Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Films à l'affiche et affiches de films

affiches.png

Petite parenthèse dans une actualité chargée entre deux festivals et deux séances de dédicaces  pour consacrer un article à ce qui détermine notre choix au moment décisif d'aller voir un film en salles, à ce qui semble accessoire et est parfois essentiel car notre premier contact avec un film : son affiche.

 

Si nous prenons pour exemples 8 affiches de films sortis cette semaine, nous réalisons que c’est assez symptomatique de la diversité et des points communs entre les affiches qui, au premier coup d’œil, sont destinées à nous immerger dans un univers,  à nous en dire le maximum, et surtout à susciter notre intérêt et notre attention. Ainsi, nous avons les films de « personnages » ou du moins qui mettent l’accent sur un héros, d’ailleurs souvent dans des postures très significatives. Sur l’affiche de « L’Oydssée », Cousteau impose sa fière stature, imposante, regardant vers l’horizon bleuté et glacé, arborant son célèbre bonnet rouge. L’affiche de « la fille inconnue » des frères Dardenne inspire gravité, inquiétude, (le regard soucieux d’Adèle Haenel), légèrement de biais, comme si un danger la poursuivait quand l’affiche de « Sonita » affronte et défie le spectateur potentiel. A ces affiches mettant en scène des personnages solitaires sur des fonds relativement unis s’opposent des affiches mettant en scène plusieurs personnages sur fond coloré : celle de « Captain Fantastic »,  sans doute la plus foisonnante et originale qui évoque l’univers du Douanier Rousseau, et reflète la folie joyeuse du film et celle de « La Pièce » qui met l’accent sur les différents visages qui le composent, l'idée de groupe et d'équipe. De même pour « Cigogne et compagnie » qui met en scène un groupe en cercle et donc l'idée d'union. Au premier regard l’affiche de « Deepwater » nous fait comprendre d’emblée qu’il s’agit d’un film d’action, sans visage, avec un héros, qui s’il n’apparait pas, a son nom mis en valeur, celui de l’acteur Mark Wahlberg. On remarque aussi les prix et sélections en festivals clairement affichés comme le prix du public reçu par « Captain Fantastic » au dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville. Enfin, l’affiche pour moi la plus séduisante est pour moi indéniablement celle qui met en scène Bertrand Tavernier qui, sur son écharpe, promène tout un pan du cinéma français et nous emmène en voyage, le titre rejoignant l’image. Chacune de ces affiches prouve en tout cas le rôle essentiel sinon déterminant du métier de créateur d'affiches.

Les commentaires sont fermés.