Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2011 - Page 2

  • "The Artist" de Michel Hazanavicius, film d'ouverture du Festival Lumière de Lyon 2011, ce soir

    lumieres5.jpg

    lumieresartist.jpg

    Après Cannes (où il était présenté en compétition et où Jean Dujardin a reçu un prix d'interprétation amplement mérité), après Deauville où il était projeté en avant-première lors de la soirée du palmarès, ce sont les festivaliers lyonnais qui vont avoir le plaisir de découvrir le film de Michel Hazanavicius, en avant-première, ce soir, Halle Tony Garnier, à 20H, en ouverture du Festival Lumière 2011. Je serai au festival à partir de demain, je vous en reparle cet après-midi. En attendant, ne manquez pas la projection de ce soir (en présence de Jean Dujardin, Bérénice Béjo et Michel Hazanavicius) et retrouvez ma critique du film, ci-dessous.

    artist6.jpg

    artist2.jpg

    artist1.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011.

    artist90.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011.

    artist93.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse du Festival de Cannes 2011 du film "The Artist".

    artist94.jpg

    Photo ci-dessus : crédits inthemoodforcinema.com . Conférence de presse du Festival de Cannes 2011 du film "The Artist".

    C’était un dimanche matin de mai 2011, le début du Festival de Cannes encore, en projection presse. Pas encore vraiment l’effervescence pour le film qui obtint la palme d’or mais un joli bruissement d’impatience parmi les regards déjà las, ou obstinément sceptiques. 1H40 plus tard, la salle résonnait d’applaudissements, pendant dix minutes, fait rare en projection presse. Le soir même, je suis retournée le voir en projection officielle. L’émotion fut la même, redoublée par la présence de l’équipe du film, terriblement émue elle aussi par les réactions enthousiastes du public, par les rires tendres, par cette cavalcade d’applaudissements qui a commencé lors de la dernière scène et ne s’est plus arrêtée pour continuer pendant un temps qui m’a paru délicieusement long. Un beau, rare et grand moment du Festival de Cannes.

    Le pari était pourtant loin d’être gagné d’avance. Un film muet (ou quasiment puisqu’il y a quelques bruitages). En noir et blanc. Tourné à Hollywood. En 35 jours. Par un réalisateur qui jusque là avait excellé dans son genre, celui de la brillante reconstitution parodique, mais très éloigné de l’univers dans lequel ce film nous plonge. Il fallait beaucoup d’audace, de détermination, de patience, de passion, de confiance, et un peu de chance sans doute aussi, sans oublier le courage -et l’intuition- d’un producteur (Thomas Langmann) pour arriver à bout d’un tel projet. Le pari était déjà gagné quand le Festival de Cannes l’a sélectionné d’abord hors compétition pour le faire passer ensuite en compétition, là encore fait exceptionnel.

    artist.jpg

    Le film débute à Hollywood, en 1927, date fatidique pour le cinéma puisque c’est celle de l’arrivée du parlant. George Valentin (Jean Dujardin) est une vedette du cinéma muet qui connait un succès retentissant…mais l’arrivée des films parlants va le faire passer de la lumière à l’ombre et le plonger dans l’oubli. Pendant ce temps, une jeune figurante, Peppy Miller (Bérénice Béjo) qu’il aura au départ involontairement  placée dans la lumière, va voir sa carrière débuter de manière éblouissante. Le film raconte l’histoire de leurs destins croisés.

    Qui aime sincèrement le cinéma ne peut pas ne pas aimer ce film qui y est un hommage permanent et éclatant. Hommage à ceux qui ont jalonné et construit son histoire, d’abord, évidemment. De Murnau à Welles, en passant par Borzage, Hazanavicius cite brillamment ceux qui l’ont ostensiblement inspiré. Hommage au burlesque aussi, avec son mélange de tendresse et de gravité, et évidemment, même s’il s’en défend, à Chaplin qui, lui aussi,  lui surtout, dans « Les feux de la rampe », avait réalisé un hymne à l'art qui porte ou détruit, élève ou ravage, lorsque le public, si versatile, devient amnésique, lorsque le talent se tarit, lorsqu’il faut passer de la lumière éblouissante à l’ombre dévastatrice. Le personnage de Jean Dujardin est aussi un hommage au cinéma d’hier : un mélange de Douglas Fairbanks, Clark Gable, Rudolph Valentino, et du personnage de Charles Foster Kane (magnifiques citations de « Citizen Kane ») et Bérénice Béjo, avec le personnage de Peppy Miller est, quant à elle, un mélange de Louise Brooks, Marlène Dietrich, Joan Crawford…et nombreuses autres inoubliables stars du muet.

    Le cinéma a souvent parlé de lui-même… ce qui a d’ailleurs souvent produit des chefs d’œuvre. Il y a évidemment « La comtesse aux pieds nus » de Mankiewicz, « La Nuit américaine de Truffaut », « Sunset Boulevard » de Billy Wilder, enfin « Une étoile est née » de George Cukor et encore « Chantons sous la pluie » de Stanley Donen et Gene Kelly auxquels « The Artist », de par son sujet, fait évidemment penser. Désormais, parmi ces classiques, il faudra citer « The Artist » de Michel Hazanavicius. Ses précèdents films étaient d'ailleurs déjà des hommages au cinéma. On se souvient ainsi des références à "Sueurs froides" ou "La Mort aux trousses" d'Hitchcock dans "OSS 117 : Rio ne répond plus".

    Hazanavicius joue ainsi constamment et doublement la mise en abyme : un film muet en noir et blanc qui nous parle du cinéma muet en noir et blanc mais aussi qui est un écho à une autre révolution que connaît actuellement le cinéma, celle du Numérique.

    artist4.jpg

    Le mot jubilatoire semble avoir été inventé pour ce film, constamment réjouissant, vous faisant passer du rire aux larmes, ou parfois vous faisant rire et pleurer en même temps. Le scénario et la réalisation y sont pour beaucoup mais aussi la photographie (formidable travail du chef opérateur Guillaume Schiffman qui, par des nuances de gris, traduit les états d’âme de Georges Valentin), la musique envoûtante (signée Ludovic Bource, qui porte l’émotion à son paroxysme, avec quelques emprunts assumés là aussi, notamment à Bernard Herrmann) et évidemment les acteurs au premier rang desquels Jean Dujardin qui méritait amplement son prix d’interprétation (même si Sean Penn l’aurait également mérité pour « This must be the place »).

    Flamboyant puis sombre et poignant, parfois les trois en même temps, il fait passer dans son regard (et par conséquent dans celui du spectateur), une foule d’émotions, de la fierté aux regrets,  de l’orgueil à la tendresse, de la gaieté à la cruelle amertume de la déchéance.  Il faut sans doute beaucoup de sensibilité, de recul, de lucidité et évidemment de travail et de talent pour parvenir à autant de nuances dans un même personnage (sans compter qu’il incarne aussi George Valentin à l’écran, un George Valentin volubile, excessif, démontrant le pathétique et non moins émouvant enthousiasme d’un monde qui se meurt). Il avait déjà prouvé dans « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia qu’il pouvait nous faire pleurer.  Il confirme ici l’impressionnant éclectisme de sa palette de jeu et d'expressions de son visage.

     Une des plus belles et significatives scènes est sans doute celle où il croise Peppy Miller dans un escalier, le jour  du Krach de 1929. Elle monte, lui descend. A l’image de leurs carrières. Lui masque son désarroi. Elle, sa conscience de celui-ci, sans pour autant dissimuler son enthousiasme lié à sa propre réussite. Dujardin y est d’une fierté, d’une mélancolie, et d’une gaieté feinte bouleversantes, comme à bien d’autres moments du film. Et je ne prends guère de risques en lui prédisant un Oscar pour son interprétation, ou en tout cas un Oscar du meilleur film étranger pour Hazanavicius.  Bérénice Béjo ne démérite pas non plus dans ce nouveau rôle de « meilleur espoir féminin » à la personnalité étincelante et généreuse, malgré un bref sursaut de vanité de son personnage. Il ne faudrait pas non plus oublier les comédiens anglo-saxons : John Goodman, Malcolm McDowell et John Cromwell (formidablement touchant dans le rôle du fidèle Clifton).

    artist100.jpg

    Il y aura bien quelques cyniques pour dire que ce mélodrame  est plein de bons sentiments, mais Hazanicius assume justement ce mélodrame. « The Artist » est en effet aussi une très belle histoire d’amour simple et émouvante, entre Peppy et Georges mais aussi entre Georges et son cabot-in Uggy : leur duo donne lieu à des scènes tantôt drôles, tantôt poétiques, tantôt touchantes, et là encore parfois au trois en même temps. Hommage aussi à ce pouvoir magique du cinéma que de susciter des émotions si diverses et parfois contradictoires.

    Michel Hazanavicius  évite tous les écueils et signe là un hommage au cinéma, à sa magie étincelante, à son histoire, mais aussi et avant tout aux artistes, à leur orgueil doublé de solitude, parfois destructrice. Des artistes qu’il sublime, mais dont il montre aussi les troublantes fêlures et la noble fragilité.

    Ce film m’a éblouie, amusée, émue. Parce qu’il convoque de nombreux souvenirs de cinéma. Parce qu’il est une déclaration d’amour follement belle au cinéma. Parce qu’il ressemble à tant de films du passé et à aucun autre film contemporain. Parce qu’il m’a fait ressentir cette même émotion que ces films des années 20 et 30 auxquels il rend un vibrant hommage. Parce que la réalisation est étonnamment inspirée (dans les deux sens du terme d’ailleurs puisque, en conférence de presse, Michel Hazanavicius a revendiqué son inspiration et même avoir « volé » certains cinéastes). Parce qu’il est burlesque, inventif, malin, poétique, et touchant.  Parce qu’il montre les artistes dans leurs belles et poignantes contradictions et fêlures.

    Il ne se rapproche d’aucun autre film primé jusqu’à présent à Cannes…et en sélectionnant cet hymne au cinéma en compétition puis en le  primant,  le Festival de  Cannes a prouvé qu’il était avant tout le festival qui aime le cinéma, tous les cinémas, loin de la caricature d’une compétition de films d’auteurs représentant toujours le même petit cercle d’habitués dans laquelle on tend parfois à l’enfermer.

     « The Artist » fait partie de ces films qui ont fait de cette édition cannoise 2011 une des meilleures de celles auxquelles j’ai assisté, pour ne pas dire la meilleure…avec des films  aussi différents et marquants que  « This must be the place » de Paolo Sorrentino, « Melancholia » de Lars von Trier, « La piel que habito » de Pedro Almodovar.

     Un film à ne manquer sous aucun prétexte si, comme moi, vous aimez passionnément et même à la folie, le cinéma. Rarement un film aura aussi bien su en concentrer la beauté simple et magique, poignante et foudroyante. Oui, foudroyante comme la découverte  de ce plaisir immense et intense que connaissent les amoureux du cinéma lorsqu’ils voient un film pour la première fois, et découvrent son pouvoir d’une magie ineffable, omniprésente ici.

    Sortie en salles : le 12 octobre 2011. Un dernier petit conseil : ne regardez pas la bande-annonce (dont je n’ai pas peur de dire qu’elle m’a émue, comme le film), pour conserver le plaisir de la découverte.

    En bonus :

    - Ma critique de « La Comtesse aux pieds nus » de Mankiewicz

    -Ma critique de « OSS 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius

    -Ma critique d’ « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia

    -Ma critique des « Feux de la rampe » de Charlie Chaplin

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2011 Pin it! 1 commentaire
  • Programme complet du Festival Lumière de Lyon 2011

     

    lyon27.jpg

    lyon14.jpg

    lyon28.jpg

    lyon26.jpg

    lyon24.jpg

    lyon22.jpg

    lyon21.jpg

    lyon30.jpg

    lyon29.jpg

    C'est avec beaucoup de plaisir que je suis cette année invitée au Festival Lumière de Lyon (je vous en dirai prochainement plus sur les raisons de ma présence) auquel je rêve d'assister depuis sa création, il y a 3 ans. Ce festival présente une programmation hétéroclite qui met à l'honneur autant les oeuvres les plus pointues que le cinéma le plus "populaire", un festival qui ravira autant les cinéphiles avertis que les simples amateurs de cinéma. La bonne idée de ce festival est de confier la présentation de classiques du cinéma à des personnalités du 7ème art (pas forcément impliquées dans les films en question, vous pouvez en découvrir quelques exemples ci-dessus). Bref, un rendez-vous de cinéphilie, d'échanges et de passion(s) cinématographique(s), à ne pas manquer, par ailleurs créé par l'enthousiaste Thierry Frémaux (directeur de l'Isntitut Lumière de Lyon mais aussi évidemment délégué général du Festival de Cannes). Un festival à découvrir à Lyon du 3 au 9 octobre prochain. Pour les informations pratiques, rendez-vous sur le site officiel du festival: http://www.festival-lumiere.org/lumiere-2011.html .

    Quelques critiques de films que vous pourrez découvrir à Lyon, cette année (et que je vous recommande) - Cliquez sur les titres des films pour accéder à mes critiques:

    "The Artist" de Michel Hazanavicius (film d'ouverture)

    "La Femme d'à côté" de François Truffaut (dans le cadre du prix Lumière attribué cette année à Gérard Depardieu). Vous pourrez découvrir de nombreux autres grands films dans lesquels a joué l'acteur (liste ci-dessous) parmi lesquels "Le Dernier métro", "Le choix des armes", "Cyrano de Bergerac"...

    "Le Quai des Brumes" de Marcel Carné dans la section "Le temps retrouvé".

    "The Look" d'Angelina Maccarone dans le cadre de l'invitation à Charlotte Rampling.

    A ne pas manquer non plus : l'intégrale Jacques Becker et à voir notamment l'incontournable "Casque d'or". Vous pourrez aussi voir "Le Voyage dans la Lune" de Méliès, grand moment du dernier Festival de Cannes. Moment magique concentrant toute la beauté, la richesse, la modernité, la puissance du cinéma. Vous pourrez aussi découvrir des chefs d'oeuvre du film de gangster japonais dans la section "Yakuza!". Egalement à ne pas manquer parmi les évènéments du festival, le chef d'oeuvre de Marcel Carné "Les Enfants du Paradis". Et bien d'autres grands moments de cinéma que je vous laisse découvrir, ci-dessous.

    PROGRAMME COMPLET DU FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2011:

    lyon9.jpg

    Ouverture

    The Artist de Michel Hazanavicius (2011, 1h40)

    Prix Lumière : Gérard Depardieu

     Pas si méchant que ça de Claude Goretta (1974, 1h52)

    1900 de Bernardo Bertolucci (Novecento, 1975, 5h25 – 1ère partie: 2h49/2e partie: 2h26)

    Dites-lui que je l’aime de Claude Miller (1977, 1h46)

    La Nuit tous les chats sont gris de Gérard Zingg (1977, 1h44)

    Préparez vos mouchoirs de Bertrand Blier (1978, 1h48)

    Le Sucre de Jacques Rouffio (1978, 1h40)

    Loulou de Maurice Pialat (1980, 1h57)

    Le Dernier métro de François Truffaut (1980, 2h11)

    Le Choix des armes d’Alain Corneau (1981, 2h15)

    La Femme d’à côté de François Truffaut (1981, 1h46) Remise du Prix Lumière

    Danton d’Andrzej Wajda (1982, 2h16)

    Le Tartuffe de Gérard Depardieu (1984, 2h20)

    Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat (1987, 1h37)

    Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau (1990, 2h18)

    Le Visiteur de Satyajit Ray (Agantuk, 1991, 2h)

     Court métrage :

    Le Beatnik et le minet de Roger Leenhardt (1965, 20min)

    Grenouille d'hiver de Slony Sow (2011, 17min)

     Intégrale Jacques Becker

    Dernier atout de Jacques Becker (1942, 1h45)

    Goupi Mains Rouges de Jacques Becker (1943, 1h44)

    Falbalas de Jacques Becker (1945, 1h50)

    Antoine et Antoinette de Jacques Becker (1947, 1h38)

    Rendez-vous de juillet de Jacques Becker (1949, 1h39)

    Édouard et Caroline de Jacques Becker (1951, 1h28)

    Casque d'Or de Jacques Becker (1952, 1h36)

    Rue de l’Estrapade de Jacques Becker (1953, 1h42)

    Touchez pas au grisbi de Jacques Becker (1954, 1h36)

    Ali Baba et les quarante voleurs de Jacques Becker (1954, 1h32)

    Les Aventures d’Arsène Lupin de Jacques Becker (1957, 1h44)

    Montparnasse 19 de Jacques Becker (1958, 1h49)

    Le Trou de Jacques Becker (1960, 2h12)

     Court métrage :

    La Grande espérance de Jacques Becker (1938, 30min)

     Documentaires :

    Jacques Becker, la passion cinéma de Hubert Niogret (1998, 1h17)

    Jacques Becker ou l’élégance morale de Claude-Jean Philippe (1979, 24min)

    Cinéastes de notre temps Jacques Becker de Claude de Givray (1967, 1h16)

     Rétrospective William A. Wellman

    Les Ailes de William A. Wellman (Wings, 1927, 2h31)

    Les Mendiants de la vie de William A. Wellman (Beggars of Life, 1928, 1h21)

    Other Men’s Women de William A. Wellman (1931, 1h10)

    L’Ennemi public de William A. Wellman (The Public Enemy, 1931, 1h23)

    L’Ange blancde William A. Wellman (Night Nurse, 1931, 1h12)

    Safe in Hell de William A. Wellman (1931, 1h13)

    Héros à vendre de William A. Wellman (Heroes For Sale, 1933, 1h16)

    Wild Boys of the Road de William A. Wellman (1933, 1h08)

    Une étoile est née de William A. Wellman (A Star is Born, 1937, 1h51)

    L’Étrange incident de William A. Wellman (The Ox-Bow Incident, 1943, 1h15)

    Les Forçats de la gloire de William A. Wellman (Story of G.I. Joe, 1945, 1h49)

    La Ville abandonnée de William A. Wellman (Yellow Sky, 1948, 1h38)

    Convoi de femmes de William A. Wellman (Westward the Women, 1951, 1h58)

    Documentaire : The Men who Made Movies: William Wellman de Richard Schickel (1973, 58min)

    Yakuza ! 5 chefs-d’œuvre du film de gangsters japonais

    Fleur pâle de Masahiro Shinoda (Kawaita hana, 1964, 1h32)

    Guerre des gangs à Okinawa de Kinji Fukasaku (Bakuto gaijin butai, 1971, 1h33)

    Combat sans code d'honneur de Kinji Fukasaku (Jingi naki tatakai, 1973, 1h39)

    Police contre syndicat du crime de Kinji Fukasaku (Kenkei tai soshiki Boryoku, 1975, 1h34)

    Femmes de Yakuzas de Hideo Gosha (Gokudô no onna-tachi, 1986, 1h57)

     Documentaires:

    Yakuza Eiga, une histoire du cinéma yakuza de Yves Montmayeur (2008, 1h)

    Pinku Eiga, The Pleasure Dome of Japanese Erotic Cinema d’Yves Montmayeur (2011, 1h25)

     Cinéma muet : hommage à Kevin Brownlow

    Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse de Rex Ingram (The Four Horsemen of the Apocalypse, 1921, 2h12)

    Loin de Hollywood - L'art européen du cinéma muet de Kevin Brownlow et David Gill (Cinema Europe - The Other Hollywood, 1994, 6 épisodes de 52min)

     Cinémathèque invitée : Il Museo del Cinema di Torino

    Le Feu de Giovanni Pastrone (Il fuoco, 1916, 51min)

    L’Assassin d’Elio Petri (L’assassino, 1961, 1h38)

    I giorni contati d’Elio Petri (1962, 1h39)

     Sublimes moments du muet

    Muets en couleurs (1896-1914, 54min)

    Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès (1902, 16min)

    Le Feu de Giovanni Pastrone (Il fuoco, 1916, 51min)

    Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse de Rex Ingram (The Four Horsemen of the Apocalypse, 1921, 2h12)

    Les Ailes de William A. Wellman (Wings, 1927, 2h31)

    Les Mendiants de la vie de William A. Wellman (Beggars of Life, 1928, 1h21)

     Le temps retrouvé

    Muets en couleurs (1896-1914, 54min)

    No Man’s Land de Victor Trivas (Niemansland, 1931, 1h33)

    Le Quai des brumes de Marcel Carné (1938, 1h44)

    Lumière d’été de Jean Grémillon (1943, 1h52)

    Femme de feu d’André De Toth (Ramrod, 1947, 1h35)

    La Machine à tuer les méchants de Roberto Rossellini (La macchina ammazzacattivi, 1952, 1h20)

    Park Row de Samuel Fuller (1952, 1h23)

    Jowita de Janusz Morgenstern (1967, 1h34)

    Portrait d’une enfant déchue de Jerry Schatzberg (Puzzle of a Downfall Child, 1970, 1h45)

    La Horse de Pierre Granier-Deferre (1970, 1h18)

    Frankenstein Junior de Mel Brooks (Young Frankenstein, 1974, 1h45)

    The Plague Dogs de Martin Rosen (1982, 1h43)

     Hommage à Roger Corman

    Corman’s World d’Alex Stapleton (Corman’s World: Exploits of a Hollywood Rebel, 2011, 1h35)

    L’Affaire Al Capone de Roger Corman (The St. Valentine's Day Massacre, 1967, 1h40)

     Événements

    • Restauration par Pathé

    Les Enfants du paradis de Marcel Carné (1945, 3h10)

     • Invitation à Benicio Del Toro

    L’Île nue de Kaneto Shindô (Hadaka no shima, 1960, 1h36)

     • Invitation à Fatih Akin

    La Loi de la frontière de Lüfti Akad (Hudutlarin Kanunu, 1966, 1h11)

     • Invitation à Helmut Berger

    Le Jardin des Finzi-Contini de Vittorio De Sica (Il giardino dei Finzi-Contini, 1970, 1h34)

     • Hommage à Raoul Ruiz

    Trois vies & une seule mort de Raoul Ruiz (1995, 2h15)

     • Axel Brücker, empereur de la bande-annonce

    Mini-nuit de la bande annonce (environ 3h)

     • Avant-première

    Bollywood, Bollywood de Rakeysh Omprakash Mehra et Jeff Zimbalist (Bollywood : The Greatest Love Story Ever Told, 2011, 1h21)

    • Hommage à Warner Home Video

    Ben-Hur de William Wyler (1959, 3h32) 

     • Invitation à Charlotte Rampling

    The Look d’Angelina Maccarone (2011, 1h34) 

    Déjà classiques !

    La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan (1969, 1h47)

    L’Important c’est d’aimer d’Andrzej Zulawski (1975, 1h50)

    Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau (1975, 1h43)

    Le Sucre de Jacques Rouffio (1978, 1h40)

     Nuit de la science fiction : de la Terre à la Lune

    Le Voyage dans la Lune de Georges Méliès (1902, 16min)

    Soleil vert de Richard Fleischer (Soylent Green, 1973, 1h37)

    District 9 de Neill Blomkamp (2009, 1h52)

    La Machine à explorer le temps de George Pal (The Time Machine, 1960, 1h35)

    2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (2001 : A Space Odyssey, 1968, 2h27)

     Mon festival à moi

    La Guerre des boutons d’Yves Robert (1962, 1h33)

    Ali Baba et les quarante voleurs de Jacques Becker (1954, 1h32)

    Documentaires sur le cinéma

    Loin de Hollywood - L'art européen du cinéma muet de Kevin Brownlow et David Gill (Cinema Europe - The Other Hollywood, 1994, 6 épisodes de 52min)

    Jacques Becker, la passion cinéma de Hubert Niogret (1998, 1h17)

    Jacques Becker ou l’élégance morale de Claude-Jean Philippe (1979, 24min)

    Cinéastes de notre temps Jacques Becker de Claude de Givray (1967, 1h16)

    The Men who Made Movies: William Wellman de Richard Schickel (1973, 58min)

    Yakuza Eiga, une histoire du cinéma yakuza de Yves Montmayeur (2008, 1h)

    Pinku Eiga, The Pleasure Dome of Japanese Erotic Cinema d’Yves Montmayeur (2011, 1h25)

    Elio Petri, notes sur un auteur de Stefano Leone, Federico Bacci, Nicola Guarneri (Elio Petri… appunti su une autore, 2005, 1h10)

    Jean Douchet ou l’art d’aimer de Thierry Jousse (2011, 1h15)

    Marcel Ophuls et Jean-Luc Godard : La rencontre de Saint-Gervais de Vincent Lowy et Frédéric Choffat (44 min, 2011)

    Dominique Laffin, portrait d’une enfant pas sage de Laurent Perrin (2007, 55 min)

    Maurice Pialat, l’amour existe de Anne-Marie Faux et Jean-Pierre Devilliers (2007, 1h21)

    Il était une fois... Vol au-dessus d'un nid de coucou d’Antoine de Gaudemar (2011, 52min)

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2011 Pin it! 0 commentaire
  • Festival Lumière de Lyon - Remise du prix Lumière à Gérard Depardieu et projection de "La femme d'à côté" - Critique

    lumiere6.jpg

    Cette année, j'aurai le plaisir de vous parler de ce festival en direct (retrouvez mes articles sur la programmation, ici) puisque je ferai partie des intervenants dans deux débats (je vous en reparlerai). Le 8 octobre, à 20H, sera remis le prix Lumière, à Gérard Depardieu, à l'Amphithéâtre du Centre de Congrès. A cette occasion sera projetée "La femme d'à côté"de François Truffaut, en présence de Gérard Depardieu, Fanny Ardant, Bertrand Tavernier et des personnalités invitées du festival. Les places sont en vente depuis ce midi. Rendez-vous sur le site officiel pour réserver votre place: http://www.festival-lumiere.org .

    Critique de "La Femme d'à côté" de François Truffaut

    femmedacote.jpg

     

    Bernard Coudray (Gérard Depardieu) et Mathilde Bauchard (Fanny Ardant) se sont connus et aimés follement, passionnément, douloureusement, et séparés violemment, sept ans plus tôt. L’ironie tragique du destin va les remettre en présence lorsque le mari de Mathilde, Philippe Bauchard (Henri Garcin), qu’elle a récemment épousé, lui fait la surprise d’acheter une maison dans un hameau isolé, non loin de Grenoble, dans la maison voisine de celle qu’occupent Bernard, son épouse Arlette (Michèle Baumgartner), et leur jeune fils. (Une fenêtre sur cour que l’admirateur et grand connaisseur d’Hitchcock qu’était Truffaut n’a d’ailleurs certainement pas choisie innocemment.) Bernard et Mathilde taisent leur  passé commun à leurs époux respectifs et vont bientôt renouer avec leur ancienne passion.

    A mon sens,  personne d’autre que Truffaut n’a su aussi bien transcrire les ravages de la passion, sa cruauté sublime et sa beauté douloureuse, cette « joie » et cette « souffrance » entremêlées. Si : dans un autre domaine, Balzac peut-être, dont Truffaut s’est d’ailleurs inspiré, notamment pour « Baisers volés » (« Le Lys dans la vallée ») ou « La Peau douce » (Pierre Lachenay y donne ainsi une conférence sur Balzac). L’amour chez Truffaut est en effet presque toujours destructeur et fatal.

    La femme d’à côté est cette étrange étrangère au prénom d’héroïne de Stendhal, magnifiquement incarnée par la classe, l’élégance, le mystère, la voix ensorcelante et inimitable de Fanny Ardant, ici impétueuse et fragile, incandescente, ardente Fanny.

    Truffaut dira ainsi : "J'ai volontairement gardé les conjoints à l'arrière-plan, choisissant d'avantager un personnage de confidente qui lance l'histoire et lui donne sa conclusion : "Ni avec toi, ni sans toi ".  De quoi s'agit-il dans la "La Femme d'à côté" ? D'amour et, bien entendu, d'amour contrarié sans quoi il n'y aurait pas d'histoire. L'obstacle, ici, entre les deux amants, ce n'est pas le poids de la société, ce n'est pas la présence d'autrui, ce n'est pas non plus la disparité des deux tempéraments mais bien au contraire leurs ressemblances. Ils sont encore tous deux dans l'exaltation du "tout ou rien" qui les a déjà séparés huit ans plus tôt. Lorsque le hasard du voisinage les remet en présence, dans un premier temps Mathilde se montre raisonnable, tandis que Bernard ne parvient pas à l'être. Puis la situation, comme le cylindre de verre d'un sablier, se renverse et c'est le drame."

    Le rapport entre les deux  va en effet se renverser à deux reprises. Bernard va peu à peu se laisser emporter par la passion, à en perdre ses repères sociaux, professionnels et familiaux, à en perdre même la raison, toute notion de convenance sociale alors bien dérisoire. Le tourbillon vertigineux de la passion, leurs caractères exaltés, leurs sentiments dans lesquels amour et haine s’entremêlent, se confondent et s’entrechoquent vont rendre le dénouement fatal inévitable.  Chaque geste, chaque regard, chaque parole qu’ils échangent sont ainsi empreints de douceur et de douleur, de joie et de souffrance, de sensualité et de violence.

    Truffaut y démontre une nouvelle fois une grande maîtrise scénaristique et de mise en scène. Après « Le Dernier Métro » , la fresque sur l’Occupation avec ses nombreux personnages, il a choisi ce film plus intimiste au centre duquel se situe un couple, sans pour autant négliger les personnages secondaires, au premier rang desquels Madame Jouve (Véronique Silver), la narratrice, sorte de double de Mathilde, dont le corps comme celui de Mathilde porte les stigmates d’une passion destructrice. Elle donne un ton apparemment neutre au récit, en retrait, narrant comme un fait divers cette histoire qui se déroule dans une ville comme il y en a tant, entre deux personnes aux existences en apparence banales, loin de la grandiloquence d’Adèle.H, mais qui n’ en a alors que plus d’impact, de même que ces plans séquences dans lesquels le tragique se révèle d’autant plus dans leur caractère apparemment anodin et aérien. A l’image des deux personnages, la sagesse de la mise en scène dissimule la folie fiévreuse de la passion, et ce qui aurait pu être un vaudeville se révèle une chronique sensible d’une passion fatale. D’ailleurs, ici les portes ne claquent pas: elles résonnent dans la nuit comme un appel à l’aide, à l’amour et à la mort.

     Deux personnages inoubliables, troublants et attachants, interprétés par deux acteurs magnifiques. Truffaut aurait songé à eux pour incarner cette histoire, en les voyant côte-à-côte lors du dîner après les César lors desquels  « Le Dernier Métro » avait été largement récompensé.

    Il fallait un talent démesuré pour raconter avec autant de simplicité cette histoire d’amour fou, de passion dévastatrice, qui nous emporte dans sa fièvre, son vertige étourdissant et bouleversant, comme elle emporte toute notion d'ordre social et la raison de ses protagonistes. Un film qui a la simplicité bouleversante d’une chanson d’amour, de ces chansons qui « plus elles sont bêtes plus, elles disent la vérité ».

    Ce film sorti le 30 septembre 1981 est l’avant-dernier de Truffaut, juste avant « Vivement Dimanche » dans lequel Fanny Ardant aura également le rôle féminin principal.

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL LUMIERE DE LYON 2011 Pin it! 0 commentaire