Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Critique de « L’été de Giacomo » d’Alessandro Comodin – Festival Paris Cinéma 2012

Après « Renoir » de Gilles Bourdos hier, je vous présente aujourd’hui un autre film projeté en avant-première dans le cadre de ce Festival Paris Cinéma 2012 qui lui aussi vous emmènera dans son jardin d’Eden : « L’été de Giacomo » d’Alessandro Comodin, un film atypique entre documentaire et fiction qui a notamment reçu le Léopard d’or au Festival de Locarno 2011, le Grand Prix au Festival de Belfort 2011 et qui sort en salles aujourd’hui. Si vous n’êtes amateurs que de grosses productions aux scénarii prévisibles avec une action à la minute, passez votre chemin. Si, en revanche, vous avez envie d’une promenade enchantée qui laisse le temps aux émotions de s’installer, alors passez ce bref (1H18) été avec Giacomo.

Dans ce premier long-métrage, Alessandro Comodin (qui avait déjà eu un court-métrage présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2009), a décidé de suivre le petit frère sourd de son meilleur ami, Giacomo Zulian, et une amie d'enfance de celui-ci, Stefania Comodin avec en tête de faire « une déclinaison contemporaine des Métamorphoses d’Ovide. » 

C'est l'été dans la campagne du nord de l'Italie. Giacomo est un adolescent sourd. Il part au fleuve avec Stefania, sa meilleure amie. En s'éloignant des sentiers battus, ils se perdent et arrivent dans un endroit paradisiaque où ils se retrouvent seuls et libres. Ils ont 16 et 18 ans, leurs sens s'éveillent.

Ce film hybride est à l’image de la nature que les deux personnages explorent : d’abord récalcitrante, sauvage, elle se laisse peu à peu apprivoiser pour totalement vous charmer, vous emmener ailleurs, dans une sorte de bulle irréelle, hors du monde (trois personnages seulement et même dans la très belle scène de la fête foraine, Stefania et Giacomo semblent seuls au monde) tout en vous ramenant à votre réalité et à vos propres émotions.

Ce film possède ce qu’aucun scénario ne pourra jamais ou que rarement prévoir : la grâce, la magie de l’éclat de la jeunesse, son mélange de violence et de candeur, la spontanéité de l’instant, la beauté de l’enfance qui s’acharne à ne pas s’évanouir. C’est une respiration salutaire radieuse, à la fois contemporaine, intemporelle, mythologique, qui part du documentaire pour en faire une fiction d’une édifiante justesse.

 Ce film minimaliste, épurée (pure même) recèle une fraicheur, une innocence, un éclat, rares, et la caméra d’Allessandro Comodin  a su capter cette émotion, précieuse, lorsque l’enfance est derrière soi et la vie devant soi, que le bonheur de cet âge se mêle à la crainte de sa disparition et à celle du plongeon dans l’avenir incertain. Il a su capter aussi ces moments a priori anodins qui a posteriori se révèlent avoir été de grands bonheurs. Le montage est par ailleurs particulièrement astucieux avec en prime un travail remarquable sur le son (batterie, paroles et sons de Giacomo assourdissants, feux d’artifice)  et un choix judicieux de musiques.

Un film universel, solaire et languissant, troublant de réalisme, l’histoire d’une métamorphose qui résonne en nous comme le souvenir, lumineux et mélancolique, heureux et nostalgique, de la fin de quelque chose (l’enfance) et le début d’une autre (l’entrée dans l’âge adulte) porté par trois jeunes non comédiens attachants et le regard bienveillant et aiguisé du réalisateur ; et qui, l’air de rien, nous bouleverse comme une douce et âpre réminiscence des derniers feux de l’enfance, d’un éphémère été et des premiers émois. Une vraie pépite qui mérite d’être découverte. En salles aujourd'hui.

Commentaires

  • Excusez de ce message... Mais c'est important pour la liberté d'expression... Rose Bosch m'a assigné en justice via OverBlog il y a quelques semaines. Rose Bosch a perdu et déboutée de toutes ses prétentions... Mais chose hallucinante ! J'apprends aujourd'hui que la réalisatrice de "La rafle" fait appel du jugement !!!

    Il y aura donc une autre audience ! Cette fois-ci il faut se faire entendre et réagir sur la toile et notamment sur la cinésphère.

    Besoin de soutien et surtout créez du BUZZ !

    http://www.selenie.fr/article-hallucinant-rose-bosch-fait-appel-du-jugement-107782769.html

Les commentaires sont fermés.