Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Palmarès et compte rendu d’ « Aux courts d’un soir » à l’Espace Pierre Cardin

courts2.jpg
courtsdunsoir 026.JPG
courtsdunsoir 035.JPG
courtsdunsoir 036.JPG
courtsdunsoir 037.JPG

Hier soir, le Département Cinéma de l'Espace Pierre Cardin organisait une soirée intitulée « Aux courts d'un soir : Les meilleurs courts métrages français 2010 ». Deux bonnes raisons pour moi au moins d'aller à cette soirée : retourner à l'Espace Pierre Cardin, lieu de tant de souvenirs inoubliables de ma participation au jury du Festival de Paris il y a 12 ans déjà, et les courts-métrages trop rarement mis à l'honneur. La soirée était divisée en deux parties :

 - une sélection de courts métrages français 35mm vidéo et HD inédits (pas encore diffusés, ou présentés en festival au moment de la sélection, années de production 2009-2010).

- une sélection des courts métrages français 35mm vidéo et HD primés dans les principaux festivals français 2009-2010.
La première sélection était soumise à un jury de professionnels qui décernait un prix au meilleur court-métrage inédit afin d'aider le lauréat à réaliser et à promouvoir son prochain court-métrage.

Le jury était présidé par Pierre-William Glenn, Chef-Opérateur, Président de la C.S.T., Directeur du Département Image à la FEMIS. A ses côtés : Francine  Lévy (Directrice de l'E.N.S Louis Lumière), Reinhard Wagner (Compositeur de musique de films), Guesh Patti (Chanteuse interprète), Stéphane Saint-Martin (Directeur des « Lutins du court-métrage »).

C'est le court-métrage de Keren Marciano, "Mémoire d'un jeune fille dérangée"  qui a reçu le prix du court-métrage "Aux courts d'un soir".

"Les Figures" de Julien Petit  quant à lui reçu le coup de cœur du jury.

Je n'avais lu aucun synopsis afin de garder intact le plaisir de la découverte. Découvrir des courts-métrages à la suite est toujours un voyage surprenant et passionnant et l'occasion de plonger dans des univers différents. Un thème commun reliait pourtant curieusement la majorité des courts-métrages,  celui de la disparition  sous toutes ses formes, des courts-métrages desquels ressortait une commune impression de suffocation. C'est pourtant justement le seul qui n'abordait pas ce thème dans la première sélection qui a été primé, pour sa légèreté, son ton décalé, qui doivent beaucoup au jeu savoureusement burlesque de son actrice principale,  Sara Giraudeau.

J'ai préféré la seconde sélection avec une mention spéciale pour le magnifique film d'animation « Fard » de David Alapont et Luis Briceno qui, en nous plaçant dans un futur proche, stigmatise le monde de l'entreprise et sa déshumanisation corrélative, avec une forme de poésie désenchantée. « 8 et des poussières », chronique sur les conséquences désastreuses de la précarité dénote quant à lui par la qualité de jeu de ses interprètes. « Toute ma vie » de Pierre Ferrrière est illuminé par la présence de Caterina Murino dans un redoutable face-à-face . Mon deuxième coup de cœur : « La Carte » de Stefan Le Lay, le seul (avec le premier cité) à refléter un réel univers, ici plein de fantaisie, de poésie, véritable bouffée d'air frais dans une sélection plutôt sombre. Enfin « Gilles Corporation » de Vianney Meurville, un peu facile, se gargarisant de son mauvais goût, jouant sur les clichés de Paris et de la province et assimilant le Parisien à un animal élevé en batterie et qui relève beaucoup plus du sketch que du court-métrage.

Même si les courts-métrages présentés étaient d'un niveau inégal et/car diversifiés, parmi ceux-ci figuraient de belles surprises qui valaient largement le déplacement. Je continuerai par ailleurs désormais régulièrement à vous faire découvrir des courts-métrages sur ce blog et cela dès cet après-midi...

Commentaires

  • Oui oui oui
    FARD est à tomber à terre.
    J'avoue, j'ai bcp ri au parisien et au "sakaptissi" (mon iphone était sur vibreur ^^)
    Mais la sélection était d'une très grande qualité. C'était une bien jolie soirée, thanks again pour l'invit... çui qui ne m'a pas accompagné l'a fortement regretté ce matin ;)

  • Très belle soirée effectivement...

    Je reste toutefois très suspicieux et plus que cirsconspect devant le pseudo coup de coeur du Jury pour "Les figures" qui doit relever plus d'une mystérieuse complaisance qu'autre chose tant ce court était selon moi le moins bon de la compétition (surtout il a un défaut majeur, il ne fait pas confiance à la force des images et explique sa démarche dans une dernière scène qui fait perdre toute sa force au film) et tant son réalisateur semblait manquer d'une qualité essentielle, l'humilité!

  • Très belle soirée effectivement...

    Je reste toutefois très suspicieux et plus que cirsconspect devant le pseudo coup de coeur du Jury pour "Les figures" qui doit relever plus d'une mystérieuse complaisance qu'autre chose tant ce court était selon moi le moins bon de la compétition (surtout il a un défaut majeur, il ne fait pas confiance à la force des images et explique sa démarche dans une dernière scène qui fait perdre toute sa force au film) et tant son réalisateur semblait manquer d'une qualité essentielle, l'humilité!

  • Aaaaaaaaah ! j'adore les courts. Je n'en ai vu aucun de ceux là. J'espère pouvoir les voir.
    Alors tu te réconcilies avec l'animation ?

  • Il faut dire que ca parait difficile de ne pas être convaincu par FARD tant il est techniquement abouti et scénaristiquement inspiré!

  • Voilà ! il n'y a pas de secret :)

  • @Fred: Bon d'accord, j'ai ri aussi au "sakaptissi".:-) Et de rien pour l'invit, ravie de t'en avoir fait profiter.
    @Manu: Je n'ai pas trouvé "Les Figures" si mauvais mais c'est vrai qu'il est très (trop) explicatif. Quant à l'immodestie du réalisateur, je ne le connais pas donc ne porterai pas de jugement.
    @Pascale: Oui, pour l'animation quand le discours est intelligent comme il l'est là!
    @Manu: Oui, "Fard" est scénaristiquement réussi et techniquement impressionnant.

  • Sandra, je ne connais pas le réalisateur non plus, je ne peux "juger" que sur l'image qu'il donne de lui et pour avoir été assis tout près de lui pendant la projection, je peux te dire que l'image qu'il donne est assez négative (j'étais avec deux personnes qui ont eu spontanément la même réaction que moi...)

    Je suis particulièrement dubitatif sur cette pseudo-récompense pour trois raisons:
    . La première c'est qu'il a été appelé en premier sur scène alors que son court métrage a été diffusé en 5eme (coincidence?). Et à part se mettre en avant, il n'a pas même pas eu la délicatesse et l'élémentaire politesse de remercier son équipe et ses producteurs (producteurs qui rappelons le dans le cas d'un court métrage travaillent bien plus souvent pour la beauté de l'art que pour son aspect lucratif). Lui et toute sa bande ont d'ailleurs été les premiers à déserter la salle avant le début de la projection des courts métrages multi-primés desquels ils auraient sans doute beaucoup pu apprendre!
    . Deuxièmement, il ne devait y avoir qu'un prix. Et soudain, on annonce dans une cacophonie étrange un coup de coeur du jury sorti d'autant plus de nulle part que la décision du jury avait été unanime sur le court métrage primé. Etrange, non? D'autant plus étrange quand Pierre Cardin en remettant le prix - mérité d'ailleurs - à la lauréate d'une fraicheur et d'une apparente gentillesse qui faisaient plaisir à voir a déclaré (avec un certain manque de classe et de tact) que parfois il ne pouvait y avoir qu'un gagnant et pas deux, que c'était elle donc bravo (mais que bon, on a compris que lui ne l'aurait pas fait gagné)
    . Dernier point, le plus troublant et le plus genant, en googlant "Les figures", on tombe sur une petite vidéo qui prouve que le court métrage avait déjà été diffusé à l'espace Pierre Cardin... Vous avez dit copinage?
    http://www.elyseestv.net/?id=227&affichage=evenement&page=1

    J'avoue que la découverte de cette vidéo m'a passablement agacé et n'a fait que confirmer mes doutes! J'avoue que ca m'énerve un peu ce genre de choses! Je ne voudrais surtout pas passer pour un aigri ou un jaloux mais parfois mon côté poil à gratter ressort ;-)

  • @Manu: Je veux bien te croire en ce qui concerne le réalisateur mais j'ai du mal à voir ce qu'il y a de "louche" à ce qu'il soit passé en 5ème et monté en 1er sur scène (il faut bien un ordre non?) , ni à ce que le jury ait eu un coup de coeur, ni même qu'il ait déjà été diffusé à l'espace Pierre Cardin (s'ils l'avaient déjà choisi une fois et donc aimé, aucune raison de ne pas le présenter à nouveau). Sans parler forcément de copinage, le milieu du cinéma est de toute façon affaire de contacts et de relations. A ce moment-là, on peut aussi contester le prix d'interprétation à Juliette Binoche parce que Gilles Jacob la connaît bien ... :-) (ce que je ne conteste pas d'ailleurs, elle est magistrale dans "Copie conforme" et ce prix est pour moi une évidence)

  • Je pense que tu es une éternelle optimiste (j'ai peur que si je dis "naive" tu y vois une connotation négative ;-) ) et je suis un indécrottable cynique!

    Alors oui certes, il faut bien un ordre mais pourquoi commencer par lui plutôt qu'appeler les gens dans un ordre plus logique par ordre de diffusion des courts métrages? Et, au début de la soirée, il avait bien été précisé que tous les courts métrages étaient inédits, pourquoi avoir omis de préciser que les Figures, non? Bref, tous ces éléments mis bout à bout ne me plaisent point pour un court qui ne m'a guère convaincu en plus! Si au moins il était incontestablement au-dessus du lot mais même pas!

    Quand au prix d'interprétation cannoise, je ne pense pas que Gilles Jacob s'invite à la délibération du jury (enfin je me trompe peut etre!). Et je permets d'ailleurs de trouver que ce prix n'a rien d'une évidence pour moi tant j'ai trouvé Lesley Manville (Another Year) et Yun Jung-hee (Poetry) bien plus touchantes et justes - j'ai trouvé que Binoche en faisait des caisses et des caisses dans Copie Conforme à en devenir théâtrale et emphatique ;-) Comme quoi, tous les avis sont possibles au cinéma ^^

  • @Manu: Eternelle optimiste moi? Euh, un clone a dû s'emparer de ce blog... Quant à la naïveté, c'est pour moi une qualité, malheureusement je connais trop ce milieu pour être encore naïve mais j'ai juste tendance à trouver l'excès de suspicion lui-même suspicieux. Pour Gilles Jacob, c'était de l'humour, du second degré bref.:-) Ce qui n'empêche que j'ai trouvé que Juliette Binoche était magistrale. Si elle "en fait des caisses" c'est pour que son jeu se prête à une double interprétation. Ce fim est pour moi un jeu...

  • @Manu :
    1 - En quoi j'ai manqué de modestie?
    2 - j'etais dejà parti lorsque le coup de coeur a été décerné. On est venu me chercher et tout le monde était déjà sur scène.
    3- Les figures n'a jamais été diffusé à l'espace pierre cardin mais à l'élysées Biarritz. (merci de bien lire le lien)

    Pour toutes critiques sur le film, je suis prêt à les entendre. vos points de vues sont plus qu'intéressants à ce que j'en lis.
    julienpetitjvtm@gmail.com
    merci
    Julien Petit.

  • @Manu: Il serait bien lorsque vous venez tenir des propos désobligeants vis à vis de quelqu'un sur un blog de faire preuve d'un peu de bonne foi... et non d'aigreur. @Julien: Encore désolée si ce commentaire indépendant de ma volonté a pu vous blesser et félicitations pour votre prix.

  • Alors je viens de voir la réponse de Julien et la réaction de Sandra...

    @Sandra: j'ai précisé que ce n'était qu'un avis personnel, je n'ai jamais été de mauvaise foi, nous avons échangé sur ce sujet de façon très polie et cordiale (comme toujours ici!), pourquoi vous dédouaner et m'attaquer quand la personne visée vient réagir - et réagir de façon d'ailleurs totalement constructive ce qui est tout à son honneur?

    @Julien: je m'excuse d'avoir tenu ces propos. A la lumière de votre commentaire, je me suis effectivement trompé et je le reconnais volontiers. L'impression que j'avais eu était donc erronée, tant mieux - je préfère d'ailleurs ça que l'inverse. Vous n'êtes sans doute pas responsable d'ailleurs de cette étrange impression que j'ai eu de copinage sur le coup. Je m'explique: au début de la soirée, on nous annonce qu'il n'y aura qu'un prix et que tous les courts métrages sont inédits. A la fin de la soirée, il y a finalement un 2eme prix et je constate que votre court métrage n'est pas totalement inédit, voilà deux faits qui m'ont mis sur une mauvaise route, mea culpa. Quand à votre "immodestie" (terme sans doute trop fort), je la mettais juste sur le compte de votre intervention courte après la diffusion des courts où vous avez été le seul (ou presque!) à ne pas remercier votre producteur ce qui m'avait étonné (et il faut en vouloir pour produire des courts aujourd'hui en France!). Je suppose donc que c'était plus de la maladresse ou un oubli du au trac qu'autre chose. Voilà mon explication qui vaut ce qu'elle vaut, j'espère en tout cas que vous accepterez mes sincères excuses.

    Sur le court métrage en lui même, comme je le précisais dans un précédent commentaire, je ne l'ai pas trouvé inintéressant, j'ai juste trouvé dommage que vous ne fassiez peut être pas assez confiance à la force des images et à l'intelligence du spectateur avec cette dernière scène très explicative sur le fait que cette femme malheureuse vit une maternité par procuration (presque par effraction)

    Bien à vous, Sandra et Julien. Sans rancune, j'espère!

  • @Manu: Disons que j'ai reçu un email en plus de ce commentaire et que j'ai donc moi aussi réagi de manière un peu impulsive ayant par ailleurs moi aussi reçu ce genre de commentaires où on se retrouve attaquée sous de faux prétextes. C'est bien que vous ayez eu l'honnêteté de reconnaître vos torts et peut-être à l'avenir vous informerez-vous avant de faire des insinuations susceptibles de blesser quelqu'un. Sans aucune rancune de ma part en tout cas, je l'espère aussi de celle de Julien...:-)

  • Evidemment sans rancune. Je tiens à dire à Manu que à l'Élysées biarritz c'était une projection d'équipe, lors d'une soirée "Rayon frais" (ce n'est pas une compétition, mais des projections gratuites et cartes blanches à des maisons de productions). je vous encourage à y aller.
    D'autre part, ma productrice, Berangère Condomines était avec moi le soir même, à ma droite. et avant d'aller sur scène, je lui ai dit le "merci". (produire ce film nous a demandé 2ans et demi d'acharnement et de travail...)
    Voilà, Manu, vous savez tout...
    Sans rancune,
    Julien.

  • @Julien et @Manu: Tout est donc bien qui finit bien. Au plaisir donc de vous lire à nouveau ici...

Les commentaires sont fermés.