Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

In the mood for Monaco (2) : la débordante imagination de (m)la réalité

2009_0319Monaco30029.JPG
Le seul cliché que j'ai gardé de ce dîner d'ouverture à l'hôtel Hermitage qui n'en a pourtant pas été avare...
2009_0319Monaco30027.JPG
Laura Morante et Philippe Besson: clap de début du festival...
2009_0320Monaco40002.JPG
Un sésame de plus pour la collection...et pour celle des souvenirs improbables aussi

C’est décidé : il vous faudra attendre mon retour pour avoir le récit de ce festival. Parce que j’ai besoin de temps, de trier ce qu’il faut raconter ou ne pas raconter, de faire la part entre ma fiction et la réalité, plus proches et mêlées que jamais,  d’avoir du recul sur des émotions, des impressions belles, violentes, désordonnées.  De comprendre l’étrangeté déstabilisante et consolante des hasards et coïncidences. Parce que ce séjour ressemble à un film dont j’ai besoin de connaître la fin pour me faire une impression. Pour l'heure le film m'enchante.  J’ai souvent employé cet adjectif mais je crois qu’il sied plus que jamais à ce festival, à mon existence peut-être aussi : surréaliste.  Parce que je sais que l’émotion à fleur de peau n’est pas toujours bonne conseillère. Parce que je m’amuse à constater (une nouvelle fois, plus que jamais) à quel point tout ceci  est une comédie humaine, un jeu de masques triste et passionnant, pathétique et drôle, à quel point ma réalité rejoint ma fiction. Parce que ce soir, amusée par la belle et déroutante ironie du sort, fatiguée et exaltée, j’aurais peur d’en dire trop sur ce manège (dés)enchanté. Parce que mes mots s’enchaînent sans que je les contrôle, eux aussi désordonnés.   Parce que c’est tellement lénifiant et étrange, aussi, de se dire que tout est égal, et encore plus drôle, dérisoire, sublime aussi, quand on sait qu’après on le transcrira avec des mots, et que ceux-ci, finalement, toujours l’emporteront.

 

Ces quelques mots écrits du retour de la soirée d’ouverture paraîtront obscures à certains, limpides à quelque(s) un(s). Je vous le disais : j’ai vraiment besoin de recul pour vous parler de ce festival dont, vous vous en douterez, j’ai beaucoup à vous dire, à ne surtout pas vous dire aussi.

 

Frost2.jpgAlors en attendant un récit plus personnalisé, je vous dirai simplement, avec autant de neutralité que possible, que le coup d’envoi de ce 8ème Forum International Cinéma et Littérature de Monaco a été donné par Laura Morante, la présidente de cette édition 2009 et par Philippe Besson. Que ce festival ne ressemble à aucun autre. Qu'il réussit la gageure de concilier luxe, suprême, et conviviliaté. Que le film d’ouverture était le palpitant duel entre Frost et Nixon (« Frost/Nixon, l’heure de vérité » de Ron Howard) qui mérite que je lui consacre une critique digne de ce nom, à mon retour, et un parallèle d’ailleurs avec cette soirée. Que ce film a été suivi d’un dîner d’ouverture à l’Hermitage pour quelques privilégiés (dont j’étais) et au Café de Paris pour quelques autres. Que la vie, oui, décidément,  a plus d’imagination que la fiction. La mienne en tout cas. Monaco. 1H.

 

Ci-dessous quelques photos  (j'en ai déjà beaucoup d'autres en stock, à suivre prochainement)en attendant un vrai récit et de vraies critiques…

2009_0319Monaco20008.JPG
Ci-dessus, Monaco à l'heure du Forum
2009_0319Monaco20007.JPG
Ci-dessus, Alain Ducasse et son (tri)étoilé Louis XV nous attendent pour la clôture
2009_0319Monaco20002.JPG
L'hôtel Fairmont, suspendu au-dessus de la mer, sous lequel passe, chaque année, le grand prix de Monaco: mon hôtel, celui de tous les invités du festival
2009_0319Monaco20018.JPG
Grace l'incontournable et l'inimitable
2009_0319Monaco20022.JPG
Un petit port de pêche (si, si, je vous assure) nommé Monaco
2009_0319Monaco20025.JPG

Commentaires

  • tu en as déjà assez dit pour nous (me) faire "baver"...
    A part le voyage en train évidemment !

Les commentaires sont fermés.