Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

claude berri

  • Claude Berri (1934-2009): Tchao pantin...

    Berri.jpg
    Sans commentaires...
    (France 3 diffusera "Lucie Aubrac", jeudi, à 20H35, en hommage à Claude Berri.)

    LA FILMOGRAPHIE DE CLAUDE BERRI

    En tant qu’acteur: 

    berri2.jpg

    Le Fantôme d'Henri Langlois (2005), de Jacques Richard

     Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants (2004), de Yvan Attal

     Les Clefs de bagnole (2003), de Laurent Baffie

     Va savoir + (2002), de Jacques Rivette

     Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), de Alain Chabat

     Les Rois mages (2001), de Didier Bourdon  

    Va savoir (2001), de Jacques Rivette  

    Dernières nouvelles des étoiles (2000), de Babeth Si Ramdane

    La Débandade (1999), de Claude Berri

     Un Grand cri d'amour (1998), de Josiane Balasko

     Les Trois frères (1995), de Bernard Campan

     L'Univers de Jacques Demy (1995), de Agnès Varda

    La Machine (1994), de François Dupeyron

     Stan the Flasher (1990), de Serge Gainsbourg

     L'Homme blessé (1983), de Patrice Chéreau

     Le Roi des cons (1981), de Claude Confortès

     Le Mâle du siècle (1974), de Claude Berri  

     Le Cinéma de papa (1971), de Claude Berri

     Sex-shop (1971), de Claude Berri

     Mazel Tov ou le mariage (1969), de Claude Berri

     La Ligne de démarcation (1966), de Claude Chabrol

    Compartiment tueurs (1965), de Costa-Gavras

     Et vint le jour de la vengeance (1964), de Fred Zinnemann

     Les Sept Péchés capitaux (1962), de Claude Chabrol

     Janine (1962), de Maurice Pialat

     La Bride sur le cou (1961), de Roger Vadim

     La Vérité (1960), de Henri-Georges Clouzot

     Les Bonnes femmes (1960), de Claude Chabrol

     J'irai cracher sur vos tombes (1959), de Michel Gast

     Les Jeux dangereux (1958), de Pierre Chenal

     French Cancan (1955), de Jean Renoir

     Le Bon Dieu sans confession (1953), de Claude Autant-Lara

     Le Blé en herbe (1953), de Claude Autant-Lara

     Rue de l'Estrapade (1952), de Jacques Becker  

     En tant que réalisateur :

    Jeande.jpg

    Ensemble, c'est tout (2007)

     L'Un reste, l'autre part (2005)  

    Une femme de ménage (2002)  

    La Débandade (1999)  

    Lucie Aubrac (1997)  

    Germinal (1993)  

    Uranus (1990)

     Manon des Sources (1986)

     Jean de Florette (1986)

     Tchao pantin (1983)

     Le Maitre d'école (1981)

     Je vous aime (1980)

    Un moment d'égarement (1977)

     La Première fois (1976)

     Le Mâle du siècle (1974)

     Le Cinéma de papa (1971)

     Sex-shop (1971)

     Le Pistonné (1970)

     Mazel Tov ou le mariage (1969)

     Le Vieil homme et l'enfant (1966)

    La Chance et l'amour (1964)

     Les Baisers (1963)

     Le Poulet (1963)

    En tant que scénariste : 

    berri3.jpg

    Trésor (Prochainement), de François Dupeyron  

    Ensemble, c'est tout (2007), de Claude Berri  

    L'Un reste, l'autre part (2005), de Claude Berri

     Une femme de ménage (2002), de Claude Berri

     La Débandade (1999), de Claude Berri

     Lucie Aubrac (1997), de Claude Berri

     Germinal (1993), de Claude Berri

     Uranus (1990), de Claude Berri

     Manon des Sources (1986), de Claude Berri

     Jean de Florette (1986), de Claude Berri  

    Tchao pantin (1983), de Claude Berri

     Le Maitre d'école (1981), de Claude Berri  

    Je vous aime (1980), de Claude Berri

    Un moment d'égarement (1977), de Claude Berri

     La Première fois (1976), de Claude Berri

     Le Mâle du siècle (1974), de Claude Berri  

    L'Oeuf (1972), de Jean Herman

     Le Cinéma de papa (1971), de Claude Berri

     Sex-shop (1971), de Claude Berri

     Le Pistonné (1970), de Claude Berri

     Mazel Tov ou le mariage (1969), de Claude Berri

     Le Vieil homme et l'enfant (1966), de Claude Berri

    Le Poulet (1963), de Claude Berri

     Janine (1962), de Maurice Pialat

    En tant que producteur : 

    scaphandre4.jpg

    Trésor (Prochainement), de François Dupeyron

     Bienvenue chez les Ch'tis (2008), de Dany Boon

    Le Scaphandre et le papillon (2007), de Julian Schnabel

     Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants (2004), de Yvan Attal

     San Antonio (2004), de Frédéric Auburtin

     Les Sentiments (2003), de Noémie Lvovsky

     Le Bison (et sa voisine Dorine) (2003), de Isabelle Nanty

     Une femme de ménage (2002), de Claude Berri

     Amen (2002), de Costa-Gavras

     Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), de Alain Chabat  

    Les Rois mages (2001), de Didier Bourdon

     Ma femme est une actrice (2001), de Yvan Attal  

    La Boîte (2001), de Claude Zidi  

    Mauvaise passe (1999), de Michel Blanc  

    Astérix et Obélix contre César (1999), de Claude Zidi

     Le Pari (1997), de Didier Bourdon

     Arlette (1997), de Claude Zidi

     Lucie Aubrac (1997), de Claude Berri

     Didier (1997), de Alain Chabat

     Le Roi des Aulnes (1996), de Volker Schlöndorff

     Les Trois frères (1995), de Bernard Campan

     La Reine Margot (1994), de Patrice Chéreau

     La Séparation (1994), de Christian Vincent

     Germinal (1993), de Claude Berri

     Une Journée chez ma mère (1993), de Dominique Cheminal

     L'Amant (1992), de Jean-Jacques Annaud

     Uranus (1990), de Claude Berri

     Valmont (1989), de Milos Forman

     Trois places pour le 26 (1988), de Jacques Demy

     L'Ours (1988), de Jean-Jacques Annaud

     A gauche en sortant de l'ascenseur (1988), de Edouard Molinaro

     La Petite Voleuse (1988), de Claude Miller

     Hôtel de France (1987), de Patrice Chéreau

     Le Fou de guerre (1985), de Dino Risi

     Les Enragés (1984), de Pierre-William Glenn

     Tchao pantin (1983), de Claude Berri

     L'Africain (1983), de Philippe de Broca

     La Femme de mon pote (1983), de Bertrand Blier

     Banzaï (1983), de Claude Zidi

     Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982), de Jean Yanne

     Je vous aime (1980), de Claude Berri

     Inspecteur la bavure (1980), de Claude Zidi

     Tess (1979), de Roman Polanski

     Un moment d'égarement (1977), de Claude Berri  

    La Première fois (1976), de Claude Berri

     Le Mâle du siècle (1974), de Claude Berri

     Pleure pas la bouche pleine (1973), de Pascal Thomas

     Le Cinéma de papa (1971), de Claude Berri

     L'Enfance nue (1970), de Maurice Pialat

     Le Pistonné (1970), de Claude Berri

     Mazel Tov ou le mariage (1969), de Claude Berri

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 4 commentaires
  • Palmarès des César 2008 :l’hommage à la diversité culturelle

    8a5f72b996ab9a625e4e51897eb3e09c.jpgAprès un hommage à Michel Serrault (avec un extrait de « Garde à vue » de Claude Miller), à Jean-Claude Brialy (avec un extrait du film  « Les Innocents » de Téchiné), à Jean-Pierre Cassel (avec un extrait des « Jeux de l’amour » de Philippe de Broca), Jean Rochefort, président de cette édition 2008 esquissait quelques pas de danse suivis de son inimitable rire tonitruant, non sans évoquer, au passage, pudiquement et sans les nommer, les trois monstres sacrés précités disparus au cours de l’année passée, mais aussi Ingrid Betancourt, donnant le ton de cette cérémonie, à la fois légère et sérieuse, décalée et élégante, saupoudrée de l’humour caustique  et savoureux d’Antoine de Caunes, de sa dérision et de son auto-dérision ainsi que de celles du président de cérémonie,  qui n’ont malheureusement pas toujours réussi à dérider l’assistance.

    224aeec6ff5ec1b4a9c3e8dd8bed4371.jpg

    Cette 33ème cérémonie a été une belle démonstration de la diversité générationnelle mais surtout culturelle française c0c565657842c5385fb8376a25b42a4c.jpgsur laquelle Jeanne Moreau a d’ailleurs insisté (remettant  ainsi comme un flambeau le César d’honneur  que son partenaire du « Temps qui reste » de François Ozon, Melvil Poupaud, lui a remis, à Céline Sciamma, réalisatrice de « Naissance des pieuvres » lui donnant pour mission de le transmettre l’année suivante à un autre réalisateur d’un premier film), récompensant ainsi autant le cinéma plutôt dit d’auteur  avec « La graine et le mulet » d’Abdellatif Kechiche qui a reçu 4 César dits majeurs-un film dont je vous ai longuement parlé, ici - et un cinéma plus "populaire" et académique avec « La Môme » d’Olivier Dahan (qui a reçu 5 César dont surtout des César dits techniques –meilleur son, meilleur costume, meilleur décor, meilleure photo- et, sans surprise, le César d’interprétation féminine pour Marion Cotillard).

    En recevant son César d’honneur des mains de Fanny Ardant, et après l’avoir remerciée avec son enthousiasme et son exubérance habituels, Roberto Benigni rappelait que les Français ont inventé le cinéma, la « parole lumineuse », et rappelait notre devoir de « faire le plus grand cinéma du monde ». Il a dédié son César à Bergman et Antonioni disparus cette année et a réclamé une minute de silence en leur honneur, le silence réclamé par le bavard Roberto Benigni étant d’autant plus précieux…

    Jeanne Moreau a donc souligné la nécessité de la diversité culturelle et son amour du cinéma, « doux et amer, à l’image de la vie », et qui « nous entraîne bien loin de nous », elle a aussi insisté sur la baisse des subventions aux festivals, des aides aux salles de cinéma, et sur leur nécessité.

     L’éclectisme étant un des maîtres mots de cette cérémonie, c’est Michel Houellebecq qui, après quelques propos difficilement audibles et acerbes  sur les adaptations de ses propres romans,  a remis le César de la meilleure adaptation à « Persépolis ».

    L’émotion en retenue et élégance, comme à la cérémonie de clôture du Festival de Cannes 2007, est venue d’Alain Delon, et de son hommage à Romy Schneider, comme à Cannes, aussi,  Alain Delon qui a également remis le César d’interprétation féminine à Marion Cotillard saluant son talent tout en lui disant  malicieusement « s’y connaître en actrices ».

    C’est donc de nouveau Abdellatif Kechiche qui a reçu le César du meilleur film et du meilleur réalisateur et du meilleur scénario original pour « La graine et le mulet », des César qu’il avait déjà obtenus pour « L’esquive » en 2005. Hafsia Herzi a également obtenu le très mérité César du meilleur espoir féminin pour le même film (un César que Sara Forestier avait également obtenu pour « L’Esquive »). Abdellatif Kechiche a souligné le « sentiment de légitimité » que lui procuraient ces César, pour « un cinéma qui se risque à sa propre liberté ». Il a également remercié Claude Berri (tradition des César…), producteur de « La graine et le mulet » selon qui aucun metteur en scène n’a égalé Abdellatif Kechiche depuis Pialat.

     Je regrette que le sublime film de Claude Miller « Un secret » n’ait obtenu qu’un seul César, celui du meilleur second rôle féminin pour Julie Depardieu, laquelle avait déjà été récompensée du César du meilleur espoir et du meilleur second rôle en 2004.

    6d0876d6e1716a87065157f11bf57d3b.jpgSans surprise, Mathieu Amalric a reçu le César d’interprétation masculine face à des acteurs de nombreuses fois nommés et toujours repartis bredouille : Vincent Lindon, Jean-Pierre Marielle notamment. « Le scaphandre et le papillon » de Julian Schnabel a également été récompensé du César du meilleur montage.

    9a0c22564f55ecb3a54496eeaf246cfe.jpg

    Le remarquable documentaire de Barbet Schroeder dont je vous avais longuement parlé lors du dernier Festival de Cannes où il était présenté dans la section «Un Certain Regard, « L’avocat de la terreur » a été récompensé du César du meilleur documentaire. Barbet Schroeder a remercié celui qui l’appelle son « cher ennemi », Me Jacques Vergès « acteur et victime » de son film.

    43750051f2c043c29ece6ab11a34d30a.jpgDans un français impeccable, Florian Henckel Von Donnersmarck a remercié l’Académie pour son César du meilleur film étranger pour « La vie des autres » évoquant ses références françaises : Truffaut, Balzac, Racine, Molière, évoquant aussi son acteur principal « Ulrich Mühe » décédé depuis, affirmant que les bonnes critiques françaises l’ont apaisé.

    Le César du meilleur acteur dans un second rôle a été attribué à Sami Bouajila pour son rôle dans « Les Témoins » de Téchiné, Sami Bouajila déjà récompensé du prix d’interprétation à Cannes pour son rôle dans « Indigènes » de Rachid Bouchareb.

    C’est Laurent Stocker qui a obtenu le César du meilleur espoir masculin pour son rôle dans « Ensemble c’est tout » (…de Claude Berri) face aux prometteurs Nicolas Cazalé, Grégoire Leprince-Ringuet, Johan Libéreau et Jocelyn Quivrin.

    Le César du meilleur premier film est revenu  à un film d’animation « Persépolis » et enfin celui  de la meilleure d51affd8492b4f149b62c43f5afbdfe6.jpgmusique aux « Chansons d’amour », seul César obtenu par le film de Christophe Honoré.

    Demain aura lieu la cérémonie des Oscars où le cinéma français pourrait bien de nouveau être à l’honneur non seulement avec les nominations de « La Môme » mais aussi celle du « Mozart des pickpockets» de Philippe Pollet-Villard, César du meilleur court-métrage également nommé aux Oscars. A suivre…

    Récapitulatif :

    Meilleur film : « La graine et le mulet » d’Abdellatif Kechiche

    Meilleur réalisateur : Abdellatif Kechiche

    Meilleure actrice : Marion Cotillard pour « La Môme »

    Meilleur acteur :Mathieu Amalric pour « Le scaphandre et le papillon »

    Meilleur second rôle féminin : « Julie Depardieu » pour « Un secret »

    Meilleure musique : « Les chansons d’amour »

    Meilleur photo : « La Môme »

    Meilleur son : « La Môme »

    Meilleurs costumes : « La Môme »

    Meilleur décor : « La Môme »

    Meilleur premier film : « Persépolis » de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi

    Meilleure adaptation : « Persépolis »

    Meilleur film étranger : « La vie des autres » de Florian Henckel von Donnersmarck

    Meilleur documentaire : « L’avocat de la terreur » de Barbet Schroeder

    Meilleur montage : « Le scaphandre et le papillon »

    Meilleur second rôle masculin : Sami Bouajila (« Les Témoins »)

    Meilleur espoir masculin : Laurent Stocker pour « Ensemble c’est tout »

    Meilleur scénario original : « La graine et le mulet » d’Abdellatif Kechiche

    Meilleur court-métrage : Le Mozart des pickpockets » de Philippe Pollet Villard

    César d’honneur : Jeanne Moreau et Roberto Benigni

    César d’honneur posthume : Romy Schneider

    Sandra.M