Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Martin Eden" de Jack London

De Jack London, je ne connaissais que « Croc Blanc » et « L’appel de la forêt ». Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir le ténébreux « Martin Eden » . Dès l’instant où mes yeux se sont posés sur ce roman, je n’ai pu les en détacher, le dévorant littéralement jusqu’à la dernière ligne. Pour ne pas en gâcher le plaisir de la découverte, je ne vous en résumerai pas l’histoire. C’est à la fois une brillante histoire romanesque et une peinture de la société, de son hypocrisie, de la superficialité de la réussite, des bas-fonds de San Francisco aux salons de la bourgeoisie. C’est l’itinéraire d’un être passionné et idéaliste qui sombrera dans le désappointement. C’est un roman d’un romantisme désenchanté empreint de passion puis de désillusions. C’est aussi et avant tout un roman sur la fièvre créatrice et amoureuse qui emprisonnent, aveuglent et libèrent à la fois. Le roman le plus autobiographique de Jack London publié en 1909 et réédité aux Editions Phébus (collection Libretto). medium_martin_20eden.jpgJe vous le recommande vivement.

Commentaires

  • je trouve pas de resumée en francais de ce livre pouvez vous m'aider s'il vous plait

  • Pour Monteiro, voici une copie du résumé critique que j'ai écrit à l'occasion de la lecture de Martin Eden:

    Voici un livre fabuleux que je ne suis pas prêt d’oublier de sitôt : « Martin Eden » ou la vie romancée du célèbre écrivain Jack London, considéré à juste titre par de nombreux écrivains et artistes comme un véritable « dieu » de l’écriture… Dès les premières pages, c’est un véritable tourbillon d’émotions qui nous emporte et c’est avec des regrets amères que l’on doit se résigner à refermer ce roman magnifique pour retrouver notre fidèle réalité… Lisez donc l’histoire de ce jeune marin qui, de victoires en échecs, deviendra un écrivain à la fois adulé et incompris des siens, riches ou pauvres. Son but avoué n’était pas tant de devenir célèbre et fortuné, mais plutôt de conquérir la belle Ruth, son premier et unique amour, celui-là même qui lui a donné l’envie d’écrire… Hélas, lorsque son intelligence - décuplée par la lecture de nombreux livres -, lui fera comprendre que cette jeune femme, bourgeoise jusqu’au bout des ongles et soucieuse de préserver les apparences, ne loue que la réussite et la fortune de Martin, il s’interrogera sur son tumultueux parcours et réalisera qu’il aurait été plus heureux en restant un simple et honnête marin… Beau, touchant et profond. En un mot, s’il ne vous faut lire qu’un seul livre dans votre vie, c’est celui-là !

Les commentaires sont fermés.