Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Quand la mer monte": film/coup de coeur du mois

medium_18393686.jpg

Dans un one woman show ,« Sale Affaire », pour lequel elle est en tournée dans le Nord de la France, Irène (Yolande Moreau) campe un personnage qui parle d’amour et a priori ne l’inspire pas vraiment mais bientôt spectacle et réalité vont s’entremêler...Ainsi, entre deux villes elle rencontre Dries, un porteur de géant…
Il est des films comme cela, rares il est vrai, au milieu desquels surgit la magie sans qu’on s’y attende, ou justement parce-qu’on ne s’y attendait pas, parce-qu’ils tordent judicieusement le cou aux clichés. Qui vous charment insidieusement. Puis vous bouleversent même. Nos yeux pétillent comme ceux des personnages. Des larmes de joie ou de tristesse. De mélancolie peut-être. Qu’importe, d’émotion en tout cas. Ce film vous submerge comme un coup de foudre. On aime ce film comme les deux protagonistes tombent amoureux. Avec évidence. Personnages lunaires, légers, libres, vivants, vrais, fantaisistes (Kusturica serait-il passé par là ?) et surtout brillamment interprétés. Quand la mer monte, cela pourrait être le premier vers d’un poème … d’ailleurs, c’est beau comme un poème désenchanté, comme une histoire d’amour intensément éphémère et éternelle, comme un paradoxe, comme un air de Traviata qui empreint de mélancolie les paysages âpres du Nord, comme le tableau impressionniste auquel il ressemble parfois. Oui, beau tout simplement. On en ressort nostalgique mais léger ...

Pour les retardataires, « Quand la mer monte » est encore projeté au Cinéma Saint-André des Arts et au MK2 Beaubourg notamment.

Sandra.M

Commentaires

  • Je passais par hasard faire un tour sur le site officiel de QUAND LA MER MONTE (www.quandlamermonte-lefilm.com) parce que j'ai reçu un coup de tel d'un ami me parlant de nouvelles photos mises en ligne...
    Je tombe par hasard sur vos mots...
    Merci...
    Je vous assure essayer de continuer de faire des films honnêtes au milieu d'un paysage qui n'encourage pas toujours les chemins de traverse..

    Bonne continuation,

    Gilles PORTE

Les commentaires sont fermés.