Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Bande-annonce de "Somewhere", le prochain film de de Sofia Coppola

    somewhere.jpgVoici la bande-annonce de "Somewhere" le quatrième long-métrage de Sofia Coppola avec Elle Fanning et Stephen Dorff.

    Stephen Dorff est ici une star de cinéma installée à Chateau-Marmont, luxueux hôtel de Los Angeles. Alors que son mode de vie l'a totalement déconnecté de la réalité, il voit arriver sa fille de 11 ans, Cléo (Elle Fanning).

    Remarque : Dans la bande-annonce vous pourrez  notamment entendre « Love like a sunset pt.2 » de Phoenix et « I'll try anything once », une version demo de « You only live once », une chanson des Strokes (groupe déjà présent sur la bande originale de Marie-Antoinette).

    La date de sortie de « Somewhere » n’est pas encore connue.

     Et juste pour le plaisir, voici les BA des précédents films de Sofia Coopola:

     

     

  • « Les meilleurs amis du monde » de Julien Rambaldi : l’éloge de la médiocrité

     

    amis.jpg

    J'avais quelque peu déserté les salles obscures depuis Cannes comme vous l'aurez peut-être remarqué. Comme là où je me trouve actuellement l'offre cinématographique est plutôt restreinte, c'est vers « Les meilleurs amis du monde » que mon choix par défaut s'est porté.

    Mathilde (Léa Drucker) et Jean-Claude (Pierre-François Martin-Laval) et leur fils sont invités à passer le week end dans la nouvelle maison de leurs meilleurs amis Lucie (Pascale Arbillot) et Max (Marc Lavoine) et leur fils. Suite à une erreur de manipulation de téléphone, Mathilde et Jean-Claude découvrent ce que leurs amis pensent réellement d'eux et vont leur faire payer.

    « Les meilleurs amis du monde » est le premier long métrage de Julien Rambaldi, adapté d'une pièce de théâtre « J'aime beaucoup ce que vous faites » écrite par Carole Greep.  Etrange sujet pour un premier film que cette variation cynique (et pour moi sinistre) sur l'amitié. Les personnages sont soit imbuvables,  méprisants et méprisables, soit lâches et on ne comprend pas très bien comment une amitié a pu se nouer auparavant entre ces deux couples que tout sépare.

    Sans doute était-ce censé être drôle mais je n'ai pas ri une seule fois tant les personnages sont caricaturaux et stupides, les situations surjouées, les lieux communs accumulés, le tout assaisonné d'une psychologie de comptoir : si Max se montre aussi sûr de lui et odieux c'est pour cacher ses faiblesses et ses doutes...

    C'est finalement quand il prend le chemin du burlesque ou de la cruauté que le film devient plus intéressant mais il ne semble assumer ni l'un ni l'autre et se termine tel une série d'AB production en célébrant tout ce que tout le film s'est acharné à détruite : l'amitié . Le film s'achève en nous laissant le goût amer de son étrange morale : l'éloge de la médiocrité.  Quant à mêler rire et larmes il faut s'appeler Chaplin pour savoir jouer  de cette délicate partition et nous en sommes ici très loin...

     Marc Lavoine se voit affligé d'une moustache à la Hercule Poirot, Pascale Arbillot d'une perruque de Playmobil, pourtant aucun des acteurs ne démérite ni n'économise ses efforts, nous sauvant de l'ennui. Léa Drucker est toujours aussi incroyablement juste.

     Une scène de dîner qui se veut incisive est complètement ratée tant elle était attendue et prévisible. Revoyez plutôt le film ci-dessous dont les auteurs (Jaoui, Bacri, Klapisch) savent toujours rendre touchantes les faiblesses de leurs personnages.

     

    Suivez également les autres blogs in the mood: In the mood for Cannes, In the mood for Deauville et In the mood for luxe.

  • La fête du cinéma 2010 : du 26 juin au 2 juillet

    fête.jpg

    Notez-le d'ores et déjà dans vos agendas: la fête du cinéma 2010 dont ce sera cette année la 26ème édition aura lieudu 26 juin au 2 juillet 2010. Désormais étendue à 7 jours et à cheval sur 2 semaines cinématographiques, elle permet ainsi de faire le plein de cinéma, partout en France!

    Le principe reste le même: pour l'achat d'une place au tarif en vigueur de la séance, une carte Fête du Cinéma est remise au spectateur. Grâce à celle-ci il peut accéder à toutes les séances suivantes au tarif de 3 euros la séance.

    Comme chaque année, la fête du cinéma permet d'engranger un grand nombre d'entrées en raison de la présence à l'affiche de blockbusters américains comme cette année :" Sex and the City 2" (2 juin), "L'Agence tous risques" (16 juin), "Kiss & Kill" (23 juin), "Top Cops" (23 juin), "Trop belle" (23 juin) ou encore "Shrek 4, il était une fin" (30 juin).

    Le cinéma français essaiera quant à lui de se défendre avec toujours "Les Meilleurs amis du monde" (9 juin), "Les Mains en l'air" de Romain Goupil (9 juin) mais aussi "Bébés" (16 juin), "Fatal" (16 juin), "L'Illusionniste" (16 juin) (sur un scénario de Tati) et "Tournée "de Mathieu Amalric (30 juin), Prix de la mise en scène au dernier Festival de  Cannes que je vous recommande vivement.

    Egalement à l'affiche: " Année bissextile" (16 juin) de Michael Rowe, "Baaria" de Giuseppe Tornatore (16 juin), "Eyes of War" de Danis Tanovic (16 juin) ainsi que "Dog Pound" de Kim Chapiron (23 juin).

    Pour en savoir plus: le site officiel de la fête du cinéma

  • "Pépé le Moko" de Julien Duvivier sur Orange ciné géants ce soir à 20H40 : critique du film

    pépé.jpg
    pépé2.jpg

    Pépé le Moko : l’exotisme illusoire

     Avec La Bandera (1935), Pépé Le Moko (1936) est certainement le film le plus marquant de Duvivier. Si le cadre des deux films est différent(Montmartre pour le premier, la casbah d’Alger pour le second), la fatalité s’abat identiquement sur les personnages de ces deux films. Dans Pépé le Moko (1937) il s’agit d’un gangster, chef d’une bande de malfaiteurs (Gabin) réfugié dans le dédale protecteur de la casbah d’Alger. Cerné par la police de la ville, il ne peut en effet sortir de cette prison symbolique. Un policier, Slimane (Lucas Gridoux) profite de la liaison amoureuse entre Pépé et Gaby(Mireille Balin), une jeune parisienne, pour monter un stratagème afin de le faire sortir de son repaire et de le capturer plus facilement. Alors que Pépé rejoint sur le port d’Alger la jeune femme qui embarque pour la France, il y est arrêté et se suicide en regardant le bateau partir sans que celle-ci ne l’ait vu. Le médiocre récit policier du « Détective Ashelbé »(pseudonyme de Henri La Barthe) dont est tiré le film devient donc un noir mélodrame colonial.

    Si le film a été pratiquement entièrement tourné en studio à l’exception de quelques scènes dans la casbah d’Alger, le dédale de ruelles, et l’atmosphère en sont parfaitement crédibles…le caractère illusoire de l’exotisme ne résulte donc pas de lacunes dans la réalisation mais bel et bien du ton du film et des dialogues de Jeanson qui ne cessent de rappeler un « ailleurs ». Alors qu’Alger devrait ici symboliser l’exotisme, cet ailleurs c’est en réalité « une prison » dont les personnages ne rêvent que de s’évader, l’exotisme étant ici symbolisé par Paris. Alger est en effet décrite comme : « Un maquis, profond comme une forêt, grouillant comme une fourmilière, un vaste escalier dont chaque terrasse est une marche et qui descend vers la mer. Entre ces marches des ruelles tortueuses et sombres, des ruelles en forme de guet-apens, des ruelles qui se croisent, qui se chevauchent(…)dans un fouillis de labyrinthes(…), des cafés obscurs bondés à toute heure. » Si la casbah protège Pépé elle est donc aussi sa prison. Si au début du film le narrateur évoque en effet « une mer colorée, vivante, multiple, brûlante », le contraste en sera d’autant plus saisissant avec l’enfermement de Pépé le Moko et de ses acolytes. Le cadre ensoleillé et extérieur semble en effet être à l’opposé de celui des films du réalisme poétique : décor de brume, de pavés mouillés ou scènes d’intérieurs sinistres. L’impression d’enfermement connu par Pépé dans ce cadre a priori idyllique en sera donc encore exacerbée. Le thème de la prison est en effet omniprésent. Pépé avec sa gouaille inimitable dit ainsi à Gaby : « avec toi, je m’évade » ou à la fin à Ines, sa « compagne » : « tu lui diras que je me suis évadé. » Il ne cesse de rêver de Paris dont Gaby symbolise la nostalgie et même « du parfum du métro », qu’il évoque lors d’une scène mythique avec Gaby où tous deux alors à la Casbah s’envolent ensemble et en dialogues vers le Paris de leurs souvenirs : « Tu sens bon, tu sens le métro. En première… ». Malgré son cadre qui aurait pu être enchanteur émane du film une poésie sombre, une sorte de nostalgie à l’image de cette scène où Fréhel écoute sa propre voix d’ancienne chanteuse et fredonne sur cette voix, les larmes aux yeux : « Où sont-ils donc mes amis, mes copains. Où sont-ils donc nos vieux bals musettes, leurs javas au son de l’accordéon ». Les protagonistes ne sont donc pas les seuls à être emprisonnés, que ce soit Gaby avec son « mari » ou Pépé dans la Casbah ou encore Fréhel qui dit ainsi : « Quand j’ai trop le cafard, je change d’époque .» Le Front Populaire appartient ici à un lieu rêvé « où sont-ils tous nos bals musettes », comme son euphorie appartiendra bientôt à un passé révolu. Tous semblent rêver d’un ailleurs, ou d’une autre époque comme si ce cadre idyllique était imprégnée de la menace qui gronde dans la réalité et qui encercle peu à peu la France comme la police enferme les personnages dans la Casbah. Outre le portrait caustique des membres de la bande à Pépé le Moko et outre les répliques pittoresques signées Jeanson, la fin dramatique du film contribua beaucoup à sa célébrité. L’ailleurs, le changement, l’évasion n’étaient qu’une utopie et en se suicidant sur les grilles du port, enfermé jusqu’au bout Pépé regarde le bateau partir comme le passé joyeux semble s’éloigner pour entrer dans les heures sombres de l’Histoire.« Pépé Le Moko, c’est l’installation officielle ,dans le cinéma français d’avant guerre , du romantisme des êtres en marge , de la mythologie de l’échec .C’est de la poésie populiste à fleur de peau :mauvais garçons ,filles de joie ,alcool , cafard et fleur bleue » estima Jacques Siclier. Pépé Le Moko fut en effet unanimement salué par la critique.

  • Palmarès du Festival du Film de Cabourg 2010

    Hier soir, le 24ème Festival du Film de Cabourg a décerné son palmarès :

     

    Grand Prix du Festival de Cabourg 2010

    Ex æcquo

    Air Doll de Hirokazu Kore-eda

     

    airdoll.jpg

    Ce que je veux de plus de Silvio Soldini

                     

    Prix de la Jeunesse 2010

    Yo, También de Álvaro Pastor et Antonio Naharro 

    yo.jpg

    Prix du public 2010

    Le nom des gens de Michel Leclerc

    nom.jpg

    Coup de foudre 2010

    Christophe Lambert dans

    La Disparue de Deauville de Sophie Marceau

    L'Homme de chevet d'Alain Monne (cliquez ici pour lire ma critique du film)

    cgevet.jpg

    White Material de Claire Denis 

    Swann d'Or de la meilleure actrice 2010

    Marina Hands

    dans Ensemble, nous allons vivre une très très grande histoire d'amour de Pascal Thomas

     

    ensemble7.jpg

    Swann d'Or du meilleur acteur 2010

    Eric Elmosnino

    dans Gainsbourg (Vie héroïque) de Joann Sfar (Cliquez ici pour lire ma critique du film)

    gainsbourg.jpg 

    Swann d'Or de la meilleure réalisatrice 2010

    Julie Delpy pour La Comtesse 

     

    comtesse.jpg

    Swann d'or de la comédie romantique 2010

    L'Arnacœur de Pascal Chaumeil (Cliquez ici pour lire ma critique du film)

    arnacoeur2.jpg 

    Swann d'Or des révélations du cinéma en 2010

    Révélation féminine : Leila Bekhti

    dans Tout ce qui brille de Géraldine Nakache et Hervé Mimran (Cliquez ici pour lire ma critique du film )

    brille.jpg

    Révélation masculine : Vincent Rottiers

     dans Qu'un seul tienne et les autres suivront de Léa Fehner 

    seul.jpg

    Section Courts Métrages 2010

    Meilleur Réalisateur : Amal Kateb pour On ne mourra pas

    mourra.jpg

    Meilleure Actrice : Yelle pour Une pute et un poussin de Clément Michel

    poussin.jpg

    Meilleur Acteur :  Joseph Malerba pour Le Cygne de Emma Perret

    cygne.jpg

     

  • Palmarès du 34ème Festival International du Film d'Animation d'Annecy 2010

    Longs métrages

    Jury longs métrages

    Manuela Schöbel-Lumb, Ari Folman, Tim Rice

    Le Cristal du long métrage
    Fantastic Mr. Fox
    Fantastic Mr. Fox

    Wes Anderson
    États-Unis
    TWENTIETH CENTURY FOX

    Mention spéciale
    Kerity la Maison des contes / Eleanor's Secret
    Kerity la Maison des contes
    Eleanor's Secret

    Dominique Monféry
    France, Italie
    GAUMONT-ALPHANIM, LA FABRIQUE PRODUCTION, LANTERNA MAGICA SRL

    Prix du public
    Fantastic Mr. Fox
    Fantastic Mr. Fox

    Wes Anderson
    États-Unis
    TWENTIETH CENTURY FOX

     

    Courts métrages

    Jury courts métrages

    Sayoko Kinoshita, Patrice Leconte, John Musker 

    Le Cristal d'Annecy
    The Lost Thing
    The Lost Thing

    Andrew Ruhemann, Shaun Tan
    Australie, Grande-Bretagne
    PASSION PICTURES AUSTRALIA PTY, LTD.

     

    Prix spécial du jury
    Sinna mann / Angry Man
    Sinna mann
    Angry Man

    Anita Killi
    Norvège
    TROLLFILM AS

     

    Prix "Jean-Luc Xiberras" de la première œuvre
    Jean-François
    Jean-François

    Tom Haugomat, Bruno Mangyoku
    France
    CUBE CREATIVE PRODUCTIONS 

     

     

    Mention spéciale ex æquo
    Les Journaux de Lipsett / Lipsett's Diaries
    Les Journaux de Lipsett
    Lipsett's Diaries

    Theodore Ushev
    Canada
    ONF

     

    Mention spéciale ex æquo
    Don't Go
    Don't Go

    Turgut Akacik
    Turquie
    ANIMA STUDIOS ISTANBUL 

    Prix Sacem de la musique originale
    Love & Theft
    Love & Theft

    Andreas Hykade
    Allemagne
    STUDIO FILM BILDER GMBH

     

    Prix du public
    Sinna mann
    Sinna mann
    Angry Man

    Anita Killi
    Norvège
    TROLLFILM AS

     

    Films de télévision et de commande 

    Jury films de télévision et de commande

    Françoise Guyonnet, Peter Debruge, Max Howard 

    Films de télévision 

    Le Cristal pour une production TV
    Der Kleine und das Biest
    Der Kleine und das Biest
    Le Petit Garçon et le Monstre
    The Little Boy and the Beast

    Johannes Weiland, Uwe Heidschötter
    Allemagne
    STUDIO SOI GMBH & CO. KG FILMPRODUKTION

    Prix spécial pour une série TV
    Dragons et Princesses ''Le garçon qui ne mentait jamais''
    Dragons et Princesses "Le garçon qui ne mentait jamais"

    Michel Ocelot
    France
    NORD-OUEST FILMS, STUDIO O, CANAL+ SA

    Prix pour un spécial TV
    The Gruffalo
    The Gruffalo

    Jakob Schuh, Max Lang
    Grande-Bretagne
    MAGIC LIGHT PICTURES

    Films de commande 

    Prix du film éducatif, scientifique ou d'entreprise
    Giallo a Milano
    Giallo a Milano

    Sergio Basso
    Italie
    LA SARRAZ PICTURES SRL 

    Prix du film publicitaire ou promotionnel
    Harmonix ''The Beatles: Rock Band''
    Harmonix "The Beatles: Rock Band"

    Pete Candeland
    Grande-Bretagne, États-Unis
    PASSION PICTURES 

    Prix du meilleur vidéoclip
    Sour ''Hibi No Neiro''
    Sour "Hibi No Neiro"
    Sour "Tone of Everyday"

    Masashi Kawamura, Hal Kirkland, Magico Nakamura, Masayoshi Nakamura
    Japon

     

    Films de fin d'études 

    Jury films de fin d'études

    Peter de Sève, Nick Park, Juan Pablo Zaramella 

    Prix du meilleur film de fin d'études
    The Lighthouse Keeper
    The Lighthouse Keeper

    David François, Rony Hotin, Jérémie Moreau, Baptiste Rogron, Gaëlle Thierry, Maïlys Vallade
    France
    GOBELINS, L'ÉCOLE DE L'IMAGE

     

    Prix spécial du jury
    Sauvage
    Sauvage

    Paul Cabon
    France
    LA POUDRIÈRE, ÉCOLE DU FILM D'ANIMATION 

    Mention spéciale
    Lebensader
    Lebensader

    Angela Steffen
    Allemagne
    FILMAKADEMIE BADEN-WÜRTTEMBERG

     

    Autres prix

    Jury junior courts métrages

    Camille Degeorges, Cheiick Abdoulaye Guem, Adja Ratoussian Ramata Ouedraogo, William Serviant

    Prix du jury junior pour un court métrage
    Don't Go
    Don't Go

    Turgut Akacik
    Turquie
    ANIMA STUDIOS ISTANBUL 

    Jury junior films de fin d'études

    Martin Duvernoy, Valentin Hattu, Melaine Marie Pascal Koudougou, Damase Wendlassida Ouedraogo

    Prix du jury junior pour un film de fin d'études
    Kungfu Bunny 3 – Counterattack
    Kungfu Bunny 3 – Counterattack

    Zhiyong Li
    Chine
    COMMUNICATION UNIVERSITY OF CHINA

    Prix Unicef
    Sinna mann
    Sinna mann
    Angry Man

    Anita Killi
    Norway
    TROLLFILM AS 

    Jury Fipresci

    Johannes Bensmann-Wolters, Grégory Cavinato, Francis Gavelle

    Prix Fipresci
    Fröken Märkvärdig & Karriären / Mademoiselle Remarquable et sa carrière / Miss Remarkable & Her Career
    Fröken Märkvärdig & Karriären
    Mademoiselle Remarquable et sa carrière
    Miss Remarkable & Her Career

    Joanna Rubin Dranger
    Suède, Irlande, Danemark
    LISBET GABRIELSSON FILM AB, BULLITTFILM, A MAN & INK LTD.

     

    Jury Annecy 2010 YouTube

    Joanna Quinn, Arthur de Pins, David Silverman

     

    Prix Annecy 2010 YouTube
    POP
    POP

    Bernard Derriman
    Australie

     

    Prix "CANAL+ aide à la création" pour un court métrage
    Je te pardonne / I Forgive You
    Je te pardonne
    I Forgive You

    Pierre Mousquet, Jérôme Cauwe
    Belgique
    ADIFAC