Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pénélope cruz

  • In the mood for Barcelona: de Picasso à Woody Allen...

    2009_0401barcelone0012.JPG

    2009_0401barcelone0036.JPG

    vicky2.jpgA l'occasion de la sortie en DVD de "Vicky Cristina Barcelona" de Woody Allen, le 8 Avril (dont je vous parlais hier, ici), 2009_0401barcelone0039.JPGvéritable hommage à Barcelone,  un petit voyage  s'imposait pour voir de plus près la capitale catalane ... et pour vous informer comme il se doit.

    Barcelone est une  ville bouillonnante et ensorcelante, à la fois moderne, imprègnée du modernisme de l'Art nouveau (aucune autre ville ne possède autant d'édifices Art nouveau) et ancrée dans son Histoire. Trois journées sont trop courtes pour la découvrir mais suffisent pour être envoûté et avoir envie de revenir...et cela malgré une météo aussi capricieuse que pluvieuse.

    Voici, ci-dessous, quelques lieux incontournables de Barcelone. Vous pourrez en reconnaître quelques uns dans le film de Woody Allen.

    2009_0401barcelone0038.JPG
    Au Passeig de Gracia se trouvent les oeuvres des trois principaux architectes catalans: la maison la plus connue reste "La casa Mila" de Gaudi surnommée "la Pedrera" (photo ci-dessus)
    2009_0401barcelone0027.JPG
    2009_0401barcelone0078.JPG
    La Rambla: l'avenue, dit-on, la plus célèbre d'Espagne. L'animation est continuelle sur cette avenue historique jalonnée de cafés, kiosques à journaux, marchands de fleurs...et d'animaux en tous genres.
    2009_0401barcelone0071.JPG
    Plaça Reial
    Menines.jpg
    Ci-dessus, "Les Ménines" de Pablo Picasso (Musée Picasso de Barcelone). Le musée Picasso est incontournable: situé dans trois palais du Moyen Age, le fond de la collection riche de 3000 pièces est constitué de la donation faîte en 1960 par l'ami du peintre, Jaime Sabartes, d'oeuvres offertes par Picasso lui-même ou données par sa veuve Jacqueline. L'exposition permet de découvrir ses premières oeuvres dont le génie se révèle dès l'adolescence mais aussi et surtout la série des "Ménines" (1957), 44 tableaux inspirés du chef d'oeuvre de Velasquez. A voir absolument!
    2009_0401barcelone0043.JPG
    2009_0401barcelone0045.JPG
    Ci-dessus, la Sagrada Familia, chef d'oeuvre inachevé, caractéristique du style de Gaudi avec ses formes inspirées de la nature et ses mosaïques de céramique.
    2009_0401barcelone0067.JPG
    2009_0401barcelone0075.JPG
    2009_0401barcelone0015.JPG
    2009_0401barcelone0020.JPG
    2009_0401barcelone0022.JPG
    Ci-dessus: la statue de  Christophe Colomb
    2009_0401barcelone0008.JPG
    2009_0401barcelone0051.JPG
    In the mood for Barcelona...2009_0401barcelone0054.JPG (Photo ci-dessus et ci-contre: vue de l'hôtel H1898, La Rambla)
    A voir également à Barcelone: La cathédrale, la Fondation Miro, le parc de la Ciutadella, la Vila Olimpica (Barcelone a accueilli les JO en 1992), le quartier de Montjuïc, le parc Güell, le palau Güell (actuellement en travaux)...
    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 6 commentaires
  • Sortie DVD de "Vicky Cristina Barcelona" de Woody Allen le 8 Avril

    Dans une semaine, le 8 Avril, sortira le DVD de "Vicky Cristina Barcelona" de Woody Allen, l'un des meilleurs films de l'année 2008.

    Présenté en compétition officielle du Festival de Cannes 2008, "Vicky Cristina Barcelona" a permis à Woody Allen d'obtenir le Golden Globe Award 2009 de la meilleure comédie 2009 mais aussi à Penelope Cruz d'obtenir le BAFTA 2009 de la meilleure actrice dans un second rôle ainsi que l'Oscar 2009 de la meilleure actrice dans un second rôle.

    Cliquez ici pour lire ma critique de "Vicky Cristina Barcelona" de Woody Allen.

    vicky2.jpg
    Bande-annonce de "Vicky Cristina Barcelona" de Woody Allen:
    Lien permanent Imprimer Catégories : DVD Pin it! 1 commentaire
  • Le palmarès de la 81ème cérémonie des Oscars: "Slumdog millionaire" grand vainqueur

    oscars2.jpgLa 81ème cérémonie des Oscars a livré son palmarès dont "Slumdog millionaire" de Danny Boyle est reparti grand vainqueur avec 8 récompenses, contre 3 statuettes seulement pour le magnifique film de David Fincher "L'étrange histoire de Benjamin Button".

     Contre toute attente c'est Sean Penn et non Mickey Rourke qui a obtenu l'oscar du meilleur acteur.

    Penelope Cruz a de nouveau été récompensée (après son Golden Globe) pour son rôle dans "Vicky Cristina Barcelona".

     Heath Ledger a de nouveau obtenu une récompense posthume.

    Et le cinéma français ("Entre les murs" de Laurent Cantet était pourtant favori pour l'Oscar du meilleur film étranger ) est reparti bredouille...même si, dans la catégorie meilleur documentaire,  le gagnant est «Man On Wire», du Britannique James Marsh, avec un héros... français. En effet, le documentaire relate l'exploit du funambule français Philippe Petit, qui avait marché en 1974 entre les tours du World Trade Center à New York. Un exploit insensé, mené en toute illégalité.

    slumdog.jpg

    Meilleur Film : Slumdog Millionaire
    Les autres nominés : Frost / Nixon, l’heure de vérité, Harvey Milk, Le Liseur, L’Etrange histoire de Benjamin Button.

    Meilleur Réalisateur : Danny Boyle (Slumdog Millionaire)
    Les autres nominés : Ron Howard (Frost/Nixon, l'heure de vérité), Gus Van Sant (Harvey Milk), Stephen Daldry (Le Liseur), David Fincher (L’Etrange histoire de Benjamin Button). 

    Meilleur Acteur : Sean Penn (Harvey Milk)


    Les autres nominés : Frank Langella (Frost / Nixon, l’heure de vérité), Brad Pitt (L’Etrange histoire de Benjamin Button), Richard Jenkins (The Visitor), Mickey Rourke (The Wrestler).

    Meilleure Actrice : Kate Winslet (Le Liseur)


    Les autres nominées : Meryl Streep (Doute), Melissa Leo (Frozen River), Angelina Jolie (L'Echange), Anne Hathaway (Rachel Getting Married).

    Meilleur acteur dans un second rôle : Heath Ledger (The Dark Knight, le chevalier noir)
    Les autres nominés : Philip Seymour Hoffman  (Doute), Josh Brolin (Harvey Milk), Michael Shannon (Les noces rebelles), Robert Downey Jr. (Tonnerre sous les tropiques).

    Meilleur actrice dans un second rôle : Penélope Cruz (Vicky Cristina Barcelona)


    Les autres nominées : Viola Davis (Doute), Amy Adams (Doute), Taraji P.Henson (L’Etrange histoire de Benjamin Button) et Marisa Tomei (The Wrestler).

    Meilleur scénario original : Harvey Milk
    Les autres nominés : Be Happy, Bons baisers de Bruges, Frozen River, WALL-E

    Meilleur scénario adapté : Slumdog Millionaire
    Les autres nominés : Doute, Frost / Nixon, l’heure de vérité, Le liseur, L’Etrange histoire de Benjamin Button.  

    Meilleure photographie : Slumdog Millionaire
    Les autres nominés : Le liseur, L’Echange, L’Etrange histoire de Benjamin Button, The Dark Knigh, le chevalier noir.

    Meilleur montage : Slumdog Millionaire
    Les autres nominés : The Dark Knight, le chevalier noir, L’Etrange histoire de Benjamin Button, Frost / Nixon, l’heure de vérité, Harvey Milk.

    Meilleurs décors : L’Etrange histoire de Benjamin Button
    Les autres nominés : L’Echange, Les noces rebelles, The Dark Knight, le chevalier noir, The Duchess.

    Meilleurs costumes : The Duchess
    Les autres nominés : Australia, Harvey Milk, Les Noces rebelles, L’Etrange histoire de Benjamin Button.

    Meilleurs maquillages : L’Etrange histoire de Benjamin Button
    Les autres nominés : Hellboy II les légions d’or maudites, The Dark Knight, le chevalier noir.

    Meilleur son : Slumdog Millionaire
    Les autres nominés : L’Etrange histoire de Benjamin Button The Dark Knight, le chevalier noir, WALL-E, Wanted : choisis ton destin.

    Meilleur montage sonore : The Dark Knight, le chevalier noir
    Les autres nominés : Iron Man, Slumdog Millionaire, WALL-E, Wanted : choisis ton destin.

    Meilleurs effets visuels : L’Etrange histoire de Benjamin Button
    Les autres nominés : Iron Man, The Dark Knight, le chevalier noir.

    Meilleur chanson : "Jai Ho" (Slumdog Millionaire)
    Les autres nominés : "O Saya" (Slumdog Millionaire), "Down to earth" (WALL-E)

    Meilleure musique : Slumdog Millionaire
    Les autres nominés : Harvey Milk, Les Insurgés, L’Etrange histoire de Benjamin Button, WALL-E.

    Meilleur film d’animation : WALL-E
    Les autres nominés : Kung Fu Panda, Volt, star malgré lui.


    Meilleur film Etranger : Departures
    Les autres nominés : Entre les murs, La Bande à Baader, Revanche, Valse avec Bachir.

    Meilleur film documentaire : Le Funambule

    Meilleur court métrage : Spielzeugland

    Meilleur court métrage d’animationLa Maison en petits cubes

    Meilleur court métrage documentaire : Smile Pinki

  • « Vicky Cristina Barcelona » de Woody Allen : entre romantisme sulfureux et légèreté mélancolique

     

    vicky2.jpg

     Quoiqu’il advienne, quel que soit le sujet, je ne manque JAMAIS un film de Woody Allen et ils sont peu nombreux ces réalisateurs dont chaque film recèle une trouvaille, dont chaque film est une réussite (même si certains évidemment sont meilleurs que d’autres, ou plus légers que d’autres), une véritable gageure quand on connaît la productivité de Woody Allen qui sort quasiment un film par an.

     

    Imaginez donc mon désarroi d’avoir manqué celui-ci au dernier Festival de Cannes (non, vous ne pouvez pas : c’est insoutenable surtout sachant que mes acolytes festivaliers en sortaient tous le sourire aux lèvres, réjouis et un brin narquois envers ma malchance…) et mon impatience de le voir dès sa sortie en salles. Je me demande comment j’ai pu attendre trois jours après sa sortie surtout sachant que, dans mon impatience, je pensais qu’il sortait la semaine dernière… Bref,  alors ce dernier Woody Allen était-il à la hauteur de l’attente ?

     

    Evidemment, il serait malvenu de le comparer à la trilogie londonienne (cliquez ici pour accéder à mes critiques des trois films de la trilogie), véritable bijou d’écriture scénaristique et de noirceur jubilatoire. Ce dernier est plus léger (quoique…), et pourtant..., et pourtant c’est encore une véritable réussite, qui ne manque ni de sel (pour faire référence à une réplique du film), ni d’ailleurs d’aucun ingrédient qui fait d’un film un moment unique et réjouissant.

     

    Pitch : Vicky (Rebecca Hall) et Cristina (Scarlett Johanson) sont d'excellentes amies, avec des visions diamétralement opposées de l'amour : la première est plutôt raisonnable, fiancée à un jeune homme « respectable » ; la seconde est plutôt instinctive, dénuée d'inhibitions et perpétuellement à la recherche de nouvelles expériences passionnelles. Vicky et Cristina sont hébergées chez Judy et Mark, deux lointains parents de Vicky,  Vicky pour y consacrer les derniers mois avant son mariage  et y terminer son mémoire sur l’identité catalane; Cristina pour goûter un changement de décor. Un soir, dans une galerie d'art, Cristina remarque le ténébreux peintre Juan Antonio (Javier Bardem). Son intérêt redouble lorsque Judy lui murmure que Juan Antonio entretient une relation si orageuse avec son ex-femme, Maria Elena (Pénélope Cruz), qu'ils ont failli s'entre-tuer. Plus tard, au restaurant, Juan Antonio aborde Vicky et Cristina avec une « proposition indécente ». Vicky est horrifiée ; Cristina, ravie, la persuade de tenter l'aventure...

     

    Les jeux de l’amour et du hasard. Un marivaudage de plus. Woody Allen fait son Truffaut et son « Jules et Jim » pourrait-on se dire à la lecture de ce pitch. Oui mais non. Surtout non. Non parce que derrière un sujet apparemment léger d’un chassé-croisé amoureux, le film est aussi empreint de mélancolie et même parfois de gravité. Non parce qu’il ne se contente pas de faire claquer des portes mais d’ouvrir celles sur les âmes, toujours tourmentées, du moins alambiquées, de ses protagonistes, et même de ses personnages secondaires toujours croqués avec talent, psychologie, une psychologie d’une douce cruauté ou tendresse, c’est selon. Non parce que le style de Woody Allen ne ressemble à aucun autre : mélange ici de dérision (souvent, d’habitude chez lui d’auto-dérision), de sensualité, de passion, de mélancolie, de gravité, de drôlerie, de cruauté, de romantisme, d’ironie...

     

    Woody Allen est dit-on le plus européen des cinéastes américains, alors certes on a quitté Londres et sa grisaille pour Barcelone dont des couleurs chaudes l’habillent et la déshabillent mais ce qu’il a perdu en noirceur par rapport à la trilogie londonienne, il l’a gagné en sensualité, et légèreté, non pour autant dénuées de profondeur. Il suffit de voir comment il traduit le trouble et le tiraillement sentimental de Vicky lors d’une scène de repas où apparait tout l’ennui de la vie qui l’attend pour en être persuadé. Ou encore simplement de voir comment dans une simple scène la beauté d’une guitare espagnole cristallise les émotions et avec quelle simplicité et quel talent il nous les fait ressentir. (Eh oui Woody Allen a aussi délaissé le jazz pour la variété et la guitare espagnoles…)

     

     Javier Bardem, ténébreux et troublant, Penelope Cruz, volcanique et passionnelle, Scarlett Johanson (dont c’est ici la troisième collaboration avec Woody Allen après « Match point » et « Scoop »…et certainement pas la dernière), sensuelle et libre, Rebecca Hall, sensible et hésitante : chacun dans leurs rôles ils sont tous parfaits, et cette dernière arrive à imposer son personnage, tout en douceur, face à ces trois acteurs reconnus et imposants. (Dommage d'ailleurs que son personnage n'apparaisse même pas sur l'affiche, c'est finalement le plus intéressant mais certes aussi peut-être le plus effacé...dans tous les sens du terme.)

     

     A la fois hymne à la beauté (notamment de Barcelone, ville impétueuse, bouillonnante, insaisissable, véritable personnage avec ses bâtiments conçus par Gaudi , le film ne s’intitulant pas « Vicky Cristina Barcelona » pour rien) et à l’art, réflexion sur l’amoralité amoureuse et les errements et les atermoiements du corps et du cœur, Woody Allen signe une comédie (on rit autant que l’on est ému) romantiquement sulfureuse et mélancoliquement légère, alliant avec toute sa virtuosité ces paradoxes et s’éloignant des clichés ou  de la vulgarité qui auraient été si faciles pour signer un film aussi élégant que sensuel.  Cet exil barcelonais pourra en déconcerter certains, mais c’est aussi ce qui imprègne ce film de cette atmosphère aussi fougueuse que cette ville et ces personnages.

     

    Malgré les 72 ans du cinéaste, le cinéma de Woody Allen n’a pas pris une ride : il fait preuve d’une acuité, d’une jeunesse, d’une insolence, d’une inventivité toujours étonnantes,  remarquables et inégalées. Un voyage barcelonais et initiatique décidément réjouissant. Vivement le prochain ! En attendant je vous laisse réfléchir à l’idée défendue dans le film selon laquelle l’amour romantique serait celui qui n’est jamais satisfait… A méditer !

    vicky3.jpg