Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france 3

  • Festival de Deauville 2017, parenthèse enchantée - épisode 1 : souvenirs de ma séance de dédicaces

     

    librairie13.jpg

     

    librairie12.jpg

    librairie29.jpg

    librairie30.jpg

    librairie32.jpg

    J'ai eu l'immense plaisir dédicacer mes livres pendant le Festival du Cinéma Américain de Deauville, dans le cadre du mythique hôtel Normandy. Dans la ville où cette longue histoire avec les festivals de cinéma commença pour moi. Dans l'hôtel où fut tourné "Un homme et une femme" de Claude Lelouch dont je parle d'ailleurs dans ces livres. La mise en abyme était parfaite, et joyeusement étourdissante. En attendant, comme d'habitude, mon compte rendu détaillé du festival et mes critiques des films, retour en images sur cette journée.

    Un grand merci à tous ceux qui sont venus à cette séance de dédicaces mais aussi et surtout à la libraire Caroline Kuntz (de la librairie "Jusqu'aux lueurs de l'aube" de Deauville) pour l'enthousiasme avec lequel elle a défendu le recueil de nouvelles (et d'ailleurs avec lequel elle soutient ardemment les livres qu'elle apprécie, si vous avez besoin de conseils, ne cherchez pas, allez à la librairie de Deauville Jusqu'aux lueurs de l'aube !) et merci pour le mot qui accompagne le recueil dans sa librairie.

    librairie11.jpg

    librairie25.jpg

    librairie26.jpg

    librairie28.jpg

    Quel plaisir d'être ainsi soutenue et aussi de rencontrer des lecteurs déjà conquis notamment cette lectrice insatiable qui a dévoré le recueil la veille et qui est alors venue acheter le roman ! Quelle joie aussi de revoir ou rencontrer certains d'entre vous à cette occasion (merci Anne-Sophie, Yannick, Camille, Yanic, Anthony, Sandrine, Jenny, Nathalie, Pierre, Alexandre, Julien, Sandrine ...), parfois venus pour me faire une belle surprise et de loin (un merci spécial à Delphine et Céline).  Merci aussi à tous ceux qui ont eu la curiosité de découvrir le recueil et/ou le roman après la séance de dédicaces.

    librairie34.jpg

    Les livres sont bien sûr toujours disponibles à la librairie "Jusqu'aux lueurs de l'aube" (88 rue Eugène Colas - 02 31 88 25 66). De très belles rencontres encore à cette occasion, un des bonheurs de l'écriture que de les rendre possibles. Merci le CID et son équipe ( et tout particulièrement Jacques Belin et Marie-Anne Blossier) de m'avoir permis de vivre mon 25ème Festival dans des conditions exceptionnelles et merci pour la newsletter envoyée aux 9000 abonnés.

    librairie20.jpg

    librairie21.jpg

    librairie22.jpg

    Merci Deauville pour le soutien sur sa page officielle...et d'avoir changé le cours de mon existence, il y a des années de cela. Merci le groupe Barrière pour l'idée initiale de cette dédicace et pour l'organisation.  Merci l'écriture de me faire vivre tous ces moments et pour cette parenthèse enchantée.

    librairie15.jpg

    librairie16.jpg

    librairie18.jpg

    librairie19.jpg

     

    Merci à France 3, Normandie Passion, Paris- Normandie, Le Pays d'Auge, Bleu Normandie, Radio Cristal pour la belle couverture médiatique et aussi à Pascale.B). Merci au talentueux photographe Dominique Saint (pour la couverture photos et la séance photos dont est extraite celle ci-dessous) et à Delphine.S pour les autres photos.

    auteur,livres,littérature,dédicace,deauville,festival du cinéma américain de deauville,cinéma,l'amor dans l'âme,les illusions parallèles,roman,recueil de nouvelles,hôtel barrière le normandy,le pays d'auge,france 3,sandra mézière

    librairie14.jpg

    librairie23.jpg

    auteur,livres,littérature,dédicace,deauville,festival du cinéma américain de deauville,cinéma,l'amor dans l'âme,les illusions parallèles,roman,recueil de nouvelles,hôtel barrière le normandy,le pays d'auge,france 3,sandra mézière

    Merci à la boutique Lollipops de Deauville d'avoir mis le livre dans sa jolie vitrine (photos ci-dessus).

    librairie27.jpg

     

    Pour plus d'informations :

    Ma page Facebook de romancière

    La page du site officiel de mon éditeur consacrée au recueil de nouvelles "Les Illusions parallèles"

    La page du site officiel de mon éditeur consacrée au roman "L'amor dans l'âme"

    La page Facebook de la librairie "Jusqu'aux lueurs de l'aube"

    Les pages du site internet de la ville de Deauville consacrées à la dédicace

    Ma page Amazon (n'hésitez pas à y laisser votre avis à votre tour...ainsi que sur les sites Fnac, Babelio etc)

    Bientôt, d'autres articles consacrés à cette dédicace... et mon compte rendu détaillé de ce 43ème Festival du Cinéma Américain de Deauville.

  • Ce soir, ne manquez pas "Sur la route de Madison", à 20H35, sur France 3

    madison1.jpgCe soir sur France 3 sera diffusé un des films dont je vous parlais dimanche dans ma liste des films  romantiques incontournables "Sur la route de Madison" de Clint Eastwood à ne manquer sous aucun prétexte (même si malheureusement le film passe en vf)! Ma critique ci-dessous:

    L’éphémère peut avoir des accents d’éternité, quatre jours, quelques heures peuvent changer, illuminer et sublimer une vie. Du moins, Francesca Johnson (Meryl Streep)  et Robert Kincaid (Clint Eastwood) le croient-il et le spectateur aussi, forcément, inévitablement, après ce voyage bouleversant sur cette route de Madison qui nous emmène bien plus loin que sur ce chemin poussiéreux de l’Iowa. Caroline et son frère Michael Johnson  reviennent dans la maison où ils ont grandi pour régler la succession de leur mère, Francesca. Mais quelle idée saugrenue a-t-elle donc eu de vouloir être incinérée et d’exiger de faire jeter ses cendres du pont de Roseman, au lieu d’être enterrée auprès de son défunt mari ? Pour qu’ils sachent enfin qui elle était réellement, pour qu’ils comprennent, elle leur a laissé une longue lettre qui les ramène de nombreuses années en arrière, un été de 1965… un matin d’été de 1965, de ces matins où la chaleur engourdit les pensées, et réveille parfois les regrets. Francesca est seule. Ses enfants et son mari sont partis pour un concours agricole, pour quatre jours, quatre jours qui s’écouleront probablement au rythme hypnotique et routinier de la  vie de la ferme sauf qu’un photographe au National Geographic, Robert Kincaid, emprunte la route poussiéreuse pour venir demander son chemin. Sauf que, parfois, quatre jours peuvent devenir éternels.

    Sur la route de Madison aurait alors pu être un mélodrame mièvre et sirupeux, à l’image du best-seller de Robert James Waller dont il est l’adaptation. Sur la route de Madison est tout sauf cela. Chaque plan, chaque mot, chaque geste suggèrent l’évidence de l’amour qui éclôt entre les deux personnages. Ils n’auraient pourtant jamais dû se rencontrer : elle a une quarantaine d’années et, des années auparavant, elle a quitté sa ville italienne de Bari et son métier de professeur pour se marier dans l’Iowa et y élever ses enfants. Elle n’a plus bougé depuis. A 50 ans, solitaire, il n’a jamais suivi que ses désirs, parcourant le monde au gré de ses photographies. Leurs chemins respectifs ne prendront pourtant réellement sens que sur cette route de Madison. Ce jour de 1965, ils n’ont plus d’âge, plus de passé, juste cette évidence qui s’impose à eux et à nous, transparaissant dans chaque seconde du film, par le talent du réalisateur Clint Eastwood. Francesca passe une main dans ses cheveux, jette un regard nostalgico-mélancolique vers la fenêtre alors que son mari et ses enfants mangent, sans lui parler, sans la regarder: on entrevoit déjà ses envies d’ailleurs, d’autre chose. Elle semble attendre Robert Kincaid avant même de savoir qu’il existe et qu’il viendra.

    Chaque geste, simplement et magnifiquement filmé, est empreint de poésie, de langueur mélancolique, des prémisses de leur passion inéluctable : la touchante maladresse avec laquelle Francesca indique son chemin à Robert; la jambe de Francesca frôlée furtivement par le bras de Robert;  la main de Francesca caressant, d'un geste faussement machinal, le col de la chemise de Robert assis, de dos, tandis qu’elle répond au téléphone; la main de Robert qui, sans se retourner, se pose sur la sienne; Francesca qui observe Robert à la dérobée à travers les planches du pont de Roseman, puis quand il se rafraîchit à la fontaine de la cour; et c’est le glissement progressif vers le vertige irrésistible. Les esprits étriqués des habitants renforcent cette impression d’instants volés, sublimés.

    Francesca, pourtant, choisira de rester avec son mari très « correct » à côté duquel son existence sommeillait, plutôt que de partir avec cet homme libre qui « préfère le mystère » qui l’a réveillée, révélée, pour ne pas ternir, souiller, ces 4 jours par le remord d’avoir laissé une famille en proie aux ragots. Aussi parce que « les vieux rêves sont de beaux rêves, même s’ils ne se sont pas réalisés ». 

     Et puis, ils se revoient une dernière fois, un jour de pluie, à travers la vitre embuée de leurs voitures respectives. Francesca attend son mari dans la voiture. Robert est dans la sienne. Il suffirait d’une seconde… Elle hésite. Trop tard, son mari revient dans la voiture et avec lui : la routine, la réalité, la raison.  Puis, la voiture de Francesca et de son mari suit celle de Robert. Quelques secondes encore, le temps suspend son vol à nouveau, instant sublimement douloureux. Puis, la voiture s’éloigne. A jamais. Les souvenirs se cristalliseront au son du blues qu’ils écoutaient ensemble, qu’ils continueront à écouter chacun de leur côté, souvenir de ces instants immortels, d’ailleurs immortalisés des années plus tard par un album de photographies intitulé « Four days ». Avant que leurs cendres ne soient réunies à jamais du pont de Roseman.  Avant que les enfants de Francesca ne réalisent son immense sacrifice. Et  leur passivité. Et la médiocrité de leurs existences. Et leur envie d'exister, à leur tour. Son sacrifice en valait-il la peine ? Son amour aurait-il survécu au remord et au temps ?...

    madison3.jpg

    Sans esbroufe, comme si les images s’étaient imposées à lui avec la même évidence que l’amour s’est imposé à ses protagonistes, Clint Eastwood filme simplement, majestueusement, la fugacité de cette évidence. Sans gros plan, sans insistance, avec simplicité, il nous fait croire aux« certitudes qui n’arrivent qu’une fois dans une vie » ou nous renforce dans notre croyance qu’elles peuvent exister, c'est selon. Peu importe quand. Un bel été de 1965 ou à un autre moment. Peu importe où. Dans un village perdu de l’Iowa ou ailleurs. Une sublime certitude. Une magnifique évidence. Celle d’une rencontre intemporelle et éphémère, fugace et éternelle. Un chef d’œuvre d’une poésie sensuelle et envoûtante. A voir absolument.

     Voir aussi: ma critique de la pièce de théâtre "Sur la route de Madison" avec Alain Delon et Mireille Darc

  • Inthemoodfordeauville.com à l'honneur sur France 3

    Merci à France 3.fr pour le coup de projecteur donné à Inthemoodfordeauville.com et sa rédactrice:-) sur son site officiel et sur sa page consacrée à ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. (remarque: le reportage diffusé date de l'an passé dans l'émission "Grand Angle" sur France 3 Normandie).

    Cliquez ici pour accéder à la page de France 3.Fr

     


    France 3 Normandie mobilise ses équipes pour vous faire vivre cette 35e édition

    ACCUEIL


    Découvrez l'envers du décor
    ... avec les vidéos des  reportages de la rédaction  de Caen


    PASSION
    Sandra, blogueuse officielle 
    La belle histoire d'une passionnée de cinéma qui suit depuis 15 ans le festival de Deauville. Rien n'échappe à cette scénariste ! Sa passion dévorante pour le cinéma  s'exprime aussi sur un blog si pro, que parfois confondu avec le site officiel ...  > visiter son blog



    PORTRAIT
    Il visionne
    plus de 1000 films par an ! 
    Rencontre avec  Bruno Barde le directeur du Festival du cinéma américain de Deauville.  Comment regarder les films, les revoir et enfin  les sélectionner...


    HOMMAGE
    Un homme et une place...    
    En marge du festival, entretien avec Claude Lelouch. A Deauville, c'est l''homme qui incarne  le cinéma. Celui qui  a été le premier à montrer les  planches sur les écrans américains, a depuis 2006  une place à son nom. 


    PORTRAIT
    Photographe de stars
    Sur le festival de Deauville, Guy Isaac est partout chez lui ! 15 ans de présence et 15 ans de complicité avec toutes les stars, "des gens commes les autres  à condition d'être cool et pas agressif."



    PALACE
    Une institution    
    C'est l'hôtel où descendent toutes les célébrités américaines invitées au festival de Deauville. Visite guidée  de cet établissement de luxe où se côtoient 40 métiers différents ! Un reportage de Nathalie Valin.