nous donner à notre tour ce regard d’enfant émerveillé dont il semble ne s’être jamais départi. A bientôt 90 ans, il prouve que la jeunesse, l’inventivité, la folie bienheureuse ne sont pas questions d’âge.

    Antoine, homme de théâtre, convoque après sa mort, ses amis comédiens ayant joué dans différentes versions d’Eurydice, pièce qu’il a écrite. Il a enregistré, avant de mourir, une déclaration dans laquelle il leur demande de visionner une captation des répétitions de cette pièce: une jeune troupe lui a en effet demandé l’autorisation de la monter et il a besoin de leur avis.

    Dès le début, la mise en abyme s’installe. Les comédiens appelés par leurs véritables noms reçoivent un coup de fil leur annonçant la mort de leur ami metteur en scène. Première répétition avant une succession d’autres. Puis, ils se retrouvent tous dans cette demeure étrange, presque inquiétante, tel un gouffre un peu morbide où leur a donné rendez-vous Antoine. Cela pourrait être le début d’un film policier : tous ces comédiens réunis pour découvrir une vérité. Mais la vérité qu’ils vont découvrir est toute autre. C’est celle des mots, du pouvoir et de la magie de la fiction.

    Puis, se passe ce qui arrive parfois au théâtre, lorsqu’il y a ce supplément d’âme, de magie (terme que j’ai également employé pour « Les bêtes du sud sauvage« , autre coup de coeur de 2012, mais aussi différents soient-ils, ces deux films ont cet élément rare en commun), lorsque ce pouvoir des mots vous embarque ailleurs, vous hypnotise, vous fait oublier la réalité, tout en vous ancrant plus que jamais dans la réalité, vous faisant ressentir les palpitations de la vie.

    En 1942, Alain Resnais avait ainsi assisté à une représentation d’ « Eurydice » de Jean Anouilh de laquelle il était sorti bouleversé à tel point qu’il avait fait deux fois le tour de Paris à bicyclette. C’est aussi la sensation exaltante que m’a donné ce film!

    Chaque phrase prononcée, d’une manière presque onirique, magique, est d’une intensité sidérante de beauté et de force et exalte la force de l’amour. Mais surtout Alain Resnais nous livre ici un film inventif et ludique. Il joue avec les temporalités, avec le temps, avec la disposition dans l’espace (usant parfois aussi du splitscreen entre autres « artifices »). Il donne à jouer des répliques à des acteurs qui n’en ont plus l’âge. Cela ne fait qu’accroître la force des mots, du propos, leur douloureuse beauté et surtout cela met en relief le talent de ses comédiens. Rarement, je crois, j’aurais ainsi été émue et admirative devant chaque phrase prononcée quel que soit le comédien. A chaque fois, elle semble être la dernière et la seule, à la fois la première et l’ultime. Au premier rang de cette distribution (remarquable dans sa totalité), je citerai Pierre Arditi, Lambert Wilson, Anne Consigny, Sabine Azéma mais en réalité tous sont extraordinaires, aussi extraordinairement dirigés.

    C’est une des plus belles déclarations d’amour au théâtre et aux acteurs, un des plus beaux hommages au cinéma qu’il m’ait été donné de voir et de ressentir. Contrairement à ce qui a pu être écrit ce n’est pas une œuvre posthume mais au contraire une mise en abyme déroutante, exaltante d’une jeunesse folle, un pied-de-nez à la mort qui, au théâtre ou au cinéma, est de toutes façons transcendée. C’est aussi la confrontation entre deux générations ou plutôt leur union par la force des mots. Ajoutez à cela la musique de Mark Snow d’une puissance émotionnelle renversante et vous obtiendrez un film inclassable et si séduisant (n’usant pourtant d’aucune ficelle pour l’être mais au contraire faisant confiance à l’intelligence du spectateur).

    Ce film m’a enchantée, bouleversée, m’a rappelé pourquoi j’aimais follement le cinéma et le théâtre, et les mots. Ce film est d’ailleurs au-delà des mots auquel il rend pourtant un si bel hommage. Ce film aurait mérité un prix d’interprétation collectif, un prix de la mise en scène…et pourquoi pas une palme d’or (il est malheureusement reparti bredouille du palmarès de ce Festival de Cannes 2012) ! Ces quelques mots sont bien entendu réducteurs pour vous parler de ce grand film, captivant, déroutant, envoûtant, singulier. Malgré tout ce que je viens de vous en dire, dîtes-vous que de toutes façons, « Vous n’avez encore rien vu ». C’est bien au-delà des mots. Et espérons que nous aussi nous n’avons encore rien vu et qu’Alain Resnais continuera encore très longtemps à nous surprendre et enchanter ainsi. Magistralement.

    Commençons par le premier film projeté dans le cadre du festival qui est aussi le plus ancien des trois « On connaît la chanson ». Toute la malice du cinéaste apparaît déjà dans le titre de ce film de 1997, dans son double sens, propre et figuré, puisqu’il fait à la fois référence aux chansons en playback interprétées dans le film mais parce qu’il sous-entend à quel point les apparences peuvent être trompeuses et donc que nous ne connaissons jamais vraiment la chanson…

    Suite à un malentendu, Camille (Agnès Jaoui), guide touristique et auteure d’une thèse sur « les chevaliers paysans de l’an mil au lac de Paladru » s’éprend de l’agent immobilier Marc Duveyrier (Lambert Wilson). Ce dernier est aussi le patron de Simon (André Dussolier), secrètement épris de Camille et qui tente de vendre un appartement à Odile (Sabine Azéma), la sœur de Camille. L’enthousiaste Odile est décidée à acheter cet appartement malgré la désapprobation muette de Claude, son mari velléitaire (Pierre Arditi). Celui-ci supporte mal la réapparition après de longues années d’absence de Nicolas (Jean-Pierre Bacri), vieux complice d’Odile qui devient le confident de Simon et qui est surtout très hypocondriaque.

    Ce film est pourtant bien plus que son idée de mise en scène, certes particulièrement ludique et enthousiasmante, à laquelle on tend trop souvent à le réduire. A l’image de ses personnages, le film d’Alain Resnais n’est pas ce qu’il semble être. Derrière une apparente légèreté qui emprunte au Boulevard et à la comédie musicale ou du moins à la comédie (en) »chantée », il débusque les fêlures que chacun dissimule derrière de l’assurance, une joie de vivre exagérée, de l’arrogance ou une timidité.

    C’est un film en forme de trompe-l’œil qui commence dès la première scène : une ouverture sur une croix gammée, dans le bureau de Von Choltitz au téléphone avec Hitler qui lui ordonne de détruire Paris. Mais Paris ne disparaîtra pas et sera bien heureusement le terrain des chassés-croisés des personnages de « On connaît la chanson », et cette épisode était juste une manière de planter le décor, de nous faire regarder justement au-delà du décor, et de présenter le principe de ces extraits chantés. La mise en scène ne cessera d’ailleurs de jouer ainsi avec les apparences, comme lorsqu’Odile parle avec Nicolas, lors d’un dîner chez elle, et que son mari Claude est absent du cadre, tout comme il semble d’ailleurs constamment « absent », ailleurs.

    Resnais joue habilement avec la mise en scène mais aussi avec les genres cinématographiques, faisant parfois une incursion dans la comédie romantique, comme lors de la rencontre entre Camille et Marc. L’appartement où ils se retrouvent est aussi glacial que la lumière est chaleureuse pour devenir presque irréelle mais là encore c’est une manière de jouer avec les apparences puisque Marc lui-même est d’une certaine manière irréel, fabriqué, jouant un personnage qu’il n’est pas.

    Le scénario est signé Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri et témoigne déjà de leur goût des autres et de leur regard à la fois acéré et tendre sur nos vanités, nos faiblesses, nos fêlures. Les dialogues sont ainsi des bijoux de précision et d’observation mais finalement même s’ils mettent l’accent sur les faiblesses de chacun, les personnages ne sont jamais regardés avec condescendance mais plutôt lucidité et indulgence. Une phrase parfois suffit à caractériser un personnage comme cette femme qui, en se présentant dit, « J’suis une collègue d’Odile. Mais un petit cran au-dessus. Mais ça ne nous empêche pas de bien nous entendre ! ». Tout est dit ! La volonté de se montrer sous son meilleur jour, conciliante, ouverte, indifférente aux hiérarchies et apparences…tout en démontrant le contraire. Ou comme lorsque Marc répète à deux reprises à d’autres sa réplique adressée à Simon dont il est visiblement très fier « Vous savez Simon, vous n’êtes pas seulement un auteur dramatique, mais vous êtes aussi un employé dramatique ! » marquant à la fois ainsi une certaine condescendance mais en même temps une certaine forme de manque de confiance, et amoindrissant le caractère a priori antipathique de son personnage.

    Les personnages de « On connaît la chanson » sont avant tout seuls, enfermés dans leurs images, leurs solitudes, leur inaptitude à communiquer, et les chansons leur permettent souvent de révéler leurs vérités masquées, leurs vrais personnalités ou désirs, tout en ayant souvent un effet tendrement comique. De « J’aime les filles » avec Lambert Wilson au « Vertige de l’amour » avec André Dussolier (irrésistible ) en passant par le « Résiste » de Sabine Azéma. C’est aussi un moyen de comique de répétition dont est jalonné ce film : blague répétée par Lambert Wilson sur Simon, blague de la publicité pour la chicorée lorsque Nicolas montre la photo de sa famille et réitération de certains passages chantés comme « Avoir un bon copain ».

    Chacun laissera tomber son masque, de fierté ou de gaieté feinte, dans le dernier acte où tous seront réunis, dans le cadre d’une fête qui, une fois les apparences dévoilées (même les choses comme l’appartement n’y échappent pas, même celui-ci se révèlera ne pas être ce qu’il semblait), ne laissera plus qu’un sol jonché de bouteilles et d’assiettes vides, débarrassé du souci des apparences, et du rangement (de tout et chacun dans une case) mais la scène se terminera une nouvelle fois par une nouvelle pirouette, toute l’élégance de Resnais étant là, dans cette dernière phrase qui nous laisse avec un sourire, et l’envie de saisir l’existence avec légèreté.

    Rien n’est laissé au hasard, de l’interprétation (comme toujours chez Resnais remarquable direction d’acteurs et interprètes judicieusement choisis, de Dussolier en amoureux timide à Sabine Azéma en incorrigible optimiste en passant par Lambert Wilson, vaniteux et finalement pathétique et presque attendrissant) aux costumes comme les tenues rouges et flamboyantes de Sabine Azéma ou d’une tonalité plus neutre, voire fade, d’Agnès Jaoui.

    « On connaît la chanson » a obtenu 7 César dont celui du meilleur film et du meilleur scénario original. C’est pour moi un des films les plus brillants et profonds qui soient malgré sa légèreté apparente, un mélange subtile –à l’image de la vie – de mélancolie et de légèreté, d’enchantement et de désenchantement, un film à la frontière des émotions et des genres qui témoigne de la grande élégance de son réalisateur, du regard tendre et incisif de ses auteurs et qui nous laisse avec un air à la fois joyeux et nostalgique dans la tête. Un film qui semble entrer dans les cadres et qui justement nous démontre que la vie est plus nuancée et que chacun est forcément plus complexe que la case à laquelle on souhaite le réduire, moins lisse et jovial que l’image « enchantée » qu’il veut se donner. Un film jubilatoire enchanté et enchanteur, empreint de toute la richesse, la beauté, la difficulté, la gravité et la légèreté de la vie. Un film tendrement drôle et joyeusement mélancolique à voir, entendre et revoir sans modération…même si nous connaissons déjà la chanson !

    Dans le cadre du festival était également projeté « Cœurs », un film d’Alain Resnais de 2006. Le film choral était alors à la mode. Alain Resnais, cinéaste emblématique de la modernité, ne suit pas les modes mais les initie, encore. Malgré le temps, sa modernité n’a pas pris une ride et de ce point de vue du haut de ses 80 ans et quelques, mais surtout du haut de ses innombrables chefs d’œuvre (Hiroshima, mon amour, L’année dernière à Marienbad, Nuit et brouillard, On connaît la chanson, Smoking, no smoking, Je t’aime, je t’aime et tant d’autres), il reste le plus jeune des cinéastes. Coeurs est l’adaptation de Private fears in public places, une pièce de théâtre de l’auteur anglais Alain Ayckbourn dont Alain Resnais avait déjà adapté en 1993 une autre de ses œuvres, pour en faire Smoking, No smoking.

    Ce film, choral donc, croise les destins de six « cœurs en hiver » dans le quartier de la Grande Bibliothèque, quartier froid, moderne et impersonnel, sous la neige du début à la fin du film. La neige, glaciale, évidemment. La neige qui incite à se presser, à ne pas voir, à ne pas se rencontrer, à fuir l’extérieur. C’est donc à l’intérieur qu’il faut chercher la chaleur. Normalement. A l’intérieur qu’on devrait se croiser donc. Alors, oui, on se croise mais on ne se rencontre pas vraiment.

    C’est probablement d’On connaît la chanson que se rapproche le plus ce film, en particulier pour la solitude des personnages. Le dénouement est pourtant radicalement différent et avec les années qui séparent ces deux films la légèreté s’est un peu évaporée. Ainsi, dans On connaît la chanson les personnages chantent. Là, ils déchantent plutôt. Ils sont en quête surtout. En quête de désirs. De désir de vivre, surtout, aussi. Même dans un même lieu, même ensemble, ils sont constamment séparés : par un rideau de perle, par la neige, par une séparation au plafond, par une cloison en verre, par des couleurs contrastées, par des cœurs qui ne se comprennent plus et ne battent plus à l’unisson. Non, ces cœurs-là ne bondissent plus. Ils y aspirent pourtant.

    Le coeur se serre plus qu’il ne bondit. A cause des amours évanouis. Des parents disparus. Du temps passé. Ils sont enfermés dans leur nostalgie, leurs regrets même si la fantaisie et la poésie affleurent constamment sans jamais exploser vraiment. La fantaisie est finalement recouverte par la neige, par l’apparence de l’innocence. L’apparence seulement. Chaque personnage est auréolé de mystère. Resnais a compris qu’on peut dire beaucoup plus dans les silences, dans l’implicite, dans l’étrange que dans un excès de paroles, l’explicite, le didactique. Que la normalité n’est qu’un masque et un vain mot.

    Comme toujours chez Resnais les dialogues sont très et agréablement écrits. La mise en scène est particulièrement soignée : transitions magnifiquement réussies, contrastes sublimes et saisissants des couleurs chaudes et froides, jeu sur les apparences (encore elles). Rien d’étonnant à ce qu’il ait obtenu le Lion d’Argent du meilleur réalisateur à Venise.

    De la mélancolie, Alain Resnais est passé à la tristesse. De l’amour il est passé à la tendresse. Celle d’un frère et d’une sœur qui, à la fin, se retrouvent, seuls, enlacés. Sur l’écran de télévision qu’ils regardent, s’inscrit alors le mot fin. Espérons qu’elle ne préfigure pas la croyance du réalisateur en celle du cinéma, peut-être sa disparition sur le petit écran du moins. Peut-être la fin des illusions du cinéaste.

    En suivant les cœurs de ces personnages désenchantés, leurs « cœurs en hiver », Alain Resnais signe là un film particulièrement pessimiste, nostalgique, cruel parfois aussi. On en ressort tristes, nous aussi, tristes qu’il n’ait plus le cœur léger. Un film qui mérite néanmoins d’être vu. Pour ses acteurs magistraux et magistralement dirigés. Pour la voix de Claure Rich vociférant. Pour le vibrant monologue de Pierre Arditi. Pour le regard d’enfant pris en faute de Dussolier. Pour la grâce désenchantée d’Isabelle Carré. Pour la fantaisie sous-jacente de Sabine Azéma. Pour l’égarement de Lambert Wilson. Pour la voix chantante de Laura Morante soudainement aussi monotone que les appartements qu’elle visite. Pour et à cause de cette tristesse qui vous envahit insidieusement et ne vous quitte plus. Pour son esthétisme si singulier, si remarquablement soigné. Pour la sublime photographie d’Eric Gautier. Pour sa modernité, oui, encore et toujours. Parce que c’est une pierre de plus au magistral édifice qu’est l’œuvre d’Alain Resnais.

  • Inauguration et ouverture de la Cité du cinéma de Luc Besson à Saint-Denis

    Avant-hier avait lieu l'inauguration du projet pharaonique et ambitieux de Luc Besson, la Cité du cinéma. Je ne pourrai malheureusement pas la visiter aujourd'hui comme prévu (mais ce n'est que partie remise) alors, en attendant, je vous propose cette vidéo qui vous fera découvrir ce beau projet devenu réalité.