Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Critique - "Brothers" de Jim Sheridan, ce soir, à 20H45, sur Ciné plus émotion

    brothers.jpg

    Sam (Tobey Maguire) et Grace (Natalie Portman) et leurs deux filles, Isabelle et Maggie, forment en apparence une famille américaine heureuse. Sam est envoyé à nouveau en mission en Afghanistan après être allé chercher son frère Tommy (Jake Gyllenhaal) tout juste sorti de prison. Grace n'aime pas vraiment Tommy mais elle le reçoit poliment. Lorsque Sam est porté disparu en Afghanistan et présumé mort, Tommy s'occupe de Grace et de ses filles. Plus le temps passe, plus Tommy et Grace se rapprochent. Seulement, alors que tout le monde le croyait mort, Sam refait surface et revient de l'enfer...

    Avec un tel synopsis, le pire était à craindre : un énième mélodrame larmoyant et moralisateur sur un triangle amoureux avec pour arrière-plan la guerre en Afghanistan. Jim Sheridan s'en sort pourtant magistralement, toujours sur le fil du rasoir, nous étonnant avec ce qui est prévisible par l'intelligence du scénario, de la réalisation et de l'interprétation. Plutôt que d'insister sur des scènes attendues comme l'annonce du retour de celui que l'on croyait mort qui aurait pu donner lieu à une série de scènes convenues et de dialogues sirupeux, Jim Sheridan préfère les jeux de regards, les silences et le hors champ. Ainsi, lorsque Grace ouvre sa porte et découvre deux militaires, sans qu'une parole soit échangée, elle sait qu'ils viennent annoncer la mort de Sam.

    L'essentiel n'est pas là, ni dans la mort de Sam, ni dans sa réapparition puisque nous le savons d'emblée mais dans l'évolution des personnages et dans la complexité de leurs sentiments. Des rapports entre les deux frères (protecteur/ protégé, responsable/irresponsable) à leur place dans la famille qui vont progressivement s'inverser à ceux entre les deux filles de Sam qui reproduisent le schéma parental.

    Jim Sheridan filme au plus près des visages décuplant ainsi l'intensité provoquée par le jeu à fleur de peau des trois protagonistes. De Tobey Maguire que l'on a l'habitude de voir frêle et lisse et que l'on a d'abord du mal à imaginer en militaire et qui incarne pourtant ce capitaine véritablement habité faisant passer le bleu de son regard de la douceur à la folie et où semblent danser ses fantômes de la guerre, à Jake Gyllenhal qui se responsabilise peu à peu et qui, en un regard qui s'attendrit, se voile, ou se durcit, fait passer sa transformation ou son sentiment d'injustice ou sa révolte silencieuse, à Natalie Portman de qui émane une douceur vigoureuse.

    On ressent la profonde empathie du réalisateur pour chacun de ses personnages dont aucun n'est délaissé, du père de Sam et Tommy (Sam Shepard) qui exprimait par la violence l'indicible traumatisme de la guerre du Vietnam à une des filles de Sam qui, lors d'une scène magistrale d'une intensité inouïe, tente de faire comprendre son malaise tandis que chacun tente de dissimuler le sien. Cette scène fait écho à une scène du début et montre l'inversion des rapports entre les deux frères (celui qui perd son sang-froid étant celui qui tentait de raisonner l'autre au début) et en miroir les rapports entre les deux filles de Sam. Pas un regard, pas une parole qui ne soient superflus. La partition est celle d'un virtuose de la psychologie humaine qui à nouveau explore les thèmes de la famille et du pardon (les similitudes sont nombreuses notamment avec « In America » qui était moins nuancé et plus larmoyant mais néanmoins également très réussi.)

    Et puis il y a la guerre contre laquelle ce film est un vibrant plaidoyer. A l'image d'un film comme le Grand prix du Festival du Cinéma Américain de Deauville « The Messenger » d'Oren Moverman (ou encore l'excellent « American son » de Neil Abramson l'année précédente ), en montrant les plaies béantes d'une guerre qu'on essaie de cacher, le traumatisme de ceux qui en reviennent, l'incompréhension ou l'impuissance des familles qui ne peuvent savoir ce qui s'est réellement passé, Jim Sheridan stigmatise les conséquences tragiques d'une guerre qui accompagnent ceux qui l'ont vécue bien après qu'ils en aient quitté le terrain (dès le début Sam dit ainsi se sentir étrangement chez lui lorsqu'il retourne en Afghanistan).

    Jim Sheridan, avec ce remake du film éponyme danois réalisé en 2006 par Susanne Bier, nous livre à la fois un plaidoyer pacifiste tout en retenue et sa vision pudique et sensible, singulière mais universelle de la fratrie et de la complexité des rapports familiaux dont chaque regard ou chaque réplique sonnent incroyablement juste.

  • Critique - « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia, ce soir, à 20H45, sur Ciné plus premier

    balcon1.jpg

    Quatre ans après « Selon Charlie » (alors injustement malmené par la critique, notamment lors de sa présentation en compétition du Festival de Cannes), Nicole Garcia revenait à la réalisation avec «Un balcon sur la mer » dans lequel Marc (Jean Dujardin), marié à un professeur (Sandrine Kiberlain), et père d’une petite fille, est agent immobilier dans le Sud de la France. Il mène une vie paisible et confortable jusqu’au jour où, lors d’une visite immobilière, il rencontre une femme mystérieuse (Marie-Josée Croze) représentant un acquéreur. Il pense reconnaître en cette femme énigmatique au charme envoûtant Cathy, l’amour de ses 12 ans, alors qu’il vivait en Algérie, à la fin de la guerre d’indépendance. Après une nuit d’amour la jeune femme disparait et le doute s’empare de Marc sur la réelle identité de cette dernière. Va alors débuter pour lui une quête. Amoureuse et identitaire. En partant à se recherche, c’est avant tout son propre passé enfoui qu’il va (re)trouver.

    balcon2.jpg

    Une nouvelle fois, Nicole Garcia se penche sur l’enfance, ce qu’il en reste, et sur les méandres de la mémoire et la complexité de l’identité. Tout en finesse. Avec une lenteur appréciable quand le cinéma vise de plus en plus l’efficacité, oubliant d’ailleurs qu’elle n’est pas forcément synonyme de fracas et de vitesse mais parfois de silences et de lenteur, oubliant que le message ou le sujet qu’il véhicule n’en a que plus de force en s’immisçant plutôt qu’en s’imposant bruyamment.

    Ce « balcon sur la mer » est à l’image de la lumière du sud dont il est baigné, d’abord éblouissante puis laissant entrevoir la mélancolie et la profondeur, plus ombrageuse, derrière cette luminosité éclatante, laissant entrevoir aussi ce qui était injustement resté dans l’ombre, d’une beauté a priori moins étincelante mais plus profonde et poignante.

    A l’image de la mémoire fragmentaire et sélective de Marc, le passé et la vérité apparaissent par petites touches, laissant sur le côté ce qui devient secondaire. Ainsi peut-on d’abord regretter le caractère elliptique du scénario, par exemple concernant la vie conjugale de Marc, mais cette ellipse se révèle avec le recul un judicieux élément dramatique puisque notre point de vue épouse alors celui de Marc. Sa femme est effacée comme son présent s’efface pour laisser place au passé qui ressurgit. Avec lui, on chemine vers ce balcon sur la mer, vers ce lieu de l’enfance perdue.

    Sans doute la présence de Jacques Fieschi, coscénariste (et notamment ancien scénariste de Claude Sautet) n’y est-elle pas étrangère, mais Nicole Garcia est une des rares à savoir raconter des « histoires simples » qui révèlent subtilement la complexité des « choses de la vie ». Des idées simples de mise en scène mais qui ont toutes une réelle signification comme ces souvenirs (re)vus à hauteur d’enfant, laissant les adultes et parfois la violence dans les limbes de la mémoire. Une manière délicate de dire l’indicible. De montrer simplement toute l’ambivalence humaine comme le personnage de Marie-Josée Croze qui multiplie ainsi les identités : celle qu’elle endosse en tant que prête-nom, celle qu’elle endosse pour Marc, jouant donc constamment un rôle dans la vie avant de le faire sur scène débarrassée de ses artifices. C’est paradoxalement en jouant qu’elle se trouvera elle-même. En cela, « Un balcon sur la mer » est aussi une véritable mise en abyme de l’imaginaire et donc du cinéma, un hommage à leur pouvoir salvateur.

    La plus grande réussite du film c’est néanmoins sans aucun doute les choix de Jean Dujardin et Marie-Josée Croze dans les rôles principaux. Le premier incarne Marc à la perfection, traduisant avec beaucoup de justesse et de nuances les doutes de cet homme qui retrouve son passé, son enfance et ainsi un ancrage dans le présent. Il rend son personnage touchant et bouleversant sans jamais forcer le trait et montre une nouvelle fois la large palette de son jeu. Face à lui, Marie-Josée Croze est plus mystérieuse et incandescente que jamais après le mésestimé « Je l’aimais » de Zabou Breitman. De leur couple se dégage beaucoup de charme, de mystère, mais aussi une forme d’innocence qui renvoie à l’enfance.

    En toile de fond, l’Algérie, sa violence et la nostalgie qu’elle suscite, et la ville d’Oran où a vécu Nicole Garcia enfant (et d’ailleurs également Jacques Fieschi). Une violente nostalgie qui est aussi celle de ces souvenirs d’enfance et de ces doux regrets qui ressurgissent brutalement et submergent, dans ce sens «Un balcon sur la mer » est un film à la fois très personnel et universel. Le balcon sur la mer : c’est cet endroit secret de nos mémoires qui donne sur les souvenirs d’enfance enfouis, dont la réminiscence est tantôt douloureusement heureuse ou joyeusement douloureuse mais jamais exempte d’émotion. Un balcon sur la mer dont je vous engage à aller respirer l’air iodé. Un subtil thriller sentimental au parfum doux, violent et enivrant des souvenirs d’enfance.

  • Concours - 2 places pour les "Soirées Ciné" au cinéma L'Etoile Saint-Germain des Prés - projection de "L'Appât" de Bertrand Tavernier

    lappat.jpg

    Pour plusieurs raisons, je suis particulièrement ravie de ce nouveau partenariat qui continuera les mois prochains et pour ce concours que je vous propose, ci-dessous. En effet, je vous avais déjà parlé des Soirées Ciné de la Sorbonne, l'an passé:  depuis mars 2011, d'anciens étudiants en cinéma de l’Université de Paris 1 Panthéon- Sorbonne ont conçu et développé ce qui s'appelle désormais  "Les Soirées Ciné", un ciné club organisant des rendez-vous mensuels, comprenant la projection d’un film suivie d'un débat en présence du réalisateur ou des acteurs principaux du film.

    Devenues "Les Soirées Ciné",  la première soirée de cette nouvelle saison aura lieu le mardi 4 décembre à 20h00 à l'Étoile Saint-Germain des Prés (22 rue Guillaume Appolinaire, dans le 6ème). 

    Et si je suis ravie de ce partenariat, c'est à plus d'un titre: d'abord parce que je suis passée par le même Master que ceux qui ont créé ce ciné club (Master 2 professionnel cinéma, scénario, réalisation, production de Panthéon-Sorbonne), ensuite parce que le Saint-Germain des Prés est un de mes deux cinémas fétiches avec, toujours, une programmation de qualité et enfin parce que la programmation de ces "Soirée ciné" est particulièrement séduisante avec, pour passionnante thématique "les films qui dérangent".

    En pré-programme de cette première séance sera présenté un court-métrage allemand, « Dalila », réalisé en français sur un sujet similaire. La séance sera suivie d’un débat avec Marie Gillain et Olivier Sitruk, les comédiens de "L'Appât", l'excellent film de Bertrand Tavernier, projeté le 4 décembre.

    Des concours de courts-métrages seront également organisés au cours de l'année.

    Les prochaines séances:

    Le 7 janvier : Jean-Xavier de l'Estrade viendra présenter « Un Coupable Idéal »

    Début février: Emmanuelle Bercot viendra présenter son film « Clément » (un film que je vous recommande vivement également et dont je vous reparlerai) et bien d'autres...

    Plus d’informations sur :

    • Site officiel :

    www.lessoireescine.com

    • Facebook :

    www.facebook.com/lessoireescine

    • Twitter :

    www.twitter.com/LesSoiresCin

    cinei.jpg

    CONCOURS:

    Pour gagner une des deux places mises en jeu, répondez aux questions suivantes avant le 2 décembre à minuit et envoyez-moi vos réponses à inthemoodforcinema@gmail.com avec, pour intitulé de votre email "Concours soirées ciné".

    1. De quel film est extraite cette image?

    ck.jpg

    2. Sur l'affiche de quel film la photo ci-dessous figure-t-elle?

    ilo2.jpg

    3. Citez-moi un film qui, pour vous, dérange, et en une phrase, expliquez pourquoi.

     

  • Sortie Ultimate Edition ( Blu-ray + DVD Warner) de "Casablanca" de Michael Curtiz

    casablanca9 001.JPG

    A l’occasion de la sortie par Warner d’une Ultimate Edition (Blu-ray et DVD) de « Casablanca », ce 21 novembre 2012, je vous propose ci-dessous ma critique du chef d’oeuvre de Michael Curtiz, et accessoirement un de mes films de prédilection à l’origine de ma passion pour le cinéma, à voir et revoir sans modération et pour en savoir plus sur cette édition, rendez-vous sur le site de Warner, ici.

    casablaca1.jpg

    Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai revu ce classique du cinéma américain que j’ai revu hier soir pour la énième fois, toujours avec le même plaisir, la même émotion alors que je connais le déroulement de l’intrigue et les répliques par cœur. Indéniablement la marque des grands films. Nous surprendre et nous émouvoir encore et encore avec ce que l’on connaît.

    casablanca3.jpg

    On ne présente plus « Casablanca » ni Rick Blaine (Humphrey Bogart), le mystérieux propriétaire du bigarré Café Américain. Nous sommes en 1942, à Casablanca, là où des milliers de réfugiés viennent et échouent des quatre coins de l’Europe, avec l’espoir fragile d’obtenir un visa pour pouvoir rejoindre les Etats-Unis. Casablanca est alors sous le contrôle du gouvernement de Vichy. Deux émissaires nazis porteurs de lettres de transit sont assassinés. Ugarte (Peter Lorre), un petit délinquant, les confie à Rick alors qu’il se fait arrêter dans son café. C’est le capitaine Renault (Claude Rains), ami et rival de Rick, qui est chargé de l’enquête tandis qu’arrive à Casablanca un résistant du nom de Victor Laszlo (Paul Henreid). Il est accompagné de sa jeune épouse : la belle Ilsa (Ingrid Bergman). Rick reconnaît en elle la femme qu’il a passionnément aimée, à Paris, deux ans auparavant…

    casablanca9.jpg

    Casablanca est un film qui contient plusieurs films, plusieurs histoires potentielles esquissées ou abouties, plusieurs styles et tant de destins qui se croisent.

    Plusieurs films d’abord. Casablanca est autant le portrait de cette ville éponyme, là où tant de nationalités, d’espoirs, de désespoirs se côtoient, là où l’on conspire, espère, meurt, là où la chaleur et l’exotisme ne font pas oublier qu’un conflit mondial se joue et qu’il est la seule raison pour laquelle des êtres si différents se retrouvent et parfois s’y perdent.

    C’est ensuite évidemment l’histoire de la Résistance, celle de la collaboration, l’Histoire donc.

    Et enfin une histoire d’amour sans doute une des plus belles qui ait été écrite pour le cinéma. De ces trois histoires résultent les différents genres auxquels appartient ce film : vibrante histoire d’amour avant tout évidemment, mais aussi comédie dramatique, film noir, mélodrame, thriller, film de guerre.

    Peu importe le style auquel il appartient, ce qui compte c’est cette rare alchimie. Cette magie qui, 70 ans après, fait que ce film est toujours aussi palpitant et envoûtant.

    casablanca4.jpg

    L’alchimie provient d’abord du personnage de Rick, de son ambiguïté. En apparence hautain, farouche individualiste, cynique, velléitaire, amer, il se glorifie ainsi de « ne jamais prendre parti », de « ne prendre de risque pour personne » et dit qu’ « alcoolique » est sa nationalité ; il se révèle finalement patriote, chevaleresque, héroïque, déterminé, romantique. Evidemment Humphrey Bogart avec son charisme, avec son vieil imper ou son costume blanc (qui reflètent d’ailleurs le double visage du personnage), sa voix inimitable, sa démarche nonchalante, ses gestes lents et assurés lui apporte un supplément d’âme, ce mélange de sensibilité et de rudesse qui n’appartient qu’à lui. Un personnage aux mille visages, chacun l’appelant, le voyant aussi différemment. Auparavant surtout connu pour ses rôles de gangsters et de détectives, Humphrey Bogart était loin d’être le choix initial (il fut choisi après le refus définitif de George Raft) tout comme Ingrid Bergman d’ailleurs (Michèle Morgan, notamment, avait d’abord été contactée), de même que le réalisateur Michael Curtiz n’était pas le choix initial de la Warner qui était William Wyler. On imagine désormais mal comment il aurait pu en être autrement tant tous concourent à créer cette alchimie…

    Ensuite cette alchimie provient évidemment du couple qu’il forme avec Ingrid Bergman qui irradie littéralement l’écran, fragile, romanesque, nostalgique, mélancolique notamment grâce à une photographie qui fait savamment briller ses yeux d’une tendre tristesse. Couple romantique par excellence puisque leur amour est rendu impossible par la présence du troisième personnage du triangle amoureux qui se bat pour la liberté, l’héroïque Victor Laszlo qui les place face à de cruels dilemmes : l’amour ou l’honneur. Leur histoire personnelle ou l’Histoire plus grande qu’eux qui tombent « amoureux quand le monde s’écroule ». L’instant ou la postérité.

    Et puis il y a tous ces personnages secondaires : Sam (Dooley Wilson), le capitaine Renault, … ; chacun incarnant un visage de la Résistance, de la collaboration ou parfois une attitude plus ambiguë à l’image de ce monde écartelé, divisé dont Casablanca est l’incarnation.

    Concourent aussi à cette rare alchimie ces dialogues, ciselés, qui, comme le personnage de Rick oscillent entre romantisme noir et humour acerbe : « de tous les bistrots, de toutes les villes du monde c’est le mien qu’elle a choisi ». Et puis ces phrases qui reviennent régulièrement comme la musique de Sam, cette manière nonchalante, presque langoureuse que Rick a de dire « Here’s looking at you, kid » .

    casablanca5.jpg

    Et comme si cela n’était pas suffisant, la musique est là pour achever de nous envoûter. Cette musique réminiscence de ces brefs instants de bonheur à Paris, entre Rick et Ilsa, à « La Belle Aurore » quand l’ombre ne s’était pas encore abattue sur le destin et qu’il pouvait encore être une « belle aurore », ces souvenirs dans lesquels le « Play it again Sam » les replonge lorsque Ilsa implore Sam de rejouer ce morceau aussi célèbre que le film : « As time goes by » ( la musique est signée Max Steiner mais « As time goes by » a été composée par Herman Hupfeld en 1931 même si c’est « Casablanca » qui l’a faîte réellement connaître).

    Et puis il y a la ville de Casablanca d’une ensorcelante incandescence qui vibre, grouille, transpire sans cesse de tous ceux qui s’y croisent, vivent de faux-semblants et y jouent leurs destins : corrompus, réfugiés, nazis, collaborateurs… .

    casablanca8.jpg

    Des scènes d’anthologie aussi ont fait entrer ce film dans la légende comme ce combat musical, cet acte de résistance en musique (les partisans des Alliés chantant la Marseillaise couvrant la voix des Allemands chantant Die Wacht am Rhein, et montrant au détour d’un plan un personnage changeant de camp par le chant qu’il choisit) d’une force dramatique et émotionnelle incontestable. Puis évidemment la fin que les acteurs ne connaissaient d’ailleurs pas au début et qui fut décidée au cours du tournage, cette fin qui fait de « Casablanca » sans doute une des trois plus belles histoires d’amour de l’histoire du cinéma. Le tournage commença ainsi sans scénario écrit et Ingrid Bergman ne savait alors pas avec qui son personnage partirait à la fin, ce qui donne aussi sans doute à son jeu cette intrigante ambigüité. Cette fin( jusqu’à laquelle l’incertitude est jubilatoire pour le spectateur) qui rend cette histoire d’amour intemporelle et éternelle. Qui marque le début d’une amitié et d’un engagement (le capitaine Renault jetant la bouteille de Vichy, symbole du régime qu’il représentait jusqu’alors) et est clairement en faveur de l’interventionnisme américain (comme un autre film dont je vous parlais récemment), une fin qui est aussi un sacrifice, un combat pour la liberté qui subliment l’histoire d’amour, exhalent et exaltent la force du souvenir (« nous aurons toujours Paris ») et sa beauté mélancolique.

    La réalisation de Michael Curtiz est quant à elle élégante, sobre, passant d’un personnage à l’autre avec beaucoup d’habileté et de fluidité, ses beaux clairs-obscurs se faisant l’écho des zones d’ombre des personnages et des combats dans l’ombre et son style expressionniste donnant des airs de film noir à ce film tragique d’une beauté déchirante. Un film qui comme l’amour de Rick et Ilsa résiste au temps qui passe.

    casablanca6.jpg

    Le tout concourant à ce romantisme désenchanté, cette lancinance nostalgique et à ce que ce film soit régulièrement classé comme un des meilleurs films du cinéma mondial. En 1944, il fut ainsi couronné de trois Oscars (meilleur réalisateur, meilleur scénario adapté, meilleur film) et l’American Film Institute, en 2007, l’a ainsi classé troisième des cents meilleurs films américains de l’Histoire derrière l’indétrônable « Citizen Kane » et derrière « Le Parrain ».

    Le charme troublant de ce couple de cinéma mythique et le charisme ensorcelant de ceux qui les incarnent, la richesse des personnages secondaires, la cosmopolite Casablanca, la musique de Max Steiner, la voix de Sam douce et envoûtante chantant le nostalgique « As time goes by », la menace de la guerre lointaine et si présente, la force et la subtilité du scénario (signé Julius et Philip Epstein d’après la pièce de Murray Burnett et Joan Alison « Everybody comes to Rick’s »), le dilemme moral, la fin sublime, l’exaltation nostalgique et mélancolique de la force du souvenir et de l’universalité de l’idéalisme (amoureux, résistant) et du combat pour la liberté font de ce film un chef d’œuvre…et un miracle quand on sait à quel point ses conditions de tournage furent désastreuses.

    La magie du cinéma, tout simplement, comme le dit Lauren Bacall : « On a dit de Casablanca que c’était un film parfait évoquant l’amour, le patriotisme, le mystère et l’idéalisme avec une intégrité et une honnêteté que l’on trouve rarement au cinéma. Je suis d’accord. Des générations se plongeront dans le drame du Rick’s Café Américain. Et au fil du temps, le charme de Casablanca, de Bogey et de Bergman continuera à nous ensorceler. C’est ça, la vraie magie du cinéma ».

    Un chef d’œuvre à voir absolument. A revoir inlassablement. Ne serait-ce que pour entendre Sam (Dooley Wilson) entonner « As time goes by » et nous faire chavirer d’émotion …

  • Avant-première "L'Odyssée de Pi" et master class d'Ang Lee en direct

    odyssee2.jpg

    Ce lundi soir, j'aurai le plaisir de découvrir "L'Odyssée de Pi" d'Ang Lee en avant-première et de suivre sa master class en direct. Je m'en réjouis d'autant plus que c'est un des cinéastes que j'apprécie le plus, notamment au regard du caractère éclectique de sa filmographie mais aussi parce qu'il est lié au souvenir de l'inoubliable projection de "Tigre et dragon" au Festival du Cinéma Américain de Deauville il y a plus de 10 ans (le film avait été projeté en avant-première dans une ambiance incroyable: la projection était ponctuée d'applaudissements etc). Pas de panique, si vous n'avez pas eu la chance d'être invités, vous pourrez également suivre la master class en direct sur internet:

    Cet événement sera retransmis en DIRECT dès 22h00 sur les environnements suivants :
     
     
     
     
     
     
    Sortie en salles le 19 Décembre 2012.
    .
     
    Synopsis :
    Après le succès mondial de Tigre et Dragon et l’Oscar® du meilleur réalisateur pour Le Secret de Brokeback Mountain, le cinéaste Ang Lee signe avec L’Odyssée de Pi un grand film d’aventure fantastique pour Noël 2012, en adaptant l’œuvre de Yann Martel, l’un des romans les plus encensés de ces dernières années.
    Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque à bord d’un cargo avec sa famille pour rejoindre le Canada, où l’attend une nouvelle vie.
    Mais son destin est bouleversé par un naufrage spectaculaire en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d'un canot de sauvetage. Seul, ou presque... Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage.
    L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.
    Pour suivre L’Odyssée de Pi :
    Sur Twitter avec #LOdysseeDePi

    Vous pourrez également découvrir ce film en avant-première 3D , dans des conditions exceptionnelles. A bord d’un canot de sauvetage, à l’instar de Pi, le héros du film, vous vivrez au plus près son incroyable histoire de survie. Cet événement se déroulera dans un lieu d’exception classé monument historique : la piscine Pailleron à Paris.

    Un événement en collaboration avec la Mairie de Paris, le dimanche 9 décembre à 19h00

  • Critique - "Entre ses mains" d'Anne Fontaine sur D8 à 20H50

    Ce soir, sur D8, à 20H50, ne manquez surtout pas "Entre ses mains" d'Anne Fontaine. Retrouvez mes quelques commentaires publiés lors de la sortie du film ci-dessous.

    Fascination. Voilà probablement le terme qui définirait le mieux le dernier film d’Anne Fontaine. Celle qu’exerce sur Claire (Isabelle Carré), assureur, Laurent, le singulier vétérinaire (Benoît Poelvoorde), venu déclarer un sinistre. Celle qu’exerce sur le spectateur ce film troublant et son duo d’acteurs étonnants.

     C’est bientôt Noël, c’est à Lille et un tueur en séries sévit depuis quelques jours. Leur rencontre se déroule a priori dans un cadre anodin mais peu à peu la quotidienneté va laisser la place à l’étrangeté d’une relation magnifiquement tragique…

    Progressivement, la caméra vacille et bascule avec Claire dans l’inéluctable, l’inénarrable. Progressivement elle va se retrouver aussi fragile qu’un animal blessé entre ses mains. Des mains qui soignent. Des mains qui tuent peut-être. Des mains qui hypnotisent.

     Poelvoorde incarne ici ce fauve face à son animalité, ce prédateur de femmes, qui comme les lions qu’il soigne fascinent et effraient. Telle est aussi Claire, (parfaite Isabelle Carré) fascinée et effrayée, blonde hitchcockienne dans l’obscurité tentatrice et menaçante, tentée et menacée. Guidée par une irrépressible attirance pour cet homme meurtri, peut-être meurtrier. Cet homme qui ne cherche pas le bonheur. Juste l’instant. Comme celui de leurs mains qui se frôlent ; de leurs silences et leurs fêlures qui les rapprochent, hors de leur tragique ou quotidienne réalité.

     Encore une fois Anne Fontaine explore l’irrationalité du désir avec subtilité et avec un salutaire anticonformisme.

    Benoît Poelvoorde, bouleversant, bouleversé, sidérant, exprime avec nuance l’ambivalence de ce personnage qui tue et donne à Claire le sentiment d’être vivante, qui devrait nous répugner et dont nous comprenons pourtant, (grâce au jeu des deux comédiens et grâce une subtile mise en scène centrée sur les silences et les regards) l’irrépressible sentiment qu’il inspire à Claire qui se met à chanter, à danser. A exister.

     Anne Fontaine dissèque brillamment chaque frémissement, chaque tremblement dans cette tranquille ville de Province soudainement en proie à la violence comme la tranquille Claire est en proie (la proie aussi) à celle de ses désirs.

    Les regards hésitants, égarés, déstabilisants, déstabilisés, de Poelvoorde, expriment une pluralité de possibles, l’impensable surtout. L’amour impossible est ici en effet amour impensable. Un film effroyablement envoûtant, dérangeant. Captivant. Fascinant, définitivement.

  • Chasse au trésor la RATP pour la sortie du film "Le Hobbit : un voyage inattendu"

     

    hobbit1.JPG

    hobbit2.JPG

    hobbit3.jpg

     

    A l’occasion du lancement de maRATP et de la sortie du film Le Hobbit : Un Voyage Inattendu, la RATP invite les franciliens à participer à « Une aventure Inattendue avec maRATP ».

     Du 23 au 30 novembre, les franciliens sont ainsi invités par maRATP à participer à la grande quête qu’elle organise sur les traces du Hobbit Bilbon Sacquet. La RATP a choisi la sortie de l’un des films les plus attendus de l’année « Le Hobbit : Un Voyage Inattendu » pour accompagner le lancement de maRATP et faire découvrir ses tout nouveaux services destinés à faciliter les déplacements en ville des franciliens. Pour les non-initiés, rappelons que Le Hobbit Bilbon Sacquet est l’un des personnages secondaires de la trilogie du Seigneur des Anneaux.

     Dans ce nouveau film dédié cette fois à ses aventures, Bilbon sera entraîné dans une quête au sein d’une troupe de 13 compagnons pour reprendre le Royaume perdu des nains d’Erebor, conquis longtemps auparavant par le dragon Smaug. Le principe de la quête organisée par la RATP est simple : retrouver les 13 compagnons qui dévoileront chacun une étape de l’itinéraire permettant de retrouver Le Hobbit Bilbon Sacquet.

    Dissimulés sur les sites Internet de la RATP et de ses partenaires, sur certains blogs (dont Inthemoodforcinema.com, très bientôt, soyez attentifs!) et médias, les compagnons pourront être retrouvés grâce à de précieux indices distillés tout au long du jeu. Pour être prévenus en temps réel de la découverte d’un nouvel indice, les participants pourront configurer leur « Alertes Aventure », grâce au nouveau service d’Alertes Trafic maRATP disponible sur www.ratp.fr/maratp, et sur l’application mobile gratuite RATP.

    Pour participer à « Une Aventure Inattendue avec maRATP » il suffit de s’inscrire sur www.ratp.fr/maratp. Tout inscrit au jeu participera automatiquement à un grand tirage au sort final, pour remporter notamment un voyage en Nouvelle-Zélande (lieu de tournage du film aux paysages époustouflants), et de nombreux autres cadeaux. Mais plus les participants trouvent de compagnons, plus ils augmentent leurs chances de gagner ! Et pour les aventuriers les plus rapides à rassembler les 13 compagnons, une surprise supplémentaires est prévue… alors à vos Alertes Aventures pour ne pas manquer un seul indice !

    Concernant la partie événementielle à la station Auber (du 26 au 30 novembre) : A l’occasion de la sortie au cinéma le 12 décembre du film LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU, Warner Bros. Pictures présentera des décors inspirés de Cul-de-Sac, le célèbre village de Bilbon Sacquet, du 26 novembre au30 novembre 2012 dans la salle d’échanges de la station Auber à Paris. - Une construction réalisée à taille réelle des Hobbits sur un espace de 150m² et supervisée par Dan Hennah, chef décorateur de la trilogie de Peter Jackson, présentera trois maisons permettant aux visiteurs de découvrir l’univers pittoresque des Hobbits, des photos et présentation des personnages de l’aventure. - Une carte géante de la Terre du Milieu sera également disponible au sol, permettant aux visiteurs de s’immiscer dans l’univers de Bilbon et de situer les différentes contrées que parcourt le Hobbit lors de son voyage. - Le jeu vidéo « Légo® Seigneur des AnneauxTM » édité par Warner Bros. Interactive sera disponible sur des bornes interactives. L’occasion sera donc donnée aux petits comme aux grands d’essayer ce tout dernier jeu qui sortira le 23 novembre. Et pour prolonger l’expérience de la quête « Une Aventure Inattendue avec maRATP » , la RATP invite les aventuriers à se faire photographier aux côtés de Gandalf et Bilbon Sacquet intégrés dans un « photo-stand », les plus téméraires pourront également se faire caricaturer à la manière Hobbit.

  • Suivez et soutenez mon projet à partir d'aujourd'hui sur My Major Company!

    mymajor7.jpg

    Oyez, oyez, chers amis lecteurs d'Inthemoodforcinema! C'est ma bonne nouvelle du jour:  mon recueil de nouvelles romantiques et cruelles sur le cinéma est sur le célèbre site My Major Company!

     Son succès dépendra des premiers échos et surtout contributions qu'il recevra les premiers jours!  Je compte donc sur vous, plus que jamais, cette fois tout particulièrement, et je vais vous expliquer la marche à suivre, très simple, ci-dessous.

     Si je me (re)lance dans l'aventure avec My Major Company, c'est justement parce que c'est My Major Company en qui j'ai confiance et parce que j'ai déjà eu le plaisir de publier plusieurs fois des textes sur leur site et de gagner un concours de nouvelles avec eux en début d'année.

    Concernant le contenu de mon projet, vous saurez tout sur ma page My Major Company en question.

    Pour accéder à la page pour découvrir mon projet, c'est en cliquant  ici, vous pouvez aussi y accéder directement en cliquant sur le visuel ci-dessus.

                                                    Comment soutenir le projet:

    en le partageant via Facebook (il suffit de cliquez sur like sur ma page MyMajorcompany puis de partager sur votre page)

    -et/ou en le partageant via twitter

    -et /ou évidemment et surtout en contribuant. Pour que mon projet puisse voir le jour, la jauge doit atteindre 5000 euros en 3 mois. Non seulement les contributions vont de 1 euro à 500 euros mais en plus à chaque fois vous recevrez des contreparties en fonction de votre mise (les contreparties sont expliquées sur ma page) et par ailleurs vous pourrez récupérer votre mise à tout moment et évidemment si la jauge n'est pas atteinte.

    -en exportant le visuel du projet et en le publiant sur votre site/blog, ce qui permettra à vos lecteurs de contribuer directement (vous trouverez le code sur ma page MyMajorcompany) .

    Si vous voulez suivre le projet au jour le jour, vous pouvez aussi le suivre sur le compte consacré à celui-ci sur twitter @parallelshadows (http://twitter.com/parallelshadows ) et sur Facebook http://facebook.com/ombresparalleles . Vous pouvez aussi vous abonner à ma page My Major Company pour recevoir régulièrement les informations le concernant.

    Un grand merci d'avance pour votre soutien...! N'hésitez pas à partager, contribuer...et à me donner votre avis.