Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL DE CANNES 2011 - Page 5

  • Compétition officielle du 64ème Festival de Cannes: présentations détaillées des films (récapitulatif)

    affichecannes20116.jpg

    Chaque jour ou presque depuis la conférence de presse de sélection du 64ème Festival de Cannes, le 14 avril, je vous ai présenté en détails un des 20 films (19 au départ et 20 depuis que "The Artist" de Michel Hazanavicius est passé de hors compétition à compétition) de la compétition officielle (ou parfois hors compétition) sur inthemoodforcannes.com . Retrouvez ci-dessous les liens vers tous ces articles. Cliquez sur le nom du film qui vous intéresse pour en savoir plus. Vous pouvez également retrouver ces fiches et y accéder directement dans la colonne de droite du blog inthemoodforcannes.com. Elles seront remplacées au fur et à mesure par mes critiques.

    Je vous rappelle que vous pourrez me suivre en direct du festival du 11 au 22 mai sur inthemoodforcannes.com, inthemoodforcinema.com mais aussi sur http://twitter.com/moodforcannes , sur http://facebook.com/inthemoodforcannes  et sur des supports partenaires dont je vous parlerai prochainement. Retrouvez également tous les détails des compléments de programmation sur inthemoodforcannes.com.

    COMPETITION

    HORS COMPETITION
     
    "Minuit à Paris" de Woody Allen (dossier spécial sur Woody Allen)
     
  • Programme de Cannes Classics 2011: Carné, Kubrick, Belmondo, Méliès, Rossellini, Rappeneau.....

    enfants.jpg

    Depuis sa création en 2004, Cannes Classics est devenu le rendez-vous des cinéphiles mais aussi un des plus conviviaux du festival. Comme chaque année, il y en aura pour tous les goûts : quatorze films, cinq documentaires, des surprises, une leçon de cinéma de Malcolm McDowell, des films en copies neuves ou restaurées. Le programme est ainsi établi en fonction des propositions des archives nationales, des cinémathèques, des studios, des producteurs et des distributeurs. Classiques à revoir ou raretés à découvrir, ils seront présentés en copie 35mm ou en copie numérique haute définition.

    Comme il faudra bien faire des choix, pour ma part, j’irai voir l’hommage à Jean-Paul Belmondo le 17 mai (à cette occasion, retrouvez mes critiques de "Borsalino" et "La Sirène du Mississipi") avec la projection du documentaire « Belmondo... Itineraire » de Vincent Perrot et Jeff Domenech (2011) ; la projection de la copie restaurée des « Enfants du Paradis » de Marcel Carné, émotion garantie, sans doute à l’image de la projection de la copie restaurée du « Guépard » de Visconti l’année dernière ; j’irai également à la projection du « Sauvage » en présence de Catherine Deneuve et Jean-Paul Rappeneau et à la leçon d’acteur de Malcom McDowell, le 20 mai.

    Je vous laisse découvrir le programme complet ci-dessous et le communiqué de presse du festival. A vous de vous faire votre propre programme !

    Ce programme est présenté dans le Palais (salle Buñuel ou salle du 60e) et, pour quelques films, repris au Cinéma de la Plage et dans la salle La Licorne à Cannes.

    Films

    Le Voyage dans la lune de Georges Mélies (France, 1902, 16’)
    Orange Mécanique de Stanley Kubrick (USA, 1971, 137’)
    La Machine à tuer les méchants (La Macchina Ammazzacattivi) de Roberto Rossellini (Italie, 1952, 80’)
    Il était une fois le Bronx (A Bronx Tale) de Robert De Niro (USA, 1993, 121’)
    Le Conformiste (Il Conformista) de Bernardo Bertolucci (Italie, 1970, 118’)
    Rue Cases-Nègres d’Euzhan Palcy (France, 1983, 106’)
    Portrait d’une enfant déchue (Puzzle of a Donwfall Child) de Jerry Schatzberg (USA, 1970, 105’)
    La Loi de la frontière (Hudutlarin Kanunu) de Lufti O. Akad (Truquie, 1966, 74’)
    La Zone de la mort (Niemandsland) de Victor Trivas (Allemagne, 1931, 81’)
    Les Enfants du paradis de Marcel Carné (France, 1945, 190’)
    Despair de Rainer-Werner Fassbinder (Allemagne, 1978, 115’)
    Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau (France, 1975, 106’)
    Chronique d’un été de Jean Rouch et Edgar Morin (France, 1960, 91’)
    L’Assassin (L’Assassino) d’Elio Petri (Italie, 1961, 100’)


    Ainsi que les documentaires suivants :

    The Look d’Angelica Maccarone (Allemagne / France, 2011, 95’)
    Le Monde de Corman: Exploits d’un rebelle hollywoodien (Corman’s World: Exploits of a Hollywood Rebel d’Alex Stapleton) (USA, 2011, 125’)
    Belmondo... Itineraire de Vincent Perrot et Jeff Domenech (France, 2011, 86’)
    Kurosawa, la Voie de Catherine Cadou (France, 2011, 52’)
    Il était une fois… Orange Mécanique d’Antoine de Gaudemar et Michel Ciment (France, 2011, 52’)


    ****


    Le Voyage dans la lune retrouvé
    La version couleur du film le plus célèbre de Georges Méliès, Le Voyage dans la lune (1902) à nouveau visible 109 ans après sa sortie : après avoir été considérée longtemps comme perdue, cette version fut retrouvée en 1993 à Barcelone. En 2010, une restauration complète est engagée par Lobster Films, la Fondation Groupama Gan pour le Cinéma et la Fondation Technicolor pour le Patrimoine Cinéma. Les outils numériques d’aujourd’hui ont permis de ré-assembler les fragments des 13 375 images du film afin de les restaurer une par une. L’avant-première mondiale du film aura lieu en mai 2011 avec une bande-son originale du groupe AIR.

    Tribeca Film Festival et le Président de Jury
    Acteur célèbre, producteur actif et réalisateur remarqué, Robert De Niro, Président du jury du 64e Festival de Cannes, est aussi le co-fondateur du festival de Tribeca, né en réaction aux attentats du 11 septembre. C’est donc en « collègues » que Robert de Niro et Jane Rosenthal, l’une des co-fondatrices, ainsi que toute l’équipe de Tribeca, sont accueillis par la direction du Festival de Cannes qui célèbrera la dixième édition de la manifestation. Soirée spéciale le samedi 14 mai, avec projection de Il était une fois le Bronx, en présence de Robert De Niro et de l’équipe de Tribeca.

    Le Conformiste (Il Conformista) de Bernardo Bertolucci
    Bernardo Bertolucci, auquel le Festival remettra une Palme d’Or d’honneur lors de la soirée d’ouverture, viendra présenter Le Conformiste, avec une copie restaurée par la Cineteca de Bologne et Immagine Ritrovata, grâce à Minerva rarovideo.

    Hommage à Jean-Paul Belmondo
    Mardi 17 mai, l’un des acteurs français les plus marquants et les plus célèbres (qui joua dans six films en compétition au Festival de Cannes) recevra l’hommage du cinéma mondial à l’occasion de sa venue sur les marches rouges. A cette occasion, seront présentés le documentaire Belmondo... Itineraire de Vincent Perrot et Jeff Domenech (2011), ainsi que des copies neuves du Magnifique de Philippe de Broca (1973) et Cent mille dollars au soleil (1973) d’Henri Verneuil, qui seront projetées au Cinéma de la Plage.

    Portrait d’une enfant déchue (Puzzle of a Downfall Child) de Jerry Schatzberg
    Auteur de la photographie qui fait l’affiche du 64e Festival de Cannes, Jerry Schatzberg (Palme d’or pour L’Épouvantail en 1974) présentera son premier film, Portrait d’une enfant déchue, en compagnie de son actrice Faye Dunaway.
    Devenu impossible à voir sur grand écran, le film sera présenté dans une copie neuve spécialement tirée par le studio Universal, et ressortira dans les salles françaises à l’automne prochain.

    2011, année de l’hommage aux Outre-mer
    2011 est en France l’année phare des Outre-mer. Au moment où la nation rend un hommage solennel au grand poète Aimé Césaire, le ministère de la Culture et le Festival de Cannes mettent l’île de La Martinique à l’honneur, en présence de la réalisatrice Euzhan Palcy qui présentera son film Rue Cases-Nègres.

    La World Cinema Foundation
    En 2007 à Cannes, lors d’une mémorable conférence de presse, Martin Scorsese et plusieurs cinéastes venus du monde entier ont inauguré la World Cinema Foundation, destinée à restaurer et valoriser le patrimoine cinématographique de pays ne disposant pas de moyens suffisants. Depuis, près de vingt films ont été sauvés et montrés, avec une idée-force : un grand cinéaste soutient la restauration d’un film du passé. Après Martin Scorsese lui-même, Walter Salles ou Bertrand Tavernier, c’est cette année le réalisateur Fatih Akin qui présentera le film turc méconnu, Hudutlarin Kanunu (The Law of the Border) de Lufti O. Akad, dans une copie restaurée par Immagine Ritrovata.

    Evénement Kubrick : Orange Mécanique (A Clockwork Orange) en copie restaurée pour le 40e anniversaire de la sortie du film
    Après plusieurs villes dans le monde, l’exposition Stanley Kubrick s’arrête à Paris et à la Cinémathèque française en ce printemps 2011. Le Festival de Cannes relaie l’événement Kubrick en présentant, grâce à Warner, une copie restaurée de Orange Mécanique, présentation qui bénéficiera de la présence de son acteur principal Malcolm McDowell et qui accompagne la ressortie du film dans une magnifique édition en blu-ray.
    Seront également présents : Christiane Kubrick, veuve du cinéaste, Jan Harlan, ancien collaborateur de de Kubrick et auteur, en 2000, de Stanley Kubrick : une vie en image. (Stanley Kubrick : A Life in Pictures).


    La projection aura lieu le jeudi 19 mai. Le lendemain, Malcolm McDowell donnera une leçon d’acteur dont le modérateur sera Michel Ciment, spécialiste reconnu de Stanley Kubrick. Cette leçon de cinéma sera suivie de la projection en avant-première de Il était une fois… Orange Mécanique, un film d’Antoine de Gaudemar et de Michel Ciment, produit pour Folamour Production par Marie Genin et Serge July.

    The Rossellini Project
    Comme pour Charlie Chaplin, Cannes 2011 servira de théâtre au lancement du projet de restauration de dix films de Roberto Rossellini (dont Rome, ville ouverte, L’Amore, Stromboli, ou Allemagne année zéro) fruit d’une collaboration entre Cinecittà Luce, CSC-Cineteca Nazionale, Cineteca di Bologna et Coproduction Office.
    Le premier de ces films est une œuvre méconnue de Rossellini, sortie en 1952, entre les Onze Fioretti de François d’Assise et Europe 51 : La Machine à tuer les méchants (La Macchina Ammazzacattivi). Restauré en numérique à partir des meilleurs éléments existant du film.

    Les Enfants du paradis
    Après la présentation de Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir et du Guépard de Luchino Visconti, Pathé et la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé poursuivent leur visite du catalogue Pathé et font leur retour à Cannes Classics pour la présentation d’une version restaurée et numérisée des Enfants du paradis de Marcel Carné, dialogues de Jacques Prévert.

    Redécouverte de Victor Trivas
    D’origine russe, Victor Trivas (1894-1970) fit une grande carrière de scénariste, ce qui l’amena à collaborer, entre Allemagne, France et USA, avec G.W. Pabst, Raymond Bernard, Orson Welles ou encore Otto Preminger. Comme réalisateur, il est l’auteur de Dans les rues (1933) et, deux ans avant, de ce Niemandsland (La Zone de la mort), qui fut mis à l’index par le régime nazi en raison de son pacifisme et dont la plupart des copies furent détruites.
    Les Archives Françaises du film et le CNC ont retrouvé et restauré Niemandsland, qui sera présenté en 35mm.

    Invitation à Jean-Paul Rappeneau
    Le cinéma des années soixante-dix doit aussi être l’objet d’une attention soutenue des ayant-droits et des archives. Ainsi en va-t-il de l’œuvre de Jean-Paul Rappeneau (né en 1932) dont La Vie de château a également repris vie en 2010. La Cinémathèque française, Studio Canal et le Fonds Culturel franco-américain de la SACEM poursuivent le travail de restauration avec la présentation du Sauvage. Le film sera projeté en présence de Jean-Paul Rappeneau et Catherine Deneuve.

    Edgar Morin cinéaste
    En 1960, le philosophe Edgar Morin et le cinéaste Jean Rouch enquêtent, caméra à l’épaule, sur la France et les Français. Le « Comment vit-on à Paris » de 1960 renvoie à la question qu’on pourrait se poser pour 2011, et la réflexion sur le cinéma-vérité que Jean Rouch mène sur le vif suscite une autre réflexion sur la place qu’ont pris les images en ce début de 21e siècle. Prix de la critique au Festival de Cannes 1961, Chronique d’un été sera projeté en présence d’Edgar Morin. Le film est une restauration proposée par Argos Films. Il sera présenté en copie numérique.

    Despair de Fassbinder
    Peu à peu, l’œuvre prolifique du cinéaste allemand Fassbinder retrouve le chemin du public, dans les salles ou en DVD. Voici, pour cette année, Despair, dans une restauration faite à partir du négatif par Marcus Clarén et Christoph Meiser de Bavaria Media GmbH. Ce film anglophone du réalisateur allemand sera présenté à Cannes Classics en présence de l’actrice principale, Andrea Ferréol.

    L’Assassin (L'Assassino) d’Elio Petri
    Quatre fois en Compétition à Cannes dans le passé, récipiendaire de nombreux prix, membre du jury, Elio Petri (1929-1982) est à nouveau sur l’écran du Palais des festivals avec ce film dont les acteurs sont Marcello Mastroianni et Micheline Presle. Restauration numérique opérée par le Museo Nazionale del cinema di Torino.



    Documentaires sur le cinéma

    Les films sur les films sont aussi des films. Comme un romancier écrivant un essai littéraire sur l’œuvre d’un autre écrivain, un cinéaste peut raconter en images l’histoire du cinéma. Chaque année, Cannes Classics accorde une place particulière à ces documentaires sur le cinéma qui sont aussi des films à part entière.

    Au programme 2011 :

    Corman’s World: Exploits of a Hollywood Rebel d’Alex Stapleton (USA, 2011, 125’). Une biographie filmée du producteur-réalisateur Roger Corman, légendaire figure de l’anti-establishment hollywoodien. Le documentaire d’Alex Stapleton visite la carrière de Roger Corman (réalisateur de La petite Boutique des horreurs, Mitraillette Kelly, du cycle Edgar Poe), l’homme capable de réaliser ou de produire des films en trois jours, à qui l’on doit également le lancement des carrières de Jack Nicholson (qui témoigne dans le film), Martin Scorsese, Monte Hellman et de nombreuses autres personnalités du cinéma américain.
    Roger Corman présentera en personne Corman’s World: Exploits of a Hollywood Rebel.

    Kurosawa, la Voie de Catherine Cadou (France, 2011, 52’). Ce documentaire sur la vie et l’œuvre du maître du cinéma japonais, disparu en 1998, a été réalisé par sa traductrice et collaboratrice Catherine Cadou. Il comporte de nombreux témoignages inédits sur le travail d’Akira Kurosawa.

    The Look d’Angelica Maccarone (Allemagne / France 2011, 95’). Ce film sur et avec Charlotte Charlotte Rampling, retrace la carrière de l’actrice, évoque ses affinités artistiques et son parcours très singulier dans le cinéma contemporain. A noter que Charlotte Rampling sera également à l’affiche de la Compétition puisqu’elle figure dans la distribution du film de Lars von Trier, Melancholia.

     
  • "Les Biens-aimés" de Christophe Honoré, film de clôture du 64ème Festival de Cannes

    honore.jpgC'est le film de Christophe Honoré "Les Bien-aimés" qui fera la clôture du 64ème Festival de Cannes après "L'Arbre" de Julie Bertucelli l'an passé.

    Christophe Honoré était en compétition officielle du 60ème Festival de Cannes avec "Les Chansons d'amour".

     Casting : Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Ludivine Sagnier, Louis Garrel, Milos Forman, Michel Delpech

    Synopsis : Dans les années 60, Madeleine quitte Paris pour rejoindre son nouveau mari Jaromil à Prague. L’arrivée des chars russes dans la ville marquera leur séparation et Madeleine rentrera en France.  Dans les années 90, Véra, la fille de Madeleine, tombe amoureuse à Londres d’Henderson qui, lui, se sent incapable de l’aimer.  Madeleine et Vera chantent à tour de rôle la fin du vingtième siècle, avec une légèreté têtue, sans laquelle elles risqueraient bien de succomber.

    Filmographie de Christophe Honoré :

    2001 : Nous deux - court métrage

    2002 : 17 fois Cécile Cassard

    2002 : Tout contre Léo - téléfilm

    2004 : Ma mère

    2006 : Dans Paris

    2007 : Les Chansons d'amour

    2008 : La Belle Personne

    2008 : Hôtel Kuntz - court métrage

    2009 : Non ma fille tu n'iras pas danser

    2010 : Homme au bain

    2011 : Les Bien-aimés

     
  • Présentation des films de la sélection officielle du Festival de Cannes 2011

    Cette semaine, sur inthemoodforcannes.com, j'ai commencé mes présentations détaillées des films de la sélection cannoise 2011. Sur inthemoodforcannes.com, vous retrouverez également de nouvelles rubriques, toute l'actualité cannoise et de nombreux nouveaux liens concernant ce Festival de Cannes 2011, dans les colonnes du blog, ainsi qu'un album flickr qui sera mis à jour quotidiennement pendant le festival.

    Retrouvez mes présentations de : - "La Source des femmes" de Radu Mihaileanu

    source4.jpg

    -"The Tree of life" de Terrence Malick:

     

    treeoflife.jpg

                                           -"Le Gamin au vélo" de Jean-Pierre et Luc Dardenne

    gamin2.jpg

    -"La Piel que habito" de Pedro Almodovar

    piel6.jpg

     

  • Composition du jury du Festival de Cannes 2011 présidé par Robert De Niro

    deniro.jpgCela ne fait plus aucun doute, cette édition 2011 sera exceptionnelle après une année 2010 en demi-teinte. Cette édition 2011 s'annonce à l'image de ce jury, éclectique mais aussi réunissant et réconciliant le cinéma d'auteur et le cinéma de divertissement, la cinéphilie et le glamour, et, à l'image de l'affiche, la classe et l'élégance. Découvrez le communiqué de presse du festival, ci-dessous et la composition du jury de ce festival 2011 présidé par Robert De Niro.

    Le Jury de la Compétition, présidé par Robert DE NIRO (acteur, réalisateur, producteur) accueille dans ses rangs :

     Martina GUSMAN (actrice et productrice, Argentine)

    Nansun SHI (productrice, Chine)

    Uma THURMAN (actrice, scénariste, productrice, USA)

    thurman.jpgLinn ULLMANN (critique et écrivaine, Norvège)

     Olivier ASSAYAS (réalisateur, France)

    Jude LAW (acteur, Angleterre)

    Mahamat Saleh HAROUN (réalisateur, Tchad)

    Johnnie TO (réalisateur, producteur, Chine/Hong-Kong)

    law.jpg Martina Gusman a étudié les Arts Appliqués à l’Université de Buenos Aires et a pris des cours d’art dramatique avec Carlos Gandolfo.

    En 2002, elle crée avec Pablo Trapero Matanza Cine, une société de production où elle dirige la production exécutive d’une douzaine de films.

    Martina Gusman a joué dans trois films de Pablo Trapero : Nacido y Criado, en 2005, Leonera, en Compétition au Festival de Cannes 2008, puis Carancho, présenté au Certain Regard en 2010.

     assayas5.jpgNansun Shi est née à Hong Kong et a fait ses études au Royaume Uni avant de travailler pour le légendaire studio Cinema City. En 1984, elle fonde avec son mari Tsui Hark leur propre société de production, Film Workshop Co. Ltd., à l’origine de nombreux succès. Elle est notamment productrice de Infernal Affairs dont Martin Scorsese a tourné un remake, The Departed.

     Uma Thurman a grandi aux Etats-Unis. Remarquée par deux impresarios new-yorkais, elle étudie l’art dramatique à la Professional Children's School. Après un premier rôle en 1988 dans Johnny, be Good, elle s'impose dans deux succès internationaux la même année: Les aventures du Baron de Münchausen de Terry Gilliam, et les Liaisons dangereuses de Stephen Frears.

    Elle a tourné depuis avec Philip Kaufman, Phil Joanou, Gus Van Sant, John Boorman, Andrew Niccol, Woody Allen.

    Dans Mad Dog and Glory, présenté à Cannes en 1993, elle donne la réplique à Robert De Niro.

    C’est Quentin Tarantino qui lui donnera ses rôles les plus célèbres, dans Pulp Fiction, Palme d’Or en 1994 puis en héroïne de Kill Bill 1 &2 dix ans plus tard.

     Linn Ullmann est écrivain. Après des études de littérature aux Etats-Unis, elle devient critique littéraire pour un grand quotidien norvégien. Son premier livre Avant que tu ne t’endormes paraît en 1999, suivi en 2003 de Vertiges puis Miséricorde en 2005, récompensés par de nombreux prix littéraires. Son dernier roman, Je suis un ange venu du Nord (2010) recueille un succès critique sans précédent.

    Par ailleurs, Linn Ullmann est la fille de Liv Ullmann et Ingmar Bergman. Elle était venue au Festival de Cannes en 1997 recevoir la Palme des Palmes destinée à son père, Ingmar Bergman, lors de la Cérémonie du 50eanniversaire.

     Olivier Assayas a étudié aux Beaux-Arts tout en se passionnant pour la littérature, la peinture et le cinéma. Dans les années 80, il écrit pour les Cahiers du Cinéma et signe avec André Téchiné les scénarii de Lieu du crime et de Rendez-vous avant de réaliser son premier film en 1986, Désordre.

    Depuis, il a réalisé plus de quinze films dont L’eau froide, Irma Vep, Les destinées sentimentales, Demonlover, Clean et Boarding Gate, qui ont été présentés au Festival de Cannes. En 2010, il y présente Carlos hors compétition.

     Mahamat Saleh Haroun est né à Abéché au Tchad. En 1980, la guerre l’oblige à se réfugier en France où il étudie le cinéma et travaille comme journaliste. En 1994, il réalise son premier film puis reçoit un prix à Venise pour Bye Bye Africa, son second long métrage. Il conquiert son statut d’auteur incontesté avec Daratt, saison sèche, récompensé par un prix du jury à Venise. En compétition au Festival de Cannes en 2010, il a reçu le Prix du Jury avec Un homme qui crie.

     Jude Law a débuté sa carrière au théâtre avant de se tourner vers le cinéma. Il est remarqué dans Bienvenue à Gattaca en 1997 et enchaine ensuite les succès, se jouant de tous les genres avec élégance. Il tourne avec les plus grands noms du cinéma : Steven Spielberg, David Cronenberg, Clint Eastwood, Sam Mendes, Wong Kar Wai et à trois reprises avec Anthony Minghella dont il fut le Talentueux Mr Ripley.

    En 2009, il remonte sur les planches à Londres pour incarner Hamlet.

     to2.jpgJohnnie To est né à Hong Kong. Il commence à travailler pour la télévision avant de tourner son premier long métrage The Enigmatic Case. Il enchaîne ensuite les films d’arts martiaux, les comédies, les films historiques. C’est Breaking News, sélectionné au Festival de Cannes en 2004 qui le fait connaître du public international. Il reviendra sur la Croisette avec Election et Election2 (2005-2006) puis Triangle (2007) et Vengeance (2009).

     Le jury du Festival de Cannes aura à départager les 19 films en compétition avant de désigner les lauréats des sept prix du Palmarès, présenté lors de la cérémonie de Clôture, et qui culminera avec l’annonce de la Palme d’or.

    Je vous rappelle que, comme chaque année, vous pourrez suivre le 64ème Festival de Cannes en direct sur ce blog mais aussi sur mon blog dédié au Festival de Cannes (http://www.inthemoodforcannes.com ) et sur http://www.inthemoodforluxe.com . Suivez-moi également sur mon compte twitter spécial Cannes  (http://twitter.com/moodforcannes ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodforcannes (http://facebook.com/inthemoodforcannes ).
  • Programme de la Quinzaine des Réalisateurs 2011

    quinzaine3.jpg

    Aujourd'hui avait lieu la conférence de presse de la Quinzaine des Réalisateurs 2011 qui aura lieu du 12 au 22 mai. "La Fée" fera l'ouverture et le film "Les Géants" sera projeté en clôture. Une programmation encore une fois très éclectique et qui comprend 21 longs-métrages, 14 courts-métrages et 4 séances spéciales. Comme je vous le disais hier en vous annonçant le programme de la Semaine de la Critique 2011, je me concentrerai cette année essentiellement sur la programmation officielle, mais j'essaierai aussi de voir quelques films des sélections parallèles comme "Impardonnables" d'André Téchiné (une adaptation du roman éponyme de Philippe Djian avec Carole Bouquet, André Dussollier, Mélanie Thierry dont je vous parlerai bientôt plus en détails). Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel de la Quinzaine des Réalisateurs.

    Longs métrages (21)

    Après le sud

    France - 1h29 (2011)

    Jean-Jacques Jauffret

     

    Atmen

    Breathing

    Autriche - 1h38 (2011)

    Karl Markovics

     

    Blue Bird

    Belgique - 1h26 (2011)

    Gust Van den Berghe

     

    Busong

    Palawan Destin

    Philippines - 1h33 (2011)

    Auraeus Solito

     

    Chatrak

    France, Inde - 1h30 (2011)

    Vimukthi Jayasundara

     

    Code Blue

    Pays-Bas, Danemark - 1h21 (2011)

    Urszula Antoniak

     

    Corpo celeste

    Italie, Suisse, France - 1h40 (2011)

    Alice Rohrwacher

     

    Eldfjall

    Danemark, Islande - 1h39 (2011)

    Rúnar Rúnarsson

     

    En Ville

    France - 1h15 (2011)

    Bertrand Schefer

    Valérie Mréjen

     

    Impardonnables

    France - 1h50 (2011)

    André Téchiné

     

    Jeanne captive

    France - 1h32 (2011)

    Philippe Ramos

     

    La Fée

    France, Belgique - 1h33 (2011)

    Fiona Gordon

    Dominique Abel

    Bruno Romy

     

    La Fin du silence

    France - 1h20 (2011)

    Roland Edzard

     

    Les Géants

    Belgique, France, Luxembourg - 1h25 (2011)

    Bouli Lanners

     

    O Abismo prateado

    Le Gouffre argenté

    Brésil - 1h22 (2011)

    Karim Aïnouz

     

    Play

    Suède, France, Danemark - 0 (2011)

    Ruben Östlund

     

     

    Porfirio

    Colombie, Espagne, Uruguay, Argentine, France - 1h41 (2011)

    Alejandro Landes

     

    Return

    États-Unis - (2011)

    Liza Johnson

     

    Sur la planche

    Maroc, France, Allemagne - 1h50 (2011)

    Leïla Kilani

     

    The Island

    Bulgarie, Suède - 1h50 (2011)

    Kamen Kalev

     

    The Other Side Of Sleep

    Pays-Bas, Hongrie, Irlande - 1h31 (2011)

    Rebecca Daly

     

    Courts métrages (14)

    Armand 15 ans l'été

    France - 50 min (2011)

    Blaise Harrison

     

    Bielutin - Dans le jardin du temps

    France - 30 min (2011)

    Clément Cogitore

     

    Boro In The Box

    France - 40 min (2011)

    Bertrand Mandico

     

    Cigarette at Night

    Royaume-Uni - 5 min (2011)

    Duane Hopkins

     

    Csicska

    Hongrie - 20 min (2011)

    Attila Till

     

    Demain, ça sera bien

    France - 16 min (2011)

    Pauline Gay

     

    Fourplay : Tampa

    États-Unis - 17 min (2011)

    Kyle Henry

     

    Killing the Chickens to Scare the Monkeys

    Suède, Thaïlande - 23 min (2011)

    Jens Assur

     

    La Conduite de la Raison

    France - 21 min (2011)

    Aliocha

     

    Las Palmas

    Suède - 13 min (2011)

    Johannes Nyholm

     

    Le Songe de Poliphile

    France - 10 minutes (2011)

    Camille Henrot

     

    Mila Caos

    Allemagne, Cuba - 18 min (2011)

    Simon Paetau

     

    Nuvem

    Suisse, Portugal - 30 min (2011)

    Basil da Cunha

     

    Vice Versa One

    Afghanistan - 10 min (2011)

    Shahrbanoo Sadat

     

    Séances spéciales (4)

    Des Jeunes Gens Mödernes

    France, Belgique - 1h37 (2011)

    Jérôme de Missolz

     

    El Velador

    Le Veilleur de nuit

    États-Unis, Mexique, France - 1h12 (2011)

    Natalia Almada

     

    Koi no Tsumi

    Japon - 2h23 (2011)

    Sion Sono

     

    La Nuit elles dansent

    Canada - 1h21 (2011)

    Isabelle Lavigne

    Stéphane Thibault

    Je vous rappelle que, comme chaque année, vous pourrez suivre le 64ème Festival de Cannes en direct sur ce blog mais aussi sur mon blog dédié au Festival de Cannes (http://www.inthemoodforcannes.com )et http://www.inthemoodforluxe.com . Suivez-moi également sur mon compte twitter spécial Cannes  (http://twitter.com/moodforcannes ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodforcannes (http://facebook.com/inthemoodforcannes )
  • Programme de la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2011

    critiquesemaine3.jpg

    Je vous laisse découvrir, ci-dessous, la sélection de la Semaine de la Critique 2011 dévoilée aujourd’hui et qui aura lieu du 12 au 20 mai et dont je vous rappelle qu’elle célèbrera cette année ses 50 ans. Comme chaque année (et parce qu’il faut bien faire des choix même si j’aimerais TOUT voir), je privilégierai la sélection officielle même si je verrai très certainement le film de Valérie Donzelli qui présente en ouverture son deuxième long-métrage que je suis très curieuse de découvrir  ayant beaucoup aimé son premier film « La Reine des pommes » (vous pouvez en retrouver ma critique en bas de cet article)

    Long-métrages

    « Las Acacias » Pablo Giorgelli (Argentine/Espagne)

    « Avé » Konstantin Bojanov (Bulgarie/France)

    « 17 filles » Delphine Coulin, Muriel Coulin (France)

    « Sauna on Moon » Zou Peng (Chine)

    « The Slut (Hanotenet)” Hagar Ben Asher (Israël/Allemagne)

    “Snowtown (Les Crimes de Snowtown) » Justin Kurzel (Australie)

    « Take Shelter » Jeff Nichols (Etats-Unis)

     Courts et moyens métrages

    « Alexis Ivanovitch vous êtes mon héros » Guillaume Gouix (France)

    « Black Moon » Amie Siegel (Etats-Unis)

    « Blue » Stephan Kang (Nouvelle-Zélande)

    « Boy » Topaz Adizes (Etats-Unis)

    « Bul-Myul-Ui-Sa-Na-Ie » Moon Byoung-gon (Corée du Sud)

    « Dimanches » Valéry Rosier (Belgique)

    « In Front of the House » Lee Tae-ho (Corée du Sud)

    « La inviolabilidad del domicilio se basa en el hombre que aparece empunando un hacha en la puerta de su casa » Alex Piperno (Uruguay/Argentine)

    « Junior” Julia Ducournau (France)

    “Permanências” Ricardo Alves Júnior (Brésil)     

    Séances spéciales

    Film d’Ouverture

    « La guerre est déclarée » Valérie Donzelli (France)

    Séance spéciale

    « Walk Away » Renée Jonathan Caouette (Etats-Unis/France/Belgique)

     Séance du 50e anniversaire

    « My Little Princess » Eva Ionesco (France)

    Film de Clôture

    « Pourquoi tu pleures ? » Katia Lewcowicz (France)

    Critique de "La reine des pommes" de Valérie Donzelli

    reine.jpg

    Adèle (Valérie Donzelli) une jeune trentenaire se fait quitter par Mathieu (Jérémie Elkaïm), l'amour de sa vie. Anéantie, suffoquée, Adèle ne pense plus qu'à une chose : mourir. Rachel (Béatrice de Staël), une cousine éloignée, la prend en charge. Elle décide d'aider Adèle en essayant de lui trouver du travail, de lui redonner goût à la vie et de la conseiller sentimentalement. Son principal conseil : coucher avec d'autres hommes afin de désacraliser cette histoire. Ce sera Pierre, Paul et Jacques (dans les trois cas, Jérémie Elkaïm).

    Adèle donc. Déjà tout un programme truffaldien, Truffaut à qui Valérie Donzelli n'emprunte pas seulement le nom d'une de ses héroïnes mais aussi une tristesse désinvolte, un ton ludique, une légèreté, une narration, un personnage décalé et anachronique à la Antoine Doinel, un jeu agréablement suranné à la Jean-Pierre Léaud. Ajoutez à cela un marivaudage qui relève de Rohmer, des passages en-chantés, enchanteurs à la Demy et une note d'Agnès Varda ou d'Emmanuel Mouret et vous obtiendrez un premier film aussi singulier qu'attachant. Ces multiples références assumées et même proclamées auraient pu alourdir et plomber l'ensemble, et nous agacer mais Valérie Donzelli a l'intelligence de ne pas se prendre au sérieux et de se tourner en ridicule juste à temps pour que son film ne le soit pas. Loin de là !

    Avec un  sujet galvaudé, grâce à un ton et un personnage burlesques, à des situations cocasses, à des dialogues décalés, Valérie Donzelli nous emporte dans sa comédie légère aux airs de Nouvelle Vague rafraîchissante et dans son univers (scénariste, réalisatrice, actrice, elle a aussi composé, écrit, interprété la musique du film).

     La légèreté des moyens rend service au sujet puisque le même acteur interprète tous les hommes que rencontre Adèle, tous les hommes en qui elle voit celui qu'elle a perdu, qu'ils s'appellent (avec beaucoup d'ironie) Pierre, Paul ou Jacques.

    Seule la fin, à new York (où Adèle a un nouveau regard sur un nouveau monde, quand la reine des pommes se retrouve dans la grosse pomme) redevient sérieuse là où le film aurait peut-être gagné à rester dans le décalage et la légèreté.

    Sélectionné à la Quizaine des réalisateurs pour son court-métrage « Il fait beau dans la plus belle ville du monde »,  avec « La Reine des pommes » Valérie Donzelli a reçu le prix du public du festival d'Angers.

    Un film fantaisiste, attachant, parfois même touchant qui sort du cadre formaté des comédies habituelles et on aurait bien tord de s'en priver et de ne pas se laisser enchanter par cet air connu et joliment singularisé.

    Remarque :  Les plus cinéphiles s'amuseront à reconnaître Serge Bozon, Dominik Moll et Gilles Marchand.

     
  • Présentation des films en sélection officielle du Festival de Cannes 2011

    cannes, festival, cinéma, dardenneA partir d'aujourd'hui, et jusqu'au 11 mai, sur inthemoodforcannes.com, je vous présenterai en détails un film de la sélection officielle. Je commence avec des habitués de Cannes que j'affectionne particulièrement, les frères Dardenne, cette année en compétition pour "Le gamin au vélo". Retrouvez mon article complet en cliquant ici.

     Vous remarquerez qu'inthemoodforcannes.com s'est mis à l'heure du Festival de Cannes 2011, et que j'y ai ajouté de nouvelles rubriques (et que j'en ai modifié d'autres) avec notamment un dossier spécial Woody Allen (en l'honneur de son dernier film "Minuit à Paris" qui fera l'ouverture de cette édition 2011) et un dossier Jean-Paul Belmondo (en l'honneur de l'hommage qui sera rendu au comédien, le 17 mai). De nombreux liens ont  aussi été ajoutés. N'hésitez pas à donner votre avis sur des rubriques que vous souhaiteriez voir apparaître.

    Je vous rappelle que, comme chaque année, vous pourrez suivre le 64ème Festival de Cannes en direct sur ce blog mais aussi sur deux de mes autres blogs, http://wwwinthemoodforcannes.com et http://www.inthemoodforluxe.com. Suivez-moi également en direct de Cannes sur mon compte twitter spécial Cannes  (http://twitter.com/moodforcannes ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodforcannes (http://facebook.com/inthemoodforcannes ).