Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Le jury du 14ème Festival du Film Asiatique de Deauville

    deauvilleasia8.jpg

    C'est avec grand plaisir que je vous annonce le jury de cette édition 2012 du Festival du Film Asiatique de Deauville 2012 aussi joliment éclectique que prestigieux. Vous pourrez bien entendu suivre ce festival ici comme chaque année, sur inthemoodforcinema.com, inthemoodfordeauville.com  et sur http://inthemoodlemag.com . J'en profite aussi pour vous annoncer que dès cet après-midi un nouveau concours sera mis en jeu avec de nombreux pass à gagner! Suivez également mon compte twitter dédié http://twitter.com/moodfdeauville ou le principal http://twitter.com/moodforcinema pour en savoir plus.

    Ce jury 2012 sera ainsi présidé par le scénariste, réalisateur et comédien ELIA SULEIMAN.

     Il sera entouré du réalisateur et interprète ALEX BEAUPAIN dont je vous parlais cette semaine sur inthemoodfordeauville.com puisqu'il vient de tourner un clip à Deauville.

     Egalement à leurs côtés la comédienne et réalisatrice ISILD LE BESCO mais aussi la comédienne DOMINIQUE BLANC, le réalisateur et scénariste OLIVIER DUCASTEL, le réalisateur et scénariste JEAN-PIERRE LIMOSIN,  la comédienne CORINNE MASIERO, l'incroyable interprète du film "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun un film plein de vie et, comme elle, âpre et lumineux qui m'a permis de découvrir un cinéaste qui rappelle les plus grands cinéastes du réalisme social britannique et une comédienne qui porte ce film magnifiquement bouleversant et tristement universel, et qui s’achève sur une note d’espoir d’une beauté aussi simple que ravageuse. Si ce n'est déjà fait, allez voir ce film à ne manquer sous aucun prétexte. 

     Egalement dans le jury, TAHAR RAHIM que j'avais eu le plaisir d'interviewer pour "Or noir" de Jean-Jacques Annaud (retrouvez ma critique du film et l'interview de Jean-Jacques Annaud et Tahar Rahim en cliquant ici) et le scénariste GILLES TAURAND, auteur de nombreux grands films, notamment de Téchiné...

    Voilà qui s'annonce pour le mieux et qui promet des débats passionnés et passionnants!

     
  • My French Film Festival, palmarès de la 2ème édition: "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf récompensé

    french.jpg

     
    Avec des visiteurs provenant de 174 pays différents, plus de 1,3 million de visionnages (contre 40 000 l’an passé) ont été enregistrés en 3 semaines pour la 2e édition du festival de cinéma français (Myfrenchfilmfestival.com) en ligne dont  vous pourrez retrouver le palmarès de la 2e édition ci-dessous.
     
    Je suis ravie de constater qu'y figure un de mes coups de coeur de 2011, un film qui était dans mon top 10 de l'année découvert au Festival de Cabourg "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf qui obtient le prix des réseaux sociaux et dont l'acteur principal, Pierre Niney, est nommé aux César comme meilleur espoir dont je vous rappelle que je vous les ferai vivre en direct via twitter (http://twitter.com/moodforcinema ) avant de vous en livrer le compte-rendu complet ici et sur http://inthemoodlemag.com .
     Retrouvez ma critique du film et mes interviews de l'acteur principal et du réalisateur en cliquant ici. 
     
    Prix du Public : 
    -         Case départ de Fabrice Eboué, Thomas Ngijol et Lionel Steketee (long-métrage)
    -         L’Accordeur d’Olivier Treiner (court-métrage)

    Prix de la Presse internationale : 
    -         Un poison violent de Katell Quilévéré (long-métrage)
    -         L’Accordeur d’Olivier Treiner (court-métrage)

    Prix des réseaux sociaux : 
    -         J’aime regarder les filles de Frédéric Louf (long-métrage)
    -         L’Accordeur d’Olivier Treiner (court-métrage)

  • Critique - "Le Discours d'un roi" de Tom Hooper, ce soir, à 20H55, sur Canal plus

    discours1.jpg

     Le roi en question, c’est George VI (Colin Firth), à la fois fragile et colérique, qui n’avait d’ailleurs pas vocation à le devenir puisque c’est sont frère Edouard VIII (Guy Pierce) qui était destiné au trône à la mort de leur père.  Seulement Edouard VIII préféra abdiquer pour vivre son amour avec une femme, Wallis Simpson, à la réputation légère (du moins pour un monarque) car notamment divorcée deux fois. George VI que toute la famille royale appelle « Bertie » va donc devoir surmonter son handicap, un bégaiement qui l’empêche de s’exprimer en public. Pour cela, il pourra compter sur le soutien indéfectible de sa femme (Helena Bonham Carter) et sur l’aide d’un thérapeute du langage aux méthodes peu orthodoxes, Lionel Rogue (Geoffrey Rush). Alors qu’il mène cette guerre contre lui-même, une autre guerre beaucoup moins intime se fait de plus en plus menaçante…

    discours2.jpg

    A priori, cela s’annonçait donc comme un énième biopic avec reconstitution historique spectaculaire de rigueur et c’est sans doute d’abord le choix de prendre le contrepied de ce à quoi nous aurions pu nous attendre qui fait de ce film une grande réussite. Tom Hooper et son scénariste David Seidler ont ainsi fait le judicieux choix de l’intime, de l’histoire sans nier son implication sur l’Histoire mais vue telle que la voyait George VI, relativement lointaine. Le monde extérieur et ses rumeurs sont étouffés par l’atmosphère ouatée et non moins redoutable des allées du pouvoir.

    Plutôt que de  filmer George VI comme un personnage historique distant, Tom Hooper le filme à portée d’homme avec ses angoisses et ses faiblesses. Il n’apparait alors pas comme le puissant lointain (éloigné de nous historiquement et humainement) mais comme un homme qui doit affronter ses faiblesses en lequel chacun peut se reconnaître. La caméra de Tom Hooper le suit au plus près de son visage, de ses doutes, de son angoisse qui s’amorce. Le jeu en nuances de Colin Firth et la caméra sensible de Tom Hooper qui l’enferme ans son cadre, (il est tantôt filmé à gauche ou à droite, à son image, en marge) comme il l’est dans son handicap, nous donne la sensation asphyxiante d’éprouver nous aussi son angoisse si bien que notre souffle est  suspendu à ses lèvres hésitantes. La maîtrise du langage devient alors le véritable enjeu du suspense du film, haletant comme un thriller. Arrivera-t-il à prononcer ce fameux discours qui fera entrer le Royaume-Uni dans la guerre contre l’Allemagne nazie ?

     Un sujet qui n’a rien d’anachronique et qui est même particulièrement actuel à une époque (la nôtre)  où le contenant, la forme, la communication priment sur le contenu et le message, où celui ou celle qui recevra le plus de suffrages ne sera pas forcément le ou la plus apte à gouverner mais le ou la plus apte à délivrer son message et à maîtriser la communication et le langage. Un ancien premier ministre français au phrasé si particulier en a ainsi souvent fait les frais revendiquant et regrettant lui-même que son message qu’il ne veut pas lapidaire, expéditif, ou résumable à un slogan ne puisse être développé dans des médias toujours plus avides d’images chocs que de pensées profondes. Un peu la génération twitter aussi qui recherche le choc de la formule et qui pousse souvent à l’exagération, quitte à piétiner quelques personnes voire la réalité au passage. Plutôt que le pouvoir des mots, c’est donc celui de la communication que doit donc maîtriser le monarque. Un pouvoir qu’il était d’autant plus urgent de détenir quand un dictateur outre-Rhin en faisait un des instruments de sa propagande et l’utilisait pour haranguer, galvaniser et endormir les foules.  

    Sans tomber dans la psychologie de comptoir, le scénario montre habilement et par petites touches comment le poids de l’enfance et de l’Histoire (son père, ceux qui l’ont précédé, tous ceux dont les regards pèsent sur lui) sont responsables de son handicap. Mais, au-delà du combat personnel, c’est aussi une très belle histoire d’amitié entre deux hommes à la fois très différents et en quête de reconnaissance. Rogue demande constamment à être sur un pied d’égalité avec George VI, lui qui toujours à été à distance : du peuple, des autres, des mots. Prendre la parole c’est prendre sa place et exister. Le langage, dans le titre même, a d’ailleurs toute son importance : il ne s’agit pas du discours du roi mais d’un roi, qui n’a pas encore son identité propre, écrasé  par le poids de l’Histoire et  de ses prédécesseurs.

    La richesse des dialogues saupoudrés d’un humour so british participe amplement de la réussite du film. Il est vrai que le langage d’un film dont le sujet est justement le langage se devait d’être exemplaire mais ce n’était pas pour autant gagné d’avance.

    Enfin, le grand atout du film ce sont ses acteurs principaux : Colin Firth (absolument remarquable, ne forçant pas trop le trait comme c’est souvent le cas dans ces rôles à Oscars mais reflétant le bégaiement essentiellement par l’angoisse qu’il générait , Colin Firth d’ailleurs qui interprétait déjà pour moi un des meilleurs rôles de 2010  dans le très beau « A single man » de Tom Ford pour lequel il était déjà nommé à l’Oscar du meilleur acteur), Geoffrey Rush( impeccable en médecin peu conventionnel et malicieux ) et Helena Bonham Carter ( parfaite en future reine, à la fois cinglante et épouse aimante. )

    Si « Le discours d’un roi » n’est pas un film exceptionnel,  c’est un beau film en raison du degré de raffinement de chacun des éléments qui le constituent (musique –du Français Alexandre Desplat, d’ailleurs très belle mais parfois un peu trop présente pour un film sur le langage même si elle en est une autre forme-, scénario, interprétation, mise en scène), un film à résonance universelle autant de par le combat qu’il met en scène (un homme, fut-il roi, qui surpasse ses faiblesses et ses peurs) que de par le langage qu’il emploie et dont il souligne le poids historique.

     
  • La cérémonie et le palmarès des César 2012 en direct

    girardot.jpg

    Comme chaque année, vous pourrez suivre la 37ème cérémonie des César sur Canal plus, à 20H30, le vendredi 24 février, en direct.

     Comme l’an passé, c’est en direct du Théâtre du Châtelet que j’aurai le plaisir de vivre la cérémonie et de vous la faire vivre sur mon compte twitter http://twitter.com/moodforcinema .

    En attendant, vous pouvez retrouver toutes les nominations et toutes mes critiques des films nommés en cliquant ici.

    Retrouvez également mon compte-rendu de la cérémonie 2011 vécue en direct du Châtelet en cliquant là.

    photopasscésar 001.JPG

    Retrouvez enfin mon compte-rendu 2010 avec mes vidéos de la soirée (Isabelle Adjani, Tahar Rahim, Marion Cotillard, Harrison Ford…) vécue en salle presse en cliquant ici.

    Découvrez également le site officiel des César: http://www.academie-cinema.org/

  • Concours - Gagnez votre exemplaire de Studio Ciné Live avec Steven Spielberg

     

    speil.jpg

    Retour en douceur de l'actualité sur inthemoodforcinema.com avant de beaux évènements à suivre en direct, avec un exemplaire de Studio Ciné Live à gagner, comme chaque mois. Un numéro à ne pas manquer, tout particulièrement cette semaine puisque le magazine met à l'honneur Steven Spielberg, à l'occasion de la sortie de "Cheval de guerre" (je vous ai dit récemment tout le bien que j'en pensais, vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici).

    Au programme: un dossier de 20 pages avec ses invités, ses choix, ses projets. Vous y verrez notamment les références cinématographiques de Spielberg. Plus qu'un dossier, une vraie leçon de cinéma! Vous pourrez également en savoir plus sur les Oscars et les César et notamment sur ceux qui, selon le magazine, ne l'auront jamais. Vous pourrez aussi lire le carnet de bord de Jeremy Elkaïm et Valérie Donzelli pour leur campagne à l'occasion des Oscars pour "La guerre est déclarée". Egalement au programme dans ce numéro: un flash-back passionnant sur "Citizen Kane"... et tous ceux qui font l'actualité!

     Pour remporter ce numéro, dîtes-moi quel est votre film préféré de Spielberg et pourquoi. Seul le gagnant sera contacté.

    Envoyez vos réponses à inthemoodforcinema@gmail.com avant le 20 février, minuit, en n'oubliant pas de joindre vos coordonnées.

  • Critique de « La Comtesse aux pieds nus » de Joseph L.Mankiewicz

    La comtesse aux pieds nus, Ava Gardner, cinéma, film, Humphrey Bogart

    Ce film fait partie de mes premiers souvenirs cinématographiques,  des premiers films m’ayant marquée, en tout cas,  et que je n’avais pas revu depuis un moment :  « La Comtesse aux pieds nus » (en vo « The Barefoot Contessa »), un film de 1954 de Joseph L.Mankiewicz, écrit, réalisé et produit par Joseph L.Mankiewicz (avec Franco Magli, pour la production), ce qui est loin d’être un simple détail puisque « La Comtesse aux pieds nus » est la première production de Joseph L.Mankiewicz qui s’était ainsi affranchi de la tutelle des grands studios américains (Il avait auparavant réalisé des films pour la 20th Century-Fox et pour la Metro-Goldwyn-Mayer.) en fondant sa propre société « Figaro Inc. ».

    La comtesse aux pieds nus, Ava Gardner, cinéma, film, Humphrey Bogart

     Ce film fit parler de lui bien avant sa sortie en raison des similitudes du scénario avec la vie de Rita Hayworth (star de la Columbia) parmi d’autres similitudes frappantes avec le cinéma d’alors comme la ressemblance entre l’antipathique Kirk Edwards et Howard Hughes. Le rôle fut même proposé à Rita Hayworth qui,  en raison de la ressemblance avec sa propre existence justement, refusa.

    « La Comtesse aux pieds nus » débute, en Italie, un sinistre jour de pluie à l’enterrement de la star hollywoodienne Maria d'Amato née Maria Vargas (Ava Gardner). Le scénariste et réalisateur Harry Dawes (Humphrey Bogart) se souvient de   leur première rencontre alors qu’elle travaillait comme danseuse, dans un cabaret de Madrid, alors que ce dernier cherchait une nouvelle vedette pour le compte du producteur et milliardaire Kirk Edwards (Warren Stevens). Face à la statue de Maria, aux pieds symboliquement dénudés, alternent ensuite les récits d’Oscar Muldoon (Edmond O’Brien), l’agent de publicité, de Harry Dawes et de son mari, le comte Vincenzo Torlato-Favrini (Rossano Brazzi) qui dissimule un douloureux secret…à cause duquel Maria perdra ses dernières illusions, et la vie.

    La comtesse aux pieds nus, Ava Gardner, cinéma, film, Humphrey Bogart

    Dès le départ, le récit est placé sous le sceau de la fatalité et de la tragédie. La pluie implacable. L’enterrement sous un ciel grisâtre. L’atmosphère sombre. La voix poignante et traînante d’Humphrey  Bogart. Cette statue incongrue, d’une blancheur immaculée. La foule qui se presse, vorace, pour assister à sa dernière scène, ultime cynique ironie du destin pour Maria, éprise d’absolu et de liberté, qui voit même son enterrement lui échapper, en tout cas l’enfermer dans un rôle, chacun, là encore, cherchant à se l’approprier.

    Au-delà de ses ressemblances avec des personnalités ayant réellement existé, « La Comtesse aux pieds nus » est un classique pour de nombreuses raisons, à commencer par l’originalité de sa construction, ses flashbacks enchâssés qui permettent d’esquisser un portrait de Maria qui, malgré tout, reste d’une certaine manière insaisissable. Ces récits sont encore une fois une manière de se l’approprier, de l’enfermer, de décrire « leur » Maria même si Harry Dawes lui voue une amitié sincère, seul personnage réellement noble, désintéressé, au milieu de ces univers décadents. Mankiewicz avait déjà utilisé ce procédé dans « Eve », autre chef d’œuvre sans concessions, sur l’univers du théâtre cette fois, et démonstration cruelle mais terriblement juste sur l’arrivisme (j’en ai observé un rayon dans ce domaine...).

    Mankiewicz décrit en effet, à travers le parcours de Maria (trois portraits d’une même femme) trois univers distincts : celui du cinéma hollywoodien, des grandes fortunes sur la Riviera  et de l’aristocratie italienne, trois univers à la fois dissemblables et semblables dans leur décadence, tous trois théâtres de faux-semblants, de lassitude et de désenchantement. Maria, si lumineuse, semble égarée dans ces mondes qui l’emprisonnent.

    Mankiewicz  définissait « La Comtesse aux pieds nus » comme une « version amère de Cendrillon ». Il multiplie ainsi les symboles, clins d’œil au célèbre conte de fée : les chaussures (mais qui ici sont haïes par Maria pour qui elles symbolisent la boue à laquelle elle a  voulu échapper), son rêve d’amour idéalisé, son mariage avec un comte (mais pas vraiment de conte puisqu’il s’avèrera être une tragédie). Le rêve se transforme constamment en amertume jusqu’à sa mort, jusqu’au dernier plan, dans ce cimetière, où, statufiée, emprisonnée dans une image infidèle, elle reste seule face à la foule qui s’éloigne et au cinéma qui reprend ses droits.

    La comtesse aux pieds nus, Ava Gardner, cinéma, film, Humphrey Bogart

    La photographie (du chef opérateur anglais Jack Cardiff) même (à l’exception des images de l’enterrement) rappelle les couleurs chatoyantes d’un conte de fée, ce qui n’en fait pas pour autant un film suranné mais, au contraire, en fait une oeuvre particulièrement intemporelle dans la description de ces univers, éternels théâtres de vanités même si Mankiewicz dira que « le prince charmant aurait dû, à la fin, se révéler homosexuel, mais je ne voulais pas aller aussi loin" , limitant la modernité du film (même si deux plans y font référence) mais aussi dans la description de la solitude de l’artiste, auréolé de mystère.

    La mise en abîme, les flashbacks, l’intelligence des ellipses, la qualité de la voix off, la juste description de théâtre de faux semblants, les similitudes avec la réalité du cinéma hollywoodien de l’époque, tout cela en fait un classique mais, sans doute, sans les présences d’Humphrey Bogart et d’Ava Gardner n’aurait-il pas laissé une telle empreinte dans l’histoire du cinéma. Le premier interprète à la perfection ce personnage doucement désenchanté, mélancolique, lucide, fidèle, intègre, à la fois figure paternelle, protectrice et même psychanalyste de Maria. Et que dire d’Ava Gardner ? Resplendissante, étincelante, elle illumine le film, empreinte, à  l’image de celui-ci, de beauté tragique, et symbolise la liberté entravée. Personnage de conte de fée aux rêves brisés pour qui rien ne semblait impossible, même transformer la lune en projecteur et qui, peut-être, n’aura été heureuse et elle-même que l’espace d’une danse, sublime et qu’elle sublime,  au milieu de gitans, bohême, libre, animale, sensuelle, et l’instant d’un regard croisé ouvrant sur un océan de possibles.

    Ne pas oublier non plus Edmond O’Brien qui reçut l’Oscar et le Golden Globe du meilleur second rôle masculin, en 1954. Mankiewicz fut, quant à lui, nommé pour la meilleure histoire et le meilleur scénario original.

    En revoyant « La Comtesse aux pieds nus », des années après l’avoir revu de nombreuses fois, j’ai à nouveau été marquée par sa beauté désespérée, par sa justesse, et même par sa modernité, par la voix traînante et inimitable de Bogart, par l’élégance lumineuse et triste d’Ava Gardner, par le mystère de ce personnage noble épris d’absolu, être insaisissable et « féérique», presque irréel, dont, finalement, personne ne sondera les contours. Che sara sara : ce qui doit être sera, vieux dicton italien cité dans le film aux allitérations et assonances (et évidemment à la signification) portant la même beauté traînante et mélancolique que cette « Comtesse aux pieds nus » au destin fatal et à la magie tragique et non moins ensorcelante.

    Voir aussi ma critique de « Casablanca » de Michael Curtiz également avec Humphrey Bogart.

  • 10ème anniversaire du Festival Paris Cinéma du 30 juin au 10 juillet 2012: Hong Kong à l'honneur

    pariscinema.jpg

    Comme chaque année, vous pourrez suivre le Festival Paris Cinéma sur ce blog ainsi que sur mon nouveau blog http://inthemoodlemag.com , en direct, de l’ouverture à la clôture. Je crois n’avoir manqué aucune édition depuis le début du festival qui fêtera déjà son 10ème anniversaire, du 30 juin au 10 juillet 2012. J'ai ainsi pu en constater la belle évolution.  Comme chaque année le festival vous proposera dans une dizaine de lieux de la capitale quelques 200 films, dont beaucoup d’inédits, en présence de nombreuses personnalités du cinéma. Plus de 70 000 spectateurs se sont ainsi déplacés l’été dernier.

    Comme chaque année vous pourrez assister à la compétition à l’issue de laquelle seront décernés le Prix du Public, le Prix du Jury, le Prix des Blogueurs et le Prix des étudiants. Les films primés recevront une aide pour leur distribution en France.

     Une sélection d’une quarantaine d’avant-premières pour vous permettre de découvrir les grands films de Cannes avant tout le monde, les succès des mois à venir ou pour redécouvrir des classiques du cinéma en copie neuve, en présence des équipes. Chaque année des films de qualité parmi lesquels de nombreux films présentés à Cannes.

      Le festival met chaque année en lumière des personnalités prestigieuses du cinéma mondial en leur présence. Depuis la création du festival, le public a ainsi pu revivre à travers de riches rétrospectives l'œuvre mythique de certains réalisateurs, comme Aki Kaurismäki, Michael Cimino, Jerzy Skolimowski, Oliver Stone ou Francesco Rosi, Sandrine Bonnaire, David Cronenberg Naomi Kawase, Eugène Green, Tsaï Ming-liang ainsi que le parcours de grands comédiens comme Isabella Rossellini, Jeanne Moreau, Nathalie Baye, Jane Fonda, Jean-Paul Belmondo, Jackie Chan, Javier Bardem, Gael Garcia Bernal, Claudia Cardinale, Jean-Pierre Léaud ou Ronit Elkabetz…

    Après la Corée, le Liban, les Philippines, la Turquie, le Japon et le Mexique, le Festival Paris Cinéma, pour célébrer son dixième anniversaire avec faste, célèbrera Hong-Kong. Plus de 80 films, en présence de nombreux invités, pour un hommage où se côtoieront aussi bien des mélodrames des années 50, des films rares de la nouvelle vague, que des inédits de la nouvelle génération du cinéma hongkongais, en présence de nombreux invités.

     Le Festival Paris Cinéma, c’est aussi une série d’événements festifs et ludiques pour vivre le cinéma autrement. La 4e Brocante Cinéma vous sera proposée en entrée libre les samedi 7 et dimanche 8 juillet. D’autres événements seront bientôt dévoilés !

     Du 2 au 4 juillet, le Festival Paris Cinéma invite de nouveau les professionnels internationaux autour de sa plateforme de co-production Paris Project, pour accompagner une sélection de projets et de films étrangers à la recherche de financements français et européens à travers des rendez-vous, projections, conférences et ateliers pratiques.

     Le site officiel du festival pour en savoir plus: http://www.pariscinema.org

    Retrouvez également mes articles sur le Festival Paris Cinéma 2011: http://www.inthemoodforcinema.com/festival-paris-cinema-2011/

  • Festival International du Film Policier de Beaune 2012: London polar à l'honneur

    beaune2012.jpg

    Je vous parle chaque année de ce festival dont ce sera la 4ème édition du 28 mars au 1er Avril 2012, un festival qui succède au Festival du Film Policier de Cognac et qui, en changeant de lieu et de nom, a enrichi sa programmation, chaque année particulièrement attractive.

     Cette année ne devrait vraiment pas déroger à la règle puisque le festival met Londres à l'honneur avec "London polar". A cette occasion des films emblématiques de la ville de Londres et du cinéma policier seront proposés aux festivaliers.

     Je vous en dis bientôt plus et, en attendant, vous laisse découvrir l'affiche officielle du festival.

    Découvrez également le site officiel du festival: http://www.beaunefestivalpolicier.com/ .