Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 8

  • « Un Barrage contre le Pacifique » de Rithy Panh

    barragepacifique.jpg

    Indochine, 1931. Dans le Golfe du Siam, au bord de l’Océan Pacifique, une mère (jamais nommée car vivant par, pour, à travers ses enfants, incarnée par Isabelle Huppert) survit tant bien que mal avec ses deux enfants, Joseph (20 ans) –Gaspard Ulliel- et Suzanne (16 ans)-Astrid Bergès-Frisbey-, qu’elle voit grandir et dont elle sait le départ inéluctable. Abusée par l’administration coloniale, elle a investi toutes ses économies dans une terre régulièrement inondée, donc incultivable. Se battant contre les bureaucrates corrompus qui l’ont escroquée, et qui menacent à présent de l’expulser, elle met toute son énergie dans un projet fou : construire un barrage contre la mer avec l’aide des paysans du village.  Alors que la mère est ruinée et obsédée par son entreprise arrive le mystérieux M.Jo (Randal Douc), fils d’un riche homme d’affaires chinois qui s’éprend de Suzanne. La famille va tenter d’en tirer profit.

    Difficile d’adapter au cinéma Marguerite Duras (« Un barrage contre le Pacifique » est son premier roman paru au printemps 1950, adapté de son enfance coloniale, tout comme « L’Amant ») quand on sait qu’elle était tellement mécontente de l’adaptation de « L’amant » par Jean-Jacques Annaud dont, malade, elle n’a pu suivre la fin de l’élaboration du scénario qu’en guise de revanche elle en a sorti sa propre version scénaristique. « Un barrage contre le Pacifique » est certainement très différent d’un film réalisé par Marguerite Duras, éloigné de son style expérimental  notamment basé sur le décalage entre l’image et le son comme elle les affectionnait, comme ce qu’elle mit en œuvre dans ses propres films. Aurait-elle renié cette adaptation-ci ? Pas sûr…

    Difficile aussi en raison de son style littéraire difficilement adaptable même si « Un barrage contre le Pacifique » est certainement le plus classique de ses romans (d’ailleurs déjà adapté au cinéma, en 1958, par René Clément, sous le titre « Barrage contre le Pacifique ») , ce qui explique aussi le classicisme que certains ont reproché au film de Rithy Panh, un film dans lequel, pourtant, le délitement du temps, le refus de tout spectaculaire et de toute dramatisation auxquels le sujet se prêtait si bien ne sont d’ailleurs pas si académiques. Un cinéaste qui laisse le temps au temps, laisse aussi le soin au spectateur de remplir les ellipses et les non dits : voilà qui est plutôt destiné à me plaire et je trouve que beaucoup de critiques ont été bien injustes.

    La lenteur, ce refus de la grandiloquence et donc la forme reflètent judicieusement la fin des illusions de la mère qui expire finalement tout au long du film. Ce qu’on lui a reproché aussi, sans doutes, c’est de filmer avec distance et donc sans passions des sentiments passionnels et extrêmes (l’amour, la passion, le désir, l’injustice, la mort, le mensonge, la violence…), mais c’est là justement, dans ce décalage, que réside tout l’intérêt du film et l’univers que lui a apporté Rithy Panh.

     Filmé tout en douceur malgré la violence des sentiments, en lenteur, en simplicité malgré l’ambiguïté des personnages,  le film de Rithy Panh nous imprègne progressivement, sans fracas mais peut-être avec d’autant plus de force comme cette révolte contre le colonialisme qui s’empare progressivement de la mère.

    Et puis il y a les paysages, la nature récalcitrante et sauvage que Rithy Panh n’enjolive pas mais filme dans sa beauté brute et d'autant plus fascinante.

    Isabelle Huppert incarne merveilleusement cette femme aride comme la terre qu’elle tente vainement d’exploiter, provocatrice et indomptable, qui aime un peu trop son fils, qui rudoie un peu trop sa fille avec lesquels elle entretient des rapports plus qu’ambigus à l’image de ceux de Suzanne avec le troublant et ambivalent M.Jo, ce qui donne à l’ensemble une opacité salutaire dans un cinéma qui veut de plus en plus aller à l’essentiel (et d’ailleurs l’oubliant et le niant ainsi).  Un film à la fois simple et hermétique comme un livre de Duras.

    Gaspard Ulliel et Astrid Berges-Frisbey, quant à eux, manient savamment force et douceur, innocence et sensualité et sont aussi pour beaucoup dans la réussite de ce film que, vous l’aurez compris, In the mood for cinema vous recommande.

     « Un Barrage contre le Pacifique » a été présenté au Festival de Rome 2008.

  • Forum international cinéma et littérature de Monaco 2009

    Monaco.jpg

    Plus que jamais, en 2009, In the mood for cinema souhaite vous informer de l'actualité des festivals de cinéma en plus de ceux auxquels j'assiste chaque année, c'est pourquoi aujourd'hui, je voulais vous parler du Forum International Cinéma et Littérature de Monaco, un festival où je n'ai pas encore eu la chance d'aller mais dont le thème m'intéresse tout particulièrement.

    Pour l'heure, nous savons seulement que la 8ème édition aura lieu du 19 au 21 mars 2009, juste après le Festival du Film Asiatique de Deauville qui aura lieu du 11 au 15 mars et auquel In the mood for cinema sera présent comme chaque année.

    Après une édition du Forum International cinéma et littérature de Monaco 2008 prestigieuse placée sous la présidence d'honneur du réalisateur de "Midnight Express", "Evita", "Pink Floyd the Wall"..., Sir Alan Parker, même si nous ne connaissons pas encore le programme de cette prochaine édition nous savons d'ores et déjà  que, comme chaque année, seront programmés: des évènements sur le rapport entre cinéma et littérature,  des tables rondes auteurs-réalisateurs-scénaristes, des ateliers d'adaptation littéraire, des lectures de livres par des auteurs et acteurs, des projections de films en avant-première, des dédicaces...
  • Concours: gagnez 1 place pour 2 pour la projection privée, en avant-première, de "Walkyrie"!

    walkyrie.jpgUne rapide note pour vous dire que personne encore n'a trouvé les réponses permettant de gagner les places pour la projection privée et en avant-première de "Walkyrie", le 22 janvier, au Forum des Halles.

    N'hésitez pas à participer, même si vous n'avez pas toutes les réponses. Si personne ne les trouve, celui ou celle qui en aura trouvé le plus grand nombre remportera les places.

    Pour en savoir plus sur le film et pour connaître le règlement et participer, cliquez ici.

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX Pin it! 2 commentaires
  • Claude Berri (1934-2009): Tchao pantin...

    Berri.jpg
    Sans commentaires...
    (France 3 diffusera "Lucie Aubrac", jeudi, à 20H35, en hommage à Claude Berri.)

    LA FILMOGRAPHIE DE CLAUDE BERRI

    En tant qu’acteur: 

    berri2.jpg

    Le Fantôme d'Henri Langlois (2005), de Jacques Richard

     Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants (2004), de Yvan Attal

     Les Clefs de bagnole (2003), de Laurent Baffie

     Va savoir + (2002), de Jacques Rivette

     Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), de Alain Chabat

     Les Rois mages (2001), de Didier Bourdon  

    Va savoir (2001), de Jacques Rivette  

    Dernières nouvelles des étoiles (2000), de Babeth Si Ramdane

    La Débandade (1999), de Claude Berri

     Un Grand cri d'amour (1998), de Josiane Balasko

     Les Trois frères (1995), de Bernard Campan

     L'Univers de Jacques Demy (1995), de Agnès Varda

    La Machine (1994), de François Dupeyron

     Stan the Flasher (1990), de Serge Gainsbourg

     L'Homme blessé (1983), de Patrice Chéreau

     Le Roi des cons (1981), de Claude Confortès

     Le Mâle du siècle (1974), de Claude Berri  

     Le Cinéma de papa (1971), de Claude Berri

     Sex-shop (1971), de Claude Berri

     Mazel Tov ou le mariage (1969), de Claude Berri

     La Ligne de démarcation (1966), de Claude Chabrol

    Compartiment tueurs (1965), de Costa-Gavras

     Et vint le jour de la vengeance (1964), de Fred Zinnemann

     Les Sept Péchés capitaux (1962), de Claude Chabrol

     Janine (1962), de Maurice Pialat

     La Bride sur le cou (1961), de Roger Vadim

     La Vérité (1960), de Henri-Georges Clouzot

     Les Bonnes femmes (1960), de Claude Chabrol

     J'irai cracher sur vos tombes (1959), de Michel Gast

     Les Jeux dangereux (1958), de Pierre Chenal

     French Cancan (1955), de Jean Renoir

     Le Bon Dieu sans confession (1953), de Claude Autant-Lara

     Le Blé en herbe (1953), de Claude Autant-Lara

     Rue de l'Estrapade (1952), de Jacques Becker  

     En tant que réalisateur :

    Jeande.jpg

    Ensemble, c'est tout (2007)

     L'Un reste, l'autre part (2005)  

    Une femme de ménage (2002)  

    La Débandade (1999)  

    Lucie Aubrac (1997)  

    Germinal (1993)  

    Uranus (1990)

     Manon des Sources (1986)

     Jean de Florette (1986)

     Tchao pantin (1983)

     Le Maitre d'école (1981)

     Je vous aime (1980)

    Un moment d'égarement (1977)

     La Première fois (1976)

     Le Mâle du siècle (1974)

     Le Cinéma de papa (1971)

     Sex-shop (1971)

     Le Pistonné (1970)

     Mazel Tov ou le mariage (1969)

     Le Vieil homme et l'enfant (1966)

    La Chance et l'amour (1964)

     Les Baisers (1963)

     Le Poulet (1963)

    En tant que scénariste : 

    berri3.jpg

    Trésor (Prochainement), de François Dupeyron  

    Ensemble, c'est tout (2007), de Claude Berri  

    L'Un reste, l'autre part (2005), de Claude Berri

     Une femme de ménage (2002), de Claude Berri

     La Débandade (1999), de Claude Berri

     Lucie Aubrac (1997), de Claude Berri

     Germinal (1993), de Claude Berri

     Uranus (1990), de Claude Berri

     Manon des Sources (1986), de Claude Berri

     Jean de Florette (1986), de Claude Berri  

    Tchao pantin (1983), de Claude Berri

     Le Maitre d'école (1981), de Claude Berri  

    Je vous aime (1980), de Claude Berri

    Un moment d'égarement (1977), de Claude Berri

     La Première fois (1976), de Claude Berri

     Le Mâle du siècle (1974), de Claude Berri  

    L'Oeuf (1972), de Jean Herman

     Le Cinéma de papa (1971), de Claude Berri

     Sex-shop (1971), de Claude Berri

     Le Pistonné (1970), de Claude Berri

     Mazel Tov ou le mariage (1969), de Claude Berri

     Le Vieil homme et l'enfant (1966), de Claude Berri

    Le Poulet (1963), de Claude Berri

     Janine (1962), de Maurice Pialat

    En tant que producteur : 

    scaphandre4.jpg

    Trésor (Prochainement), de François Dupeyron

     Bienvenue chez les Ch'tis (2008), de Dany Boon

    Le Scaphandre et le papillon (2007), de Julian Schnabel

     Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants (2004), de Yvan Attal

     San Antonio (2004), de Frédéric Auburtin

     Les Sentiments (2003), de Noémie Lvovsky

     Le Bison (et sa voisine Dorine) (2003), de Isabelle Nanty

     Une femme de ménage (2002), de Claude Berri

     Amen (2002), de Costa-Gavras

     Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), de Alain Chabat  

    Les Rois mages (2001), de Didier Bourdon

     Ma femme est une actrice (2001), de Yvan Attal  

    La Boîte (2001), de Claude Zidi  

    Mauvaise passe (1999), de Michel Blanc  

    Astérix et Obélix contre César (1999), de Claude Zidi

     Le Pari (1997), de Didier Bourdon

     Arlette (1997), de Claude Zidi

     Lucie Aubrac (1997), de Claude Berri

     Didier (1997), de Alain Chabat

     Le Roi des Aulnes (1996), de Volker Schlöndorff

     Les Trois frères (1995), de Bernard Campan

     La Reine Margot (1994), de Patrice Chéreau

     La Séparation (1994), de Christian Vincent

     Germinal (1993), de Claude Berri

     Une Journée chez ma mère (1993), de Dominique Cheminal

     L'Amant (1992), de Jean-Jacques Annaud

     Uranus (1990), de Claude Berri

     Valmont (1989), de Milos Forman

     Trois places pour le 26 (1988), de Jacques Demy

     L'Ours (1988), de Jean-Jacques Annaud

     A gauche en sortant de l'ascenseur (1988), de Edouard Molinaro

     La Petite Voleuse (1988), de Claude Miller

     Hôtel de France (1987), de Patrice Chéreau

     Le Fou de guerre (1985), de Dino Risi

     Les Enragés (1984), de Pierre-William Glenn

     Tchao pantin (1983), de Claude Berri

     L'Africain (1983), de Philippe de Broca

     La Femme de mon pote (1983), de Bertrand Blier

     Banzaï (1983), de Claude Zidi

     Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982), de Jean Yanne

     Je vous aime (1980), de Claude Berri

     Inspecteur la bavure (1980), de Claude Zidi

     Tess (1979), de Roman Polanski

     Un moment d'égarement (1977), de Claude Berri  

    La Première fois (1976), de Claude Berri

     Le Mâle du siècle (1974), de Claude Berri

     Pleure pas la bouche pleine (1973), de Pascal Thomas

     Le Cinéma de papa (1971), de Claude Berri

     L'Enfance nue (1970), de Maurice Pialat

     Le Pistonné (1970), de Claude Berri

     Mazel Tov ou le mariage (1969), de Claude Berri

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 4 commentaires