Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • "Les amours imaginaires" de Xavier Dolan : critique, bande-annonce et photos du film

    Je vous ai déjà parlé de ce film  découvert en avant-première dans le cadre du Festival Paris Cinéma. En plus de ma critique, vous trouverez ci-dessous, des photos et la bande-annonce du film. Sortie  en salles :  le 29 septembre.

    amours1.jpg
    amours2.jpg
    amours3.jpg
    imaginaire1.jpg
    imaginaire2.jpg
    imaginaire3.jpg
    Critique "Les Amours imaginaires" : une grisante fantasmagorie

    Après « Amore », changement d’univers avec la seconde avant-première de cette première journée de festival, le très attendu « Les Amours imaginaires » de Xavier Dolan (titre qui aurait d’ailleurs très bien pu convenir au premier film précité) après son arrivée explosive dans le monde du 7ème art avec «  J’ai tué ma mère », film qu’il avait réalisé à 17 ans, présenté l’an passé à Cannes, à la Quinzaine des Réalisateurs où il avait obtenu trois prix, film que j’avais ignominieusement manqué. La rencontre de ces amours imaginaires (présenté à Cannes cette année dans la section « Un Certain Regard ») était donc aussi pour moi celle avec l’univers de Xavier Dolan.

    Francis (Xavier Dolan) et Marie (Monia Chokri) sont tous deux amis et épris du même jeune homme rencontré lors d’une soirée, Nicolas (Niels Schneider), et tous les deux bien déterminés à le conquérir, analysant, interprétant, scrutant obsessionnellement le moindre geste ou comportement de leur (obscur) objet du désir.

    Dès les premiers plans se dégage de ce film un charme irrésistible et surtout un ton, un style qui font souffler un vent d’air frais et revigorant sur le cinéma actuel.  Xavier Dolan est un vrai cinéphile et son film regorge de références cinématographiques   (entre les ralentis langoureux et poétiques à la Wong Kar Waï, les couleurs chatoyantes et la fantaisie jubilatoire à la Almodovar,  les plans de dos à la Gus Van Sant, les références à la Nouvelle Vague, au « Mépris » de Godard, un trio à la « Jules et Jim » de Truffaut ou encore des confessions face caméra qui rappellent Woody Allen) mais aussi picturales (Boticelli, Michel Ange) ou littéraire (Musset…).

    Que de brillantes références me direz-vous.  Tout cela aurait pu donner un film présomptueux mais Xavier Dolan, d’une part, a su assimiler toutes ces références pour créer son propre univers et d’autre part, y apporter une légèreté masquant savamment la mélancolie sous-jacente (que ne faut-il pas avoir souffert en amour pour faire preuve d’une telle maturité et clairvoyance  à seulement 21 ans!), que ce soit par les dialogues, légèrement précieux, souvent hilarants, toujours caustiques ou le jeu des comédiens (à commencer par lui-même mais surtout celui de Monia Chokri absolument irrésistible).

    La caméra de Xavier Dolan est au plus près des visages, ignorant le plus souvent le cadre spatial à l’image de cet amour obsédant qui rend Marie et Francis aveugles au monde qui les entoure. La mise en scène non seulement épouse le propos du film mais devient un élément scénaristique : puisque Marie et Francis se « font des films » (l’un se prenant pour James Dean, l’autre pour Audrey Hepburn), et sont enivrés par leur fantasmagorie amoureuse, par ce destructeur et grisant vertige de l’idéalisation amoureuse, le film en devient lui-même un  vertige fantasmatique. Cette soirée aux images syncopées rappelle ce vertige à la fois grisant et déstabilisant, ce manège qui rend si floue la frontière entre enchantement et désenchantement, rêve et illusion. Marie et Francis sont amoureux d’une chimère, d’une image,  d’un idéal, d’une illusion, de l’amour même qui prend ici les traits d’un bellâtre ambigu aux allures de Dieu Grec. L’histoire de notre trio est entrecoupée de « témoignages » face caméra de style documentaire de victimes d’illusions amoureuses, là aussi irrésistibles.

    Xavier Dolan a aussi en commun avec quelques uns des plus brillants réalisateurs auxquels il se réfère une bande originale particulièrement soignée, à l’image du film, mêlant modernité, et titres plus anciens, et musique classique : de Dalida qui reprend « Bang Bang » à Indochine jusqu’à « The Knife », « Fever Ray », « Vive la fête » en passant par Bach qui rappelle mélodieusement la douleur de ces irrépressibles et irrationnels élans amoureux, de ces amours qui rongent et enragent.

    Xavier Dolan est un véritable chef d’orchestre qui mêle les couleurs, les références les arts, un prodige du cinéma (à la fois monteur, scénariste, producteur, acteur, s’occupant aussi des costumes) faisant à la fois preuve de l’inventivité et de l’audace de sa jeunesse mais aussi d’une étonnante maturité. Déclaration d’amour au cinéma, déclaration de désespoir d’un amoureux désillusionné sous des allures de fable burlesque et hilarante, « Les amours imaginaires » est un film mélancoliquement caustique.

    Xavier Dolan signe là une fantasmagorie pop, poétique sur la cristallisation amoureuse, sur ces illusions exaltantes et destructrices, sublimes et pathétiques un film enivrant et entêtant comme un amour imaginaire… sans les effets secondaires. A prescrire donc et à très haute dose !

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2010 Pin it! 2 commentaires
  • « Crime d’amour » d’Alain Corneau avec Kristin Scott Thomas, Ludivine Sagnier, Patrick Mille… : dommageables imperfections d’un crime presque parfait

    crime.jpg

    Alain Corneau possède une filmographie assez clairsemée mais riche de grands films aussi différents que « Police python 357 », « Le choix des armes », « Tous les matins du monde », « Fort Saganne » ou « Stupeurs et tremblements ». C’est le polar qui l’a fait connaître, genre dans lequel il excelle, mais son adaptation du roman d’Amélie Nothomb « Stupeurs et tremblements » est elle aussi remarquable dans l’ironie sombre et la dissection de la hiérarchie méthodique et maniaque de l’entreprise japonaise.

    « Crime d’amour » promettait donc de réunir le meilleur de ces deux genres puisque l’intrigue se déroule principalement dans les bureaux d’une multinationale où travaille Isabelle (Ludivine Sagnier), jeune cadre en apparence revêche, avec chemisier bien fermé et chignon de rigueur. Cette dernière éprouve une admiration inconditionnelle pour sa patronne Christine (Kristin Scott Thomas), glaciale et séduisante, en tout cas pour Isabelle troublée par sa présence. Un trouble dont Christine va se servir pour manipuler Isabelle mettant sa perversité au service de son ambition vorace jusqu’à humilier la jeune femme en public. Un jeu dangereux qui va se retourner contre elle : Isabelle va se révéler encore plus machiavélique. Quand Christine est retrouvée assassinée, tout l’accuse pourtant…

    crime2.jpg

    Le film débute sans préambule dans l’appartement de Christine qui se joue de la séduction qu’elle exerce sur Isabelle. Arrive alors l’amant de Christine, Philippe (Patrick Mille). Isabelle est doucement évincée. Les présentations avec le trio de ce cercle infernal sont ainsi expédiées. Le duo/duel entre Kristin Scott Thomas (toujours remarquable) et Ludivine Sagnier (toujours dans son rôle de fausse ingénue, toujours en surjeu) est assez réjouissant, les dialogues sont plutôt tranchants et l’entreprise un cadre judicieusement froid et aseptisé pour les enfermer progressivement dans cette prison rigide dont elle est à la fois l’objet et le cadre.

    « Crime d’amour » ne prétend pas au réalisme et ressemble à un schéma, visuellement et scénaristiquement : schéma du film noir, schéma de l’entreprise mais un schéma (a priori volontairement car par définition) sans âme.  L’absence de réalisme que ce schéma a pour conséquence est une convention qui peut être facilement acceptée mais quand elle se transforme en invraisemblance, elle perd le spectateur en chemin à force de TOUT vouloir lui montrer et expliquer. Ainsi, de victime naïve et enamourée, (certes poussée par la soif de vengeance et la honte) Isabelle (qu’on prend néanmoins bien soin de nous montrer telle une prédatrice lorsqu’elle se jette sur Philippe) va alors se transformer en assassin machiavélique faisant preuve d’un redoutable sang froid. A l’image de l’entreprise qui l’a engendrée : maniaque, froide, aseptisée, rigide, mais ne perdant jamais de vue son objectif.  

    Non seulement c’est invraisemblable mais en plus la justice et la police sont totalement ridiculisés.  Dommage : se faire passer pour coupable pour s’innocenter était une bonne et hitchcockienne idée seulement pour que le crime soit presque parfait, aurait-il fallu que les preuves pour désigner le faux criminel soient crédibles. Mais tout cela encore aurait pu passer si la deuxième partie n’avait été explicative à outrance, nous montrant par flashbacks ce que nous pouvions déjà nous satisfaire d’avoir depuis longtemps deviné, rappelant alors davantage les ficelles des séries policières en prime time (mais déjà datées) qu’un maître du polar.

    Restent la photo d’Yves Angelo qui souligne la mise en scène volontairement glaciale, les airs de jazz étrangement en dissonance,  Kristin Scott Thomas incisive, troublante, redoutable, parfaitement odieuse et Guillaume Marquet (finalement le personnage le plus intéressant). Un film anachronique qui ne tient pas ses (belles) promesses et pas à la hauteur de ses brillantes références : Clément et Lang. Ne vous trompez pas dans « le choix des armes » et revoyez plutôt le film éponyme sauf si vous êtes amateurs de séries policières d’un autre temps qui, malgré leurs défauts, peuvent s’avérer divertissantes. C’est parfois déjà beaucoup et bien suffisant…

    A lire aussi : la critique du « Deuxième souffle » d’Alain Corneau.

    choix.jpg

     Suivez également les autres blogs in the mood : In the mood for cinema, In the mood for Deauville, In the mood for luxe, In the mood for Cannes et leurs comptes twitter : http://twitter.com/moodforcinema , http://twitter.com/moodfdeauville , http://twitter.com/moodforluxe , http://twitter.com/moodforcannes

  • Soirée spéciale Romy Schneider le 7 septembre sur France 2 avec diffusion de "La Piscine" de Jacques Deray

    romy.jpg

    France 2 consacrera une soirée à Romy Schneider, le mardi 7 septembre à partir de 20h35 .

    En première partie de soirée sera diffusé un numéro inédit de "Un jour, un destin" présenté par Laurent Delahousse et à 22h25, France 2 rediffusera  "La piscine" de Jacques Deray, un film que je vous recommande à nouveau et dont vous pourrez lire ma critique ci-dessous.

    CRITIQUE DE LA PISCINE DE JACQUES DERAY

    piscine.jpg

    Ce film date de 1968, c’est déjà tout un programme. Il réunit Maurice Ronet, Alain Delon, Romy Schneider, Jane Birkin dans un huis-clos sensuel et palpitant, ce quatuor est déjà une belle promesse.

    Marianne (Romy Schneider) et Jean-Paul (Alain Delon) passent en effet des vacances en amoureux dans la magnifique villa qui leur a été prêtée sur les hauteurs de Saint-Tropez. L’harmonie est rompue lorsqu’arrive Harry (Maurice Ronet),  ami de Jean-Paul et de Marianne chez lequel ils se sont d’ailleurs rencontrés, cette dernière entretenant le trouble sur la nature de ses relations passées avec Harry. Il arrive accompagné de sa fille de 18 ans, la gracile et nonchalante Pénélope (Jane Birkin).

    « La piscine » fait partie de ces films que l’on peut revoir un nombre incalculable de fois (du moins que je peux revoir un nombre incalculable de fois) avec le même plaisir pour de nombreuses raisons mais surtout pour son caractère intelligemment elliptique et son exceptionnelle distribution et direction d’acteurs.

    Dès les premières secondes la sensualité trouble et la beauté magnétique qui émane du couple formé par Romy Schneider et Alain Delon, la langueur que chaque plan exhale plonge le spectateur dans une atmosphère particulière, captivante. La tension monte avec l’arrivée d’Harry et de sa fille, menaces insidieuses dans le ciel imperturbablement bleu de Saint-Tropez. Le malaise est palpable entre Jean-Paul et Harry qui rabaisse sans cesse le premier, par une parole cinglante ou un geste méprisant, s’impose comme si tout et tout le monde lui appartenait, comme si rien ni personne ne lui résistait.

    Pour tromper le langoureux ennui de l’été, un jeu périlleusement jubilatoire de désirs et de jalousies va alors commencer, entretenu par chacun des personnages, au péril du fragile équilibre de cet été en apparence si parfait et de leur propre fragile équilibre, surtout celui de Jean-Paul, interprété par Alain Delon qui, comme rarement, incarne un personnage vulnérable à la sensualité non moins troublante. L’ambiguïté est distillée par touches subtiles : un regard fuyant ou trop insistant, une posture enjôleuse, une main effleurée, une allusion assassine. Tout semble pouvoir basculer dans le drame d’un instant à l’autre. La menace plane. L’atmosphère devient de plus en plus suffocante.

    Dès le début tout tourne autour de la piscine : cette eau bleutée trompeusement limpide et cristalline autour de laquelle ils s’effleurent, se défient, s’ignorent, s’esquivent, se séduisent autour de laquelle la caméra virevolte, enserre, comme une menace constante, inéluctable, attirante et périlleuse comme les relations qui unissent ces 4 personnages. Harry alimente constamment la jalousie et la susceptibilité de Jean-Paul par son arrogance, par des allusions à sa relation passée avec Marianne que cette dernière a pourtant toujours niée devant Jean-Paul. Penelope va alors devenir l’instrument innocent de ce désir vengeur et ambigu puisqu’on ne sait jamais vraiment si Jean-Paul la désire réellement, s’il désire atteindre Harry par son biais, s’il désire attiser la jalousie de Marianne, probablement un peu tout à la fois, et probablement aussi se raccrochent-ils l’un à l’autre, victimes de l’arrogance, la misanthropie masquée et de la désinvolture de Harry. C’est d’ailleurs là que réside tout l’intérêt du film : tout insinuer et ne jamais rien proclamer, démontrer. Un dialogue en apparence anodin autour de la cuisine asiatique et de la cuisson du riz alors que Jean-Paul et Penelope reviennent d’un bain nocturne ne laissant guère planer de doutes sur la nature de ce bain, Penelope (dé)vêtue de la veste de Jean-Paul dans laquelle elle l’admirait de dos, enlacer Marianne, quelques jours auparavant, est particulièrement symptomatique de cet aspect du film, cette façon d’insinuer, cette sensualité trouble et troublante, ce jeu qui les dépasse. Cette scène entremêle savoureusement désirs et haines latents. Les regards de chacun : respectivement frondeurs, évasifs, provocants, dignes, déroutés… font que l’attention du spectateur est suspendue à chaque geste, chaque ton, chaque froncement de sourcil, accroissant l’impression de malaise et de fatalité inévitable.

    Aucun des 4 personnages n’est délaissé, la richesse de leurs psychologies, de la direction d’acteurs font que chacune de leurs notes est indispensable à la partition. La musique discrète et subtile de Michel Legrand renforce encore cette atmosphère trouble. Chacun des 4 acteurs est parfait dans son rôle : Delon dans celui de l’amoureux jaloux, fragile, hanté par de vieux démons, d’une sensualité à fleur de peau, mal dans sa peau même, Romy Schneider dans celui de la femme sublime séductrice dévouée, forte, provocante et maternelle, Jane Birkin dont c’est le premier film français dans celui de la fausse ingénue et Maurice Ronet dans celui de l’ « ami »  séduisant et détestable, transpirant de suffisance et d’arrogance…et la piscine, incandescente à souhait, véritable « acteur ».  Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas lever le voile sur les mystères qui entourent ce film et son dénouement.

    Deray retrouvera ensuite Delon à 8 reprises notamment dans « Borsalino », « Flic story », « Trois hommes à abattre »… mais « La piscine » reste un film à part dans la carrière du réalisateur qui mettra en scène surtout un cinéma de genre.

    Neuf ans après « Plein soleil » de René Clément (que je vous recommande également), la piscine réunit donc de nouveau Ronet et Delon, les similitudes entres les personnages de ces deux films sont d’ailleurs nombreuses et le duel fonctionne de nouveau à merveille.

    Un chef d’œuvre dont le « Swimming pool » de François Ozon apparaît comme une copie détournée, certes réussie mais moins que l’original. En lisant récemment « UV » de Serge Joncour je me dis que cette piscine-là n’a pas fini d’inspirer écrivains, scénaristes et réalisateurs mais qu’aucune encore n’a réussi à susciter la même incandescence trouble.

    Un film sensuel porté par des acteurs magistraux, aussi fascinants que cette eau bleutée fatale, un film qui se termine par une des plus belles preuves d’amour que le cinéma ait inventé. A voir et à revoir. Plongez dans les eaux troubles de cette « piscine » sans attendre une seconde !

    Retrouvez également ma critique de "César et Rosalie" avec Romy Schneider en cliquant ici.

    Retrouvez également ma critique de "L'enfer" de Henri-Georges Clouzot en cliquant ici

    Filmographie de Romy Schneider:

    • 1953 : Lilas blancs (Wenn der weiße Flieder wieder blüht) de Hans Deppe : Evchen Forster
    • 1954 : Feu d'artifice (Feuerwerk) de Kurt Hoffmann : Anna Oberholzer
    • 1954 : Les Jeunes Années d'une reine (Mädchenjahre einer Königin) d'Ernst Marischka : Victoria
    • 1955 : Mon premier amour (Der letzte Mann) de Harald Braun : Niddy
    • 1955 : Mam'zelle Cri-Cri (Die Deutschmeister) d'Ernst Marischka : Stanzi Huebner
    • 1955 : Sissi (Sissi) d'Ernst Marischka : Elisabeth de Bavière, dite Sissi
    • 1956 : Kitty à la conquête du monde (Kitty und die große Welt) d'Alfred Weidenmann : Kitty Dupont
    • 1956 : Sissi impératrice (Sissi, die junge Kaiserin) d'Ernst Marischka : Sissi
    • 1957 : Monpti (Monpti) de Helmut Käutner : Anne-Claire
    • 1957 : Un petit coin de paradis (Robinson soll nicht sterben) de Josef von Báky : Maud Cantley
    • 1957 : Sissi face à son destin (Sissi, Schicksalsjahre einer Kaiserin) d'Ernst Marischka : Sissi
    • 1958 : Carnets intimes de jeune fille (Die Halbzarte) de Rolf Thiele : Nicole Dassau/Eva
    • 1958 : Mademoiselle Scampolo (Scampolo) d'Alfred Weidenmann : Mademoiselle Scampolo
    • 1958 : Christine de Pierre Gaspard-Huit : Christine Weiring
    • 1958 : Jeunes filles en uniforme (Mädchen in Uniform) de Géza von Radványi (remake)
    • 1959 : Katia de Robert Siodmak : Katia
    • 1959 : La Belle et l'empereur (Die schöne Lügnerin) d'Axel von Ambesser : Fanny Emmetsrieder
    • 1960 : Plein soleil de René Clément : l'amie de Freddy
    • 1960 : Mademoiselle Ange (Ein Engel auf Erden) de Géza von Radványi : Line/L'ange
    • 1961 : Lysistrata - (Die Sendung der Lysistrata) (TV) de Fritz Kortner
    • 1962 : Le Combat dans l'île d'Alain Cavalier : Anne
    • 1962 : Le Procès d'Orson Welles : Leni
    • 1962 : Boccace 70 (Boccaccio '70) de Luchino Visconti : Pupé (Il Lavoro)
    • 1963 : Les Vainqueurs (The Victors) de Carl Foreman
    • 1963 : Le Cardinal (The Cardinal) d'Otto Preminger : Annemarie von Hartman
    • 1964 : Prête-moi ton mari (Good Neighbor Sam) de David Swift : Janet Lagerlof
    • 1964 : L'Enfer de Henri-Georges Clouzot (inachevé)
    • 1964 : Romy , anatomie eines gesichts de Hans-Jürgen Syberberg - documentaire -
    • 1965 : L'Amour à la mer de Guy Gilles : la vedette
    • 1965 : Paris brûle-t-il ? de René Clément - scènes coupées au montage -
    • 1965 : Quoi de neuf, Pussycat ? (What's New Pussycat?) de Clive Donner : Carole Werner
    • 1966 : Dix heures et demie du soir en été (10:30 P.M. Summer) de Jules Dassin : Claire
    • 1966 : La Voleuse de Jean Chapot : Julia Kreuz
    • 1966 : La Fantastique histoire vraie d'Eddie Chapman (Triple cross) de Terence Young : Comtesse
    • 1968 : Otley de Dick Clement : Imogen
    • 1968 : La Piscine de Jacques Deray : Marianne
    • 1970 : La Califfa d'Alberto Bevilacqua : La Califfa
    • 1970 : L'Inceste (My lover, my son) de John Newland : Francesca Anderson
    • 1970 : Les Choses de la vie de Claude Sautet : Hélène
    • 1970 : Qui ? de Léonard Keigel : Marina
    • 1971 : L'Assassinat de Trotsky (The Assassination of Trotsky) de Joseph Losey : Gita Samuels
    • 1971 : Max et les ferrailleurs de Claude Sautet : Lily
    • 1971 : Bloomfield (Bloomfield) de Richard Harris
    • 1972 : César et Rosalie de Claude Sautet : Rosalie
    • 1973 : Un amour de pluie de Jean-Claude Brialy : Elizabeth
    • 1973 : Le Train de Pierre Granier-Deferre : Anna
    • 1973 : Ludwig, le crépuscule des dieux (Ludwig) de Luchino Visconti : Elisabeth d'Autriche
    • 1974 : Le Trio infernal de Francis Girod : Philomena Schmidt
    • 1974 : L'important c'est d'aimer d'Andrzej Żuławski : Nadine Chevalier
    • 1974 : Le Mouton enragé de Michel Deville : Roberte Groult
    • 1975 : Le Vieux Fusil de Robert Enrico : Clara Dandieu
    • 1975 : Les Innocents aux mains sales de Claude Chabrol : Julie Wormser
    • 1976 : Mado de Claude Sautet : Hélène
    • 1976 : Une femme à sa fenêtre de Pierre Granier-Deferre : Margot Santorini
    • 1977 : Portrait de groupe avec dame (Gruppenbild mit Dame) d'Aleksandar Petrovic : Leni Gruyten
    • 1978 : Une histoire simple de Claude Sautet : Marie
    • 1979 : Liés par le sang (Bloodline) de Terence Young : Hélène Martin
    • 1979 : Clair de femme de Costa-Gavras : Lydia
    • 1979 : La Mort en direct de Bertrand Tavernier : Katherine Mortenhoe
    • 1980 : La Banquière de Francis Girod : Emma Eckhert
    • 1981 : Fantôme d'amour (Fantasma d'amore) de Dino Risi : Anna Brigatti
    • 1981 : Garde à vue de Claude Miller : Chantal Martinaud
    • 1982 : La Passante du Sans-Souci de Jacques Rouffio : Elsa Wiener/Lina Baumstein

    Récompenses et nominations

    • 1976 : César de la meilleure actrice - L'important c'est d'aimer
    • 1977 : Nomination au César de la meilleure actrice - Une femme à sa fenêtre
    • 1979 : César de la meilleure actrice - Une histoire simple
    • 1980 : Nomination au César de la meilleure actrice - Clair de femme
    • 1983 : Nomination au César de la meilleure actrice - La Passante du Sans-Souci
    • 2008 : César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 3 commentaires
  • Concours 1Max2Ciné par BNP Paribas : 200 places de cinéma à gagner sur inthemoodforcinema.com

    max.jpgCe n'est pas encore tout à fait la rentrée et pour la rendre moins douloureuse, dans le cadre de l'opération "1Max2Ciné par BNP Paribas" je vous  offre aujourd'hui 200 contremarques (= 1 place de cinéma offerte sur présentation de la contremarque, pour une place achetée le même jour).

    Le principe de la fête du cinéma destiné aux  moins de 27 ans est le suivant : quand vous achetez une place le samedi, vous bénéficiez automatiquement d'une place offerte (le même jour, dans le même cinéma pour une autre séance).  L'opération de la BNP consiste à vous permettre d'en profiter également le dimanche. Sur présentation de la contremarque BNP (à condition d'avoir moins de 27 ans), vous  bénéficiez d'une place gratuite tous les dimanches de septembre.

     Pour remporter ces places de cinéma, rien de plus simple: il vous suffit d'avoir moins de 27 ans et de remplir le widget ci-dessous.   Attention cependant: les premiers arrivés seront les premiers servis donc dépêchez-vous de vous inscrire si vous voulez être certain de remporter vos places.

    Quelques idées de films à voir en septembre: "Inception" de Christopher Nolan (encore certainement à l'affiche, du moins je le souhaite), "Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois,  "Hors-la-loi" de Rachid Bouchareb et beaucoup d'autres dont je vous parlerai très prochainement

    En quoi consiste l'opération 1max2ciné?

    En septembre 2010, la Fédération Nationale des Cinémas Français lance une toute nouvelle opération de promotion qui est, pour la première fois, destinée aux jeunes spectateurs : 1max2ciné

     Tous les samedis de septembre (les 4, 11, 18 et 25 septembre), une séance est offerte pour les moins de 27ans après l’achat d’une première séance au tarif habituel. Celle-ci est valable le même jour, pour un autre film, à une autre séance, dans le même cinéma (hors majoration 3D).

    En s’échelonnant sur un mois, 1max2ciné représente une occasion exceptionnelle de découvrir toute la programmation de la rentrée cinématographique dans les salles obscures de l’ensemble du territoire.

     BNP Paribas, partenaire exclusif des opérations de promotion de la FNCF, prolonge 1max2ciné tous les dimanches de septembre (les 5, 12, 19 et 26 septembre) en offrant plus de 300 000 contremarques de cinéma à ses clients et prospects, dont 100 000 à gagner sur www.bnpparibas.net relayé sur la page facebook (www.facebook.com/bnpparibasnet) et twitter (www.twitter.com/BNPPARIBAS_NET) à partir du 18 août 2010 (dans la limite des stocks disponibles). Ces contremarques BNP Paribas sont valables dans les salles de cinéma partout en France, selon les modalités identiques à celles de l’opération.

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX Pin it! 2 commentaires
  • Bande-annonce (en vo et vf) et images de "The American" de Anton Corbijn avec George Clooney

    george8.jpg
    george1.jpg
    george3.jpg
    george5.jpg
    george9.jpg
    george6.jpg

    Encore un peu en vacances, une petite bande-annonce (en vo et vf) pour vous faire patienter en attendant le retour des critiques des films à l'affiche, avec, aujourd'hui un autre film que j'attends avec impatience "The American" de Anton Corbijn avec George Clooney  qui sortira en salles le 27 octobre et dont voici le synopsis officiel:

    Jack est un tueur à gages habile et expérimenté. Toujours en alerte, il n’a aucune attache. Quand une mission tourne mal et lui coûte la vie de la femme qu’il aime, il se fait la promesse que son  prochain contrat sera le dernier. Cette ultime mission le conduit dans un pittoresque village italien niché dans de hautes collines. Mais pour Jack, chaque lieu peut se révéler un piège et chaque personne une menace. Toutefois, il prend  goût aux confidences échangées autour d’un armagnac avec le prêtre du village, et se laisse entraîner dans une liaison avec une belle italienne. Mais en baissant la garde, Jack prend peut-être des risques.  Une menace semble se rapprocher, et la mystérieuse femme qui l’a engagé n’est peut-être pas ce qu’elle prétend. Alors que Jack, de plus en plus méfiant, envisage de vivre, aimer et mourir en Italie, la tension monte jusqu’à la confrontation ultime, dans le dédale des ruelles escarpées du
    village.

    Retrouvez également George Clooney sur In the mood for Deauville, lors de la conférence de presse de "Michael Clayton".

    Lien permanent Imprimer Catégories : BANDES ANNONCES Pin it! 0 commentaire