Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • D’un Président à l’autre, du désespoir à l’espoir : « W. L’improbable Président. » d’Oliver Stone

    w.jpg

    En cette belle journée historique qui, par l’élection du Démocrate Barack Obama comme 44ème Président des Etats-Unis, symbolise le début d’une nouvelle ère et cristallise tellement d’espoirs Outre-Atlantique et dans le monde entier,  mettant ainsi fin à huit années de calamiteuse présidence du Républicain George W. Bush, j’ai choisi de vous parler du film éponyme d’Oliver Stone qui résume ce nom en une simple lettre à laquelle est accolé ce qualificatif ironique et terrible « improbable », une lettre qui, par ce qu’elle sous-entend,  en dit tellement sur les motivations de l’ancien président (qui l’est néanmoins officiellement jusqu’au 20 janvier 2009) qui a tristement transformé la face du monde, du moins du Moyen Orient.

    W. c’est donc deux récits que le montage entremêle judicieusement : l’histoire du fils d’un homme politique qui brigue la présidence américaine (James Cromwell dans le rôle de George Bush, senior), un fils alcoolique, impulsif (Josh Brolin dans le rôle de W.) qui rate tout ce qu’il entreprend et que le manque de confiance et de considération paternelles conduiront jusqu’à la Maison Blanche et l’histoire d’un Président, ledit fils, qui se lance dans une guerre aux motivations troubles qui le conduira à sa perte, à devenir le plus mauvais Président américain. Le parcours d’un homme alcoolique notoire qui devient l’improbable Président des Etats-Unis.

    J’ai lu ou entendu ça et là que certains déploraient que George W. paraisse sympathique comme si être sympathique occultait tous les autres défauts qu’Oliver Stone décrypte malicieusement, comme si paraître sympathique suffisait pour être Président des Etats-Unis. C’est à mon sens d’ailleurs bien pire, la critique n’en est que plus percutante et virulente. W. n’est pas un idiot sanguinaire mais un homme qui malgré ses faiblesses, ses failles (et peut-être à cause d’elles) arrivera à la tête de la plus grande puissance mondiale. Il pourrait même nous inspirer de la pitié. Mais il est juste pitoyable. Et la caméra d’Oliver Stone, souvent placée là où ça fait mal, ne lui épargne rien, soulignant souvent son ridicule, le montrant comme un enfant capricieux, plutôt rustre, pas très cultivé mais doté d’une mémoire considérable,  un enfant dont la relation a son père a bouleversé la face du monde, un enfant qui s’intéresse essentiellement au baseball mais qui, à 40 ans, trouve la foi, se convertit, cesse de boire et se retrouve dans les pas historiques de son père, lequel aurait préféré y voir son frère qui, d’ailleurs, échouera.

    W. : c’est donc une simple lettre qui en dit long car c’est justement pour n’être pas que W., pas que « le fils de » que ce dernier se lancera en politique et qu’il briguera la présidence sans jamais avoir vraiment le soutien de son père à la personnalité écrasante avec lequel il entretient une relation orageuse par laquelle Oliver Stone explique ici en partie la guerre en Irak, W. reprochant à son père de ne pas avoir éliminé Saddam Hussein et expliquant ainsi qu’il n’ait pas été réélu. (Les conversations entre le père et le fils à ce sujet ou les réunions de l’administration Bush sont réellement passionnantes et tristement instructives.) Ce complexe œdipien serait sans doute touchant si W. n’était à la tête de la plus grande puissance mondiale et de son armée. Un homme comme les autres (qui a d’ailleurs bien compris le bénéfice qu’il pouvait en tirer)  à une place qui n’est pas comme les autres.

     Un film captivant, édifiant qui décrit un système dont le président n’est parfois qu’un rouage et auquel la caméra d’Oliver Stone, toujours intelligemment placée, apporte un regard incisif, parfois un second degré, démontrant de manière implacable à quel point ce président est improbable. Seul regret : la fin, certes explicite et significative, un peu expéditive et abrupte après une scène néanmoins consternante d’une conférence de presse où il apparaît, perdu, tel un enfant pris en faute, en manque d’arguments, un enfant qui a mené un pays à la guerre, pour de fallacieuses raisons.

    Cette critique serait incomplète sans évoquer  l’interprétation, celle, magistrale, de Josh Brolin ( que l’on a vu récemment dans « No country for old men ») avant tout mais aussi de tous ceux qui incarnent l’administration Bush. Si le voir jeune manque parfois un  peu de crédibilité (l’acteur a 40 ans) en revanche lorsqu’il l’incarne comme Président des Etats-Unis, nous retrouvons sa voix, ses gestes, sa démarche de cow-boy, un mimétisme troublant que l’on retrouve également chez les autres acteurs, notamment avec Thandie Newton dans le rôle de Condoleezza Rice ou Jeffrey Wright dans celui de Colin Powell dont on découvre ici les réticences pour entrer en guerre et ensuite sa capacité à la défendre (Colin Powell a finalement appelé à voter Obama …).

    Après « JFK » en 1991 et « Nixon » en 1995, Oliver Stone signe donc son troisième film consacré à un Président américain et la première fiction réalisée sur un président encore en exercice. Nous imaginons déjà quel film magnifique et poignant pourrait être la vie de celui, si posé et charismatique,  qui incarne  désormais l’American dream, de celui, entre autres symboles tellement cinématographiques d’un indéniable potentiel dramatique, dont la grand-mère qui l’a élevé expire son dernier souffle (non sans avoir voté !)  la veille du jour où son petit-fils en donne un nouveau au monde, de celui qui est bien plus et mieux que tous les symboles auxquels certains tentent de le réduire,  de celui qui incarne aussi tellement d’espoirs comme personne n’en avait incarné depuis longtemps, de celui qui redonne le sourire au monde, de celui qui démontre que l’improbable, dans tous les sens est toujours possible à condition d’y croire et de s’en donner les moyens. Yes, we can!

    Un film que je recommande à tous ceux qui désirent en savoir plus, comprendre comment W. est arrivé au pouvoir, comment l’improbable a été possible, mais aussi comprendre le parcours d’un homme qui aurait été touchant s’il n’avait été Président des Etats-Unis. Malheureusement.

    Site officiel du film : http://www.w-lefilm.com

    Sandra.M

  • « Mes stars et moi » de Laetitia Colombani : agent très spécial en manque de folie

    messtars.jpg

    alafolie.gifAyant le souvenir du précédent film de la réalisatrice « A la folie, pas du tout » un film aussi réjouissant qu’inquiétant dont j’avais particulièrement aimé l’écriture précise, ciselée, et l’originalité, trouvant le synopsis de ce nouveau film plutôt alléchant c’est avec enthousiasme que je suis allée à la rencontre de ces stars et de leur fan.

    Passionné par les actrices, Robert Pelage (Kad Merad) est un  fan particulièrement collant. Agent de service la nuit dans une grande agence artistique pour laquelle travaille un certain Dominique Bhe (Dominique Besnehard), il consacre toutes ses journées à "ses" stars, qu'il suit sans relâche, et dont il n'hésite pas à se mêler de la vie, annulant ainsi des rendez-vous lorsqu’il juge un rôle pas assez bien pour elles ou massacrant la voiture d’un journaliste indélicat. Réunies sur un même tournage, ses trois actrices préférées Solange Duvivier (Catherine Deneuve), Isabelle Serenna (Emmanuelle Béart) et l’ingénue Violette Duval (Mélanie Bernier) découvrent un jour qu'elles ont le même problème... avec le même fan. Elles vont alors décider de s'unir pour lui régler son compte : elles étaient ses idoles... elles vont devenir son pire cauchemar !

    Je commence à en savoir quelque chose : le milieu du cinéma est particulièrement intéressant à observer, disséquer pouvant être aussi sublime que grotesque, magique que cruel, fascinant que dérisoire. C’est sans doute la plus grande déception du film :  que Laetitia Colombani qui a prouvé que sa plume de scénariste pouvait elle aussi être savamment cruelle dépeigne ici un milieu du cinéma rose bonbon dont les seuls travers sont finalement ceux que même des observateurs extérieurs peuvent connaître ou caricaturer : le piston (finalement pas pire que dans n’importe quel autre milieu, juste plus « remarquable »), et la tendance de l’entourage à s’approprier et gérer les vies tumultueuses de leurs stars (notamment ici le personnage de Victor-Rufus – qui à force de vouloir aider et servir Solange Duvivier la prive de toute liberté et de tout libre arbitre) et ce qui aurait pu être « petits meurtres entre amis » se transforme rapidement en « Cinema Paradiso »  mais après tout c’est un parti pris… qui aurait pu être intéressant néanmoins mais malheureusement le changement des uns et des autres est trop rapide pour être crédible (sans parler du fait qu’Isabelle connaisse l’adresse de Robert mais ignore tout de son métier), même dans une comédie, les propos acerbes que s’échangent Solange et Isabelle laissant trop rapidement place à la complicité et ôtant ainsi tout leur sel aux dialogues que leur jeu et le plaisir qu’elles semblaient  avoir à échanger ces méchancetés mettait pourtant bien en valeur.  Robert Pelage change lui aussi très (trop) rapidement passant en un rien de temps de l’idolâtrie à la peur. Le « Backstage » d’Emmanuelle Bercot était de ce point de vue beaucoup plus intéressant traitant davantage de la folie idolâtre et de ses ravages, là où amour et haine sont si proches.

    Et puis comme dans « Les acteurs » de Blier peut-être aurait-il finalement été plus amusant de  laisser aux « professionnels de la profession » leurs propres noms plutôt que de les affubler de pseudonymes plus ridicules que drôles (Patrice Leconte devient Patrice Leduc, Dominique Besnehard devient Dominique Bhe), ou même de laisser aux trois stars leurs propres noms celles-ci jouant finalement avec leurs propres images. Quant à la scène animalière drôle-attendrissante, elle semble devenir le passage obligé de toute comédie, l’enjeu consistant désormais à trouver l’animal au physique le plus improbable (ici un chat dépressif et grognon répondant au doux nom de J.R).

    La mise en scène est malheureusement aussi lisse que le scénario. Restent quelques répliques savoureuses, le jeu en vigueur et émotions d’Emmanuelle Béart, la douceur de Maria de Medeiros  ( trop rare encore au cinéma et qui volerait presque la vedette aux trois « stars » du film), la loufoquerie savoureuse de Catherine Deneuve (pour ceux qui sont inconditionnels de l’actrice, je vous conseille « Je veux voir » de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige dont je vous ai déjà parlé lors du dernier Festival de Cannes, un petit bijou dans lequel elle est époustouflante de talent, de sobriété, d’écoute et de courage dont je vous reparlerai lors de sa sortie en salles le 3 décembre 2008) et Kad Merad toujours aussi juste, donnant une dimension tragi-comique à un rôle qui aurait rapidement pu s’avérer inquiétant ou malsain (peut-être aurait-ce d’ailleurs été plus intéressant...)

    Laetitia Colombani dont le thème du mémoire était « La folie au cinéma » semble donc très attachée à ce sujet qui ne manque pas d’intérêt. J’irai donc voir le prochain film de cette réalisatrice dont la folie douce reste attachante et particulièrement prometteuse, malgré tout. Peut-être a-t-elle été tout simplement trop impressionnée par son sujet (pas facile de parler du milieu auquel on appartient…) et  par la dimension de ses « stars » bridant peut-être malgré elle sa folie…

    Site officiel du film: http://www.messtarsetmoi-lefilm.com

  • « Quantum of Solace » de Marc Forster: la vengeance implacable de 007

    quantum of solace.jpg

    Après « Casino Royale », un James Bond particulièrement jubilatoire et réussi à tous points de vue (scénario, action, montage, jeu, réalisation…) qui avait fait l’unanimité et qui était aussi le premier dans lequel Daniel Craig interprétait 007 (qui lui aussi avait fait l’unanimité après avoir pourtant suscité une vive polémique lorsqu’on avait annoncé qu’il succéderait à Pierce Brosnan), je me suis donc précipitée dès son premier jour de sortie (inhabituellement un vendredi) voir ce « Quantum of Solace » qui en est en quelque sorte la suite, pour savoir s’il serait à la hauteur du précédent et pour voir comment ce dernier allait assouvir sa soif de comprendre et surtout de vengeance.

    Trahi par Vesper Lynd (Eva Green)  dans « Casino Royale », la jeune femme qui l’aimait qui fut forcée à le trahir, James Bond (Daniel Craig) est en effet décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à agir ainsi. Bond est alors conduit sur la piste de Dominic Greene (Mathieu Amalric), homme d’affaires impitoyable et pilier d’une mystérieuse organisation nommée « Quantum ». Il croise alors la route de la belle et pugnace Camille (Olga Kurylenko) qui cherche à se venger elle aussi.  Greene veut ainsi prendre le contrôle de l’une des ressources naturelles les plus importantes au monde en utilisant la puissance de l’organisation et en manipulant la CIA et le gouvernement britannique. Afin de déjouer le sinistre plan de Greene,  Bond doit alors absolument garder de l’avance sur la CIA, les terroristes et même M  (Judi Dench qui l’incarne ici pour la sixième fois) qui veut l’empêcher d’assouvir son désir de vengeance.

    Ce 22ème volet de la saga James Bond a suscité une attente à la hauteur de la réussite et de l’engouement pour le précédent volet dont il est la suite, l’intrigue commençant en effet une heure après la fin de « Casino Royale ». Ce volet pourra être compris sans problèmes par ceux qui n’ont pas vu le précédent, il aura néanmoins davantage de sens et de saveur pour les autres.

    Comme ce titre n’aura pas manqué de vous intriguer, précisons d’abord que « Quantum of Solace » vient d’une nouvelle de Ian Fleming et que cela signifie dans le contexte du film qu'une relation ne peut être sauvée que si la confiance est restaurée entre les deux parties, "Quantum" signifiant quantité et "Solace" consolation.  Quantum of Solace fait par ailleurs ici référence à deux éléments : tout d'abord au fait que Bond cherche à se consoler de la  mort de Vesper, et ensuite à Quantum, l'organisation criminelle à laquelle il est confronté et qu'il va devoir combattre.

    Comme toujours avec James Bond, cela commence par des cascades époustouflantes qui font crisper les mains des spectateurs sur leurs fauteuils et qui maintiennent leurs yeux écarquillés rivés à l’écran. C’est en Toscane, à Sienne, que débute ce dernier volet et le montage nerveux, efficace nous captive (capture même) d’emblée. C’est un Bond au cœur brisé qui laisse entrevoir ses fêlures, mais aussi plus violent et glacial qui use et abuse de son « permis de tuer », qui réapparaît auquel Daniel Craig apporte une dureté, une intensité, une classe et à côté duquel les précédents acteurs l’ayant incarné font bien pâle figure.   Malgré sa violence, ses failles qui l’humanisent, son avidité de vengeance  et sa solitude (même la fidèle M doute de lui) suscitent notre empathie de même que le personnage de Camille guidée par une blessure que seule la vengeance semble pouvoir soigner. Leurs désirs de vengeance et leurs deux personnalités blessées se heurtent et se font intelligemment écho.

    Certains seront sans doute décontenancés par ce James Bond qui a perdu certaines caractéristiques qui contribuaient à sa spécificité : il n’utilise (temporairement) plus ou si peu de gadgets, a perdu son flegme et son humour britanniques, et se rapproche davantage de Jason Bourne que du héros de Ian Fleming. Il a aussi su s’adapter à l’époque complexe dans laquelle il vit : le méchant n’est plus un monstre sanguinaire qui veut dominer le monde interprété par un acteur au physique patibulaire et au jeu grandiloquent mais il prend ici les traits du Français Mathieu Amalric dont un simple regard suffit à faire comprendre la détermination haineuse. Il est aussi confronté à de nouveaux ennemis et aux maux de son époque dont l’environnement et les ressources naturelles deviennent un enjeu capital et parfois une trompeuse façade de générosité pour criminels et personnages cupides. James Bond confirme donc son entrée dans une nouvelle ère amorcée par « Casino Royale ».

    On assiste ainsi à une véritable surenchère : dans les scènes d’action (leur nombre et leur aspect spectaculaire), dans le nombre de plans, mais aussi dans le nombre de lieux, James Bond nous embarquant ainsi en Italie, en Autriche, à Haïti, en Bolivie, en Russie et en ville aussi bien qu’en plein désert. C’est aussi d’ailleurs pour cela qu’on se rue dans les salles à chaque nouveau volet : pour ce  voyage auquel il nous invite, il nous emmène ailleurs dans tous les sens du terme et de ce point de vue aussi ce James Bond est particulièrement réussi.

    La BO innove elle aussi puisqu’elle est pour la première fois interprétée par un duo, en l’occurrence formée par Alicia Keys et Jack White (des White Stripes). Marc Forster (« A l’ombre de la haine », « Neverland », « Stay ») qui succède à Martin Campbell est quant à lui un réalisateur efficace et appliqué même si la profusion de plans et d’angles de prise de vue nous égarent parfois.

    Le seul vrai bémol : c’est certainement le scénario (pourtant de nouveau cosigné Paul Haggis notamment réalisateur de « Collision » et scénariste de « Million Dollar Baby » mais aussi coscénariste de « Casino Royale ») plus léger que celui, il est vrai si dense et riche en rebondissements, de « Casino royale » mais il en faudrait plus pour bouder notre plaisir et pour que je ne vous recommande pas ce nouveau volet, transition réussie et nécessaire vers de nouvelles aventures peut-être moins sombres,  dont une scène remarquable sur un air de Tosca mérite, à elle seule, le détour.

    Daniel Craig aurait signé pour 4 James Bond. Vivement les prochains ! En attendant allez voir ce dernier James Bond, vous y trouverez votre quantité de consolation…ou en tout cas de divertissement et d’adrénaline, je vous le garantis.

    Site internet du film : http://www.quantumofsolace-lefilm.fr/

    Sandra.M