Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Ma chronique publiée sur My Major Company Books: "Si j'étais un personnage de roman..."

    mmc.jpg

    Je vous parle désormais régulièrement de My Major Company Books,  site sur lequel je m’adonne à ma passion viscérale et irrépressible pour l’écriture (sans doute même l’est-elle plus que ma passion pour le cinéma car si je peux me passer de la seconde -enfin, je crois:-)-, la première m’est nécessaire et une journée sans jongler avec les mots, inventer, me plonger dans un ailleurs imaginaire au gré de mes mots, est une journée un peu vaine),  site qui permet de lancer des auteurs sur le principe de la participation des internautes qui deviennent alors éditeurs ou éditeurs potentiels (il s'agit en fait de la déclinaison littéraire de My Major Company Music que vous connaissez sûrement puisque plusieurs désormais célèbres artistes ont ainsi été lancés et qu'une campagne avec la chanteuse Irma, d'ailleurs très réussie, est actuellement diffusée à la télévision -cf vidéo en bas de cet article-), site sur lequel je suis inscrite en tant qu'auteur et sur lequel une de mes chroniques a déjà été publiée et sur lequel j'ai par ailleurs remporté récemment un concours d'écriture.

    Le thème de ma première chronique était alors "Qu'est-ce qu'un bon livre". Vous pouvez la retrouver, ici: http://inthemoodlemag.com/2011/12/13/ma-chronique-sur-my-major-company-books-quest-ce-quun-bon-livre/ .

    chro4.jpg

    Puis, j'ai donc ensuite remporté un concours d'écriture (dit du "Calendrier de l'Avent") avec une nouvelle intitulée "Un cadeau inestimable", ce qui m'a valu à plusieurs reprises la une du site ainsi que du site "Plume libre" qui a également publié la nouvelle en question. Vous pouvez la retrouver  en cliquant là.

    mymajorcompanyune.jpg

    plume.jpg

    compk.jpg

     Cette fois, je devais plancher, en 3500 caractères, sur le thème imposé "Si j'étais un personnage de roman...". Vous pourrez retrouver cette chronique sur My Major Company Books là: http://www.mymajorcompanybooks.com/#!/news(286/blog_post_id/8967) .

     

    lys4.jpg

    Vous pouvez également, si vous le souhaitez, soutenir mon projet littéraire (un recueil de 13 nouvelles "romantiques et cruelles" sur le cinéma dont le principe, précis, vous est décrit sur la page dont le lien figure plus loin) et devenir mon éditeur potentiel.

    Comment faire?

     Inscrivez-vous comme "éditeur"(gratuit et rapide) sur... My Major Company Books ici http://www.mymajorcompanybooks.com/#!/signup/editeur puis inscrivez-vous comme "fan" sur ma page My Major Company Books dont voici le lien : http://www.mymajorcompanybooks.com/meziere ( en cliquant sur le coeur sur la page en question, seulement si vous appréciez et adhérez au projet qui y est présenté, bien entendu) puis notez et éventuellement commentez et partagez (vous pouvez même utiliser le widget exportable que vous trouverez en cliquant sur "faire la promo" sur ma page).

    Lien permanent Imprimer Catégories : ACTUALITE D'AUTEURE (2), CHRONIQUES LITTERAIRES Pin it! 0 commentaire
  • « La Désintégration » de Philippe Faucon avec Rashid Debbouze, Yassine Azzouz, Ymanol Perset…

    désin2.jpg

    C’est avec un peu de retard que je vous parle de ce film sorti le 15 février dernier et qu’il faut absolument que vous découvriez. Je l’avoue humblement, je ne connaissais pas le travail de Philippe Faucon mais, sans aucun doute, je m’y intéresserai à l’avenir tant ce film choc traite avec simplicité, nuance, humanité, intelligence, d’un sujet complexe et dense.

    L’intrigue se déroule dans une cité dans l’agglomération Lilloise, aujourd’hui.
    Ali, Nasser et Hamza, âgés d’une vingtaine d’années, font la connaissance de Djamel qui dix ans de plus qu'eux.
    Aux yeux d'Ali et ses amis, Djamel apparaît comme un aîné aux propos acérés et au charisme certain. Habile manipulateur, il endoctrine peu à peu les trois garçons, connaissant mieux que quiconque leurs déceptions, leurs failles et leurs révoltes face à une société dans laquelle ils sont nés, mais dont aucun des trois ne pense plus désormais faire partie.

    Ce film, certes très court (1H18) n’en est pas moins intense. Les ellipses accroissent la force du message et, avec subtilité, Philippe Faucon (dé)montre comment les souffrances sociales, le sentiment de se sentir nié, voire rejeté, aboutissent aux replis communautaires et parfois à des actes radicaux. Toute l’intelligence de l’écriture réside dans le fait d’éviter le manichéisme (Philippe Faucon montre ainsi qu’à côté de l’Islam radical, minoritaire, existe un Islam éclairé). Son film est une implacable démonstration qui montre comment des éléments apparemment mineurs, une suite de rejets et de frustrations vont aboutir  à la violence extrême comme une issue inévitable.

    Plutôt que de construire un film spectaculaire, Philippe Faucon a choisi de filmer au plus près de ces hommes égarés qui basculent dans l’horreur plus par « désintégration » et parce qu’ils trouvent là une forme d’intégration que par conviction ou idéologie.

    Sans artifices, sans sensationnalisme, Philippe Faucon passe par la fiction pour montrer une réalité d’une manière plus convaincante que bien des articles ou reportages, auscultant ainsi les plaies béantes d’une République qui, parfois, désintègre plus qu’elle n’intègre mais sans non plus nier les progrès –et donc l’intégration- qu’elle permet (ainsi la comparaison entre la génération des parents et celle des enfants).

    Les dernières minutes du film sont d’une saisissante douleur et criantes de vérité. Les scènes qui les précèdent, au plus près du désarroi, de la folie, montrant le contraste entre la vie, là, si simple, ensoleillée, derrière la vitre, et ce dénouement effroyable qui semble inextricable, cette atmosphère cloisonnée, carcérale dans l’habitacle de la voiture à laquelle l’un d’entre eux même, si symboliquement, s’enchaîne sont aussi simples que magistrales. Un film d’une simplicité aussi radicale et saisissante que son propos.

    Je ne pouvais pas terminer sans évoquer ce qui est l’autre grande force du film, ses incroyables interprètes dont l’époustouflante  Zahra Addioui qui joue la mère, et dont j’ai encore du mal à croire que c’est sa première expérience de tournage tant elle est juste mais aussi Rashid Debbouze  qui se fait ici plus qu’un prénom et qui crève  littéralement l’écran, sidérant de justesse et d’intensité (et qui a d'autant plus de mérite qu'il n'a jamais utilisé sa célèbre parenté mais a fait son propre chemin, jouant son spectacle dans des salles parfois quasiment vides, un bel exemple d'opiniâtreté), sans oublier Yassine Azzouz, Ymanol Perset et Mohamed Nachit également remarquables. Des acteurs à suivre et un film à découvrir !

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2011/2012 Pin it! 0 commentaire
  • Palmarès complet des Goya 2012 : "The Artist" récompensé!

    goya.jpg

    Ce dimanche, à Madrid, avait lieu la cérémonie des Goya, l'équivalent espagnol de nos César. Les récompenses continuent à pleuvoir pour "The Artist" qui y a reçu le Goya du meilleur film européen. Espérons qu'il recevra les récompenses méritées aux César même si je suis dubitative, et surtout aux Oscars où Jean Dujardin pourrait entrer dans l'histoire comme premier acteur français recevant l'Oscar du meilleur acteur. A noter également au palmarès des Goya, l'excellent "La piel que habito" de Pedro Almodovar mais aussi "Blackthorn" dont je vous avais parlé dans le cadre du dernier Festival Paris Cinéma où il était présenté en avant-première.

    Avant de vous laisser découvrir le palmarès ci-dessous, je vous rappelle que je serai en direct des César vendredi prochain. Vous pourrez bien entendu retrouver mon compte-rendu ici et sur http://inthemoodlemag.com et me suivre en direct de la cérémonie sur http://twitter.com/moodforcinema

    - Meilleur film européen THE ARTIST
    - Meilleur film étranger en langue espagnole EL CHINO de Sebastian Borensztein
    - Meilleur  documentaire ESCUCHANDO AL JUEZ GARZON d'Isabel Coixet
    - Meilleur court métrage EL BARCO PIRATA
    - Meilleur court métrage documentaire REGRESI A VIRIDIANA
    - Meilleur court métrage d'animation BIRD BOY
    - Goya d'Honneur Josefina MOLIN

     NO HABRA PAZ PARA LOS MALVADOS
    - Meilleur film
    - Meilleur réalisateur (Enrique Urbizu)
    - Meilleur acteur (José Coronado)
    - Meilleur scénario Original
    - Meilleur montage
    - Meilleur Son

     LA PIEL QUE HABITO
    - Meilleure actrice (Elena Anaya)
    - Meilleur espoir masculin (Jan Cornet)
    - Meilleure musique originale (Alberto Iglesias)
    - Meilleur maquillages et coiffures

     BLACKTHORN
    - Meilleure photo
    - Meilleure direction artistique
    - Meilleurs costumes
    - Meilleur directeur de production

     EVA
    - Meilleur  premier film
    - Meilleur acteur de second rôle (Lluís Homar)
    - Meilleurs effets spéciaux

     LA VOZ DORMIDA
    - Meilleure actrice de second rôle (Ana Wagener)
    - Meilleur espoir féminin (Maria Leon)
    - Meilleure chanson originale ("Nana de la hierbabuena")

     ARRUGAS
    - Meilleur film d'animation
    - Meilleure adaptation

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (actualité cinématographique) Pin it! 0 commentaire