Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Mostra de Venise 2010 : le programme

    venise.jpg

    Si cette année encore j'ai opté pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville , il n'est pas impossible que ce soit pour la 17ème et dernière année et que l'an prochain je me décide enfin à céder à la tentation vénitienne. Si auparavant les équipes de films américaines faisant le voyage pour Venise passaient également par Deauville, c'est devenu de plus en plus rare avec pour preuve les films américains très attendus qui, cette année encore, seront  projetés à Venise et non à Deauville comme ceux de Sofia Coppola , Darren Aronofsky (qui avait pourtant projeté à Deauville le magnifique "The Fountain")  sans oublier les présences de Vincent Gallo ou Ben Affleck ( qui présentera son film The Town , hors compétition, aux côtés de son  frère Casey qui, lui , viendra présenter son documentaire sur la fausse retraite de Joaquin Phoenix.)

    Comme chaque année les festivals de Deauville et Venise se chevauchent puisque le premier se déroulera du 3 au 12 septembre et le second du 1er au 11 septembre.

    Je vous rappelle que c'est Quentin Tarantino qui présidera le jury de cette 67ème Mostra (A quand un grand cinéaste américain dans le jury à Deauville?) et notamment composé de Guillermo Arriaga, Ingeborga Dapkunaite, Arnaud Desplechin, Danny Elfman, Luca Guadagnino, Gabriele Salvatores.

    La  sélection de cette 67ème Mostra est donc encore une fois particulièrement alléchante.

    Voici la liste  (impressionnante)des films en compétition pour le Lion d'or:

    somewhere2.jpg

    Black Swan de Darren Aronofsky (film d’ouverture)

    La pecora Nera de Ascanio Celestini

    Somewhere de Sofia Coppola

    Happy Few de Antony Cordier

    La solitude des nombres premiers de Saverio Costanzo

    Silent souls de Aleksei Fedorchenko

    Promises writen in water de Vincent Gallo

    Road to nowhere de Monte Hellman

    Balada triste de trompeta de Alex de la Iglesia

    Venus noir de Abdellatif Kechiche

    Post mortem de Pablo Larrain

    Barney's version de Richard J. Lewis

    We believed de Mario Martone

    La passione de Carlo Mazzacurati

    13 Assassins de Takashi Miike

    Potiche de François Ozon

    Meek's cutoff de Kelly Reichardt

    Miral de Julian Schnabel

    Norvegian wood de Tran Anh Hung

    Attenberg de Athnia Rachel Tsangari

    Detective Dee and the mystery of Phantom Flame de Tsui Hark

    Three de Tom Tykwer

    Egalement au programme:

    - Un hommage à Denis Hopper sera rendu (avec projection de son film The Last Movie (1971).)

    Machete , de Robert Rodriguez en séance de minuit

    Martin Scorsese présentera son documentaire  A letter to Elia

    -John Turturro présentera son documentaire :  Passione

    -Catherine Breillat ouvrira Orizzonti, une sélection dédiée aux nouveautés indépendantes, avec La belle endormie

    - Oki's movie, d' Hong Sang-Soo  clôturera Orizzonti,

    - Vincent Gallo présentera Agent

    - Nicolas Provost présenterai Stardust (film expérimental réunissant Jack Nicholson , Dennis Hopper et John Voight ).

    - Une rétrospective dédiée à la comédie italienne est programmée tout au long du festival

    Site officiel de la Mostra de Venise

    biennale.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • "La rivière Tumen" de Zhang Lu et "Poetry" de Lee Chang-dong en salles ce mercredi

    rivière2.jpg

    Deux films asiatiques dont je vous ai déjà parlé sortent en salles cette semaine: le coréen "Poetry" pour lequel Lee Chang Dong a reçu le prix du scénario au dernier Festival de Cannes et "La rivière Tumen", film sino-coréen de Zhang Lu  qui a reçu une mention spéciale à la Berlinale 2010 (présenté dans la section "Génération") ainsi que le prix du jury et le Prix des Etudiants du Festival Paris Cinéma 2010.

     Des deux, je vous recommanderais le second, trouvant le premier largement surestimé et valant essentiellement pour son actrice principale (voir plus bas les quelques mots publiés au sujet du film suite à la projection cannoise).

    tumen.jpg

     La Rivière Tumen est celle qui marque la frontière entre la Chine et la Corée du Nord. C’est dans cette région au climat rigoureux de laquelle ses habitants cherchent à fuir que les drames se confrontent, que les incompréhensions et les malheurs s’entrechoquent. Un film judicieusement glacial et glaçant qui nous fait appréhender l’âpreté de la vie de ses habitants. Une vie qui semble sans espoir et dont la puissance du hors champ (que ce soit celui de la situation politique qui n’est que brièvement évoquée par le prisme de l’écran de télévision ou celui de drames personnels) renforce encore le sentiment d’oppression politique, sociale, physique. La rigueur de la mise en scène fait écho à la vie rigoureuse des habitants. La violence, subite, terrifiante, éclate comme un terrible appel à l’aide et le hors-champ comme un appel au regard, celui du reste du monde qui détourne peut-être parfois trop facilement les yeux.

    stones 025.JPG
    poetry.jpg

    Lee  Chang-dong est un habitué de la Croisette puisque, en 2000, il y présentait déjà son deuxième long-métrage, « Peppermint candy » adapté de l'un de ses romans (il fut d'abord écrivain)et puisque l'actrice Jeon Do-yeon a reçu le prix d'interprétation féminine en 2007 pour « Secret sunshine ». C'est cette fois avec « Poetry » qu'il revient en compétition officielle.

    Dans une petite ville de la province du Gyeonggi traversée par le fleuve Han, Mija vit avec son petit-fils, qui est collégien. C'est une femme excentrique, pleine de curiosité, qui aime soigner son apparence, arborant des chapeaux à motifs floraux et des tenues aux couleurs vives. Le hasard l'amène à suivre des cours de poésie à la maison de la culture de son quartier et, pour la première fois dans sa vie, à écrire un poème.
    Elle cherche la beauté dans son environnement habituel auquel elle n'a pas prêté une attention particulière jusque-là. Elle a l'impression de découvrir pour la première fois les choses qu'elle a toujours vues, et cela la stimule. Cependant, survient un événement inattendu qui lui fait réaliser que la vie n'est pas aussi belle qu'elle le pensait.

    Un film à la fois doux et âpre, sensible et violent dans lequel la poésie devient une arme contre l'oubli et le désarroi et un moyen de supporter les épreuves de l'existence (et il faut dire que Mija en traverse un certain nombre : elle apprend que son petit-fils est l'auteur d'un viol et dans le même temps qu'elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer sans compter qu'elle est seule et sans argent, qu'elle fait des ménages pour vivre et qu'elle doit « dédommager » la mère de la victime de son fils...).

    Bel hommage au pouvoir salvateur des mots. Dommage qu'il y ait quelques longueurs, que les malheurs soient un peu trop chargés et que certaines scènes manquent de crédibilité : la résignation de la mère qui accepte d'être simplement dédommagée par les parents des enfants qui ont violé sa fille et l'ont poussée au suicide, ou ce soudain oubli de Mija comme par hasard lorsqu'elle vient d'apprendre qu'elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer et alors que rien ne le laissait présager auparavant.

    Grand retour de la comédienne Yoon Hee-jeong absente des plateaux de cinéma depuis 15 ans, sa présence, son jeu tout en nuances, sont néanmoins le grand atout de ce film qui aurait  bien lui pu valoir un prix d'interprétation, plus justifié à mes yeux que le prix du scénario que le film a finalement reçu. Lee Chang-dong : indéniablement un grand directeur d'acteurs et un grand amoureux des mots...

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2010 Pin it! 2 commentaires
  • Court-métrage : "C'était un rendez-vous" de Claude Lelouch

    rendez.jpg Alors que le 15 septembre prochain sortira  "Ces amours-là" de Claude Lelouch et à 10 jours de l'ouverture du 36ème Festival du Cinéma Américain de Deauville dont le réalisateur est indissociable, je vous propose aujourd'hui de visionner "C'était un rendez-vous", un court-métrage de 1976.  Il s'agit d'une traversée de Paris, à vive allure, réalisée en plan séquence à l'avant d'une voiture. Le film est connu avant tout parce qu'il a été réalisé en une seule prise et au milieu de la circulation automobile réelle sans véritables protections. La bobine disponible pour réaliser ce court métrage ne laissait que peu de marge pour terminer le parcours et encore moins pour refaire une prise en cas de problèmes. C'est Claude Lelouch qui conduisait Le passage aux guichets de Louvre ne permettant aucune visibilité, un guetteur (Élie Chouraqui alors assistant de Claude Lelouch) avait été installé, le seul de l'ensemble du parcours, mais celui ci ne put donner aucune indication, ,le talkie-walkie étant en panne. Le parcours fut modifié en raison d'un camion de livraison bouchant une rue en sens unique, on peut d'ailleurs remarquer que la voiture s'engage dans une rue avant de revenir sur la route principale pour effectuer un détour qui aurait pu compromettre le film.

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : COURTS-METRAGES Pin it! 0 commentaire
  • Concours 80 pass pour le 36ème Festival du Cinéma Américain de Deauville : les résultats

    deauville9.jpg

    Comme promis, voici les résultats du concours vous permettant de remporter des pass pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2010. Les participations  on été très nombreuses et j'aurais aimé pouvoir offrir des pass à tout le monde, ce qui n'était malheureusement pas possible. Certains ont trouvé le questionnaire difficile, le nombre de participants ayant trouvé la totalité des bonnes réponses a pourtant été largement supérieur au nombre de pass. 

    Je contacterai les gagnants par email dans le courant de la semaine prochaine. Les pass leur seront envoyés directement par Orange (merci de me confirmer que vous les aurez bien reçus). Merci à tous les autres d'avoir participé, ce qui leur a sans doute demandé pas mal de temps, j'en suis parfaitement consciente... Au plaisir néanmoins de vous croiser pendant le festival. N'hésitez pas à vous manifester.Quant au gagnant du séjour à l'hôtel du Golf, il sera également contacté dans le courant de la semaine prochaine.

     D'autres concours vous seront prochainement proposés sur le blog avec bientôt des romans, des places de cinéma ou encore des dvds à gagner. J'en profite pour vous rappeler que vous pourrez suivre ce qui sera mon 17ème Festival du Cinéma Américain en direct, du premier au dernier jour, sur In the mood for Deauville et sur In the mood for cinema. Je vous invite également à découvrir mes deux autres blogs "In the mood for Cannes" et le petit dernier "In the mood for luxe".

    Pour avoir toutes les informations en direct je vous invite également à me suivre sur twitter, sur le compte http://twitter.com/moodfdeauville (@moodfdeauville ) et à vous inscrire sur la page Facebook d'In the mood for Deauville.

    N'hésitez pas non plus à me faire part, dans les commentaires ou par email, de vos attentes quant aux sujets que vous souhaitez voir traités sur mes blogs pendant le festival.

    Bon festival à tous!

    Question n°1: Donnez-moi les titres des 5 films suivants dont des morceaux d’affiches ont été découpés (tous ces films ont un lien plus ou moins proche avec l’édition 2010 du Festival)

    Affiche n°1:

    “Couvre-feu” avec Annette Bening (à qui le Festival rend hommage cette année) de Edward Zwick

    afficheconcours1 bis.jpg
    couvre-feu.jpg
    Affiche n°2:
    afficheconcours2-bis.jpg
    afficheconcours2.jpg
    Affiche n°3:

    « Les Egarés » d’André Téchiné avec Emmanuelle Béart (présidente du jury longs-métrages du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2010)

    concoursaffiche3bis.jpg
    concoursaffiche3.jpg
    Affiche n°4:

    Réponse 4 : « Brazil » de Terry Gilliam à qui le Festival 2010 rend hommage, lequel Terry Gilliam donnera également une master class

    concoursaffiche4bis.jpg
    concoursaffiche4.jpg
    Affiche n°5:

    « Twelve » de Joel Schumacher présenté en avant-première dans le cadre du Festival 2010

    concoursaffiche5bis.jpg
    twelve.jpg

    Question n°2: Trouvez les titres des 5 films américains dont les photos ci-dessous sont extraites (des films que j’apprécie donc il est possible qu’il en soit question sur le blog)

    Photo n°1:

    « Bienvenue à Gattaca » d’Andrew Niccol

    concoursphoto1.jpg
    Photo n°2:
    Réponse 2 : « Eve » de Joseph L. Mankiewicz

    Question n°3: Trouvez les titres des 5 films suivants ET leur point commun grâce aux indices (c’est très facile si vous trouvez le point commun).

    Le point commun à trouver était Emmanuelle Béart, présidente du jury longs-métrages du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2010 qui a tourné dans tous ces films.

    Film n°1. Indices: Ravel-Daniel-Claude  "Un coeur en hiver" de Claude Sautet

    Film n°2. Indices : Pagnol-Claude pas Richard- la deuxième partie "Manon des Sources" de Claude Berri

    Film n°3. Indices : Encore un Claude (comme le premier) et un titre avec un prénom en guise de nom "Nelly et Monsieur Arnaud" de Claude Sautet

    Film n°4. Indices Régis-Nationalité "Une femme française" de Régis Wargnier

    Film n°5 Indice  Bois-pâtisserie "La Bûche" de Danièle Thompson

     Question n°4: En quelle année ai-je fait partie d’un jury de cinéphiles dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville?

    En 2000 j'ai fait partie du jury CinéLive du Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Question n°5: En quelle année a eu lieu le 35ème anniversaire du Festival ?

    Le festival fêtera cette année sa 36ème édition. Le 35ème anniversaire a donc eu lieu l'an passé, en 2009.

    Question n°6: Citez une des nouveautés dans l'organisation du Festival 2010.

    Les nouveautés sont assez nombreuses cette année. Parmi celles-ci, l'instauration de la section "Deauville saison 1" consacrée au série ou encore un changement de planning puisque la compétition commencera un jour plus tôt.

     

    Question n°7: Ci-dessous une affiche du Festival du Cinéma Américain de Deauville a été découpée. De quelle édition s’agit-il ?

    Il s'agissait de l'affiche de 1982.

    affichedeauvilletrouver.jpg
    affichedeauvilletrouverbis.jpg

    Question n°8 (facultative): Afin de départager les gagnants en cas d’égalités, dîtes-moi en 500 caractères maximum pourquoi vous souhaitez assister au Festival et/ou ce que représente le Festival du Cinéma Américain de Deauville pour vous.

    deauvillesaison1.jpg
    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2010 Pin it! 0 commentaire