Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Critique de 45 ANS de Andrew Haigh (en salles le 27 janvier 2016)

45.png

Ce film figurait parmi la sélection du dernier Festival du Film Britannique de Dinard dont vous pouvez retrouver mon compte rendu complet, ici.

did31

7

did4

Kate (Charlotte Rampling) et Geoff Mercer (Tom Courtenay) incarnent un couple aimant sur le point d’organiser une grande fête pour leur 45e anniversaire de mariage. Ce matin-là, à quelques jours de la grande fête,  en ramenant le courrier, Kate est loin d’imaginer  qu’ une lettre va bouleverser la vie du couple : le corps du premier grand amour de Geoff, disparue 50 ans auparavant dans les glaces des Alpes, vient d’être retrouvé…

La joyeuse tranquillité du couple va alors en être bouleversée et au fur et mesure des indices que Kate découvre sur cette vie passée, la jalousie s’empare d’elle et l’issue (la fête qui célèbre leur 45ème anniversaire de mariage) en devient plus incertaine.

Au contraire de  « The Lobster » (également projeté dans le cadre du même Festival du Film Britannique de Dinard) dans lequel le couple est une obligation sociétale régie par des règles strictes, dans « 45 ans » il relève d’un choix délibéré et libre. Kate et Geoff vont se choisir (ou pas) à nouveau malgré cette nouvelle qui, non seulement, remet en cause leur présent mais aussi leurs souvenirs et leur passé commun.

La lenteur mais aussi la beauté et la tranquillité de la nature qui les environnement renforcent la puissance silencieuse du tsunami qui les dévaste.

Charlotte Rampling et Tom Courtenay, en un regard, un geste, un silence font passer une multitude de sentiments et rendent ce film plus palpitant qu’un thriller, ce qui leur a valu respectivement un ours d’argent de la meilleure actrice et un ours d’argent du meilleur acteur, amplement mérités.

D’abord à l’écoute des tourments de Geoff, Kate va finalement refuser de l’écouter tant chaque détail semble creuser ce fossé qui les sépare progressivement. La fin  de ce film délicat tout en non dits est d’une beauté et d’une intensité ravageuses portée et exacerbée par deux immenses comédiens… Charlotte Rampling est nommée comme meilleure actrice pour ce film aux Oscars, une récompense qu'elle mérite sans aucun doute.

Commentaires

  • @Suchar: Oui, on voit clairement qu'elle est enceinte.
    Il monte visiblement au grenier depuis que son corps a été retrouvé, sans doute pour se replonger dans les photos et souvenirs. Et en effet, elle a vécu pendant 45 ans, plus que dans les non dits, dans l'ignorance de l'importance que cela avait pour son mari.

Les commentaires sont fermés.