Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Compte rendu et palmarès de la cérémonie des Prix Lumières 2011 : Polanski et Beauvois à l'honneur

P1030240.JPG

Hier, à la mairie de Paris, avait lieu la 16ème cérémonie de remise des prix Lumières, prix décernés par la presse internationale au cinéma français et francophone, des prix qui, à l’image de leur alter ego américain, les Golden Globes (dont les lauréats préfigurent souvent ceux des Oscars), sont souvent annonciateurs des lauréats des César.

P1030239.JPG

P1030244.JPG

P1030291.JPGLà, dans le somptueux cadre de la Mairie de Paris où tout semble immuable et imperturbable,  nous apprenons l’absence de Bertrand Denaloë et surtout la raison de cette absence : la chute du président Ben Ali que nous ignorions pour la plupart (je l’ignorais en tout cas), les évènements s’étant accélérés à une vitesse fulgurante les minutes la précédant. Je dois avouer que, si je critique souvent ici twitter ou plutôt l’usage qu’en font certains, l’outil s’est révélé pour moi essentiel pour suivre d’un œil l’évolution des évènements historiques en Tunisie et de l’autre la plus petite histoire qui se déroulait sur scène. Ironie de l’(H)(h)istoire de se trouver dans l’antre du Maire de Paris le jour de la « chute » (mais d’ailleurs quel terme faut-il employer ?) de Ben Ali qui me rappelle un lieu où j’avais croisé l’un et l’autre mais aussi nombre de politiques français, un lieu certes prestigieux où un journal comme le Monde n’en était pas moins interdit. Je ne peux m’empêcher de penser que les bouleversements du monde semblent étrangement lointains sous les ors de la République et tandis qu’à la fin de la cérémonie Michel Reilhac (directeur du cinéma pour Arte France mais aussi « as de twitter » comme l’a souligné hier la présentatrice Estelle Martin) nous faisait un résumé de la situation (je n’étais donc pas la seule à P1030294.JPGsuivre sur twitter...), nombreux sont les spectateurs de la cérémonie qui avaient déjà pris le buffet d’assaut (à moins qu’il ne se soit agi d’une horde de morts de faim étant donné que lorsque j’y suis arrivée cinq minutes plus tard, il ne restait strictement rien).   Chacun a son sens des priorités…

P1030297.JPG

P1030280.JPG

P1030242.JPG

Mais revenons au véritable objet de la cérémonie des Lumières : le cinéma. Une soirée dont Roman Polanski a été le centre non seulement parce qu’il lui a été rendu hommage (comme toujours intéressant et juste lorsqu’il est signé comme hier soir du directeur de la Cinémathèque Serge Toubiana) mais aussi parce qu’il a reçu le prix du meilleur scénario et du meilleur réalisateur pour « The Ghost Writer » et enfin parce que, pendant la cérémonie, les photographes le mitraillaient et  étaient  donc tournés vers la salle pour le photographier plutôt que vers la scène où celle-ci se déroulait. Un autre enfermement sans doute pour celui qui a souvent traité ce sujet dans ses films et qui l’a plusieurs fois et différemment vécu. Peut-être cela explique-t-il son attitude en apparence désinvolte et l’absence  regrettable de discours. Kristin Scott Thomas qui devait lui attribuer son prix en l’honneur de sa carrière était finalement retenue à Londres et n’a donc pas non plus pu recevoir son prix de la meilleure actrice (pour le poignant « Elle s’appelait Sarah »). A également été projeté un court-métrage de Roman Polanski, l'occasion pour celui-ci de remonter sur scène de manière impromptue pour s'excuser de ce "péché de jeunesse" qui est pourtant loin d'en être un et qui laisse déjà entrevoir les germes de son talent et de ses thèmes fétiches (voir ci-dessous).


Une cérémonie donc de bon augure pour les César pour Roman Polanski mais aussi (sans surprise également) pour Xavier Beauvois. Michael Lonsdale est ainsi reparti avec le prix Lumière du meilleur acteur qu’il a ravi à Lambert Wilson (pourtant doublement nommé pour « Des hommes et des dieux » et  le sous-estimé « La Princesse de Montpensier »). Je vous laisse découvrir son discours, entre humour, « grâce » et émotion. "Des hommes et des dieux" a également reçu le prix de la meilleure photographie (prix du meilleur chef opérateur pour Caroline Champetier)

 François Berléand, présidait  la cérémonie, à la place de Claude Chabrol qu’il a lui-même qualifié d’irremplaçable. Je vous laisse également découvrir son discours, là aussi entre humour et émotion, et la remise du prix à Xavier Beauvois.

Enfin, le prix du film francophone a été attribué au poignant « Un homme qui crie » de Mahamat Saleh Haroun qui avait déjà reçu le prix du jury au dernier Festival de Cannes. Je vous laisse découvrir le reste du palmarès ci-dessous.

La soirée s’est achevée par un cocktail (et donc un buffet vide pour ceux qui étaient plus avides d’informations que de petits fours) où se croisaient une Rona Hartner en robe (tutu ?) improbable rose (néanmoins très probable pour elle, je me souviens de ma première expérience de festival, en tant que membre du jury jeunes du Festival du Film de Paris, où « Gadjo dilo » de Tony Gatlif dans lequel elle avait le rôle principal avait reçu « notre » prix, elle dansait sur notre table, là aussi vêtue de manière improbable et non moins chatoyante), un Henri Chapier désœuvré écopant de tous les pique-assiettes en mal de photographies pour leurs albums souvenirs, Régis Wargnier, Michael Lonsdale, un ivrogne se manifestant de temps à autre par d’étranges onomatopées et quelques connaissances habitués de la Croisette que j’ai revu avec plaisir… Et pour moi une très bonne soirée à observer cette intemporelle comédie humaine à la fois si proche et loin, si loin, des tumultes de l’Histoire…

Le site officiel des Lumières du cinéma : http://www.academielumieres.com/

Vous trouverez également un compte rendu sur le site de la blogueuse Cinémaniac.

PALMARES DES LUMIERES 2011:

 

MEILLEUR FILM

P1030273.JPG


Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois


MEILLEUR REALISATEUR

P1030262.JPG

 


Roman Polanski pour The Ghost Writer

 
MEILLEUR SCENARIO


Robert Harris, Roman Polanski pour The Ghost Writer

MEILLEURE ACTRICE


Kristin Scott Thomas pour Elle s’appelait Sarah de Gilles Paquet-Brenner

MEILLEUR ACTEUR

 

P1030266.JPG

Michael Lonsdale pour Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois

MEILLEUR ESPOIR FEMININ

P1030252.JPG

Yahima Torres pour Vénus Noire d’Abdellatif Kechiche

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

P1030256.JPG


Antonin Chalon pour No et moi de Zabou Breitman


MEILLEUR FILM FRANCOPHONE (hors France)
 

Un Homme qui crie de Mahamat Saleh Haroun (France, Belgique, Tchad)

PRIX DU PUBLIC TV5 MONDE

Illégal d'Olivier Masset-Depasse

PRIX DE LA CST

Caroline Champetier, directrice de la photographie pour "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois

PRIX D'HONNEUR

Roman Polanski pour l'ensemble de sa carrière

 

Commentaires

  • Ohohohooh Roman!!!
    Chanceuse de l'avoir vu, et d'avoir vécu ce moment!

Les commentaires sont fermés.