Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • L'affiche des César 2012 : Annie Girardot dans "Rocco et ses frères" de Visconti

    La cérémonie des César 2012 rendra hommage à Annie Girardot par la voix de sa fille. L'affiche 2012 lui rend également hommage, après Romy Schneider l'an passé, première à avoir eu le César de la meilleure actrice, Annie Girardot étant la deuxième en 1977. La photo de l'affiche est extraite du chef d'oeuvre de Visconti "Rocco et ses frères" dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici.

    girardot.jpg

    rocco4.jpg

  • César 2012 : les nominations complètes

    cesar2012 039.JPG

    ces2.jpg

    ces1.jpg

     

    girardot.jpg

    J'étais ce matin en direct de la conférence de presse des César 2012 (certains d'entre vous ont peut-être suivi l'annonce sur twitter..., une liste que j'ai alors publiée de manière incomplète en raison de la rapidité avec laquelle les nommés ont été annoncés mais vous pourrez les retrouver eun détails ci-dessous). A 10 heures précises, l'enveloppe (dont personne, à l'exception de l'huissier qui a comptabilisé les voix, n'a alors eu connaissance) est ouverte et les noms des nommés sont annoncés par le Président de l'Académie des César, Alain Terzian, et par Antoine de Caunes qui présentera la cérémonie 2012 dont le président sera Guillaume Canet.

    Cette cérémonie 2012 rendra hommage à Annie Girardot par la voix de sa fille. L'affiche 2012 lui rend également hommage (voir ci-dessus, l'affiche), après Romy Schneider l'an passé, première à avoir eu le César de la meilleure actrice, Annie Girardot étant la deuxième en 1977. La photo de l'affiche est extraite du chef d'oeuvre de Visconti "Rocco et ses frères" dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici.

    Un César d'honneur sera attribué à Kate Winslet, magistrale notamment dans "Les Noces Rebelles" et que vous avez pu voir en 2011 dans "Carnage" de Roman Polanski. C'est ce dernier qui lui attribuera son César.

    Avant d'ouvrir l'enveloppe, Alain Terzian rappelle les changements concernant le nombre de nominations et que, désormais, un même acteur ne pourra être nommé comme meilleur acteur et meilleur espoir.

    "Polisse" est en tête avec 13 nominations (en particulier avec les nombreuses nominations, méritées, pour ses acteurs).

    Après ses 10 nominations aux Oscars, "The Artist" récolte le même nombre de nominations aux César, derrière "L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller qui récolte 11 nominations. "Intouchables" récolte 9 nominations , "L'Apollonide, souvenirs de la maison close" 6 nominations et "La guerre et déclarée", 5.

    Je me réjouis de la nomination de Pierre Niney comme meilleur jeune espoir. Je vous avais dit ici tout le bien que je pensais de sa prestation et de "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf dans lequel il jouait le rôle principal. Vous pouvez retrouver mon interview de Pierre Niney en cliquant ici.

    Des nominations qui devraient ravir autant le public que les critiques et les "professionnels de la profession" puisque sont nommés aussi bien des films au succès confidentiel qu'un immense succès en salles comme "Intouchables". A l'exception de Mathieu Kassovitz -qui a fait entendre sa voix (avec beaucoup de mauvaise foi, voire de grossièreté) exprimant une colère totalement absurde, sans doute dictée par la frustration de ne récolter qu'une nomination, stigmatisant l'ensemble de la production française qui, au contraire de ses dires, a révèlé cette année son talent, son inventivité et sa diversité- ces nominations conviennent donc apparemment à tout le monde même si certains regrettent l'absence de "Donoma", de Vincent Lindon, "Tomboy" et "Les Adoptés"...

    Fin du suspense le 24 février à l'occasion de la cérémonie en direct du Théâtre du Châtelet. Retrouvez mes critiques des films en lice en cliquant ici.

     D'ores et déjà je peux vous dire que je suis satisfaite de ces nominations qui reflètent l'éclectisme du cinéma français en 2011...

    NOMINATIONS COMPLETES:

    Meilleur espoir féminin

    NAIDRA AYADI dans "Polisse"

    ADÈLE HAENEL dans "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    CLOTILDE HESME dans "Angèle et Tony"

    CÉLINE SALLETTE dans "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    CHRISTA THÉRET dans "La brindille"

    Meilleur espoir masculin

    NICOLAS BRIDET dans "Tu seras mon fils"

    GRÉGORY GADEBOIS dans "Angèle et Tony"

    GUILLAUME GOUIX dans "Jimmy Rivière"

    PIERRE NINEY dans "J'aime regarder les filles"

    DIMITRI STOROGE dans "Les Lyonnais"

    Meilleur scénario original

    VALÉRIE DONZELLI, JÉRÉMIE ELKAÏM pour "La guerre est déclarée"

    MICHEL HAZANAVICIUS pour "The Artist"

    MAÏWENN, EMMANUELLE BERCOT pour "Polisse"

    PIERRE SCHOELLER pour "L'exercice de l'Etat"

    ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE pour "Intouchables"

    Meilleure adaptation

    DAVID FOENKINOS pour "La délicatesse"

    VINCENT GARENQ pour "Présumé coupable"

    OLIVIER GORCE, ROSCHDY ZEM, RACHID BOUCHAREB, OLIVIER LORELLE pour "Omar m'a tuer"

    MATHIEU KASSOVITZ, PIERRE GELLER, BENOÎT JAUBERT pour "L'ordre et la morale"

    YASMINA REZA, ROMAN POLANSKI pour "Carnage"

    Meilleure musique originale

     ALEX BEAUPAIN pour "Les bien-aimés"

    BERTRAND BONELLO pour "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    LUDOVIC BOURCE pour "The Artist"

     --‐M--‐, PATRICE RENSON pour "Un Monstre à Paris"

    PHILIPPE SCHOELLER pour "L'exercice de l'Etat"

     Meilleur son

    PASCAL ARMANT, JEAN GOUDIER, JEAN--‐PAUL HURIER pour "Intouchables"

    JEAN--‐PIERRE DURET, NICOLAS MOREAU, JEAN--‐PIERRE LAFORCE pour "L'Apollonide, souvenirs de lamaison close"

    OLIVIER HESPEL, JULIE BRENTA, JEAN--‐PIERRE LAFORCE pour "L'exercice de l'Etat"

    NICOLAS PROVOST, RYM DEBBARH--‐MOUNIR, EMMANUEL CROSET pour "Polisse"

    ANDRÉ RIGAUT, SÉBASTIEN SAVINE, LAURENT GABIOT pour "La guerre est déclarée"

     Meilleure photo

    PIERRE AÏM pour "Polisse"

    JOSÉE DESHAIES pour "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    JULIEN HIRSCH pour "L'exercice de l'Etat"

    GUILLAUME SCHIFFMAN pour "The Artist"

    MATHIEU VADEPIED pour "Intouchables"

     Meilleur montage

    ANNE--‐SOPHIE BION, MICHEL HAZANAVICIUS pour "The Artist"

    LAURENCE BRIAUD pour "L'exercice de l'Etat"

    PAULINE GAILLARD pour "La guerre est déclarée"

    LAURE GARDETTE, YANN DEDET pour "Polisse"

    DORIAN RIGAL ANSOUS pour "Intouchables"

    Meilleurs costumes

    CATHERINE BABA pour "My little Princess"

    MARK BRIDGES pour "The Artist"

    CHRISTIAN GASC pour "Les femmes du 6e étage"

    VIORICA PETROVICI pour "La Source des femmes"

    ANAÏS ROMAND pour "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    Meilleurs décors

    LAURENCE BENNETT pour "The Artist"

    ALAIN GUFFROY pour "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    PIERRE-FRANÇOIS LIMBOSCH pour "Les femmes du 6e étage"

    JEAN MARC TRAN TAN BA pour "L'exercice de l'Etat"

    WOUTER ZOON pour "Le Havre"

    Meilleur réalisateur

    ALAIN CAVALIER pour "Pater"

    VALÉRIE DONZELLI pour "La guerre est déclarée"

    MICHEL HAZANAVICIUS pour "The Artist"

    AKI KAURISMÄKI pour "Le Havre"

    MAÏWENN pour "Polisse"

    PIERRE SCHOELLER pour "L'exercice de l'Etat"

    ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE pour "Intouchables"

    Meilleur film de court métrage

    "L'ACCORDEUR"  réalisé par Olivier Treiner

    "LA France QUI SE LÈVE TÔT" réalisé par Hugo Chesnard

     "J'AURAIS PU ÊTRE UNEPUTE" réalisé par Baya Kasmi

    "JE  POURRAIS ÊTRE VOTRE GRAND--‐MÈRE" réalisé par Bernard Tanguy

    "UN MONDE SANS FEMMES" réalisé par Guillaume Brac

    Meilleure actrice

     ARIANE ASCARIDE dans "Les neiges du Kilimandjaro"

    BÉRÉNICE BEJO dans "The Artist"

    LEÏLA BEKHTI dans "La Source des femmes"

    VALÉRIE DONZELLI dans "La guerre est déclarée"

    MARINA FOÏS dans "Polisse"

    MARIE GILLAIN dans "Toutes nos envies"

    KARIN VIARD dans "Polisse"

     Meilleur acteur

    SAMI BOUAJILA dans "Omar m'a tuer"

    FRANÇOIS CLUZET dans "Intouchables"

    JEAN DUJARDIN dans "The Artist"

    OLIVIER GOURMET dans "L'exercice de l'Etat"

    DENIS PODALYDÈS dans "La conquête"

    OMAR SY dans "Intouchables"

    PHILIPPE TORRETON dans "Présumé coupable"

     Meilleure actrice dans un second rôle

    ZABOU BREITMAN dans "L'exercice de l'Etat"

    ANNE LE NY dans "Intouchables"

    NOÉMIE LVOVSKY dans "L'Apollonide, souvenirs de la maison close"

    CARMEN MAURA dans "Les femmes du 6e étage"

    KAROLE ROCHER dans "Polisse"

     Meilleur  acteur dans un second rôle

    MICHEL BLANC dans "L'exercice de l'Etat"

    NICOLAS DUVAUCHELLE dans "Polisse"

    JOEYSTARR dans "Polisse"

    BERNARD LE COQ dans "La conquête"

    FRÉDÉRIC PIERROT dans "Polisse"

     Meilleur film d'animation

    "LE CHAT DU RABBIN" réalisé par Joann Sfar, Antoine Delesvaux

    "LE CIRQUE" réalisé par Nicolas Brault

    "LA QUEUE DE LA SOURIS" réalisé par Benjamin Renner

    "LE TABLEAU" réalisé par Jean-François Laguionie

    "UN MONSTRE À PARIS" réalisé par Bibo Bergeron

     Meilleur film documentaire

    "LE BAL DES MENTEURS" réalisé par Daniel Leconte

    "CRAZY HORSE" réalisé par Frederick Wiseman

    "ICI ON NOIE LES ALGÉRIENS" réalisé par Yasmina Adi

    "MICHEL PETRUCCIANI" réalisé par Michael Radford

    "TOUSAU LARZAC" réalisé par Christian Rouaud

     Meilleur premier film

     "17 FILLES" réalisé par Delphine Coulin, Muriel Coulin

    "ANGÈLE ET TONY" réalisé par Alix Delaporte

    "LE COCHON DE GAZA" réalisé par Sylvain Estibal

    "LA DÉLICATESSE" réalisé par David Foenkinos, Stéphane Foenkinos

    "MY LITTLE PRINCESS" réalisé par Eva Ionesco

     Meilleur film étranger "BLACK SWAN" réalisé par Darren Aronofsky

     "LE DISCOURS D'UN ROI" réalisé par Tom Hooper

    "DRIVE" réalisé par Nicolas Winding Refn

    "LE GAMIN AU VÉLO" réalisé par Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne

    "INCENDIES" réalisé par Denis Villeneuve

    "MELANCHOLIA" réalisé par Lars von Trier

    "UNE SÉPARATION" réalisé par Asghar Farhadi

     Meilleur film

    "L'EXERCICE DE L'ETAT" produit par Denis Freyd, réalisé par Pierre Schoeller

    "LA GUERRE EST DÉCLARÉE" produit par Edouard Weil, réalisé par Valérie Donzelli

    "LE HAVRE" produit par Fabienne Vonier, réalisé par Aki Kaurismäki

    "INTOUCHABLES" produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou, Laurent Zeitoun, réalisé parEric Toledano, OlivierNakache

    "PATER" produit par Michel Seydoux, réalisé par Alain Cavalier

    "POLISSE" produit par Alain Attal, réalisé par Maïwenn

    "THE ARTIST" produit par Thomas Langmann, réalisé par Michel Hazanavicius

  • Les Champs-Elysées, Avenue du cinéma avec 7 films en avant-première du 1er au 7 février: programme

    avenue.jpg

    Alors qu'un nouveau festival de cinéma se tiendra à Paris, sur les Champs Elysées, du 6 au 12 juin 2012 ( le Paris Film Festival), les Champs Elysées alors rebaptisées avenue du cinéma mettront déjà le 7ème art à l'honneur du 1er au 7 février.

    7 grands films seront ainsi programmés avant leur sortie officielle. Accueil au champagne et diverses attentions sont réservées aux spectateurs privilégiés,  aux tarifs habituels des places.

    Ces séances auront lieu aux cinémas Balzac, Gaumont Ambassade et Marignan, Lincoln, Publicis, UGC Normandie et George V. Certains soirs, les équipes des films seront présentes. Tous les Champs-Élysées se rallient aux couleurs de l’événement Avenue du Cinéma : des menus et des cocktails « cinéma » dans les cafés-restaurants, apéritif offert sur présentation du ticket de l’avant-première du jour…

    Parallèlement L’Atelier Renault, 53 avenue des Champs-Élysées, propose dans son espace « lounge » du 27 janvier au 27 février une exposition gratuite évoquant les grandes heures cinématographiques des Champs-Élysées.

    Je vous laisse découvrir le programme ci-dessous et vous recommande d'ores et déjà "Une bouteille à la mer", un film à ne surtout pas manquer dont je vous reparlerai prochainement.

    Programmation :

    Mercredi 1er février : Zarafa, film d’animation français de Rémi Bezançon et Jean Christophe Lie, au Gaumont-Ambassade, 50 avenue des Champs-Élysées, à 14h.

    Jeudi 2 février : Elena, film russe d’Andrei Ziaguintsev, avec Andrei Smirnov et Nadezhda Markina, au cinéma Lincoln, 5 rue Lincoln, à 20h.

    Vendredi 3 février : Possessions, de Eric Guirado, avec Jérémie Renier, Lucien Jean- Baptiste, Julie Depardieu et Alexandra Lamy, à l’UGC George V, 50 avenue des Champs-Élysées, à 20h.

    Samedi 4 février : Cendrillon 3D, Elle était une fois dans l’ouest, film d’animation avec la participation d’Antoine de Caunes et Yolande Moreau, au cinéma Publicis 133 avenue des Champs-Élysées, à 16h.

    Dimanche 5 février : Une bouteille à la mer, de Thierry Binisti, d’après « une bouteille dans la mer de Gaza » de Valérie Zenatti, avec Agathe Bonitzert, Mahmoud Shalaby, Hiam Abbass, au Balzac, 1 rue Balzac, à 20h15.

    Lundi 6 février : Star Wars 3D, de George Lucas, épisode 1- La Menace Fantôme, au cinéma UGC Normandie, à 20h.

    Mardi 7 février : La Vie d’une Autre, de Sylvie Testud avec Juliette Binoche, Mathieu Kassovitz, François Berléand, au cinéma Gaumont Marignan à 20h.

    Achat des billets comme pour une séance normale.

    Se présenter 30 minutes avant l’horaire de l’Avant-Première.

    Toutes les informations sur http://www.avenueducinema.fr .

  • Critique de "Poupoupidou" de Gérald Hustache-Mathieu, ce soir, à 20H55, sur Canal+

     

    poupou3.jpg

     « Poupoupidou » est le second long métrage de Gérald Hustache-Mathieu, 4 ans après « Avril ».

    David Rousseau (Jean-Paul Rouve) est l’auteur de romans policiers aux titres à son image, burlesques et improbables, et à l’image du lieu où il se rend pour toucher un héritage : Mouthe. Enfin, ce sont surtout les températures qui y sont burlesques et improbables puisque c’est le village le plus froid de France. En guise d’héritage, il va uniquement récolter un chien empaillé, en revanche il va y trouver l’inspiration pour son prochain roman. Le jour de son arrivée, on découvre en effet le corps de Candice Lecoeur (Sophie Quinton), l’effigie blonde du fromage  Belle du Jura, star locale persuadée d’être la réincarnation de Marylin Monroe. La gendarmerie a conclu à un suicide. David Rousseau n’y croit pas et va enquêter. Il va alors trouver à Mouthe bien plus qu’un sujet de roman...

    Beaucoup d’éléments m’ont enchantée dans ce « Poupoupidou », et en premier lieu le fait qu’il soit délicieusement à contre-courant. A contre-courant, parce qu’il ne considère pas que le monde s’arrête aux frontières du périphérique parisien. La première bonne idée est en effet d’avoir situé l’intrigue à Mouthe, d’abord pour l’élément dramatique que constitue le froid polaire qui y règne mais aussi pour le décor à la fois familier et inhabituel, sorte d’ailleurs proche et lointain qui brouille nos repères. Gérald Hustache-Mathieu regarde la province avec une tendresse lucide jamais condescendante mais non moins drôle.

    A contre-courant ensuite parce qu’il appartient à plusieurs genres, là où le cinéma français cherche de plus en plus à construire des films concepts réductibles à un slogan en guise de pitch (comme celui-ci, par exemple), Poupoupidou appartient à plusieurs genres et crée ainsi le sien propre que nous pourrions qualifier de policier burlesque et romantique.

    A contre-courant par l’originalité de la construction scénaristique également puisque s’enchevêtrent plusieurs points de vue, celui de Candice à travers son journal et celui de David Rousseau, celui du  vivant et de la défunte sans que jamais cela devienne morbide mais au contraire onirique, leurs deux voix se faisant ainsi poétiquement, tantôt humoristiquement ou  tragiquement écho.

     A contre-courant enfin parce que son réalisateur est un incorrigible romantique dont il a dit hier soir qu’il devrait s’en guérir. Surtout qu’il ne change rien. D’ailleurs amusant qu’un romantique cherche à se guérir quand des cyniques ne cherchent qu’à s’en enorgueillir (faîtes un tour sur twitter, cela vous en donnera une idée...) En passant, j’ai été plutôt admirative de l’énergie déployée par Gérald Hustache-Mathieu hier soir pour défendre son film face à une salle qui en termes d’empathie me semblait être  à peu près l’équivalent de celle des César (c’est dire…)

    A contre-courant pour le casting. Gérald Hustache-Mathieu n’a pas choisi des acteurs « bankable » mais son choix n’en était que plus judicieux. Sophie Quinton présente cette sensualité, cette tristesse, cette gaieté joliment feinte de Marylin sans jamais la singer. Et  Jean-Paul Rouve adopte un jeu tantôt touchant, tantôt décalé confirmant son  César du meilleur espoir masculin pour son rôle de collabo dans « Monsieur Batignole » et qu’il peut tout jouer. Ils incarnent l’un et l’autre des personnages à qui la confiance en eux fait défaut et qui ont besoin de s’identifier à ce fameux mythe américain, l’un à une actrice, l’autre à un romancier. Ces deux-la étaient faits pour se rencontrer. Et c’est la magie du cinéma et de l’écriture scénaristique que de permettre qu’ils le fassent par-delà la mort.

    Plus que l’intrigue policière, c’est finalement le portrait de ces êtres qui rêvent d’ailleurs, (personnages principaux et secondaires croqués par petites touches mais non moins présents), antihéros fascinés par le mythe américain dont le film tout entier est imprégné, hommage au mythe Marylin et au mythe en général.  Plus que l’enquête du véritable meurtrier de Candice c’est finalement celle qui consiste à établir le parallèle avec  la vie de Norma Jean/Marylin (comme un 5 omniprésent qui rappelle sa célèbre réponse à une question d’un journaliste), désirée et presque toujours mal aimée et incomprise, qui donne au film ce ton à la fois ludique et nostalgique. Gérald Hustache-Mathieu déjoue les apparences et se joue des apparences avec humour et sensibilité.

    Poupoupidou n’emprunte pas seulement son titre à Marylin : on retrouve son mélange de fragilité, de gravité et de légèreté et ce petit plus indéfinissable qu’on appelle la grâce et qui vous fera oublier le temps qui passe. Un polar tendrement drôle et décalé, une histoire d’amour posthume burlesque joliment inclassable portée par le souci du détail de son réalisateur, une bande originale ensorcelante, et deux acteurs aussi touchants que drôles avec en toile de fond la beauté tragique du mythe. 

  • Oscars 2012, liste complète des nominations: 10 nominations pour "The Artist"!

    oscar2012.jpg

    Les nominations pour la 84ème cérémonie des Oscars viennent de tomber, à Los Angeles.

    Comme les Golden Globes le laissaient espérer,  ce sont pas moins de dix nominations pour "The Artist" (dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario...), avec une nomination bien évidemment pour Jean Dujardin qui, s'il obtenait l'Oscar, serait le premier acteur français a être récompensé de l'Oscar du meilleur acteur (même si des actrices ont obtenu l'Oscar de la meilleure actrice: Marion Cotillard en 2008 pour "La Môme" et Simone Signoret en 1960 pour "Les chemins de la haute ville") alors que, déjà, c'est une pluie de récompenses pour ce film (dont un Golden Globe du meilleur acteur et un prix d'interprétation à Cannes pour Jean Dujardin) qui est d'ores et déjà le film français le plus nommé aux Oscars de l'Histoire du cinéma. Face à Jean Dujardin: George Clooney, Brad Pitt, Gary Oldman, Demian Bichir. La compétition sera donc palpitante.  C’est aussi la première fois qu’un film français est nommé comme meilleur film et meilleur réalisateur aux Oscars. Espérons que le (mauvais) esprit français ne conduira pas  les « professionnels de la profession » à bouder « The Artist » aux César.

    artist1.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011

    Un succès amplement mérité dont je me réjouis d'autant plus que j'avais eu un énorme coup de coeur pour ce film dès sa première projection cannoise et d'autant plus compréhensible que "The Artist" (dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici) est un vibrant hommage au cinéma (et au cinéma américain), à sa magie étincelante, à son histoire, mais aussi et avant tout aux artistes, à leur orgueil doublé de solitude, parfois destructrice. Des artistes qu’il sublime, mais dont il montre aussi les troublantes fêlures et la noble fragilité. Quant à Jean Dujardin, il y est flamboyant puis sombre et poignant, parfois les trois en même temps. Il fait passer dans son regard (et par conséquent dans celui du spectateur), une foule d’émotions, de la fierté aux regrets,  de l’orgueil à la tendresse, de la gaieté à la cruelle amertume de la déchéance.  Il faut sans doute beaucoup de sensibilité, de recul, de lucidité et évidemment de travail et de talent pour parvenir à autant de nuances dans un même personnage (sans compter qu’il incarne aussi George Valentin à l’écran, un George Valentin volubile, excessif, démontrant le pathétique et non moins émouvant enthousiasme d’un monde qui se meurt). Il avait déjà prouvé dans « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia qu’il pouvait nous faire pleurer.  Il confirme ici l’impressionnant éclectisme de sa palette de jeu et d'expressions de son visage...un rôle qui le fait d'ores et déjà entrer dans l'Histoire du cinéma avec, nous lui souhaitons, l'apothéose à Los Angeles, le 26 février prochain.

    artist.jpg

     Avec 10 nominations, "The Artist" est devancé d'une nomination par "Hugo Cabret" de Scorsese.

    Je me réjouis également des trois nominations pour Woody Allen avec "Minuit à Paris "(meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original), également un film hommage au pouvoir de l'imaginaire...et d'une certaine manière au cinéma, un film un peu oublié qui est pourtant un de mes grands coups de coeur de cette année 2011 et dont vous pouvez retrouver ma critique, ici.

    On remarquera également l'absence incompréhensible de Leonardo DiCaprio pour "J.Edgar" de Clint Eastwood (raison de date de sortie?), décidément maudit des Oscars après celui qui aurait dû lui revenir pour "Shutter island" de Martin Scorsese.

    Vous pourrez bien entendu retrouver le palmarès des César 2012 ici et sur mon nouveau site http://inthemoodlemag.com .

    Meilleur film

     The Artist de  Michel Hazanavicius

     The Descendants d' Alexander Payne

     La Couleur des sentiments de Tate Taylor

     Le stratège de Bennett Miller

    Cheval de guerre de Steven Spielberg

    The Tree of life de Terrence Malick

    Minuit à Paris de Woody Allen

    Extrêmement fort et incroyablement près de Stephen Daldry

    Hugo Cabret de Martin Scorsese

     Meilleur réalisateur

     Michel Hazanavicius (The Artist)

     Martin Scorsese (Hugo Cabret)

    Alexander Payne (The descendants)

    Woody Allen (Minuit à Paris)

    Terrence Malick (The tree of life)

     Meilleur acteur

     Brad Pitt – Le stratège

     Gary Oldman – La Taupe

     George Clooney - The Descendants

     Jean Dujardin - The Artist

     Demian Bechir - A better life

     Meilleure actrice

     Meryl Streep – La Dame de Fer

     Michelle Williams - My Week With Marilyn

    Viola Davis – La Couleur des sentiments

    Glenn Close - Albert Nobbs

    Rooney Mara - Millenium

     Meilleur second rôle masculin

     Christopher Plummer - Beginners

     Jonah Hill – Le Stratège

     Kenneth Branagh - My Week With Marilyn

    Nick Nolte - Warrior

    Max Von Sidow - Extrêmement fort et incroyablement près

     Meilleur second rôle féminin

     Bérénice Bejo - The Artist

     Jessica Chastain – La Couleur des sentiments

     Melissa Mccarthy – Mes Meilleures amies

    Octavia Spencer – La Couleur des sentiments

    Janet McTeer- Albert Nobbs

     Meilleur Scénario original

     The Artist - Michel Hazanavicius

     Mes Meilleures amis - Annie Mumolo, Kristen Wiig

     Minuit à Paris - Woody Allen

    Margin Call - JC Chandor

    Une séparation - Asghar Farhadi

     Meilleur Scénario adapté

     The Descendants - Alexander Payne, Nat Faxon, Jim Rash

    La Taupe - Bridget O'Connor, Peter Straughan

    Hugo Cabret - John Logan

    Le stratège - Steve Zaillant et Aaron Sorkin

    Les marches du pouvoir - George Clooney et Grant Heslov

     Meilleur film en langue étrangère

    Sous terre de Agnieszka Holland (Pologne)

     Bullhead de Michael R. Roskam (Belgique)

    Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau (Canada)

     Une Séparation d' Asghar Farhadi (Iran)

    Footnote de Joseph Cedar (Israël)

    Meilleur film d'animation

     Rango de Gore Verbinski

    Une vie de chat

    Chico et Rita

    Kung Fu Panda 2

    Le chat potté

     Meilleure technique cinématographique

     Guillaume Schiffman - The Artist

    Jeff Cronenweth - Millenium

    Robert Richardson - Hugo Cabret

    Emmanuel Lubezki - The Tree of Life

    Janusz Kaminski - Cheval de Guerre

     Meilleure direction artistique

     The Artist

    Harry Potter et les Reliques de la Mort - Partie 2

    Hugo Cabret

    Cheval de Guerre

     Meilleurs costumes

     Anonymous

    The Artist

    Hugo Cabret

    Jane Eyre

    W.E

     Meilleur documentaire

     Hell and back again

    If a tree falls

    Paradise Lost 3 : purgatory

    Pina

    Undefeated

     Meilleur court-métrage documentaire

     The barber of Birmingham

    God is the bigger Elvis

    Incident in New Baghdad

    Saving Face

    The Tsunami and the Cherry Blossom

     Meilleur court-métrage

     Pentecost

    Raju

    The Shore

    Time Freak

    Tuba Atlantic

     Meilleur montage

     The Artist

    The descendants

    Millenium

    Hugo Cabret

    Le stratège

     Meilleur maquillage

     Albert Nobbs

    Harry Potter et les Reliques de la Mort 2

    La dame de fer

     Meilleure musique originale

     Ludovic Bource pour The Artist

    John Williams pour Tintin et les secret de la Licorne

    Howard Shore pour Hugo cabret

     Alberto Iglesias pour La taupe

    John Williams pour Cheval de Guerre

     Meilleure chanson originale

     Man or Muppet (Les Muppets)

    Real in Rio (Rio)

     Meilleur mixage

     Millenium

    Hugo Cabret

    Le stratège

    Transformers 3

    Cheval de Guerre

     Meilleur son

     Drive

    Millenium

    Hugo Cabret

    Transformers 3

    Cheval de Guerre

     Meilleurs effets spéciaux

     Harry Potter 7 - partie 2

    Hugo Cabret

    Real Steel

    La planète des singes origines

    Transformers 3