Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Résumé du mercredi 18 Mai 2005(huitième jour du festival de Cannes 2005)

medium_marches_192.jpg


Cela fait déjà une semaine que le festival a débuté et dans cette ambiance constamment euphorisante, on perd tellement la notion du temps que je croyais n’en être encore qu’aux prémisses du festival. Aucun film n’a encore fait l’unanimité ou suscité de déchaînements passionnés, les deux critères essentiels pour distinguer une palme d’or lors de sa projection dans le Grand Théâtre Lumière. Pas de projection nimbée de mystère à l’exemple de celle de « 2046 » de Wong Kar Waï l’an passé, ni de polémique dynamisante à l’exemple de celle suscitée par Michael Moore et son documentaire. Cannes sans scandales ni excès n’est plus Cannes et il faut avouer que cette année l’un et l’autre font cruellement défaut. L’évènement du jour semble être « Sin City » de Franck Miller et Robert Rodriguez, premier « film-bd » de l’histoire du cinéma, symbole de l’ouverture croissante du festival aux grosses productions américaines. Les premiers échos des festivaliers qui ont assisté à la projection du matin sont plutôt négatifs « Sin City » ne serait qu’une démonstration esthétique sans réel scénario ou plutôt doté d’un scénario grandguignolesque. Choc visuel à défaut d’être un choc scénaristique et cinématographique « Sin City » est une histoire improbable qui se déroule dans une atmosphère glauque, et qui n’est à la hauteur ni de ses promesses, ni de son casting. Reste la prouesse esthétique, indéniable. Dommage donc qu'il y ait un tel hiatus entre le fond (affligeant) et la forme (époustouflante). Les organisateurs désiraient-ils simplement attiré davantage l’attention sur un évènement qui, avec les jeux olympiques, est le plus médiatisé au monde ? Evènement tronqué en tout cas. Tout juste la montée des marches se clôt-elle par l’arrivée surprise de Liza Minelli, du moins annoncée comme telle.

Je préfère donc me remémorer le réel évènement cinématographique du jour, le troisième long-métrage des frères Larrieu au titre poétiquement énigmatique « Peindre ou faire l’amour ». Les premières minutes me plongent dans la perplexité devant le classicisme outrancier de cette ébauche, m’interrogeant encore une fois quant aux critères du choix de ce film dans la compétition qui débute avec l’achat d’une maison de campagne par William (Daniel Auteuil) et Madeleine (Sabine Azéma). La demeure de leurs voisins prend feu. Ils décident de les héberger... mais progressivement s’opère un glissement subtil du classicisme vers le transgressif, le tout apparaissant comme un vaste trompe l’œil habilement dépeint. Quelques murmures dans la salle… De malaise ? Non, le festivalier en a vu bien d’autres, le festivalier, surtout celui-là se doit d’afficher un flegme imperturbable, témoignage ostensible de sa vie de baroudeur des salles obscures qui a tout vu tout connu. J’espère ne jamais lui ressembler. Murmures de surprise donc devant ce glissement du visible vers l’imprévisible avec pour guide un aveugle dans cette confusion des sentiments (Sergi Lopez) intelligemment mise en scène entre obscurité dissimulatrice et récit elliptique. Film amoral et trompeusement désinvolte qui vous laisse le souvenir troublant et entêtant d’un parfum sensuel, tantôt charmant, tantôt agaçant… mais assurément singulier.

Cannes ne serait plus Cannes non plus sans ses soirées où le festivalier va autant pour voir que pour être vu à défaut d’entendre en raison d’une cacophonie assourdissante, soirée où à peine arrivé la question existentielle sera de savoir où il ira ensuite et après laquelle un autre festivalier plein d’empathie et compatissant lui dira que la meilleure soirée était celle où il n’était pas, forcément. Cannes tentaculaire et sa frénésie filmique et festive, soûlante et fascinante à la fois. La nuit tombée, la Croisette devient un vaste camp retranché et une symphonie visuelle et mélodique…à défaut d’être mélodieuse. Loin du vacarme tentateur de la Croisette, ce soir, je me décide donc à aller au club Arte qui paraît-il la surplombe majestueusement. Après avoir passé la journée à montrer son badge puis son invitation puis son sac puis son badge puis son invitation avant d’être menée à sa place par une hôtesse pas toujours affable, le soir venu il faut de nouveau être muni d’un précieux sésame auquel celui de la journée ne vous donne pas forcément accès. Munie de ce sésame en question donc, passée l’heure du crime à laquelle l’invitation indique que les portes du lieu en question s’ouvrent, je me présente devant l’entrée, l’invitation convoitée en évidence. Ladite porte est fermée par un grillage et gardée par trois cerbères plutôt souriants… moi qui croyais que c’était antinomique, Cannes me réserve décidément encore des surprises à cette heure tardive. Après avoir montré le sésame en question et après que la porte se soit ouverte sous l’injonction des cerbères instantanément déridés, on nous guide ensuite jusqu’à l’ascenseur devant lequel est écrit qu’il s’agit d’une résidence et qu’il est recommandé de ne pas faire de bruit. Il me semble que dans les autres soirées la consigne, implicite celle-là, était inverse : cet endroit me plaît déjà. Ascenseur. Porte. Cerbère remplacé par l’hôtesse des lieux. Notre hôtesse donc, dont j’ignore le nom me serre la main puis je serre une seconde main dont je ne connais pas plus l’identité du possesseur. On nous souhaite la bienvenue puis on nous fait visiter les lieux, un immense loft en marbre plongé dans une semie-pénombre doté de DJ et de bar pour l’occasion. Je vais humer l’air estival sur la terrasse qui offre effectivement une vue magnifique sur la Croisette et sa multitude de yachts illuminés venus l’honorer de leur présence à l’occasion du festival. Anonymes et célébrités, artistes en devenir ou reconnus se croisent et devisent en toute discrétion dans ce lieu feutré et clairsemé, hors du temps, de la réalité et surtout du brouhaha de la Croisette et de ses pingouins survoltés.
19 Mai, déjà. Il est 5H, Paris s’éveille et Cannes s’endort. Dans les brumes de l’aurore et dans celles de mes pensées engourdies je décrypte quelques messages qui me rappellent dans ce cadre enchanteur que j’ai aujourd’hui un an de plus…à nouveau parmi les intemporelles étoiles cannoises.
Sandra.M

Commentaires

  • bonjour,à la recherche de renseignements sur le film "mon ange" ,je suis tombé sur ce blog particuliérement intéressant.
    Avant tout, bon anniversaire cannois (même si j'ai cette impression que celà aura surtout marqué le retour de canal + version grande époque sur la croisette d'ou peut être le choix d'ARTE (anti conformiste ?) )
    Je suis effectivement perplexe devant sin city dont je dois compter parmi les plus grands fans sur cette planéte alors faut t'il être initié pour véritablemnt apprécié (à défault d'une mise en scéne efficace )un choc graphique,une atmosphére si particulière...je ne manquerai pas de le dire mais tant il est vrai que Rodriguez est adepte "du pétard mouillé" (preuve en est le médiocre "once upon a time in mexico" malgré Johnny Deep au casting)...je reste effectivement dubitatif.
    Je reviendrai avec grand plaisir sur ce blog en tout cas.

  • comme promis mon commentaire sur sin city .
    Alors oui l'image colle à l'oeuvre graphique, oui c'est une expérience visuelle hors norme mais il manque qq chose .
    Est ce que celà fait trop papier glacé, trop strip ds l'esprit,un peu comme le costume de superman qui passe toujours sur papier mais une fois filmé ,celà finit toujours par être ridicule.Ce film fait justement trop bandes dessinées ,il lui manque du souffle pour animer les cases ,mettre du lien et vous embarquer ds l'aventure.L'avantage de la BD de sin city ,c'est que vous pouvez prendre votre temps pour contempler les cases, fermer les yeux,réfléchir, revenir en arriére,un temps indispensable pour saisir un fond qui ne se donne qu'à la réflexion mais là impossible...vous êtes pris ds un grand huit vertigineux à la fois grisant et abominable à la limite de l'indigeste et presque aussi vite oublié une fois que c'est terminé à l'exception de qq plans magistraux.
    Il aurait peut être fallu plus prendre son temps, d'autres scènes explicatives pour moins de remplissage et aussi
    ce qui me gêne le plus en fait , c'est cette impression diffuse d'un film fait par un grand gamin alors qu'il s'agit d'une oeuvre adulte...Il y a un second degré affiché (beaucoup moins présent ds la série originale) pour ne pas à avoir à se rapprocher d'une tonalité trop glauque donc adulte...en collant aux priorités de l'oeuvre sur le fond plus que la forme ,elles auraient fini peut être par s'imposer naturellement et la ville du pêché nous serait apparu sous nos yeux et ds nos têtes pour y planter ses crocs acérés et ne plus jamais nous relâcher....

Les commentaires sont fermés.