Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

laurent cantet - Page 2

  • Les nominations complètes aux Oscars 2009

    Oscars.jpgLes nominations aux Oscars 2009 dont la 81ème cérémonie aura lieu le 22 févier prochain ont été communiquées hier : " L'étrange histoire de Benjamin Button" (dont la bande-annonce  particulièrement alléchante avait été mise en ligne sur « In the mood for cinema », un film qui sortira en France le 4 février 2009 et que nous attendons avec grande impatience)  comptabilise 13 nominations, un nombre très proche du record de nominations détenu par « Eve » et  « Titanic » ( 14 nominations). "Harvey Milk", "Slumdog millionnaire", "Frost Nixon", "Le Liseur" sont également nommés pour l'Oscar du Meilleur film.

     Meryl Streep, Heath Ledger (à nouveau nommé à titre posthume après les Golden Globes où il avait déjà été récompensé), " sont également cités.  

    « Vicky Cristina Barcelona » n’est nommé qu’une fois :  Penélope Cruz  pour le meilleur second rôle.

     « Entre les murs » de Laurent Cantet, la Palme d'or française 2008 est donc en lice parmi les meilleurs films étrangers,  face à «  Valse avec Bachir » (le grand oublié du Festival de Cannes 2008), premier film d'animation nommé dans benjamin.jpgcette catégorie , au film allemand « La Bande à Baader », au film autrichien « Revanche » et au film japonais « Departures. »

    Trois autres Français ont également  été retenus : ils'agit de deux courts métrages  qui s’intitulent « Manon sur le bitume » et « Oktapodi » ainsi que le compositeur Alexandre Desplat pour «  L'Etrange histoire de Benjamin Button ».

     « In the mood for cinema » vous tiendra bien entendu informés des résultats.

    Ci-dessous, les nominations complètes . A suivre, ce soir, les nominations aux César 2009.

    NOMINATIONS AUX OSCARS 2009:

    Meilleur acteur

    Richard Jenkins dans The Visitor

    Frank Langella dans Frost Nixon, l'heure de vérité

    Sean Penn dans Harvey Milk

    Brad Pitt dans L'Etrange Histoire de Benjamin Button

    Mickey Rourke dans The Wrestler 

    Meilleure actrice

    Anne Hathaway dans Rachel Getting Married

    Angelina Jolie dans L'Echange

    Melissa Leo dans Frozen River Meryl Streep dans Doute

    Kate Winslet dans Le Liseur 

    Meilleur acteur dans un second rôle

    Josh Brolin dans Harvey Milk

    Robert Downey Jr. dans Tonnerre sous les Tropiques

    Philip Seymour Hoffman dans Doute

    Heath Ledger dans The Dark Knight, le chevalier noir

    Michael Shannon dans Les Noces Rebelles

     Meilleure actrice dans un second rôle

    Amy Adams dans Doute

    Penelope Cruz dans Vicky Cristina Barcelona

    Viola Davis dans Doute

    Taraji P. Henson dans L'Etrange Histoire de Benjamin Button

    Marisa Tomei dans The Wrestler 

    Meilleur réalisateur

    David Fincher pour L'Etrange Histoire de Benjamin Button

    Ron Howard pour Frost Nixon, l'heure de vérité

    Gus Van Sant pour Harvey Milk

    Danny Boyle pour Slumdog Millionaire

    Stephen Daldry pour Le Liseur

    Meilleur scénario original

    Courtney Hunt pour Frozen River

    Mike Leigh pour Be Happy

    Martin McDonagh pour Bons Baisers de Bruges

    Dustin Lance Black pour Harvey Milk

    Andrew Stanton pour Wall-E 

    Meilleur scénario adapté

    Eric Roth et Robin Swicord pour L'Etrange Histoire de Benjamin Button

    John Patrick Shanley pour Doute

    Peter Morgan pour Frost Nixon, l'heure de vérité

    David Hare pour Le Liseur

    Simon Beaufoy pour Slumdog Millionaire 

    Meilleur film en langue étrangère

    La Bande à Baader

    Entre Les Murs

    Departures

    Revanche

    Valse avec Bashir

    Meilleur film d'animation

    Volt, star malgré lui

    Kung Fu Panda

    Wall-E

    Meilleure photographie

    Tom Stern pour L'Echange

    Claudio Miranda pour L'Etrange histoire de Benjamin Button

    Wally Pfister pour The Dark Knight

    Roger Deakins et Chris Menges pour The Reader

    Anthony Dod Mantle pour Slumdog Millionaire

    Meilleur montage

    Angus Wall et Kirk Baxter pour l'Etrange histoire de Benjamin Button

    Lee Smith pour The Dark Knight

    Daniel P. Hanley et Mike Hill pour Frost Nixon, l'heure de vérité

    Elliot Graham pour Milk

    Chris Dickens pour Slumdog Millionaire

    Meilleurs décors

    L'Echange

    L'Etrange histoire de Benjamin Button

    The Dark Knight

    The Duchess

    Les Noces rebelles

    Meilleurs costumes

    Australia

    L'Etrange histoire de Benjamin Button

    The Duchess

    Milk

    Les Noces rebelles Meilleurs maquillages

    L'Etrange histoire de Benjamin Button

    The Dark Knight Hellboy 2 les légions d'or maudites

    Meilleure musique

    Alexandre Desplat pour L'Etrange histoire de Benjamin Button

    James Newton Howard pour Defiance

    Danny Elfman pour Milk

    A.R. Rahman pour Slumdog Millionaire

    Thomas Newman pour Wall-E 

    Meilleure chanson

    Jai Ho de A.R. Rahman pour Slumdog Millionaire

    O Saya de A.R. Rahman pour Slumdog Millionaire

    Down to Earth de Peter Gabriel et Thomas Newman pour Wall-E

    Meilleur son

    L'Etrange histoire de Benjamin Button

    The Dark Knight

    Slumdog Millionaire

    Wall-E

    Wanted : choisis ton destin

    Meilleurs effets sonores

    The Dark Knight

    Iron Man

    Slumdog Millionaire

    Wall-E

    Wanted : choisis ton destin 

    Meilleurs effets visuels

    L'Etrange histoire de Benjamin Button

    The Dark Knight

    Iron Man

    Meilleur film d'animation

    Volt, star malgré lui

    Kung Fu Panda

    Wall-E

    Meilleur film étranger

    La Bande à Baader

    Entre les murs

    Revanche

    Okuribito

    Valse avec Bachir

  • Le palmarès des Prix Lumière 2009

    enre.jpgAvant-hier, lors de la cérémonie de remise des prix Lumière 2009, présidée par l’actrice et chanteuse Jeanne Balibar, la presse étrangère basée à Paris a révélé sa liste de lauréats.

     

    La palme d’or au festival de Cannes 2008, "Entre les murs" de Laurent Cantet a remporté le prix du meilleur film 2008, tandis que François Dupeyron (qui vient de reprendre la mise en scène de "Trésor" de Claude Berri , suite au décès de ce dernier) a été sacré meilleur réalisateur pour "Aide-toi le ciel t'aidera". 

     

     Yolande Moreau a été récompensée du prix de la meilleur actrice pour "Séraphine" et Vincent Cassel de celui de meilleur acteur pour le diptyque  "Mesrine" de Jean-François Richet.

     

    Prochaine remise de prix: Les Etoiles d'or du cinéma français (prix décernés par la presse française). "In the mood for cinema" sera présent à la remise des prix pour vous en faire ensuite un compte rendu détaillé.

     

     

    Le palmarès des Lumières 2009 :

     

     

    Meilleur film :

    ENTRE LES MURS de Laurent Cantet

    Cliquez ici pour lire ma critique du film

     

    Meilleur réalisateur :

    François Dupeyron pour AIDE-TOI LE CIEL T’AIDERA

     

    Meilleur scénariste :

    Samuel Benchetrit pour J'AI TOUJOURS REVE D’ETRE UN GANGSTER

     

    Meilleure actrice :

    Yolande Moreau pour SERAPHINE deMartin Provost

     

    Meilleur acteur :

    Vincent Cassel  pour MESRINE de Jean-François Richet

     

    Meilleur espoir féminin :

    Nora Arnezeder pour FAUBOURG 36 de Christophe Barratier

     

    Meilleur espoir masculin :

    Mohamed Bouchaïb pour MASCARADES de Lyes Salem

     

    Meilleur film francophone :

    LE SILENCE DE LORNA de Luc et Jean-Pierre Dardenne

  • "Entre les murs" de Laurent Cantet : (presque) en route pour les Oscars...

    enre.jpgLa palme d'or française 2008, le film de  Laurent Cantet "Entre les murs" (cliquez ici pour voir ma critique et la vidéo cannoisefait partie des "demi-finalistes" pour l'Oscar du meilleur film étranger.

    La cérémonie aura lieu le 22 janvier prochain. Huit autres films ont été séléctionnés dont "Valse avec Bachir" d'Ari Folman (Israël) -cliquez ici pour lire ma critique- qui vient de remporter le Golden Globe du meilleur film étranger.

    Les autres films sont: "Ce qu'il faut pour vivre" de Benoir Pilon (Canada),  "La bande à Baader" de Uli Edel (Allemagne), "Everlasting moments" de Jan Troell (Suède),  "Revanche" de Götz Spielmann  (Autriche), "Departures" de Yojiro Takita (Japon), "Arrancame la vida" de Roberto Sneider (Mexique), "Les trois singes" de Nuri Bilge Ceylan (Turquie).

  • « Faubourg 36 » de Christophe Barratier : un hommage au cinéma d’hier

    faubourg 36.jpg

    Je l’avoue : je n’avais aucune envie de voir ce film, la bande annonce me laissait présager un film daté et artificiel mais ayant vu tous les autres films à l’affiche dans mes cinéma favoris, je me suis finalement laissée tenter. Il m’a fallu un petit bout de temps pour m’accoutumer à ce cinéma désuet, à sa succession frénétique de plans, de situations et de personnages stéréotypés et puis je me suis replongée sans déplaisir dans mes souvenirs de ce cinéma que j’aimais tant : celui de Carné, de Duvivier, de Becker (Jacques) , celui de l’avant-guerre , perdu quelque part entre les espoirs du Front populaire et la montée des extrêmes et de l’antisémitisme, avec des références aussi à celui que l’on appelait de qualité française (cinéma de studio et de scénaristes d’après-guerre. )

     Evidemment ce film n’a rien à voir avec « Entre les murs » par exemple actuellement à l’affiche et il ne prétend d’ailleurs nullement au même cinéma (si vous ne devez voir qu’un film ce mois-ci c’est évidemment celui de Laurent Cantet) mais aussi diamétralement opposés que soient leurs styles et leurs écritures (d’ailleurs ne vous y trompez pas « Entre les murs » est un film très écrit, parfaitement écrit  même au point de donner cette parfaite illusion du documentaire, de vérité prise sur le vif) je les crois portés par la même sincérité, la même envie de mener un genre à son paroxysme, le même perfectionnisme.

    Dans un faubourg populaire du nord de Paris en 1936, l'élection printanière du gouvernement de Front Populaire fait naître les plus folles espérances et favorise la montée des extrêmes. C'est là que trois ouvriers du spectacle au chômage Pigoil, Milou et Jacky  ( respectivement incarnés par Gérard Jugnot, Clovis Cornillac et Kad Merad) décident d'occuper de force le music-hall qui les employait il y a quelques mois encore, pour y monter un "spectacle à succès".

    Clovis Cornillac ressemble à s’y méprendre à Jean Gabin dans les films d’avant-guerre, Nora Arnezeder (la découverte du film comme Jean-Baptiste Maunier dans « Les Choristes » avec lequel elle a un commun une fraîcheur et un talent éclatants) à Michèle Morgan : tous deux font inévitablement penser au couple mythique Nelly et Jean du « Quai des Brumes » de Marcel Carné auquel un plan d’ailleurs fait explicitement référence. Bernard-Pierre Donnadieu (Galapiat), quant à lui,  fait penser à Pierre Brasseur (Frédérick Lemaître) dans « Les enfants du paradis » de Carné et à  Jules Berry (Valentin) dans « Le jour se lève »  du même Carné  ou  dont j’ai d’ailleurs cru reconnaître le célèbre immeuble dessiné par Alexandre Trauner dans le premier plan du film… Les décors du film entier  font d’ailleurs penser à ceux de Trauner, avec cette photographie exagérément lumineuse entre projecteurs de théâtre et réverbères sous lesquels Paris et les regards scintillent de mille feux incandescents et mélancoliques. Et l'amitié qui unit les protagonistes de ce "Faubourg 36" fait évidemment penser à celle qui unissait ceux de "La belle équipe" de Duvivier. (Voir mes critiques des films précités dans ce paragraphe en cliquant ici).

      Barratier assume donc ses références, celles d’un cinéma académique, classique et populaire, prévisible,  empreint d’une douce nostalgie. Dommage qu’il n’ait pas trouvé un dialoguiste du talent de Prévert et qu’à la fin les personnages incarnés par Clovis Cornillac et Nora Arnezeder passent au second plan mais après tout le film s’intitule « Faubourg 36 » : c’est lui le vrai héros du film, lequel n’est pas vraiment une comédie musicale (même si la fin du film s’y apparente avec une belle énergie), plutôt un film sur un music hall, ceux qui le font vivre, pour qui il est une raison de vivre. Le destin, le conte de fée  d’une « Môme » qui assume pleinement le genre du film  sans les excès mélodramatiques et les maquillages outranciers du film éponyme...auquel quelques plans font d’ailleurs étrangement songer.

     On en reste peut-être un peu trop à distance comme on regarderait un beau spectacle avec l’impression que ses artistes s’amusent beaucoup entre eux mais ne nous font pas totalement entrer dans la danse mais ce voyage dans le temps et dans le cinéma d’hier que Christophe Barratier fait revivre le temps d’un film vaut néanmoins le détour ne seraient-ce que pour la beauté des plans emportés par une caméra dynamique, et pour ses comédiens portés par une énergie admirable au premier rang desquels François Morel qui apporte ici sa fantaisie imparable, Pierre Richard et sa bonhomie clownesque, Gérard Jugnot sa touchante justesse, Kad Merad son goût du second degré et sa –belle- voix que l’on découvre, et les seconds rôles qui, à l’image de ceux du cinéma auquel Barratier rend hommage, existent réellement.

     Quatre ans après « Les Choristes » (8 million de spectateurs) Christophe Barratier avec son second film a eu l’intelligence de ne pas forcer sa nature, d’être fidèle à ses convictions cinématographiques et impose  ainsi son style joliment désuet, musical, mélancolique, sentimental, photogénique (Tom Stern, photographie de Clint Eastwood signe ici la photographie) et enthousiaste avec une résonance sociale finalement très actuelle. Le film d’un réalisateur qui aime indéniablement le cinéma, ses acteurs et ses artifices revendiqués, et rien que pour cela, pour cette sincérité ce « Faubourg 36 » vaut le détour.

    appa.jpg Et après l’hommage au cinéma des années 30, mercredi prochain sort en salles l’hommage au western classique, l’hymne à l’amitié signé Ed Harris, « Appaloosa » que je recommande à tous les amateurs du genre...dont je suis (présenté en avant-première au dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville) !

    A suivre sur "In the mood for cinema": l'avant-première de la série "Flics" d'Olivier Marchal en présence de toute l'équipe du film.

     Sandra.M