Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avant-première – Critique de « Sex and the city 2 » de Michael Patrick King avec Sarah Jessica Parker…

city.jpg

Ayant vu tout au plus 4 épisodes de la série et n'ayant pas vu le premier opus cinématographique, après 12 jours de séjours cannois aussi agréables et légers que la sélection était empreinte de noirceur, j'ai donc répondu avec plaisir à l'invitation de la Warner pour voir ce film en avant-première en espérant qu'il serait aussi pétillant qu'une goutte de champagne sur une plage cannoise.

Carrie (Sarah Jessica Parker), Samantha  (Kim Catrall) , Charlotte (Kristin Davis), Miranda (Cynthia Nixon)...sont quatre amies inséparables, toutes quatre amoureuses de la vie et new yorkaises glamour et sophistiquées unies par le désir de savourer tous les plaisirs de Big Apple. Après toutes ces années passées, elles attendent davantage de l'existence et commencent à s'interroger sur leurs choix, leur présent, leur avenir, leurs compagnons. Autant de questionnements qui nécessitent du recul pour être résolus et qui les incitent à partir pour quelques semaines à l'autre bout du monde...aux Emirats Arabes Unis.

Mariage spectaculaire, soirée hollywoodienne, décor exotique (Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis mais en réalité le Maroc et Marrakech), hôtels et appartements de rêve, scène de karaoké endiablée, tenues chics et/ou extravagantes et/ou de mauvais goût, dénouement « tout est bien qui finit bien » : tout est réuni pour faire de ce film un pur moment d'évasion très loin de la crise et de ses atermoiements. Certains s'offusqueront sans doute de cette débauche de luxe et de moyens. J'avoue n'avoir pas vu passer les 2H15 que dure le film et malgré l'absence de réelle intrigue l'objectif était donc pleinement rempli. La construction est beaucoup plus proche de celle d'une série que d'un long-métrage de cinéma mais cela ne nous empêche pas de suivre avec plaisir leurs dialogues et saynètes rythmés.

Pour ne pas totalement dépayser l'habitué de la série, la première partie se déroule donc à New York avant que les 4 amies n'embarquent pour les Emirats Arabes Unis avec leurs « soucis » dans leurs bagages : Miranda brimée par son patron vient de quitter son travail, Charlotte soupçonne son mari d'avoir une liaison avec son indispensable nounou, Samantha est tourmentée par ses hormones et la ménopause, Carrie se demande comment garder l'étincelle dans son couple...

Si le film s'amuse (avec plus ou moins de bon goût) du décalage culturel entre nos 4 New-Yorkaises libérées et la société plus conservatrice d'Abu Dhabi, le politiquement correct est toujours de mise contrairement à un titre qui se veut plus subversif. Certes le personnage de Samantha n'a pas froid aux yeux ni ailleurs mais pour le reste la morale judéo-chrétienne et le modèle familial américain sont loués et respectés : la femme qui trompe son mari le lui avoue, celle qui croit que son mari la trompe se fait des idées et il est fort probable que Carrie ne résistera pas très longtemps au modèle couple avec enfants dans lequel la société souhaite l'inscrire.

Nos quatre héroïnes sont finalement plus conventionnelles qu'il n'y paraît et tout est fait pour que l'identification fonctionne. Qui n'a jamais été brimé par un employeur ? Qui n'a jamais été partagé entre le désir de couple et le désir d'indépendance ? etcLe film a pourtant été jugé « politiquement incorrect » et  « antimusulman ». Si certaines remarques peuvent paraître condescendantes, il joue pourtant autant sur les clichés de la femme américaine que de la femme musulmane, et semble les assumer.

 Même si « Sex and the city 2 » ne fait pas toujours dans la subtilité, il reste un divertissement frais, léger et dépaysant idéal pour un début d'été... et un excellent spot publicitaire pour marques de luxe de cette marque qu'on « adoooorrre » à cette marque de montres que, selon un publicitaire français, il faut avoir avant cinquante ans pour avoir réussi sa vie...

Sortie en salles : le 2 juin 2010         

Commentaires

  • N'ayant vu aucun épisode de la série et pas non plus le numéro 1 au cinéma, je ne m'attarde pas ici ! Je crois que je fais une allergie au visage de SJP. En fait, elle me fait peur, comme les trois autres d'ailleurs ! c'est rare, mais ça arrive. C'est dingue l'affiche, elle a flingué les 3 autres ?

  • J'ai raté la mienne
    Je n'ai même pas une paire de shoes qui se respectent dans le placard...
    Je vais survivre
    Je le sais

  • @Pascale: ne perds pas ton temps en effet, mais bon il n'y a pas grand chose à voir en ce moment...C'est en effet dingue qu'elle soit seule sur l'affiche!! Comme elle coproduit je crois, elle ne doit pas être étrangère à la décision, ce qui est encore pire...
    @Fred: T'es certaine que ça va? J'appelle le SAMU?

Les commentaires sont fermés.