Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Festival Lumière de Lyon - Remise du prix Lumière à Gérard Depardieu et projection de "La femme d'à côté" - Critique

    lumiere6.jpg

    Cette année, j'aurai le plaisir de vous parler de ce festival en direct (retrouvez mes articles sur la programmation, ici) puisque je ferai partie des intervenants dans deux débats (je vous en reparlerai). Le 8 octobre, à 20H, sera remis le prix Lumière, à Gérard Depardieu, à l'Amphithéâtre du Centre de Congrès. A cette occasion sera projetée "La femme d'à côté"de François Truffaut, en présence de Gérard Depardieu, Fanny Ardant, Bertrand Tavernier et des personnalités invitées du festival. Les places sont en vente depuis ce midi. Rendez-vous sur le site officiel pour réserver votre place: http://www.festival-lumiere.org .

    Critique de "La Femme d'à côté" de François Truffaut

    femmedacote.jpg

     

    Bernard Coudray (Gérard Depardieu) et Mathilde Bauchard (Fanny Ardant) se sont connus et aimés follement, passionnément, douloureusement, et séparés violemment, sept ans plus tôt. L’ironie tragique du destin va les remettre en présence lorsque le mari de Mathilde, Philippe Bauchard (Henri Garcin), qu’elle a récemment épousé, lui fait la surprise d’acheter une maison dans un hameau isolé, non loin de Grenoble, dans la maison voisine de celle qu’occupent Bernard, son épouse Arlette (Michèle Baumgartner), et leur jeune fils. (Une fenêtre sur cour que l’admirateur et grand connaisseur d’Hitchcock qu’était Truffaut n’a d’ailleurs certainement pas choisie innocemment.) Bernard et Mathilde taisent leur  passé commun à leurs époux respectifs et vont bientôt renouer avec leur ancienne passion.

    A mon sens,  personne d’autre que Truffaut n’a su aussi bien transcrire les ravages de la passion, sa cruauté sublime et sa beauté douloureuse, cette « joie » et cette « souffrance » entremêlées. Si : dans un autre domaine, Balzac peut-être, dont Truffaut s’est d’ailleurs inspiré, notamment pour « Baisers volés » (« Le Lys dans la vallée ») ou « La Peau douce » (Pierre Lachenay y donne ainsi une conférence sur Balzac). L’amour chez Truffaut est en effet presque toujours destructeur et fatal.

    La femme d’à côté est cette étrange étrangère au prénom d’héroïne de Stendhal, magnifiquement incarnée par la classe, l’élégance, le mystère, la voix ensorcelante et inimitable de Fanny Ardant, ici impétueuse et fragile, incandescente, ardente Fanny.

    Truffaut dira ainsi : "J'ai volontairement gardé les conjoints à l'arrière-plan, choisissant d'avantager un personnage de confidente qui lance l'histoire et lui donne sa conclusion : "Ni avec toi, ni sans toi ".  De quoi s'agit-il dans la "La Femme d'à côté" ? D'amour et, bien entendu, d'amour contrarié sans quoi il n'y aurait pas d'histoire. L'obstacle, ici, entre les deux amants, ce n'est pas le poids de la société, ce n'est pas la présence d'autrui, ce n'est pas non plus la disparité des deux tempéraments mais bien au contraire leurs ressemblances. Ils sont encore tous deux dans l'exaltation du "tout ou rien" qui les a déjà séparés huit ans plus tôt. Lorsque le hasard du voisinage les remet en présence, dans un premier temps Mathilde se montre raisonnable, tandis que Bernard ne parvient pas à l'être. Puis la situation, comme le cylindre de verre d'un sablier, se renverse et c'est le drame."

    Le rapport entre les deux  va en effet se renverser à deux reprises. Bernard va peu à peu se laisser emporter par la passion, à en perdre ses repères sociaux, professionnels et familiaux, à en perdre même la raison, toute notion de convenance sociale alors bien dérisoire. Le tourbillon vertigineux de la passion, leurs caractères exaltés, leurs sentiments dans lesquels amour et haine s’entremêlent, se confondent et s’entrechoquent vont rendre le dénouement fatal inévitable.  Chaque geste, chaque regard, chaque parole qu’ils échangent sont ainsi empreints de douceur et de douleur, de joie et de souffrance, de sensualité et de violence.

    Truffaut y démontre une nouvelle fois une grande maîtrise scénaristique et de mise en scène. Après « Le Dernier Métro » , la fresque sur l’Occupation avec ses nombreux personnages, il a choisi ce film plus intimiste au centre duquel se situe un couple, sans pour autant négliger les personnages secondaires, au premier rang desquels Madame Jouve (Véronique Silver), la narratrice, sorte de double de Mathilde, dont le corps comme celui de Mathilde porte les stigmates d’une passion destructrice. Elle donne un ton apparemment neutre au récit, en retrait, narrant comme un fait divers cette histoire qui se déroule dans une ville comme il y en a tant, entre deux personnes aux existences en apparence banales, loin de la grandiloquence d’Adèle.H, mais qui n’ en a alors que plus d’impact, de même que ces plans séquences dans lesquels le tragique se révèle d’autant plus dans leur caractère apparemment anodin et aérien. A l’image des deux personnages, la sagesse de la mise en scène dissimule la folie fiévreuse de la passion, et ce qui aurait pu être un vaudeville se révèle une chronique sensible d’une passion fatale. D’ailleurs, ici les portes ne claquent pas: elles résonnent dans la nuit comme un appel à l’aide, à l’amour et à la mort.

     Deux personnages inoubliables, troublants et attachants, interprétés par deux acteurs magnifiques. Truffaut aurait songé à eux pour incarner cette histoire, en les voyant côte-à-côte lors du dîner après les César lors desquels  « Le Dernier Métro » avait été largement récompensé.

    Il fallait un talent démesuré pour raconter avec autant de simplicité cette histoire d’amour fou, de passion dévastatrice, qui nous emporte dans sa fièvre, son vertige étourdissant et bouleversant, comme elle emporte toute notion d'ordre social et la raison de ses protagonistes. Un film qui a la simplicité bouleversante d’une chanson d’amour, de ces chansons qui « plus elles sont bêtes plus, elles disent la vérité ».

    Ce film sorti le 30 septembre 1981 est l’avant-dernier de Truffaut, juste avant « Vivement Dimanche » dans lequel Fanny Ardant aura également le rôle féminin principal.

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2011 Pin it! 0 commentaire
  • Les nouvelles dates du 65ème Festival de Cannes (2012) : du 16 au 27 Mai 2012

    cannespremier.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 65ème Festival de Cannes aura finalement lieu du 16 au 27 Mai 2012, soit un peu plus tard qu'initialement annoncé (du 9 au 20 mai), pour cause d'élections présidentielles.

    Vous pourrez bien sûr le suivre comme chaque année en direct sur mes différents blogs, évidemment sur http://www.inthemoodforcannes.com avec, tout au long de l'année, la publication des différentes informations concernant le festival que vous pourrez suivre en direct du 16 au 27 mai, mais aussi sur la page Facebook dédiée d'Inthemoodforcannes.com (http://Facebook.com/inthemoodforcannes ) et sur son compte twitter dédié (http://twitter.com/moodforcannes ) que je vous invite à rejoindre dès maintenant.

     Vous pourrez également suivre le festival en direct sur mon blog quotidien principal inthemoodforcinema.com .

     
    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2012 Pin it! 0 commentaire
  • Concours - Festival du Film Britannique de Dinard 2011 - 10 places et 10 affiches prestige à gagner

    dinard2011.jpg

    Je vous parle chaque année de ce festival auquel je suis fidèle depuis ma participation à son jury, en 1999, une belle expérience que j'ai raconté dans le livre des 20 ans du festival. Retrouvez  mon texte publié dans "Flashback", le livre des 20 ans du festival en cliquant ici.  Un festival qui sait concilier convivialité et sélection de qualité, et que je vous recommande vivement. Vous pourrez en retrouver la programmation et le jury, en cliquant ici.   (Nous venons d'apprendre que Jacqueline Bisset complèterait le jury). Cette édition 2011 aura lieu du 5 au 9 octobre.

    Les plus rapides remporteront les deux premiers lots et les suivants les affiches. Même si vous n'avez pas toutes les réponses, tentez quand même votre chance. Les personnes ayant le plus de bonnes réponses remporteront les lots.

    1er lot: 5 entrées et une affiche prestige du festival

    2ème lot: 5 entrées et une affiche prestige du festival

    8 lots suivants: une affiche prestige du festival. Attention: les affiches seront à retirer sur place donc assurez-vous de pouvoir le faire.

    Pour faire partie des lauréats, vous avez jusqu'au 28 septembre pour répondre aux 10 questions suivantes. Les réponses ont toute un lien avec cette édition 2011 du festival et/ou avec le cinéma britannique et/ou avec Dinard. Envoyez vos réponses à inthemoodforcinema@gmail.com avec pour intitulé de votre email "Concours Dinard". Seuls les gagnants seront contactés. Les lots seront à retirer sur place.

    1. De quel film est extraite l'image suivante? Quel est le rapport avec l'édition 2011 du festival?

    dinardconcours1.jpg

    2. En quelle année le film dont est extraite l'image suivante était-il en compétition à Dinard?

    dinardconcours2.jpg

    3. De l'affiche de quelle édition du festival est extraite l'image ci-dessous?

    dinardconcours3.jpg

    4. Quel grand cinéaste a réalisé ce film, découvert l'année où je figurais dans le jury du festival?

    dinardconcours4.jpg

    5. De quel film s'agit-il? Quelle est sa particularité?

    dinardconcours5.jpg

    6. De l'affiche de quel film britannique est extraite cette image?

    dinardconcours6.jpg

    7. De quel film est extraite cette image?

    dinardconcours7.jpg

    8. Quel est le titre de ce film et son rapport avec l'édition 2011 du festival?

    dinardconcours8.jpg

    9. Quel film a obtenu le tout premier Hitchcock d'or de l'histoire du Festival?

    10. Citez le titre d'un film tourné à Dinard.

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX, FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD 2011 Pin it! 0 commentaire
  • Palmarès du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville : photos et vidéos de la clôture

    deauville2011dernier 050.JPG

    Je sais: mon compte rendu tarde un peu à venir mais de nombreux évènements arriveront prochainement sur mes différents blogs et je préfère donc prendre le temps (qui me manque actuellement) pour l'écrire et le publier dans ces prochains jours. Pour vous faire patienter, je vous propose donc de retrouver, ci-dessous, le palmarès en photos et vidéos (dont la vidéo de l'émouvante chanson sur New York et le 11 septembre de Tony Kaye, à ne pas manquer) avant de vous donner bientôt mon avis sur celui-ci, sur cette compétition, et sur l'ensemble de cette édition 2011.

    PRIX DE LA CRITIQUE INTERNATIONALE : "DETACHMENT" de TONY KAYE

    deauville2011dernier 028.JPG

    PRIX DE LA REVELATION CARTIER : "DETACHMENT" de TONY KAYE

    deauville2011dernier 035.JPG

     

    PRIX DU JURY : "THE DYNAMITER"  MATTHEW GORDO

     

    deauville2011dernier 044.JPG

    deauville2011dernier 045.JPG

    deauville2011dernier 047.JPG

    deauville2011dernier 055.JPG

    GRAND PRIX : "TAKE SHELTER" JEFF NICHOLS

     

    La cérémonie du palmarès a été suivie de la projection de "The Artist" de Michel Hazananicius. Retrouvez ma critique du film en cliquant ici.

    deauville2011dernier 059.JPG

    deauville2011dernier 058.JPG

     
    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2011 Pin it! 0 commentaire