Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Le jury du 14ème Festival du Film Asiatique de Deauville

    deauvilleasia8.jpg

    C'est avec grand plaisir que je vous annonce le jury de cette édition 2012 du Festival du Film Asiatique de Deauville 2012 aussi joliment éclectique que prestigieux. Vous pourrez bien entendu suivre ce festival ici comme chaque année, sur inthemoodforcinema.com, inthemoodfordeauville.com  et sur http://inthemoodlemag.com . J'en profite aussi pour vous annoncer que dès cet après-midi un nouveau concours sera mis en jeu avec de nombreux pass à gagner! Suivez également mon compte twitter dédié http://twitter.com/moodfdeauville ou le principal http://twitter.com/moodforcinema pour en savoir plus.

    Ce jury 2012 sera ainsi présidé par le scénariste, réalisateur et comédien ELIA SULEIMAN.

     Il sera entouré du réalisateur et interprète ALEX BEAUPAIN dont je vous parlais cette semaine sur inthemoodfordeauville.com puisqu'il vient de tourner un clip à Deauville.

     Egalement à leurs côtés la comédienne et réalisatrice ISILD LE BESCO mais aussi la comédienne DOMINIQUE BLANC, le réalisateur et scénariste OLIVIER DUCASTEL, le réalisateur et scénariste JEAN-PIERRE LIMOSIN,  la comédienne CORINNE MASIERO, l'incroyable interprète du film "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun un film plein de vie et, comme elle, âpre et lumineux qui m'a permis de découvrir un cinéaste qui rappelle les plus grands cinéastes du réalisme social britannique et une comédienne qui porte ce film magnifiquement bouleversant et tristement universel, et qui s’achève sur une note d’espoir d’une beauté aussi simple que ravageuse. Si ce n'est déjà fait, allez voir ce film à ne manquer sous aucun prétexte. 

     Egalement dans le jury, TAHAR RAHIM que j'avais eu le plaisir d'interviewer pour "Or noir" de Jean-Jacques Annaud (retrouvez ma critique du film et l'interview de Jean-Jacques Annaud et Tahar Rahim en cliquant ici) et le scénariste GILLES TAURAND, auteur de nombreux grands films, notamment de Téchiné...

    Voilà qui s'annonce pour le mieux et qui promet des débats passionnés et passionnants!

     
    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE DE DEAUVILLE 2012 Pin it! 0 commentaire
  • My French Film Festival, palmarès de la 2ème édition: "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf récompensé

    french.jpg

     
    Avec des visiteurs provenant de 174 pays différents, plus de 1,3 million de visionnages (contre 40 000 l’an passé) ont été enregistrés en 3 semaines pour la 2e édition du festival de cinéma français (Myfrenchfilmfestival.com) en ligne dont  vous pourrez retrouver le palmarès de la 2e édition ci-dessous.
     
    Je suis ravie de constater qu'y figure un de mes coups de coeur de 2011, un film qui était dans mon top 10 de l'année découvert au Festival de Cabourg "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf qui obtient le prix des réseaux sociaux et dont l'acteur principal, Pierre Niney, est nommé aux César comme meilleur espoir dont je vous rappelle que je vous les ferai vivre en direct via twitter (http://twitter.com/moodforcinema ) avant de vous en livrer le compte-rendu complet ici et sur http://inthemoodlemag.com .
     Retrouvez ma critique du film et mes interviews de l'acteur principal et du réalisateur en cliquant ici. 
     
    Prix du Public : 
    -         Case départ de Fabrice Eboué, Thomas Ngijol et Lionel Steketee (long-métrage)
    -         L’Accordeur d’Olivier Treiner (court-métrage)

    Prix de la Presse internationale : 
    -         Un poison violent de Katell Quilévéré (long-métrage)
    -         L’Accordeur d’Olivier Treiner (court-métrage)

    Prix des réseaux sociaux : 
    -         J’aime regarder les filles de Frédéric Louf (long-métrage)
    -         L’Accordeur d’Olivier Treiner (court-métrage)

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Critique - "Le Discours d'un roi" de Tom Hooper, ce soir, à 20H55, sur Canal plus

    discours1.jpg

     Le roi en question, c’est George VI (Colin Firth), à la fois fragile et colérique, qui n’avait d’ailleurs pas vocation à le devenir puisque c’est sont frère Edouard VIII (Guy Pierce) qui était destiné au trône à la mort de leur père.  Seulement Edouard VIII préféra abdiquer pour vivre son amour avec une femme, Wallis Simpson, à la réputation légère (du moins pour un monarque) car notamment divorcée deux fois. George VI que toute la famille royale appelle « Bertie » va donc devoir surmonter son handicap, un bégaiement qui l’empêche de s’exprimer en public. Pour cela, il pourra compter sur le soutien indéfectible de sa femme (Helena Bonham Carter) et sur l’aide d’un thérapeute du langage aux méthodes peu orthodoxes, Lionel Rogue (Geoffrey Rush). Alors qu’il mène cette guerre contre lui-même, une autre guerre beaucoup moins intime se fait de plus en plus menaçante…

    discours2.jpg

    A priori, cela s’annonçait donc comme un énième biopic avec reconstitution historique spectaculaire de rigueur et c’est sans doute d’abord le choix de prendre le contrepied de ce à quoi nous aurions pu nous attendre qui fait de ce film une grande réussite. Tom Hooper et son scénariste David Seidler ont ainsi fait le judicieux choix de l’intime, de l’histoire sans nier son implication sur l’Histoire mais vue telle que la voyait George VI, relativement lointaine. Le monde extérieur et ses rumeurs sont étouffés par l’atmosphère ouatée et non moins redoutable des allées du pouvoir.

    Plutôt que de  filmer George VI comme un personnage historique distant, Tom Hooper le filme à portée d’homme avec ses angoisses et ses faiblesses. Il n’apparait alors pas comme le puissant lointain (éloigné de nous historiquement et humainement) mais comme un homme qui doit affronter ses faiblesses en lequel chacun peut se reconnaître. La caméra de Tom Hooper le suit au plus près de son visage, de ses doutes, de son angoisse qui s’amorce. Le jeu en nuances de Colin Firth et la caméra sensible de Tom Hooper qui l’enferme ans son cadre, (il est tantôt filmé à gauche ou à droite, à son image, en marge) comme il l’est dans son handicap, nous donne la sensation asphyxiante d’éprouver nous aussi son angoisse si bien que notre souffle est  suspendu à ses lèvres hésitantes. La maîtrise du langage devient alors le véritable enjeu du suspense du film, haletant comme un thriller. Arrivera-t-il à prononcer ce fameux discours qui fera entrer le Royaume-Uni dans la guerre contre l’Allemagne nazie ?

     Un sujet qui n’a rien d’anachronique et qui est même particulièrement actuel à une époque (la nôtre)  où le contenant, la forme, la communication priment sur le contenu et le message, où celui ou celle qui recevra le plus de suffrages ne sera pas forcément le ou la plus apte à gouverner mais le ou la plus apte à délivrer son message et à maîtriser la communication et le langage. Un ancien premier ministre français au phrasé si particulier en a ainsi souvent fait les frais revendiquant et regrettant lui-même que son message qu’il ne veut pas lapidaire, expéditif, ou résumable à un slogan ne puisse être développé dans des médias toujours plus avides d’images chocs que de pensées profondes. Un peu la génération twitter aussi qui recherche le choc de la formule et qui pousse souvent à l’exagération, quitte à piétiner quelques personnes voire la réalité au passage. Plutôt que le pouvoir des mots, c’est donc celui de la communication que doit donc maîtriser le monarque. Un pouvoir qu’il était d’autant plus urgent de détenir quand un dictateur outre-Rhin en faisait un des instruments de sa propagande et l’utilisait pour haranguer, galvaniser et endormir les foules.  

    Sans tomber dans la psychologie de comptoir, le scénario montre habilement et par petites touches comment le poids de l’enfance et de l’Histoire (son père, ceux qui l’ont précédé, tous ceux dont les regards pèsent sur lui) sont responsables de son handicap. Mais, au-delà du combat personnel, c’est aussi une très belle histoire d’amitié entre deux hommes à la fois très différents et en quête de reconnaissance. Rogue demande constamment à être sur un pied d’égalité avec George VI, lui qui toujours à été à distance : du peuple, des autres, des mots. Prendre la parole c’est prendre sa place et exister. Le langage, dans le titre même, a d’ailleurs toute son importance : il ne s’agit pas du discours du roi mais d’un roi, qui n’a pas encore son identité propre, écrasé  par le poids de l’Histoire et  de ses prédécesseurs.

    La richesse des dialogues saupoudrés d’un humour so british participe amplement de la réussite du film. Il est vrai que le langage d’un film dont le sujet est justement le langage se devait d’être exemplaire mais ce n’était pas pour autant gagné d’avance.

    Enfin, le grand atout du film ce sont ses acteurs principaux : Colin Firth (absolument remarquable, ne forçant pas trop le trait comme c’est souvent le cas dans ces rôles à Oscars mais reflétant le bégaiement essentiellement par l’angoisse qu’il générait , Colin Firth d’ailleurs qui interprétait déjà pour moi un des meilleurs rôles de 2010  dans le très beau « A single man » de Tom Ford pour lequel il était déjà nommé à l’Oscar du meilleur acteur), Geoffrey Rush( impeccable en médecin peu conventionnel et malicieux ) et Helena Bonham Carter ( parfaite en future reine, à la fois cinglante et épouse aimante. )

    Si « Le discours d’un roi » n’est pas un film exceptionnel,  c’est un beau film en raison du degré de raffinement de chacun des éléments qui le constituent (musique –du Français Alexandre Desplat, d’ailleurs très belle mais parfois un peu trop présente pour un film sur le langage même si elle en est une autre forme-, scénario, interprétation, mise en scène), un film à résonance universelle autant de par le combat qu’il met en scène (un homme, fut-il roi, qui surpasse ses faiblesses et ses peurs) que de par le langage qu’il emploie et dont il souligne le poids historique.

     
    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire
  • La cérémonie et le palmarès des César 2012 en direct

    girardot.jpg

    Comme chaque année, vous pourrez suivre la 37ème cérémonie des César sur Canal plus, à 20H30, le vendredi 24 février, en direct.

     Comme l’an passé, c’est en direct du Théâtre du Châtelet que j’aurai le plaisir de vivre la cérémonie et de vous la faire vivre sur mon compte twitter http://twitter.com/moodforcinema .

    En attendant, vous pouvez retrouver toutes les nominations et toutes mes critiques des films nommés en cliquant ici.

    Retrouvez également mon compte-rendu de la cérémonie 2011 vécue en direct du Châtelet en cliquant là.

    photopasscésar 001.JPG

    Retrouvez enfin mon compte-rendu 2010 avec mes vidéos de la soirée (Isabelle Adjani, Tahar Rahim, Marion Cotillard, Harrison Ford…) vécue en salle presse en cliquant ici.

    Découvrez également le site officiel des César: http://www.academie-cinema.org/

    Lien permanent Imprimer Catégories : CESAR 2012 Pin it! 1 commentaire