Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • "Les Adoptés" de Mélanie Laurent: prix du jury et prix du public du Festival de Saint Jean de Luz

    saintjeandeluzcloture 116.JPG

    Photos ci-dessus et ci-dessous prises par Inthemoodforcinema.com lors du Festival de Saint Jean de Luz

    saintjeandeluzcloture 032.JPG

    C'est à Saint Jean de Luz, au Festival International des Jeunes Réalisateurs( http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/10/18/festival-international-des-jeunes-realisateurs-de-saint-jean.html ) que j'ai découvert le premier film réalisé par Mélanie Laurent "Les Adoptés" qui sortira en salles, le 23 novembre prochain.

    C’est en adoptes.jpgeffet Mélanie Laurent qui a fait l’ouverture du festival avec « Les Adoptés », également en compétition, qui a reçu le prix du jury et le prix du public, 10 ans après avoir été elle-même membre du jury du festival. 

    "Les Adoptés", c'est l’histoire d’une famille de femmes unies par un bel et fragile équilibre qui se rompra quand l’une d’entre elles tombera amoureuse. Elles n’auront pas le temps de le reconstruire, un drame frappant l’une d’elles qui se retrouve dans le coma.

    Il faudra alors vivre avec l’absence et le manque, s’adopter (il s’agit bien évidemment ici d’une adoption symbolique), tisser des liens nouveaux, un nouvel équilibre peut-être encore plus fort car soudé par le drame…

     Mélanie Laurent a "le malheur" d’être polyvalente : elle chante (avec talent), joue, réalise, et a même présenté la cérémonie d’ouverture du Festival de Cannes, ce qui est forcément mal vu dans un pays où on souhaite mettre dans  des cases y compris les personnes joliment inclassables mais ce qui montre surtout qu’elle est une artiste à part entière, guidée par le désir de créer (elle avait d'ailleurs même été sélectionnée à Cannes avec son court-métrage "De moins en moins"). Je suis d'ailleurs assez consternée par les commentaires de ceux qui n'ont pas vu le film, ne daigneront pas aller le voir mais qui sont déjà persuadés qu'il est mauvais (il faudra d'ailleurs qu'ils m'en expliquent la raison: le film d'un réalisateur inconnu provenant d'une contrée éloignée et méconnue bénéficie forcément de plus d'indulgence que celui d'une actrice connue censée visiblement n'être là que grâce à son nom mais pourquoi ne pourrait-on pas lui laisser le bénéfice du doute, au moins?),  confirmant ainsi la justesse de sa récente mise en cause de la critique (comme si critiquer négativement et avec cynisme était synonyme d'esprit critique). Critiquer sera de toutes façons toujours plus facile et vain que créer...

     Elle dit que ce sont avant tout les idées de mise en scène qui l’ont conduite à réaliser ce film, et c’est ce qui en fait la grande qualité et la faiblesse. La réalisation est sensible, inspirée, et témoigne d’un vrai regard de cinéaste, très influencée par le cinéma indépendant américain. Elle revendique par ailleurs trois références: la comédie dramatique "Garden State" de Zach Braff, "Punch-drunk love" de Paul Thomas Anderson et "Morse" de Tomas Alfredson.

     Elle fait alterner humour et larmes avec sensibilité, et sa réalisation est lumineuse, portée par des comédiens de talent malheureusement encore peu connus (Marie Denarnaud et Denis Ménochet) à tel point que Mélanie Laurent qui ne souhaitait pas jouer au préalable à dû s’y résoudre pour que le film puisse être monté, une réalisation lumineuse qui vient contrebalancer la dureté du sujet, le tout porté par la douceur des Nocturnes de Chopin.

    Un film lumineux et tendre sur un sujet grave, qui n’échappe pas à quelques longueurs mais en tout cas très prometteur pour la suite. Peut-être le fait que le sujet ne soit pas personnel (mais c'était là une volonté de sa part que de traiter d'un sujet qui ne soit pas personnel) explique-t-il que ce petit plus  qui rende un film marquant et poignant lui fasse défaut.

     Mélanie Laurent a également eu la bonne idée de tourner à Lyon sans que le lieu soit pour autant clairement identifiable, sa caméra étant principalement centrée sur ses acteurs principaux, leurs émotions. « On fait des films pour soi avec des équipes, avec des acteurs mais aussi pour le public. Et pour moi donc c’est le plus beau des prix » a-t-elle déclaré en recevant son prix du public. Un conte solaire, d'une gravité joliment et lumineusement mélancolique, que je vous recommande.

    Retrouvez ci-dessous mes vidéos prises au Festival de Saint Jean de Luz, lors de la présentation du film par Mélanie Laurent et lors de la remise des prix et en bonus, le clip de sa chanson "En t'attendant" qui me trotte dans la tête depuis un moment.

     

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 1 commentaire
  • Plus de 2 millions de spectateurs pour "Polisse" de Maïwenn et plus de 5 millions pour "Intouchables"

    mersi.png

    Je vous parle ici rarement du nombre d'entrées des films, la qualité cinématographique n'en étant malheureusement pas toujours synonyme contrairement à "Polisse" dont je vous avais déjà parlé lors du Festival de Cannes où je l'ai découvert, en compétition, puis lors du Festival Paris Cinéma dont il a fait l'ouverture. Je vous l'avais alors vivement recommandé (vous retrouverez, ainsi, ci-dessous, ma critique et les photos et vidéos prises lors du Festival Paris Cinéma et de la conférence de presse du Festival de Cannes).

    "Polisse" vient ainsi de dépasser les 2 millions d'entrées et "Intouchables" les 5, 6 millions en deux semaines seulement. Si le premier m'a particulièrement enthousiasmée, j'avoue que je reste assez perplexe devant l'engouement critique pour le second (même si je comprends que le public se soit déplacé en grand nombre pour un film qui est extrêmement drôle, sans doute salutaire dans une période de morosité) qui, malgré sa drôlerie, malgré le jeu  des comédiens, par un tour de passe-passe qui a consisté à mettre l'accent sur le message du film (auquel on ne peut qu'adhérer, la leçon d'espoir, de tolérance, l'histoire d'amitié improbable et d'autant plus touchante, l'absence d'apitoiement) pour faire oublier les lacunes cinématographiques de ce conte des temps modernes (une mise en scène qui n'a rien d'exceptionnel, des personnages secondaires tout de même très caricaturaux, et un scénario qui s'apparente à une suite de sketchs, certes très réussis). "The Artist" de Michel Hazanavicius aurait pour moi davantage mérité ce succès phénomènal, lequel n'avoisine "que" les 1 500000 spectateurs, un succès néanmoins parait-il exemplaire pour un film muet en noir et blanc...et surtout Jean Dujardin mériterait 100 fois plus un César (et un Oscar d'ailleurs) qu'Omar Sy qui est certes irrésistible dans "Intouchables" mais ne livre pas une performance aussi exceptionnelle que le premier.

    J'entends ici et là que nous avons "enfin" du bon cinéma français. C'est oublier un peu vite que Resnais et Téchiné (malgré son décevant dernier film), parmi d'autres, sont encore bien vivants et que le cinéma français compte les plus grands chefs d'oeuvre dans son Histoire... Des succès néanmoins réjouissants pour la création et pour le cinéma français...

    pariscine5.jpg

     

     

    polisse1.jpg

    polisse2.jpg

    polisse3.jpg

    polisse4.jpg

    « Polisse » est le troisième long métrage de Maïwenn  après « Pardonnez-moi » (2006) et « Le bal des actrices » (2009).  J’étais restée particulièrement sceptique devant «Le  Bal des actrices » , film sur les masques et  les mensonges des actrices  dans lequel Maïwenn nous impose sa propre vérité, un bal dont elle est la reine et la manipulatrice, un bal dans lequel le cinéma est montré comme un théâtre masqué, un monde de faux-semblants dans lequel les actrices sont toutes malheureuses, narcissiques, prétentieuses et pour se dédouaner de s'être attribuée le beau rôle, Maïwenn lors d'une scène finale (lors de laquelle toutes les actrices sont réunies pour voir son documentaire) devance toutes les critiques, ses actrices lui adressant les reproches que pourrait lui faire la critique. Bref, je craignais le pire avec le sujet ô combien sensible de ce troisième long métrage.

     Connaissant l’intrigue et le dénouement, j’étais curieuse de voir si je serais à nouveau embarquée, touchée, parfois agacée… et je dois avouer qu’à cette deuxième vision l’émotion, surtout, était tout autant au rendez-vous qu’à la première.

    Synopsis : « Polisse » suit le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) : gardes à vue de pédophiles,  arrestations de pickpockets mineurs, auditions de parents maltraitants, dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables. En parallèle, Maïwenn montre les répercussions sur la vie privée de chacun de ces policiers et l’équilibre précaire entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Mélissa ( Maïwenn) est mandatée par le Ministère de l’Intérieur pour réaliser un livre de photos sur la brigade. Ce regard va révéler les fêlures de Fred (Joeystarr), le plus écorché vif de la brigade.

    Les premières minutes nous montrent une petite fille décrivant avec sa candeur enfantine les attouchements que son père lui a ou aurait fait subir (nous ne saurons pas vraiment). Quelques scènes plus tard, nous retrouvons les policiers de la BPM qui, à la cantine, racontent leurs histoires de couples, avec une certaine crudité, à la fois pour désamorcer la violence de ce qu’ils entendent au quotidien, mais aussi parce que cette violence a des répercussions inévitables sur leur vie privée.

      C’est avant tout eux que la caméra de Maïwenn va suivre, nous immergeant dans leur douloureux quotidien. Douloureux parce que difficile d’entendre des horreurs toute la journée et de ne pas en ressortir écorché, voire blessé, ou même meurtri. Douloureux parce que la vie privée devient chaotique quand la vie professionnelle est aussi rude et vorace, et exige un tel dévouement dont il est impossible de ressortir indemne. Douloureux parce que les blessures des autres ravivent les leur.

    Lors de la première projection à Cannes, je vous avais dit avoir été partagée entre émotion et scepticisme, agacement et admiration mais j’avoue que cette fois l’émotion et l’admiration ont dominé. Emotion parce que la caméra de Maïwenn capte et esquisse admirablement des portraits de pères, de mères, d’hommes, de femmes, d’enfants, désemparés face à la douleur indicible mais aussi la glaçante épouvante de ceux qui avouent les pires horreurs avec le sourire et une terrible « innocence », inconscients de celle qu’ils ont bafouée (Terrifiante déclaration du personnage d’Audrey Lamy inspirée comme tous les autres faits de ce film, de faits réels). Emotion parce qu’il est impossible de rester insensible devant, par exemple, cette scène douloureusement réaliste de cet enfant arraché à sa mère parce qu’il est impossible de leur trouver un foyer à tous deux. Emotion lorsque par un frôlement de main, une danse d’abandon, surgit une tendresse si longtemps contenue. Emotion parce que la scène finale d’une logique tragiquement implacable vous saisit d’effroi.

    Admiration parce que Maïwenn en quelques plans, parfois juste le temps d’une déclaration à la police, nous raconte toute une histoire, un passé sombre et un avenir compromis. Admiration parce qu’elle tire des acteurs et surtout actrices, le meilleur d’eux-mêmes : Sandrine Kiberlain bouleversante,  Karin Viard insaisissable, touchante puis presque effrayante,  et que dire de Marina Foïs, remarquable dans le rôle de ce personnage de policier, le plus intéressant, abimé, fragile, désorienté. Même Joeystarr dont la prestation dans « Le bal des actrices » ne m’avait pas convaincue, est ici particulièrement touchant dans son rôle de flic bourru au cœur tendre qui s’implique émotionnellement dans chaque « cas ».

    Alors pourquoi étais-je aussi sceptique et agacée suite à la projection cannoise ? Sceptique parce que le personnage qu’incarne Maïwenn qui se cache derrière ses grandes lunettes, son chignon, qui passe des beaux quartiers aux quartiers plus populaires, semble une nouvelle fois une manière de se dédouaner, de se donner le beau rôle, de se mettre en scène sans que cela soit forcément nécessaire. Il faut avouer que, suite à cette deuxième projection, j’ai trouvé que son personnage qui certes parfois sourit un peu trop béatement, apporte une certaine fraîcheur, un regard extérieur et est une vraie trouvaille scénaristique pour permettre au personnage de Joeystarr d’évoluer et de révéler une autre facette de sa personnalité. C’est aussi un moyen d’explorer à nouveau la mise en abyme.  C'est d’ailleurs après avoir vu un documentaire à la télévision sur le travail des policiers chargés de protéger les mineurs, qu'elle a eu l'idée d'en faire un film.

     Agacée par ce style faussement réaliste (Lors de la conférence de presse des lauréats à Cannes, Maïwenn s’est énervée suite à la question d’un journaliste qui, à propos de son film, parlait de style semi-documentaire) qui recrée une réalité et forcément l’édulcore pour faire surgir une réalité qui forcément n’en est pas totalement une. Agacée parce que Maïwenn par moments semble nous refaire « Le bal des actrices » et plus soucieuse de leurs performances que du réalisme (peut-être aurait-il été plus judicieux d’utiliser uniquement des comédiens inconnus) mais après cette deuxième projection, je reconnais que tous les acteurs sans exception, sont absolument remarquables et que Maïwenn est incontestablement douée pour la direction d’acteurs sachant tirer ici le meilleur de chacun (les « témoignages » d’anonymes sont saisissants).

    Agacée parce que parfois la caméra s’attarde un peu trop, et nous prend en otage, ou parce que parfois elle semble privilégier ou du moins hésiter entre l’effet de style ou l’émotion et le réalisme (comme la scène des enfants qui dansent dans le bus). Agacée parce que, à l’image de son titre, cela frôle alors l’artificiel. Polisse écrit par un enfant. Polisse mais surtout pas « policé ». Polisse parce qu’il y avait déjà le PoliCe de Pialat.

    Avec ce troisième film, Maïwenn veut à nouveau faire surgir la vérité, « peindre les choses cachées derrière les choses » pour reprendre une célèbre réplique d’un non moins célèbre film de Marcel Carné. En voulant parfois trop mettre en valeur ses actrices (ou elle-même), elle nuit justement à cette vérité nous rappelant trop souvent que « c’est du cinéma », alors qu’elle retranscrit malheureusement surtout une sombre réalité. Il n’en demeure pas moins que c’est un bel hommage à ces policiers de la BPM, à leur dévorant métier et leur dévouement,  un constat effroyable sur la noirceur humaine, et il n’en demeure pas moins que la fin est bouleversante de beauté tragique et de lyrisme dramatique : ces deux corps qui s’élancent, et font éclater ou taire la vérité, inadmissible, et éclater ou taire l’espoir. Un film agaçant, intense, marquant, bouleversant, parfois même (sombrement) drôle.

    A cette deuxième vision, la qualité de la réalisation (caméra nerveuse qui épouse la tension palpable), et surtout l’écriture m’ont particulièrement marquée, sans doute la raison pour laquelle Maïwenn condamnait cette définition de semi-documentaire. Le film est extrêmement construit, les dialogues sont particulièrement efficaces et sans doute certains les trouveront trop écrits, en contradiction avec l’impression de réalisme auquel ils ne nuisent néanmoins pas. Chaque scène de chaque personnage, qu’il soit au premier ou au second plan, dit quelque chose du dénouement concernant ce personnage et il faut dire que Maïwenn et sa coscénariste Emmanuelle Bercot manient brillamment le film choral aidées par un brillant montage qui fait alterner scènes de la vie privée et scènes de la vie professionnelle, les secondes révélant toujours quelque chose sur les premières, ces deux familles se confondant parfois. Pialat, Tavernier, Beauvois, Marchal avaient chacun à leur manière éclairer une facette parfois sombre de la police. Il faudra désormais compter avec le « Polisse » de Maïwenn dont le prix du jury cannois était en tout cas entièrement justifié.

    Cliquez ici pour lire le compte rendu de la conférence de presse cannoise de « Polisse ».

    conférence de presse Maïwenn 011.JPG

    conférence de presse Maïwenn 014.JPG

    conférence de presse Maïwenn 017.JPG

    conférence de presse Maïwenn 018.JPG

    conférence de presse Maïwenn 019.JPG

     

    conférence de presse Maïwenn 023.JPG

    conférence de presse Maïwenn 006.JPG

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 3 commentaires
  • Critique - "Un balcon sur la mer" de Nicole Garcia, ce soir, à 20H55, sur Canal +

    Ce soir sur Canal +, vous pourrez (re)voir un de mes coups de coeur cinématographiques de l'an dernier, "Un balcon sur la mer" de Nicole Garcia, avec un Jean Dujardin tout aussi inattendu que dans "The Artist", deux rôles d'ailleurs très différents qui prouvent la diversité de son talent. Retrouvez ma critique d' "Un balcon sur la mer" ci-dessous.

    balcon1.jpg

    Quatre ans après « Selon Charlie » (alors injustement malmené par la critique, notamment lors de sa présentation en compétition du Festival de Cannes), Nicole Garcia revient en tant que réalisatrice avec « Un balcon sur la mer » dans lequel Marc (Jean Dujardin), marié à un professeur (Sandrine Kiberlain), et père d’une petite fille, est agent immobilier dans le Sud de la France. Il mène une vie paisible et confortable jusqu’au jour où, lors d’une visite immobilière, il rencontre une femme mystérieuse (Marie-Josée Croze) représentant un acquéreur. Il pense reconnaître en cette femme énigmatique au charme envoûtant Cathy, l’amour de ses 12 ans, alors qu’il vivait en Algérie, à la fin de la guerre d’indépendance. Après une nuit d’amour la jeune femme disparait et le doute s’empare de Marc sur la réelle identité de cette dernière. Va alors débuter pour lui une quête. Amoureuse et identitaire. En partant à se recherche, c’est avant tout son propre passé enfoui qu’il va (re)trouver.

    balcon2.jpg

    Une nouvelle fois, Nicole Garcia se penche sur l’enfance, ce qu’il en reste, et sur les méandres de la mémoire et la complexité de l’identité. Tout en finesse. Avec une lenteur appréciable quand le cinéma vise de plus en plus l’efficacité, oubliant d’ailleurs qu’elle n’est pas forcément synonyme de fracas et de vitesse mais parfois de silences et de lenteur, oubliant que le message ou le sujet qu’il véhicule n’en a que plus de force en s’immisçant plutôt qu’en s’imposant bruyamment.

    Ce « balcon sur la mer » est à l’image de la lumière du sud dont il est baigné, d’abord éblouissante puis laissant entrevoir la mélancolie et la profondeur, plus ombrageuse, derrière cette luminosité éclatante, laissant entrevoir aussi ce qui était injustement resté dans l’ombre, d’une beauté a priori moins étincelante mais plus profonde et poignante.

     A l’image de la mémoire fragmentaire et sélective de Marc, le passé et la vérité apparaissent par petites touches, laissant sur le côté ce qui devient secondaire. Ainsi peut-on d’abord regretter le caractère elliptique du scénario, par exemple concernant la vie conjugale de Marc, mais cette ellipse se révèle avec le recul un judicieux élément dramatique puisque notre point de vue épouse alors celui de Marc. Sa femme est effacée comme son présent s’efface pour laisser place au passé qui ressurgit. Avec lui, on chemine vers ce balcon sur la mer, vers ce lieu de l’enfance perdue.

    Sans doute la présence de Jacques Fieschi, coscénariste (et notamment ancien scénariste de Claude Sautet) n’y est-elle pas étrangère, mais Nicole Garcia est une des rares à savoir raconter des « histoires simples » qui révèlent subtilement la complexité des « choses de la vie ». Des idées simples de mise en scène mais qui ont toutes une réelle signification comme ces souvenirs (re)vus à hauteur d’enfant, laissant les adultes et parfois la violence dans les limbes de la mémoire. Une manière délicate de dire l’indicible. De montrer simplement toute l’ambivalence humaine comme le personnage de Marie-Josée Croze qui multiplie ainsi les identités : celle qu’elle endosse en tant que prête-nom, celle qu’elle endosse pour Marc, jouant donc constamment un rôle dans la vie avant de le faire sur scène débarrassée de ses artifices. C’est paradoxalement en jouant qu’elle se trouvera elle-même. En cela, « Un balcon sur la mer » est aussi une véritable mise en abyme de l’imaginaire et donc du cinéma, un hommage à leur pouvoir salvateur.

    La plus grande réussite du film c’est néanmoins sans aucun doute les choix de Jean Dujardin et Marie-Josée Croze dans les rôles principaux. Le premier incarne Marc à la perfection, traduisant avec beaucoup de justesse et de nuances les doutes de cet homme qui retrouve son passé, son enfance et ainsi un ancrage dans le présent. Il rend son personnage touchant et bouleversant sans jamais forcer le trait et montre une nouvelle fois la large palette de son jeu (ici à mille lieux  de 0SS 117 dans lequel il excellait pourtant également), encore inexplorée. Face à lui, Marie-Josée, Croze est plus mystérieuse et incandescente que jamais après le mésestimé « Je l’aimais » de Zabou Breitman. De leur couple se dégage beaucoup de charme, de mystère, mais aussi une forme d’innocence qui renvoie à l’enfance.

    En toile de fond, l’Algérie, sa violence et la nostalgie qu’elle suscite, et la ville d’Oran où a vécu Nicole Garcia enfant (et d’ailleurs également Jacques Fieschi). Une violente nostalgie qui est aussi celle de ces souvenirs d’enfance et de ces doux regrets qui ressurgissent brutalement et submergent, dans ce sens « Un balcon sur la mer » est un film à la fois très personnel et universel. Le balcon sur la mer :  c’est cet endroit secret de nos mémoires qui donne sur les souvenirs d’enfance enfouis, dont la réminiscence est tantôt douloureusement heureuse ou joyeusement douloureuse mais jamais exempte d’émotion. Un balcon sur la mer dont je vous engage à aller respirer l’air iodé. Un subtil thriller sentimental au parfum doux, violent et enivrant des souvenirs d’enfance.

    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire
  • Inthemoodforcinema.com sélectionné pour le prix des blogueuses du magazine ELLE catégorie cinéma: comment et pourquoi voter pour ce blog

    inthemoodelle.jpg

    En quoi consiste le prix des blogueuses Elle?

    ellemag.jpg

    Aujourd'hui, j'ai eu le plaisir d'apprendre qu'Inthemoodforcinema.com avait été sélectionné par la rédaction du magazine Elle et de Elle.fr parmi les 120 blogs dont les 10 blogs cinéma choisis pour participer au prix des blogueuses Elle, un magazine que je lis depuis longtemps (j'ai d'ailleurs fait partie de son jury des lectrices il y a deux ans), ce qui me réjouit donc tout particulièrement...et c'est maintenant que vous entrez en action puisque seront remis deux prix: un prix de la rédaction Elle et un prix des internautes.

    Comment voter pour inthemood?

    Si vous aimez ce blog, c'est le moment de le prouver, cela ne vous demandera que deux secondes et vous pouvez voter chaque jour, une fois par jour, jusqu'au 2 décembre 2011, minuit, en allant sur cette page: http://www.elle.fr/Site/Grand-Prix-des-Blogueuses-ELLE-2011/(blog)/in-the-mood-for-the-cinema. Une simple confirmation par email vous sera demandée (pour éviter les fraudes). Ne vous en privez pas et n'hésitez pas à faire passer le message. Je ne suis en général pas très douée pour ce genre de mobilisation alors je compte sur vous, nombreux à lire ce blog depuis longtemps. Bien sûr, on n'écrit pas pour recevoir des prix mais j'avoue qu'une telle sélection fait plaisir, surtout que le principe du blog est tout de même d'échanger et de partager et que remporter ce concours me permettrait d'élargir encore le lectorat de ce blog (et rêve de petite fille qui a certes bien grandi, d'être dans le magazine que je lis depuis si longtemps) .

    Pourquoi voter pour inthemood? Comment est né ce blog et en quoi se différencie-il des autres?

    Pour ceux qui découvriraient le blog à cette occasion, une courte présentation et quelques articles emblématiques.

     Ce blog (et mes 3 autres dont deux sur le cinéma: http://www.inthemoodforcannes.com, http://www.inthemoodfordeauville.com ) est guidé par la passion avant tout, sa devise a d'ailleurs longtemps été empruntée à Saint-Augustin : "Il vaut mieux se perdre dans sa passion que perdre la passion". Deux passions viscérales  en réalité, pour le cinéma et l'écriture, qui m'ont permis de vivre d'enrichissantes et incroyables aventures. J'ai ainsi été 10 fois sélectionnée comme jurée de festivals de cinéma, depuis 1998, (Dinard, Deauville, Cognac, Paris, Cabourg...) suite à des concours d'écriture. J'ai alors décidé de créer ces blogs pour partager ces palpitantes et incroyables aventures et mes coups de coeur pour des films que je découvrais dans ces festivals mais aussi pour laisser libre cours à ma passion dévorante pour l'écriture.

    Une passion telle que, après des études de droit et sciences politiques, j'ai entrepris un second cursus, en médiation culturelle et cinéma pour devenir scénariste (un parcours sinueux et semé d'embûches mais je m'accroche). J'ai d'abord créé Inthemoodforcinema.com (auparavant "Mon festival du cinéma") il y a 8 ans puis "In the mood for Cannes" (assistant au Festival de Cannes chaque année, quoiqu'il arrive, depuis ma participation au prix de la jeunesse, il y a 11 ans et première blogueuse à y avoir été accréditée presse en tant que telle il y a quelques années) et "In the mood for Deauville" (consacré au Festival du Cinéma Américain de Deauville, auquel j'assiste depuis...18 ans, et à l'origine de ma passion, mais aussi consacré au Festival du Film Asiatique de Deauville, deux festivals dont j'ai fait partie de jurys de cinéphiles.) Je parle également beaucoup de ces festivals, Deauville et Cannes, sur inthemoodforcinema.com, mais aussi de beaucoup d'autres où j'ai également la chance de pouvoir retourner depuis ma participation à leurs jurys.

     Aujourd'hui, mes blogs créés pour partager ces aventures en suscitent à leur tour et m'ont ainsi permis réemment d'être invitée au Festival Lumière de Lyon pour débattre d'internet et de cinéphilie ou encore au Festival des Jeunes Réalisateurs de Saint Jean de Luz, à chaque fois de magnifiques expériences entraînant toujours de belles rencontres et découvertes cinématographiques que je me réjouis toujours autant de partager sur mes blogs. Je couvre de nombreux évènements comme les César (auxquels j'ai la chance d'assister depuis 3 ans), des avant-premières. Je réalise des interviews (j'ai ainsi eu l'honneur et la chance d'interviewer notamment Catherine Deneuve cette année) et assiste à de nombreuses conférences de presse (que je filme également comme celle de Coppola au dernier Festival de Deauville...grand moment). Je parle de classiques du septième art (mes goûts vont d'Hitchcock, Woody Allen, Claude Sautet, Jean Renoir, Jean-Pierre Melville, Chaplin à James Gray ou Pedro Almodovar et je peux défendre aussi ardemment un film d'auteur qu'un blockbuster, même si le premier aura certes plus de chances de me plaire, mais je déteste par-dessus tout les préjugés et toutes les cinématographiques sont les bienvenues sur ce blog)...Le but est vraiment d'immerger le lecteur "in the mood for cinema", de le plonger au coeur de l'évènement.  Je mets l'accent avant tout sur l'écriture essayant de faire de chaque compte-rendu un vrai récit, mais je mets aussi (encore une fois) avant tout l'accent sur la passion, considérant que le cynisme en vogue est la solution de facilité.

    Actuellement, je travaille à la création d'un blog/site internet plus généraliste mais sur lequel le cinéma sera (évidemment!) prépondérant et sur lequel l'écriture prendra d'autres formes mais je vous en parlerai  plus en détails très bientôt.

     Vous pourrez en savoir plus sur mon parcours, (ici: http://www.inthemoodforcinema.com/about.html )  , et en attendant, ci-dessous, vous trouverez quelques exemples d'articles emblématiques de ce blog et du ton, passionné et singulier, que j'espère parvenir lui donner:

    -Bilan du Festival de Cannes 2011: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/05/30/bilan-du-festival-de-cannes-2011-et-retour-sur-le-palmares-d.html

    cant111.jpg

    Photo inthemoodforcinema.com (Hommage du Festival de Cannes 2011 à Jean-Paul Belmondo)

    -Compte-rendu du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/09/17/bilan-du-festival-du-cinema-americain-de-deauville-2011.html

    deauville12011 032.JPG

    -Critique d'un (du) film de l'année "Melancholia" de Lars von trier: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/08/11/critique-de-melancholia-de-lars-von-trier-le-film-du-festiva.html

    melancholia8.jpg

    -Critique d'un classique du cinéma:: "Un coeur en hiver" de Claude Sautet: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/01/08/critique-de-un-coeur-en-hiver-de-claude-sautet-1992-avec-dan.html

    coeur5.jpg

    -Récit de ma rencontre avec Catherine Deneuve et l'équipe des "Yeux de sa mère" de Thierry Klifa: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/03/17/avant-premiere-critique-les-yeux-de-sa-mere-de-thierry-klifa.html

    yeux1.jpg

    -Le dossier du mois consacré à "The Artist" de Michel Hazanavicius: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/08/28/avant-premiere-critique-de-the-artist-de-michel-hazanavicius.html

    artist1.jpg

    Photo inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011

    -Critique de "Ludwig - Le Crépuscule des Dieux" de Luchino Visconti: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/07/19/critique-ludwig-le-crepuscule-des-dieux-de-luchino-visconti.html

    ludwig1.jpg

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX, LE BLOG "IN THE MOOD FOR CINEMA" DANS LES MEDIAS Pin it! 6 commentaires