Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Télégramme cannois, pronostics n°2: la palme d'or pour "Babel"?

    Cannes. 17H10. Le temps me manque car la cérémonie de clôture a lieu dans très peu de temps, 2H20 exactement,  mais je ressors de la projection de "rattrapage" de Babel et ce film m'a tellement bousculée que je tenais à écrire quelques trop courtes lignes. La mise en scène est volontairement destructurée, désorientée pour reflèter ce monde qu'il met en scène, un monde qui s'égare, qui peut basculer au monde geste , à la moindre seconde dans la violence irraisonnée, un monde qui n'a jamais communiqué aussi vite et mal, un monde que le l'on prend en pleine face, fascinés et horrifiés à la fois, un monde brillamment ausculté, décrit, un monde qui nous aveugle, nous assourdit, un monde de différences si semblables. Je vous en parlerai bientôt plus longuement tant il y a à dire sur ce film. Un grand film qui a toutes les qualités d'une palme d'or, qui à mon avis, domine la sélection, et à défaut  de palme d'or espérons qu'il obtiendra le prix du jury ou celui de la mise en scène!

    Pour le reste des pronostics, voir ci-dessous...et très bientôt mes commentaires sur le palmarès.

    Sandra.M

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2006 Pin it! 8 commentaires
  • Télégramme cannois: pronostics

    medium_cartonbis.jpg

    Est-ce parce qu'il s'agissait du dernier film de la sélection officielle? Est-ce l'ambiance si particulière du film en question qui a déteint sur le public du festival? Toujours est-il que la projection du Labyrinthe de Pan à 19H30 hier dans le grand théâtre Lumière a ensorcelé les festivaliers. Les applaudissements qui ponctuent chaque projection officielle, parfois juste polis, respectueux, conventionnels étaient passionnés et se sont agréablement éternisés suscitant les larmes de l'équipe du film, et les frissons de la salle. Une belle émotion s'est emparée du grand théâtre Lumière. Guillermo del Toro a su concilier le fond et la forme ce qui n'a pas été le cas de tous les films de la sélection dont la présence de certains en sélection officielle comme L'Ami de la famille (il ne suffit pas de singer Fellini pour faire un chef d'oeuvre...) me laisse encore perplexe.

    L'histoire du Labyrinthe de Pan se déroule en Espagne, en 1944. La guerre civile est finie depuis 5 ans. Carmen, récemment remariée, s'installe avec sa fille Ofélia chez son nouvel époux, le très autoritaire Vidal (Sergi Lopez), capitaine de l'armée franquiste. Alors que la jeune fille se fait difficilement à sa nouvelle vie, elle découvre près de la grande maison familiale un mystérieux labyrinthe. Pan, le gardien des lieux, une étrange créature magique et démoniaque, va lui révéler qu'elle n'est autre que la princesse disparue d'un royaume enchanté.
    Afin de découvrir la vérité, Ofélia devra accomplir trois dangereuses épreuves, que rien ne l'a préparé à affronter...

    Le labyritnhe de Pan est un conte fantastique qui ne perd pas le spectateur une seule seconde, une peinture allégorique du franquisme (le réalisateur dit s'être inspiré des peintures de Goya) vu par une petite fille qui pour affronter cette dure réalité va s'évader dans un monde imaginaire dont les monstres sont finalement plus inoffensifs que ceux qu'elle croise dans la réalité. Le véritable monstre est en effet le capitaine Vidal. Par un montage habile, les deux univers sont astucieusement mêlés et mis en parallèle. Au final, c'est un conte enchanteur pour adultes qu pourra aussi ravir les enfants. La preuve qu'il n'est pas besoin de faire Flandres et de choquer pour susciter la réflexion...comme Bruno Dumont semble en être persuadé mais je reviendrai sur ce film dans un prochain article.

    Je vous parlerai également bientôt plus longuement du Labyrinthe de Pan de même que de tous les autres de la sélection officielle mais en attendant voici mes pronostics et mes préfèrences, en bref:

    En précisant que je n'ai pas vu Marie-Antoinette et Babel, l'un et l'autre étant cités pour la palme d'or même si pour le premier malgré une mise en scène très réussie, on évoque un scénario un peu léger, les 3 films qui m'ont le plus enchantée, charmée, émue, fait réfléchir, parfois les 4 en même temps sont Indigènes, Le vent se lève, le labyritnhe de Pan. La double lecture du Labyrinthe de Pan en ferait une palme d'or intéressante, à la fois film politique comme le festival les aime et conte fantastique comme on imagine que Wong Kar Wai pourrait les aimer.  Sergi Lopez pourrait également prétendre au prix d'interprétation masculine. D'ailleurs la guerre et la politique ont été omniprésents dans cette sélection officielle et le biais singulier par lequel ils sont abordés ici pourrait remporter les suffrages du jury, à défaut a en tout cas il a remporté les miens et ceux de beaucoup de festivaliers. Il serait très étonnant qu'Almodovar ne figure pas au palmarès, et pour lui probablement très décevant. On parle beaucoup de Pénélope Cruiz qui mériterait en effet le prix d'interprétation féminine, ce qui serait également une manière de primer le réalisateur et son film qui a enchanté beaucoup de festivaliers. Pour le prix d'interprétation on peut également songer aux acteurs de Red road. Pour ma part je verrais bien 4 prix ex-aequo pour les acteurs principaux d'Indigènes. Remettre une palme d'or à ce film serait également un moyen de donner un écho mondial à ce vibrant hommage au tirailleurs. Pour le prix du scénario, Selon Charlie, Quand j'étais chanteur sont mes favoris, le Caïman pourrait être celui du jury, avec Moretti figurant une nouvelle fois au palmarès. Le  prix du jury va en général a un film un peu plus atypique, pourquoi pas les Climats dont la mise en scène est remarquable (ou alors plus logiquement le prix de la mise en scène) . Pour ma part, je verrai bien Summer Palace. Pour la mise en scène, on parle beaucoup de Marie -Antoinette, Volver et Babel.

    Une chose est certaine: le palmarès reste un mystère entier, si les années passées les palmes d'or de Michael Moore et Gus Van Sant n'ont pas réellement créé la surprise (même s'il était surprenant de remettre une palme d'or à un documentaire la rumeur courait déjà depuis plusieurs jours avant le palmarès) la diversité des films présentés cette année était telle qu'il est bien difficile de savoir quels films figureront au palmarès, si Wong Kar Wai préfèrera un cinéma plutôt semblable au sien, poétique et lyrique ou bien des films âpres et sujets à polémique comme Flandres ou Red road. Le jury choisira-t-il de donner à cette palme d'or une résonance politique dans la lignée du discours que Vincent Cassel  fit lors de la cérémonie d'ouverture (et auquel une palme d'or pour Indigènes par exemple serait un formidable écho? Choisira-t-il de primer des acteurs professionnels au talent reconnu comme Gérard Depardieu ou Penelope Cruiz ou bien des débutants ou des acteurs non professionnels? Choisira-t-il de primer un cinéma classique ou un cinéma plus atypique, voire polémiste? La réponse dans quelques heures, avec mes impressions sur la cérémonie de clôture à laquelle je serai également.

    J'aimerais disserter encore longuement sur ce palmarès potentiel mais je dois vous laisser pour assister à la projection de "rattrapage" de Babel qui fera peut-être voler ces pronostics en éclat. Dès la semaine prochaine vous pourrez retrouver mes articles beaucoup plus approfondis comme le rythme éffréné de ce festival et son tourbillon de projections, d'émotions, de soirées ne m'en ont pas laissé le temps ici, avec des photographies,  mes commentaires sur le palmarès, sur tous les films que j'ai vus pendant le festival mais aussi sur ses soirées.

    N'hésitez pas à laisser vos commentaires et pronostics et à revenir sur ces pages pour retrouver très bientôt de nombreux articls plus dignes de ce nom sur cette édition 2006 du festival de Cannes.

    Sandra.M

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2006 Pin it! 4 commentaires
  • La rose pourpre de Cannes...

    La Croisette, 2H30. Les projections et les soirées se succèdent, malgré l’heure tardive la Croisette bruisse et fourmille plus que jamais. Je reviens de la soirée donnée à la suite de la projection du film Quand j’étais chanteur de Xavier Giannoli  et sur le chemin du retour j’observais ce spectacle étrange, cette foule bigarrée qui se montre, s’exhibe, parade, observe ce spectacle dont elle est partie intégrante. Comme dans La rose pourpre du Caire, je me demandais si je n’avais pas traversé l’écran pour me retrouver dans un film, un film de Fellini sûrement. D’une plage à une autre seule la musique change mais à l’entrée les mêmes vigiles qui vous toisent, les mêmes survoltés qui arguent de leur importance injustement méconnue pour entrer. D’une soirée à une autre on retrouve les mêmes visages jamais rassasiés,  les mêmes personnalités a priori d'univers si différents qui cosexistent, les mêmes assoifés...de soirées persuadés que la prochaine sera encore meilleure, et qui à peine entrés ont déjà le regard avide de la prochaine. Le tapis rouge est désert, et impassible avec son "certain regard" il semble regarder cela d’un œil narquois. Cette effervescence semble ne jamais devoir s’interrompre, moi-même j’ai l’impression que ce tourbillon festif et cinématographique ne cessera jamais, que je suis plongée dans une autre dimension dont je ne sortirai jamais, dont je n’ai finalement peut-être pas vraiment envie de sortir, si doucement euphorisante… Une projection succède à une autre, une soirée succède à une autre. La nuit n’existe plus. Cannes fait son cinéma. 24H/24. Un film exubérant, ridicule, touchant, excessif sûrement. Après Fellini la science-fiction. J’aurais tant à vous dire. J’aimerais épiloguer sur chaque soirée, chaque film plus encore, surtout sur l’incandescence poétique de Ca brûle le film lyrique de Claire Simon qui vous laisse un souvenir brûlant, un film sur la soif d'absolu, fatalement belle, certainement une des meilleures surprises de ce festival, présentée à la Quinzaine des réalisateurs, sur le vibrant et bouleversant hommage aux tirailleurs dans Indigènes de Rachid Bouchareb, mon favori de la sélection officielle dont la belle plus reconnaissance à ceux dont il retrace la tragique et héroîque destinée serait certainement de figurer au palmarès (Grand prix? Prix d'interprétation?), de la noirceur désespérée et désespérante de la plupart des films en compétition (certes Bruno Dumont avec Flandres veut dénoncer mais pourquoi alors toujours employer la même arme, la violence pour la condamner, le voyeurisme pour nous mettre face à nos propres faiblesses, n’est ce pas un peu surfait et facile ?), de ces réalisateurs qui sous prétexte de ne pas être mièvres deviennent glauques et pathétiques, qui sous prétexte d'éviter la banalité recourent à la même pseudo originalité, du public qui en a peut-être assez et probablement est-ce la raison des applaudissements éffrénés à l’issue de Quand j’étais chanteur, de la légèreté qui avait déserté la Croisette et qui s’en est de nouveau emparée ce soir, de la grâce de Gena Rowlands, de la fantaisie jubilatoire d’Almodovar et de ses personnages colorés et fantomatiques, de la dérision désenchantée et lucide de Moretti, de ce réalisateur dont je tairai le nom visiblement éméché qui a bien failli ne pas accéder au palais des festivals après une alertcation avec la sécurité obtus du palais, du film de Jacques Fieschi, La Californie dans lequel Nathalie Baye est une nouvelle fois magistrale, de ces films comme dont la sélection est totalement incompréhensible, de ce temps distendu que je voudrais suspendre Mais de tout cela je vous parlerai plus longuement avec le recul et le temps nécessaires, loin des réactions grégaires et excessives des festivaliers, quand j’aurai retrouvé la réalité, du moins un monde où des personnages étranges en nœuds papillons et robes de soirées n’arpentent pas les plages à 6 heures du matin, où votre importance ne dépend pas de ce petit panneau que vous arborez autour du cou… En attendant demain vous pourrez retrouver mes pronostics…à moins que je ne sois restée de l’autre côté de l’écran, dans ce film qui m’environne, dans cette Dolce vita qui me happe dans son tourbillon, et me donne envie de fredonner… A suivre.

    Sandra.M

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2006 Pin it! 2 commentaires