Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Le programme complet du 25ème Festival du Film de Cabourg - Journées romantiques 2011

    cabourg20112.png

    cab67.jpg


     

    Je me réjouis d’autant plus de retourner au Festival du Film de Cabourg (qui fête cette année ses 25 ans)  que le programme que je viens de découvrir est des plus réjouissants (presque trop dense, les choix seront cornéliens!) avec, d’un côté, les meilleurs films romantiques de l’année passée dont vous avez pu retrouver mes critiques sur inthemoodforcinema (cliquez sur les noms des films pour accéder à mes critiques, je vous recommande vivement ces différents films):

     -« Les yeux de sa mère » de Thierry Klifa  et retrouvez également le récit de ma rencontre  avec l’équipe : Catherine Deneuve, Nicolas Duvauchelle, Marina Foïs, Thierry Klifa etc

    yeux1.jpg

    -«  Voir la mer » de Patrice Leconte,

    voirlamer2.jpg

    -« Les émotifs anonymes » de Jean-Pierre Améris

    emotifs3.jpg

     -« Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia

    balcon5.jpg

    et, de l’autre, des avant-premières de films que je suis impatiente de découvrir ou de revoir comme « La guerre est déclarée » de Valérie Donzelli découvert dans le cadre de la Semaine de la Critique du dernier Festival de Cannes dont il faisant l’ouverture, un film qui a bouleversé les festivaliers ( Un hymne à la vie, au courage, à la fugacité du bonheur, un film plein de douce fantaisie, avec une inspiration toujours très truffaldienne, et jamais mièvre. Un film bouleversant. ) et qui fait partie de la compétition à Cabourg mais également au Festival Paris Cinéma que vous pourrez aussi suivre en direct sur ce blog, en juillet prochain. Retrouvez ma vidéo du débat qui a suivi la projection de "La guerre est déclarée", à Cannes, ci-dessous.

    conférence de presse Maïwenn 025.JPG

     Au programme , pas moins de 76 séances et 4 Ciné-Swann sur la plage (qui existaient déjà lors de ma participation au jury en 2002 et qui font partie des rendez-vous incontournables du festival.

    A ne pas manquer:

    .un Panorama de longs métrages en avant-première,

    . une Compétition de longs métrages,

    . une Compétition de courts métrages,

    . des séances Ciné-Swann sur la plage,

    . une section Premiers Rendez-vous,

    . une programmation Jeunesse,

    . une section Fenêtre sur le Pacifique,

    . un Coup de cœur (décerné à Sylvie Vartan).

     Les films de la section panorama parmi lesquels sera élu le prix du public (par les spectateurs votant à l’issue de la séance) :

    -3 fois 20 ans, de Julie Gavras (France)

    Interprétation : William Hurt, Isabella Rosselini, …

     -L’art de séduire, de Guy Mazarguil (France)

    Interprétation : Julie Gayet, Mathieu Demy, Valérie Donzelli, …

     -Au cul du loup, de Pierre Duculot (Belgique, France)

    Interprétation : Christelle Cornil, Jean-Jacques Rousin, …

     -Chico & Rita, de Fernando Trueba & Javier Mariscal (Espagne, Grande-Bretagne)Animation / VOSTFR

    Interprétations des chansons : Bebo Valdés, Idania Valdés, Estrella Morente, …

     -L’élève Ducobu, de Philippe de Chauveron (France)

    Interprétation : Elie Semoun, Héléna Noguerra, Bruno Polydadès, Claude Vincent, …

     -Et maintenant, on va où ?, de Nadine Labaki (Liban, France)

    Interprétation : Nadine Labaki , Claude Msawbaa, Leyla Fouad, …

      -La Fée, de et avec Dominique Abel, Fiona Gordon & Bruno Romy (Belgique, France)  

    -J’aime regarder les filles, de Frédéric Louf (France )

    Interprétation : Pierre Niney de la comédie française, Lou de Lâage, …

     -Mes meilleures amies, de Paul Feig (États-Unis)

    Interprétation : Kristen Wiig, Maya Rudolph, Ellie Kemper, …

     -Ni à vendre, ni à louer, de Pascal Rabaté (France)

    Interprétation : Jacques Gamblin, Maria De Medeiros, François Damiens, …

     - Pourquoi tu pleures ?, de Katia Lewkowicz (France )

    Interprétation : Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia, Valérie Donzelli, …

     - Noces Éphémères, de Reza Serkanian (Iran, France)

    Interprétation : Mahnaz Mohammadi, Hossein Farzi Zadeh, …

     -La prima cosa bella, de Paolo Virzì (Italie) Interprétation : Valerio Mastandrea, Stefania Sandrelli, Micaela Ramazotti, …

     La compétition de longs métrages (soumise au vote du Grand jury et du jury du prix de la jeunesse) :

     -Amador, de Fernando Leon de Aranoa (Espagne )

    Interprétation : Magaly Solier, Ceslo Bugalo, Pietro Sibille, …

     -Bonsaï, de Cristian Jiménez (Chili, France )

    Interprétation : Diego Noguera, Nathalie Galgani, …

     -Brighton Rock, de Rowan Joffe (Angleterre)

    Interprétation : Helen Mirren, Sam Riley, John Hurt,

     -En ville, de Valérie Mréjen et Bertrand Schefer (France)

    Interprétation : Lola Créton, Stanislas Merhar, Valérie Donzelli, …

     -The Future, de Miranda July

    Interprétation : Miranda July, Hamish Linklater, …

     -La Guerre est déclarée, de Valérie Donzelli (France)

     Interprétation : Valérie Donzelli, Jérémie Elkaim, …

     -Happy Happy, de Anne Sewitski( Norvège )

    Interprétation : Agnes Kittelsen, Kenrik Rafaelsen, …

     -Le monde de Barney, de Richard J Lewis (Canada, Italie)

    Interprétation : Paul Giamatti, Rosamund Pike, Minnie Driver, …

     Courts-métrages en compétition: retrouvez la liste dans mon article, ici.

    Seront également projetés deux courts-métrages hors compétition :

    L’oeil du Paon, de Gerlando Infuso

    Haram, de Benoît Martin

    Composition du jury longs métrages :

    Un Jury composé de personnalités du cinéma décerne le Grand Prix du Festival du Film de Cabourg lors de la Cérémonie des Swann d’Or.

    Co-Présidents : Radu Mihaileanu (réalisateur), Sylvie Vartan (chanteuse, comédienne)

    Membres du Jury : Astrid Bergès-Frisbey (comédienne), Audrey Dana (comédienne, réalisatrice), Virginie Despentes (écrivain, réalisatrice), Emmanuel Mouret (réalisateur), Frédéric Niedermayer (producteur), Tomer Sisley (comédien), Saïd Taghmaoui (comédien).

    Le jury du prix de la jeunesse, composé de lycéens, sera parrainé par : Lola Naymark (comédienne), Frédéric de Nexon (scénariste), Ivan Calbérac (réalisateur).

    Le jury des courts-métrages sera composé de :

    Président :

    Gustave Kervern (réalisateur)

    Membres du Jury : Deborah François (comédienne), Vénus Khoury-Ghata (écrivain), Heremoana Maamaatuaiahutapu (vice-président du FIFO, directeur de la Maison de la Culture de Tahiti), Isabelle Frilley (représentante de TITRATVS), Michèle Simmonet (représentante de l’ADAMI), Emmanuel Cléré-Zacharias (gagnant du concours STUDIO CINE LIVE), Sophie Conan (gagnante du concours FRANCE BLEU).

    Coup de cœur à Sylvie Vartan :

    Le Festival a souhaité célébrer les 50 ans de carrière romantique en chansons et en films de la co-présidente du Grand Jury : Sylvie Vartan. Sylvie Vartan présente au public : L’ange noir, de Jean-Claude Brisseau. Sylvie Vartan dédicace son album Soleil Bleu, Dimanche 19 juin à 11h - Salle des fêtes de l’Hôtel de Ville, accés côté parking. Entrée gratuite après retrait d’un ticket en billetterie.

     Ciné-Swann sur la plage :

    À la nuit tombante, le vendredi et le samedi soir, les succès romantiques de l’année sont projetés sur écran géant (18 mètres au sol par 14 mètres de haut). Les spectateurs assistent à ces séances, installés sur la plage dans 500 transats du partenaire officiel CINE+, entre la mer et le Grand Hôtel. Accès gratuit, après retrait des tickets en billetterie.

    Vendredi 17 juin, 22H30 / 00H30

    Les émotifs anonymes, de Jean-Pierre Améris

    Les yeux de sa mère, de Thierry Klifa

     Samedi 18 juin, 22h30 / 00h30

    Un balcon sur la mer, de Nicole Garcia

    Si tu meurs, je te tue, de Hiner Saleem

    Séance spéciale Ciné Swann, présentée en salle de cinéma

    Voir la mer, de Patrice Leconte

     Le Prix du premier rendez-vous:

    Pour soutenir l’émergence de jeunes talents cinématographiques, le Prix Premier Rendez-vous, créé en 2008, récompense la première apparition d’une actrice et d’un acteur dans un rôle de premier plan. La Cérémonie des Premiers Rendez-vous 2011 se déroulera au Grand Casino de Cabourg le vendredi 17 juin, en partenariat avec ALLIANZ et CHAUMET. ALLIANZ remettra un chèque de 1500 euros à chaque lauréat pour le soutenir dans sa formation d’acteur. Le joaillier CHAUMET offrira également une montre à l’actrice et à l’acteur pour marquer ce « Premier Rendez-vous » avec le public, et cette première reconnaissance de la profession. Le public peut faire connaissance avec les jeunes lauréats, lors des projections de :

     Le fils à Joe, de Philippe Guillard

    Interprétation : Gérard Lanvin, Olivier Marchal, Jérémie Duvall, …

     Simon Werner a disparu, de Fabrice Gobert

    Interprétation : Ana Girardot, Jules Pélissier, Audrey Bastien, …

     Egalement au programme : la section jeunesse, Fenêtre sur le Pacifique  (section documentaire qui a vu le jour en 2010, en partenariat avec le Festival International du Film d’Océanie), l’allée des talents (rencontre professionnelle informelle),  la sélection européenne (11 films européens au programme),  une séance spéciale (Rendez-vous avec un ange, de Sophie de Daruvar et Yves Thomas France / 2010 / 1h38 / Couleur Interprétation : Isabelle Carré, Sergi Lopez, …) , l’édition du livre-anniversaire du festival en vente sur place, une TV festival pour fêter les 25 ans (www.dailymotion.com/festival-cabourg) , le jardin idéal de Emmanuelle Béart, une exposition « Que s’est-il passé à MArienbad », le tapis rouge en centre ville,  la retransmission de la cérémonie des Swann d’or.

     Mais aussi, des Conférences signatures :

    › Marie d’Agoult, par Charles Dupêchez, dans le cadre du bicentenaire de la naissance du grand compositeur romantique Franz Liszt.

    › Mémoires de cinéma, par Mylène Demongeot, Coup de chapeau du Festival en 2002.

    › Balzac, par Gonzague Saint Bris, fondateur du Festival.

    Samedi 18 juin, 14h - Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville, accés côté parking.

    Entrée gratuite après retrait d’un ticket en billetterie.

     Egalement à ne pas manquer:  la soirée des roses le 17 juin (Une soirée de gala, la Soirée des roses, se tiendra le vendredi 17 juin en présence du Jury et des équipes de la section courts métrages, et de représentants de l’Association de Festival. Les convives se rendront au Grand Hôtel de Cabourg pour un dîner qui se clôturera par un mini récital de la comédienne et chanteuse Arielle Dombasle. Cette soirée est également placée sous le signe de la charité grâce à la désormais mythique Tombola des roses, dont les bénéfices sont reversés à l’Association L’Enfant Bien Entendu - Enfance maltraitée Normandie. ) .

     Liste des personnalités attendues au 25ème Festival du Film de Cabourg :

     

    cant16.jpg

     

    Emmanuelle Béart, Christine Citti, Guillaume Laurant, Gonzague Saint Bris, Mathieu Demy, Elie Semoun, Dominique Abel, Fiona Gordon, Bruno Romy, Dominique Pinon, Pascal Rabaté, Marie Kremer, Stanislas Merhar, Jérémie Elkaïm, Valérie Donzelli, Guillaume Gouix, Johan Libéreau, Hafsia Herzi, Charles Dupêchez, Gustave Kervern, Vénus Khoury-Ghata, Ivan Calbérac, Frédéric de Nexon, Lola Naymark, Astrid Berges-Frisbey, Audrey Dana, Virginie Despentes, Emmanuel Mouret, Tomer Sisley, Sylvie Vartan, Dominique Besnéhard, Jérémie Duvall, Ana Girardot, François-Xavier Demaison, Arielle Dombasle, Isabelle Carré, Jean Dujardin, Thierry Klifa, Patrice Leconte, Pauline Lefevre, Claude Lelouch, Raphaël Personnaz, Hiner Saleem,Jean-Pierre Ameris, Mylène Demongeot, Nicolas Duvauchelle, Nicole Garcia, Tonie Marshall, Mélanie Thierry, Jean-Claude Brisseau, Radu Mihaileanu, Deborah François, Saïd Taghmaoui, Bruno Nuytten, Baya Kasmi ...

    Billetterie

    Les projections du festival sont accessibles à l’achat d’un laissez-passer (25 euros, pour 5 séances de cinéma), remis dans un kit-festivalier comprenant le catalogue et la grille-horaire. Muni de ce laissez-passer, chaque spectateur retire les places pour les films de son choix en billetterie. Aucun ticket n’est donc vendu à l’unité. Avant l’ouverture du festival, la vente des laissez-passer et des produits dérivés (livre anniversaire, affiche et carte postale) est assurée à l’Office du Tourisme de Cabourg les week-ends du 2 au 5 juin et du 11 au 14 juin. À partir du mercredi 15 juin, l’espace billetterie ouvre ses portes. Les ventes de livres et de laissezpasser y sont assurées, ainsi que le retrait des places. Attention, ces retraits ne peuvent s’effectuer que pour les séances du jour même et du lendemain : le mercredi seules les places des séances du mercredi et du jeudi sont disponibles, le jeudi, sont uniquement distribuées les places du jeudi et du vendredi, et ainsi de suite...

    Nouveauté : lorsque des séances affichent complet, les festivaliers ont la possibilité de retirer des « tickets dernière minute » numérotés. A l’heure exacte du début de séance, les sièges restés libres seront proposées au personnes disposant de ces tickets spéciaux.

    Attention : les tickets n’étant ni échangeables, ni remboursables, la ponctualité sera de mise en 2011 !

    Espace billetterie

    Pavillon Charles Bertrand sur les Jardins du Casino, Du mercredi 15 au dimanche 19 juin,

    Ouverture à 8h30, fermeture à la dernière séance. Conditions générales de vente disponibles sur www.festival-cabourg.com

    En savoir plus:

    Cliquez ici pour retrouver tous mes articles consacrés au Festival du Film de Cabourg 2011 et notamment mon top du cinéma romantique.  Cliquez là pour lire mon compte rendu du Festival du Film de Cabourg 2007. 

    b8e5c3a576626f87a7436d425fb71366.jpg
     
    Grille de programmation
     

    cab68.jpg

    cab69.jpg

    cab610.jpg

  • Critique de "Bus palladium" de Christopher Thompson ce soir à 20H50 sur Canal plus

    Avant de regarder "Vous êtes de la police" de Romuald Beugnon dont je vous parlais tout à l'heure, vous pourrez également regarder le premier film de Crhsitopher Thompson "Bus palladium" diffusé à 20H50  sur Canal plus.

    buspalladium.jpg

    Alors qu'il a toujours baigné dans l'univers cinématographique, entre son grand-père Gérard Oury et sa mère Danièle Thompson (avec laquelle il a coécrit plusieurs scénarii), Christopher Thompson a attendu d'avoir presque quarante ans pour passer derrière la caméra. Un premier film est souvent le plus personnel, celui qui porte le plus l'empreinte de son réalisateur. Christopher Thompson, lui, a choisi de nous parler de musique et d'amitié à travers une bande de jeunes musiciens...

    Lucas, (Marc-André Grondin), Manu (Arthur Dupont), Philippe (Abraham Belaga), Jacob (Jules Pelissier) et Mario (François Civil) s'aiment depuis l'enfance. Ils ont du talent et de l'espoir. Ils rêvent de musique et de gloire. Leur groupe de rock, LUST, connaît un succès grandissant, mais les aspirations de chacun rendent incertain leur avenir commun. L'arrivée de Laura (Elisa Sednaoui) dans leur vie va bousculer un peu plus ce fragile équilibre.

    Cela débute sur le sublime air de « Let it loose » des Stones et pour moi c'était déjà une bonne raison d'aimer ce film ( vous saurez désormais comment me corrompre... : -)). Et ensuite ? Ensuite, « Bus Palladium » pâtit un peu de cette brillante référence avant de nous embarquer dans sa propre musique. Plus lisse, plus douce mais non dénuée de rugosité et d'amertume. Christopher Thompson fait commencer son film dans un joyeux désordre imprégné de l'enthousiasme de ce groupe qui débute. Puis, des personnages se distinguent : Lucas et Manu surtout, définis autant par l'amitié qui les lie que par leur rapport à leurs mères. La mère de Lucas est psy, réfléchie et compréhensive. Celle de Manu est très jeune, hôtesse de l'air, elle est indépendante, libre, et vit avec son fils comme avec un colocataire, dans un incessant tourbillon. Le premier est aussi équilibré que le second vit sur le fil et en déséquilibre. Et c'est là la grande force de ce premier film qui nous en fait dépasser les faiblesses : le caractère attachant de ses personnages dont Christopher Thompson (et Thierry Klifa, son coscénariste) brosse subtilement les portraits, à travers leurs relations avec leurs parents (mère dans le cas des deux précités ou grand-mère dans le cas de Babcia la grand-mère de Jacob qui ne parle que Yiddish.) Il sait singulariser ses personnages, les distinguer, nous les rendre familiers, particulièrement aidé en cela par trois acteurs exceptionnels. D'abord, la découverte Arthur Dupont qui interprète l'écorché vif Manu qui joue la comédie avec un air de Romain Duris et chante avec la voix de De Palmas. Ensuite Marc-André Grondin qui de nouveau en est au « premier jour du reste de sa vie ». et Elisa Sednaoui, séductrice et forte avec juste ce qu'il faut de fragilité qui affleure.

    Ces trois-là nous valent de suivre le film avec intérêt, leurs relations parfois troubles, surtout fortes, leur douloureux et définitif adieu à l'adolescence et le cruel renoncement à leurs rêves. Dommage alors que le reste soit si peu « rock », si peu à l'image du nom du groupe « Lust » (qui signifie luxure), que tout semble tellement lisse, que le Bus Palladium et certains personnages (au contraire de ces trois-là qui en ont tant) manquent  de caractère, que le film ait refusé de se situer vraiment dans une époque pour malheureusement ne pas parvenir non plus à être intemporel ( l'intrigue se déroule dans les années 80 avec des références vestimentaires des années 1970  et un vocabulaire des années 2000 « taf », « buzz » sans oublier la nourriture venant de chez Quick...).

    Malgré cela, émanent de ces trois personnages  principaux un tel charisme et une belle fragilité qu'on les quitte avec regret même s'ils nous laissent, comme Rizzo (lumineuse Naomi Greene)qui, dans le dernier plan, regarde à travers une vitre baignée de soleil, avec le bel espoir et la force d'un avenir (plus) radieux. Allez-y ne serait-ce que pour ces trois-là qui crèvent l'écran... Une première réalisation imparfaite mais attachante avec quelques beaux plans qui reflètent bien le tourbillon d'effervescence et de mélancolie mêlées de cette période charnière de leurs existences.

     

  • Critique- "Vous êtes de la police" de Romuald Beugnon à voir ce soir sur Arte à 22H40

    Je vous avais parlé de ce premier film lors de sa sortie, malheureusement alors passé inaperçu. Ne  manquez pas cette comédie policière tendrement caustique, ce soir, à 22H40, sur Arte.

    69e55bba94f434543571858ef09d84e1.jpg

     Un inspecteur de police à la retraite, Simon, (Jean-Pierre Cassel) n’apprécie pas mais alors pas du tout d’être placé (de force, par sa fille, parce que vous en connaissez, vous, dont le rêve est de couler des jours maussades en maison de retraite ?) dans une résidence pour personnes âgées, encore moins quand la chambre proprette individuelle se transforme en « colocation » exiguë avec un vieillard gâteux. Dès son arrivée, Simon se lie d’amitié avec un autre « résident », Alfred, (Jean-Claude Brialy) l’ancien propriétaire des lieux dont la jovialité contraste avec la lassitude de la plupart des pensionnaires. Ce dernier décède dans des circonstances apparentées à un accident par la police et la direction de l’établissement. Mais Simon, seul témoin de « l’accident », persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, décide de mener l’enquête avec l’aide de Francky, (Philippe Nahon) un autre pensionnaire aux allures de rocker adepte du karaoké (tiens, ça me rappelle quelque chose), et cleptomane. Les suspects ne sont autres que les pensionnaires : de la pimpante Jane Latour-Jackson ( Micheline Presle) à la directrice de l’établissement, Monique Laval (Marilyne Canto).

    Ce film a suscité une curiosité à quatre titres  ( la mienne en tout cas, celle des médias étant malheureusement, souvent, limitée, cadenassée, orientée vers ce qui rentre dans des cases, ce qui n’est pas le cas de ce film joyeusement hybride) tout d’abord parce qu’il s’agit ici du premier long métrage de Romuald Beugnon qui avait réalisé le sarcastique et tendre, émouvant et cruel « Béa » largement et justement primé dans de nombreux festivals et notamment au Festival du Film Romantique de Cabourg 2006, notamment pour les interprétations remarquables des deux interprètes Thérèse Roussel et Aymeric Cormerais. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une « comédie policière », genre périlleux et singulier. Egalement parce que les protagonistes sont des personnes âgées et que le cinéma, de plus en plus aseptisé et contraint à la frilosité, rechigne de plus en plus à filmer des visages ridés et las,… d’ailleurs pas forcément : débonnaires, malicieux,  aussi, parfois. Enfin, parce que c’est le dernier film de deux grands acteurs avec lesquels tout un pan de l’Histoire du cinéma français semble avoir disparu, emportés avec et par une « nouvelle vague » : Jean-Pierre Cassel et Jean-Claude Brialy.

    Avant tout c’est un film inclassable (et j’adore ce qui n’est pas classable, identifiable, résumable à un qualificatif insipide rassurant dans le journal tv.) :

    - Cela pourrait être seulement une chronique sociale, une vision personnelle, tendre et acerbe des maisons de retraite pudiquement appelées résidences, un portrait tendrement irrévérencieux des personnes âgées trop souvent cantonnées aux rôles secondaires ou à la figuration, bref à être juste tolérées. Il va bien falloir : vous allez être « enfermés » avec eux le temps du film, mais attendez, ne fuyez pas, c’est jubilatoire, inattendu, réjouissant.

    Le soir, les « résidents » sont en effet enfermés à clef dans leurs chambres, Francky chante le pénitencier lors du karaoké, seule réjouissance hebdomadaire, avec un enthousiasme débordant, à la fois ridicule et émouvant: la « pension » est parfois assimilée à une prison par ses pensionnaires  souvent infantilisés par le personnel dont Yolande Moreau, d’ailleurs parfaite dans son rôle d’infirmière mielleuse et autoritaire. Cette prison pour personnes âgées semble avoir emprunté son architecture carcérale à « Playtime » de Tati et « Vertigo » d’Hitchcock, à la fois absurde et inquiétante, rectiligne et circulaire.

    -Cela pourrait être seulement une comédie.  Derrière l’humour, savoureusement noir et réjouissant, et les dialogues, caustiques et cinglants (« Les vieux c’est l’avenir ») pointe la tendresse et derrière la tendresse, l’humour noir. L’un et l’autre affleurent constamment pour ne pas tomber dans la caricature, dans la comédie outrancière ou le  mélo pathétique. Un humour grinçant, oui mais mine de rien. Avec le sourire, l’élégance et la politesse du désespoir de Jean-Pierre Cassel.  Entre rire et émotion, toujours,  une scène emblématique de déclaration d’amour au karaoké (j’ai remarqué que dans tout bon film, ou presque, il y a une scène de chanson !) glisse subtilement du ridicule et du rire à l’émotion à l’enquête policière, une scène qui résume parfaitement ce film atypique et multiple.

    80fd1e2e5f8fe4e0e7c6e0be0faa324e.jpg-Cela pourrait être seulement un film policier inspiré d’Agatha Christie, avec Jean-Pierre Cassel en Hercule Poirot en fauteuil roulant. D’ailleurs la référence est clairement assumée avec une affiche qui rappelle étrangement celle du dernier film de Pascal Thomas « L’heure zéro », adaptation d’Agatha Christie. Romuald Beugnon lorgne pourtant davantage du côté de Claude Chabrol que de celui de Pascal Thomas : d’abord par le mélange d’humour noir, de comédie, de critique sociale (la présence du François du « Beau Serge » n’est peut-être pas étrangère à tout ça…) et par l’attention portée aux acteurs dont le jeu n’est pas  comme chez Pascal Thomas volontairement « faux » ou outrancier.

    C’est donc tout cela à la fois, un film de genre : critique sociale, film policier, comédie, film noir même (avec son incontournable femme fatale en la personne de Micheline Presle, toujours aussi étonnante !). Où les personnes âgées ne sont pas des boulets inanimés mais des êtres de chair (un peu), d’os (bon d’accord, beaucoup) et de sang (ici, aussi) qui aiment, trahissent, critiquent, 4cbaa14e67b3320be644737fcce1a2d8.jpgantipathiques, ou sympathiques, ambivalents, malicieux, sournois, calculateurs mais finalement toujours attendrissants. Comme dans « Béa » les comédiens (parfois non professionnels, ici) sont savamment choisis et témoignent d’une direction d’acteurs attentive : Micheline Presle est rayonnante, espiègle et aussi séduisante que séductrice, on retrouve avec plaisir Thérèse Roussel dans une scène savoureuse  de chamaillerie pour vol de vernis à ongle, et surtout Philippe Nahon, dans un rôle inhabituel, attachant, d’une force comique inattendue exacerbée par son costume et sa dégaine improbable et ses « sales » manies (le karaoké, la cleptomanie), lequel a d’ailleurs remporté un prix d’interprétation au Festival de Saint-Jean de Luz 2007.

    Comme dans « Béa » ce sont les personnes âgées qui ont le dernier mot, le dernier regard, qui mènent la danse, endiablée. Loin de l’infantilisation, la victimisation à laquelle on veut les réduire, ils  prennent le pouvoir pour notre plus grand plaisir ! C’est finalement un film très malin qui nous amuse et nous captive tout en nous faisant réfléchir, qui fait oublier l’âge des protagonistes par leur fantaisie et leurs envies : de vivre, de plaire, de s’amuser. Et qui nous les rappellent. Mine de rien, encore.

    Quant à Jean-Pierre Cassel et Jean-Claude Brialy, on ne peut s’empêcher d’éprouver un certain malaise surtout quand ce dernier se voit gratifié d’un « va mourir » par un des pensionnaires, ce qu’il fait dans le film… Ironie cruelle du destin et de la fiction.

    Donc irrévérencieux, ludique, tendrement cruel, réjouissant et drôle : soyez de la police avec Romuald Beugnon chanteur (un tout tout petit peu), magicien (beaucoup) et metteur en scène et directeur d’acteurs (passionnément!). Les frères Dardenne (qui coproduisent le film) ne s’y sont pas trompés…

    1d240aef6f544162c641e1d28b5d31e3.jpg

    Sites officiels:

    -Site officiel du film: http://www.vousetesdelapolice-lefilm.com/

    Journal du film: http://romualdbeugnon.com/blog/

     

  • Festival de Télévision de Monte-Carlo du 6 au 10 juin 2011 au Forum Grimaldi

    monte4.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plutôt que d'évoquer ici des films dont je n'aurais pas envie de parler (et avant d'en revenir aux critiques enthousiastes, mais pour cela encore faudrait-il que je reprenne le chemin des salles obscures honteusement délaissées depuis Cannes, mais j'y remédierai dès demain), exceptionnellement une petite escapade du côté de l'actualité télévisuelle pour vous parler du festival de télévision de Monte-Carlo. Vous aviez pu suivre sur ce blog le Forum International Cinéma et littérature qui (malheureusement et pour une raison inconnue) n'existe plus. Comme tout festival qui se respecte, le Festival de Télévision de Monte-Carlo propose  donc une compétition, des projections publiques, avant-premières etc. Vendredi à 19H aura lieu la cérémonie du palmarès "des Nymphes d'or". En attendant il vous reste encore deux jours pour en profiter. Rendez-vous sur le site officiel pour en savoir plus et retrouvez toutes mes bonnes adresses monégasques en cliquant ici.

  • La Fête du cinéma 2011 du 25 juin au 1er juillet : bande-annonce

    fete.jpgComme chaque année, la fête du cinéma fait partie des évènements incontournables avec, pour principe, une place achetée, chaque séance suivante à 3 euros. Je vous dirai bientôt quels films voir à cette occasion. En attendant de retrouver ici de nouvelles critiques et en attendant mes prochains comptes rendus en direct de festival (Cabourg puis Paris Cinéma), je vous propose de découvrir la bande-annonce ci-dessous. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel de la Fête du cinéma et sur sa page Facebook.

     

     

     

     

     

  • Top des meilleurs films du cinéma romantique...en attendant Cabourg

    casablanca10.jpg

    A l’occasion du Festival du Film de Cabourg (Journées romantiques) en direct duquel je serai du 15 au 19 juin, je vous propose, à nouveau et revisité, ci-dessous, mon classement des meilleurs films du cinéma romantique. Je me souviens que l’année où j’avais fait partie du jury du festival, nous avions eu un débat sur ce qu’est le cinéma romantique avant de décerner le prix du meilleur film romantique dans la section courts-métrages à "J'attendrai le suivant" qui, d'ailleurs, était sans doute plus cruel que romantique (et non moins réussi) comme vous pourrez le voir, ici.

     Le romantisme c'est avant tout un courant artistique qui, pour la France, apparut au 19ème siècle et est bien souvent associé à  des auteurs comme Hugo, Balzac, Stendhal, Mme de Staël, Chateaubriand... Il exalte le mystère, le sentiment ( des sentiments qui élèvent ou ravagent, qui subliment ou détruisent la réalité), la mélancolie, la passion, le rêve, le plus souvent en opposition à la raison et est défini dans le dictionnaire  comme « les tourments du cœur et de l’âme ». Il pourrait aussi se définir comme « Les ombres du cœur » pour reprendre le titre d'un très beau film de Richard Attenborough.

     La comédie romantique est, quant à elle, un genre à part du film romantique puisqu'elle a cela de particulier qu'elle se termine toujours bien et que, par une sorte de convention implicite, nous le savons dès le départ, après que les protagonistes aient franchi un certain nombre d'obstacles.

    Ce que j’apprécie à Cabourg, c’est que le romantisme n’est pas synonyme de mièvrerie mais s’entend dans son acception la plus large avec des films fièvreux, parfois cruels et parfois évidemment plus fleur bleue. Comme pour les films projetés à Cabourg, dans cette  liste, vous trouverez donc de véritables chefs d’œuvre avec d’indéniables qualités artistiques (comme ceux de Chaplin, Visconti, Murnau, Lubitsch... ) et des films de divertissement qui n’aspirent d’ailleurs pas à être autre chose et revendiquent même parfois leur côté un peu kitsch comme  « Love actually ».

     Les films sont classés dans le désordre car je serais bien incapable d’établir une hiérarchie entre  Sur la route de Madison, CasablancaUn cœur en hiver, Ludwig ou le crépuscule des Dieux, la Boutique au coin de la rue, Les Enchaînés, Les lumières de la ville et quelques autres que je placerais en tête de classement.

     Les critiques de la plupart de ces films figurent sur ce blog. Cliquez sur leurs titres pour y accéder. D’autres les complèteront prochainement.

    Sur la route de Madison de Clint Eastwood

    Un coeur en hiver de Claude Sautet

    Lost in translation de Sofia Coppola

    Casablanca de Michael Curtiz

    L’Aurore de Friedrich Wilhelm  Murnau

    La boutique au coin de la rue de Ernst Lubitsch

    La femme d'à côté de François Truffaut

    La fille sur le pont de Patrice Leconte

    Les enfants du paradis de Marcel Carné

    Indochine de Régis Wargnier

    Un homme et une femme de Claude Lelouch

    Le Quai des brumes de Marcel Carné

    Les lumières de la ville de Charles Chaplin

    La fièvre dans le sang d'Elia Kazan

    Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet

    Retour à Howards end de James Ivory

    Les poupées russes de Cédric Klapisch

    In the mood for love de Wong Kar Wai

    Les Enchaînés d'Alfred Hitchcock

    La leçon de piano de Jane Campion

    Elle et lui de Leo Mc Carey

    Gatsby le Magnifique de Jack Clayton

    Out of Africa de Sydney Pollack

    Ludwig ou le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti

    Le Patient Anglais d'Antony Minghella

    Autant en emporte le vent de Victor Fleming

    La Rose pourpre du Caire de Woody Allen

    Le Docteur Jivago de David Lean

    Two lovers de James Gray

    Etreintes brisées de Pedro Almodovar

    Love actually de Richard Curtis

    Pretty woman de Garry Marshall

    Quatre mariages et un enterrement de Mike Newell

    César et Rosalie de Claude Sautet

    La Strada de Federico Fellini

    L’étrange histoire de Benjamin Button de David Fincher

    Titanic de James Cameron

    Les noces rebelles de Sam Mendes

    Les amours imaginaires de Xavier Dolan

    Les émotifs anonymes de Jean-Pierre Améris

     

  • « Tous critiques ? » un documentaire de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard

    critiques.jpg

    L’an passé, je vous avais parlé de l’excellent documentaire de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard intitulé « Les Eblouis du cinéma » et consacré à la cinéphilie. Jean-Jacques Bernard président du syndicat des critiques de cinéma, chroniqueur sur France inter, anime également des émissions sur Ciné Cinéma Classic depuis 1991 et désormais « Boulevard du Classic ». Julien Sauvadon, quant à lui, est journaliste à France 3 Rhône-Alpes, vous pouvez d’ailleurs retrouver ses reportages consacrés au Festival de Cannes, ici.

    doccritiqu.jpgJean-Jacques Bernard fait partie de ces critiques qui ne parlent jamais du cinéma avec aigreur, cynisme, ou esprit de revanche mais toujours avec un amour communicatif du cinéma. La critique, c’est justement le thème de ce documentaire réalisé à l’occasion des 50 ans de la Semaine de la Critique. Si « En France, tout le monde a deux métiers, le sien et critique de cinéma » comme disait Truffaut, l’émergence des forums et blogs a accentué ce phénomène, chacun pouvant aujourd’hui exprimer publiquement son avis. Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard s’interrogent ainsi sur ce qu’est la critique aujourd’hui, avec ce qu’implique cette nouvelle donne, en en faisant un état des lieux à partir de témoignages de distributeurs, critiques, cinéastes, agences de communication …ou même blogueurs dont une blogueuse que vous connaissez.

    Les nombreux jurys auxquels j’ai participé depuis 1998 (souvent organisés par des journaux de cinéma) et ma participation au « Cercle » (unique mais non moins mémorable pour moi) et aujourd’hui la fréquentation assidue des projections presse m’ont permis de côtoyer les critiques depuis de nombreuses années et à diverses occasions de constater la diversité  de comportements, de visions du cinéma et de points de vue : de ceux qui aiment passionnément le cinéma à ceux qui méprisent ceux qui le font ( bien souvent car envient ceux qui le font s’en sachant incapable, tant pis pour le cliché) , de ceux qui sont consciencieux à ceux qui arrivent en retard aux projections presse ou repartent avant la fin d’un film, de ceux qui en ont une connaissance encyclopédique à ceux qui en ont une connaissance plus que parcellaire, de ceux qui se vantent de s’endormir aux projections presse cannoises à ceux qui retournent consciencieusement voir un film, de ceux pour qui c’est un gagne pain comme un autre à ceux pour qui c’est une réelle passion. J’ai aussi vu leur regard sur les blogs évoluer de l’indifférence au mépris à un intérêt grandissant doublé tout de même toujours de méfiance, il n’empêche qu’ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à créer leurs blogs conscients qu’internet est aujourd’hui un média incontournable.

    Pour ma part, je me considère (surtout ) pas comme une critique (et souhaite encore moins être considérée comme telle, d’ailleurs qui rêve de faire critique quand il sera grand ?) mais avant tout comme une cinéphile, une « éblouie » du cinéma, une passionnée qui souhaite transmettre son enthousiasme et sa passion viscérale d’où le choix d’évoquer prioritairement les films pour lesquels j’ai eu des coups de cœur (et donc de ne pas parler de tous les films que je vais voir), d’où le choix de vulgariser, d’essayer de convaincre, de partager des émotions en me référant souvent aussi à l’histoire du cinéma... C’est aussi la raison pour laquelle je me refuse à mettre des notes : quel que soit le film, il y a toujours quelque chose à sauver et une note me semble réductrice et ne pouvoir résumer toute la complexité d’un film. Il m’arrive en revanche, plus rarement, quand l’agacement l’emporte d’évoquer des films que je n’ai pas du tout aimés ou pour lesquels je n’ai pas compris l’engouement général.  Quant à la question de la légitimité également posée dans le documentaire, je pense y répondre ( là) et que, tout comme pour les critiques professionnels, il existe autant de parcours singuliers que de blogueurs, autant d’opportunistes, d’ignorants que de vrais passionnés et cinéphiles à la différence près qu’un blogueur n’est pas payé ni soumis à une rédaction, que le lecteur ne paie pas non plus pour le lire et donc que finalement cela ne porte préjudice à personne si la qualité n’est pas au rendez-vous.  

    En tant que blogueuse, je suis d’autant plus libre de m’exprimer et de choisir l’angle que la critique n’est pour moi surtout pas une vocation, mais un moyen d’exprimer, défendre et partager ma passion pour le cinéma et d’autant plus qu’aucun rédacteur en chef ne viendra me dire ce dont je dois parler ou non. Je comprends néanmoins l’agacement de certains critiques professionnels de voir chacun s’exprimer, parfois sans connaissance du cinéma (comme dans l’exemple du documentaire sur les forums Allociné écrits avec un vocabulaire et orthographe d’enfant de 6 ans dans l’exemple lu, il aurait peut-être été plus judicieux de la part d’Allociné de choisir des blogs Allociné sur lesquels subsistent de vrais cinéphiles passionnés).  Et je comprends Michel Ciment quand il se dit perdu dans l’océan des blogs, sorte de magma indifférencié dans lequel j’admets que parfois le souci de visibilité et d’audience prime sur la qualité, où l’opportunisme l’emporte parfois sur le véritable amour et la connaissance du cinéma.

     La critique, pour être constructive et instructive, doit selon moi s’accompagner d’une vraie connaissance du cinéma et de son histoire, d’un recul, quand pour beaucoup aujourd’hui elle relève de réactions épidermiques, quand pour beaucoup le cinéma commence en 1980. C’est sans doute le défaut d’internet, l’immédiateté, et plus encore de twitter qui résume, réduit, exagère et bien souvent déforme la pensée dans un but racoleur d’accroche.

    A titre personnel, je regrette qu’internet s’aligne de plus en plus sur la critique professionnelle et que le côté bon enfant des débuts auxquels j’ai assisté et participé laisse aujourd’hui place à une concurrence absurde (c’est très loin d’être une généralité, des soirées comme How I met your blogger montrent que les blogs restent un lieu d’échange cordial voire amical entre passionnés pour la majorité avec laquelle j’ai d’ailleurs plaisir à débattre…mais surtout pas sur twitter où je déplore que cela tourne trop souvent au règlement de compte personnel, avec des attaques in-dignes de la cour d’école).

    Quoiqu’il en soit, j’aurai de toute façon toujours plus d’admiration pour le plus mauvais des cinéastes qui d’une certaine manière se met à nu que pour le « meilleur » des critiques qui ne se livre pas mais livre simplement un avis sur le travail des autres confortablement installé devant son écran,  pour moi  « meilleur critique » ne s’entend par ailleurs pas  du plus virulent, de celui qui parle le plus fort, mais de celui qui sait le mieux partager et vulgariser son amour du cinéma et ne l’utilise pas comme prétexte à « une affirmation de soi », ou à l’expression d’une plume vengeresse (d’ailleurs, je reste persuadée que rien n’est plus facile que de détruire ou critiquer négativement un film, le comble de la facilité voire de la lâcheté étant de détruire deux ans -voire beaucoup plus- de travail, d’engagement, d’abnégation par quelques phrases lapidaires, sans doute très jouissives pour son auteur).

    Comme le dit une des journalistes du Cercle dans le documentaire, la critique remplit pleinement son rôle quand une concordance de critiques positives permet à un film d’émerger. Benoit Jacquot souligne ainsi qu’il doit « sa survie et sa pérennité à la critique »… et rien que cela en justifie la nécessité et l’utilité.

    Ce documentaire dresse un tableau juste, un regard empathique et non moins réfléchi, un état des lieux critique et complet, sur ce qu’est la critique cinématographique aujourd’hui. Il vous emmènera dans les coulisses de la rédaction de Studio Ciné Live, vous fera rencontrer notamment Michel Ciment  de « Positif », vous emmènera dans les coulisses du "Masque et la plume » ou du « Cercle » et vous montrera qu’il reste encore pas mal de chemin à parcourir pour que la critique sur internet acquiert ses lettres de noblesse auprès des autres médias que je soupçonne pour certains de n’être néanmoins pas toujours de bonne foi ne voyant sans doute pas d’un très bon œil cette « concurrence » impalpable et croissante. Il n’e demeure pas moins que la prise en compte des avis des blogueurs ( et ne nous leurrons pas, surtout de la visibilité qu’ils peuvent donner aux films) est aujourd’hui croissante et une donnée incontournable, chaque société de distribution ou presque ayant aujourd’hui son « community manager » chargé des relations blogueurs ou des sociétés se consacrant même entièrement à ces échanges (Way to blue, Cinéfriends, Ulike…).

    Si vous voulez vous faire un avis et en savoir plus sur ce vaste sujet, les dernières diffusions auront lieu dimanche 5 juin à 14H30 et samedi 11 juin à 19H45 et, là, sur internet.  En attendant avec impatience le troisième documentaire de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard qui en deux documentaires ont dressé un tableau relativement exhaustif et en tout cas passionnant de la critique et la cinéphilie aujourd’hui, et ont imposé un ton bien à eux à la fois didactique et enthousiaste. Retrouvez, ci-dessous, l'interview de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard à ce sujet, en direct de Cannes.

    Quant à mes propres critiques qui se sont un peu raréfiées depuis Cannes sur mes différents blogs, elles vont reprendre et je vous annonce même un festival qui n’était pas prévu à mon programme que je vous commenterai très prochainement en direct…