Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Festival du Cinéma Américain de Deauville 2013 : programme des Nuits Américaines

    nuitsamericaines.jpg

     

    Evidemment, je ne peux que vous recommander tous ces classiques et a fortiori "L'étrange histoire de Benjamin Button" projeté dans le cadre de l'hommage à Cate Blanchett dont vous pouvez retrouver ma critique, ci-dessous:

    CRITIQUE de "L'étrange histoire de Benjamin Button" de David Fincher

    benjamin.jpg

     

    L’existence de Benjamin Button (Brad Pitt) débute à la Nouvelle Orléans à l’âge auquel elle s’achève pour certains : à 80 ans. Il nait avec le corps d’un vieillard rabougri et il rajeunit progressivement sans que rien ne puisse arrêter l’impitoyable course du temps. Sa mère meurt en lui donnant la vie. Son père (Jason Flemyng), effrayé par cet être étrange, le dépose sur les marches d’une maison de retraite (ce n’est évidemment pas anodin) où il sera recueilli par la charmante Queenie (Taraji P.Henson), il grandira au contact des autres pensionnaires.

     Son histoire est lue dans une chambre d’hôpital par une fille (Julia Ormond) à sa mère Daisy (Cate Blanchett), une vieille dame à l’agonie qui possède le journal intime de Benjamin. Cette vieille dame est la femme dont Benjamin est tombé amoureux dès qu’il l’a vue, alors qu’elle n’était qu’une petite fille, la petite fille d’une des pensionnaires de la maison de retraite.

     Tandis qu’à l’extérieur de l’hôpital l’ouragan Katrina gronde, la lecture déroule le cours de cette étrange vie à rebours, de 1918 à nos jours…

     Adaptée d’une nouvelle de Scott Fitzgerald écrite en 1922, « L’étrange histoire de Benjamin Button » (elle-même inspirée d’une pensée de Mark Twain : « La vie serait bien plus heureuse si nous naissions à 80 ans et nous approchions graduellement de nos 18 ans ») est avant tout une idée prodigieuse, une métaphore magistrale sur la course-évidemment perdue d'avance- contre le temps, contre la mort, une brillante allégorie sur l’effroyable écoulement de temps. En cela, la très alléchante bande-annonce est à la fois fidèle et trompeuse. Fidèle en ce qu’elle reflète le sujet du film. Trompeuse en ce qu’elle n’en reflète que partiellement l’atmosphère, violemment mélancolique.

     Plus que quiconque, Benjamin se sait condamné par l’inéluctable compte à rebours mais aussi condamné à profiter intensément de chaque instant. Son existence est jalonnée de rencontres insolites, touchantes, marquantes (parmi lesquelles celle avec le troublant personnage incarné par la talentueuse Tilda Swinton) inéluctablement tragiques car prisonnières de l’emprise du temps.

     Le film aurait pu être outrancièrement mélodramatique mais l’écueil est brillamment évité : toutes les morts surviennent hors-champ. Benjamin grandit et rajeunit pourtant entouré par la mort comme si un autre cyclone balayait son entourage. David Fincher n’a pas réalisé de ces films caricaturalement hollywoodiens qui usent et abusent du gros plan suréclairé et de la musique à outrance. Le film est essentiellement en clair-obscur, la musique, judicieuse, d’Alexandre Desplat souligne sans surligner et laisse le plus souvent place au tic-tac récurrent, obsédant, omniprésent, terrifiant de l’horloge, symbole de ce temps que rien ne peut arrêter, même une horloge qui fonctionne à rebours, métaphore qui résonne d’autant plus dans une industrie hollywoodienne où rien ne semble arrêter la course effrénée et souvent ridicule au jeunisme.

    Malgré son sujet qui relève du conte (finalement plus philosophique que fantastique) costumes, décors, époques savamment reconstituées, tout concourt au réalisme (option finalement aussi courageuse que judicieuse), de même que les réactions ou plutôt la relative absence de réactions à la particularité de Benjamin contre laquelle personne, pas même lui-même, ne cherche à lutter. En cela, c’est un hymne à la différence, de surcroît parce que Queenie qui l’adopte, est une jeune femme noire qui adopte donc un enfant blanc né dans des circonstances très étranges, à une époque où le racisme régnait.

     « L’étrange histoire de Benjamin Button » est aussi et avant tout une magnifique histoire d’amour entre Benjamin et Daisy, une histoire qui défie les apparences, la raison, le temps et même la mort. L’histoire de deux destins qui se croisent, que les fils, tortueux, impitoyables et sublimes, du destin finissent toujours pas réunir, malgré le fracas du temps, de leurs temps, s’écoulant irrémédiablement dans deux directions opposées.

     C’est encore une formidable prouesse technique (qui a nécessité 150 millions de dollars et 150 jours de tournage) qui l’est d’autant plus qu’elle n’est jamais là pour épater mais pour servir admirablement l’histoire. Ainsi, il fut un temps question de Robert Redford pour incarner Benjamin Button vieux. C’est finalement Brad Pitt qui interprète Benjamin Button tout au long de sa vie. L’impact dramatique et visuel à le voir ainsi rajeunir sublimement jusqu’à incarner la jeunesse dans toute sa ténébreuse splendeur, puis dramatiquement à redevenir un enfant ayant tout oublié, n’en est que plus fort. Sa nomination aux Oscars en tant que meilleur acteur fut amplement méritée (le film est nommé 13 fois) et doit davantage à sa performance d’acteur qu’au maquillage, prouvant après « Babel » et « L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford » (cliquez sur le lien ci-contre pour voir ma vidéo de la conférence de presse au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2007 ainsi que la présentation du film) la très vaste palette de son jeu mais aussi l’intelligence de ses choix d’acteur. Face à lui Cate Blanchett incarne parfaitement cette femme finalement presque plus irréelle que lui, qui irradie, danse avec la vie, la dévore et la savoure.

     Certes, le film comporte quelques longueurs (L’épisode de la guerre était-il vraiment nécessaire ?) sans pour autant être jamais ennuyeux, tout concourant à servir son thème principal et à rappeler le temps qui s’écoule tragiquement. Le temps de la séance (2H44) épouse ainsi judicieusement le thème du film incitant à ne pas vouloir aller à tout prix contre le temps et à apprendre à l’apprivoiser, à laisser le temps au temps, profiter de chaque rencontre et chaque instant sans pour autant vouloir tout obtenir, réussir, immédiatement.

     Ce film est comme ces personnes (et comme son personnage principal) qui ne vous sont pas immédiatement sympathiques parce qu’elles ne cherchent pas à plaire à tout prix et par tous les moyens mais qui, quand vous les découvrez, progressivement et vraiment, vous procurent une impression, émotion même, qui n’en sont que plus profondes et intenses. Le charme est alors plus durable que celui, volatile, d’une beauté éphémère et incandescente.

     « L’étrange histoire de Benjamin Button », malgré la singularité de son protagoniste, est un film à portée universelle sur la perte d’être chers, la cruelle et inexorable fuite du temps, l’amour inconditionnel et intemporel.

     Au-delà de sa mélancolie, c’est aussi un magnifique hymne à la vie, dont chaque plan (une danse dans la nuit, un lever de soleil, une bouchée ou une gorgée dont ils se délectent…) chaque réplique incitent à « savourer » chaque instant, à croire en l’avenir, malgré tout, parce qu’ « on ne peut jamais savoir ce que l’avenir nous réserve ».

    Ce n’est peut-être pas le chef d’œuvre auquel je m’attendais, mais à l’image de l’existence il n’a peut-être que plus de mérite et ne recèle que plus de beauté à sortir des sentiers battus et à charmer plus insidieusement, en cela c’est un beau et grand film qui porte et/ou hante bien après l’ouragan. Un film mélancolique , et donc, malgré tout sombre, tendre aussi, un hymne à la vie dont on ne ressort en tout cas pas indemne tant il bouscule en soi (en moi en tout cas) tout ce qui constitue l’essence même de l’existence, de son sens et de son temps, inéluctablement destructeur et fatal.

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2013 Pin it! 0 commentaire
  • La grille de programmation et les personnalités attendues au 39ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    deauville20123.jpg

    Vous l'attendiez, la voici, la voilà, la grille de programmation de cette 39ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville à télécharger et imprimer en cliquant ici.

    Voici la liste des personnalités attendues, par jour, au 39ème Festival du Cinéma Américain de Deauville (sources: communiqué de presse et site officiel du festival). Pour tout savoir sur le festival rendez-vous sur mes sites http://inthemoodfordeauville.com et http://inthemoodforfilmfestivals.com et sur le site officiel du festival http://festival-deauville.com .

    vendredi 30 Août

    STEVEN SODERBERGH & MICHAEL DOUGLAS [PREMIERES] BEHIND THE CANDELABRA, MA VIE AVEC LIBERACE



    samedi 31 Août

    STEVEN SODERBERGH & MICHAEL DOUGLAS

    CATE BLANCHETT [PREMIERES] BLUE JASMINE

    LEE DANIELS [PREMIERES] #THEBUTLER, LE MAJORDOME

    RONALD PORTO, BRIAN O'CARROLL & ALEXANDRE MOORS [COMPETITION] #BLUECAPRICEFILM

    #DAVIDMROSENTHAL [COMPETITION] A SINGLE SHOT

    MORGAN NEVILLE [DOCS DE L'ONCLE SAM] TWENTY FEET FROM STARDOM



    dimanche 1er Septembre

    #CHANNINGTATUM, #JAMIEFOXX, BRADLEY J. FISCHER & #ROLANDEMMERICH [PREMIERES] #WHITEHOUSEDOWN

    ERIC JUDOR, #MROIZO/Q.DUPIEUX, MARK BURNHAM, DIANE JASSEM, GREGORY BERNARD [PREMIERES] WRONG COPS

    #MILLERBROTHERS [COMPETITION] SHERIF JACKSON

    JEREMY SAULNIER [COMPETITION] BLUE RUIN



    lundi 2 Septembre

    #GALEANNEHURD [HOMMAGE] & [PREMIERES] VERY GOOD GIRLS

    NICOLAS CAGE [HOMMAGE] & [PREMIERES] JOE – Seront présents également : TYE SHERIDAN, LISA MUSKAT & DAVID GORDON GREEN

    M.BLASH & JENA MALONE [COMPETITION] THE WAIT

    RYAN COOGLER [COMPETITION] #FRUITVALESTATION

    CHRIS ESKA, TISCHUAN SCOTT, SIBYL AVERY JACKSON, TOM BORDERS [COMPETITION] THE RETRIEVAL



    mardi 3 Septembre


    #GALEANNEHURD

    RICHARD FORD | Prix Littéraire Lucien Barrière 2013

    SAM FLEISHNER [COMPETITION] STAND CLEAR OF THE CLOSING DOORS

    DESTIN CRETTON [COMPETITION] SHORT TERM 12



    mercredi 4 Septembre


    DENA KAYE [DEAUVILLE LEGEND] Hommage à DANNY KAYE

    JUSTICE – XAVIER DE ROSNAY & GASPARD AUGE [CARTE BLANCHE]

    MATT CREED & IZABELLA TZENKOVA [COMPETITION] LILY

    PETER LANDESMAN & GUY EAST [PREMIERES] #PARKLAND



    jeudi 5 Septembre


    #LARRYCLARK [HOMMAGE] & [PREMIERES] MARFA GIRL

    #DRAKEDOREMUS [COMPETITION] #BREATHINMOVIE

    FREDRIK BOND & CRAIG J. FLORES [PREMIERES] CHARLIE COUNTRYMAN

    CHRISTOPHER VOGLER – Analyse du Grand Prix 2012



    vendredi 6 Septembre


    JOHN TRAVOLTA [HOMMAGE] & [PREMIERES] KILLING SEASON

    JIM MICKLE & LINDA MORAN [COMPETITION] WE ARE WHAT WE ARE

    #DAVIDLOWERY [COMPETITION] LES AMANTS DU TEXAS



    samedi 7 Septembre


    VINCE GILLIGAN [MASTERCLASS]

    BONG JOON HO, BENJAMIN LEGRAND, JEAN-MARC ROCHETTE [FILM CLOTURE] #SNOWPIERCER2013, LE TRANSPERCENEIGE

    MARC DUGAIN, FABRICE GOBERT, ERIC OVERMEYER, FRANK SPONITZ  [SAISON 4]


     

    (Sous réserve de changements de dernières minutes)

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2013 Pin it! 0 commentaire
  • Programme du 6ème Festival du Film Francophone d'Angoulême

    angouleme2.jpg

    C’est demain que s’ouvrira la sixième édition du Festival du Film Francophone d’Angoulême qui se terminera le 27 août. Ce festival a ainsi été créé sous l’influence de Marie-France Brière, Dominique Besnehard et Patrick Mardikian en août 2008 et, en quelques années, a réussi à s’imposer comme un rendez-vous cinématographique incontournable.

     Avant le Festival du Cinéma Américain de Deauville en  direct duquel je serai dès l’ouverture la semaine prochaine et avant le Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz, je tenais à vous présenter ce festival, premier festival du film francophone en France qui est avant tout un festival avec une programmation particulièrement attractive, a fortiori cette année avec les films français les plus attendus de la rentrée au programme.

    S’il vous reste encore quelques jours de vacances et que vous aimez le cinéma francophone, le petit résumé du programme ci-dessous devrait vous convaincre de les passer en Charente. L’objectif du festival est en effet de promouvoir le cinéma francophone, les jeunes talents mais aussi de privilégier les rencontres entre professionnels même si ce festival reste avant tout un festival grand public puisque les projections sont ouvertes à tous, le tout dans la très belle ville d’Angoulême qui devient le théâtre des projections avec, notamment, des projections en plein air.

     Qui dit festival dit le plus souvent compétition, ce sera à nouveau le cas ici, avec deux jurys, un jury étudiants présidé par Clémentine Célarié et un jury de professionnels  présidé par Catherine Frot et composé de : Khaled Benaïssa, Benjamin Biolay , Éric Bruneau, Joachim Lafosse,  Pierre Murat , Pierre Schoeller, Jani Thiltges, Franck Weber

    Cette compétition comprend dix films dont "Suzanne" de Katell Quillévéré et l’irrésistible "Les garçons et Guillaume, à table !" de Guillaume Galienne (vainqueur de « La Quinzaine des Réalisateurs 2013 », et prix Michel d’Ornano du Festival du Cinéma Américain de Deauville dans le cadre duquel il sera également projeté).

    Au programme également, des avant-premières…et non des moindres parmi lesquelles le très attendu « Casse-tête chinois » de Cédric Klapisch (en ouverture), « Belle et Sébastien » de Nicolas Vanier, « Gibraltar » de Julien Leclercq, « Eyjafjallajökull » de Alexandre Coffre, « En solitaire » de Christophe Offenstein, « Quai d’ Orsay » de Bertrand Tavernier, « Je fais le mort » de Jean-Paul Salomé...

    A ne pas manquer non plus, une section « Bijoux de famille  Diaphana » avec  notamment, parmi les bijoux du 7ème art sélectionnés,  « La Tourneuse de pages » de Denis Dercourt ou encore « L’Enfant » des Dardenne mais aussi un focus sur un cinéaste désormais trop rare derrière la caméra, Régis Wargnier, avec une rétrospective de quelques-unes de ses magnifiques fresques romanesques comme « Indochine » (en plein air).

     Un hommage sera également rendu au cinéma québecois avec la projection d’une dizaine de classiques, notamment « Les Amours imaginaires", la grisante fantasmagorie  de Xavier Dolan, véritable chef d’œuvre dont je vous livre la critique ci-dessous afin de convaincre ceux qui ne l’auraient pas vu de le découvrir.

    Des séances spéciales sont également organisées avec notamment la projection la palme d’or du Festival de Cannes 2013 « La vie d’Adèle » mais aussi des séances en plein air qui permettront de « Les Invasions barbares » et « Le déclin de l’empire américain », des master classes sans oublier des courts-métrages d’animation.

    Enfin, un générique de rêve se donne rendez-vous à Angoulême avec les présences annoncées de : Cédric Klapisch, Audrey Tautou, Cécile de France , Romain Duris, Dany Boon, François Cluzet, Valérier Lemercier, Gilles Lellouche, Tahar Rahim, Raphaël Personnaz etc. sans oublier les nombreux politiques attendus et notamment la Ministre de la Culture.

    Si je vous dis enfin que les séances sont très abordables, vous n’aurez plus aucune raison de ne pas y aller.

    Tarifs et informations pratiques :

    - Les Pass Cité valables pour les films en Compétition officielle, les films de l’hommage au cinéma Québécois et les séances spéciales à la Cité et à l’Espace Franquin (15€ pour 5 entrées et 25€ pour 10 entrées) - Les Pass Horizon valables pour les avant-premières du FFA, les Bijoux de famille Diaphana distribution, les films du Focus Régis Wargnier au CGR (15€ pour 5 entrées et 25€ pour 10 entrées)

     Les points de vente pour les pass et le programme : les lieux de diffusion (cinéma de la Cité, CGR, espace Franquin), la librairie Chapitre, l’office de tourisme d’Angoulême

    Venir au festival :

    Par avion :

    Champniers – Angoulême Aéroport-Héliport +33 (0)5 45 69 88 09 www.aeroport-angouleme-cognac.com Bordeaux – Merignac – Aéroport international +33 (0)5 56 34 50 50 www.bordeaux.aeroport.fr

    Par TGV Atlantique :

    Paris-Gare Montparnasse – 2H20 Bordeaux-St Jean – 0h50 www.voyages-sncf.com

    Par la route :

    Paris 445 km – A10 sortie Poitiers-sud Bordeaux 120 km – RN 10 direction Paris La Rochelle 140 km – RN 141 Cognac 40 km – RN 141

     Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Facebook du festival ( https://www.facebook.com/filmfrancophone ) et sur son site officiel (http://www.filmfrancophone.fr/ ).

    CRITIQUE - "Les Amours imaginaires" de Xavier Dolan

    amours1.jpg
    amours2.jpg
    amours3.jpg
    imaginaire1.jpg
    imaginaire2.jpg
    imaginaire3.jpg

     « Les Amours imaginaires » est le deuxième film de de Xavier Dolan après son arrivée explosive dans le monde du 7ème art avec «  J’ai tué ma mère », film qu’il avait réalisé à 17 ans, présenté à Cannes, à la Quinzaine des Réalisateurs où il avait obtenu trois prix, film que j’avais ignominieusement manqué. La rencontre de ces amours imaginaires (présenté à Cannes dans la section « Un Certain Regard ») était donc aussi pour moi celle avec l’univers de Xavier Dolan.

    Francis (Xavier Dolan) et Marie (Monia Chokri) sont tous deux amis et épris du même jeune homme rencontré lors d’une soirée, Nicolas (Niels Schneider), et tous les deux bien déterminés à le conquérir, analysant, interprétant, scrutant obsessionnellement le moindre geste ou comportement de leur (obscur) objet du désir.

    Dès les premiers plans se dégage de ce film un charme irrésistible et surtout un ton, un style qui font souffler un vent d’air frais et revigorant sur le cinéma actuel.  Xavier Dolan est un vrai cinéphile et son film regorge de références cinématographiques   (entre les ralentis langoureux et poétiques à la Wong Kar Waï, les couleurs chatoyantes et la fantaisie jubilatoire à la Almodovar,  les plans de dos à la Gus Van Sant, les références à la Nouvelle Vague, au « Mépris » de Godard, un trio à la « Jules et Jim » de Truffaut ou encore des confessions face caméra qui rappellent Woody Allen) mais aussi picturales (Boticelli, Michel Ange) ou littéraire (Musset…).

    Que de brillantes références me direz-vous.  Tout cela aurait pu donner un film présomptueux mais Xavier Dolan, d’une part, a su assimiler toutes ces références pour créer son propre univers et d’autre part, y apporter une légèreté masquant savamment la mélancolie sous-jacente (que ne faut-il pas avoir souffert en amour pour faire preuve d’une telle maturité et clairvoyance  à seulement 21 ans!), que ce soit par les dialogues, légèrement précieux, souvent hilarants, toujours caustiques ou le jeu des comédiens (à commencer par lui-même mais surtout celui de Monia Chokri absolument irrésistible).

    La caméra de Xavier Dolan est au plus près des visages, ignorant le plus souvent le cadre spatial à l’image de cet amour obsédant qui rend Marie et Francis aveugles au monde qui les entoure. La mise en scène non seulement épouse le propos du film mais devient un élément scénaristique : puisque Marie et Francis se « font des films » (l’un se prenant pour James Dean, l’autre pour Audrey Hepburn), et sont enivrés par leur fantasmagorie amoureuse, par ce destructeur et grisant vertige de l’idéalisation amoureuse, le film en devient lui-même un  vertige fantasmatique. Cette soirée aux images syncopées rappelle ce vertige à la fois grisant et déstabilisant, ce manège qui rend si floue la frontière entre enchantement et désenchantement, rêve et illusion. Marie et Francis sont amoureux d’une chimère, d’une image,  d’un idéal, d’une illusion, de l’amour même qui prend ici les traits d’un bellâtre ambigu aux allures de Dieu Grec. L’histoire de notre trio est entrecoupée de « témoignages » face caméra de style documentaire de victimes d’illusions amoureuses, là aussi irrésistibles.

    Xavier Dolan a aussi en commun avec quelques uns des plus brillants réalisateurs auxquels il se réfère une bande originale particulièrement soignée, à l’image du film, mêlant modernité, et titres plus anciens, et musique classique : de Dalida qui reprend « Bang Bang » à Indochine jusqu’à « The Knife », « Fever Ray », « Vive la fête » en passant par Bach qui rappelle mélodieusement la douleur de ces irrépressibles et irrationnels élans amoureux, de ces amours qui rongent et enragent.

    Xavier Dolan est un véritable chef d’orchestre qui mêle les couleurs, les références les arts, un prodige du cinéma (à la fois monteur, scénariste, producteur, acteur, s’occupant aussi des costumes) faisant à la fois preuve de l’inventivité et de l’audace de sa jeunesse mais aussi d’une étonnante maturité. Déclaration d’amour au cinéma, déclaration de désespoir d’un amoureux désillusionné sous des allures de fable burlesque et hilarante, « Les amours imaginaires » est un film mélancoliquement caustique.

    Xavier Dolan signe là une fantasmagorie pop, poétique sur la cristallisation amoureuse, sur ces illusions exaltantes et destructrices, sublimes et pathétiques un film enivrant et entêtant comme un amour imaginaire… sans les effets secondaires. A prescrire donc et à très haute dose !

     

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Critique de J.EDGAR de Clint Eastwood, ce soir, sur OCS NOVO, à 20H40

    edgar2.jpg

    edgar3.jpg

    edgar4.jpg

    Clint Eastwood fait partie de ces réalisateurs dont j’essaie de ne manquer aucun film (il faut dire que, depuis 2005, il est particulièrement prolifique), en particulier depuis « Sur la route de Madison »,  sans aucun doute un des plus beaux films d’amour de l’histoire du cinéma (auquel je suis beaucoup plus sensible qu’à « Million dollar baby », trop larmoyant à mon goût). En 2010, avec « Au-delà » il avait déçu beaucoup de spectateurs (une déception que je ne partageais pas) alors que, pourtant,  ce film était aussi, à l’image de « Sur la route de Madison », un hymne à ces instants fugaces et intenses qui modifient le cours du destin, mais aussi le message d’un homme hanté par la mort comme en témoignait aussi déjà « Gran Torino ».

     «Au-delà » n’est certes certainement pas le film trépidant que certains attendaient mais au contraire un film à hauteur d’hommes qui tisse peu à peu sa toile d’émotions en même temps que les destins de ses personnages et qui laisse une trace d’autant plus profonde et aboutit à un final d’autant plus bouleversant que le cheminement pour l’atteindre a été subtil et délicat et que tout le justifiait. Une réflexion sur la mort mais surtout un hymne à la vie (au-delà de la douleur, au-delà de la perte), à l’espoir retrouvé (qui n’est pas dans l’au-delà mais dans le dépassement de son appréhension et donc bel et bien là), à la beauté troublante et surprenante du destin.

    D’une certaine manière, dans « J.Edgar », Clint Eastwood réunit les thématiques des trois films évoqués ci-dessus : Gran Torino (la hantise de la mort et de la trace laissée après celle-ci), «  Sur la route de Madison » (une histoire d’amour condamnée à l’ombre) et « Au-delà » (les rouages du destin).

    « J.Edgar » (Leonardo DiCaprio), c’est Hoover, cet homme complexe qui fut directeur du FBI de 1924 à sa mort, en 1972, soit pendant 48 ans. 48 années pendant lesquelles il a vu se succéder pas moins de 8 présidents. L’action du film débute ainsi dans les années 70. Pour préserver son héritage. Hoover dicte alors ses mémoires et se replonge dans ses souvenirs qui le ramènent en 1919. Il n’avait alors que 20 ans, était déjà ambitieux, orgueilleux et autoritaire et on ne le nommait pas encore J.Edgar.

    Dès les premiers plans, trois éléments qui ne se démentiront pas tout au long du film, sautent aux yeux du spectateur (aux miens, du moins) : la beauté sombre de la photographie de Tom Stern (fidèle chef opérateur de Clint Eastwood), l’art avec lequel Clint Eastwood s’empare du scénario de Dustin Lance Black pour entremêler passer et présent, et pour nous raconter brillamment une histoire et enfin le jeu stupéfiant et remarquable de Leonardo Di Caprio qui, bien au-delà du maquillage, devient Hoover. Au moins trois éléments qui font de ce film un bonheur cinématographique…même s’il n’est pas exempt de défauts comme certaines longueurs ou certaines scènes trop appuyées et mélodramatiques.

    Derrière ce que certains nommeront peut-être classicisme,  Clint Eastwood démontre une nouvelle fois son habileté à tisser la toile du récit pour dresser le portrait complexe d’un homme dont la vie était basée sur le secret (ceux qu’il dissimulait et ceux des autres qu’il utilisait notamment ceux qu’il détenait sur les hommes du pouvoir qu’il manipulait  sans scrupules, ce qui explique ici sa longévité à la tête du FBI) qui aspirait à être dans la lumière mais dont l’existence était une zone d’ombre, deux contrastes que la photographie de Tom Stern reflète magnifiquement. En un plan de Hoover sur son balcon, regardant les cortèges d’investiture de Roosevelt puis de Nixon, à plusieurs années de distance, il  nous montre un homme dans l’ombre qui semble n’aspirer qu’au feu des projecteurs mais qui, aussi, de son piédestal, semble néanmoins être le démiurge de la scène qui se déroule en contrebas. Tout un symbole. Celui de ses contradictions.

    Si les agents du FBI aimaient se présenter comme les « gentils », la personnalité de Hoover était beaucoup plus complexe que l’image qu’il souhaitait donner de l’organisation qu’il dirigeait et de lui-même : avide de notoriété, recherchant l’admiration et l’amour de sa mère, dissimulant son homosexualité, manipulant les politiques. Pour lui « l’information, c’est le pouvoir ».

    Cette personnalité complexe (et ce qui conduisit Hoover à devenir J.Edgar) nous est expliquée à travers ses relations avec trois personnes : sa mère, Annie Hoover ( Judi Dench) qui lui voyait un destin et voulait qu’il compense les échecs de son père et dont il recherchera toujours l’admiration, sa secrétaire Helen Gandy (Naomi Watts) qui lui restera toujours fidèle depuis ses débuts et même après sa mort, et son directeur adjoint Clyde Tolson (Armie Hammer) avec qui il entretint vraisemblablement une liaison.

    Si l’histoire de Hoover nous permet de traverser l’Histoire  des Etats-Unis, la seconde est bien en arrière-plan et c’est bien à la première que s’attache Eastwood, de son rôle dans l’instigation des méthodes modernes d’expertises médico-légales mais aussi à ses tentatives (vaines) pour faire tomber Martin Lurther King, son combat obstiné et même obsessionnel contre le communisme et évidemment la création du FBI et l’enlèvement du fils de Lindbergh, deux évènements qui témoignent de l’ambition de Hoover et de ses méthodes parfois contestables pour la satisfaire.

    Le film de Clint Eastwood épouse finalement les contradictions de son personnage principal, sa complexité, et a l’intelligence de ne pas faire de Hoover un héros, prétexte à un film à la gloire des Etats-Unis mais au contraire un personnage qui en symbolise l’ombre et la lumière et surtout ce désir d’être dans la lumière (manipulation des médias mais aussi propagande avec des albums de bd consacrés au FBI et des vignettes ornant les paquets de corn-flakes) comme le revers de la médaille d’un American dream dont l’image se voudrait lisse et irréprochable.

    La réussite du film doit évidemment beaucoup à celui qui incarne Hoover et qui tourne pour la première fois pour Eastwood : Di Caprio dont le maquillage n’est pour rien dans l’étonnante nouvelle métamorphose qui le fait devenir Hoover, avec sa complexité, son autorité, son orgueil, ses doutes qui passent dans son regard l’espace d’un instant, lorsque ses mots trahissent subitement son trouble et le font alors redevenir l’enfant en quête de l’amour de sa mère qu’il n’a finalement jamais cessé d’être derrière ce masque d’intransigeance et d’orgueil (très belle scène avec Noami Watts dans la bibliothèque du Congrès ou dans la suite avec Clyde, scènes au cours desquelles il passe d’une expression ou une émotion à une autre, avec une rapidité fascinante). Une nouvelle composition magistrale. Déjà dans « Shutter island », il était  habité par son rôle qui, en un regard, nous plongeait dans un abîme où alternaient et se mêlaient même parfois, angoisse, doutes, suspicion, folie, désarroi (interprétation tellement différente de celle des "Noces rebelles" mais tout aussi magistrale qui témoigne de la diversité de son jeu). Il n’avait pourtant obtenu l’Oscar du meilleur acteur pour aucun de ces deux films, il ne l’a d’ailleurs jamais obtenu. Est-ce possible que celui qui est sans doute le plus grand acteur actuel passe une nouvelle fois à côté ? J’avoue que mon cœur balance sachant que Jean Dujardin sera sans doute nommé face à lui pour « The Artist ». Vous pourrez aussi le retrouver bientôt dans une nouvelle adaptation du chef d’œuvre de Fitzgerald « Gatsby le magnifique » même si je vous recommande surtout la version de Jack Clayton.

    En nous racontant avec une maîtrise incontestable des codes du récit l’histoire d’un homme soucieux du secret, de la trace qu’il laissera, de sa et ses mémoire(s) (et de sa subjectivité), de ses zones d’ombre, Clint Eastwood, par-delà la personnalité complexe et passionnante de Hoover traite d’un sujet particulièrement personnel (un homme qui se penche sur son passé, pétri de contradictions entre le culte du secret et l’envie d’être dans la lumière ) et universel et actuel (la manipulation des médias, le désir avide de notoriété). La marque d’un grand cinéaste. Et enfin, il permet à celui qui est le meilleur acteur actuel d’explorer une nouvelle facette de son immense talent et de trouver là un nouveau rôle, complexe et passionnant, à sa démesure et qui le mènera peut-être, enfin, à l’Oscar tant mérité.

    Retrouvez également cet article sur mon blog "In the mood - Le Magazine": http://inthemoodlemag.com/2012/01/06/cinema-critique-de-j...

    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire