Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festival Paris Cinéma (épisode 2) : Vidéos et résumé de la Master Class de la pétillante Jane Fonda à la Filmothèque

P1010438.JPG
P1010439.JPG
P1010440.JPG
P1010442.JPG
P1010447.JPG
P1010450.JPG
P1010449.JPG
P1010451.JPG
P1010434.JPG

Hier après-midi avait lieu le deuxième grand événement de ce Festival Paris Cinéma 2010, après l’ouverture avec Woody Allen : la master class de Jane Fonda. La petite rue Champollion où se trouve la Filmothèque du Quartier Latin et où se déroulait la master class a connu hier une fébrilité inhabituelle. C’est dans une petite salle chaleureuse et intime sous le regard bienveillant d’un portrait warholien de Marylin que s’est ainsi déroulée cette master class. Jane Fonda est arrivée avec… sa silhouette longiligne, son regard pétillant et… son petit chien dans les bras, accompagnée de son compagnon avant de s’asseoir aux côtés de Fabrice Leclerc, rédacteur en chef de Studio CinéLive qui a dirigé l’interview. En quelques secondes le ton était donné : celui d’un humour décapant, d’un regard lucide et souvent ironique sur le milieu du cinéma (et surtout sur elle-même !), d’une véritable interaction avec le public et d'une énergie débordante. Une actrice aussi généreuse, malicieuse que talentueuse dotée d’une franchise salutaire et d’un humour et d’une bonne humeur communicatifs qui semblait réellement heureuse d’être là mais aussi une actrice engagée qui surtout ne veut pas être mise dans une case, elle a bien raison tant elle est unique et inclassable. Un moment rare. Une comédienne dans tous les (bons) sens du terme, s’inquiétant malicieusement de la lumière, ironisant sur son compagnon, demandant des nouvelles de son chien pendant la master class, passant du Français (qu’elle parle impeccablement) à l’Anglais. Jane Fonda a tourné avec les plus grands ( Cukor, Vadim, Penn, Pollack, Losey, Pakula, A.Penn…), le sujets ne manquaient donc pas.

Dans les vidéos ci-dessous (10 vidéos seront bientôt en ligne, vous en trouverez la première partie ci-dessous), vous l’entendrez parler (toujours avec beaucoup d’humour) du film qu’elle tourne actuellement en France et de ses partenaires dans le film, de Roger Vadim, de Marlon Brando, d’Alain Delon, du cinéma français, du cinéma américain, de son père Henri Fonda, de ses engagements contre la guerre au Vietnam… et de bien d’autres sujets.  Je vous conseille vraiment de les regarder ! Pour le reste en voici un petit résumé ci-dessous :

Jane Fonda a d’abord évoqué le film qu’elle tourne actuellement en France, précisant qu’elle l’avait accepté sans lire le scénario (pour les acteurs !), un film sur la vieillesse a-t-elle précisé. Elle est ensuite revenue sur ses débuts disant qu’elle était devenue actrice « par hasard », qu’elle ne voulait pas être actrice mais qu’elle ne savait pas quoi faire pour gagner sa vie. Elle a également dit toute son admiration pour son père Henri Fonda que ce soit « en tant qu’acteur, être humain ou peintre », son père avec qui elle a tourné dans « La Maison du lac ». Elle a ainsi évoqué les difficultés pour monter le film car « personne ne voulait d’un film avec un couple de vieux » et c’est finalement ce film qui a permis à Henri Fonda d’obtenir un Oscar à la toute fin de sa carrière. Elle a ensuite évoqué Cukor pour qui elle a, selon elle, tourné « dans de mauvais films ». Elle a ensuite parlé de « Barbarella », film pour lequel elle était le « troisième choix après Brigitte Bardot et Sophia Lauren ».  A la question sur les raisons pour lesquelles elle accepte un rôle, avec beaucoup d’humour … et d’honnêteté elle a répondu : « parfois c’est le scénario, parfois c’est le besoin d’argent qui fait accepter un film », « Ce que j’aime au cinéma c’est qu’on n’est pas seuls ». A propos de sa filmographie dans les années 80 : « Je manquais de foi, j’ai décidé d’arrêter. Je voulais être activiste tout le temps. J’étais tellement malheureuse que je ne pouvais plus continuer à jouer. C’est difficile quand on a mon âge de recommencer ». Sur une question sur ce qu’elle aime dans le cinéma Français, elle parlé de Truffaut, de Lelouch (citant « Un homme et une femme »), de Simone Signoret, de Renoir (citant « La Règle du jeu »). Quant à Hollywood selon elle « il y a de moins en moins de bons films car ils prennent de moins en moins de risques. C’est maintenant la télévision qui prend des risques ». Le cinéma est loin d’être toute sa vie : « J’ai autre chose dans la vie : j’écris des livres, j’ai un ami, j’ai un chien, je voyage, je milite… ».  Elle a enfin évoqué la guerre du Vietnam, notamment la photo qui avait fait scandale (celle où elle posait sur un char anti-missiles vietnamien) disant que c’était à l’époque « un manque complet de jugement » qu’elle « regrette énormément. » Pour tout le reste de son engagement qui a parfois été (mal) interprété comme de l’anti-américanisme elle dit avoir été « très contente d’avoir fait ça ».

Si vous n’avez pas ou assister à la master class, sachez que vous pourrez retrouver Jane Fonda ce soir, au MK2 Bibliothèque pour la Projection en sa présence de « Klute » d'Alan J. Pakula  le dimanche 4 juillet à 19h30 et regardez les vidéos ci-dessous !

Retrouvez également ma critique de « La Poursuite impitoyable » d’Arthur Penn (avec Jane Fonda, Marlon Brando, Robert Redford…en cliquant ici)

poursuite10.jpg
poursuite6.jpg

LES FILMS AVEC JANE FONDA PROJETES DANS LE CADRE DU FESTIVAL

  Barbarella, Roger Vadim

-  Le Cavalier électrique, Sydney Pollack

-  Les Félins, René Clément

-  Julia, Fred Zinnemann                              

-  Klute, Alan J. Pakula

-  La Maison du lac, Mark Rydell

-  On achève bien les chevaux, Sydney Pollack

-  Les Poupées de l’espoir, Daniel Petrie

-  La Poursuite impitoyable, Arthur Penn

-  Le Retour, Hal Ashby

-  La Rue chaude, Edward Dmytryk

-  Le Syndrome chinois, James Bridges

-  Tout va bien, Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin

 Renseignements pratiques : http://www.pariscinema.org/fr/programmes-2010/invites/invites.html

 FILMOGRAPHIE DE JANE FONDA ET RECOMPENSES

Oscar :

1970 : nomination en tant que meilleure actrice, On achève bien les chevaux

1971 : meilleure actrice, Klute

1978 : nomination en tant que meilleure actrice, Julia

1978 : meilleure actrice, Le Retour

1980 : nomination en tant que meilleure actrice, Le Syndrome chinois

1982 : nomination en tant que meilleure actrice de soutien, La Maison du lac

1987 : nomination en tant que meilleure actrice, Le Lendemain du crime

 Golden Globes :

1961 : actrice au meilleur potentiel

1971 : meilleure actrice dans un film (drame), Klute

1972 : actrice mondialement favorite

1977 : meilleure actrice dans un film (drame), Julia

1978 : actrice mondialement favorite

1978 : meilleure actrice dans un film (drame), Le Retour

 Autres

1984, Emmy Awards, The Dollmaker

 Filmographie

1960 : La Tête à l'envers (Tall Story) de Joshua Logan : June Ryder

1962 : La Rue chaude (Walk on the Wild Side) d'Edward Dmytryk

1962 : Les Liaisons coupables (The Chapman Report) de George Cukor

1962 : L'École des jeunes mariés (Period of Adjustment) de George Roy Hill

1963 : Dans la douceur du jour (In the Cool of the Day) de Robert Stevens

1963 : Un dimanche à New York (Sunday in New York) de Peter Tewksbury

1964 : Les Félins de René Clément : Melinda

1964 : La Ronde de Roger Vadim

1965 : Cat Ballou d'Elliot Silverstein

1966 : La Poursuite impitoyable (The Chase) d'Arthur Penn

1966 : La Curée de Roger Vadim

1966 : Chaque mercredi (Any Wednesday) de Robert Ellis Miller

1967 : Pieds nus dans le parc (Barefoot in the Park) de Gene Saks

1967 : Que vienne la nuit (Hurry Sundown) d'Otto Preminger

1968 : Histoires extraordinaires, sketch Metzengerstein de Roger Vadim : la comtesse Frederica

1968 : Barbarella de Roger Vadim : Barbarella

1968 : On achève bien les chevaux (They Shoot Horses, Don't They?) de Sydney Pollack

1971 : Klute de Alan J. Pakula

1972 : Tout va bien de Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin

1972 : F.T.A de Francine Parke

1973 : Steelyard blues d'Alan Myerson

1973 : Maison de poupée (A Doll's House) de Joseph Losey

1973 : We Can't go Home Again

1976 : L'Oiseau bleu (The Blue Bird) de George Cukor

1977 : Touche pas à mon gazon (Fun with Dick and Jane) de Ted Kotcheff

1977 : Julia de Fred Zinnemann

1978 : Le Retour (Coming Home) d'Hal Ashby

1978 : Le Souffle de la tempête (Comes a Horseman) d'Alan J. Pakula

1978 : California Hôtel (California Suite) d'Herbert Ross

1980 : Le Cavalier électrique (The Electric Horseman) de Sydney Pollack

1979 : Le Syndrome chinois (The China Syndrome) de James Bridges

1980 : Comment se débarrasser de son patron (Nine to Five|9 to 5) de Colin Higgins

1981 : La Maison du lac (On Golden Pond) de Mark Rydell

1981 : Une femme d'affaires (Rollover) d'Alan J. Pakula

1984 : Les Poupées de l'espoir (The dollmaker) de Daniel Petrie (TV) : Gertie Nevels

1985 : Agnès de Dieu (Agnes of God) de Norman Jewison

1986 : Le Lendemain du crime (The Morning After) de Sidney Lumet

1987 : Leonard Part 6

1989 : Old Gringo de Luis Puenzo

1990 : Stanley & Iris de Martin Ritt

1990 : Mandela in America

1994 : A Century of Cinema

2002 : Searching for Debra Winger de Rosanna Arquette (documentaire)

2005 : Sa mère ou moi ! (Monster-in-Law) de Robert Luketic

2007 : Georgia Rule de Garry Marshall

Tell Them Who You Are (produit en 2004, pas de date de sortie annoncée)

 Autobiographie

Jane Fonda, Ma vie (traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-Hélène Dumas). Paris : éditions Plon, 2005. 590 pp.-[48] pp. de pl., 24 cm. ISBN 2-259-20281-0. Titre original : My life so far.

Ma sélection Paris Cinéma du jour :

Aujourd’hui, ne manquez pas « Klute » d’Alan J.Pakula, à 19H30, au MK2. Vous pouvez également assister à l’avant-première de  « L’Age de raison » de Yann Samuell, à 19H, au Gaumont Opéra Capucines, présenté par le réalisateur et en présence de la comédienne Sophie Marceau. Par ailleurs, la compétition débute aujourd'hui avec le film roumain "If I want to whistle, I whistle" de Florin Serban. (à 21H, au mk2 Bibliothèque).

A suivre: mes critiques des deux excellents films vus hier: "Amore" de Luca Guadagnino et "Les Amours imaginaires" de Xavier Dolan.

Commentaires

  • C'est une chance inouïe d'avoir découvert votre blog!
    votre générosité est précieuse Merci d'avoir transmise cette master class
    Plus qu'une master class ...une bien jolie rencontre loin des clichés
    Bien à vous
    Lou iseult

  • merci beaucoup pour cette belle rencontre partagée grâce à vous !
    Je suis heureuse aujourd'hui de constater que Jane Fonda est toujours aussi intelligente, généreuse et je la découvre ici drôle et pétillante !
    que du bonheur

  • @Lou Iseult: Merci pour votre message qui fait bien plaisir... En effet c'était une très belle "rencontre"...
    @Sylvie: "pétillante" est effectivement un mot qui lui convient très bien. Cette heure en sa compagnie a passé beaucoup trop vite. Un beau moment.

Les commentaires sont fermés.