Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avant-première- « Percy Jackson, le voleur de foudre » de Chris Colombus (en salles mercredi)

percy2.jpg

En préambule, pour ceux qui l'ignoreraient, j'ai une véritable passion pour tout ce qui concerne de près ou de loin la Grèce (et donc par conséquent la mythologie), ce qui explique sans doute en partie que le fait qu'elle ait été ainsi simplifiée et dévoyée m'ait autant agacée... en ayant sans doute trop attendu de cette idée (certes pas nouvelle mais prometteuse) d'adapter la mythologie grecque à notre époque contemporaine.

Percy Jackson (Logan Lerman), 17 ans, est le fils de Poséidon (Kevin Mc Kidd) et d'une mortelle (Catherine Keener), ce qui fait de lui un demi-dieu. Il est accusé (à tort) d'avoir volé la foudre divine de Zeus (Sean Bean), l'arme la plus puissante de l'univers.  Après avoir accepté en un rien de temps son statut de demi-dieu qu'il ignorait jusqu'alors,  Percy se lance dans une odyssée destinée à prouver son innocence et à sauver sa mère des griffes du dieu des Enfers, Hadès. Grover, le Satyre (Brandon T.Jackson) et Annabeth (Alexandra Daddario), la fille d'Athéna, l'accompagnent dans son périlleux périple.

Percy Jackson est l'adaptation du best seller éponyme de Rick Riordan, notamment classé en tête de la liste des meilleures ventes du New York Times. L'auteur a enseigné la mythologie grecque et connaît donc bien son sujet. Je ne suis pas certaine qu'il appréciera ce qui en a été fait...

Alors que la saga Harry Potter touche à sa fin, il fallait bien lui trouver un successeur. Et si ce Percy Jackson avait le même potentiel fédérateur et universel, le résultat en est à des années lumières. Dès le premier plan quelque chose cloche : une grandiloquence ridicule, des dialogues pauvres, et une immersion immédiate de la mythologie dans l'Amérique contemporaine qui ne nous laisse pas le temps de nous adapter mais probablement avons-nous les neurones empesés ou les synapses déconnectées puisque Percy, lui, se fait à l'idée que sa mère soit morte (et bientôt aussi rapidement à celle qu'elle peut ressusciter), que son père est un demi-dieu et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de Poséidon, qu'il combat et vainc un Minotaure, que son meilleur ami est un Satyre (mi-homme, mi-bouc)... à la vitesse de l'éclair.

Alors que certaines scènes nous laissent entrevoir le souffle épique dont cette histoire était porteuse (notamment celle où les eaux se déchainent), alors que certains décors (le mont Olympe) et certaines scènes d'action sont réellement spectaculaires,  d'autres nous donnent l'impression d'être dans un parc Disney (les Enfers) et alors que nous étions presque sur le point de nous laisser embarquer voilà que Percy utilise son ipod comme miroir pour échapper au regard pétrifiant de la Gorgone ! L'impression grandit d'assister à une publicité aux moyens démentiels... sans compter qu'ensuite Percy et ses amis  tenteront d'échapper à l'Hydre dans la réplique du Parthénon à Nashville grâce à quelques clics sur un ordinateur apple et que des Converse ailées lui permettront de vaincre son ennemi après qu'ils se soient échappés en Maserati rutilante... Ou quand le spectateur est avant tout un consommateur : de marques, de dialogues vains, de scènes improbables. Je vous passe le ridicule de Pierce Brosnan dans le rôle du centaure. Sachez aussi que les Enfers se trouvent à Los Angeles (Ah, ah...), que le mont Olympe se situe en haut de l'Empire State Building et que le Lotus hotel and Casino à Las Vegas vous emprisonne tout en vous empêchant de vieillir (un miroir du film en quelque sorte, ce casino de Las Vegas essayant d'endormir le spectateur pour qu'il consomme au maximum). Sachez encore qu'Hadès a un look de rock star... Tout cela aurait pu être amusant si le second degré avait été pleinement assumé et si la mythologie ne servait de prétexte, une référence mythique vaine quand le film est tellement ancré dans le réel de la société de consommation.

Afin que les jeunes spectateurs dont l'intelligence est sous-estimée s'identifient, nos jeunes demi-dieux jouent à des jeux vidéos (sachant qu'il existe aussi le jeu vidéo inspiré du film), et chaque demi-dieu est en conflit avec un de ses parents.  Tout juste peut-on espérer que certains souhaiteront en savoir davantage sur la mythologie : l'Hydre, Méduse (Uma Thurman), Perséphone,  les nymphes... traversant cette triste Odyssée.

Un rageant gâchis, voilà ce qu'on se dit en ressortant de ce film pendant lequel mes réactions ont oscillé entre le rire (à l'image d'une partie de la salle),  la consternation...et un peu de satisfaction lors de scènes, certes spectaculaires, d'eau et de foudre déchaînées.  Relisez plutôt l'Iliade et l'Odyssée.

 Articles liés à celui-ci : cliquez ici pour lire mes articles « in the mood for Greece »

  Sachez enfin que vous pourrez chatter avec l'équipe du film et être les premiers à découvrir un extrait du film. Un événement en direct de l'Acropole d'Athènes en Grèce. Le 29 janvier 2010 9:25 Athènes/ 8:25 Paris/ 7:25 Londres/ 16: 25 Sao Paolo/ 17:25 Beijing/ 18:25 Sydney TWENTIETH CENTURY FOX INTERNATIONAL invite chacun d'entre vous à se connecter pour rencontrer les quatre jeunes stars de PERCY JACKSON LE VOLEUR DE FOUDRE : Logan Lerman  , Brandon T. Jackson, Alexandra Daddario et Jake Abel . Les quatre acteurs répondront aux questions posées online, en direct du junket international qui se tiendra à Athènes, en Grèce. Après le chat, les participants auront l'opportunité de découvrir en exclusivité un extrait du film.  Pour participer au chat : http://www.ustream.tv/percyjackson .

percy1.jpg

Commentaires

  • J'avais hésité à aller à la projo. Les critiques qui naissent depuis hier me confortent dans mon choix... :)

    Dommage que Chris Columbus ait, semble-t-il, perdu tout son talent.

  • @Mathieu: Tu as en effet bien fait de passer ton chemin. Ce n'est pas tant la réalisation que le scénario... absolument consternant! Un vrai spot de pub (de luxe) pour Apple, converse, Maserati.

  • Ahem... quand on reluque la bande annonce déjà ça fait très très peur... au moins ils ne mentent pas sur l'avarie de la marchandise :(

  • @Fredrique: C'est en effet assez consternant mais si tu as envie d'une bonne tranche de rigolade, je te le recommande!

  • Ben si je veux une bonne tranche de rigolade j'irais revoir les frères Coen... Qu'est-ce que j'ai ri ! Tiens, d'ailleurs, je vais y retourner de ce pas sitôt que je me serais dépendue après avoir vu Mother ;)

  • moi jai adorer le film il defonce ya rien de mieux alors tous fermer vos gueule okkkkkkkkkkkkk!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • @dehon romain: Merci pour cette belle critique nuancée et argumentée. Bonne journée à vous également.

  • Un film très sympatique a mes yeux ...
    J'ai lu que tout allait trop vite etc....mais c'est un ptit peu normal, le film dure déjà 2h s'il fallait prendre le temps pour chaque chose ca n'en finirait pas.. et un film de 4h...non merci !

    Pour ma part je trouve que l'adaptation de la mythologie grecque à notre époque contemporaine n'est pas mal réalisée.

    L'Hydre, Méduse , Perséphone, les nymphes... ne sont peut être pas les éléments les plus développés du film, certes.
    Mais il faut tout de même admettre que le principal est dit ou imagé...

    Tout ceci reste un film pour divertir un public ( qu'il soit jeune ou plus agé) et ....ça marche
    Il n'y a rien d'exceptionnel , j'dis pas le contraire, mais ce n'est pas un navet non plus ...

  • serieux... liberez un peu votre esprit, ca fait du bien ce film. les effets speciaux sont parfaits. le scenar prennant. Biensur que pour apprecie ce film, il faut aimer le genre!
    perso, je vais tout voir, habitant devant le cine, 3films par semaine. et celui ci est un classique tres bien dans son genre.

Les commentaires sont fermés.