Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONFERENCES DE PRESSE - Page 8

  • 40 -délicieuses- minutes avec Colin Firth, Julianne Moore et Tom Ford ( conférence pour "A single man" de Tom Ford)!

    singleman.jpg
    Compte rendu de la conférence de presse:

     J'étais, cet après-midi, invitée à l'hôtel George V pour une conférence de presse du premier film du couturier Tom Ford en tant que réalisateur -"A single man" (voir ma critique en bas de cet article)- dans lequel Colin Firth interprète le rôle principal, un rôle pour lequel il vient d'être nommé comme meilleur acteur aux Oscars. Alors que, dehors, la neige endolorit Paris sous un voile mélancolique, voire morose, l'élégance feutrée et luxueuse du George V me replonge dans l'atmosphère du film, visuellement somptueux et envoûtant. Rendez-vous était donné au salon Bonaparte. J'effectue une petite halte à la réception pour demander où se situe ledit salon, ce à quoi la réceptionniste me rétorque, poliment mais fermement, qu'il n'y a pas de salon Bonaparte, m'envoyant dans une suite au 4ème étage. Heureusement, je croise l'attachée de presse qui m'indique le salon NAPOLEON (ah ah, à ne pas confondre avec Bonaparte, bien évidemment, au cas où vous tomberiez sur une réceptionniste érudite). A peine plus de 10 journalistes et des blogueurs qui se comptent sur les doigts d'une main attendent déjà dans un salon tamisé. La rencontre s'annonce relativement confidentielle. Interdiction de filmer et de photographier (la captation ayant été faîte par Mars Distribution), si ce n'est le quart de seconde pendant lequel les interviewés sont restés (d'où le caractère approximatif et le flou pas artistique de ma "photo") avant de s'évader vers d'autres interviews. Ce n'est finalement pas plus mal. La photo trahit ou banalise finalement souvent la réalité, je préfère qu'elle ressemble carrément à un songe évanescent, plus fidèle au souvenir émotionnel de l'instant et plus propice à ce que nous soyons dans le présent (si on veut être fidèle à l'esprit du film...pour profiter de la beauté de l'instant). J'admire la diplomatie et le plaisir apparent avec lesquels ils ont répondu à des questions qui leur sont sans doute posées pour la centième fois souvent par des journalistes blasés à l'affût de leur hypothétique bon mot davantage que de la potentielle intéressante réponse (comme toute règle celle-ci a ses exceptions, sans doute), je trouve néanmoins ces rencontres toujours instructives, en particulier quand le film est aussi réussi que l'est celui-ci. L'élégance irréprochable de Tom Ford, le charme dévastateur de Colin Firth, la douce incandescence de Julianne Moore ont fait paraître trop courtes ces délicieuses 40 minutes en leur compagnie. J'ai essayé de les retranscrire au mieux ci-dessous. Vous verrez que Tom Ford n'est pas seulement un couturier mais un vrai cinéaste avec une idée très précise et personnelle de son travail de metteur en scène, et avec un réel point de vue (ce qui se raréfie ces temps-ci, dans ce qui est produit en tout cas), que son élégance et celle de Colin Firth ne sont pas seulement vestimentaires, que la mélancolie n'empêche pas l'humour (à commencer par celui qui concerne leurs propres personnes).  Merci à Cinéfriends et Mars Distribution pour cette rencontre passionnante et privilégiée. Tout cela ne dit pas ce qui se passait en réalité au 4ème étage, mais c'est une autre histoire...

    singleman8.jpg-(A Tom Ford): Etait-ce une nécessité pour vous de passer au cinéma? Que comptez-vous exprimer de plus dans le cinéma?

    Tom Ford: J'ai réalisé que j'étais incapable de communiquer et de convaincre par la mode. Certains stylistes sont des artistes et expriment quelque chose par la mode. Pas moi. La mode est le miroir de notre culture. Je me suis toujours considérée comme un designer commercial contrairement à d'autres qui expriment leur art à travers la mode.

    -(A Tom Ford): Est-ce que le fait d'être un couturier vous a aidé ou handicapé pour ce nouveau métier?

    Tom Ford: Le processus est assez similaire. Le plus important est d'avoir quelque chose à dire, d'avoir un point de vue.   L'essentiel est de savoir ce qu'on veut dire. Tout est oeuvre de collaboration, dans la mode comme dans le cinéma. Dans l'univers de la mode, ce sont les ateliers... Au cinéma, il faut à la fois inspirer ses acteurs et leur donner l'espace de liberté dont ils ont besoin.

    -(A Tom Ford): Dans quelle mesure le roman et le personnage de Georges ont pu inspirer votre propre vision du glamour?

    Tom Ford: J'ai lu le livre alors que j'avais 20 ans et j'étais très intéressé par le travail de Christopher Isherwood. Je savais que cette histoire "Un homme au singulier" serait mon premier film. J'ai eu la chance de rencontrer Isherwood. J'ai dévoré toute son oeuvre.  J'ai relu ce roman après mes 40 ans. Dans le livre il parle de lui-même à la troisième personne. A l'époque, la première fois, je n'ai pas compris la dimension spirituelle de ce roman. Christopher était ancré dans la notion de vie dans le présent. En relisant plus tard, j'ai compris que cette troisième personne était l'âme du personnage qui observait l'être charnel.  Se réveiller le matin (ce par quoi commence le film) c'est déjà dire "je vis maintenant."

    -(A Colin Firth): Vous êtes nommé aux Oscars comme meilleur acteur pour "A single man". Avez-vous l'impression que c'est votre meilleure prestation et comment Tom Ford vous a-t-il poussé si haut?

    Colin Firth: La première question, ce n'est pas à moi d'y répondre mais aux critiques. C'est probablement l'expérience la plus forte que j'ai connue comme acteur. Les films ont toujours à voir avec l'anticipation, à aller au moment suivant. Ce film est une formidable méditation sur la façon d'expérimenter le présent. C'est une formidable chose à expérimenter.  Pour une fois, je n'ai pas dû faire appel à des artifices (accent...). Il s'agissait ici d'habiter le présent, d'être au présent tout le temps, ce qu'on fait paradoxalement peu au cinéma. Ce film nous offre une méditation sur ce qu'est "être dans le présent." Dans le cas de mon personnage, Georges, il a décidé que c'était le dernier jour de sa vie donc il est forcé de s'immerger dans le présent. Malheureusement, cela n'a rien changé pour moi.  Je n'ai jamais réussi à être dans le présent avant ce film, et toujours pas maintenant.

    -(A Tom Ford, Colin Firth, Julianne Moore:) Que vous est-il arrivé de plus enrichissant dans votre vie?

    Colin Firth: Je ne veux pas donner une réponse banale mais, ayant un enfant, devenir père est la chose qui bouleverse le plus.

    Tom Ford: Pour moi, l'expérience ce n'est pas ce qui arrive à un homme mais ce que fait un homme de ce qui lui arrive. Cette phrase (présente dans le film et empruntée à Huxley) signifie que ce qui est important c'est ce qu'on fait de son expérience, d'en tirer les leçons.

    Julianne Moore: Avoir un enfant est ce qu'il y a de plus formidable et marquant. On a d'abord un bébé et puis on découvre une personne avec qui entretenir une relation tout le reste de sa vie.

    -(A Colin Firth:) Colin, vous avez encore aujourd'hui la même élégance que votre personnage. Puisque vous n'êtes pas dans le présent, êtes-vous dans le passé ou dans le futur?

    Colin Firth: Je suis probablement à 200 kms d'ici à ce moment précis. Peut-être que je suis à Calais ou déjà en Californie. J'ai une relation très limitée au présent.

    Julianne Moore: Tom Ford m'a donné toutes les règles dont j'avais besoin et la liberté pour créer le personnage. [...] Nous avons beaucoup d'amis en commun avec Colin mais nous ne nous étions jamais rencontrés, nous nous étions juste croisés une fois dans un ascenseur à Toronto. [...] On demande souvent aux acteurs de parler de leurs propres expériences mais j'aime ce que disait Tom à propos du point de vue. Et en tant qu'actrice, ce qui me fait vibrer, c'est le point de vue d'un réalisateur. J'ai infiniment besoin d'un vrai point de vue. Par ses paroles, par ses indications et la liberté dans la structure, j'ai eu beaucoup de bonheur à créer ce personnage. Il y a un plan que j'aime beaucoup, c'est celui où je me maquille les yeux, grâce auquel tout est dit sur mon personnage. Colin était cet acteur normal mais avec une vraie joie de vivre, très drôle. Nous étions très heureux de travailler ensemble.

    Tom Ford:  Oui, c'était impossible de les faire taire. Je leur disais "il faut vous mettre dans la peau de vos personnages" et en une seconde Julianne était le personnage.

    -(A Tom Ford:)  Pourquoi avez-vous utilisé la chanson de Gainsbourg "Baudelaire"?

    Tom Ford: 1962 était la pire année aux Etats-Unis pour la musique. Comme le personnage de Julianne était sophistiqué... tout dans son personnage aspire à être dans son temps et même en avance sur son temps. Elle pense qu'elle doit toujours être à la mode et en avance de la mode pour tout (les vêtements, la musique...) et que c'est pour ça qu'on l'aime. Je voulais montrer qu'elle était en avance pour son époque.  D'ailleurs, elle passe ses vacances dans le Sud de la France où elle a pu entendre Gainsbourg.

    -(A Tom Ford:) Allait-il au tournage mal habillé?

    Tom Ford: Non, parce que je voulais être moi-même. Et ça c'est moi.  Je me réveille et je mets mon costume. C'est ainsi que je me sens bien. Cela aurait été ridicule de venir avec une casquette de baseball.

    Colin Firth: En 25 ans, c'était la première fois que je voyais ça. Souvent les réalisateurs s'effondrent derrière la caméra. Tom, pas du tout et c'est pour ça qu'il a été accueilli avec scepticisme par le monde du cinéma qui n'était pas habitué à ça.

    Tom Ford: Je suis au fond un peu comme Georges. Si l'extérieur est parfait alors le reste est parfait.

    -(A Tom Ford:) Dans ce nouveau métier de réalisateur, qu'est-ce qui vous a le plus plu et qu'est-ce que vous avez le plus détesté?

    Tom Ford: Chaque moment était délicieux. Je ne me suis jamais autant amusée dans ma vie. Le côté business (j'ai aussi produit le film) et la distribution a été le plus difficile. C'était compliqué car nous avons vendu le film dans le monde entier. Pour la mode, j'approuve tout depuis mon bureau de New York. Là, parfois, j'ai des surprises étranges en découvrant certains teasers ou trailers. C'est le business le côté le plus frustrant.

    -(A Tom Ford:) Est-ce que le fait que le film se déroule dans les années 60 vous a aidé?

    Tom Ford: J'ai avant tout choisi ce film pour l'histoire. L'histoire est le plus important, elle aurait très bien pu se dérouler à l'époque contemporaine.

    singleman2.jpg
    Ma critique du film "A single man" de Tom Ford:

    Los Angeles, en 1962. Depuis qu'il a perdu son compagnon Jim (Matthew Goode) dans un accident, George Falconer (Colin Firth), professeur d'université Britannique, se sent incapable d'envisager l'avenir. Solitaire malgré le soutien de son amie Charley (Julianne Moore), George essaie en vain de « vivre comme avant ». Une série d'évènements et de rencontres vont l'amener à décider s'il peut y avoir une vie après Jim.

    J'ai abordé ce film sans en avoir vu la bande annonce, sans en connaître le sujet. Tout juste savais-je que le styliste Tom Ford en était le réalisateur, scénariste et producteur. En quelques secondes, en quelques plans, j'étais dans l'ailleurs universel de cet homme singulier, porté par le charme ensorcelant de l'univers visuel de Tom Ford. Un univers d'une rare élégance, tantôt sombre, tantôt lumineux à l'image des variations de couleurs sur lesquelles influe l'humeur de George (et par lesquelles Tom Ford a eu la judicieuse idée de remplacer le monologue intérieur du roman de Christopher Iserwood « Un homme au singulier » dont il s'est inspiré pour ce film ).

    L'intrigue se déroule en une journée, une journée à l'issue de laquelle George a décidé de se suicider. Le compte à rebours est lancé. Quelques heures pendant lesquelles chaque minute compte plus que toute autre. Ou le présent prend toute sa douloureuse et belle signification. Ou la beauté des choses simples de la vie prend une toute autre dimension. La beauté des visages et des corps. La beauté des fleurs. La beauté des objets. La beauté des regards. Ceux des autres ou celui apposé sur le monde qui les et nous entoure.

    Les ralentis langoureux, la musique languissante (de Shigeru Umebayashi  mais aussi de  Abel Korzeniowski) nimbent ce single man, ce et ceux qui l'entourent d'une sensualité et d'une poésie envoûtantes qui rappellent celles de Wong Kar Wai (référence assumée puisque Shigeru Umebayashi est son compositeur). La solitude de George (mais aussi celle de Charley), la menace d'une guerre nucléaire en pleine crise des missiles de Cuba, la destinée de cette journée fatale renforcent la beauté fugace de chaque instant et de chaque rencontre. A l'image des personnages, nous sommes immergés dans la beauté sensuelle de l'instant.  Chaque rencontre évoque la beauté évanescente du possible, d'un désir.

    A single man est le film d'un artiste, et cela saute aux yeux dès les premiers plans. Un artiste, qu'il soit styliste ou cinéaste, est en effet quelqu'un qui vous embarque dans son univers qui lui ressemble et le singularise tout en apportant à cette histoire singulière des accents d'universalité. Le deuil, la solitude, le temps qui passe, autant de sujets universels en plus de la beauté plastique pleinement assumée qui rend caduque toute critique de superficialité puisque cette beauté devient argument artistique. Que ce soit celle de Julianne Moore, désespérément glamour ou des jeunes hommes à la beauté fatale ou trompeusement lisse (à l'image du film) que croise George. Que ce soit celle d'un plan de regards, ceux que George croise ou celui de l'affiche de « Psychose ».

     Tom Ford y apporte son style, de la classe, une incontestable élégance  pour nous faire appréhender la beauté du monde, un monde entre la ravageuse sensualité de Gucci et la sobre élégance de Saint-Laurent pour lesquels Tom Ford a travaillé. La sublime photographie  d'Eduard Grau, la musique et les costumes évidemment soignés complètent le tableau et la reconstitution subtile et magnifiée d'une époque.

    Un (premier) film incontestablement personnel d'une touchante et rare naïveté, un voyage sensoriel et sensuel d'un pessimisme lumineux et d'une beauté sombre, élégante, troublante avec comme guide l'excellent Colin Firth (qui a reçu pour ce film la Coupe Volpi de l'interprétation masculine au dernier Festival de Venise). Laissez-vous (em)porter... vous ne le regretterez pas !

    Sortie en salles : 24 février 2010

  • Evènement- Interview -rencontre avec Alejandro Amenabar et avant-première d’« Agora »

    amenabar2.jpg
    Alejandro Amenabar- Ce matin

    Jeudi dernier, on me proposait de voir « Agora » ce lundi en avant-première à l'UGC de Bercy puis d'interviewer son réalisateur Alejandro Amenabar, le lendemain (aujourd'hui donc). J'étais évidemment aussi agréablement surprise qu'enthousiaste à cette idée même s'il m'a fallu pour cela renoncer à la Master class Jean-Laurent Cochet réservée de longue date (et ceux qui suivent ce blog depuis un moment savent à quel point j'en suis inconditionnelle) et même si je prends à cœur mais surtout avec humilité ce tout nouveau rôle d'intervieweuse (formation accélérée puisque c'était ma deuxième expérience en une semaine, après l'interview du cinéaste coréen Bong Joon-ho la semaine dernière). Et si je ne devais retenir qu'une chose de tous les beaux moments et les belles opportunités que ce blog a suscités (ou à l'inverse que j'ai suscités avant d'en parler sur ce blog) ce serait évidemment les rencontres qu'elles soient sur l'écran ou de l'autre côté mais pouvoir échanger ainsi avec des cinéastes dont on apprécie le travail est  encore un plaisir supplémentaire et un immense privilège dont j'ai entièrement conscience et pour lequel je remercie vivement Cinefriends et Mars Distribution à l'origine de cette rencontre. Mais avant d'en venir au récit de cette rencontre et au compte rendu de l'interview, d'abord la critique du film. L'avant-première a eu lieu hier soir en présence du réalisateur.

    agora1.jpg

    Voici la présentation du film lors de l'avant-première par Alejandro Amenabar :

     Critique d' « Agora » d'Alejandro Amenabar

    agora2.jpg

    Agora nous ramène 1600 ans en arrière, au IVème siècle après Jésus-Christ alors que l'Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde alors. C'est là que vit la brillante astronome Hypatie (Rachel Weisz), réfugiée dans La Grande Bibliothèque, menacée par la colère des insurgés. Avec ses disciples elle tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles. Parmi ceux-ci, deux hommes qui se disputent son amour : Oreste et le jeune esclave Davus (Max Minghella), déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les Chrétiens de plus en plus puissants...

     « Agora » est avant tout un film qui ne cède à aucune mode, à aucune facilité didactique, à aucune banalité démagogique. Et c'est d'abord ce qui m'a séduite, cette exigence que certains ont analysée comme de la froideur. Cette rigueur presque scientifique comme si la personnalité d'Hypatie se reflétait dans la forme du film qui, comme elle, possède aussi une noblesse, une force, une grandeur admirables. Cette volonté de ne pas tout simplifier pour rendre le film plus accessible ou sympathique. Et avec raison puisque le film a cette année connu un énorme succès en Espagne où il pourrait même devenir le plus gros succès de tous les temps, ce qui est d'ailleurs rassurant sur les goûts du public que l'on tend trop souvent à infantiliser ou mépriser, même si une partie du public a aussi été attirée par la polémique (le film ayant révolté certains conservateurs, en raison de l'image du christianisme qui y est donnée).

     Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'un film hermétique et dénué de tout sentiment. Au contraire, la rareté des scènes où les sentiments s'expriment en renforce encore la majesté qui culmine dans le dénouement d'une beauté tragique et sublime, cruelle et sacrificielle, crue et poétique. Alliance et opposition des paradoxes comme l'est ce film tout entier. Entre science et religion. Savoir et intolérance. Réflexion et sentiment. Raison et passion. Liberté et enfermement.

    agora3.jpg

     Amenabar a aussi eu l'excellente idée d'appliquer à la forme le thème du cycle, symbole des travaux d'astronomie d'Hypatie mais aussi du cycle historique et des meurtrières intolérances qui se répètent inlassablement. Sa caméra prend aussi du recul sur les évènements comme un journal télévisé, ou comme si des extraterrestres ou un mystérieux démiurge (sous le fallacieux prétexte duquel toutes ces Hommes se battent, usent et abusent de leur violence) les observait.

     « Agora » est ainsi aussi une condamnation des extrémismes et en nous parlant de l'Egypte il évoque évidemment notre société avec d'ailleurs un remarquable souci d'équité (entre Païens, Juifs et Chrétiens) et avec la volonté de dénoncer avec la même force l'absurdité des extrémismes religieux, les opprimés d'hier devenant les oppresseurs d'aujourd'hui. L'Agora c'est le lieu où les Hommes devraient s'écouter, se comprendre mais où ils s'enferment dans leurs croyances et leurs intolérances obstinées.

     Grâce à un habile contraste de couleurs dans les tenues vestimentaires des défenseurs des différentes religions, Amenabar rend limpide un récit qui aurait rapidement pu être opaque et ennuyeux. Il n'en est rien, je n'ai pas vu passer les 2H que dure le film (une durée raccourcie après la projection cannoise.) La mise en scène y est évidemment pour beaucoup.

     Avec ce film sur la nécessité des Hommes (parfois meurtrière) de croire, Amenabar nous donne envie de croire encore davantage en la force inépuisable de conviction du cinéma.

     Et puis il y a Alexandrie, majestueusement reconstituée, ville monumentale et décadente mais surtout fascinante dans laquelle déambule une foule réelle et non créée par ordinateur, ce qui accroît l'impression de réalisme et d'actualité malgré les siècles qui nous séparent de l'époque de cette histoire.

     C'est enfin un magnifique portrait de femme, celui d'une femme libre et fière qui voulait vivre comme un homme, qui risqua se vie pour des idéaux et dans ce rôle Rachel Weisz est absolument impeccable.

     Cette fois Amenabar n'a pas signé lui-même la musique qu'il a laissée aux soins de Dario Marianelli.

     « Agora » est donc un prodigieux mélange de rigueur scientifique et de souffle épique, d'auscultation de douleurs intimes dans un décor spectaculaire, une fresque ambitieuse qui nous fait voyager dans le temps et dans l'espace, qui apporte de la contemporanéité au péplum.

     Amenabar (à partir d'un scénario coécrit avec Mateo Gil), avec ce cinquième long métrage, explore ainsi encore une nouvelle facette de son talent avec un film qui a la beauté intense du visage de Rachel Weisz et celle, ténébreuse et hantée de contradictions, de Max Minghella. Un film qui est aussi une irréfutable démonstration de l'absurdité des extrémismes religieux, du prosélytisme et de l'interprétation extrémiste des textes, quelle que soit la religion qu'ils sous-tendent.

     Un film brillant et éclairant. Rigoureux et intense. Un miroir implacable d'une société qui, dans ce domaine de l'intolérance religieuse, n'a finalement pas su évoluer en...1600 ans, ni tirer les leçons des cruautés et violences du passé !

     Un film dont que je vous recommande et dont je vous reparlerai, au moment de sa sortie, le 6 janvier 2010

    agora4.jpg

    Interview- Rencontre avec Alejandro Amenabar

    amenabar3.jpg

     Il y a des jours où  m(l)a vie ressemble vraiment à du cinéma et je crois que si j'accumulais les troublants hasards et coïncidences -que Lelouch même n'oserait inventer- rien que de cette année, et les moments surréalistes et irréels, je pourrais en faire un film (même comique parfois, souvent). J'étais donc en train de penser à une très récente étrange coïncidence, tandis que  dehors Paris était pétrifiée par l'air glacial sous un ciel mensongèrement bleutée, lorsque mon adorable chauffeuse de taxi qui, pendant tout le trajet, s'était déhanchée sur la musique à tue-tête de son autoradio (notamment un Guantanamera insolemment ensoleillé) -qui coïncidait avec mon humeur joviale-, tenant son volant par intermittence quand elle se souvenait que c'était quand même plus pratique pour conduire -ce qui coïncidait avec mon humeur inconsciente- quand la musique de Yann Tiersen pour le film « Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain » retentit dans le taxi et que, au même moment, ma chauffeuse me laissa, à Montmartre dans la rue même où avait eu lieu le tournage du film( encore une petite coïncidence donc) ,  à deux pas de l'hôtel particulier où avait lieu l'interview. Enfin un hôtel particulier...disons un endroit auquel on accède après un dédale, tamisé et presque inquiétant (un décor pour le film d'horreur qu'Amenabar projetterait de tourner ?). Amenabar, justement, revenons-y.  Malgré le froid et l'heure matinale mes neurones parvinrent tout de même à décompter -seulement- 4 personnes (2 blogueurs, enfin-euses- et 2 journalistes) au lieu des 10 initialement prévues, de quoi accentuer le caractère, intime, privilégiée de cette belle rencontre dont voici un résumé . Après que cette immense assemblée se soit présentée, et qu'Alejandro Amenabar nous ait poliment salués puis tout aussi poliment et stoïquement écoutés, le jeu des questions réponses pouvait débuter.

     Sur la genèse du projet, Alejandro Amenabar a d'abord évoqué son intérêt pour l'astronomie. Il a d'abord pensé à réaliser un film qui aurait retracé 20 siècles d'Histoire de l'astronomie. Quand il s'est aperçu que le projet aurait une envergure énorme, il s'est ensuite concentré sur le personnage d'Hypatie sans laisser de côté la cosmologie. Il a donc choisi ce lieu où régnait une ambiance d'hystérie collective où chacun essayait d'imposer ses idées par la force. Mais dans cette planète il devait bien exister un lieu où la diversité serait possible, ce lieu s'appelant l'Agora. Les changements dans le film concernent ainsi autant l'espace que le temps.

     Concernant le budget, et le grand nombre de figurants, il a fait comme avec ses premiers films en « essayant d'optimiser les ressources et de faire le maximum avec les moyens » dont il disposait.  Il s'y est ainsi pris de la même manière que pour son premier film à 700000 euros alors que le budget d' « Agora » était supérieur à 50 millions de dollars. Financer le film n'a ainsi pas été facile et ensuite il a fallu faire coïncider cet énorme budget avec la liberté créatrice absolue qu'il souhaitait avoir. Il fallait aussi concilier ceux qui avaient beaucoup d'expérience avec ceux qui en avaient moins.

     Il aspirait avant tout à montrer une partie de l'Histoire du christianisme jamais montrée mais il a essayé de montrer toutes les religions sur le même plan.

     A ma question sur le point commun entre ses films qui pourrait être le thème de l'enfermement (physique ou moral) il a répondu que pour lui le point commun était de faire en sorte, avant tout, que ses personnages soient confrontés à un dilemme. Dans « Mar Adentro » et dans « Agora » « les héros ne sont ainsi pas ceux qui se servent d'une épée mais qui se servent de leurs têtes. »

     A la question sur le lieu qui selon lui aujourd'hui ressemblerait à l'Agora, Alejandro Amenabar a répondu... internet ajoutant que le film en lui-même était d'ailleurs une agora symbolique avec des Juifs et des Musulmans, et beaucoup de nationalités différentes.

     Concernant la musique, lorsqu'il a fini la musique pour « Mar Adentro », il s'est dit que cela avait été une expérience très gratifiante et qu'il serait bien de laisser ce rôle à d'autres pour les prochains films.

     Concernant le style de films vers lequel il souhaiterait aller, il ne pense pas qu'il fera un drame historique dans l'Empire romain  mais qu'il changera de genre encore une fois. Pour lui l'important est de « se sentir libre. »

     Concernant le choix de Rachel Weisz, il le justifie par son talent, sa beauté, par ses traits méditerranéens qu'il fallait pour le personnage. Par ailleurs elle est diplômée et il s'est dit qu'elle serait touchée par le personnage.

     Pour lui, Agora est clairement un film féministe.

     Concernant ce en quoi lui croit, il a répondu « croire en l'être humain ». Ce qu'il voulait dire avant tout dans ce film : « ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse » et pour lui cela réside dans le bon sens et non dans les 10 commandements chrétiens.

     Concernant les débuts de sa passion pour le cinéma il croyait qu'elle était venue tardivement mais en fait il  a réalisé que sa passion existait depuis très longtemps. Il aimait ainsi écrire, lire, faire de la musique et réunir tout ça il a réalisé que cela constituait un film.

     Concernant ses coups de cœur cinématographiques de l'année, après un temps de réflexion, il a cité « The reader » et « Doubt».

     Concernant le choix de Michael Lonsdale, il l'a qualifié d' « homme très spécial » avec « un côté intellectuel utile pour incarner le personnage ». Pendant le tournage il a ainsi constaté son « calme très professionnel » ajoutant qu'au début il croyait qu'il ne l'aimait pas mais que la maquilleuse l'a rassurée sur ce point.

     Merci encore à Cinefriends et vous pourrez aussi lire un autre récit de cette rencontre sur le blog de la très sympathique blogueuse de Shunrize .

  • Interview de Bong Joon-ho ( réalisateur de « The Host », « Memories of murder », « Mother »)

    bongjoonho2.jpg
    mother.jpg

    Première (enrichissante) expérience d'intervieweuse "en live" avec le charmant et très loquace Bong Joon-Ho (réalisateur de « The Host », « Memories of Murder »...) hier soir, dans le cadre tamisé et chaleureux d'un hôtel du 6ème arrondissement. 

    Le film « Mother » dont il nous a essentiellement parlé sort en salles le 27 janvier 2010. Je vous le recommande vivement et vous pouvez lire ma critique en cliquant ici. « Mother » a été présenté dans la section « Un Certain Regard » du Festival de Cannes 2009 et vient d'être élu meilleur film au 30ème trophée « The Blue Dragon Awards » à Séoul (équivalent de nos César) . En 4 films, Bong Joon-Ho, au même titre par exemple que Park Chan-wook, a réussi à s'imposer comme une référence incontournable de cette nouvelle vague coréenne particulièrement inventive. Il connaîtra ainsi son premier succès (auprès du public comme de la critique et au-delà des frontières coréennes) avec "Memories of murder". "The Host" sera présenté à la Quizaine des Réalisateurs et récoltera une estime internationale. En 2008, il participe au triptyque "Tokyo" avec Leos Carax et Michel Gondry. Il adapte actuellement la bd "La Transperceneige" avec Park Chan-wook comme producteur.

    Merci à Diaphana ainsi qu'à Florian et à Jérôme de Cinefriends d'avoir instigué cette passionnante et instructive rencontre. En attendant la vidéo, voici un résumé de ses réponses. 

     Ma première question concernait la critique de la société coréenne, un aspect commun à ses différents films, celui-ci stigmatisant ainsi ici l'inefficacité de la police et la corruption de la justice, déjà brocardées de manière plus ou moins métaphorique dans ses précédents films. Je lui ai ainsi demandé dans quelle mesure réaliser était pour lui un acte politique.

    Selon lui en tant qu'être humain il est évidemment, par essence, amené à avoir une conscience politique mais il ne le fait pas forcément exprès. Pour Bong Joon-Ho, dans ce film en particulier, les policiers sont plus « mignons » qu'incompétents et s'ils commettent des fautes irréparables, ils le font comme tout être humain peut en commettre.

    Il a ajouté aimer "montrer des gens ordinaires dans des situations exceptionnelles".

    Pour lui « The Host » est une vitrine de la satire et dans « Mother », il voulait ainsi prendre le contrepied avec un film « plus intimiste ». Il voulait ainsi « mettre les individus dans une situation extrême pour montrer l'instinct de l'être humain » et voulait ainsi faire l'autoportrait de la société coréenne à travers eux.

    Je lui ai ensuite parlé de Kim Hye-Ja qui interprète brillamment le rôle de la mère, sidérante dans l'intensité de son jeu et sa diversité d'expressions. Je lui ai demandé si elle  avait été à la base du projet, si elle avait dicté son choix du sujet principal ou s'il avait dès le départ envie de traiter de cet amour fusionnel et obsessionnel et dans ce cas pour quelle raison il avait choisi ce sujet.

    Bong Joon-Ho a répondu qu'elle avait été à l'origine du film. En Corée c'est une sorte d'icône mais il voyait en elle presque une « sorte de folie dans son jeu », une « sorte de psychopathe » alors qu'elle incarne toujours les mères vertueuses et généreuses. Avec beaucoup d'humour il a répondu qu'elle était aussi folle dans la vie que dans le film.

    Je lui ai ensuite demandé s'il souhaitait renouveler l'expérience de « Tokyo » et tourner ainsi à l'étranger, pourquoi pas en France.

    Pourquoi pas a-t-il répondu à condition de pouvoir garder le contrôle à 100%, et d'avoir le final cut comme c'est le cas pour lui en Corée.  L'expérience à Tokyo a ainsi été pour lui « très satisfaisante ». Quant au cinéma français, sa rencontre avec Laurent Cantet la veille de cette interview avec lequel il a évoqué vaguement un projet lui a apparemment donné quelques idées. 

    Bong  Joon-ho est ensuite revenu sur le personnage de la mère, sur lequel il voulait « vraiment se concentrer », la « regarder en gros plan. » Il faisait entièrement confiance à son interprète. Dans certains plans, très larges, elle ressemble ainsi à un grain de sable afin de montrer le caractère « acharné » de sa lutte.

    Concernant le caractère très soigné de sa réalisation, Bong Joon-Ho a précisé avoir écrit le scénario et le storyboard et avoir toujours une idée précise des plans quand il va sur le tournage  tout en se demandant ensuite comment se détacher du story-board une fois sur le tournage. Tout ce qui est technique respecte ainsi le story-board.

    Je lui ai enfin demandé de parler du  thème de la culpabilité autour duquel son film s'articule notamment. Ainsi « Memories of murder » traitait déjà du thème d'un serial killer qui ne fut jamais arrêté, dans « Mother », Do-joon sera finalement aussi relâché, et sa mère jamais jugé pour le meurtre qu'elle a commis, ma question consistait donc à savoir s'il avait une tendresse particulière pour les coupables innocentés ou s'il s'agissait pour lui avant tout d'un moyen de traiter du thème de la culpabilité.

     Bong Joon-Ho a répondu que pour lui le sentiment de culpabilité était très important, ainsi que la notion de châtiment, se demandant ainsi si on est toujours condamné pour un crime qu'on a commis, trop d'innocents étaient jugés coupables. La mère se retrouve ainsi confrontée à un dilemme moral face à un innocent accusé.

    J'aurais eu encore beaucoup de questions à lui poser... une demi-heure étant forcément trop courte pour aborder tous les aspects  d'un film aussi hybride, d'une réjouissante complexité, à la fois teinté d'humour noir, de poésie, mais créant aussi un véritable suspense pour aboutir à un film indéfinissable mêlant les genres (policier, mélodrame, comédie...)  avec énormément d'habileté.

    thehost.jpg
    memories2.jpg
  • Terry Gilliam sur in the mood for cinema!

    Terry Gilliam1.jpg
    Terry Gilliam2.jpg

    Cet après-midi, une vingtaine de blogueurs, dont inthemoodforcinema.com, ont eu la chance d'assister à une rencontre intimiste et privilègiée avec Terry Gilliam, suite à la projection en avant-première de "L'Imaginarium du Docteur Parnassus" (dont vous trouverez bien évidemment très bientôt la critique sur inthemoodforcinema.com ).

     Avec son rire tonitruant, sa chemise aussi fantaisiste que son dernier film (dans lequel il témoigne de sa réjouissante imagination débridée), Terry Gilliam s'est prêté au jeu des questions avec beaucoup de simplicité. Ses influences, ses échecs, son univers, Johnny Depp... : tels sont quelques uns des sujets abordés que je vous laisse découvrir dans mes vidéos ci-dessous.

  • Interviews d'Aymeric Cormerais et Yvon Marciano, respectivement acteur principal et réalisateur de "Vivre!"

    vivre1.jpgAprès l'interview de Rémi Bezançon, j'ai le grand plaisir de vous proposer aujourd'hui les interviews d'Aymeric Cormerais et Yvon Marciano, respectivement acteur principal et réalisateur de "Vivre!", qui sortira en salles ce 7 octobre un film que je vous recommande vivement ne serait-ce que parce qu'il donne vraiment envie de "Vivre", un film lumineux qui me trotte toujours dans la tête une semaine après la projection, et qui vous donne cet exaltant sentiment de liberté et de "carpe diem",  et cette sensation qu'aujourd'hui est "le premier jour du reste de [votre] vie" pour paraphraser le titre d'un film d'un réalisateur précité dans lequel a également joué Aymeric Cormerais.

     Un hymne à la liberté, la vie, Paris, l'amour, la jeunesse mais aussi un hommage au cinéma (d'hier et aujourd'hui avec une nouvelle génération d'acteurs) et à la Nouvelle Vague... à ne surtout pas manquer! Un film par ailleurs remarqué par Catherine Deneuve dont elle dit qu'il "aurait plu à Truffaut"!

    Inthemoodforcinema.com a également le plaisir de vous faire gagner des places pour l'avant-première du film, en présence de l'équipe, le 6 octobre, à 20H, au Studio 66 (66 rue Jean Jaurès- 94500) à Champigny-sur-Marne. 10 places pour 2 sont à gagner! Pour remporter ces places, assurez vous d'abord d'être disponibles et de pouvoir vous rendre sur le lieu de la projection, ensuite il vous suffira de m'envoyer un email à inthemoodforcinema@gmail.com avec votre nom et le nom de la personne qui vous accompagnera, en me disant en une phrase pourquoi vous souhaitez assister à cette avant-première, et avec comme intitulé de l'email "Avant-première de "Vivre!"".

    Cliquez ici pour lire ma critique de "Vivre" d'Yvon Marciano

    INTERVIEW D'YVON MARCIAN0 (réalisateur de "Vivre!)

     

    marciano.jpg
    Ci-dessus, la comédienne Ornella Bes et le réalisateur Yvon Marciano sur le tournage de "Vivre!"

     

     Pour Yvon Marciano, il s'agit d'un second long-métrage en tant que réalisateur. Yvon Marciano est réalisateur, scénariste, directeur de la photographie, cadreur. Son premier long-métrage, il y a 13 ans déjà, "Le Cri de la soie" (avec Marie Trintignant) avait été très remarqué et avait reçu de nombreux prix. Marie Trintignant avait par ailleurs été nommée comme "meilleure interprète féminine" pour ce film aux César 1997. Yvon Marciano a également réalisé de nombreux courts-métrages pour lesquels il a été de nombreuses fois primé. Il a également réalisé plusieurs films publicitaires et programmes pour la télévision. Il est aussi professeur de réalisation à l'école de cinéma ESEC et il enseigne également à l'Ecole Florent le travail de l'acteur face à la caméra.

     

    In the mood for cinema : Treize années séparent « Vivre ! » de votre précèdent long-métrage « Le Cri de la soie », est-ce un choix de votre part que de vous être consacré au court-métrage pendant cette période ou avez-vous eu d’autres projets de longs avortés entre-temps ?

     

    Yvon Marciano : J’ai d’abord traversé un véritable « tsunami » dans ma vie personnelle qui m’a empêché, pendant au moins sept ans, de me consacrer au long métrage. Au cours de ces treize années, j’ai quand même réalisé huit courts métrages, mis en scène deux pièces de théâtre, et écrit deux scénarios de longs. Le premier intitulé « Le Beau Sexe » n’a malheureusement pas trouvé le financement nécessaire malgré un beau casting féminin (Marie Trintignant, Elsa Zylberstein, Marie-Josée Croze, Julie Gayet…). Quant au deuxième « Do not disturb », le montage financier est en cours, et j’espère pouvoir le tourner très prochainement. Le film sera produit par Mercredi Films.

     

    ITMFC : Vous dîtes vous-même, après une dizaine de courts, avoir subitement décidé d’écrire et réaliser « Vivre ! », y a-t-il eu un élément déclencheur ?

     

    Yvon Marciano : L’impatience. L’idée de devoir attendre encore deux ou trois ans avant de tourner me paraissait insupportable. L’idée de devoir refaire le parcours habituel (recherche de financement, attente des réponses) et de devoir supporter l’inertie terrible du système… Cela m’a incité à imaginer une toute autre méthode pour « Vivre ! » : se jeter à l’eau sans financement ou presque, écrire et préparer le film dans l’urgence, le plus librement possible, sans pression, en réunissant autour de moi de jeunes acteurs et de jeunes techniciens. J’avais en effet depuis longtemps le désir de parler de la jeunesse, et de donner leur chance à de jeunes comédiens. Et faire un film qui soit au maximum du côté du plaisir.

     

    ITMFC : Comment résumeriez-vous et définiriez-vous « Vivre ! » ?

     

    Yvon Marciano : Un film qui se voudrait tonique, vivant, libre. En réaction contre un cinéma très largement dépressif. Un film du côté de la lumière, qui essaie de parler de tout (même des choses graves) avec légèreté.

     

    ITMFC : « Vivre ! » est un magnifique hommage à la Nouvelle Vague. On retrouve notamment une référence explicite à « A bout de souffle ».  Dans quelle mesure le cinéma de cette époque vous a-t-il influencé et ce film de Godard en particulier ?

     

    Yvon Marciano : Le cinéma de la Nouvelle Vague m’a nourri quand j’étais adolescent. Il m’a profondément marqué, à cause de sa liberté de ton, de sa liberté formelle. Certains films de Godard et Truffaut, pour ne citer que ceux-là, ont été déterminants pour moi.

     

    ITMFC : Bresson aussi semble vous avoir influencé ou encore Truffaut, les personnages masculins de « Vivre ! » me semblent ainsi avoir tous un quelque chose d’Antoine Doinel, et en particulier Théo qui me rappelle beaucoup le Doinel de « Baisers volés ». Dans quelle mesure ces cinéastes et ce film en particulier vous ont-ils également influencé ?

     

    Yvon Marciano : C’est très pércisément Bresson qui m’a donné envie de faire du cinéma. Son « Pickpocket » a été une révélation, un coup de fouet. Ce film m’avait bouleversé et sidéré par son sujet, son personnage principal, son traitement, sa mise en scène « au cordeau ». D’une maîtrise incroyable. Depuis, je me suis un peu éloigné de cet « art de la maîtrise » dont Bresson, Dreyer ou Hitchcock, sont les représentants illustres. J’ai envie aujourd’hui de plus de spontanéité, de plus de liberté. D’être surpris au moment du tournage. Les ressemblances avec Doinel et le cinéma de Truffaut ne sont pas conscientes. Il se trouve que j’ai toujours senti de très grandes affinités avec Truffaut, et une grande admiration, davantage pour l’homme d’aillleurs que pour le cinéaste. Catherine Deneuve a vu « Vivre ! » il y a quelques mois. Je ne l’avais jamais rencontrée, et ce qu’elle m’a dit après la projection m’a sincèrement touché, venant d’elle qui l’a très bien connu : « Ce film aurait beaucoup plu à François. »

     

    ITMFC : Avez-vous donné des indications aux comédiens pour qu’ils s’inspirent du jeu de ceux de cette époque par exemple pour qu’ils aient cette fausse désinvolture qui me semble spécifique à la Nouvelle Vague ?

     

    Yvon Marciano : Non, pas particulièrement. C’était à moi de créer, au moment du tournage, les conditions (rapidité d’exécution, liberté, décontraction, absence de pression, goût du jeu, plaisir) pour que cette « désinvolture » s’exprime au mieux.

     

    ITMFC : De « Vivre ! » émane un sentiment de liberté et de légèreté auquel contribue aussi le mode de filmage. Etait-ce un choix délibéré de votre part ?

     

    Yvon Marciano : Bien sûr ! Il était impensable pour moi de tourner autrement. Il fallait la caméra à l’épaule, sans aucune machinerie (ni pied, ni rails de travelling), le matériel d’éclairage le plus léger possible. Avec Pierre Befve, mon chef-opérateur, nous voulions que tout le matériel soit contenu dans une petite camionnette. Que la logistique soit la moins contraignante possible. Je voulais même qu’on puisse se déplacer à pied d’un décor à l’autre, en sachant que nous avions parfois cinq lieux différents dans la journée !

     

    ITMFC : « Vivre ! » est un film à la fois intemporel et contemporain, un hymne à Paris, au cinéma, à l’amour mais c’est aussi un hymne à la jeunesse et à la nouvelle génération des comédiens qui interprètent ces personnages. Qu’est-ce qui selon vous caractérise cette nouvelle génération ? Comment avez-vous choisi ces jeunes comédiens et en particulier Aymeric Cormerais qui interprète le rôle principal ?

     

    Yvon Marciano : J’ai fait un casting qui a duré 5 semaines, j’ai demandé conseil à quelques personnes de confiance qui travaillent dans le cinéma, j’ai profité de mes interventions à L’Ecole Florent (ou je dirigeais chaque année un stage de cinéma d’un mois et demi) pour proposer certains rôles à des élèves talentueux que j’avais depuis longtemps repérés (Gaël Tanniou, Lydie Waï, Pierre-Marie Baudoin). Arnaud Denis m’a été conseillé par une amie comédienne. Quant à Aymeric Cormerais, j’ai fait des essais avec lui qui m’ont convaincu : j’ai aimé sa liberté, sa désinvolture. Je me suis inspiré de la personnalité des comédiens pour écrire le scénario, l’écriture et le casting ayant été menés en parallèle. C’est assez grisant de partir des comédiens pour écrire, de dessiner leurs personnages en fonction de ce qu’ils vous inspirent. Je voulais parler de la jeunesse, pas forcément celle des années 2000, mais davantage de l’esprit de la jeunesse. Que ce film fasse un minimum de concessions à la mode, à l’air du temps, qu’il soit autant que possible intemporel. Ce qui me frappe, dans la jeunesse d’aujourd’hui, c’est souvent (et on peut la comprendre) une peur de l’avenir, une peur du lendemain. Qui génèrent une forme de passivité, de flottement, d’indécision, d’attentisme, d’inertie. Rien ne me fait plus peur que l’immobilisme. Quand on est jeune, il ne faut surtout pas rester au bord du chemin à attendre je ne sais quel espoir. Il faut agir, avancer, saisir la vie à bras le corps. Quelles que soient ses capacités, il faut aller de l’avant, tenter des choses, se casser la figure si besoin, prendre des coups peut-être, mais agir ! C’est la seule manière de rester vivant ! Ce sont en tout cas ces valeurs-là, cette philosophie-là, que j’ai voulu défendre dans le film.

     

    ITMFC : « Vivre ! » a été tourné en un mois à Paris donc avec une économie de temps mais aussi de moyens, cela donne une impression de spontanéité rafraîchissante à l’ensemble, est-ce que cela a constitué une contrainte ou au contraire une liberté pour vous en tant que cinéaste?

     

    Yvon Marciano : Les deux ! Des contraintes énormes au moment de l’écriture. Impossible de sortir de Paris car le moindre déplacement coûte cher, impossible de tourner dans des décors qui ne seraient pas gratuits. Le manque d’argent représentait la plus grande contrainte. Mais une fois passée l’étape de l’écriture, j’ai ressenti au moment du tournage un incroyable sentiment de liberté. Je me suis beaucoup amusé, j’étais porté par l’énergie du groupe, par l’investissement énorme de chacun des jeunes gens qui composaient l’équipe. Je ne crois pas avoir ressenti la moindre pression, la moindre frustration. Ce tournage a été assez miraculeux.

     

    ITMFC : L’équipe technique était je crois majoritairement composée d’étudiants en cinéma, en quoi cela a-t-il influé sur votre travail ?

     

    Yvon Marciano : Il était important pour moi qu’un film sur la jeunesse soit tourné par des jeunes gens. C’était impensable autrement. J’ai misé sur l’alchimie du groupe, la synergie, le plaisir partagé, le goût de la jeunesse pour le risque, le pari et le jeu. J’avais l’intuition que ces choix ne pouvaient qu’imprégner le film.

     

    ITMFC : Paris est un personnage à part entière, comment avez-vous choisi les lieux, y avait-il un fil directeur particulier entre ces différents endroits ?

     

    Yvon Marciano : Paris est une ville dont je ne me lasse pas. Cela fait trente ans que j’y habite, et je lui trouve toujours une beauté, une richesse, une diversité, une photogénie magnifiques. En tant que cinéaste, je suis toujours ébloui par la beauté de certaines rues, de certains sites, par la présence de la Seine, par une qualité de lumière, de ciel. Je voulais en effet que la ville ne soit pas qu’un décor, à l’arrière-plan. Qu’elle fasse partie intégrante du récit. Que mes personnages puissent dire : « Paris nous appartient » !

     

    ITMFC : Dans «  Vivre ! » plus de 80 lieux de tournages ont été utilisés je suppose que cela a constitué une contrainte supplémentaire pour les comédiens  mais aussi pour vous ?

     

    Yvon Marciano : Cela faisait partie du pari initial. J’avais très peur que le film, à cause de l’extrême modestie de son budget, apparaisse comme un film pauvre. C’est pourquoi j’ai multiplié les lieux, les personnages, les séquences. Avant de commencer à tourner, je voulais que mon film soit un peu comme une mosaïque, un kaléïdoscope.

     

    ITMFC : Claude Sautet disait que le cinéma « doit faire aimer la vie ». C’est le sentiment avec lequel je suis ressortie de la projection de votre film. Etait-ce votre intention première ?

     

    Yvon Marciano : Votre réaction me fait très plaisir. Je souscris entièrement à ce que disait Sautet. On sait tous que la vie est difficile, semée d’obstacles, de souffrances, de dangers et parfois de périls. Mais cela ne m’intéresse pas d’aller dans le courant souvent « dépressif » du cinéma d’aujourd’hui. Je me sens, en tant que cinéaste, l’obligation morale (j’insiste sur ce qualificatif « morale »), d’être plutôt du côté de la lumière que de l’ombre, et d’exalter la vie. Sans chercher à mentir ou à tromper les gens, en étant au plus près de la vérité des situations et des personnages, mais en faisant un cinéma, je l’espère, tonique. Qui donne envie de se battre, d’ouvrir grand ses yeux et ses oreilles, et de savourer la vie.

     

    ITMFC : Si vous deviez convaincre les spectateurs d’aller voir « Vivre ! » plutôt qu’un autre film ce 7 octobre que leur diriez-vous?

     

    Yvon Marciano : Je leur dirais que j’ai essayé de faire un film libre, vivant, en toute indépendance, en ce sens qu’il ne m’a été imposé par personne, qu’il s’est fait en dehors des règles habituelles du système, en refusant de passer sous les fourches caudines du « formatage ». Et qui, je l’espère, transmet des ondes positives, et donne envie de vivre ! 

     

    ITMFC : Quels sont  vos projets ? Attendrez-vous 13 ans avant de réaliser un nouveau long-métrage ?

     

    Yvon Marciano : Non, surtout pas ! Je voudrais réaliser « Do not disturb » dans un avenir proche, et faire encore mille choses. Mes désirs de films sont divers, multiples, et très nombreux. Mais, comme vous vous en doutez, tout cela ne dépend pas que de moi…

     

     

    INTERVIEW D'AYMERIC CORMERAIS (acteur principal de "Vivre!" d'Yvon Marciano)

    Aymeric.jpg
    Aymeric Cormerais dans "Vivre!"

    Pour Aymeric Cormerais il s'agit d'un premier premier rôle dans un long-métrage même si vous avez déjà pu le remarquer dans "Béa", le court-métrage de Romual Beugnon pour lequel il a reçu le prix d'interprétation au Festival du Film Romantique de Cabourg un excellent court-métrage que vous pouvez visionner en cliquant ici- , vous avez également pu le voir dans le non moins excellent "Elle viendra pas" d'Olivier Serrano ou encore dans un rôle  secondaire et non moins mémorable dans « Le premier jour du reste de ta vie » de Rémi Bezançon). Vous le retrouverez aussi demain , à  20H30, sur France 2 dans « Pour une nuit d'amour », un inédit de la collection « Contes et nouvelles » du XIXème siècle adapté de Zola et réalisé par Gérard Jourd'hui.

    In the mood for cinema : Aymeric, Théo dans « Vivre ! » est ton premier premier rôle dans un long-métrage, avant d’en venir au film,  peux-tu nous dire comment est né ton désir d’être comédien ?

     

    Aymeric Cormerais : Quand j'étais petit, après avoir regardé un film qui m'avait vraiment plu, je voulais faire le même métier que le héros. Quand j'ai vu « Indiana Jones » je voulais être aventurier. Quand j'ai vu « Jack le Tueur de Géants » je voulais chasser des monstres. Quand j'ai vu « La Grande Evasion » je voulais m'évader. Quand je regardais « Mac Gyver » … heu en fait j'ai jamais vraiment compris son boulot mais ça avait l'air vraiment cool. Tous les ans, quand il fallait mettre le métier qu'on voulait faire sur une feuille à la rentrée des classes, je changeais d'avis. Et puis un jour j'ai compris que la meilleure solution pour être tout ça à la fois, c'était d'être comédien.

     

    ITMFC :  Même si «Vivre ! » est le premier long dans lequel tu interprètes un premier rôle, tu as déjà eu un rôle marquant dans « Béa » de Romuald Beugnon, un film primé dans de nombreux festivals pour lequel tu as obtenu le prix d’interprétation au Festival du Film Romantique de Cabourg en 2006, que t’a apportée cette expérience (dans l’évolution de ton travail et  au regard d’éventuelles  opportunités professionnelles)?

     

    Aymeric Cormerais : Romuald a été le premier réalisateur à me faire confiance, et ce malgré la réticence de plusieurs personnes de son équipe. « Béa » est vraiment le film qui m'a permis d'avancer. J'ai pu trouver mon premier agent, rencontrer des directeurs de castings, des réalisateurs … Sans parler du prix d'interprétation. La cerise sur le gâteau ! Et puis lors de projections dans les festivals j'ai remarqué que les mamies m'aimaient bien (certaines me faisaient des clins d'oeil).

    ITMFC : Dans « Béa » de Romuald Beugnon, dans le court-métrage d’Olivier Serrano « Elle viendra pas », dans "Le Premier jour du reste de ta vie" de Rémi Bezançon,  et dans  le téléfilm de Gérard Jourd’hui « Pour une nuit d’amour » (diffusé ce vendredi 2 octobre sur France 2) tu interprètes des personnages plutôt antipathiques, jubilatoires pour le spectateur. Le sont-ils aussi à interpréter ? Est-ce vers ce genre de rôle que tu souhaites aller ?

     

    Aymeric Cormerais : Je trouve que le personnage de « Béa » n'est pas antipathique. Il est juste paumé et maladroit. Par contre, le personnage de Sacha dans « Le Premier Jour du Reste de ta Vie » de Rémi Bezançon n'est vraiment pas très sympa.

    Je ne sais pas si c'est jubilatoire pour le spectateur mais en tout cas ça l'est pour un acteur. On sait qu'on peut faire ce qu'on veut sur scène sans que ça ait un impact sur la vie réelle, ou presque. On m'a parlé d'amis d'amis qui me détestaient avant de me connaître car ils avaient vu « Le Premier Jour ... ».

     

    ITMFC: Dans "Le premier jour du reste de ta vie" de Rémi Bezançon tu interprétais  ton premier rôle dans un long-métrage...et encore un personnage antipathique.:-) J'imagine que cette expérience sur un film qui a de surcroît rencontré un succès autant publique que critique a dû être particulièrement enrichissante. En quoi cette expérience t'a-t-elle aidé pour le tournage de "Vivre!" dont les conditions de tournage étaient certes très différentes?

     

    Aymeric Cormerais: Travailler avec Rémi Bezançon sur "Le Premier Jour du Reste de ta Vie" a été une expérience incroyable.
    "Vivre !" s'est monté en très peu de temps avec très peu de moyens contrairement au "Premier Jour". Ce que j'espère c'est que "Vivre !" prouvera qu'il est possible de faire des films sans passer par le circuit "classique" et que cela donnera des idées à d'autres jeunes réalisateurs. J'ai aussi eu une plus grande liberté dans le jeu sur "le premier jour" que sur "Vivre !" .

    ITMFC : Dans « Vivre !», tu interprètes une sorte de dandy intemporel plutôt différent de tes précédents rôles, qu'est-ce ce qui t’a séduit dans ce personnage ?

     

    Aymeric Cormerais : Avant tout je suis séduit par une histoire avant de l'être par un personnage. Si une histoire me touche, j'ai envie d'y participer, de la défendre. Même si ce n'est que pour quelques jours de tournage.

     

    ITMFC : D’ailleurs, comment définirais-tu ton personnage et le film d’Yvon Marciano ?

     

    Aymeric  Cormerais: Théo c'est quelqu'un qui, en accompagnant son ami vers la mort, va réapprendre à vivre (elle est bien cette phrase hein ?).

    « Vivre ! » c'est un film « pas comme les autres » comme on nous l'a souvent dit. Certain programmateurs de cinema ont dit qu'il était « inclassable ». Je prends ça comme un compliment.

     

    ITMFC : « Vivre ! » est très influencé par la Nouvelle Vague, t’es-tu inspiré de certains comédiens de l’époque pour interpréter Théo ? Yvon Marciano vous a-t-il donné des indications en ce sens ? Plus généralement, est-ce un cinéma qui t’influence ?

     

    Aymeric Cormerais : On n'a pas eu le temps de se préparer pour ce film. J'ai su le rôle que j'allais interpréter une semaine seulement avant le tournage. D'habitude on nous le dit au moins un mois à l'avance ce qui nous laisse le temps de répéter et faire des recherches sur le personnage. Là ce n'était pas possible. Cependant c'était aussi le but. Faire un film en très peu de temps pour garder un maximum de liberté. Yvon a voulu faire un film très libre, comme on aurait pu le faire pendant la Nouvelle Vague.

    ITMFC : « Vivre » a été tourné en un mois à Paris, donc avec une économie de temps mais aussi de moyens, cela donne une impression de spontanéité rafraîchissante à l’ensemble, est-ce que cela a constitué une contrainte ou au contraire une liberté pour toi en tant que comédien ?

     

    Aymeric Cormerais : Dans la contrainte on peut trouver une certaine liberté. On a transporté nos costumes avec nous à travers Paris, on a tourné sans autorisations, cette année il ne faisait pas beau au mois d'août... Tout cela à contribué à créer une énergie nécessaire pour le film.

     

    ITMFC : Comme je le disais précédemment tu as également joué dans « Pour une nuit d’amour » de Gérard Jourd’hui diffusé ce vendredi sur France 2.  J’imagine que le temps de tournage était là aussi restreint comme pour « Vivre ! ». Est-ce que ton rôle dans le film d’Yvon Marciano et les conditions particulières de tournage (qui a eu lieu il y a deux ans je crois) t’ont aidé pour ce téléfilm soumis par définition à des contraintes temporelles assez similaires ?

    Aymeric Cormerais : On ne peut pas comparer ces deux projets. Ne serait ce que du niveau du budget ou de l'organisation. Ce qui est sûr c'est que sur chaque tournage on apprend quelque chose. Entre autres, « Vivre ! » m'a permis d'appréhender un premier rôle dans un long métrage.

     

    ITMFC : Dans «  Vivre ! » plus de 80 lieux de tournages ont été utilisés, même si tu n’es pas présent dans tous les plans, je suppose que cela a constitué une contrainte supplémentaire pour les comédiens ?

     

    Aymeric Cormerais : Ce qui a posé le plus de contraintes c'était le temps. Si la météo prévoyait de la pluie pour le lendemain, on était prévenu la veille au soir pour le changement de scène et de lieu de tournage le lendemain matin. Je pense que cette « urgence » nous a permis de trouver une certaine énergie.

     

    ITMFC : Si tu devais définir « Vivre ! » en trois adjectifs quels seraient-ils ? Si tu devais convaincre les spectateurs d’aller voir « Vivre ! » plutôt qu’un autre film ce 7 octobre que leur dirais-tu?

     

    Aymeric Cormerais : Liberté, égalité, fraternité.

    Catherine Deneuve a adoré !

     

    ITMFC : Si je me transformais en Harry Potter muni d’une baguette magique ayant la possibilité de te permettre de tourner le(s) rôle de tes rêves pour le(s) cinéaste(s) de tes rêves, quel(s) serai(en)t-il(s) ?

     

    Aymeric Cormerais : Remi Bezançon (eh oui, encore), Michel Gondry (pour sa fantaisie), Zabou Breitman (pour sa poésie), Jacques Audiard (pour son indescriptible talent), Fred Cavayé, Romuald Beugnon …

     

    ITMFC : Quels sont tes projets après la sortie de "Vivre!" ?

     

    Aymeric Cormerais : Je vais tourner dans l'adaptation de « La Peau de Chagrin » de Balzac, réalisé par Alain Berliner.

     

  • "L'Age de glace 3, le temps des dinosaures": avant-première et conférence de presse

    2009_0616agedeglace0003.JPG
    2009_0616agedeglace0008.JPG
    2009_0616agedeglace0009.JPG

    agedeglace.jpgAprès avoir vu « L’Age de glace 3, le temps des dinosaures », en projection presse, avant-hier, je me suis rendue à la conférence de presse hier midi. Ceux qui me lisent régulièrement savent peut-être que je ne suis pas une adepte du cinéma d’animation (je m’excuse donc d’avance pour cette critique moins fournie que d’habitude) même si je n’en demeure pas moins admirative devant le travail minutieux et le degré de perfection,  dont les limites sont d’ailleurs sans cesse repoussées,  atteints par le cinéma d’animation ces dernières années.

     

     J’étais néanmoins curieuse de découvrir cet opus n°3 de « L’Age de glace » et d’entendre le réalisateur du film Carlos Saldanha, le créateur des personnages  Peter de Seve évoquer leur travail ainsi que deux des voix françaises Elie Seimoun (qui fait la voix française de Sid) et Christophe Dechavanne (qui fait la voix de Crash), accompagné de son indissociable chien.

     

    Comme toujours avec la Fox, la conférence de presse était menée par la dynamique,  sympathique, inimitable Béatrice (qui, je crois, ne s’est jamais rendue compte qu’Elie Seimoun rectifiait à chaque fois, certes discrètement, quand elle l’appelait « Elie Simoun », un comique de situation qui pourrait figurer dans « L’Age de glace 4 », apparemment déjà en préparation, du moins dans l’imaginaire de ses créateurs) que les habitués du Festival du Cinéma Américain de Deauville connaissent puisqu’elle y anime également les conférences de presse.

     

    Cliquez sur lire la suite pour lire mes commentaires et voir quelques extraits vidéo de la conférence de presse...

    Lire la suite

  • Conférence de presse de Jennifer Aniston et Owen Wilson à Paris pour "Marley et moi" de David Frankel ( photos et vidéos)

    2009_0226aniston0010.JPG
    2009_0226aniston0009.JPG
    2009_0226aniston0012.JPG
    2009_0226aniston0007.JPG
    Photos ci-dessus: Jennifer Aniston et Owen Wilson (photos "In the mood for cinema")

    marley.jpgAprès deux nouvelles rubriques la semaine dernière : l'une consacrée à des nouvelles que j'ai écrites, l'autre à mes interviews "in the mood for cinema", des rubriques amenées à s'enrichir prochainement, en voici une troisième cette semaine,  consacrée aux conférences de presse.

    Si vous aviez déjà pu suivre en partie de nombreuses autres conférences de presse sur mon blog consacré au Festival du Cinéma Américain de Deauville "In the mood for Deauville", avec le souci de vous immerger toujours plus "in the mood for cinema", je vous emmènerai donc désormais aussi aux conférences de presse parisiennes avec pour commencer, grâce à la FOX que je remercie au passage, la conférence de presse de Jennifer Aniston et Owen Wilson pour le nouveau film du réalisateur du "Diable s'habille en Prada", David Frankel: Marley et moi, une conférence qui s'est déroulée dans les salons de l'hôtel Bristol, à Paris, hier après-midi.

    Je n'ai pas encore vu ce film dont je vous parlerai donc au moment de sa sortie et dont vous pouvez retrouver la bande-annonce en bas de cette note. Pour le reste : une conférence de presse très aseptisée où pas un mot ni une mèche n'ont dépassé avec des réponses brèves et simples que je vous laisse découvrir dans les vidéos ci-dessous.

    Pitch du film:  "Jenny (Jennifer Aniston) et John (Owen Wilson) viennent tout juste de se marier sous la neige du Michigan et décident de partir s'installer sous le soleil de Floride. Alors que l'envie d'avoir un premier enfant se profile chez Jenny, John espère retarder l'échéance en lui offrant un adorable chiot sur les conseils avisés de son collègue Sébastien, un séducteur profitant pleinement de son célibat. C'est ainsi que Marley, un jeune labrador, prend place au sein du couple. En grandissant, l'animal se révèle aussi craquant que dévastateur et la maison devient un véritable terrain de jeu, où plus rien ne peut échapper à sa voracité. Mais l'envie de fonder une famille ressurgit, et Jenny attend désormais son premier enfant. Au rythme des années et des catastrophes qu'il provoque, Marley sera le témoin d'une famille qui se construit et s'agrandit, devant faire face à des choix de carrière, des périodes de doutes et des changements de vie. Pour Jenny et John, même si Marley est le pire chien du monde, cette tornade d'énergie leur témoignera une affection et une fidélité sans limite, pour leur enseigner la plus grande leçon de leur vie".

    Site internet du film: http://www.marleyetmoi-lefilm.com .

    Vous pourrez également trouver le récit de cette conférence de presse sur le blog Filmgeek.

    MES VIDEOS DE LA CONFERENCE DE PRESSE DE JENNIFER ANISTON ET OWEN WILSON AU BRISTOL, A PARIS, POUR "MARLEY ET MOI" DE DAVID FRANKEL:

     

     

     

    BANDE-ANNONCE DU FILM: