Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Drôle de drame de Marcel Carné, une "bizarrerie" incomprise: d'un drôle de drame à une drôle de guerre

  • Lors de sa sortie en 1937,  Drôle de drame  est un échec, le public étant désorienté par son ton acéré et par son medium_drole2.2.JPGsynopsis rocambolesque que la précision de son écriture rend néanmoins parfaitement compréhensible.
  •  L’intrigue se déroule ainsi à Londres en 1900. Elle met en scène le professeur de botanique Molyneux (Michel Simon) qui écrit en cachette des romans policiers sous le pseudonyme de  Félix Chapel. Son cousin Soper, évêque de Bedford (interprété par Louis Jouvet) qui a lancé une véritable croisade contre ces livres « impies » s’invite à dîner chez Molyneux ignorant qu’il s’agit aussi de Felix Chapel.  La cuisinière ayant déserté le domicile, les Molyneux préfèrent eux aussi quitter le domicile en le laissant seul plutôt que d’avouer que c’est Mme Margaret Molyneux(Françoise Rosay) qui a fait la cuisine. Persuadé que Molyneux a tué sa femme, l’évêque alerte alors la police. Déguisé en Chapel, arborant une fausse barbe Molyneux est contraint de revenir sur les lieux « du crime » pour effectuer un reportage, lieux alors occupés par la presse et encerclés par une foule furibonde. Pendant ce temps William Kramps (Jean Louis Barrault) l’assassin de boucher décide de tuer Chapel et tombe amoureux de Mme Molyneux tout en sympathisant avec Mr Molyneux...ignorant qu’il s’agit aussi de Chapel. Tout dégénère dans la folie  générale et dans la loufoquerie. Le boucher avoue finalement le meurtre qu’il n’a pas commis et Molyneux est contraint d’être Chapel à vie, sacrifiant ainsi sa véritable identité et assumant jusqu’à la fin de ses jours sa fonction d’escroc littéraire. 
  • Carné et Prévert qui désiraient à nouveau collaborer ensemble avaient d’abord songé à s’inspirer d’un fait divers sur un bagne d’enfants de Belle-île-en mer. La censure s’y opposa et le producteur prévu, le commandant d’aviation Coriglion Molinier, ami d’André Malraux, leur propose alors deux sujets dont il avait acquis les droits  dont le roman de J. Storer-Clouston  The lunatic at large or his first offence  paru en France sous le titre de  La mémorable et tragique aventure de Mr Irwyn Molyneux.  Carné, Prévert et l’équipe technique s’étaient tant amusés à réaliser le film qu’ils étaient persuadés qu’il en irait de même pour le spectateur. Ce film qui se voulait avant tout ludique ne séduisit pourtant pas du tout le public qui le jugea aussi « bizarre, bizarre » que la réplique qui l’a immortalisé.  Le film a même été accueilli par des sifflets et un véritable chahut et au Colisée où il passait en exclusivité il fut accueilli par des « Idiot », « On se fout de nous » particulièrement encourageants…  En province il fut même présenté  avec le slogan « le film le plus idiot de l’année. »   Le public  d’Outre-Manche sera beaucoup plus sensible au film présenté au nom de « Bizarre…bizarre ! » Son caractère théâtral lui fut également reproché  faisant dire à certains que le véritable « réalisateur » n’était pas Carné mais son scénariste Jacques Prévert , Carné n’ayant alors fait, selon ses détracteurs,  que transcrire le texte en film. Certaines critiques furent alors aussi acerbes que les propos du film : « Marcel Carné a essayé, c’est visible, de transposer dans le style français cette loufoquerie arbitraire et clownesque, qui nous ravit tant dans les films américains. Il n’est parvenu qu’à une sorte de violent vaudeville théâtral, au dessin caricaturalement stylisé(…) »  (Les Beaux Arts du 29.10.1937)[1]ou encore dans  Candide , du 28 octobre 1937 Jean Fayard écrivit : « tout cela est trop compliqué, trop verbeux, trop appuyé, trop voulu » même si d’autres reconnaissaient déjà  qu’il n’y avait « pas une faute à relever dans cette comédie échevelée. »[2] 
  • Ce qui déconcerte peut-être davantage encore le public ce sont probablement les personnages, aucun n’étant véritablement innocent à commencer par les traditionnels amoureux des films de Prévert ici inspirateurs des romans infâmes de Chapel et qui reçoivent « la première pierre de celui qui n’a jamais pêché », probablement le seul personnage véritablement innocent du film. Le balayeur n’est pas plus innocent (« C’est justement les affaires des autres qui m’intéressent ») que le gardien de prison qui n’hésite pas, moyennant finance, à fermer les yeux sur le baiser échangé par les amoureux à travers les grilles de la cellule. Les personnages sont même parfois d’un véritable cynisme comme ce curieux noceur interprété par Marcel Duhamel qui prend le deuil des morts qu’il ne connaît pas afin de se sentir « moins seul dans la vie. » 
  • medium_drole.JPGDrôle de drame  est en effet une véritable critique sociale où le paraître prime sur l’être et engendre cette folie et ce quiproquo généralisé entre petits mimosas carnivores et évêque gastronome. Personne n’échappe à la critique ou à l’ironie cinglante : pas plus la bourgeoisie et ses mensonges sociaux qui préfère passer pour criminelle plutôt que pour « des imbéciles » en manquant aux usages. Ce sont aussi les délires d’une vieille tante qui n’a jamais pu supporter sa famille, l’exagération de la presse à sensation, les délires moralisateurs d’un homme d’Eglise finalement ridiculisé d’un kilt et même accusé du meurtre qu’il avait dénoncé, l’incompétence de la police qui se laisse entraîner dans cette histoire rocambolesque sans vraiment se poser de questions etc.
  •  Le peuple n’a d’ailleurs probablement pas apprécié l’image que le film lui renvoyait. Il est en effet dépeint  comme versatile. Ainsi, après avoir réclamé la tête de Molyneux puis celle de sa femme et celle de l’évêque, il exige finalement celle de William Kramps. La bourgeoisie n’a pas plus apprécié cet humour ravageur qui souligne  son souci des convenances. Cette critique passe également par des dialogues avec des expressions du langage courant qui prennent ici un tout autre sens comme l’inspecteur qui dit à Molyneux déguisé en Chapel et revenant sur les lieux du crime : « Considérez-vous ici comme chez vous. » Ces dialogues furent aussi jugés trop travaillés : « Là où il y a contrepoison il y a poison »  ou encore le célèbre « mimétisme du mimosa » de Michel Simon. On y retrouve pourtant les décors de Trauner, les images de Schufftan qui avaient contribué au succès des films du réalisme poétique.
  • Il semble donc qu’on ne puisse pas rire de tout en 1937, que par un drôle de drame on ne puisse faire oublier qu’une drôle de guerre se profile. Le film connaîtra néanmoins un véritable triomphe lors de sa reprise nationale en 1952, peut-être le public avait-il alors davantage le goût de rire de tout...
  • Sandra.M

Lien permanent Imprimer Catégories : GROS PLAN SUR DES CLASSIQUES DU SEPTIEME ART Pin it! 6 commentaires

Commentaires

  • Un film génial et effectivement un peu loufoque. Je ne m'attendais pas à ça quand je l'ai vu. Peut-être est-il effectivement plus proche de la tradition humoristique britannique que du bel esprit français avec lequel le ridicule est mortel. Finalement comment ce film est-il jugé aujourd'hui ?

  • C'est vrai que c'est un film inclassable... Je ne sais pas vraiment comment est jugé le film aujourd'hui mais Carné a toujours de nombreux détracteurs (qui semblent oublier "Les Enfants du paradis", "Le jour se lève" et "Le Quai des brumes"...) qui jugent son cinéma trop classique, trop écrit.

  • Bizarre mais en même temps logique qu'il ait été boudé : la différence et les excès, c'est dur à accepter par le petit bout de la lorgnette !!!

    J'AIME à la folie Louis Jouvet ! Et oui : et un de plus, faites les comptes, les jeux sont faits... Parce que oui, je suis AUSSI tombée in love de lui, le jour où je l'ai vu dans un film (ô surprise ! un fim !) que tu vas m'aider à retrouver. Il est assis au restaurant avec une femme (Madeleine Robinson peut-être... j'en sais plus rien)... ils ne peuvent se dire qu'ils s'aiment... en tout cas ils ne peuvent le montrer (je ne sais plus pourquoi)... et Louis, stoïque, impassible, magnifique lui dit : "je vous couvre de baiser".
    Je crois qu'elle pleure.
    Moi je suis une flaque.
    C'est la scène la plus érotique du cinéma (selon moi).

    Je n'ai jamais revu ce film. Je ne sais pas son titre.
    Tu vois de quoi je parle ? Dis oui !

  • Tu me donnnes quoi si je retrouve le titre? Une critique élogieuse de "Hors de prix"? Bon allez, c'est bientôt noël, je suis une gentille fille malgré tout: "Entre onze heures et minuit" d'Henri Decoin, peut-être?

  • Tu crois ?

    "Hors de prix" est un chef d'oeuvre.
    C'est mon film de l'année.
    De la décennie.
    Que dis-je : c'est le film de ma vie. Il a bouleversé mon existence. Je ne roule plus qu'en Rollex !

    Allez-y, c'est Noël...
    Franchement : jamais je n'aurais cru qu'un tel film fût possible !!!!
    ....................

  • Je n'ai pas vu "Entre onze heures et minuit" (dont j'ai entendu plusieurs fois parler) mais la scène décrite par Pascale me fait penser à un passage de Pierrot le fou, dans la voiture au début du film. Mais la tension ne doit pas être aussi grande, la distance de Belmondo est un peu mystérieuse et Anna Karina rentre dans une sorte d'inflation verbale.
    Il y a aussi la belle scène du seul habitant de la Lune mais ça n'a pas grand chose à voir.

Les commentaires sont fermés.