Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

françois damiens

  • Sur le tournage de "Sur les rails", le premier film d'Alexandre Coffre avec François Damiens

    Avant-hier, grâce à Cinefriends  (que je remercie à nouveau) j'étais invitée sur le tournage de "Sur les rails", un thriller et le premier film d'Alexandre Coffre dans lequel François Damiens incarne un petit avocat dont la vie bascule à la découverte d'une valise pleine de cocaïne. Ces rails-là n'ont donc rien de ferroviaire... L'acteur avait déjà interprété un rôle plus dramatiqe dans "La famille Wolberg". On le retrouvera également prochainement dans "L'Arnacoeur" de Pascal Chaumeil dans lequel il est remarquable (et qui, rien que pour ça, mérite déjà le déplacement). Font également notamment partie de la distribution: Pascale Arbillot et Gilles Cohen. Une production Quad films dont le tournage a débuté le 4 janvier 2010 et qui s'achevait hier.
    tournagedamiens 013 (23).jpg
    C'est sous les arcades tranquilles, majestueuses et romanesques (et en l'occurence enneigées) du Palais Royal que le rendez-vous est donné, le tournage ayant lieu dans le cadre doré du Grand Véfour, joyau de l'arti décoratif du XVIIIème siècle où officie le célèbre chef étoilé Guy Martin. Le restaurant est fermé le vendredi et peut ainsi être loué pour divers évènements dont des tournages. Celui de "Sur les rails" est "programmé" pour durer de 18H à 6H du matin.
    tournagedamiens 002.JPG
    tournagedamiens 001.JPG
    tournagedamiens 012.JPG
    J'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion d'assister à des tournages: long-métrage et surtout courts-métrages et même téléfilm la première fois suite à un concours de nouvelles organisé par Arte dont j'avais gagné le premier prix qui consistait à pouvoir assister au tournage de "Mata Hari" avec Maruschka Detmers et Bernard Giraudeau, mais le rythme du téléfilm en question n'avait rien à voir avec celui d'hier même si celui-ci était réalisé par Alain Tasma, un des meilleurs dans ce domaine.
    8 heures de travail pour 2 minutes de film à l'écran, une scène clef du film. L'atmosphère est studieuse, presque recueillie mais plusieurs membres de l'équipe ont pris le temps de nous recevoir et de nous expliquer le déroulement du tournage, je les en remercie également. Je ne me lasse pas d'admirer ce travail d'orfèvre choral, la minutie de la préparation qui en l'espèce consiste en partie à éviter les reflets, la salle du Grand Véfour étant encerclée de miroirs. Je ne peux m'empêcher de repenser à des critiques cinématographiques professionnels croisés dans divers festivals qui se vantèrent devant moi de s'endormir à des projections ou qui se délectaient de leurs  bons mots (ou en tout cas ce qu'ils considéraient comme tels) au mépris total (et pour eux là aussi délectable) de ce travail titanesque. Sans doute y éprouvent-ils une certaine jubilation à détruire en une heure et deux lignes ce que d'autres ont fait à des dizaines en plusieurs jours... même si les films restent (enfin parfois certes peu de temps à l'affiche) et les critiques passent.
    tournagedamiens 003.JPG
    Pour cause d'exiguïté du lieu, nous n'avons pu assister au tournage de la scène, une scène de repas qui s'annonce assez réjouissante et qu'il me tarde de voir sur les écrans, ainsi que François Damiens "l'acteur qui ne se prend pas pour un acteur" comme "on" nous l'a précisé, ce que nous avons pu constater. Ainsi, après nous avoir été présenté, avouant d'emblée sa timidité, François Damiens nous a demandé où nous allions et spontanément suivis au café d'à côté pour "boire une bière" , devant les membres de l'équipe médusés de le voir quitter le plateau où il était censé joué une minute plus tard. Une escapade de courte durée, ce dernier ayant été illico rattrapé pour revenir sur le tournage.
    tournagedamiens 007.JPG
    tournagedamiens 010.JPG
    Je vous reparlerai évidemment de ce film au moment de sa sortie...

  • Avant-première – Critique de « L’Arnacoeur » de Pascal Chaumeil

    arnacoeur2.jpg

    Voilà un film dont le synopsis, le casting et l'ambition étaient pour le moins séduisants et que j'attendais avec impatience...trop sans doute.

    Le synopsis d'abord : Alex exerce une profession singulière, briser des couples en séduisant la femme du duo, mais comme Alex a une éthique, uniquement si cette dernière est malheureuse. Une éthique à laquelle il dérogera pourtant en acceptant un nouveau contrat donc la cible s'appelle Juliette, jeune héritière libre et indépendante qui, dix jours plus tard, doit épouser un séduisant jeune homme dont elle est amoureuse. Dix jours pour que l'arnacoeur accomplisse sa mission a priori impossible, avec l'aide de ses deux acolytes, sa sœur et son beau-frère.

    Le casting : Vanessa Paradis (Juliette), Romain Duris (Alex), Julie Ferrier (Mélanie, la sœur d'Alex), François Damiens (Marc, le mari de Mélanie), Helena Noguerra (Sophie, l'amie d'enfance de Juliette), Andrew Lincoln (Jonathan, le futur mari de Juliette)

    L'ambition : réaliser une comédie romantique à l'américaine...mais en France, enfin presque, plus précisément à Monaco.

    L'idée de ce mélange de James Bond et d'Arsène Lupin voire de Jim Phelps du cœur, briseur de couples,  est brillante et réjouissante, légèrement politiquement incorrecte. Le rythme est soutenu et cela dès le pré-générique inspiré des comédies américaines. Vanessa Paradis est lumineuse avec ce qu'il faut d'énergie et de mystère, et de classe à la Audrey Hepburn. Romain Duris est charmant et convaincant rappelant ses meilleurs rôles chez Klapisch. Leur couple est une belle idée.  Helène Noguerra est délicieusement vulgaire. Julie Ferrier aussi drôle que touchante et son couple avec François Damiens est savoureusement décalé.

    arnacoeur1.jpg

    Mais...

    Mais à force de vouloir faire « à la manière de » cet arnacoeur en a oublié l'essentiel, trouver sa propre voie, sa propre identité pour se fondre dans un modèle. Comme dans toute comédie romantique à l'américaine qui se respecte les décors se doivent d'être spectaculaires et chics. Quoi de mieux donc que Monaco ? Oui mais tout dépend de la manière dont on filme la principauté dont on voit ici davantage les immeubles que le bleu scintillant de la Méditerranée. Comme dans toute comédie romantique qui se respecte, il doit y avoir une scène de danse...ici empruntée à un autre film ( « Dirty dancing ») qui devient même un élément de l'intrigue. Dommage que le glamour ne soit pas assumée et qu'elle ne soit pas filmée avec la même légèreté que celle dont font preuve les deux danseurs (Romain Duris est ici aussi impressionnant pour les cascades que pour la danse, à n'en pas douter il serait très doué dans les films d'action).

    Et puis surtout le film penche davantage du côté de la comédie que du romantisme, avec des « gags » parfois un peu trop récurrents (ah ce personnage de gros balourd ignare que j'ai l'impression d'avoir vu dans 50 comédies françaises) venant systématiquement briser l'émotion naissante.

    Mais ce qui m'a le plus dérangée, c'est la naïveté du personnage féminin incarné par Vanessa Paradis qui est décrite comme « très intelligente » et qui à aucun moment ne met en doute la sincérité d'Alex. Son amour pour Jonathan semble finalement assez superficiel et les obstacles entre elle et Alex finalement trop minces pour créer un vrai suspense. Même si le principe d'une comédie romantique est d'en deviner d'avance l'issue heureuse, il est bien d'avoir un peu l'illusion de croire que ce n'est pas gagné d'avance.

    Malgré tout, même s'il manque cette petite étincelle qui s'appelle la magie, le charme de cet Arnacoeur agit, il nous embarque dans sa séduisante légèreté et nous fait adhérer à la beauté lumineuse et au talent indéniable de son duo de protagonistes, nous divertit à un rythme soutenu... et probablement ai-je tort d'en exiger davantage, d'autant qu'il s'agit là du premier long-métrage d'un réalisateur provenant de la publicité et du sitcom...Il est d'ailleurs fort probable que cet Arnacoeur sera le succès comique du printemps et plus probable encore que les Britanniques et les Américains en feront un remake. Et avec la plume magique d'un Richard Curtis cet Arnacoeur pourrait devenir une référence...

    arnacoeur3.jpg

    Sortie en salles: le 17 mars 2010