Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Sans elle », premier long-métrage très prometteur réalisé par Anna de Palma. Sortie : le 11 Mai 2005.

Johnny Vieira (Aurélien Wiik) a 20 ans et ne peut vivre sans sa jumelle Fanfan (Bérénice Béjo) avec laquelle il entretient une relation fusionnelle qui oppresse cette dernière. Tandis que Johnny rentre en France, Fanfan choisit de rester au Portugal, pays d’origine de leurs parents, où ils étaient venus en vacances. Entre un père qui prépare sa retraite portugaise, une mère qui refuse de quitter la France, et sa sœur dont il vit la séparation comme une trahison, Johnny est écartelé et désespéré. Sa passion pour la musique et son désespoir le rapprochent de Léonard (Jocelyn Quivrin), meneur d’un groupuscule fasciste, avec qui sa sœur a eu une aventure…

Anna de Palma signe ici un premier long-métrage dont chaque plan nous fait ressentir la douleur de la séparation éprouvée par le personnage principal : dans ses dérives, ses colères, sa violence, ses illusions. L’absente est présente dans chacun de ses actes dont la violence crie son désarroi. La réalisatrice nous dresse avec minutie le portrait de cet anti-héros en perte de repères et en parallèle, le reflet plus ou moins implicite dans un miroir brisé : le portrait de sa jumelle et de leur histoire fusionnelle. La gémellité et la séparation de ces deux entités indissociables est métaphorique de leurs vies dichotomiques : entre France et Portugal, entre deux pays donc, entre deux cultures, entre deux parents qui se séparent, entre deux identités encore. La dangereuse dérive fasciste du protagoniste annihile la tentation de l’héroïser et exacerbe le côté sombre, renforçant ainsi son ambiguïté, avec une volonté affichée de la réalisatrice d’éviter tout manichéisme. Le visage encore singulièrement enfantin de Johnny , le jeu nuancé d’Aurélien Wiik contribuent également largement à cette ambivalence. Un film intense qui aurait peut-être mérité un dénouement moins didactique qui était de toute façon induit par le récit qui le rendait (ou du moins qui en rendait l’excès) inéluctable… Un film néanmoins salutairement amoral à l’image de la passion qu’il retranscrit, un film courageux, sensible, au montage intelligemment allégorique… et très prometteur à l’image de ses jeunes interprètes qui, comme la réalisatrice, amorcent certainement une longue et brillante carrière. Gageons-le et souhaitons leur….

Commentaires

  • Bonjour Sandra,
    Merci pour votre article pour le film SANS ELLE j'espère que cela portera chance au film et à toute son équipe bein sympathique.

  • Bonjour,

    j'espère aussi que ce film aura le succès mérité...En tout cas je ne manquerai pas de le recommander...
    Bien cordialement.

    Sandra Mézière

  • merci Sandra, vos jolis mots me sont allés droit au coeur !
    merci aussi à ceux qui sont allés voir mon premier long-métrage qui marche plutôt
    bien (j'espère qu'on va encore nous garder dans les salles !) vu le peu d'argent que nous
    avions pour la promo... pas d'affichage... etc... enfin l'équipe et moi on a fait ce qu'on a pu
    avec ce que nous avions, en donnant le meilleur de nous mêmes et on est fier de notre
    travail alors...
    je vous embrasse tous très fort
    Anna

    PS : depuis j'ai réalisé un moyen métrage de 47 minutes qui fait l'ouverture du
    Festival de Moyens Métr. de Brives le 2 juin) et
    passera sur Arte le 17 et 21 juin ! "Telma, demain" :
    avec Helena Noguerra, Luis Inacio et Isabelle Florido (tous trois
    dans "Sans Elle"...) voilà vous savez tout...

  • Je n'ai pas eu la chance de voir "Sans Elle" car ici à Madère on a très peu d'opportunité de voir des films français au cinéma. Malheureusement!

    Cependant j'ai eu la chance de voir votre interview à la chaine 2 du Portugal où vous avez dit que cela vous plairait d'être invitée à participer à des débats sur votre film ( ce qui n'est arrivé qu'une seule fois au Lycée Français de Lisbonne). Nous avons déjà essayé de trouver votre adresse electronique sans succès jusque là, mais nous voudrions bien savoir si ce serait posible de mener un débat sur votre film par vidéo conférence ou personnellement,si, par hasard vous êtes au Portugal du 26 au 28 avril car on réalisera, dans notre école la semaine des clubs et des projects dont le thème est
    DIALOQUES DANS LA DIVERSITÉ - à propos de la diversité culturelle dans le monde. Contactez-nous,SVP

  • Je vais transmettre votre message à Anna de Palma. Je pense qu'elle vous répondra. Je me permets de lui laisser votre email.
    "Cinéphilement vôtre".
    Sandra.M

  • Bonjour Anna,

    J'ai eu la chance de voir récemment votre premier long métrage qui m'a beaucoup ...Il parrait même qu'à ce jour vous préparer un nouveau long sur la vie de St Lazare...J'espère que celui ci marchera encore mieux que le premier.Bonne chance et bon courage.
    Je vous sais actuellement au Portugal alors bonjour à ce magnifique Pays!
    Circé

Les commentaires sont fermés.