Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sandrine Bonnaire - Page 2

  • Critique de « Joueuse » de Caroline Bottaro (avec Sandrine Bonnaire, Kevin Kline…)

    joueuse.jpg

    jouese2.jpgCette année, parmi mes lectures de vacances figuraient de nombreux romans récemment adaptés au cinéma : « Le liseur» de Bernhard Schlink,  «   L’élégance du hérisson » de Muriel Barbery,  « La Joueuse d’échecs » de Bertina Henrichs…  Malheureusement, les deux premiers ne sont plus à l’affiche là où je me trouve actuellement.  J’ai donc évidemment opté pour le troisième adapté au cinéma par Caroline Bottaro sous le titre « Joueuse », un premier film ( premier en tant que réalisatrice car Caroline Bottaro est scénariste de plusieurs films de Jean-Pierre Améris et notamment du très beau "C'est la vie" déjà avec Sandrine Bonnaire) très prometteur qui aura mis cinq ans à se monter.

     

    Dans le premier plan, Hélène (Sandrine Bonnaire) se tient devant le miroir, attache ses cheveux sans même  songer à se regarder. Hélène qui vit machinalement.  Les jours se suivent et se ressemblent. Son mari (Francis Renaud) la voit sans la regarder et sa fille la méprise. Femme de ménage dans un hôtel, dans un petit village corse,  son existence routinière bascule le jour où, en faisant le ménage dans une chambre, elle est fascinée par un couple d’Américains jouant aux échecs sur la terrasse.  Son regard s’attarde sur la sensualité de leurs gestes et leurs regards. Et la femme de ménage discrète et effacée va se prendre de passion pour ce jeu  et l’apprendre avec une inébranlable détermination, au point même d’insister auprès du mystérieux docteur Kröger (Kevin Kline),  chez qui elle fait également le ménage, pour qu’il joue avec elle et lui apprenne les échecs qui  vont alors devenir bien plus qu’un jeu. Une raison de vivre. Un moyen de s’émanciper. Et peut-être beaucoup plus encore…

     

    A la luminosité envoûtante de l’île grecque de Naxos où se déroule le roman, Caroline Bottaro (aussi certainement pour des raisons pratiques) a préféré la beauté triste d’un petit village corse. Eleni devient Hélène. Mais, en Corse ou dans une île perdue des Cyclades, c’est le même sentiment d’enfermement, de solitude, de soumission. Au mari. Au destin. Au regard des autres.

     

    Comment ne pas commencer en parlant de Sandrine Bonnaire. De dos, courbée puis droite et résolue, de face,  dans son regard, dur ou conquis, dans son sourire,  rare et ravageur, ses gestes, ses intonations, ses traits tirés puis illuminés, elle EST Hélène avec une justesse admirable sans en faire des tonnes, sans non plus donner l’impression de réaliser une performance. C’est d’abord grâce à elle si cette histoire est si attachante, si on la suit, captivés, sans décrocher une seule seconde. C’est ensuite grâce au choix judicieux de Kevin Kline et à leur troublante relation. Lui, d’abord, fier, imposant, blasé, misanthrope. Elle, d'abord courbée, frêle, fragile,  puis réapprenant le désir et le goût d’exister par et pour soi-même. Alors que lui va peu à peu s’affaiblir et s’humaniser, il va peu à peu l’aider à se redresser, à transgresser les règles, des échecs et de la vie, l'ordre établi.

     

    Et puis il y a les échecs dont la caméra caresse la sensualité des pièces, des gestes de ceux qui les manipulent, des regards qui s’affrontent avec une douce fièvre. Les échecs dont les règles même représentent  pour Hélène une métaphore rassurante de la vie, les échecs dont la reine est la pièce la plus forte.

     

    Sans emphase, juste appuyée de temps à autre par la musique de Nicola Piovani, la caméra accompagne avec sensibilité et sensualité le cheminement  d’Hélène vers la liberté et vers la confiance en elle.

     

    martineden.jpgEt puis un film qui évoque «  Martin Eden » de Jack London ne pouvait que me conquérir ( Si vous ne l’avez pas lu, achetez-le sur le champ ! C’est un roman d’un romantisme désenchanté empreint de passion puis de désillusions. C’est aussi et avant tout un roman sur la fièvre créatrice et la fièvre amoureuse qui emprisonnent, aveuglent et libèrent à la fois. Le roman le plus autobiographique de Jack London publié en 1909). La fièvre créatrice qui emprisonne, aveugle et libère. Comme les échecs libèreront Hélène qui, comme Martin,   être a priori taciturne, voire frustre,  avec la lecture et l’écriture, va se révéler et s’émanciper avec les échecs.

     

    S’il fallait émettre une réserve sur cette « Joueuse », ce serait de regretter une fin un peu expéditive et peut-être un plan de trop… mais l’ensemble est suffisamment séduisant, subtile, convaincant pour nous le faire oublier et pour que je vous le recommande. Vivement.

     

  • In the mood for news 16: actualité cinématographique de la semaine du 30 .01.2008

    Le film de la semaine recommandé par "In the mood for cinema" :

    Elle s'appelle Sabine,  le documentaire de Sandrine Bonnaire qui sort en salles après un succès en festivals et lors de sa diffusion sur France 3 en fin d'année dernière. Pour en savoir plus, cliquez ici pour lire mon compte-rendu du Festival du Film Romantique de Cabourg 2007 où il était présenté .

    6269e29618b6e5c854ceac0c81555c55.jpg
    Les autres sorties de la semaine
    (Je précise n'en avoir vu aucun autre pour le moment)
    9463d56d868292b1ec9a3dec216a516e.jpg
    Le surmédiatisé, surfinancé ( le plus gros budget du cinéma français: 78 millions d'euros), surexposé (1000 salles en France, 5000 à l'étranger) et je n'espère pas surestimé  Asterix aux Jeux Olympiques -  Film Français de Frédéric Forestier et Thomas Langmann avec Clovis Cornillac, Gérard Depardieu, Alain Delon, Franck Dubosc, Benoît Poelvoorde, José Garcia, Nathan Jones, Jérôme Le Banner, et Stéphane Rousseau  Genre : Aventure - Durée : 1H53 mn
    A voir surtout pour le retour d'Alain Delon sur grand écran, en César.
    1a486675da7fee95de589be8f5961ff4.jpg

    Cortex Un film français de Nicolas Boukhrief avec André Dussollier, Marthe Keller, Julien Boisselier, Pascal Elbé, Chantal Neuwirth, Olivier Lejeune, Claire Nebout, Aurore Clément, et Claude Perron Genre : Thriller - Durée : 1H45 mn

    Nos souvenirs brûlés - Un film américain de Susanne Bier avec Halle Berry, David Duchovny, Benicio Del Toro, Alison Lohman, Sarah Dubrovsky, Liam James, Paula Newsome, Quinn Lord, John Carroll Lynch, et Robin Weigert Genre : Drame - Durée : 1H58 mn

     Promets-moi - Un film serbe et français d'Emir Kusturica avec Marija Petronijevic, Uros Milovanovic, Ljiljana Blagojevic, Miki Manojlovic, Stribor Kusturica, Vladan Milojevic, Aleksandar Bercek, et Kosanka Djekic Genre : Comédie - Durée : 2H06 mn

    Le libre arbitre - Un film allemand de Matthias Glasner avec Jürgen Vogel, Sabine Timoteo, André Hennicke, Anne-Kathrin Golinsky, Maya Bothe, Frank Wickermann, Anna De Carlo, Manfred Zapatka, Judith Engel, et Anna Brass Genre : Drame - Durée : 2H48 mn

    Telepolis - Un film argentin de Esteban Sapir avec Alejandro Urdapilleta, Valeria Bertuccelli, Julieta Cardinali, Gustavo Pastorini, Carlos Pineiro, Florencia Raggi, Rafael Ferro, Raul Hochman, et Ricardo Merkin Genre : Drame - Durée : 1H35 mn

    1d6080b8d146f09c8614c5047c8e3820.jpg

    Le Voyage du ballon rouge - Un film français de Hou Hsiao Hsien avec Juliette Binoche, Hippolyte Girardot, Louise Margolin, Simon Iteanu, Song Fang, et Anna Sigalevitch Genre : Comédie dramatique - Durée : 1H53 mn

    Cliquez ici pour lire ma critique de "Three times" de Hou Hsiao Hsien

    Litvinenko. Un film russe de Andreï Nekrassov et Olga Konskaïa avec Alexandre Litvinenko, Marina Litvinenko, Walter Litvinenko, Anna Politkovskaïa, Mikhail Trepashkin, Andreï Nekrassov, Natalia Lazareva, Boris Berezovsky, Alexandre Gusak, Andreï ponkin, André Glucksmenn, Jurgen Roth, Bill Bowring, Ivan Demushkin, Sergeï Dorenko, Svetlana Sorokina, Andreï Lugovoï, et Vladimir Putin Genre : Documentaire - Durée : 1H50 mn

    Rêves de poussière Un film français, canadien, et burkinabè de Laurent Salgues avec Makena Diop, Rasmane Ouedraogo, Joseph Tapsoba, Souleymane Souré, et Fatou Tall-Salgues Genre : Drame - Durée : 1H26 mn

    Welcome Europa Un film français de Bruno Ulmer  Genre : Documentaire - Durée : 1H30 mn

    Battle For Haditha Un film britannique de Nick Broomfield avec Elliot Ruiz, Yasmine Hanani, Vernon Gaines, Danny Martinez, Joe Chacon, Eric Mehalacopoulos, Jase Willette, Andrew McLaren, Matthew Knoll, et Thomas Hennessy Genre : Drame - Durée : 1H33 mn

  • "Elle s'appelle Sabine" de Sandrine Bonnaire, ce soir sur France 3

    2d5af8e1cbbcafefc22151ea48df0762.jpg

    Paris vibre et vocifère en bleu blanc rouge. J’ai encore la tête délicieusement endolorie, encore dans les étoiles blanches de la bannière étoilée, bleue, blanc, rouge, elle aussi, un autre. Dans le train qui me ramène vers Paris, des Anglo-saxons bruyants aux rires gras et satisfaits, visiblement en route pour la coupe du monde,  agacent  les passagers. Pas moi. Je me laisse bercer par leur accent chantant qui me donne l’illusion d’être encore à Deauville, de n’avoir pas encore tout à fait retrouvé la réalité et recouvré le sens des réalités. Matt Damon et son regard vengeur me toise et George Clooney me demande "What else" sur tous les murs de Paris, en sortant de chez moi je me retrouve nez-à-nez avec la présentatrice d’une nouvelle émission de cinéma -la précédente était peut-être meilleure non-(?) sans ce montage pseudo auteuriste qui brouille un peu la perception ? Mais au moins une émission de cinéma qui parle de cinéma (excusez moi du pléonasme qui n'en est d'ailleurs pas forcément un...) avec néanmoins pas mal d(im)pertinence -encore à Deauville il y a quelques jours… Les temporalités, et la fiction et la réalité se confondent douloureuseme- et ironiquement dans mon esprit. Peut-être la machine à remonter le temps que je réclame avec une rage naïve depuis lundi dernier et depuis la clôture du 33ème Festival du Cinéma Américain de Deauville m’a-t-elle été livrée et branchée à mon insu… Elle me fait même remonter un peu plus loin dans le temps que je ne l’aurais souhaité, un peu avant l’ouverture du Festival de Deauville et même au Festival de Cabourg  puisque les images de « Je m’appelle Sabine », le poignant et efficace documentaire de Sandrine Bonnaire défilent de nouveau sous mes yeux. Je vous invite à le regarder ce soir à sur France 3 à 20H55. Si vous voulez lire ma critique publiée lors des Journées romantiques de Cabourg où ce cri du cœur et de colère de Sandrine Bonnaire a été présenté en avant-première après sa sélection cannoise à la "Quinzaine des Réalisateurs", et où il a ému le public et parfois changé son regard,  cliquez ici. Si j’arrive à régler ma machine à  remonter le temps, à partir d’aujourd’hui « In the mood for cinema » se mettra aux couleurs de la capitale ... en attendant le Festival du Film Britannique de Dinard début octobre.

    A bientôt sur In the mood for cinema... in Paris.

    Sandra.M