Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festival du Cinéma Américain de Deauville 2006: bientôt le compte-rendu!

medium_av1bisz.jpgDans quelques jours, retrouvez mon compte-rendu du 32ème Festival du  Cinéma Américain de Deauville avec le résumé des films en compétition, les critiques des avant-premières et des photographies exclusives... Ce soir, le palmarès. Le jury primera-t-il le seul film qui, selon moi, domine une compétition terne ou bien renoncera-t-il à primer un film sorti en salles qui a déjà connu un succès phénomènal aux Etats-Unis à savoir Little Miss sunshine? Réponse ce soir et commentaires sur le palmarès très bientôt! En attendant retrouvez mes premiers articles sur le Festival ci-dessous.

Sandra.M, depuis le Festival de Deauville.

Commentaires

  • Merci pour les infos sur le festival.
    La déserteuse

  • Sandra, on a dû se croiser sans se voir dans la grande salle du CID où j'ai réussi a conserver ma place (la même depuis des années, le siège le plus à gauche du bloc central, juste devant le jury).
    Ce ne fut aisé tous les jours à cause de ces gorilles qu'on a cru bon introduire en Normandie pour assurer un ordre qui régnait de toute façon, vu l'absence de public - je veux dire de public payant, car du public y'en a eu surtout du gratuit, tous ces gens qui avaient raflé des places gratuites chez les commerçants... alors que le badge permanent de cochon de payant était facturé 145 €, ou quelque chose comme ça...

    Enfin bref, tout ca pour te dire que j'y ai vu les films et événements susceptibles d'intéresser le public de graisseux et de mécanos pour qui j'écris.

    Voilà les liens :
    http://memoiresdestands.hautetfort.com/archive/2006/09/10/who-killed-the-electric-car.html
    http://memoiresdestands.hautetfort.com/archive/2006/09/08/1636-rr-75.html
    http://memoiresdestands.hautetfort.com/archive/2006/09/06/un-homme-et-une-femme-40-ans-plus-tard.html

    Ah un dernier mot avant de regagner mon garage, j'aime bien David Rault. Et toi ?

  • Bon, quand et où installes-tu ton cabinet de voyance ?

    La Miss Sunshine, ce sera pour demain je pense. Aujourd'hui, je pense que ce sera "Flandres", ça me fait un peu peur mais je ne veux pas le rater !

  • Allez !!! au boulot !!!

  • Bonjour,

    juste un bref passage pour dire a memoire des stands que j'ai lu et apprecie la derniere ligne de son commentaire.

    a l'annee prochaine,

    david rault

  • Dorélie démasquée: ce désert-là n\'est pas définitivement infranchissable, non? Les vrais passionnés de cinéma reviennent toujours sur les lieux du crime...?

    Mémoire des stands: En effet, depuis 14 ans, je vous ai très certainement déjà croisé... même si j\'ai très souvent la tête dans les nuages ou plutôt dans les étoiles du septième art. Quant au pass public, je trouve ça bien de permettre à ceux qui n\'ont pas la chance d\'être accrédités professionnels de pouvoir se faire une telle immersion cinématographique. C\'est comme ça que j\'ai commencé à venir à Deauville, c\'est aussi ce qui a exacerbé ma passion pour le cinéma, ce sans quoi, qui sait, peut-être ne terminerais-je pas des études de cinéma aujourd\'hui, et ne rêverais-je pas de passer ma vie à vibrer au rythme de ma passion. David Rault, en effet, comme ses deux collègues contribue à l\'atmopshère conviviale de ce festival, et à sa réussite.

    Au faux Henri Chapier: démasqué aussi! (Mais qu\'avez-vous tous aujourd\'hui à employer des pseudos?!) Le résultat du boulot est là, j\'espère que cela t\'ira. (je ne tutoie pas Henri Chapier, juste celle que j\'ai reconnu derrière ce pseudo. Ouh, la menteuse).

    Pascale: j\'ai un peu de considération pour le travail des autres et l\'installation de mon cabinet les mettrait tous au chômage. Pour Flandres, je ne suis pas du tout d\'accord avec l\'article de ton blog! Une fois n\'est pas coutume:-) Simplement je trouve les propos de Dumont en contradiction avec le résultat. Il dit vouloir nous alerter sur la violence des images que nous ingurgitons avec indifférence mais je trouve qu\'il va exactement dans ce sens. Je n\'adhère pas à son discours (pseudo) philosophique...ni à sa pseudo déclaration d \'amour à la fin. De là à un film américain sirupeux avec les violons et l\'union flag il y a quand même un intermédiaire. Pour moi c\'est un film prétentieux qui va à l\'encontre de ses objectifs...

    David Rault(le vrai cette fois): Félicitations de nouveau pour cette édition réussie. En attendant la prochaine avec impatience. Bonne continuation.

Les commentaires sont fermés.