Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • 13èmes rencontres internationales du cinéma des Antipodes à Saint-Tropez: programme

    sainttropez.jpg

    En attendant mon compte rendu et mon bilan de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, je tenais absolument à vous parler d'un festival que j'aurai le plaisir de couvrir en direct cette année, un festival encore malheureusement méconnu à la programmation pourtant particulièrement riche et qui remplit pleinement l'objectif qui doit être celui d'un festival de cinéma: nous faire voyager, découvrir d'autres horizons, d'autres cinématographies, d'autres univers et talents.

    Vous pourrez en effet y découvrir le meilleur des films australiens et néo-zélandais, du 10 au 16 octobre 2011, un cinéma qui, d’après son président Bernard Bories, rimera « avec diversité, singularité, dureté, poésie, humour, sensibilité, découverte et grands espaces. »

    Le jury présidé par une personnalité australienne dont le nom sera communiqué très prochainement. Il sera entouré d’artistes français. Ce jury devra choisir parmi une demi douzaine de films australiens et néo-zélandais le Grand Prix des Antipodes ainsi que les révélations masculine et féminine des Antipodes.

     Parmi les films en compétition, vous pourrez découvrir cette année :

    toomelah.jpg

    - celui de la présidente du Jury 2008  Nadia Tass, « Matching Jack », l’histoire du combat d’une mère pour sauver son fils d’une terrible maladie.  Un film qui, après avoir raflé 3 Prix au Festival International de Milan 2011 a remporté le Prix du Bel Age Cannes Cinéphiles lors du dernier Festival de Cannes.

    Predicament » premier film du néo-zélandais Jason Stutter

    Here I Am » de  Beck Cole nous emmène à la suite de Karen qui sort de prison avec la volonté de changer de vie et de récupérer sa fille. Mais si elle trouve un foyer d’accueil, la marche vers la liberté, la confiance et la fin des préjugés est semée d’embûches et de doutes.

    - « Mad Bastard » de Brendan Fletcher nous entraîne à la suite de TJ, une tête brûlée, un homme violent à l’âme torturée, dans un périple de plus de 2 000 km, direction Five Rivers, une petite ville perdue au fond des Kimberley où se trouve son fils de 13 ans, Bullet, qu’il n’a jamais vu.

    Lou » de Belinda Chayko primé par le jeune public au Festival du Film de Femmes de Creteil 2011, ce film s’attache avec délicatesse et subtilité aux rapports entre un grand-père atteint de la maladie d’Alzheimer et se petite fille Lou, écorchée vive en rébellion contre sa mère et contre la pauvreté de leur condition. E

    Blame » de Michael Henry présenté en avant-première est un fantastique thriller psychologique, qui n’est pas sans évoquer le cinéma de Atom Egoyan et dans lequel on retrouve la charmante Sophie Lowe (« Blessed », « Beautiful Kate »). 

     Parmi les autres films :

    - le très attendu du nouveau film d’Ivan Sen « Toomelah », présenté dans la section Un Certain Regard lors du dernier Festival de Cannes.  L’histoire de Daniel, 10 ans, pris entre une mère shootée et un père alcoolique, qui devra choisir son destin entre sa fascination pour le dealer local et un retour à ses racines Aborigène, sa culture, sa langue.

    -« Russian Snark » de Stephen Sinclair nous emmène sur les trace d’un cinéaste Russe qui accoste en Nouvelle Zélande découvrant l’économie de marchée et la difficulté d’être un artiste sans un sou.

    Surviving Georgia » de Sandra Sciberras, une comédie romantique l’impact qu’une mère iconoclaste peut avoir sur ses deux filles pourtant très différentes l’une de l’autre.

    Face to Face » de Michael Rymer, un huis clos au punch décoiffant et au casting impeccable de Mathew Newton à Luke Ford en passant par Vince Colossimo et Sigrid Thornthon. 

    - «  Alexandra’s project »  de Rolf De Heer ainsi que son film muet, véritable hommage à Buster Keaton « Dr Plonk »

    - «Triangle" de Christopher Smith

    Sleeping Beauty » de Julia Leigh présenté en sélection officielle du Festival de Cannes 2011.

     La section Antipodes Junior, proposera en plus de « Lou », « Here I Am », « Dr Plonk », « Black and White », le  film de Jeremy Sims « Beneath Hill 60 » qui nous rappellera à travers l’histoire vrai des tunneliers australiens qu’ils ont participé à nos cotés à la Première Guerre mondiale.

    Et pour les plus petits, le classique « Les Contes des Animaux »

    Enfin pour la sixième année, c’est un jury, constitué de près de 150 lycéens, qui devra choisir le meilleur court métrage des antipodes et attribuer le 10ème Prix Nicolas Baudin. Un jeune public qui bénéficie ainsi de la présence de nombreux professionnels et d’un véritable travail pédagogique.

    Programme des courts-métrages. Programme 1:

    08’ - The Winter Boy de Rachel House – 2010 (NZ)

    15’ - Choice Night de Christopher Dudman 2010 (NZ)

    08’ - Vostok Station de Dylan Pharazyn – 2010 (NZ)

    20’ - Deeper Than Yesterday de Ariel Kleiman 2010 (AUS)

    15’ - Go The Dogs de Jackie van Beek 2011 (NZ)

    13’ - Ebony Society de Tammy Davis 2011 (NZ

    Programme 2:

    20’ - Drowning de Craig Boreham 2010 (AUS)

    12’ - Kiss d’Alex Murawski 2011 (AUS)

    13’ - Pig de Tom McKeith - 2011 (AUS)

    15’ - Crystal Jam de Leonie Savvides 2011 (AUS)

    09’ - Meniscus de Maria-Elena Doyle 2010 (NZ)

    15’ - Ostia, La Notte Finale de Craig Boreham 2008 (AUS)

    08’ - At the Formal de Andrew Cavanagh 2010 (AUS)

    11’ - Bear de Nash Edgerton 2011 (AUS)

     -Quant aux documentaires, ils seront toujours aussi présents et nous permettrons de retourner en Nouvelle Calédonie, de passer par la Nouvelle Guinée Papouasie et même de découvrir l’histoire des grands magasins avec le superbe documentaire « Seduction In The City, The Birth of Shopping »  de Sally Aitken.  De Nouvelle Zélande « This Way Of Life » trace le portrait intime d’une famille maori et de leur relation avec la nature, leur chevaux et la société.

    Enfin « Michael Smither, Into Perspective » pourrait nous permettre de retrouver dans ce nouvel opus l’intimité de la création et de la vie d’un peintre néo-zélandais à l’écoute de notre environnement.

     -Outre le cinéma, le festival sera aussi l’occasion de retrouver l’artiste australienne le Dr Lisa Anderson qui proposera salle Jean Despas une nouvelle installation vidéo des plus originales aux cotés d’une exposition des peintures de Lucinda Clutterbuck et de son personnage récurrent ‘Smith’.

     -Le festival s’ouvre aussi pour la première fois à la musique, en proposant pour l’ouverture un show case du groupe Belle Roscoe, duo frère-sœur originaire de Melbourne qui donneront le coup d’envoi au son de leurs mélodies rock-folk.

     La page Facebook officielle du Festival de Saint-Tropez: https://www.facebook.com/pages/Festival-des-Antipodes/154986071182472

    Suivez également le Festival sur twitter (compte twitter officiel du festival) : http://twitter.com/cineantipodes

    Lieu du Festival:

    Je vous donnerai prochainement plus de renseignements et de détails sur la programmation ainsi que des infos pratiques.

  • Compte rendu et palmarès du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    deauville12011 005.JPG

    Dès ce soir, vous pourrez retrouver ici et sur inthemoodfordeauville.com le palmarès et mes vidéos de la clôture de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville et, chaque jour de cette semaine, de nombreux articles sur ce festival (critiques des films, vidéos, photos). J'en profite également pour vous annoncer qu'Inthemoodfordeauville se poursuivra tout au long de l'année désormais pour, évidemment, toujours vous tenir au courant de l'actualité du cinéma et des festivals à Deauville mais également des évènements se déroulant à Deauville. Et évidemment très bientôt le retour du reste de l'actualité cinématographique sur inthemoodforcinema.com avec de nombreux nouveaux évènements à suivre en direct prochainement... Je vous en dis bientôt plus...

     
  • Critique - The Artist - Film de la soirée du palmarès du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011

    C'est ce samedi soir, à 20H, que sera délivré le palmarès de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011 que vous pourrez bien entendu retrouver commenté ici, au plus tard lundi. Le palmarès sera suivi de la projection de "The Artist" de Michel Hanazavicius dont vous pouvez retrouver ma critique, en avant-première, ci-dessous.

    artist6.jpg

    artist2.jpg

    artist1.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011.

    artist90.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011.

    artist93.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse du Festival de Cannes 2011 du film "The Artist".

    artist94.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse du Festival de Cannes 2011 du film "The Artist".

    C’était un dimanche matin de mai 2011, le début du Festival de Cannes encore, en projection presse. Pas encore vraiment l’effervescence pour le film qui obtint la palme d’or mais un joli bruissement d’impatience parmi les regards déjà las, ou obstinément sceptiques. 1H40 plus tard, la salle résonnait d’applaudissements, pendant dix minutes, fait rare en projection presse. Le soir même, je suis retournée le voir en projection officielle. L’émotion fut la même, redoublée par la présence de l’équipe du film, terriblement émue elle aussi par les réactions enthousiastes du public, par les rires tendres, par cette cavalcade d’applaudissements qui a commencé lors de la dernière scène et ne s’est plus arrêtée pour continuer pendant un temps qui m’a paru délicieusement long. Un beau, rare et grand moment du Festival de Cannes.

    Le pari était pourtant loin d’être gagné d’avance. Un film muet (ou quasiment puisqu’il y a quelques bruitages). En noir et blanc. Tourné à Hollywood. En 35 jours. Par un réalisateur qui jusque là avait excellé dans son genre, celui de la brillante reconstitution parodique, mais très éloigné de l’univers dans lequel ce film nous plonge. Il fallait beaucoup d’audace, de détermination, de patience, de passion, de confiance, et un peu de chance sans doute aussi, sans oublier le courage -et l’intuition- d’un producteur (Thomas Langmann) pour arriver à bout d’un tel projet. Le pari était déjà gagné quand le Festival de Cannes l’a sélectionné d’abord hors compétition pour le faire passer ensuite en compétition, là encore fait exceptionnel.

    artist.jpg

    Le film débute à Hollywood, en 1927, date fatidique pour le cinéma puisque c’est celle de l’arrivée du parlant. George Valentin (Jean Dujardin) est une vedette du cinéma muet qui connait un succès retentissant…mais l’arrivée des films parlants va le faire passer de la lumière à l’ombre et le plonger dans l’oubli. Pendant ce temps, une jeune figurante, Peppy Miller (Bérénice Béjo) qu’il aura au départ involontairement  placée dans la lumière, va voir sa carrière débuter de manière éblouissante. Le film raconte l’histoire de leurs destins croisés.

    Qui aime sincèrement le cinéma ne peut pas ne pas aimer ce film qui y est un hommage permanent et éclatant. Hommage à ceux qui ont jalonné et construit son histoire, d’abord, évidemment. De Murnau à Welles, en passant par Borzage, Hazanavicius cite brillamment ceux qui l’ont ostensiblement inspiré. Hommage au burlesque aussi, avec son mélange de tendresse et de gravité, et évidemment, même s’il s’en défend, à Chaplin qui, lui aussi,  lui surtout, dans « Les feux de la rampe », avait réalisé un hymne à l'art qui porte ou détruit, élève ou ravage, lorsque le public, si versatile, devient amnésique, lorsque le talent se tarit, lorsqu’il faut passer de la lumière éblouissante à l’ombre dévastatrice. Le personnage de Jean Dujardin est aussi un hommage au cinéma d’hier : un mélange de Douglas Fairbanks, Clark Gable, Rudolph Valentino, et du personnage de Charles Foster Kane (magnifiques citations de « Citizen Kane ») et Bérénice Béjo, avec le personnage de Peppy Miller est, quant à elle, un mélange de Louise Brooks, Marlène Dietrich, Joan Crawford…et nombreuses autres inoubliables stars du muet.

    Le cinéma a souvent parlé de lui-même… ce qui a d’ailleurs souvent produit des chefs d’œuvre. Il y a évidemment « La comtesse aux pieds nus » de Mankiewicz, « La Nuit américaine de Truffaut », « Sunset Boulevard » de Billy Wilder, enfin « Une étoile est née » de George Cukor et encore « Chantons sous la pluie » de Stanley Donen et Gene Kelly auxquels « The Artist », de par son sujet, fait évidemment penser. Désormais, parmi ces classiques, il faudra citer « The Artist » de Michel Hazanavicius. Ses précèdents films étaient d'ailleurs déjà des hommages au cinéma. On se souvient ainsi des références à "Sueurs froides" ou "La Mort aux trousses" d'Hitchcock dans "OSS 117 : Rio ne répond plus".

    Hazanavicius joue ainsi constamment et doublement la mise en abyme : un film muet en noir et blanc qui nous parle du cinéma muet en noir et blanc mais aussi qui est un écho à une autre révolution que connaît actuellement le cinéma, celle du Numérique.

    artist4.jpg

    Le mot jubilatoire semble avoir été inventé pour ce film, constamment réjouissant, vous faisant passer du rire aux larmes, ou parfois vous faisant rire et pleurer en même temps. Le scénario et la réalisation y sont pour beaucoup mais aussi la photographie (formidable travail du chef opérateur Guillaume Schiffman qui, par des nuances de gris, traduit les états d’âme de Georges Valentin), la musique envoûtante (signée Ludovic Bource, qui porte l’émotion à son paroxysme, avec quelques emprunts assumés là aussi, notamment à Bernard Herrmann) et évidemment les acteurs au premier rang desquels Jean Dujardin qui méritait amplement son prix d’interprétation (même si Sean Penn l’aurait également mérité pour « This must be the place »).

    Flamboyant puis sombre et poignant, parfois les trois en même temps, il fait passer dans son regard (et par conséquent dans celui du spectateur), une foule d’émotions, de la fierté aux regrets,  de l’orgueil à la tendresse, de la gaieté à la cruelle amertume de la déchéance.  Il faut sans doute beaucoup de sensibilité, de recul, de lucidité et évidemment de travail et de talent pour parvenir à autant de nuances dans un même personnage (sans compter qu’il incarne aussi George Valentin à l’écran, un George Valentin volubile, excessif, démontrant le pathétique et non moins émouvant enthousiasme d’un monde qui se meurt). Il avait déjà prouvé dans « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia qu’il pouvait nous faire pleurer.  Il confirme ici l’impressionnant éclectisme de sa palette de jeu et d'expressions de son visage.

     Une des plus belles et significatives scènes est sans doute celle où il croise Peppy Miller dans un escalier, le jour  du Krach de 1929. Elle monte, lui descend. A l’image de leurs carrières. Lui masque son désarroi. Elle, sa conscience de celui-ci, sans pour autant dissimuler son enthousiasme lié à sa propre réussite. Dujardin y est d’une fierté, d’une mélancolie, et d’une gaieté feinte bouleversantes, comme à bien d’autres moments du film. Et je ne prends guère de risques en lui prédisant un Oscar pour son interprétation, ou en tout cas un Oscar du meilleur film étranger pour Hazanavicius.  Bérénice Béjo ne démérite pas non plus dans ce nouveau rôle de « meilleur espoir féminin » à la personnalité étincelante et généreuse, malgré un bref sursaut de vanité de son personnage. Il ne faudrait pas non plus oublier les comédiens anglo-saxons : John Goodman, Malcolm McDowell et John Cromwell (formidablement touchant dans le rôle du fidèle Clifton).

    artist100.jpg

    Il y aura bien quelques cyniques pour dire que ce mélodrame  est plein de bons sentiments, mais Hazanicius assume justement ce mélodrame. « The Artist » est en effet aussi une très belle histoire d’amour simple et émouvante, entre Peppy et Georges mais aussi entre Georges et son cabot-in Uggy : leur duo donne lieu à des scènes tantôt drôles, tantôt poétiques, tantôt touchantes, et là encore parfois au trois en même temps. Hommage aussi à ce pouvoir magique du cinéma que de susciter des émotions si diverses et parfois contradictoires.

    Michel Hazanavicius  évite tous les écueils et signe là un hommage au cinéma, à sa magie étincelante, à son histoire, mais aussi et avant tout aux artistes, à leur orgueil doublé de solitude, parfois destructrice. Des artistes qu’il sublime, mais dont il montre aussi les troublantes fêlures et la noble fragilité.

    Ce film m’a éblouie, amusée, émue. Parce qu’il convoque de nombreux souvenirs de cinéma. Parce qu’il est une déclaration d’amour follement belle au cinéma. Parce qu’il ressemble à tant de films du passé et à aucun autre film contemporain. Parce qu’il m’a fait ressentir cette même émotion que ces films des années 20 et 30 auxquels il rend un vibrant hommage. Parce que la réalisation est étonnamment inspirée (dans les deux sens du terme d’ailleurs puisque, en conférence de presse, Michel Hazanavicius a revendiqué son inspiration et même avoir « volé » certains cinéastes). Parce qu’il est burlesque, inventif, malin, poétique, et touchant.  Parce qu’il montre les artistes dans leurs belles et poignantes contradictions et fêlures.

    Il ne se rapproche d’aucun autre film primé jusqu’à présent à Cannes…et en sélectionnant cet hymne au cinéma en compétition puis en le  primant,  le Festival de  Cannes a prouvé qu’il était avant tout le festival qui aime le cinéma, tous les cinémas, loin de la caricature d’une compétition de films d’auteurs représentant toujours le même petit cercle d’habitués dans laquelle on tend parfois à l’enfermer.

     « The Artist » fait partie de ces films qui ont fait de cette édition cannoise 2011 une des meilleures de celles auxquelles j’ai assisté, pour ne pas dire la meilleure…avec des films  aussi différents et marquants que  « This must be the place » de Paolo Sorrentino, « Melancholia » de Lars von Trier, « La piel que habito » de Pedro Almodovar.

     Un film à ne manquer sous aucun prétexte si, comme moi, vous aimez passionnément et même à la folie, le cinéma. Rarement un film aura aussi bien su en concentrer la beauté simple et magique, poignante et foudroyante. Oui, foudroyante comme la découverte  de ce plaisir immense et intense que connaissent les amoureux du cinéma lorsqu’ils voient un film pour la première fois, et découvrent son pouvoir d’une magie ineffable, omniprésente ici.

    Sortie en salles : le 12 octobre 2011. Vous pourrez également découvrir ce film lors de la soirée du palmarès du Festival du Cinéma Américain de Deauville, le 10 septembre…et si j’en ai la possibilité, je ne manquerai certainement pas d’y retourner une troisième fois, pour vous en livrer une critique plus précise (celle-ci étant basée sur mes souvenirs « vieux » d’il y a 4 mois).

    Un dernier petit conseil : ne regardez pas la bande-annonce (dont je n’ai pas peur de dire qu’elle m’a émue, comme le film), pour conserver le plaisir de la découverte.

    En bonus :

    - Ma critique de « La Comtesse aux pieds nus » de Mankiewicz

    -Ma critique de « OSS 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius

    -Ma critique d’ « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia

    -Ma critique des « Feux de la rampe » de Charlie Chaplin

  • Vidéo - Tony Kaye présente "Detachment" en musique (Festival du Cinéma Américain de Deauville- compétition)

    ...

    L'effervescence était de retour aujourd'hui à Deauville avec la présence de Naomi Watts à qui le festival rendait hommage ce soir (la semaine prochaine, vous pourrez retrouver mon compte rendu de sa conférence de presse et mes vidéos de son hommage), la présence d'Abel Ferrara, l'avant-première de "Crazy, stupid, love.", comédie réjouissante après une semaine de films en compétition particulièrement sombres et néanmoins de qualité à l'image de "Detachment" dont je vous parlerai ultérieurement mais dont vous pouvez découvrir ci-dessus la présentation inédite par son réalisateur Tony Kaye.

    watts 013.JPG

     
  • Festival du Cinéma Américain de Deauville: en attendant le compte-rendu...

    .

     

    Comme vous l'aurez sans doute constaté, ce blog a "subi" une petite et inhabituelle baisse de rythme ces derniers jours. Rassurez-vous, je n'ai pas abandonné le navire, et encore moins le Festival de Deauville, bien au contraire, simplement j'ai décidé d'attendre la fin du festival pour vous en donner une vision globale, aussi exhaustive que possible, et fidèle à mes impressions. 

    Peut-être le manque de coups de coeur cinématographiques cette année fait-il aussi que je n'ai pas eu l'irrépressible envie d'écrire chaque soir comme c'est habituellement le cas, et ce blog est avant tout et plus que jamais guidé par l'enthousiasme, la passion, le souhait de partager mes pérégrinations et découvertes et non de tomber dans une sorte de surenchère frénétique d'articles.

    Vous retrouverez donc tous mes clichés et vidéos du festival la semaine prochaine (hommages, avant-premières etc), mes impressions d'ensemble avec, bien sûr, mon avis sur le palmarès en fin de semaine et sur cette compétition très homogène dans les thématiques abordés, mais très hétéroclite dans les styles et lieux des actions des films. Vous pourrez également retrouver ma critique de "The Conspirator" de Robert Redford présenté en avant-première à Deauville, hier soir.

     Je ne pense pas m'avancer beaucoup en disant que le meilleur film de ce festival sera le film de la soirée du palmarès, "The Artist" de Michel Hazanavicius (même s'il est vrai qu'il est difficilement comparable avec les films de la compétition qui témoignent tous de regards singuliers et d'univers forts, au-delà de leur pessimisme et leur noirceur), un film de soirée du palmarès dont vous pouvez retrouver ma critique, en avant-première, ici et que je vous recommande vivement, et que je retournerai sans aucun doute voir une troisième fois samedi.

    Pour vous faire patienter, retrouvez, ci-dessus, mes vidéos de l'hommage à Danny Glover, très ému. Et en attendant vous pouvez continuer à me suivre en direct sur twitter (http://twitter.com/moodfdeauville ) et à partager vos impressions sur le festival sur la page Facebook du blog (http://facebook.com/inthemoodfordeauville ).

    deauvillegrandepartie 060.JPG

     
  • Quatrième et cinquième journées « in the mood for Deauville » : compétition, hommages, premières…

    Maclaine 027.JPG

    Maclaine 017.JPG

    Maclaine 042.JPG

    Maclaine 038.JPG

    dovil5.JPG

     

    C’est déjà mon sixième jour de présence à Deauville et le temps et les séances et les souvenirs s’égrènent si vite que je n’ai pas eu le temps de vous résumer ces deux derniers jours.

    drive 020.JPG

    drive 023.JPG

     Pas encore d’énorme coup de cœur cinématographique mais une compétition qui révèle un niveau élevé et des premiers films de qualité…mais Deauville ce sont aussi les Premières à commencer par celle de « Drive » de Nicolas Winding Refn, prix de la mise en scène du dernier Festival de Cannes qui avait créé l’évènement sur la Croisette où je l’avais manqué. Drive est l'adaptation du livre éponyme écrit par James Sallis et c’est  le scénariste Hossein Amini qui a  transformé le roman en scénario. C’est l’histoire d’un jeune homme solitaire, "The Driver",  qui conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Il a pour « principe » de ne pas participer aux crimes de ses employeurs qu’en conduisant et de n’être jamais armé. Sa  route croise celle d’Irene et de son jeune fils, ses voisins, et il succombe rapidement au charme de l’un et l’autre, et réciproquement. Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal… Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…

    Cela commence sur les chapeaux de roue : une mise en scène époustouflante, flamboyante et crépusculaire, qui nous fait ressentir les sensations trépidantes, périlleuses et vertigineuses de ce chauffeur hors pair et  mutique, au sourire retenu, dans une ville de Los Angeles tentaculaire, éblouissante et menaçante. Mais « The Driver » porte un masque, au propre comme au figuré (symbolisme un peu simpliste) et derrière ce chauffeur mutique d’allure plutôt sympathique va se révéler un vengeur impitoyable pour protéger ceux qu’il « aime ». La violence psychologique s’annonce palpitante : pris dans un étau, il n’a d’autre solution que de commettre un méfait pour le mari d’Irène, pour sauver celle-ci … malheureusement ce qui dans la première partie s’annonçait comme un film à suspense se transforme en règlement de compte sanguinolent dans lequel l’intrigue devient inexistante et simple prétexte à une suite de scènes sanglantes, invraisemblables et vaines. Là où un cinéaste comme James Gray (qui lui aussi sublime une ville, en l’occurrence New York, traite de vengeance et d’amour, sans jamais mettre le scénario de côté, ou sans qu’un de ces aspects prennent le pas sur les autres), Nicolas Winding Refn se laisse entraîner par une sorte de fascination pour la violence (me rappelant ainsi la phrase de Coppola lors de sa master class samedi « Montrer la guerre c’est déjà faire l’éloge de la guerre »), montrant pourtant le temps d’un meurtre sur la plage qu’il savait très bien filmer la mort, avec une force prenante, sans que cela tourne à la boucherie ridicule. Ryan Gosling est époustouflant et derrière sa gueule d’ange dissimule une violence froide, il se transforme en un vengeur impitoyable qu’il est pourtant difficile de prendre en sympathie ou même en empathie. Dommage, cette bo remarquable alliée à des scènes plus calmes d’une beauté saisissante (face-à-face dans son appartement entre Irène et The Driver dans laquelle le temps est suspendu et dans laquelle les échanges évasifs de regards et les silences d’une douce sensualité en disent tellement). Nicolas Winding Refn a ravi le prix de la mise en scène à Pedro Almodovar à Cannes qui, à mon avis, l’aurait davantage mérité, ne serait-ce parce qu’il a brillamment raconté une histoire cruelle, terrible, effroyable où toute la finesse de la mise en scène réside justement dans ce qui n’est pas montré et qui n’en a que plus de force…

    Deauville, depuis 1995, c’est aussi et avant tout la compétition. Si les spectateurs sont moins nombreux sans doute déçus de l’absence de ceux qui étaient les incontournables de Deauville (stars et blockbusters même si le générique reste prestigieux cette année avec, comme toujours des mythes du cinéma américain, des grands cinéastes et les figures montantes du cinéma américian) , le festival continue de ravir les cinéphiles avec une compétition qui, chaque année, révèle de nouveaux talents, mais aussi une facette de l’Amérique, souvent plus sombre et réaliste. Pour ces différents aspects, cette édition ne devrait pas déroger à la règle, les quatre films de la compétition auxquels j’ai assisté pour l’instant, d’ailleurs tous des premiers films, ayant de nombreux points communs, à commencer par une qualité notable.

    Maclaine 006.JPG

    « Another happy day » de Sam Levinson –fils d’un certain Barry-  (avec Ellen Barkin, Ezra Miller, Kate Bosworth, Demi Moore, Thomas Haden Church, George Kennedy, Ellen Burstyn) est ainsi une comédie acide et parfois tendrement cruelle (tendrement parce que Sam Levinson porte un regard finalement plein de compréhension sur ses personnages sans toutefois les épargner) dans laquelle un mariage devient le révélateur des rancœurs et des fêlures des différents membres d’une famille.

    Maclaine 050.JPG

    Dans « En secret » (Circumstance) de Maryam Keshavarz, Atafeh et sa meilleure amie Shireen fréquentent les soirées branchées du Téhéran underground. Elles essaient de profiter au mieux de leur jeunesse quand Mehran, le frère et complice d’Atafeh, devient membre de la police des moeurs. Alors qu’il désapprouve sévèrement leur besoin de liberté, Mehran tombe amoureux de Shireen. Ses sentiments vont vite tourner à l’obsession et mettre à l’épreuve l’amitié des jeunes filles.

    Maclaine 001.JPG

     Dans « On the ice » d’Andrew Okpeaha MacLean, Qalli et Aivaaq, deux adolescents de la communauté Iñupiaq, mènent une vie sans histoire dans une petite ville isolée du nord de l’Alaska. Un matin tôt, ils décident de partir à la chasse aux phoques avec James, un de leurs amis. Une dispute éclate entre les trois garçons et se termine par la mort accidentelle de James. Liés par ce sombre secret, les deux adolescents inventent mensonges sur mensonges afin de ne pas éveiller les soupçons de leur communauté.

    Enfin dans « Yelling to the sky » de Victoria Mahoney, alors que son noyau familial se disloque, l’existence déjà instable de Sweetness O’Hara, une adolescente métisse de dix-sept ans, devient encore plus difficile le jour où elle est prise pour cible par des élèves violents de son lycée. Elle doit dorénavant trouver le meilleur moyen de se défendre et prendre sa vie en main, chez elle, comme à l’école, dans un quartier où sa survie semble incertaine.

    Si j’ai choisi de vous parler de ces quatre films en même temps, c’est parce que leurs ressemblances sont particulièrement frappantes, au-delà du fait qu’il s’agit de quatre premiers films. Quatre premiers films qui se déroulent pourtant dans des lieux très différents, voire opposés : Téhéran, l’Alaska, New York (Long Island), le Maryland. Dans ces quatre lieux, où les paysages et libertés sont pourtant si différents, on retrouve pourtant le même mal être adolescent, les mêmes personnages de mères désemparées, le même sentiment de réalité suffocante à laquelle ils cherchent des échappatoires périlleux et parfois illicites, le même besoin éperdu et rageur de liberté.

     Que cela soit traité avec un cynisme tantôt amer, tantôt tendre (« Another happy day »), avec une rigueur glaciale et non moins touchante (« On the ice »), avec une mise en scène parfois un peu trop clipesque (« En secret ») ou avec le souci de mettre en scène une réalité dans laquelle la violence est un engrenage implacable pour survivre (« Yelling to the sky »), ces adolescents en apparence si différents révèlent la même réalité étouffante, le même besoin d’ailleurs et d’appui familial, les mêmes personnages de mères broyées ou désemparées qui ont parfois renoncé.

    Maclaine 056.JPG

    Malheureusement, tous présentent aussi le même défaut : un dénouement assez expéditif (un changement d’attitude du père assez inexplicable dans « Yelling to the sky ») un scénario qui s’essouffle vers la fin comme si ces cinéastes s’adonnaient à ce dont ne cessent de rêver leurs personnages pendant toute la durée de leurs films : la fuite. Manière finalement peut-être plus consciente et habile qu’il n’y paraît de faire coïncider la forme et le fond. « Another happy day » a récolté l’accueil le plus chaleureux. Il faut dire que son réalisateur qui rêvait de venir en France, et amoureux du cinéma français (et cela se ressent, avec une pointe d’influence « Woodyallenienne » sans évidemment, arriver encore au même niveau de causticité), était particulièrement ému lorsqu’il a présenté le film devant les festivaliers sur la scène du CID. Sans doute, à 26 ans, a-t-il pas mal vécu (et souffert) pour éprouver et faire ressentir les tourments de cette famille presque aussi perturbée que celle du splendide « Melancholia » de Lars Von Trier (dans les deux cas, d’ailleurs le mariage en est le révèlateur). Dommage que « En secret » reste conventionnel, et pâtisse de films remarquables sur Téhéran qui l’ont précédé comme le film éponyme de Nader T.Homayoun (à voir absolument d’ailleurs).

    drive 012.JPG

    Quatre films à voir néanmoins, et je vous en reparlerai à l’occasion du palmarès.  Deauville ce sont bien sûr aussi les hommages. Si Ryan Gosling et Jessica Chastain, qui recevaient les trophées du Nouvel Hollywood dont Deauville inaugurait la première édition, ont malheureusement brillé par leur absence (même si Ryan Gosling a laissé un mot lu par Nicolas Winding Refn, très drôle, dont je mettrai ultérieurement la vidéo en ligne), Shirley MacLaine a en revanche fait une apparition remarqué et remarquable et un très beau discours dont vous pourrez retrouver la majeure partie ci-dessous, visiblement réellement heureuse de recevoir cette distinction consacrant sa longue carrière. C’est « Le tournant de la vie » (« The Turning point »), un film de 1977 de Herbert Ross qui a été projeté pour cet hommage dans lequel elle incarne une ancienne danseuse qui se retrouve confrontée à son passé et au fait d’avoir abandonné sa carrière pour fonder une famille. Un parfait complément au film de clôture (« The Artist ») sur l’orgueil ravageur, les douleurs indicibles, les bonheurs éclatants, l’ingratitude de la vie d’artiste.

    Je vous parlerai ultérieurement de « Bringing up Bobby », le premier film en tant que réalisatrice de l’actrice, Famke Janssen avec Milla Jovovich, Bill Pullman, qui dénote un univers tendre et fantaisiste particulièrement prometteur.

    Maclaine 013.JPG

    Maclaine 014.JPG

    Maclaine 015.JPG

     
  • Rencontre avec Francis Ford Coppola- 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    master class coppola 010.JPG

    master class coppola 001.JPG

    master class coppola 003.JPG

    master class coppola 014.JPG

    master class coppola 011.JPG

     

     

    L'évènement du jour (et du festival) à Deauville, c'était la rencontre avec Francis Ford Coppola organisée ce matin, dans la petite salle Lexington pour une poignée de chanceux cinéphiles. J'ai eu le plaisir d'y assister: 1H30 pour évoquer "Le Parrain", le cinéma français, sa fille Sofia, ses projets, Marlon Brando etc. Déjà pas mal pour un maître du cinéma sans doute très sollicité mais trop peu pour évoquer une telle carrière et entendre un passionné de cinéma, cinéphle et grand cinéaste partager son expérience et sa passion. Mieux qu'un résumé, je vous propose de retrouver mes vidéos (7 au total et seulement 3 pour l'instant mais les autres seront prochainement mises en ligne dans ce même article).

    Quelques phrases extraites de cettre rencontre en attendant que toutes mes vidéos soient mises en ligne...:

    "Les choses n'ont jamais été faciles. Les portes n'ont jamais été ouvertes pour moi".

    "La science-fiction est un genre qui m'est cher, j'ignore pourquoi je n'en ai pas fait".

    "J'étais un gamin solitaire. La combinaison d'être bon en technologie, avoir une bonne imaginaton, être celui que tout le monde ignorait de moi a fait de moi un réalisateur."

    "Je voulais être comme mon grand frère qui m'emmenait voir des films anglais, lisait Gide et Sartre,  et qui voulait être écrivain."

    "Quand le cinéma est libre, il peut donner des fruits superbes."

    "Quand vous filmez la guerre vous faîtes déjà l'éloge de la guerre et de la violence."

    "Ce qui compte c'est faire un cinéma indépendant et personnel".

    "La France peut s'enorgueillir d'être le pays de la cinéphilie à travers le monde."

    "Brando était conscient de l'importance qu'il avait pour les autres."

  • Ouverture du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville avec Francis Ford Coppola et « La couleur des sentiments »

    deauvilleouverture2011 016.JPG

    deauvilleouverture2011 013.JPG

    deauvilleouverture2011 017.JPG

    deauvilleouverture2011 009.JPG

    deauvilleouverture2011 006.JPG

    deauvilleouverture2011 029.JPG

    deauvilleouverture2011 025.JPG

    deauvilleouverture2011 010.JPG

    deauvilleouverture2011 033.JPG

    deauvilleouverture2011 032.JPG

    C’est sous un soleil radieux, presque irréel et/ou cinématographique, que s’est ouverte cette 37ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville qui a débuté par un sobre hommage au 11 septembre, dix ans après, à 9 jours près, avec deux lettres qui s’effondrent dans le silence rappelant la chute terrible et fracassante des tours jumelles. Sans doute chacun se souvient-il de cet instant où il a vu les deux tours tomber. Pour moi, c’était au retour du Festival du Cinéma Américain, encore plongée dans la douce euphorie du festival, regardant incrédule ces images plus improbables que celles de tous les films auxquels je venais d’assister pendant dix jours mais cruellement réelles, la réalité ayant décidément toujours et parfois effroyablement plus d’imagination que la fiction, même celle des plus inventifs des blockbusters.

    Place ensuite à la présentation des deux jurys (dont les membres étaient exceptionnellement déjà tous présents pour l'ouverture) et aux discours habituels : du Maire de Deauville, du dynamique ambassadeur des Etats-Unis et de Lionel Chouchan pour annoncer la venue de l’invité d’honneur de cette édition Francis Ford Coppola (et alors que l’arrivée impromptue de Bill Murray, en simple festivalier, a fait l’évènement ). Je ressens un frémissement d’émotion et de plaisir d’être là à nouveau, avec le même enthousiasme qu’il y a une dizaine d’années, la première fois que je découvrais cette somptueuse salle du CID et l’atmosphère électrique, électrisante même, d’un festival de cinéma. La salle se lève après quelques extraits des films du grand cinéaste, des images d’une force et d’une flamboyance fascinantes. Francis Ford Coppola reste sur scène un trop court instant pour, en Français, déclarer ouverte cette édition 2011 dont j’espère qu’elle sera aussi radieuse que cette première journée.

    Ensuite, c'est la projection duu film d’ouverture : « La couleur des sentiments » (« The Help ») de Tate Taylor, une évocation de la vie des domestiques et serviteurs afro-américains chez une riche famille dans le Mississippi d'avant la lutte pour les droits civils. Le deuxième long-métrage de Tate Taylor après « Pretty Ugly People ».  « The Help » est adapté du best seller de Kathryn Stockett. Un film particulièrement classique dans la forme dont le jeu (très théâtral au départ) m’a un peu dérangée…et puis magie deauvillaise et festivalière sans cesse renouvelée, je me suis laissée porter par l’émotion du film laissant au placard (ou à d’autres qui en usent et abusent) mon regard critique pour  profiter simplement de cette histoire pétrie de bons sentiments et d’un message simple et non moins efficace, classique, dont les hommes sont quasiment absents ou en tout cas très velléitaires pour laisser la place à de beaux personnages féminins. Et puis comment ne pas abandonner toute objectivité devant un film qui glorifie ainsi le pouvoir salvateur et de conviction des mots…

     Je vous laisse avec les images de cette ouverture pour partir pour la master class de Francis Ford Coppola (à 12H45, au CID) que je ne manquerai pas de vous raconter en détails ici… Et vous pouvez toujours me suivre en direct sur http://twitter.com/moodfdeauville et http://facebook.com/inthemoodfordeauville .

    Et un grand merci à l'équipe Moët et Chandon pour son très sympathique accueil...

    deauvilleouverture2011 002.JPG

    deauvilleouverture2011 004.JPG

    deauvilleouverture2011 001.JPG