Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Hors-la-loi" de Rachid Bouchareb - Compétition officielle du Festival de Cannes 2010

horslaloi.jpg
© StudioCanal

"Hors-la-loi", 4 ans après le prix d'interprétation collective pour les acteurs d'"Indigènes" dont il est davantage une sorte de prolongement que réellement la suite, fait évidemment partie des films de cette compétition 2010 qui suscitent le plus d'attente même si cette année, contrairement à "Indigènes "il y a 4 ans, il représentera l'Algérie et non la France.

Pourrions-nous envisager à nouveau un prix collectif puisqu'on retrouve en grande partie le même casting, en tout cas les lauréats du prix d'interprétation à l'exception de Samy Nacéri? Les probabilités sont néamoins faibles d'autant que le film est depuis quelques jours l'objet d'une polémique, en raison "d'erreurs et anachronismes" et de sa prise de position sur les événements du massacre de Sétif.

Toujours est-il que la remise de leur prix collectif et le chant qu'ils entonnèrent alors ("C'est nous les Africains qui revenons de loin, venant des Colonies pour sauver la patrie!" ) reste un des (beaux) instants mémorables de l'Histoire du Festival de Cannes.

Cliquez ici pour lire les réponses de Bernard Blancan, l'un des lauréats de ce prix d'interprétation, données en 2007 à In the mood for Cannes.

Synopsis: Chassés de leur terre algérienne, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s’engage en Indochine. A Paris, Abdelkader prend la tête du mouvement pour l’Indépendance de l’Algérie et Saïd fait fortune dans les bouges et les clubs de boxe de Pigalle. Leur destin, scellé autour de l’amour d’une mère, se mêlera inexorablement à celui d’une nation en lutte pour sa liberté...

Casting: Roschdy Zem, Samu Bouajila, Jamel Debbouze, Bernard Blancan, Ahmed Benaissa, Larbi Zekkal, Chafia Boudraa, Mourad Khen, Jean-Pierre Lorit...

Sortie en salles: 22 septembre 2010

Films déjà présentés à Cannes par Rachid Bouchareb

  • 2006 - INDIGÈNES - En Compétition Réalisation, Scénario & Dialogues
  • 1991 - CHEB - Section parallèle Réalisation
  • 1983 - PEUT ÊTRE LA MER - Section parallèle Réalisation

Membre du Jury

  • 2008 - Longs métrages - Membre

Filmographie de Rachid Bouchareb

Longs métrages

  • 1985 : Bâton Rouge
  • 1991 : Cheb
  • 1994 : Poussières de vies
  • 2001 : Little Senegal
  • 2006 : Indigènes
  • 2009 : London River
  • 2010 : Hors-la-loi

Courts métrages

  • 2004 : Le vilain petit poussin
  • 2005 : L'ami y'a bon
  • 2007 : Djebel
  • 2009 : Houme - Vivre Ensemble

Commentaires

  • L'avantage d'Indigènes fut de mettre en exergue une Histoire que peu souvent contée à l'école. Et de sortir avant L'Ennemi Intime dont il est en quelque sorte le "préquel" dans le sens où le sujet d'Indigène n'est qu'effleuré par un Ennemi Intime se déroulant 20 ans après la fin de la seconde guerre mondiale. C'est pour moi bien le seul intérêt d'un film dont la mise en scène académique et souffreuteuse plagie éhontément les ressorts émotionnels et scénaristiques du Soldat Ryan de Spielberg (sans en avoir ne serait-ce qu'une ombre de la force visuelle).
    Film nécessaire ne veut pas dire bon film. Avec L'Ennemi Intime, Siri avait réussi à allier le fond et la forme avec un brio et une maîtrise technique qu'on pensait avoir disparu du cinéma français, le plaçant sans complexe au niveau d'un film d'Oliver Stone.
    Que dire de ce nouveau film donc ? Qu'il est nécessaire ? Oui, c'est important mais j'espère que Bouchareb a compris qu'une mise en scène est l'écrin de l'idée et que son nouveau long métrage (Algérien mais financé en -grande- partie par la France) saura utiliser la forme pour transcender le fond.

  • Moi je fais confiance à Rachid et à ses lascars. Quel casting ! Et puis question direction d'acteurs il sait faire.
    Je vais dire à mon Nanard qu'il est en vedette chez toi.
    Tu sais qu'il est (plus ou moins) écarté de la promo ? Pas assez bancable maybe??? ça m'dégoûte !

Les commentaires sont fermés.