Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Notre petite soeur" de Kore-Eda et "Mountains may depart" de Jia Zhangke (compétition officielle)

 

mountains.jpg

Ce sont deux films essentiels sur lesquels je reviendrai après le festival. Je profite néanmoins d'une journée un peu moins chargée pou vous livrer quelques mots à propos de ceux-ci.  L'un et l'autre prouvent en tout cas une nouvelle fois la vigueur, la richesse et le diversité du cinéma asiatique.

J'ai été totalement subjuguée par le mélancolique, lyrique, terriblement visionnaire « Mountains may depart » de Jia Zhang Ke, qui raconte, sur un quart de siècle et en trois périodes distinctes, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie, les espoirs, amours, désillusions de personnages face à leurs destins. A nouveau, Jia Zhang Ke met en scène les mutations de la Chine (revoyez le splendide « Still life »). Une vision sans concessions qui métaphorise une Chine qui se laisse éblouir par les sirènes du capitalisme et de l’individualisme (le fils d’un des personnages sera ainsi baptisé… Dollar). Peut-être finalement le film le plus moderne de cette sélection, terriblement clairvoyant et poignant avec une utilisation du cadre et du son remarquables.

 « Notre petite sœur » de Kore-Eda a été mon premier coup de cœur de ce festival. Il raconte l’histoire de trois sœurs qui se rendent à l’enterrement de leur père qui les avait abandonnées une quinzaine d’années auparavant et qui à cette occasion font la connaissance de leur demi-sœur qu’elles décident d’accueillir dans leur grande maison familiale, un film lumineux qui évoque avec beaucoup de délicatesse, l’indicible douleur de l’absence et des douleurs enfouies. Cette adaptation d’un roman graphique aurait mérité une plus longue ovation que celle, fugace, reçue lors de sa projection officielle.

Les commentaires sont fermés.