Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • De retour de la cérémonie (mouvementée) des César: compte-rendu et palmarès

    La fête du cinéma a-t-on coutume de dire à propos de la cérémonie des César, la grande fête de la non moins grande famille du cinéma disent également les plus cyniques et les plus idéalistes, sur un ton différent, ironique ou bienveillant selon ceux dont il s’agit. Particulièrement encline à célébrer Monsieur 7ème art pour qui j’éprouve une admiration sans bornes, voire une passion dévorante, c’est donc enthousiaste que je me suis rendue au théâtre du Châtelet où se déroulait cette 31ème cérémonie, hier soir. Que cette famille a bien d’étranges coutumes : les arrivées s’y déroulent sous les huées et encadrées de CRS, au son de slogans quelque peu revendicatifs, même vindicatifs. Il en fallait plus pour faire faiblir mon enthousiasme, et après avoir montré patte blanche, ou plutôt sésame rouge, trois fois, je me retrouvai enfin dans le hall du théâtre. Au regard de la cohue innommable qui régnait dans le hall, je me suis dit que, décidément , Monsieur septième art a beaucoup d’admirateurs et de serviteurs. J’en reconnaissais quelques uns d’ailleurs célébrés hier soir qui piétinaient d’impatience. Une étrange fébrilité régnait : robes de soirées et smokings faisant la queue comme aux heures de pointe du métro. Petit air de déjà vu cannois.

     

    Après quelques minutes d’errance dans les couloirs du magnifique théâtre du Châtelet, je me retrouvai enfin à ma place, prête à déguster le palmarès, à savourer l’humour de Valérie Lemercier, bref à goûter les délices de la fête. Mon regard tout ébloui qu’il est toujours par le fascinant Monsieur septième art, n’en est pas pour autant naïvement aveuglé et après avoir parcouru de haut en bas la statuette géante posée sur la scène, il n’en remarqua pas moins l’agitation, semblait-il inhabituelle, qui régnait aux pieds de ladite statuette, la scène étant envahie par quelques personnes répondant aux doux noms d’intermittents visiblement pas vraiment enclines à faire la fête, elles. Le producteur de la soirée essayait bien de les raisonner mais sans vraiment l’écouter, leurs réponses se confondaient en un galimatias ininterrompu. Une femme dans la salle, particulièrement excédée, commença à prendre fait et cause pour eux, et le décor tamisé qui aurait plutôt dû inciter à une belle sérénité, commençait de plus en plus à ressembler à un ring improvisé. Les premiers rangs où se trouvaient les césarisés d’honneur, le Ministre de la culture, et les principaux nommés, restaient étrangement stoïques et imperturbables.

     

    Tandis que les minutes s’écoulaient, forcément tout aussi impassiblement, et que l’heure prévue du début de la cérémonie était déjà dépassée, le producteur visiblement lui aussi dépassé, par les évènements, commençait à évoquer la possibilité d’annuler la soirée si une solution n’était pas rapidement trouvée, rappelant par ailleurs aux intermittents que la projection d'un film de deux minutes produits par eux était prévu, fait exceptionnel sur Canal plus, qui ne « diffusait habituellement que ses propres productions ». Applaudissements. Murmures de protestation à l’évocation d’une annulation. Finalement les intermittents se sont décidés à quitter la scène. L’altercation, cette fois, plus seulement verbale s’est transportée dans la salle, à cinquante centimètres des premiers rangs, toujours aussi imperturbables. La production s’est finalement résolue à les faire évacuer de manière assez musclée pour le bon déroulement de la soirée, de la fête rappelons-le. De la fête qui célèbre le cinéma. De la fête qui célèbre ceux qui manifestent aussi. Mais ne nuisent-ils pas plus à leurs discours qu’ils ne le servent en agissant ainsi, tout comme ils l’avaient fait à Avignon, sabotant leur propre outil de travail, surtout que, concernant les César, un temps de parole leur avait été initialement réservé ? Parce que les César ne sont pas qu’une fête, c’est aussi le moyen d’apporter un autre regard, encore une fois de donner un coup de projecteur sur des films qui n’en avaient peut-être pas eu auparavant et sur ceux qui les font.

     

     21H20.Obscurité. Décompte des 5 dernières secondes. Action. Les noms des disparus. Puis, Carole Bouquet, magnifiquement vivante et Hamlet. Shakespeare, comme si de rien n’était. Shakespeare, comme si la quiétude avait toujours régné. La magie du cinéma. La salle retient son souffle. La fébrilité, craintive et admirative à la fois. Devant moi, l’œil narquois, quelqu’un susurre « il va sûrement y avoir de l’animation ». Je crains pour lui qu’il n’ait été déçu. Heureusement d’ailleurs. La fête qui a pourtant eu un goût amer, s’est déroulée à peu près normalement alors qu’elle aurait pu ne pas se dérouler du tout. Le film des intermittents n’est finalement pas passé. A trop vouloir en dire et surtout à trop maladroitement vouloir le dire, leur message n’est malheureusement pas passé, si ce n’est par quelques interpellations depuis la salle, rapidement interceptées.

     

     Valérie Lemercier a donc enchaîné avec cet humour cinglant, absurde et jubilatoire dont elle ne s’est pas départie de la soirée, succédant impérialement à Gad Elmaleh, déridant la salle après ces prémisses pour le moins tendues, la crainte d’une interruption ayant plané toute la soirée et lui ayant donné cette teinte un peu morose.

     

    Puis les meilleurs serviteurs de Monsieur Septième art, du moins ceux ayant reçu le plus grand nombre de suffrages de l’Académie, se sont vu remettre la célèbre statuette. Un palmarès plutôt consensuel, contrairement à l’an passé où l’Esquive d’Abdellatif Kechiche et Quand la mer monte de Yolande Moreau et Gilles Porte avaient créé la surprise. De battre mon cœur s’est arrêté de Jacques Audiard  a ainsi remporté 8 César ( film qui est, rappelons-le, un remake de Fingers de James Toback, un film de 1978), un film dont je vous avais parlé lors de sa sortie qui, certes, méritait d’être primé, mais peut-être pas autant, les magnifiques Entre ses mains d’Anne Fontaine et La petite Jérusalem de Karin Albou ayant été en conséquence complètement oubliés du palmarès. Michel Bouquet et Nathalie Baye, tous deux magistraux respectivement dans Le promeneur du champ de Mars de Robert Guédiguian et dans le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois, ont heureusement permis à leurs films respectifs, également remarquables, de figurer au palmarès grâce à leurs César de meilleur acteur et de meilleure actrice, 23 ans après celui reçu pour La Balance pour Nathalie Baye.

     

    Cette année Les César ont également eu la bonne idée de primer doublement les scénaristes ajoutant un prix de la meilleure adaptation, dévolu à... De battre mon cœur s’est arrêté de Jacques Audiard.

     

     Pierre Richard et Hugh Grant, tous deux césarisés d’honneur ont heureusement apporté un parfum de prestige à une cérémonie qui en manquait cruellement, Hugh Grant n’oubliant pas de faire un clin d’œil à Dinard, en habitué de la ville en question et du festival du film britannique.

     

    Enfin, l’onirique After Shave de Hany Tamba, déjà, à juste titre, primé dans de multiples festivals a reçu le César du meilleur court métrage. Quand, comme les a nommés Valérie Lemercier « les gagnants de l’euro million 2006 » à savoir Clavier, Jugnot, Lhermitte, Chazel, Blanc, Balasko avec « le numéro complémentaire » Lavanant, remportent le jackpot  avec un film dont la plupart des spectateurs ressortent (et moi la première) déçus avec le sentiment d’une imposture, il est important que des cérémonies comme celles-ci mettent en lumière des films qui ne bénéficient pas d’une telle couverture médiatique et d’un tel a priori positif (moi la première également), ou même  d'une affection presque irrationnelle contre lesquels même un bouche à oreille plutôt négatif ne peuvent rien. Une fête utile finalement, ou qui devrait l’être.

     

    A peine avais-je redescendu les marches du Châtelet que le parfum de prestige s’était évanoui. Les espoirs de mon voisin de devant précité aussi. Mais le désir de voir et "d'écrire du cinéma" étaient plus prégnants que jamais. Cette magie qui évince, sublime, magnifie et a tant d’autres pouvoirs encore. Oui, j’ose toujours y croire… Viva il cinéma.

     

    Vous pouvez retrouver les critiques de (presque) tous les films en compétition sur ce blog (les liens vers les articles figurent dans l'article ci-dessous intitulé "Mon festival du cinéma invité à la cérémonie des César 2006". )

    Vous pouvez également laisser vos commentaires sur la cérémonie et palmarès ci-dessous.

     

    Sandra.M

     

    PALMARES DES CESAR 2006

     

     César du meilleur film français de l'année

    De battre, mon coeur s'est arrêté (Jacques Audiard)

    César du meilleur réalisateur

     Jacques Audiard (De battre, mon coeur s'est arrêté)

     César du meilleur acteur

     Michel Bouquet (Le Promeneur du champ de Mars)

     César de la meilleure actrice

    Nathalie Baye (Le Petit lieutenant)

     César du meilleur acteur dans un second rôle

    Niels Arestrup (De battre, mon coeur s'est arrêté)

    César de la meilleure actrice dans un second rôle

    Cécile de France (Les Poupées russes)

     César du meilleur espoir masculin

    Louis Garrel (Les Amants réguliers)

    César du meilleur espoir féminin

     Linh Dan Pham (De battre, mon coeur s'est arrêté)

    César du meilleur premier film

    Le Cauchemar de Darwin (Hubert Sauper)

    César de la meilleure musique écrite pour un film

    De battre, mon coeur s'est arrêté (Alexandre Desplat)

    César de la meilleure photographie

     De battre, mon coeur s'est arrêté (Stéphane Fontaine)

    César des meilleurs décors

    Gabrielle (Olivier Radot)

     César du meilleur son

     La Marche de l'empereur (Gérard Lamps, Laurent Quaglio)

    César des meilleurs costumes

     Gabrielle (Caroline de Vivaise)

    César du meilleur montage

    De battre, mon coeur s'est arrêté (Juliette Welfling)

    César du meilleur court-métrage

    After Shave, Beyrouth après-rasage (Hany Tamba)

    César du meilleur film étranger

     Million dollar baby (Clint Eastwood)

     César du meilleur scénario original

    Va, vis et deviens (Alain-Michel Blanc, Radu Mihaileanu)

    César de la Meilleure adaptation

    De battre, mon coeur s'est arrêté (Jacques Audiard, Tonino Benacquista)

    César d'honneur

    Hugh Grant

    Pierre Richard

     

     

  • "Mon festival du cinéma", invité à la cérémonie des César 2006

    medium_cesar15bis2.jpg

                                                                       

     Pour certains, les César représentent une cérémonie futile et inutile, la pseudo-fête de la pseudo-famille du cinéma, la fête des Narcisse et autres adorateurs d'eux-mêmes plus ou moins renommés, un heureux prétexte pour dîner ensuite ensemble au Fouquet's et se regarder en chiens de faïence. Pour d’autres qui croient encore en la magie du cinéma, c’est avant tout un concentré d’émotions, de talents, et même parfois un coup de projecteur fabuleux sur certains plus habitués à l’ombre qu’à la lumière qui, parfois injustement les avait ignorés ou s'en était rapidement détournée, sur d’autres qui se trouvent projetés de l’un à l’autre en un quart de seconde. Vous savez : ce quart de seconde ou le lauréat potentiel apprendra qu’il restera définitivement au rang de nommé, ce quart de seconde où son sourire d’espoir ragaillardi par les nombreux messages débordants d’enthousiasme et de flagornerie de ses nouveaux amis se fige en un rictus amer que son orgueil lui dicte de masquer en sourire fair play, ce quart de seconde où il passe d’une belle illusion à une désillusion cruelle, ce quart de seconde où son voisin qui le regardait béatement applaudit à tout rompre en regardant aussi béatement son concurrent de lauréat, ce quart de seconde où le temps s’arrête pour certains, a des relents d’éternité pour d’autres, ce quart de seconde où les regards se détournent pour n’avoir plus qu’un seul point de mire, ce quart de seconde où les César deviennent pour certains la fameuse cérémonie inutile, pour d'autres essentielle. Concentré d’émotions donc. Celle d’Isabelle Adjani l’an passé. Celle d’Annie Girardot impériale et bouleversée, bouleversante, rappelant brusquement son existence à la famille précitée, si facilement amnésique, recouvrant trop facilement la mémoire. Celle de Jean Gabin, premier à présider la cérémonie en 1976. Tant d’autres encore. Des instants absurdes, cocasses, magiques, de l’imprévu comme la télévision nous en offre trop rarement. Forcément, cette magie-là appartient (encore) au cinéma. Des coups de projecteurs miraculeux qui ont permis à certains films d’avoir une seconde vie comme l’Esquive d’Abdellatif Kechiche ou Quand la mer monte de Yolande Moreau et Gilles Porte, deux films indépendants, l’an passé.  C'est surtout ça pour moi, les César et c'est déjà formidable. Tout le monde n'a pas une seconde chance, non? Pour eux, les César n’ont pas été futiles mais primordiaux. Les César, ce sont donc une nouvelle vie pour certains, un couronnement, un espoir déçu pour d’autres. Mais le quart de seconde fatidique pour tous en tout cas. Tant de quarts de secondes que je ne manquerai pas d’observer et de vous relater à mon retour de la Cérémonie. Le quart de seconde qui permettra à La petite Jérusalem de Karin Albou, Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé, et Entre ses mains  d'Anne Fontaine de l’avoir cette seconde vie, je l’espère car ils le méritent!

     

     Vous pourrez également suivre la cérémonie des César sur Canal + à partir de 20H30, ce samedi 25 février.

     

    Vous pouvez retrouver mes critiques des films suivants, nommés aux César, en cliquant sur le nom du film en question (comme chaque année de magnifiques films comme Mon Ange de Serge Frydman ou Le temps qui reste de François Ozon sont totalement oubliés par les César mais aussi quelques autres dont vous pouvez néanmoins également en retrouver les critiques sur ce blog) :

    -De battre mon cœur s’est arrêté de Jacques Audiard (10 nominations)

     -Joyeux Noël  de Christian Caron(6 nominations)

    -Le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois (5 nominations)

    -L’enfant des frères Dardenne(4 nominations)

    -Caché de Michael Haneke (4 nominations)

    -Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane Brizé(3 nominations)

    -La petite Jérusalem de Karin Albou(2 nominations)

    -Le Promeneur du champ de Mars  de Robert Guédiguian(2 nominations)

    -Entre ses mains d'Anne Fontaine(2 nominations)

    -Palais Royal de Valérie Lemercier (2 nominations)

    -Lemming de Dominik Moll (1 nomination)

    Match point de Woody Allen (1 nomination)

    -Mar Adentro d'Alenjandro Amenabar(1 nomination)

    -Backstage d'Emmanuelle Bercot(1 nomination)

    -After Shave  de Hany Tamba (1 nomination)

     

     Cette année la cérémonie sera présidée par Carole Bouquet, succédant à Isabelle Adjani et sera présentée par Valérie Lemercier qui succède à Gad Elmaleh. Cette dernière est par ailleurs nommée dans la catégorie « Meilleure actrice » pour son rôle dans Palais Royal qu’elle a par ailleurs réalisé.

     

                                                                         Nommés:

     

    Meilleur acteur :

    -Michel Bouquet pour Le promeneur du Champ de Mars

    -Patrick Chesnais pour Je ne suis pas là pour être aimé

    - Romain Duris pour De battre mon coeur s'est arrêté

    -José Garcia  pour Le couperet

    -Benoît Poelvoorde pour Entre ses mains

     

    "Je ne suis pas là pour être aimé", est un film sublime qui mériterait un coup de projecteur et une seconde chance qu’un César du meilleur acteur pourrait bien sûr lui apporter, ce film a d’ailleurs été plébiscité par les lecteurs de "Mon festival du cinéma" lors de notre sondage sur les films de l’année. Benoît Poelvoorde a réussi une composition exceptionnelle dans le film d’Anne Fontaine qui ne l’était pas moins: "Entre ses mains", mon coup de cœur de l’année 2005. Pour ces raisons, j’aimerais beaucoup que l’un ou l’autre le reçoive même si Michel Bouquet, qui n’a plus rien à prouver, a été formidable en Mitterrand dans le film de Guédiguian. L’Académie choisira-t-elle de récompenser la longévité et la carrière, de mettre en lumière un film qui n’a pas reçu le succès mérité, de récompenser Romain Duris, de saluer sa jeune et non moins brillante carrière, surtout son très beau rôle dans le film d'Audiard , ou bien de récompenser Benoït Poelvoorde car, c'est vrai, elle aime récompenser les comiques qui passent au drame…A suivre…

     

    Meilleure actrice

    -Nathalie Baye pour Le petit lieutenant

    -Isabelle Carré pour Entre ses mains

    -Anne Consigny pour Je ne suis pas là pour être aimé

    -Isabelle Huppert pour Gabrielle

    -Valérie Lemercier pour Palais Royal !

     

    Mon cœur balance entre Nathalie Baye dans "Le petit lieutenant"(déjà césarisée pour "La Balance") et Isabelle Carré dans "Entre ses mains." Nathalie Baye est comme toujours excellente mais primer Isabelle Carré permettrait à la fois de récompenser une jeune actrice formidable qui a déjà beaucoup tourné et de donner un coup de projecteur sur "Entre ses mains"…à moins que Benoît Poelvoorde n’ait lui aussi été récompensé…ou que l'Académie ne crée la surprise en récompensant Anne Consigny, touchée par "Je ne suis pas là pour être aimé" et en faisant ainsi "L'esquive"2006.

     

    Meilleur acteur dans un second rôle

    -Niels Arestrup De battre mon coeur s'est arrêté

    -Maurice Benichou Caché

    -Dany Boon Joyeux Noël

    -Georges Wilson Je ne suis pas là pour être aimé

    -Roschdy Zem Le petit lieutenant

     

    "Caché" a été injustement méprisé par les Media à sa sortie, j'aimerais donc qu'il soit primé par le truchement de ce César du meilleur acteur dans un second rôle. Il est pourtant plus probable que le prix aille à Niels Arestrup.

     

    Meilleure actrice dans un second rôle

    -Catherine Deneuve Palais Royal !

    - Cécile de France Les poupées russes

    -Noémie Lvovsky Backstage

    -Charlotte Rampling Lemming

    -Kelly Reilly Les poupées russes

     

    Probablement un des prix les plus difficiles à remettre tant les comédiennes nommées sont différentes de par leurs carrières, âges, ou rôles. Un prix pour Noémie Lvovsky ou pour Charlotte Rampling pourraient là aussi remettre à l’honneur des films qui ne l’ont pas suffisamment été. Primer Kelly Reilly ou Cécile de France permettrait de récompenser un cinéma de divertissement de qualité un peu  boudé par les César et par ailleurs deux jeunes actrices de talent. Quant à Catherine Deneuve, qui mériterait peut-être davantage un César d’honneur, elle semble s’être un peu égarée dans cette catégorie. L'Académie osera-t-elle lui préférer une jeune comédienne comme Kelly Reilly? Réponse samedi soir.

     

     Meilleur espoir masculin

    -Walid Afkir Caché

    - Louis Garrel Les amants réguliers

    - Adrien Jolivet Zim and co.

    -Gilles Lellouche Ma vie en l'air

    - Aymen Saïdi Saint-Jacques... La Mecque

     

     N’ayant pas vu 3 des 5 films en question, je me contenterai de souhaiter à nouveau un coup de projecteur sur "Caché" et donc un César du meilleur espoir masculin pour Walid Afkir.

     

    Meilleur espoir féminin

    -Mélanie Doutey Il ne faut jurer de rien !

    -Déborah François L'enfant

    Marina Hands Les âmes grises

    -Linh-Dan Pham De battre mon coeur s'est arrêté

    -Fanny Valette La petite Jérusalem

     

    Je vote pour Fanny Valette car ce film sublime (caractère auquel la jeune actrice a largement contribué) mérite vraiment un coup de projecteur. Déborah François est elle aussi très talentueuse mais "L’enfant" a déjà reçu un large écho médiatique dont "La petite Jérusalem" n'a malheureusement pas bénéficié. 

     

    Meilleur réalisateur

    -Jacques Audiard De battre mon coeur s'est arrêté

    - Xavier Beauvois Le petit lieutenant

    - Jean-Pierre Dardenne Luc Dardenne L'enfant

    -Michael Haneke Caché

    -Radu Mihaileanu Va, vis et deviens

     

    Je n’ai malheureusement pas vu "Va, vis et deviens", donc je voterai pour "Caché", même si peut-être le jury souhaitera récompenser "Va, vis et deviens" , "Caché" ayant été déjà primé et donc médiatisé à Cannes,de même que "L'enfant" d'ailleurs étrangement devenu français depuis le festival de Cannes!

     

     Meilleur film français

    -De battre mon coeur s'est arrêté Jacques Audiard

    -L'enfant Jean-Pierre Dardenne Luc Dardenne

    -Joyeux Noël Christian Carion

    Le petit lieutenant Xavier Beauvois

    -Va, vis et deviens Radu Mihaileanu

     

    Meilleur premier film

    Anthony Zimmer Jérôme Salle

     Le cauchemar de Darwin Hubert Sauper

    Douches froides Antony Cordier

    La marche de l'empereur Luc Jacquet

    -La petite Jérusalem Karin Albou

     

    "Anthony Zimmer" avait de qualités photgraphiques et de mise en scène indéniables mais encore une fois "La petite Jérusalem" mérite vraiment d’être mise en avant.

     

    Meilleur scénario original

    -Xavier Beauvois Guillaume Breaud Jean-Éric Troubat Cédric Anger Le petit lieutenant

    - Christian Carion Joyeux Noël

    -Jean-Pierre Dardenne Luc Dardenne L'enfant

    -Michael Haneke Caché

    -Radu Mihaileanu Alain-Michel Blanc Va, vis et deviens

     

    Peut-être ce prix sera-t-il dévolu à "Joyeux Noël" dont le sujet, et donc son scénario, avait beaucoup touché à sa sortie...Mais pourquoi pas créer la surprise là aussi avec "Va, vis et deviens"?

     

    Meilleure adaptation

    -Jacques Audiard Tonino Benacquista De battre mon coeur s'est arrêté

    -Patrice Chéreau Anne-Louise Trividic Gabrielle

    -Costa-Gavras Jean-Claude Grumberg Le couperet

    -Anne Fontaine Julien Boivent Entre ses mains

    -Gilles Taurand Georges-Marc Benamou Le promeneur du Champ de Mars

     

    Gilles Taurand et Georges-Marc Benamou ont réussi un véritable tour de force: réconcilier détracteurs et défenseurs de l'ancien Président de la République, ayant évité tout angélisme ou tout manichéisme simplificateurs.

     

    Meilleure musique écrite pour un film

    -Armand Amar Va, vis et deviens

    -Alexandre Desplat De battre mon coeur s'est arrêté

    -Philippe Rombi Joyeux Noël

    -Émilie Simon La marche de l'empereur

     

    Probablement Emilie Simon se verra-t-elle couronnée puisque ses musiques jouent un rôle prépondérant dans le succès aussi phénomènal qu’inattendu de "La marche de l’empereur."

     

     Meilleur court-métrage

     -After shave Hany Tamba

    - Obras Hendrick Dusollier

    -La peur, petit chasseur Laurent Achard

    -Sous le bleu David Oelhoffen

     

    De ces courts-métrages je n’ai vu qu’"After shave", vu dans deux festivals (Cabourg et Lille), primé dans de nombreux festivals. Pourquoi pas un César qu’il mériterait pour sa poésie rare et d'autant plus appréciable?

     

     Meilleure photo

    - Stéphane Fontaine (A.F.C.) De battre mon coeur s'est arrêté

    -Éric Gautier (A.F.C.) Gabrielle

    -William Lubtchansky (A.F.C.) Les amants réguliers

     

    Meilleurs décors

    -Loula Morin Les âmes grises

    -Olivier Radot Gabrielle

    -Jean-Michel Simonet Joyeux Noël

     

    Meilleur son

    -Laurent Quaglio Gérard Lamps La marche de l'empereur

    -Guillaume Sciama Benoît Hillebrant Olivier Dô Hùu Gabrielle

    -Brigitte Taillandier Pascal Villard Cyril Holtz Philippe Amouroux De battre mon coeur s'est arrêté

     

    Meilleur montage

    -Sabine Emiliani La marche de l'empereur

    -Francine Sandberg Les poupées russes

    -Juliette Welfling De battre mon coeur s'est arrêté

     

    Le montage est remarquable dans le film d'Audiard. "Les poupées russe"s, bien qu'étant selon moi un film très réussi, voire plus que "L'auberge espagnole", est peut-être un peu long. Les manchots ont été humanisés par le montage... Je vote donc pour Juliette Welfling.

     

    Meilleurs costumes

    -Pascaline Chavanne Les âmes grises

    - Alison Forbes-Meyler Joyeux Noël

    -Caroline de Vivaise Gabrielle

     

    Meilleur film étranger

    -A history of violence David Cronenberg

    -Mar adentro Alejandro Amenabar

    -Match point Woody Allen

    -Million dollar baby Clint Eastwood

    -Tu marcheras sur l'eau Eytan Fox

     

    "Match point" a été élu meilleur film de l’année par les lecteurs de "Mon festival du cinéma", selon moi également. L’Académie des César sera-t-elle du même avis ? "Mar adentro" serait peut-être davantage césarisable... A voir...

     

    Lien: Site officiel des César

     

    Sandra.M

  • Le festival du film asiatique de Deauville 2006 sur "Mon festival du cinéma"

     Après avoir fait partie de son jury Première l’an passé, je serai bien sûr de nouveau à Deauville pour son festival du film asiatique (8 au 12 Mars 2006) pour vous le relater, festival dont je suis désormais tout aussi inconditionnelle, voire plus, que de son festival du film américain.

     

    Tandis que le second s’endort un peu sur ses acquis le premier ne cesse de prendre de l’ampleur à l’image du cinéma qu’il met à l’honneur, toujours plus inventif. Au programme : 40 films en 4 jours répartis parmi les 3 sélections : compétition, panorama, section Asia qui raviront autant les cinéphiles avertis que les amateurs de films d’action…parfois les mêmes d’ailleurs.

     

    Pour l’instant, il est prévu que le festival rende hommage à Chen Kaige, réalisateur notamment d’Adieu ma concubine, palme d’or ex-aequo à Cannes en 1993. Le festival mettra également en lumière le travail de Ryuchi Hiroki. Une exposition manga est par ailleurs prévue au programme, dans l’enceinte du CID. Pour l’instant, ce sont les seules informations qui nous ont été communiquées. Très bientôt, vous pourrez retrouver le programme sur ce blog.

     

    Site officiel du festival du film asiatique de Deauville 2006

     

    Sandra.M

  • Le festival de Cannes 2006 sur "Mon festival du cinéma"

    Je peux d'ores et déjà vous annoncer que vous pourrez suivre au jour le jour le 59ème festival de Cannes 2006 sur "Mon festival de cinéma". En attendant, vous pourrez retrouver ici toutes les informations concernant le festival qui se déroulera du 17 au 28 Mai 2006.

    Pour le moment, nous savons que le très médiatisé  Da Vinci Code  de Ron Howard  sera projeté hors compétition en ouverture le 17 Mai 2006.

    La présidence du jury sera assurée par WONG KAR WAI, premier président chinois du festival qui en avait  d'ailleurs déjà marqué l'histoire, notamment avec les projections mémorables d'In the mood for love en 2000 et de 2046 en 2004.

    En attendant d'autres informations sur le festival, et mon compte-rendu 2006, vous pouvez vous replonger dans Mon compte-rendu quotidien du festival de Cannes 2005.

    Sandra.M

  • "Toute la beauté du monde " de Marc Esposito : la promesse du bonheur

    Toute la beauté du monde nous promet Marc Esposito, en nous précisant dès la bande annonce qu’il s’agit d’une « histoire d’amour » qu’il a écrite et réalisée. Ambitieux programme, mais de la part du réalisateur qui avait si bien su sonder le "cœur des hommes" dans le film homonyme, je m’autorise à penser qu’il n’est pas si présomptueux et pas totalement irréaliste. Un film qui ose se revendiquer romantique et refléter toute la beauté du monde est paradoxalement audacieusement à contre courant et attise déjà ma curiosité d’esthète et d’utopiste invétérées. La beauté, « la promesse du bonheur » pour Stendhal. C’est donc le cœur battant que je pars à la découverte de toute la promesse du bonheur du monde, un peu comme je partirais Sur la route de Madison, perfection du genre.

    Le film débute sur un ciel azuré, sans nuages, qui ne vont néanmoins pas tarder à apparaître et à l’obscurcir temporairement… En effet, les protagonistes de l’histoire ne sont pas ici quatre hommes liés par une indéfectible et réconfortante amitié comme dans Le Cœur des hommes, mais une femme (Tina interprétée par Zoé Félix qui jouait déjà dans Le Cœur des hommes de même que Marc Lavoine qui y interprétait par ailleurs un personnage aux antipodes de celui qu’il interprète ici) dont le mari vient de mourir dans un accident de voiture, et un homme Franck (Marc Lavoine) qui va s’évertuer à lui redonner le goût de la vie, et de l’amour. Franck est un ami de son frère qui avant même de la connaître va lui conseiller de partir à Bali, troisième protagoniste de l’histoire, symbole de toute cette beauté du monde en laquelle elle ne croit plus. Franck qui a eu un véritable coup de foudre pour Tina, va donc la retrouver là-bas d’abord pour la guider à travers cette île à la beauté incandescente, tout en mettant de côté ses sentiments qu’elle se refuse à partager, persuadée que son mari restera l’unique amour de sa vie.

    Marc Esposito semble tellement subjugué par Bali que cet amour-là étouffe celui qu’il veut nous raconter, et toute cette beauté du monde au lieu de faire émerger ou de cristalliser les sentiments les submerge plutôt. Son film qui a le louable objectif d’être une comédie romantique (louable car finalement plutôt politiquement incorrect) se rapproche alors malheureusement davantage du roman photo que du film romantique avec une redondance de plans de lunes, de ciels, d’étoiles, qui frôlent le ridicule car au lieu de sublimer et reflèter la relation  et l'intériorité tourmentée de Franck et Tina comme ils auraient pu le faire, ils créent une distanciation et une rupture. Redondance de plans tout court d’ailleurs, Marc Esposito n’étant apparemment pas parvenu à choisir entre tous les plans d’ensemble de l’île qu’il vénère, et tous les plans des pérégrinations à moto de ses personnages à travers les rizières, si bien que cela disperse l’attention, et empêche l’émotion de s’installer, et le spectateur d’être en empathie pour ces personnages à fleur de peau auquel nous aurions tellement aimé nous attacher tant ils savent être touchants quand la caméra se pose sur eux et oublie son aveuglement admiratif pour Bali. D’ailleurs la dernière partie du film qui se déroule en Provence est plus intéressante car vraiment recentrée sur les deux personnages et le dilemme de Tina. Redondance enfin de la musique qui masque au lieu de révéler.

    Si le film frôle seulement le ridicule sans jamais l’atteindre c’est parce que en émane une telle sincérité, malgré la justesse parfois aléatoire du jeu de Zoé Félix, que, malgré tous ses défauts, je ne parviens pas à ne pas l’aimer. (A propos notez que Jean-Pierre Darroussin est encore une fois d’une justesse remarquable et ses répliques d’une saveur jubilatoire.) Défauts d’une touchante maladresse donc. Touchante maladresse comme celle de ce personnage si attachant interprété par Marc Lavoine, sorte de bon samaritain, d’une douceur, d’une patience, d’un altruisme et d’un amour désintéressés qui forcent l’admiration, l’incrédulité diront certains. Les dialogues eux aussi sont parfois d’une maladroite simplicité, à l’image du personnage principal étouffé par cet amour qui s'impose à lui comme une évidence, et à cause duquel il paraît avoir soudain "huit mots de vocabulaire et deux de QI". Après tout peut-être n'existe-t-il tout simplement pas de mots pour "dire" la beauté, la beauté de ces paysages idylliques ou de ces sentiments suffocants, ineffables émotions? La beauté se ressent. Un sourire impromptu. Un paysage sublime. Un moment d’abandon. Une main se laissant frôler et prendre. L’aveu impossible de l’évidence alors. Cela peut paraître mièvre ou naïf. Peut-être…Marc Esposito aura au moins eu le courage de sa naïveté, le courage d’aller à contre-courant du cynisme ambiant et finalement plus facile. Tout simplement probablement a-t-il été submergé par cette intransmissible beauté qu’il voulait tout à la fois suggérer, montrer, sublimer, sans avoir malheureusement su choisir. Submergé aussi probablement par la magnifique expérience que fut ce tournage (à tel point qu'il a tenu à le souligner dans le générique) et qu'il a peut-être inconsciemment davantage réussi à nous faire partager que le cheminement de ses personnages. Réaliser c'est malheureusement aussi et surtout choisir, choix certes cornélien.

    Alors aura-t-il été à la hauteur de son utopique promesse ? Peut-être pas. Il aura cependant au moins eu le courage de la formuler…et rien que pour cela, sa promesse est déjà une esquisse de toute la beauté du monde qu’il aspirait à nous faire partager, une promesse en laquelle il nous donne envie de croire -et c’est déjà beaucoup- et que je vous engage à découvrir, même si vous lui préfèrerez forcément la sublime, inoubliable et inégalable route de Madison.

     Sandra.M