Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ethan et joel coen

  • En attendant le Festival de Cannes 2015...

    cannes2015.jpg

    Comme chaque année, vous pourrez bien entendu me suivre en direct du Festival de Cannes, de l'ouverture à la clôture, pour la 15ème année consécutive. En attendant la conférence de presse d'annonce de sélection à laquelle je serai également le 16 avril prochain, cliquez sur l'affiche ci-dessus pour lire mon article sur Inthemoodforfilmfestivals.com consacré au festival avec un récapitulatif de ce que nous savons pour le moment sur cette 68ème édition. Retrouvez également toute l'actualité du festival sur mon blog Inthemoodforcannes.com.

    Lire la suite

  • Critique de "True Grit" d'Ethan et Joel Coen, ce soir, à 20H45, sur Ciné + premier

    true3.jpg

     

    1870, juste après la guerre de Sécession, sur l'ultime frontière de l'Ouest américain. Mattie Ross (Hailee Steinfeld), 14 ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d'or par le lâche Tom Chaney (Josh Brolin). L'assassin s'est réfugié en territoire indien. Pour le retrouver, se venger et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn (Jeff Bridges), un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf (Matt Damon), un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense. Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenaces et obstinés, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n'obéit qu'à son code d'honneur.

    Dès les premiers plans, d’une maîtrise, d’une ingéniosité et d’une beauté à couper le souffle, les Coen font une nouvelle fois preuve de leur malicieux talent de narrateurs et cinéastes. J’ai bien cru qu’il était arrivé, enfin et tardivement, ce film que j’avais attendu toute l’année 2010, enfin un film qui me scotche à mon siège, m’éblouit, me fascine, me donne envie de partager mon enthousiasme débordant, à peine sortie de la salle.

    Le début laisse même présager un très très grand film : richesses des plans et de la narration, beauté de la photographie, et incroyables personnages à commencer par la jeune Hailee Steinfeld (retenez bien son nom, il ne serait pas étonnant de la retrouver aux Oscars avec la statuette entre les mains) dont chaque apparition est réellement bluffante. J’ignore combien de jeunes filles les Coen ont vues avant de la trouver mais elle est incroyable et stupéfiante de naturel. Son jeu est (à l’image de son personnage) d’une maturité et d’une intelligence époustouflantes transformant chacune de ses apparitions en instants réellement jubilatoires. A l’image de son nom dans le film, elle est tranchante comme une lame de rasoir, pleine d’assurance et de malice.

    J’avoue que j’étais emballée à l’idée de voir un western genre qui m’a fait aimer le cinéma mais que je le redoutais aussi tant ce genre est codifié et peut apparaître aujourd’hui comme suranné mais évidemment c’était compter sans le talent des Coen. « True Grit » est ainsi unremake de “100 dollars pour un sheriff” de Henry Hathaway, un film de 1969 pour lequel John Wayne a obtenu l’Oscar du meilleur acteur, le seul de sa carrière d’ailleurs. Les Coen réfutent pourtant l’appellation de remake préférant dire qu’ils se sont basés sur le roman de Charles Portis à l’origine du film.

    true2.jpg

    « True Grit » est un magnifique hommage aux westerns (reprenant même la musique du chef d’œuvre « La nuit du chasseur » de Charles Laughton) dont il respecte et détourne les codes non sans uns certaine ironie (comme lorsque Mattie Ross sort après une magistrale traversée de la rivière à cheval, totalement sèche comme pour nous dire que cela n’est que mythe), à ses personnages aux gueules patibulaires mais au cœur d’or, à ses grandes étendues éblouissantes, à ses chevauchées fantastiques dans des plaines majestueuses au soleil levant ou couchant « dans la vallée de l’ombre et de la mort », à la mythologie américaine donc, à ses légendes.

    Et puis un film des Coen ne serait pas un film des Coen sans le second degré, l’humour noir, l’ironie caustique, un ton sarcastique qui n’appartient qu’à eux et qui convient merveilleusement au western (autour duquel ils tournent d’ailleurs depuis un moment, « No country for old men » en étant déjà une forme) et à ce trio improbable.

    Seul bémol : un rythme qui se ralentit un peu en milieu de film et une confrontation finale (le principe même des westerns qui, souvent, revendiquent leur manichéisme) un peu décevante mais aussitôt un trait d’humour ou une chevauchée nocturne sublimement filmée à donner des frissons vous le font oublier. Et puis leurs personnages truculents et finalement touchants dépassent le cadre de l’intrigue et ses faiblesses qui finalement importent peu.

    Matt Damon confirme qu’il peut tout interpréter, et il fallait pas mal d’humour pour interpréter ce LaBoeuf, Texas ranger, aussi léger et subtile que son prénom. Quant à Jeff Bridges, il n’aurait pas moins mérité un Oscar que John Wayne pour le rôle de ce Marshall alcoolique, téméraire et bourru.

    Avec « True Grit », les Coen rendent hommage au western en le renouvelant et transformant en un conte désenchanté aux paysages enchanteurs, une sorte d’Alice au pays des merveilles dans un Ouest Américain aussi hostile que magnifiquement filmée, les mésaventures d’un trio improbable entre courage et désillusions. Un ton qui n’appartient qu’aux Coen et des personnages forts remarquablement interprétés font de ce western un des meilleurs films de l’année 2010…. Le nouveau partenaire des frères Coen, un certain producteur nommé Steven Spielberg, ne s’y est pas trompé.

    jesse.jpg

    Revoir aussi « L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford ». chef d’oeuvre récent du genre prouvant là aussi qu’il peut être d’une grande modernité.

    johnny.jpg

    Et puisqu’il est question de western retrouvez aussi ma critique de « Johnny Guitar »de Nicholas Ray.

  • Concours: gagnez 10x2 places pour "A serious man" de Joel et Ethan Coen

    serious.jpg
    Pour remporter 2 places pour voir "A serious man" en salles (bande annonce en bas de cette note), je vous propose de répondre correctement aux questions ci-dessous. Les réponses sont à envoyer à inthemoodforcinema@gmail.com avec vos coordonnées, et avec comme intitulé de l'email "Concours A serious man". Seuls les gagnants seront contactés.
    De quels films ou affiches de films sont extraites les images suivantes ?
    1.
    concoursserious1.jpg
    2.
    concoursserious2.jpg
    3.
    concoursserious3.jpg
    4.
    concoursserious4.jpg
    5.
    En une phrase, pourquoi souhaitez-vous voir ce film?
    Bande annonce:

  • 80ème cérémonie des Oscars: le cinéma français à l'honneur

    300770166.jpgOui, je l’avoue de nouveau: je n’ai pas été emballée par « La Môme » (voir ici)d’Olivier Dahan, et j’aurais préféré que le cinéma français soit à l’honneur pour un autre film, mais je ne peux néanmoins m’empêcher de me réjouir que notre cinéma, celui qui a le devoir de faire le meilleur cinéma au monde pour reprendre les propos de Roberto Benigni aux César, soit ainsi le "héros" de cette 80ème cérémonie des Oscars, que Marion Cotillard ait reçu l’Oscar de la meilleure actrice (après un César, un Golden Globe et un Bafta pour ce même rôle d'Edith Piaf! Elle devient ainsi la troisième française oscarisée après Simone Signoret pour "Les chemins de la haute ville" en 1960 et après Juliette Binoche-alors Oscar du meilleur second rôle- pour "Le Patient Anglais" en 1997) pour un film français, mais aussi  et peut-être surtout, que l’Oscar du meilleur court-métrage soit également attribué à un film français qui avait d’ailleurs déjà reçu le César  du meilleur court deux jours auparavant : « Le Mozart des Pickpockets » de Philippe Pollet-Villard .  Deux Oscars qui témoignent de la diversité de notre cinéma.

    « La Môme » sous son titre pour le cinéma américain « La vie en rose » a également reçu le prix du meilleur maquillage. Si je voulais être sarcastique (non, non, ce n’est pas mon genre), je ferais un commentaire et un parallèle mais je m’abstiendrai. Le talent de Marion Cotillard est incontestable, malgré toutes les outrances du film précité.

    Sur ses 10 nominations  ( dont 4 pour « le Scaphandre et le papillon » de Julian Schnabel qui n’a malheureusement récolté aucun Oscar ) le cinéma français est donc reparti avec 3 Oscars.

     Je me réjouis également pour « Once » dont la chanson a été récompensée, un film qui était en compétition au dernier Festival du Film Britannique de Dinard, et dont le concert en direct avait charmé tous les festivaliers (promis, la vidéo un de ces jours, sur le blog...)

    « No country for old men » est reparti grand vainqueur avec 4 Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour les frères Coen.

    726140377.jpg

    « La vengeance dans la peau » dont le rythme trépidant tient beaucoup de sa mise en scène mais aussi de son montage a reçu trois trophées techniques. (meilleur montage son, meilleur mixage son, meilleur montage)

    L’Oscar du meilleur film en langue étrangère est revenu à l’Autrichien « Stefan Ruzowitzky » pour « Les Faussaires ».

    Je suis évidemment déçue que « L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford » d'Andrew Dominik qui reste pour moi le meilleur film américain de l’année 2007 (en précisant néanmoins que je n’ai pas encore vu « There will be blood")et que je continue à défendre quoiqu’ « on » en dise, n'ait rien obtenu et que Casey Affleck n'ait pas obtenu l'Oscar du meilleur second rôle, et que la photographie qui y est absolument exceptionnelle n'ait pas non plus été récompensée…

    Pour le reste je vous laisse découvrir l'intégralité du palmarès ci-dessous:

    Intégralité du Palmarès de la 80ème cérémonie des Oscars:

    Meilleur acteur 

    1478123491.jpg

    Daniel Day-Lewis - There Will Be Blood

    Meilleur acteur, second rôle

    Javier Bardem - No Country for Old Men

    Meilleure actrice

    1826869558.jpg

    Marion Cotillard - La Vie en Rose

    Meilleure actrice, second rôle

    Tilda Swinton - Michael Clayton

    Meilleur film d'animation

    Ratatouille

    Meilleure direction artistique

    Sweeney Todd The Demon Barber of Fleet Street

    Meilleur direction photo

    No Country for Old Men

    Meilleurs costumes

    Elizabeth: The Golden Age

    Meilleur réalisateur

    Joel et Ethan Coen, No Country for Old Men

    Meilleur documentaire

    Taxi to the Dark Side

    Meilleur documentaire, court-métrage

    Freeheld

    Meilleur montage

     1519474848.jpg

    The Bourne Ultimatum

    Meilleur film étranger

    The Counterfeiters (Les Faussaires) Austria

    Meilleur maquillage

    La Vie en Rose

    Meilleur musique de film

    Dario Marianelli, Atonement

    Meilleure chanson originale pour un film

    1116930561.jpg 

    Falling Slowly dans le film Once; Glen Hansard et Marketa Irglova

    Meilleur film

    No Country for Old Men

    Meilleur film d'animation, court-métrage

    Peter & the Wolf

    Meilleur court-métrage

    Le Mozart des Pickpockets

    Meilleur montage sonore

    The Bourne Ultimatum

    Meilleure sonorisation

    The Bourne Ultimatum

    Meilleurs effets visuels

    The Golden Compass

    Meilleure adaptation de scénario

    No Country for Old Men

    Meilleur scénario original

    Juno