Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Patience: mon récit intégral et jour par jour du festival de Cannes 2005 dans quelques jours (ci-dessus) et retrouvez d'ores et déjà le récit des premiers jours du festival(ci-dessous)!

    medium_azzenumerique.2.jpg

    Bonjour à tous,

    alors que les dernières lueurs des feux de la rampe de ce festival de Cannes 2005 viennent de s'éteindre me voici de retour sur terre et à la réalité, après 12 jours riches en émotions cinéphiliques et festivalières dont vous trouverez très bientôt sur ces pages un récit intégral et quelques clichés pour l'illustrer ... Vous trouverez également mes commentaires sur le palmarès et l'atmosphère de cette 58ème édition.

    Le récit quelque peu destructuré des 4 premiers jours de festival sera également amélioré, corrigé et illustré, celui-ci ayant été écrit dans l'urgence et sans relecture depuis le palais des festivals (je m'excuse d'ailleurs pour les éventuelles fautes qui pourraient y figurer). Vous le trouverez en ligne ci-dessous.

    N'hésitez donc pas à revenir sur ces pages ces prochains jours et en attendant n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires, vos attentes sur ce blog ou par mail ou sur mon forum.

    A très bientôt.

    Sandra.M

    photo ci-dessus: Sandra.M sur les marches, festival de Cannes 2003.

  • Samedi 14 (4ème jour de festival)

    medium_caneser_bis.jpg

    Jours et nuits se confondent, fiction et réalité se mêlent, la frontière les séparant étant de plus en plus étanche et le festival se poursuit à une cadence effrénée (d'où le retard dans mes commentaires): profusion enivrante de films (entre la sélection officielle et les sélections parallèles), de soirées , de bruit, de rumeurs, d'instants insolites. La compétition suit son cours, aucun film n'a encore néanmoins suscité un enthousiasme débordant. Peut-être avec "Caché " d'Haneke qui , à défaut d'enthousiasme, avait drainé un parfum de scandale avec "le temps des loups"...loin de mériter autant de (dés)honneur pourtant. J'attends donc avec beaucoup d'impatience "Caché". A raison. Haneke y sonde l'intériorité tourmentée des êtres avec une justesse presque dérangeante. Dès le premier plan sur lequel défile le générique, le spectateur est hypnotisé, intrigué, happé par cet univers dans lequel évoluent des personnages ciselés, jamais manichéens au premier rang desquels Georges (Daniel Auteuil, encore une fois magistral) en égoïste victime d'un bien étrange chantage provoquant tantôt notre empathie, tantôt notre mépris. Les longs plans fixes accroissent le malaise grandissant des personnages et le nôtre et l'obscurité, réminiscence de celle du "temps de loups", reflète celle dans laquelle les personnages se trouvent plongés. Le montage est brillamment énigmatique ou à l'invers didactique et l'intrigue (que je vous laisse découvrir) est captivante pour peu qu'on accepte de se laisser envoûter par l'atmosphère créée par Haneke. Un flm qui mériterait de figurer au palmarès (prix de la mise en scène?) même si Haneke a déjà eu les honneurs du festival de Cannes (d'ailleurs à l'exemple de nombreux réalisateurs en compétition cette année).
    A l'issue de la projection, lorsque la lumière se rallume et lorsqu'aux images du film sur l'écran se substituent celles de la salle et de l'équipe du film , et avec elle Annie Girardot apparaît chancelante, visiblement très émue, comme un vibrant écho à son émotion des Césars pour avoir été ainsi saluée après avoir été délaissée par le cinéma. Peut-être elle aussi songe-t-elle à cet instant et aux promesses qui y ont succédé et qui n'ont visiblement pas été tenues? Les applaudissement habituels retentissent, pas plus longtemps que d'habitude, comme si depuis le début du festival une sorte de léthargie s'était emparée du public...Le silence. Puis le visage d'Annie Girardot quittant la salle apparaît de nouveau sur l'écran. Les applaudissements retentissent à nouveau. Un frisson parcourt la salle.

    A peine le temps de se ressaisir que le dernier film en compétition de la journée débute, "Election" de Johnnie To, l'histoire d'une triade de Hong Kong qui doit élire son nouveau président, un style de film que j'ai l'impression d'avoir déjà vu cent fois, à Deauville, à Cognac ou ailleurs et rien ne semble justifier la sélection de celui-ci plus qu'un autre. Rapidement mon esprit vagabonde loin de Cannes et loin des images qui défilent sur l'écran. Quand mon attention s'y porte à nouveau, un homme s'acharne à marteler le crâne d'un autre avec une pierre. Quelques minutes plus tard c'est déjà le générique de fin. Les applaudissement sont encore plus mitigés. Je doute fort que le film figure au palmarès malgré (ou à cause de ) la présence de John Woo dans le jury.

    A suivre : "le temps qui reste " de François Ozon (sélection "Un certain Regard), "Une fois que tu es né" de Marco Julio Giordana, "Manderlay" de Lars Von Trier, "L'enfant" des frères Dardenne, le très attendu "Sin City", la cérémonie de clôture et de nombreuses anecdotes, ces prochains jours ou à mon retour de Cannes mon emploi du temps étant aussi surchargé (eh oui la vie trépidante du festivalier cannois...) que les ordinateurs du palais du festival...

    Sandra.M

  • Vendredi 13, troisième jour de festival de Cannes


    medium_cannes_asc_3.jpg


    Deux ans après sa palme d'or pour"Elephant" Gus Van Sant revient sur la Croisette. Cette projection cannoise étant déjà précèdée de rumeurs concernant un éventuel prix d'interprétation pour Michael Pitt, bien que munis des deux précieux sésames que sont l'accréditation et l'invitation, les festivaliers se pressent et se bousculent à l'accès aux marches faisant fi de la politesse, le regard rivé sur la tapis rouge au cas où il disparaîtrait mystérieusement juste avant que leurs pas ne le foulent où au cas où il se déroberait sous leurs pieds. Je regarde tous ces visages crispés et concentrés comme si leur vie en dépendait et je m'amuse de l'incongruité de leurs réactions...mais le soleil est toujours aussi étincelant, le palais attend toujours de nous accueillir et leur attitude, si dérisoire, ne parvient donc pas à entâcher ma bonne humeur. Je me laisse donc porter par la foule essayant de ne pas perdre le billet rouge tant convoité. Quelques minutes plus tard, je me retrouve sans la salle. La lumière s'éteint. Le bruissements d'impatience de la salle. Puis, le logo du festival qu'un nombre incalculable de flashs immortalise. "Last days" commence. L'histoire d'une fin pourtant, d'une ultime errance rythmée par des soliloques incompréhensibles qui s'apparentent à des onomatopées. Ces derniers jours sont ceux de Kurt Cobain dont Van Sant s'est très librement inspiré. Ce sont donc les derniers jours d'un homme fantômatique, déjà dans un autre monde, déjà ailleurs. Déambulations désenchantées d'un ange déchu aux portes des ténèbres dont l'imminence de la fin procure un poids démesuré à chaque sensation élémentaire, sensations presque animales. Gus Van Sant clôt admirablement sa trilogie ("Elephant" et" Gerry" en sont les deux premiers éléments, tous trois étant inspirés de "faits divers" )sans concession au classicisme ou au mélodrame démonstratif, avec ce style si singulier qui le caractérise (personnages filmés de dos, longs plans séquences, son amplifié, récit destructuré). Là où "Elephant"' m'avait subjuguée, étant sortie de la projection cannoise avec la presque certitude qu'il obtiendrait la palme d'or (eu égard autant à son sujet qu'à son traitement si novateur), là où Gerry m'avait fascinée je dois avouer que "Last days" m'a quelque peu déçue probablement en raison de l'immense attente suscitée par l'envoûtement provoqué par les deux précèdents films. Van Sant n'en démontre pas moins à nouveau son immense talent captant toujours par sa mise en scène si personnelle et si reconnaissable, l'essentiel, l'essence, dans le potentiellement anodin et faisant de chacun de ses films une déroutante expérience pour le spectateur.

    Le second film en compétition de la journée "Where the truth lies" d'Atom Egoyan, se situe aux antipodes même si la réalisation et le scénario restent très maîtrisés, lorgnant parfois du côté d'un style à la Scorcese, il demeure néanmoins de facture assez classique et malgré la présence dans la salle de Colin Firth et Kevin Bacon les festivaliers lui réservent un accueil très mitigé, ce qui en langage cannois signifie environ 3 minutes rituelles d'applaudissements de politesse.

    Déjà mon attention se porte donc sur le programme du lendemain avec le très attendu "Caché" d'Haneke que je brûle d'impatience de découvrir et dont il vous faudra attendre demain pour lire le commentaire...

    Sandra.M, en direct du palais des festivals de Cannes.

    photo Sandra.M: à l'intérieur du palais, ascenseur pour le septième art.

  • Deuxième jour du festival de Cannes(jeudi 12)

    Le premier rendez-vous de ce jeudi 12 a eu lieu salle Bunuel avec "Belle de jour"...enfin Catherine Deneuve...Salle Bunuel la bien nommée donc. La petitesse de la salle procure toujours à ces rencontres avec des cinéastes ou acteurs un ton de confidence. Cette fois le confesseur a pris les traits de Frédéric Mitterrand. Agnès Varda, membre du jury, tente de se faufiler discrètement dans la salle. Peine perdue. Dans la file d'attente des spectateurs la remarquent. Ainsi glane-t-elle autant de compliments que d'applaudissements impromptus. Puis, Gilles Jacob prononce son discours comme il en réserve un à chaque personnalité du septième art ainsi invitée...le terme discours est d'ailleurs quelque peu incorrect celui-ci s'apparentant davantage à une déclaration d'amour à l'actrice. Catherine Deneuve écoute sagement esquissant de temps à autre un sourire, mi-amusée, mi-flattée ou peut-être simplement ailleurs, indifférente à des compliments maintes fois réitérés ou inquiète à la perspective d'être ainsi pour la énième fois observée, détaillée, scrutée et aléatoirement critiquée sur les outrages éventuels des ans qui l'ont pourtant épargnée. Gilles Jacob emporté par la passion révèle qu'il considère que les jurés avaient gaspillé le prix d'interprétation l'année où il ne l'avait pas remis à Catherine Deneuve pour" Le lieu du crime" de Téchiné. En guise de consolation mais surtout d'hommage du festival de Cannes, il remet donc une palme d'honneur d'interprétation à celle qu'il qualifie de "Katharine Hepburn à la française". La salle applaudit timidement. En guise de préambule elle précise qu'elle ne donnera pas de leçon, contrairement à l'intitulé de la rencontre "leçon d'actrice". Après les compliments maintes fois réitérés viennent donc les questions maintes fois réitérées: ses débuts, Françoise Dorléac, François Truffaut... A sa demande défilent quelques extraits de films dans lesquels elle n'a pas joué : "Une femme qui s'affiche" de Cukor, "Le vent de la nuit" de P.Garel, "To be or not to be" de Lubitsch...mais le vrai film n'est pas réellement sur l'écran. Quand la lumière s'éteint pour laisser place à un extrait, Catherine Deneuve, apparemment fébrile, demande à voix basse si elle peut fumer. Son micro la trahit. La salle tressaille. Un léger soubresaut d'imprévu. Dans le clair obscur alors que les images défilent sur l'écran, sa silhouette, cigarette à la main, rappelle furtivement celle des actrices des films noirs. La lumière se rallume. Elle cite Bergman, Kazan aussi beaucoup. Avec l'obscurité,l'imprévu s'est éclipsé.

    Il est temps de prendre le "dernier métro" ou plutôt le prochain escalator où les festivaliers, forcément affairés , affluent, direction le grand théâtre Lumière et le premier film en compétition de la journée: "Bashing" (harcèlement) de Masahiro. Le film n'est projeté qu'une seule fois l'après-midi. En général cela relève d'une volonté de créer l'évènement ou révèle le caractère anodin du film par cette unique projection distingué (caractère anodin qui certes n'est jamais prévisible et demeure subjectif). Je penche plutôt pour la seconde solution. Cette impression est confirmée par un public plutôt clairsemé. Le sujet davantage que son traitement aurait-il incité les organisateurs à le sélectionner? En effet, il s'agit de l'ostracisme subi par une jeune japonaise de retour dans son pays après avoir été prise en otage en Irak. Alors qu'en France nos otages deviennent des héros nationaux (comme le rappellent d'ailleurs les photos de nos deux otages en Irak qui ornent la façade du palais des festivals), emblême de notre si chère liberté bafouée, au Japon c'est celui de la honte d'avoir autant mobilisé l'attention internationale. Le réalisateur la suit pas à pas dans son isolement progressif. Elle est comme enfermée, prise en otage peut-être encore plus que là-bas où elle ne songe d'ailleurs qu'à retourner. Au Japon, elle est constamment humiliée, sa famille aussi. Elle suffoque, elle étouffe et nous avec elle grâce à une mise en scène sobre mais non moins efficace et grâce au jeu nuancé de sa jeune interprète dont le sourire apparaîtra comme sa véritable libération, sourire suscité à la perspective de retrouver les enfants irakiens.

    Plus que jamais le festival affirme sa volonté d'être une "fenêtre ouverte sur le monde" un monde tourmenté, puisque le deuxième film en compétition de la journée "Kilomètre zéro" de H.Saleem se déroule...en février 1988 en pleine guerre Iran-Irak. Le cinéaste nous emmène dans un périlleux périple à travers le pays en compagnie d'un Kurde et d'un Arabe avec sur le toit de leur voiture, le cercueil d'un martyr enveloppé dans le drapeau irakien. Bien sûr tout cela prend une résonance très contemporaine d'autant plus que la statue de Saddam Hussein ne cesse de traverser l'écran. Le propos est intéressant, la photographie et les longs plans fixes(qui permettent aux personnages d'évoluer dans le cadre-filmique et territorial- qui leur est désigné, imposé) réussis mais le mélange du burlesque avec un sujet sérieux donne un résultat assez hasardeux et altère quelque peu la résonance du discours...

    A suivre ces prochains jours la critique des films d'Egoyan et de Van Sant, vus hier et de "Caché" d'Haneke et "Election" de Johnnie To que je verrai ce soir dans le célèbrissime Grand Théâtre Lumière, là où la salle vibre plus qu'ailleurs à la mesure des enjeux... et tous les autres films en compétition mais aussi mes impressions sur cette 58ème édition, mes premiers pronostics, l'ambiance du festival...
    A suivre également le récit des premières soirées du festival.

    Pour un autre regard sur le festival, je vous renvoie à un site internet très intéressant, celui du site du cinéma libre.

    Sandra.M, en direct de Cannes.

  • Ouverture du festival de Cannes

    medium_cannes2.jpgL'effervescence. L'euphorie même pour certains. L'impression que le temps a suspendu son vol. D'une année sur l'autre, on oublie puis on se retrouve à nouveau emporté par ce délectable tourbillon cannois et par sa folie à la réputation nullement usurpée. Tourbillon de cynisme aussi mais celui-là on l'occulte bien vite...Une fois les marches les plus célèbres du monde foulées on se retrouve dans cet antre du septième art, au coeur du cinéma qui y bat plus vite, plus fort. Tonitruant même.L'atmosphère est électrique. En quelques minutes un cinéaste peut être porté au pinacle ou mis au ban du cénacle, parfois les deux en même temps ou alternativement: la "profession" est versatile, excessive aussi. Applaudissements ou sifflets:à l'issue de chaque projection on retient son souffle. Les réactions sont le plus souvent exacerbées et il est de bon ton d'avoir un avis tranché. L'indifférence est rare, voire méprisable pour les initiés qui vous toisent du regard. Alors si tout cela ne change jamais d'une année sur l'autre, si ce voyage immobile à travers les cinématographies du monde entier est toujours aussi passionnant, les étapes qui le jalonnent en sont chaque fois différentes. "Il faut regarder toute la vie avec des yeux d'enfant" disait Matisse. Chaque film aussi. Accepter de se laisser envoûter, bousculer, dérouter...avec un regard semblable à celui de Kusturica observant, admiratif, l'acrobate du cirque du soleil lors de la cérémonie d'ouverture. Espérons, gageons même, que le festival sera à l'image de cet instant.: onirique et magique(périlleux pour les équipes de films aussi parfois!)et espérons que les festivaliers seront, grâce aux films de la sélection, à l'image du président de cette 58 ème édition: émerveillés encore et toujours n'oubliant jamais, comme son film éponyme, que "la vie est un miracle" et que le cinéma peut parfois en être un aussi...si les yeux d'enfant ne se noircissent pas de cynisme.

    Espérons encore que ce sera un festival haletant à l'image du film qui a ouvert le bal...Haletant, oui, il l'était indéniablement, dans les deux sens du terme: ce souffle inquiétant qui rythme l'histoire (bande son très réussie) et ce sombre mystère qui tient le spectateur en haleine. Comme dans son premier film "Harry un ami qui vous veut du bien" Dominik Moll distille des éléments qui obscurcissent progressivement le récit: évènements anodins qui sonnent délibérément faux...avec une justesse déconcertante si bien que le glissement (le dérapage même), au propre comme au figuré, semble inéluctable. Glissement du normal vers l'étrange. Lemming c'est en effet l'étrangeté qui s'immisce dans la quotidienneté. Plus que le nom de l'animal, Lemming est ainsi celui de cette étrangeté que son intrusion accompagne, suscite , métaphorise. Avec son agonie c'est la normalité qui reprend son souffle. Entre son apparition et cette agonie le spectateur emprunte avec angoisse et fascination ce labyrinthe perfide dans les obscurs recoins de l'inconscient. Comme la petite caméra qu'Alain Getty (L.Lucas)utilise et guide, Dominik Moll nous emmène là où nous n'aurions pas forcément eu l'idée d'aller manipulant ainsi notre regard avec habileté. Par cette mise en abyme du voyeurisme auquel nous cédons par mimétisme il nous entraîne sur la voie de Lynch, De Palma, Hitchcock, de brillantes références judicieusement utilisées grâce aussi à un quatuor irréprochable interprétant une mélodie délicieusement dissonante aux frontières du fantastique avec notamment la cinglante Alice (Charlotte Rampling) d'une absence omniprésente. Des prix d'interprétation en perspective? Lucas, Rampling, Gainsbourg? A suivre...
    A suivre également ces prochains jours le récit de la leçon d'actrice de Catherine Deneuve à laquelle j'ai assisté hier, également tous les films en compétition avec notamment ce jeudi 11 le film de Gus Van Sant très attendu... Ces articles ne seront peut-être pas quotidiennement mis à jour mais chaque journée sera finalement résumée... Rendez-vous bientôt sur ces pages pour en savoir plus! N'hésitez pas à y revenir régulièrement!
    Des photos viendront également agrémenter le récit mais pour cela il faudra attendre la fin du festival.
    Viva il cinema!
    Sandra.M

  • Le festival de Cannes 2005 en direct sur ce blog : J-2 !

    medium_cannes2005_500.jpgLe programme du festival avec la compétition officielle, la sélection Un certain regard etc est en ligne sur Le site officiel. Je vous y renvoie… en attendant de vous faire un récit personnalisé de ces 12 jours de festival, de la compétition officielle comme des sélections parallèles, des longs-métrages comme des courts-métrages, de la vie cannoise diurne comme de la vie nocturne , de son effervescence et de sa folie, des bruissements et des murmures captivants du palais des festivals comme du brouhaha exaspérant de la Croisette, des rumeurs incessantes et des humeurs de cette ville lunatique et parfois grégaire, parfois à contre-courant aussi, de l’adrénaline de la montée des marches comme de celle des réactions contrastées, à la fois excessives et (donc ?) dérisoires qui ponctuent chaque film en compétition, bref de vous le faire vivre en direct au rythme de 24 images par seconde...ou, à défaut, en très léger différé. Si possible, j’essaierai néanmoins de vous faire un compte-rendu au jour le jour. La sélection me paraît d’ores et déjà alléchante et j’ai d'autant plus hâte de voir quels seront les choix du brillant Emir Kusturica qui nous avait à nouveau éblouis l’an passé avec « La vie est un miracle » et dont je ne doute pas qu’il sera un formidable président qui saura mettre en lumière un cinéma inventif et audacieux.
    En attendant, vous pouvez disserter sur ce festival dans la rubrique commentaires ou sur Mon forum.
    Viva il cinema !
    Sandra.M